AUVERGNE ET LIMOUSIN (1913 - 1998)

UNE ANTHOLOGIE DES MUSIQUES TRADITIONNELLES

More details

Number of CDs : 1


19,99 € tax incl.

FA5263

Available. Mailed within 24h except WE

Add to my wishlist

+2 loyalty points


Auvergne et Limousin

Ce disque regroupe des enregistrements de musiques traditionnelles collectées in situ tout au long du XXe siècle. L’édition a été réalisée dans le cadre du travail muséographique de Guillaume Veillet (collecteur et ancien rédacteur en chef de Trad Magazine), pour diffuser au public un panorama des musiques traditionnelles de France. Il fait partie d’une collection de 10 CDs, organisés par zones géographiques destinés à témoigner de l’apport populaire à l’histoire et à l’actualité de notre patrimoine culturel et artistique.
Patrick Frémeaux

This record was produced in the context of the museum work of Guillaume Veillet (a collector and former editor of Trad Magazine), so as to make available to the public a broad panorama of French traditional music. It is one of a collection of 10 CDs, divided geographically by region, that aim at documenting popular contributions to the history and contemporary nature of our cultural and artistic heritage.
Benjamin Goldenstein

 

1. Pot-pourri de bourrées “auvergnates” - 2. Minuit vient de sonner - 3. Appel des vaches - 4. Départ en estivage d’un troupeau de bovins - 5. Tant pire (bourrée) - 6. Le premeir jorn de mas noças - 7. Marche de noce - 8. La demenam la nostra novia (marche nuptiale) + entretien - 9. La demenam la nostra novia (marche nuptiale) - 10. Marche de bredou - 11. Adieu Privas - 12. Suite de bourrées : La sautarel / Bourrée de Gimel 2 - 13. Sos le pont d’Orleans - 14. Bourree à François - 15. Fai-lo cornard ma filha (bourrée) - 16. Lo ribatel (bourrée) - 17. Passant par Paris - 18. Valse a Tintin - 19. Complainte sur l’assassinat du Duc de Berry - 20. Polka piquée - 21. Cinc sous per la chambriera (polka piquée) - 22. Bourrée deux tons - 23. récit : le métier de violoneux - 24. Ont anarem gardar (bourree) - 25. Reveillez-vous fidèles - 26. La passion de Jesus-Christ - 27. L’âme entendit (cantique) - 28. Valse - 29. Crebe de set (bourrée) - 30. Rossignolet charmant - 31. Para lo lop (bourrée).

Droits : Frémeaux & Associés - Groupe Frémeaux Colombini SAS. Avec le soutien de la SACEM, en accord avec les interprètes, les collecteurs, ou leur successions et avec le concours de la FAMDT, le MuCEM, Trad Magazine, la SACEM, la BnF, Dastum, Dastum Bro Leon, Dastum 44, le GCBPV, L’Epille, UPCP-Métive/CERDO, La Loure, Arexcpo, Berluette, Arès, Ellébore, la Bibliothèque nationale de France, l'AMTA, le CRMTL, les Archives Départementales du Cantal, Mémoires Vives, UCPS, Thiaulins de Lignières, le Conservatoire Occitan, La Talvera, Menestrers Gascons, l'Institut Culturel Basque, l’Institut Occitan, l’AMTP du Quercy, le CMTRA, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, le Musée Dauphinois, le CIMP, la Phonothèque Nationale Suisse, Terres d’empreintes, le Centre d’Etudes Francoprovençales René Willien, le Musée de la Corse, l’INA, Voce, la Collectivité Territoriale de Corse, le CADEG, Takamba, le PRMA, ADCK, Rèpriz, les Archives de folklore et d’ethnologie de l’Université Laval, le Centre d’Etudes Acadiennes Anselme Chiasson, le Centre Franco-Ontarien de Folklore, Archives of Cajun and Creole Folklore.

"

FRANCE - Auvergne et Limousin

Auvergne et Limousin
Enregistrements réalisés entre 1913 et 1998









L’Auvergne et le Limousin sont deux régions montagneuses de culture occitane situées au centre de la France. On y a recueilli un riche répertoire de chansons (en français et en occitan) et de musique instrumentale (violon, vielle à roue, accordéon et des cornemuses comme la cabrette auvergnate et la chabrette limousine). La danse emblématique est la bourrée, sous ses différentes formes. Ces deux régions de forte émigration se sont, tout au long des XIXe et XXe siècles, tournées vers Paris (mais aussi vers Lyon, Bordeaux, etc.). Plusieurs des musiciens présents sur ce disque avaient vécu dans la capitale, avant de revenir s’installer au pays. La plupart y avaient animé des bals pour leurs compatriotes. Ainsi, Paris a souvent joué un rôle (paradoxal ?) de conservatoire des pratiques musicales auvergnates et limousines. Pour en savoir plus sur la musique des Auvergnats de Paris, ainsi que sur le bal musette qui en est en quelque sorte issu, se reporter au volume 7 de cette anthologie.

- Pour chaque morceau sont indiqués, à la suite du titre : l’interprète, l’instrument pratiqué, la date et le lieu d’enregistrement, ainsi que le nom du collecteur.  Il a également été choisi de préciser le département, et donc de respecter le découpage administratif actuel. D’autres choix auraient été possibles, du fait de la superposition en France de divers référents territoriaux et aires culturelles : terroirs ou “pays”, anciennes provinces, régions… 
- Pour une identification plus précise de la provenance de chaque extrait (fonds d’archives, publications précédentes), ainsi qu’un minutage précis, on se reportera en fin de livret, à la rubrique Provenance des enregistrements.
- En ce qui concerne les titres dans une langue autre que le français, il a été choisi de respecter la graphie de la source d’origine (publication antérieure, référencement dans le centre d’archives).
- On trouvera sur le site Internet www.fremeaux.com le texte intégral des chansons, ainsi que l’identification de celles-ci dans le Répertoire des chansons françaises de tradition orale Coirault-Delarue et le Répertoire du patrimoine ethnomusicologique RADdO-Ethnodoc (http://www.raddo-ethnodoc.com/).


1. Pot-pourri de bourrées “auvergnates” : La Corbiasa, La Tricotada, La Sentrianauda, Sur los bòrds de la Jordana, Para lo lop, Trapa-lo Milon, Se’n son tornats los garçons d’a Neuviala
Michel Meilhac (violon)
Enregistré en 1959 à Saint-Bonnet-Briance (Haute-Vienne).
Michel Meilhac est l’un des violoneux limousins les plus étonnants (sur le plan de l’ornementation, en particulier), dont il subsiste des enregistrements. M. Meilhac, mort en 1967, avait eu l’occasion de jouer avec un groupe folklorique (“L’Ecole Ventadour” de Tulle) et s’était donc souvent produit sur scène, ce qui avait dû développer et entretenir son style spectaculaire (mais hérité des violoneux plus âgés qu’il avait côtoyés en Xaintrie dans sa jeunesse). 

2. Minuit vient de sonner
René Rongier (chant)
Enregistré en août 1976 à Pradiers (Cantal) par Olivier Durif et Eric Montbel.
M. Rongier était “buronnier” dans les monts du Cézallier. Les burons sont des petits bâtiments en pierre, couverts de lauze, qui accueillaient vacher, boutillier et pastre lors de la saison des pâturages. On y fabriquait le fromage (Laguiole, Salers, Saint-Nectaire…).  C’est d’ailleurs dans un buron que cette émouvante complainte, d’un thème peu connu, a été enregistrée. 

Minuit vient de sonner
A l’horloge voisine
J’appelle le sommeil
Hélas il ne vient pas.

Du fond de ma prison
J’entends la foule qui gronde
Et crie à mort, à mort
A ce bandit d’fainéant.

