RAÚL BARBOZA ET DANIEL COLIN

RENCONTRE A PARIS

More details

Booklet : 8 PAGES - ENGLISH NOTES
Number of CDs : 1


19,99 € tax incl.

FA573

Available. Will be sent within 24 to 72h

Add to my wishlist

+2 loyalty points


2 quantities
-15%

Already brought together on record by Franck Bergerot and Patrick Tandin in the days of Paris Musette, Daniel Colin (accordion, bandoneon) and Raúl Barboza (accordion) have become vibrant legends on their instruments. The scope of this project and their frequent tours in Japan made them genuine ambassadors for a popular, alternative kind of French music. Produced by Dominique Cravic, the founder of the Primitifs du Futur, Rencontre à Paris is an album in the image of French capital popularly known as “Paname”, a cultural melting-pot where “musette” meets swing, songs, tango, Amerindian music… swept along by the famous Argentinean accordionist. This record could well provide a soundtrack for the Paris of Prévert and Doisneau. It’s a snapshot of a generous, popular culture which finds authenticity in roaming over the cobblestones of Montmartre or the Butte aux Cailles, and it succeeds in crossing oceans and time.

Patrick FRÉMEAUX

Rencontre à Paris FA573

RENCONTRE A PARIS
Raúl Barboza et Daniel Colin












1. Indifférence (Tony Murena / Joseph Colombo)  2’20
2. Gaucho de Porto Alegre (Raúl Barboza) 2’21
3. A Paris dans chaque faubourg (René Clair / Maurice Jaubert) 3’01
4. Amis amigos (Dominique Cravic) 2’20
5. La foule (Angel Cabral) 3’50
6. Il pleut sur la route (Robert Champfleury / Henry Himmel) 3’17
7. Ferviente ilusion (Raúl Barboza) 2’40
8. Quel temps fait-il à Paris ? (Henri Contet / Alain Romans) 2’35
9. Rêve bohémien (Jo Privat) 3’12
10. La vie (Léo Ferré) 2’15
11. Les feuilles mortes (Jacques Prévert / Joseph Kosma) 4’19
12. La Partida (Anonyme) 3’51
13