Simple fils d’ouvrier
J’ai roulé dans la débine
Mon sort était tracé
Comme celui d’un roi.

Et tous ces bons bourgeois
Qui m’ont tous condamné
Ils m’ont condamné
Aux travaux forcés.

Mourir sur l’échafaud
C’est une mort atroce
Puisqu’il le faut
Mourons sans trembler.

“Adieu mes chers parents
Donnez-moi du courage
Et toi mon frère Jean
Tache de rester sage
Si tu as des enfants de bien les élever.

Recommande leur bien
Surtout de rester sages
Car à une mauvaise vie
Il n’y a rien z’à gagner.

Et toi Marie Astier
Ma charmante maîtresse
Viendra peut-être un jour
Je pourrai t’embrasser ?”

Oui c’est peut-être demain
Que l’on me guillotine
J’entends sonner
L’heure de mon trépas. 

non indexé par Coirault.
RADdO : 06359.


3. Appel des vaches
Félicie Sabatier 
Enregistrée en mars 1988 à Bessamorel (Haute-Loire) par Claude Rocher, Jean-Louis Deygas, Michel Paulet, José Dubreuil et Jojo Darne. 

4. Paysage sonore : départ en estivage d’un troupeau de bovins portant des cloches de bronze et de fer.
Enregistré en 1964 à Saint-Côme-d’Olt (Aveyron) par Claudie Marcel-Dubois et Marguerite Pichonnet-Andral pour le MNATP. 

5. Tant pire (bourrée)
Joseph Perrier (violon)
Enregistré en 1976 à Champs-sur-Tarentaine (Cantal) par Alain Ribardière.
Joseph Perrier (1911-2003) était le dernier représentant d’une lignée de violoneux “virtuoses” de l’Artense, au style flamboyant. Il avait appris à jouer vers l’âge de 12 ans et avait animé sa première noce 4 ans plus tard. Son instrument ne l’a jamais quitté, tout au long de sa vie, même lors de sa captivité en Allemagne au moment de la Seconde Guerre mondiale. 

6. Le premeir jorn de mas nòças
Maria Taves (chant)
Enregistrée en 1976 dans l’Artense (Cantal) par Alain Ribardière.
Voici une chanson bilingue, sur le thème du cocuage, pleine de facétie. L’interprète elle-même a du mal à garder son sérieux, manquant parfois d’éclater de rire. Sa bonne humeur est communicative. 

Le premeir jorn de mas nòças
Davinatz c’qu’m’es arribat ?
N’a vengut ‘n ‘òme a pòrta
S’apelava le cusin
Didòn-dena didòn-di.

O dijatz donc paura femna
Ont botarem quel òme aicí ?
“Nous le mettrons dans une chambre
Dans le lit que nous avons.”


Mes quand venguet las vonze oras
Le nòvi s’es endormit.
La nòvia n’a mis pied à terre
Per anar jaire amb le cusin.

Mes quand venguet las doas oras
Le nòvi s’es (…) desvelhat.
“O portatz-me una chandela
Tròbe pas ma femna aicí !”

La chandela es arribada,
Troba la femna amb le cusin.
“O le diable ta parentessa
Tant de cusins n’i a aicí !

Je suis cornard le dimanche
Mon voisin l’est le lundi.
Nous ferons voyage ensemble
Vendre nos cornes à Paris.

Nous en ferons des tabatières
Des manches de couteaux aussi.
Ça fera pour les belles dames
Feront priser leurs maris

Didòn-dena didòn-di.

Coirault: 5915 Le cousin Jacobin.
RADdO : 01468.

Le premier jour de mes noces
Devinez ce qui m’est arrivé ?
Un homme est venu à ma porte
Il s’appelait le cousin
Didondaine didondi.

O dites donc pauvre femme
Où mettrons-nous cet homme ici ?



Mais quand les onze heures sont venues
Le marié s’est endormi.
La mariée a mis le pied à terre
Pour aller coucher avec le cousin.

Mais quand les deux heures sont venues
Le marié s’est réveillé.
“O portez-moi une chandelle
Je ne trouve pas ma femme ici !”

La chandelle est arrivée,
Il trouve sa femme avec le cousin.
“O le diable de ta parenté,
Tous ces cousins qu’il y a ici !”













 

7. Marche de noces
Jean Bacconet (vielle à roue)
Enregistré le 12 décembre 1985 à Dontreix (Creuse) par Jean-Jacques Le Creurer.
La Creuse était un pays de vielleux, même si la pratique de l’instrument a décliné dans la seconde moitié du XXe Siècle, au profit de l’accordéon chromatique. Jean Bacconet (1922-1997) était ainsi un musicien entre deux générations, qui jouait également du “piano à bretelles”. Il tenait cette marche de noces de son père Alexis, vielleux comme lui. 

8. La demenam la nòstra nòvia (marche de noces) et extrait d’entretien : la cabrette le jour des noces
Louise Reichert (chant)
Enregistrée le 4 août 1971 à Pons (Aveyron) par John Wright, Catherine Perrier et Emmanuel Lazinier.
Louise Reichert (1896-1985) figure parmi les porteurs de tradition les plus marquants à avoir été enregistrés. Très bonne chanteuse, au riche répertoire en français et en occitan, elle avait une forte personnalité. Au cours des années 1970, elle a beaucoup fait pour transmettre son savoir, se produisant dans de nombreux festivals, dont le Smithsonian Folklife Festival à Washington en 1976. Dans cet extrait d’entretien, elle se souvient des noces de sa jeunesse. 

La demenam la nòstra nòvia                 
La demenam coma l’avam                   
(bis)
E pas rossèla ni jantonèla                      
Mès cau ben faire coma se bo èra !        

Tirolirolirolirolirolirolà
Tiroliroliro tiroliroliro
Tirolirolirolirolirolirolà
Tiroliroliro la-la-la

Passant per l’òrt, panam las rabas             
Nos en anent las manjarem                   

Pièrre l’atrapa la fot per tèrra               
Amb lo bilhon li fot pel cuou !             
Tiro…

Tòca la tiá que ieu tòque la mieuna        
Tòca la tiá que ieu tòque la miá    (bis)
        
Garçons que sètz aquí                          
Fasètz dançar la nòvia                           
Garçons que sètz aquí                           
Fasètz-la devertir 
                               
E donatz-li un jorn de jòia                     
Garçons que sètz aquí                           
E donatz-li un jorn de jòia                     
Aicí.

Ne’n calrà plus parlar                            
D’anar per las velhadas                         
Ne’n calrà plus parlar                            
D’anar pels bals dançar
                        
Dintre dins lo mainatge                         
Quite la libertat                                      
E mon devertinage                                 
Es n’anat  (bis)
Nous l’emmenons notre mariée
Nous l’emmenons comme elle est

Elle n’est pas blonde ni jolie
Mais il faut bien faire comme si elle l’était !






En passant dans le potager, nous volons les raves
En nous en allant nous les mangerons

Pierre l’attrape il la fout par terre
Avec sa trique il lui tape sur le cul !


Touche la tienne car je touche la mienne
Touche la tienne car je touche la mienne      (id)

Garçons qui êtes là
Faites danser la mariée
Garçons qui êtes là
Faites-la divertir.

Et donnez-lui un jour de joie
Garçons qui êtes là
Et donnez-lui un jour de joie
Ici.

Il ne faudra plus en parler
D’aller dans les veillées
Il ne faudra plus en parler
D’aller dans les bals danser

J’entre dans le ménage
Je quitte la liberté
Et mon “divertissage”
S’en est allé.



9. La demenam la nòstra nòvia (marche de noces)
André Vermerie (cabrette)
Enregistré le 4 août 1970 à Pons (Aveyron) par John Wright, Catherine Perrier et Emmanuel Lazinier.
André Vermerie était un proche voisin de Louise Reichert. On l’entend d’ailleurs parler brièvement dans l’enregistrement précédent, auquel il assistait. Ce cabretaire, à la différence de la plupart des autres musiciens de sa génération, n’avait pas vraiment été influencé par l’école parisienne de cet instrument. Il privilégiait un style de jeu local, conservant l’usage de la chanterelle (bourdon à anche double, parallèle au tuyau principal). Cette marche de noces est une version instrumentale de la chanson interprétée par Louise Reichert (voir piste précédente). 

10. Marche de Bredou
Louis Linard (cabreton ou cabrétou)
Enregistré au printemps 1978 à Sainte Eulalie (Cantal) par André Ricros.
Louis Linard (1902-1984) n’avait jamais eu les moyens de s’acheter une véritable cabrette. Il avait donc conservé le petit instrument qui servait d’apprentissage aux jeunes cabretaires : un cabreton ou cabrétou, clarinette de paille de seigle percée de 6 trous. 

11. Adieu Privas
Léon Peyrat (chant)
Enregistré au printemps 1980 à Saint-Salvadour (Corrèze) par Olivier Durif et Christian Oller.
Egalement violoneux (voir piste suivante), Léon Peyrat (1905-1988) tenait de nombreuses chansons de son père.  

Adieu Privas petite ville
Je te quitte c’est pour longtemps
(bis)
Je te quitte c’est pour longtemps, naviguons ma brunette
Je te quitte c’est pour longtemps, naviguons en avant.

Je ne regrette pas la ville, ni les bourgeois qui sont dedans
Ni les bourgeois qui sont dedans, naviguons ma brunette
Ni les bourgeois qui sont dedans, naviguons en avant.

Je ne regrette qu’une fille, une fille de dix-huit ans
Une fille de dix-huit ans, naviguons ma brunette
Une fille de dix-huit ans, naviguons en avant.

Coirault : 6514 Que regrettes-tu en partant.
RADdO : 03052.


12. Suite de bourrées : La Sautarel / Bourrée de Gimel 2
Léon Peyrat (violon)
Enregistré au printemps 1980 à Saint-Salvadour (Corrèze) par Olivier Durif et Christian Oller.
Léon Peyrat avait animé bals et noces dans la région au pied des Monédières au cours des années 1930. Il ne cessa toutefois jamais de pratiquer le violon et il est l’auteur de nombreuses compositions.  

13. Sos le pont d’Orleans
Henri Chevalier (chant)
Enregistré en 1976 à Mézières-sur-Issoire (Haute-Vienne) par Alain Ribardière et Pierre Boulanger.
Henri Chevalier dit “Jagondi” était originaire de la Marche, aux confins du Poitou et du Limousin. S’il était avant tout connu pour son activité d’accordéoniste (diatonique) qu’il conserva jusqu’à la fin de sa vie, il connaissait aussi beaucoup de chansons, qui lui venaient principalement de sa grand-mère. 

Sos le pont d’Orleans
Marguerite ‘la y lave.
Chantant le rossignolet
Le rossignolet
(bis)

La vit venir d’alai
Sieis grands cavaliers de guerre.

Lo premier, eu li disset :
“Dio, ma petite Marguerite !”

Lo deuxieme, eu li disset :
“Dio, voldria bien t’esposar !”

Lo troisieme, eu li disset :
“Dio, au fond de la granda prada !”

Lo quatrieme, eu li disset :
“Dio, nos li farem une grande virade !”

Lo cinquieme, eu li disset :
“Dio, nos li rentrarem dedins la grande broalhe !”

Lo sixieme, eu li disset :
“Dio, nos li farem l’amor !”

RADdO : 06360.
Sous le pont d’Orléans
Marguerite elle s’y lève.
Chantant le rossignolet           
Le rossignolet
(bis)

Elle vit venir au loin
Six grands cavaliers de guerre.

Le premier, il lui dit :
“Dis, ma petite Marguerite !”

Le deuxième, il lui dit :
“Dis, je voudrais bien t’épouser !”

Le troisième, il lui dit :
“Dis, au fond de la grande prairie !”

Le quatrième, il lui dit :
“Dis, nous lui ferons faire une grande promenade !”

Le cinquième, il lui dit :
“Dis, nous l’emmènerons dans la grande friche !”

Le sixième, il lui dit :
“Dis, nous lui ferons l’amour !”

 



14. Bourrée à François
François Vidalenc (accordéon diatonique)
Enregistré en août 1980 à Vigouroux (Cantal) par Christian Oller.
Originaire de Pierrefort où il était né en 1895, M. Vidalenc faisait partie de ces nombreux musiciens auvergnats à avoir passé une bonne partie de leur vie à Paris. Il y avait même tenu un bal musette, rue Aumaire, avant de revenir s’installer au pays. Il était donc familier de deux types de répertoires : le fonds traditionnel (dont de nombreuses bourrées), mais aussi les airs plus récents, popularisés dans les bals musette. Il avait su trouver un style personnel, à la croisée de ces influences, ce qu’on ressent bien sur cette bourrée. 

15. Fai-lo cornard ma filha (bourrée) 
Louise Reichert (chant)
Enregistrée le 4 août 1971 à Pons (Aveyron) par John Wright, Catherine Perrier et Emmanuel Lazinier.
La bourrée était généralement menée à la voix, lors des veillées de voisinage et dans un cadre familial, les instrumentistes étant réservés aux événements d’importance comme les mariages. Mme Reichert excellait dans ce domaine. 

Fai-lo cornard ma filha
Ton paire z’èra ben
Ta maire lo prestava
E enquèra l’a ben !

RADdO : 06363.
Fais-le cocu ma fille
Ton père l’était bien
Ta mère l’a bien prêté
Et elle l’a toujours !


 

16. Lo ribatel (bourrée)
Roger Vaissade (accordéon chromatique)
Enregistré en 1998 à Repons, commune de Saint-Urcize (Cantal) par Michel Esbelin, avec Frédéric Loth (prise de son).
Roger Vaissade, né en 1913, est aujourd’hui le doyen des accordéonistes de l’Aubrac. Après avoir passé sa jeunesse à Paris, il revint s’installer dans sa ferme familiale de Repons au lendemain de son mariage, et anima pendant plusieurs décennies les nombreux bals de la région, dans lesquels l’accordéon chromatique côtoie souvent la cabrette. 

17. Passant par Paris
Henri Bayle (chant)
Enregistré en 1988 à Lapte (Haute-Loire) par Claude Rocher, Jean-Louis Deygas, Michel Paulet, José Dubreuil et Jojo Darne.
Cette chanson se retrouve dans tout le domaine français. Présente dans l’oralité, elle connut un regain de popularité dans les années 1930 quand elle fut enregistrée plusieurs fois sur 78 tours. 

Passant par Paris, vidant la bouteille, (bis)
Un de mes amis me dit à l’oreille, bon, bon, bon,
Le bon vin m’endort, l’amour me réveille,
Le bon vin m’endort, l’amour me réveille encore


Un de mes amis me dit à l’oreille (bis)
Jean prend garde à toi, l’on courti’ ta belle, bon, bon, bon,
Le bon vin…


Courtise qui le voudra, je me fie z’en elle.

J’ai eu de son cœur la fleur la plus belle

Dans un beau lit blanc créé de dentelles.

J’ai eu trois garçons tous trois capitaines

L’un est à Paris, l’autre à La Rochelle

Et l’autre à Bordeaux courtisant les belles

Et l’père est ici qui assure la ficelle.

Coirault : 2514 J’ai trouvé rival.
RADdO : 00207.


18. Valse à Tintin
Marcel Piaud, originaire de Champagne-et-Fontaine (Dordogne) (vielle à roue)
Enregistré le 9 août 1988 à Bergerac (Dordogne) par Françoise Etay, avec Philippe Destrem.
Marcel Piaud (1907-2005) était issu d’une région de culture limousine au nord du département de la Dordogne. Au début du XXe siècle, toute une école de vielle y avait éclos, autour d’un seul joueur virtuose surnommé “Calau”. Marcel Piaud avait animé les bals, seul, à la vielle, avant de suivre les différentes modes qui l’entraineront vers la clarinette, puis l’accordéon chromatique (entre autres…). Il tenait cette valse de Marcel Chapelet, dit “Tintin”, un vielleux de la génération précédant la sienne. 

19. En 1820, ce fut un assassin… (Complainte sur l’assassinat du Duc de BerrY)
Marie Ischard (chant)
Enregistrée le 26 août 1977 à Saint-Martin-Valmeroux (Cantal) par Pèire Boissière.
Cette chanson raconte l’assassinat de l’héritier du trône de France par un républicain, Louis Louvel, survenu le 13 février 1820 à Paris. Le public des campagnes était friand de ces complaintes criminelles, qui circulaient sous forme de feuilles volantes. Ce ne sont pas des chansons traditionnelles à proprement parler, mais elles sont souvent entrées dans l’oralité.  

En mille huit cent vingt
Ce fut un assassin par un de nos soutiens
Un grand prince de France
Se trouvant sans défense
Il fut assassiné par un garçon sellier.

Mais ce garçon sellier
Il fut bien attrapé par un vieux grenadier
Il cria aux hommes et forte
Mais d’une voix plus forte :
“On assassine ici le duc de Berry ! ”

Sa femme vient de la maison tout pleurant
De la maison tout criant :
“Oh malheureuse France,
Voilà la récompense
D’être venue ici pour perdre mon mari ! ”

“Duchesse ne crie pas tant,
Aie soin de notre enfant
Je ne suis pas mourant
Conduis-moi z’à l’hôtel
Le coup n’est pas mortel.”

Mais à minuit on entend un grand bruit
Tout autour de son lit
“Adieu charmante duchesse
Il faut que je te laisse
Apporte mon enfant entre mes bras mourants.

Il faut que je te quitte,
Mais d’un regret bien triste
On mettra un prince à ma place,
Dieu en fasse la grâce
Mais ce que je voudrais le bonheur d’un Français.”

RADdO : 06361.

20. Polka piquée
Antonin Pécoil et Alexandre Savignat (violon)
Enregistrés en 1946 à Rentières (Puy-de-Dôme) par Jean Martin.
La réputation d’Antonin Pécoil (1885-1965) et Alexandre Savignat (1909-1964) était parvenue jusqu’à nous : M. Pécoil, qui jouait aussi de la cabrette, était notamment connu pour avoir vécu à Paris et pour avoir été l’ami des célèbres cabretaires Martin Cayla et Antoine Bouscatel. Ce document précieux n’a été retrouvé que très récemment par Michel Esbelin, dans la famille d’un voisin et ami d’Antonin Pécoil, Jean Martin, qui les avait enregistrés sur disques 78 tours Pyral juste après la Seconde Guerre mondiale. Cette polka piquée est jouée dans un style typique du Cézallier : le violon principal est tenu par Alexandre Savignat et Antonin Pécoil l’accompagne dans les graves, à l’octave en dessous.  

21. Cinc sòus per la chambriera (polka piquée)
Berthe Chevalier (chant)
Enregistrée en 1976 à Mézières-sur-Issoire (Haute-Vienne) par Alain Ribardière et Pierre Boulanger.
Berthe Chevalier, épouse d’Henri (voir piste 13), était une bonne chanteuse, au riche répertoire de chants à danser.

Cinq sos per la chambriera
Dos sos per la vaileton
(bis)
Quo es pro char per la chambriera
Quo es pas prop per la vaileton !
(bis)

RADdO : 06362.
Cinq sous pour la servante
Deux sous pour le petit valet
(bis)
C’est assez cher pour la servante
Ce n’est pas assez pour le petit valet !
(bis)


 
 
22. Bourrée deux tons
Alfred Mouret (violon)
Enregistré en 1977 à Saint-Donat (Puy-de-Dôme) par Olivier Durif.
Alfred Mouret avait sans doute hérité du style et du répertoire de son père François, violoneux de légende dans l’Artense, décédé en 1942. Il le colorait toutefois d’une forte créativité personnelle. 

23. Récit : le métier de violoneux 
Alfred Mouret (voix)
Enregistré en 1976 à Saint-Donat (Puy-de-Dôme) par Olivier Durif.
Le musicien se confie à l’enquêteur et évoque le rapport qu’il entretient avec son instrument. 

24. Ont anarem gardar (bourrée)
Antonin Chabrier (violon)
Enregistré en août 1973 à Riom-es-Montagnes (Cantal) par Jean-Loup Baly, Jean-François Dutertre et Em­ma­nuel Lazinier.
M. Chabrier joue une bourrée connue du répertoire cantalien, dans un style très répandu parmi les violoneux de sa génération (nés à la fin du XIXe siècle) et marqué par le jeu “lié”, où les notes sont étirées à la manière de certains jeux de cornemuse. 

25. Réveillez-vous fidèles 
René Bernard de Chastreix (Puy-de-Dôme) (voix et chant) et André Gatignol de Saint-Genès Puy-de-Dôme) (violon)
Enregistrés en décembre 1986 à Chastreix (Puy-de-Dôme) par Eric Cousteix.
Dans de nombreuses communes d’Auvergne et du Limousin, la Semaine Sainte (ou celle qui précède) donne lieu aujourd’hui encore au rituel des “réveillez”. Un groupe de jeunes fait le tour de toutes maisons du village, la nuit tombée, pour chanter la Passion. En récompense, on leur donne des œufs pour la préparation de l’omelette pascale.  

26. La Passion de Jésus-Christ
Maria Faurisson (chant)
Enregistrée le 24 août 1913 à Voutezac (Corrèze) par Ferdinand Brunot.
Voici, enregistrée par Ferdinand Brunot il y a près de 100 ans, une version en dialecte limousin de La Passion de Jésus-Christ, chantée pendant la Semaine Sainte en “passant les réveillez” (voir piste précédente).

La passion de Jesus Crist
N’es tant trista, dolanta

Escotetz-la pitits e grands
Si la voletz apprendre

Las aurelhas son per escotar
La bocha per la dire

Nòstre Senhor se vei permenar
Tot pendut coma un ange

N’emmena degun coma se
Mas Sent Jan e Sent Pierre

Quand sigueren a mieg chamin
Tròben belcòp de monde

Disset sent Pierre a sent Jan
Granda rejoïssença

Sent Jan disset a sent Pierre
Quò es granda traïssença

Tu ne’n veiràs deman a miegjorn
Ne’n veiràs l’experiança
Tu ne’n veiràs deman melhor
Ne’n veiràs l’esperiança

Tu ne’n veiràs mon cuer percé
Per mila còps de lança

Tu ne’n veiràs mon sang couler
Tot lo long de mes membres
La passion de Jésus-Christ
Est si triste, affligeante

Ecoutez-la petits et grands
Si vous voulez l’apprendre

Les oreilles servent à écouter
La bouche pour la dire

Notre-Seigneur va se promener
« Suspendu » comme un ange

Il ne prend personne avec lui
Sauf saint Jean et saint Pierre

Arrivés à mi-chemin
Ils trouvent beaucoup de monde

Saint Pierre a dit à saint Jean
Grande réjouissance

Saint Jean a dit à saint Pierre
C’est une grande trahison

Tu verras demain à midi
Tu en verras l’expérience
Tu verras mieux demain
Tu en verras l’expérience

Tu verras mon cœur percé
Par mille coups de lance

Tu verras mon sang couler
Tout le long de mes membres

 
27. L’âme entendit (cantique)
Louis Jarraud (cabrette)
Enregistré en 1978 au Barnagaud, commune de La Croisille-sur-Briance (Haute-Vienne) par Eric Montbel.
Louis Jarraud (1910-2006) joue ici sur une cabrette de type auvergnat, gonflée grâce à un soufflet et dotée d’un bourdon en chanterelle à anche simple de roseau. Il tenait ce cantique de chabretaires (joueurs de chabrette, voir piste suivante) d’une génération précédente, Jabet et Martinot, qui le jouaient à Noël pour les messes de minuit. Il l’interprète sur un instrument de tonalité assez grave, bien adapté à ce type de répertoire (ceux de tonalité aigues étant plutôt réservés aux airs de danse).

28. Valse
“Camillou” Gavinet (chabrette limousine), son fils René Gavinet (batterie) et sa petite-nièce Angélique Tarrade (accordéon chromatique)
Enregistrés dans la nuit du 31 décembre 1984 au  1er janvier 1985 à Saint-Priest-Ligoure (Haute-Vienne).
Etonnant document que cet enregistrement familial, réalisé un soir de réveillon ! “Camillou” Gavinet fait danser, accompagné par son fils à la batterie et sa petite-nièce à l’accordéon, avec une énergie incroyable. M. Gavinet jouait de la chabrette limousine, une cornemuse gonflée à la bouche et décorée de miroirs. Son instrument avait été fabriqué par son grand-père Charles Gavinet et il était l’ultime chabretaire de tradition connu. Depuis, l’instrument a connu un revival et compte à nouveau de nombreux pratiquants.  

29. Crebe de set (bourrée)
Michel Tournadre (violon)
Enregistré le 11 octobre 1959 à Lanobre (Cantal) par Claudie Marcel-Dubois et Marguerite Pichonnet-Andral pour le MNATP.
Michel Tournadre était un des grands violoneux artensiers “historiques” de la région de Champs-sur-Tarentaine (Cantal), à l’égal des légendaires “Fenou”, originaire lui aussi de Lanobre, ou de Louis Chaz Loi du Mas de Champs-sur-Tarentaine. 

30. Rossignolet charmant
Marie-Louise et Marcelle Delpastre (chant)
Enregistrées le 19 juin 1972 à Germont, Chamberet (Corrèze) par Hugh Shields.
Marcelle Delpastre (1925-1998) était un personnage étonnant et attachant. Elle avait toujours travaillé à la ferme avec ses parents, puis seule après le décès de ceux-ci. Elle n’a en parallèle jamais cessé d’écrire, produisant une œuvre riche et diverse (poèmes, récits autobiographiques, etc.). Elle a également toujours chanté, et nous l’entendons ici dans un duo spontané avec sa mère, Marie-Louise Delpastre, alors qu’elles étaient en train de préparer la salade avant le déjeuner.
La chanson (dont on trouvera une autre version, interprétée par Marcel Thibault, sur le volume 4 de cette collection) est suivie du chant du rossignol, enregistré le 20 juin 1972 dans un bois à Journiac, commune de Chamberet.

“Rossignolet charmant, rossignolet sauvage,
Apprends-moi ton langage, apprends-moi à chanter,
Apprends-moi la manière comment l’amour se fait.”

“Comment l’amour se fait, je m’en vais te le dire.
Faut aller voir les filles, les embrasser souvent,
En leur disant la belle, je serai ton amant.”

“Si tu es mon amant, je serai ta maîtresse,
Je serai ta maîtresse, maîtresse pour longtemps,
On couchera ensemble malgré tous nos parents.”

“La belle dans ton jardin, y a t-une belle rose,
Y a t-une belle rose, belle dans ton jardin.
Permets-moi donc, la belle, que j’y mette la main.”

“Pour y mettre la main, y a bien des choses à faire.
Apporte-moi la lune, le soleil à la main,
Tu toucheras la rose qui est dans mon jardin.”

“Pour t’apporter la lune, la lune elle est bien haute,
La lune elle est bien haute, le soleil est bien loin,
Tu n’auras pas la rose qui est dans mon jardin.”

Coirault : 122 Rossignolet du bois.
RADdO : 01211.

 
31. Para lo lop (bourrée)
Guillaume Morzières (cabrette)
Enregistré le 7 octobre 1959 à Saint-Simon (Cantal) par Claudie Marcel-Dubois et Marguerite Pichonnet-Andral pour le MNATP.
Les archives du MNATP conservent une passionnante, et jusqu’ici inédite, séance d’enregistrement réalisée auprès d’un cabretaire de l’ancienne génération, quelques mois seulement avant la mort de celui-ci. Surnommé le sanaire (castreur de cochons), Guillaume Morzières (1886-1960) était originaire de la même région qu’Antoine Bouscatel : la vallée de la Jordanne. On peut d’ailleurs noter de grandes similitudes dans leurs répertoires respectifs. Il avait acheté son premier instrument à Boussac, auprès d’un vieux musicien, à une époque où les cabrettes étaient souvent dépourvues de soufflet : on gonflait la poche à la bouche, comme pour la plupart des autres cornemuses populaires de France. Dans sa jeunesse, M. Morzières avait joué dans les bals de la communauté auvergnate parisienne, accompagné par la vielle ou par l’accordéon diatonique. Il était ensuite rentré au pays où il avait continué à animer noces et bals (avec un instrument “moderne”, muni d’un soufflet).

Guillaume Veillet
© 2009 Frémeaux & Associés 

English notes
Auvergne and Limousin
Auvergne and Limousin are two mountainous regions in the centre of France with an Occitan culture. From here comes a rich repertoire of songs (in French and Occitan) and instrumental music (violin, hurdy-gurdy, accordion, and bagpipes like the Auvergne and Limousin cabrettes). The region’s most emblematic dance is the bourrée and its variants. These two regions with many emigrants turned to Paris throughout the 19th and 20th centuries. Several of the musicians present on this record lived in the French capital before returning home, and most of them had played for their compatriots at Parisian dances. Paris, therefore, often (paradoxically?) played a role as a conservatoire for the musical practices of Auvergne and Limousin. A more detailed insight into the music of the Auvergne population of Paris, and the bal musette style that in some respects came from it, is provided in Volume 7 of this anthology.
Guillaume Veillet
English translation: Martin Davies
© 2009 Frémeaux & Associés 

Provenance des enregistrements - Durée totale : 52’­08   
1. Michel Meilhac : Pot-pourri de bourrées “auvergnates”
Fonds du CRR de Limoges. Inédit. 2’32  
2. René Rongier : Minuit vient de sonner
Issu de la double-cassette “Cantal. Musiques traditionnelles” (AMTA / ADMD Cantal ADMD 001). 1’39  
3. Félicie Sabatier : Appel des vaches
Issu de la cassette “Musique du canton : Yssingeaux 1” (AMTA PC 007). 0’15  
4. Paysage sonore : départ en estivage d’un troupeau de bovins 
Fonds MuCEM. Inédit. 0’50  
5. Joseph Perrier : Tant pire (bourrée)
Issu du 33 tours “Violoneux et chanteurs traditionnels en Auvergne. Cantal” (Le Chant du Monde LDX 74635). 1’09  
6. Maria Taves : Le premeir jorn de mas noças
Issu du 33 tours “Violoneux et chanteurs traditionnels en Auvergne. Cantal” (Le Chant du Monde LDX 74635). 2’56  
7. Jean Bacconet : Marche de noce
Fonds du CRR de Limoges et du CRD de la Creuse. Inédit. 0’52  
8. Louise Reichert : La demenam la nòstra nòvia (marche nuptiale) + entretien : la cabrette le jour des noces
Fonds Centre Joseph Canteloube / Archives Départementales du Cantal. Inédit. 2’38  
9. André Vermerie : La demenam la nòstra nòvia (marche nuptiale)
Issu du 33 tours “Musique traditionnelle des pays de France” (Le Chant du Monde LDX 64516). 1’03
10. Louis Linard : Marche de Bredou
Issu de la double-cassette “Cantal. Musiques traditionnelles” (AMTA / ADMD Cantal ADMD 001). 0’28
11. Léon Peyrat : Adieu Privas
Issu du CD “Léon Peyrat. Saint-Salvadour” (Modal Portraits MPT 112002). 1’13
12. Léon Peyrat : Suite de bourrées : La Sautarel / Bourrée de Gimel 2
Issu du CD “Léon Peyrat. Saint-Salvadour” (Modal Portraits MPT 112002). 1’27
13. Henri Chevalier : Sos le pont d’Orleans
Issu du CD “Chanteurs et musiciens en Limousin. Enregistrements 1974-1991” (CRMT 003). 3’06
14. François Vidalenc : Bourrée à François
Issu du 33 tours “Musique d’Auvergne. François Vidalenc joue le diatonique” (Discovale WM59). 1’04
15. Louise Reichert : Fai-lo cornard ma filha (bourrée)
Fonds Centre Joseph Canteloube / Archives Départementales du Cantal. Inédit. 0’58
16. Roger Vaissade : Lo ribatel (bourrée)
Issu du CD “France : accordéonistes en Aubrac” (Buda Records 92742-2). 
Avec l’aimable autorisation de Gilles Fruchaux de Buda Musique. 1’19
17. Henri Bayle : Passant par Paris
Issu de la cassette “Musique du canton : Yssingeaux 2” (AMTA). 4’06
18. Marcel Piaud : Valse à Tintin
Fonds du CRR de Limoges. Inédit. 1’55
19. Marie Ischard : En 1820, ce fut un assassin… (Complainte sur l’assassinat du Duc de Berry)
Fonds Centre Joseph Canteloube / Archives Départementales du Cantal. Inédit. 2’31
20. Antonin Pécoil & Alexandre Savignat : Polka piquée
Collection privée. Inédit. 1’22
21. Berthe Chevalier : Cinc sòus per la chambriera (polka piquée)
Issu du 33 tours “Chez Jagondi. Musique et chants traditionnels de Basse-Marche” (Diskan DK13). 1’15 
22. Alfred Mouret : Bourrée deux tons
Issu du CD “Alfred Mouret. Saint-Donat” (CRMT / AMTA / Modal Portraits MPT 112003). 0’29
23. Alfred Mouret : Récit : le métier de violoneux 
Issu du CD “Alfred Mouret. Saint-Donat” (CRMT / AMTA / Modal Portraits MPT 112003). 0’51
24. Antonin Chabrier : Ont anarem gardar (bourrée)
Issu de la double-cassette “Cantal. Musiques traditionnelles” (AMTA / ADMD Cantal ADMD 001). 1’26
25. René Bernard & André Gatignol : Réveillez-vous fidèles 
Issu de la cassette “Musique du canton : La Tour d’Auvergne” (ADDM / AMTA). 2’31
26. Maria Faurisson : La Passion de Jésus-Christ
Fonds Bibliothèque nationale de France. Inédit. 2’49
27. Louis Jarraud : L’âme entendit (cantique)
Issu du CD “Chanteurs et musiciens en Limousin. Enregistrements 1974-1991” (CRMT 003). 1’08
28. “Camillou” Gavinet & sa famille : Valse
Fonds du CRR de Limoges. Inédit. 2’38
29. Michel Tournadre : Crebe de set (bourrée)
Fonds MuCEM.  Déjà publié sur le CD “World Library of Folk and Primitive Music : France” (Rounder CD 82161-1836-2). 0’33
30. Marie-Louise & Marcelle Delpastre : Rossignolet charmant
Issu du 33 tours “French Folk Songs From Corrèze” (Topic 12T246). 2’40
31. Guillaume Morzières : Para lo lop (bourrée)
Fonds MuCEM. Inédit. 1’04  

Idée originale, choix des morceaux, rédaction du livret : Guillaume Veillet

Remerciements :
les collecteurs et interprètes, ou leurs ayants droit ; tout le personnel et les bénévoles des centres et associations partenaires ; la FAMDT et son directeur, Pierre-Olivier Laulanné ; André Ricros ; Olivier Durif ; Reg Hall et Tony Engle du label Topic Records, à qui l’on doit la monumentale anthologie The Voice of the People, consacrée aux musiques traditionnelles d’Angleterre, d’Irlande, d’Ecosse et du Pays de Galles ; le Centre International de recherches Interdisciplinaires en Ethnomusicologie de la France (CIRIEF) ; Marie-Barbara Le Gonidec et Valérie Pasturel ; Michel Esbelin ; Marlène Belly ; Georges Delarue ; Yvon Guilcher ; André Maurelli ; Catherine Perrier et John Wright ; Claude Ribouillault… ainsi que toutes les personnes rencontrées au cours de ces années de recherches qui ont transmis un peu de leur savoir et de leur expérience.

En couverture : Louis Jarraud, devant sa maison de La-Croisille-sur-Briance (Haute-Vienne). Cliché Laurent Grall-Rousseau.

Les partenaires de cette édition
Frémeaux & Associés, éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical et parlé, s’attache depuis près de 20 ans à défendre l’ensemble du patrimoine sonore, musical, historique, politique, littéraire et radiophonique en effectuant les recherches historiques, la restauration des disques ou des matrices, et sa mise à disposition auprès du public, des médiathèques et des établissements scolaires.
La Fédération des Associations Musiques et Danses Traditionnelles met en réseau les acteurs des musiques et danses traditionnelles en France. Elle a édité le Guide de traitement des archives sonores et est pôle associé de la BnF sur ce sujet. Elle met en place actuellement le portail du patrimoine oral, donnant accès aux différentes bases de données documentaires sur le domaine.
TRAD Magazine est le bimestriel consacré au monde des musiques et danses traditionnelles. Créé en 1988, TRAD Magazine est devenu la revue française de référence en la matière, et participe à la vie des musiques et danses traditionnelles par le biais d’articles, reportages, chroniques, calendriers…
La Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs de Musique, créée en 1851, a pour objectif la défense des droits des créateurs de la musique. Elle assure la gestion collective de la collecte et de la répartition des droits d’auteurs des œuvres musicales de son catalogue. La SACEM est une entreprise privée reconnue et contrôlée par l'État français et chargée d'une mission de service public.
Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée est un musée consacré aux cultures de l’Europe et de la Méditerranée dont l’ouverture est prévue à Marseille. Aux collections de l’ancien musée des Arts et Traditions populaires situé dans le bois de Boulogne, s’ajoutent celles du département “Europe” que conservait le musée de l’Homme à Paris.
La Bibliothèque nationale de France recueille, conserve, enrichit et communique le patrimoine documentaire national. Chargée de la collecte du dépôt légal, elle est la plus importante bibliothèque de France. Ses locaux abritent plus de 13 millions de livres et imprimés et plusieurs millions de manuscrits, cartes, photographies, documents sonores ou vidéos.
Situées dans le centre-ville d’Aurillac, les archives départementales conservent la mémoire collective du Cantal. Elles assurent la collecte, le contrôle, le classement, la conservation et la communication de l’histoire du département.
Le Centre Régional des Musiques Traditionnelles en Limousin, affilié à la FAMDT, est un Centre de ressources dans le domaine de l’information, la mise en réseau, le conseil et l’expertise, et une structure de développement d’actions dans le domaine du patrimoine et de la mémoire, de la formation ainsi que de la création et la diffusion. 
L’Agence des Musiques Traditionnelles en Auvergne, membre de la FAMDT, est un Centre de Musiques Traditionnelles implanté en région en convention avec l’Etat et le Conseil Régional d’Auvergne. Elle œuvre en réseau à la valorisation, à la création et à la conservation des pratiques musicales traditionnelles de son territoire et considère le patrimoine culturel immatériel notamment comme levier du développement local. 

Liste des collecteurs de l'Anthologie France :
Alexandre, Al Leur Nevez, Anakesa, Anthony, Apiou, Aristow-Journaud, Armand, Arsenault, Azoulay, Baly, Bardot, Baudoin, Beaudet, Béraud-Williams, Berluette, Bernard, Bertrand, Bhattacharya, Blandin, Blouët, Bois, Boissel, Boissière,  Bolzon, Bouchot, La Bouèze, Boulanger, Bouthillier, Brandily, Brandywine Friends of Old Time Music, Bromberger, Bruneau, Brunot, Cadoudal, Carpitella, Castell, Casteret, Caumont, Centre Culturel La Marchoise, Challet, Chappuis, Chaventon, Chevallier, Chiasson, Christen, Collectif Vielle en Bretagne, Colleu, Comeau, Cordonnier, Coulomb, Cousteix, Darne, Davy, Delaval, Despringre, Desroches, Des Rosiers, Destrem, Devigne, Deygas, Dubois, Dubreuil, Ducaroy, Duplessis, Durif, Dutertre, Ecole de Musique de Gans, Ehret, Ellébore, Esbelin, Escolo Trencavel, Etay, E Voce di U Cumune, Février, Flagel , famille Gavinet, Gesser, Giometto, Gladu, Groupe d’Animation et de Recherche du Maine, G.R.E.T.T. du Charollais et Brionnais, Guillard, Guilleux, Harismendy, Herrgott, Hervieux, Jacquier, Joisten, Junquèr-d’Oc, Klopocki, Laade, Labelle, Labrie, Lacourcière, Lai Pouèlée, Lajoux, Laperche, Lauprêtre, Laurent, Lazinier, Le Creurer, Léger, Le Lamparo, Lemercier, Lemieux, Lempereur, Le Quellec, Leroux, Le Vraux, Loddo, Lomax, Lortat-Jacob, Los de Romanha, Mabru, Madelaine, Mahé, Marcel-Dubois, Marchand, Martin, Martinod, Mason, Matton, Mazéas, Mazellier, Ménétrier, Montbel, Morel, Morisson, Mosquès, Mouren-Prost, Moureu, Moyse-Faurie, Nioulou, Oller, Oster, Oxtikenekoak, Pacher, Parejo-Coudert, Pasturel, Paulet, Pauty, Pazzoni, Pearron, Perrier, Pichonnet-Andral, Pindard, Piraud, Pôle Régional des Musiques Actuelles de la Réunion, Précourt, Quilici, Quimbert, Raïsky, Redhon, Renaud, Ribardière, Ricros, Rocher, Römer, Ropars, Rouger, Roussel, Roux, Royer, R.T.F., Salesse, Sauvegarde des Traditions Mayennaises, Savard, Servain, Sette, Shields, Siblaires de Lanciour, Terral, Thiaulins de Lignières, Troadeg, Valière, Veillet, Vernay, Vidal, Vie et Traditions d’Artois, Voyer, Vrod, Weiri, Wright.


CD France - Auvergne et Limousin © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




ExtractTrackAuthorDuration
01 Pot pourri de bourrées auvergnates - Meilhac02'34
02 Minuit vient de sonner - Rongier01'41
03 Appel des vaches - Sabatier00'16
04 Départ en estivage d'un troupeau de bovins - Paysage sonore00'52
05 Tant pire - Perrier01'11
06 Le premier jorn de mas noças - Taves02'58
07 Marche de noce - Bacconet00'55
08 La demenam la nostra novia - Reichert02'40
09 La demenam la nostra novia, marche nuptiale - Vermerie01'05
10 Marche de Bredou - Linard00'30
11 Adieu Privas - Peyrat01'15
12 Suite de bourrées: la Sautarel / Bourrée de Gimel - Peyrat01'29
13 Sos le pont d'Orleans - Chevalier03'08
14 Bourrée à François - Vidalenc01'07
15 Fai lo cornard ma filha - Reichert01'00
16 Lo ribatel - Vaissade01'21
17 Passant par Paris - Bayle04'08
18 Valse à Tintin - Piaud01'58
19 En 1820, ce fut un assassin… (Complainte sur l’assassinat du Duc de Berry) - Ischard02'34
20 Polka piquée - Pécoil / Savignat01'24
21 Cinc sous par la chambriera - Chevalier01'17
22 Bourrée deux tons - Mouret00'31
23 Récit: le métier de violoneux - Mouret00'53
24 Ont anarem gardar - Chabrier01'29
25 Réveillez-vous fidèles - Bernard02'33
26 La passion de Jésus-Christ - Faurisson02'51
27 L'âme entendit - Jarraud01'10
28 Valse - Gavinet02'40
29 Crèbe de set - Tournadre00'36
30 Rossignolet charmant - Delpastre02'42
31 Para lo pop - Morzières01'04
"Un patrimoine descendu des greniers" Peyre-Arse presse

"France, une anthologie des musiques traditionnelles", c'est un pavé de dix CD, que les éditions Frémeaux & associés viennent de lancer sur le marché. Cette compil' a déjà été salué du grand prix de l'Académie Charles Cros pour la défense du patrimoine sonore, de la parole et de la parole enregistrée. L’anthologie des musiques traditionnelles de France, proposée par les éditions Frémeaux & associés, c’est le fruit d’un siècle de collectage dans les diverses régions de l’hexagone ainsi qu’Outre-mer et même chez les Français d’Amérique. Le résultat donne un coffret de 10 CD avec livrets de 24 pages pour près de 300 titres sélectionnés par un ancien rédacteur en chef de Trad Magazine.
Un patrimoine musical où le Cantal fait bien belle figure. Rien que sur les 31 enregistrements du CD consacré à l’Auvergne et au Limousin, dix émanent du Cantal. Sur l’ensemble de cette anthologie, le département figure ainsi devant les Côtes d’Armor (9 morceaux), au même niveau que le Cher et juste derrière le Morbihan (11). Près d’une cinquantaine de partenaires est associée à cette compilation, dont les Archives départementales du Cantal et l’Agence des musiques traditionnelles en Auvergne. À ces dix morceaux enregistrés dans le Cantal, il faut ajouter ceux collectés dans d’autres départements mais qui font preuve d’un grand air de famille. C’est ainsi, que dans le CD intitulé “Alpes, Nord et Est” - qui englobe la région parisienne - on peut entendre Jean Ribeyrolle, un violoneux originaire de Lanobre, ou la “Marche nuptiale d’Auvergne” interprêtée à la cabrette par Antoine Bouscatel et “La Moralhada” par Jean Bergheaud. Dans la même veine, le CD consacré au Centre-France cache une interprétation, à l’harmonica, de la “Bourrée croisée”, enregistré dans le Cher en 1961.
Avec chaque CD, un livret délivre les informations relatives aux enregistrements. Une carte permet de les localiser. Sur celui intitulé “Auvergne et Limousin”, on découvre ainsi que le chant de René Rongier a été immortalisé sur bande magnétique dans un buron de Pradiers en 1976. L’appel des vaches qui lui succède émane de Haute-Loire tandis que le départ pour l’estive provient d’Aveyron. C’est le violon de Joseph Perrier qui prend le relais avec une bourrée enregistrée en 1976 à Champs-sur-Tarentaine. Toujours en provenance de l’Artense, et à la même date, “Le premier jorn de mas nòças” est chanté par Maria Taves. À Sainte-Eulalie, c’est Louis Linard qui jouait la “Marche de Bredou” à la cabrétou (clarinette de paille de seigle percée de six trous).  “La bourrée à François” est interprétée à l’accordéon diatonique par François Vidalenc. Cet enregistrement, réalisé à Vigouroux, date d’août 1980. Plus récemment, c’est en 1998 que “Lo ribatel” jouée par Roger Vaissade a été saisie à Saint-Urcize tandis que dans un autre registre la “Complainte sur l’assassinat du Duc de Berry” était chantée par Marie Ischard à Saint-Martin-Valmeroux onze ans plus tôt.  Autre violoneux, à être resté dans l’histoire, le Riomois Antonin Chabrier interprète sur ce disque la bourrée intitulée “Ont anarem gardar”. Quelques plages plus loin, c’est au tour du violon de Michel Tournadre de Lanobre avec “Crebe de set” et ce disque s’achève par une énième bourrée. Cette dernière - “Para lo lop” est interprêtée Guillaume Morzières, un cabretaïre de l’ancienne génération comme il est précisé. Il a connu la cabrette à bouche avant d’adopter le souffler à son retour de Paris. Cet enregistrement, effectué à Saint-Simon, date du 7 octobre 1959.
Cette anthologie présente également des enregistrements de Bretagne, de La France de l’Ouest, du Sud-Ouest, de Méditerranée et de Corse avec l’occasion d’entendre plus d’une vingtaine de langues différentes."
©FP/PEYRE-ARSE PRESSE




"Une bien belle anthologie, il faut bien le dire." par Trad Magazine

"On ne peut que féliciter Frémeaux & Associés d’avoir publié une anthologie des musiques de traditions orales de France, dont est issu ce CD “Auvergne et Limousin”. D’autant plus qu’il s’agit de documents d’enquêtes. Ces derniers restent souvent peu accessibles au grand public, à mourir inédits dans des archives, ou à être peu à peu oubliés pour ceux publiés qu’on ne trouve plus. Ici, plusieurs générations de nos anciens sont présentes. Outre l’intérêt historique et ethnomusicologique, cela permet à ces enregistrements peu connus même sur leurs territoires de rencontrer de nouvelles oreilles et d’avoir une autre vie après un vinyle, une cassette, une bande ou un DAT. Cela permettra, on l’espère, de véhiculer une image plus complexe, plus complète, plus fine et plus vraie des musiques de traditions orales de l’Auvergne et du Limousin.
Cependant, on ne peut pas, en trente-et-une plages, faire le tour des musiques de ces territoires. Cela nécessite un choix, et quel choix difficile à faire ! De ce fait, il faut souligner l’intérêt de plusieurs morceaux inédits qui éveilleront la curiosité des oreilles friandes de collectages (onze morceaux sur trente-et-un) ainsi que des extraits de disques maintenant introuvables que certains auront plaisir à réentendre. Mais il est peut-être dommage de ne pas avoir toujours choisi les airs les mieux réussis des interprètes présentés, réduits pour la plupart d’entre eux à une forme d’expression, alors qu’ils excellent dans une autre. On pense à Joseph Perrier, violoneux bien plus brillant dans d’autres enregistrements, ou à Louise Reichert, émouvante chanteuse de complaintes. D’autant que certaines autres voix majeures manquent, alors qu’elles auraient eu leur place : par exemple, Henri Roulant pour ses chants narratifs ou Jean Chabozy, maître du chant à danser. Le choix des extraits chantés, malgré la qualité des interprètes, est assez pauvre quand on connaît la richesse du chant dans les deux régions. Et que dire de l’accordéon diatonique des Combrailles dans le Puy-de-Dôme ? Il n’est pas là. Chose étonnante, pas non plus d’harmonica. Le livret, rédigé par Guillaume Veillet, donne quelques renseignements utiles pour situer chaque plage. Cependant, une erreur s’est glissée plage 25 : ce n’est pas René Bernard qui chante (il parle au début de la plage, c’est tout) mais André Gatignol, tout en jouant du violon. Cette pratique (chant et violon) n’est d’ailleurs pas anecdotique en Artense. Et justement, il manque cruellement à cet objet une notice explicative générale sur les pratiques musicales d’Auvergne et du Limousin, afin d’y voir un peu plus clair. Car tout est mélangé, du sud du Cantal au nord de la Haute-Vienne, sans que l’on sache vraiment de quoi est représentatif le morceau qu’on écoute. Bon courage aux néophytes. D’autant que les notices du début sur le revival et les interprètes sont un peu légères et ne reflètent pas la réalité, surtout en ce qui concerne les danses. Peut-être l’auteur a-t-il dû condenser et faire des raccourcis, mais cela ne sert pas le résultat final. Au-delà de ces quelques regrets, j’ai bon espoir, malgré tout, que les auditeurs de cet album “Auvergne et Limousin” aient envie d’aller plus loin et de mieux connaître ce qui est abordé dans ce troisième volume d’une bien belle anthologie, il faut bien le dire."
par Éric DESGRUGILLERS - TRAD MAGAZINE




« Une anthologie unique et remarquable » par Revue Historia

« Dans ce coffret, Guillaume Veillet (collecteur et ancien rédacteur en chef de Trad Magazine) réunit près de 300 chansons traditionnelles  enregistrées in situ tout au long du XXe siècle. Celles-ci sont classées par grandes zones géographiques : Bretagne, France de l’Ouest, Auvergne et Limousin, Centre France, Sud-Ouest, Méditerranée, Alpes (Nord et Est), Corse, Outre-Mer et France d’Amérique. Une anthologie unique et remarquable. » 
Par REVUE HISTORIA




« Éclectisme iconoclaste et rafraîchissant » par Page

« Les éditions Frémeaux & Associés, quant à elles, témoignent d’un éclectisme iconoclaste et rafraîchissant. Qu’on en juge : la philosophie d’Heidegger voisine, entre autres exemples, avec l’intégrale Mahalia Jackson et la musique populaire auvergnate ! »
Par PAGE




« Quelle impressionnante nuée d’ornementations » par Le Canard Folk

« Quelle impressionnante nuée d’ornementations chez Michel Meilhac, violoneux limousin, dans les bourrées en 1959 ! Et le lyrisme du violoneux Joseph Perrier (une bourrée), une marche de noces par  un vielleux de la Creuse, une autre marche de noces  en occitan chantée par  Louise Reichert (qui chante aussi une bourrée) puis en version instrumentale à la cabrette par André Vernerie, Léon Peyrat dans une suite de bourrées au violon, l’accordéoniste du Cantal François Vidalenc avec la «Bourrée à François», une valse par le vielleux Marcel Plaud, une polka piquée par deux violons d’octave en 1946, une « Bourrée deux tons » à la mélodie intéressante par Alfred Mouret (violon), un cantique à la cabrette, une valse à la chabrette limousine, le violoneux du Cantal Michel Tournadre, une très énergique bourrée à la cabrette par Guillaume Morzières (Cantal en 1959), des complaintes chantées. »
Par M. Bauduin - LE CANARD FOLK




« La sélection combine morceaux incontournables » par World Sound

« L’initiateur du projet, Guillaume Veillet, aura eu besoin de cinq ans pour sélectionner les trois cents titres et obtenir les autorisations des ayants droits. Un vrai travail de fourmi. La sélection combine morceaux incontournables de chaque région et titres rares à même de satisfaire les collectionneurs. Évidemment, on peut acheter les albums séparément. Selon moi, le coffret qui comprend les dix CDs est susceptible d’intéresser, en priorité, les urbains. Paradoxalement, les amateurs de world music sont peu au fait du répertoire traditionnel français. La qualité de production est pourtant étonnante. Personnellement, j’ai été surpris par l’élaboration des arrangements et le rendu sonore de ces morceaux ! »
Par Antoine Perret — WORLD SOUND




29 other products in the same category:

Customers who bought this product also bought...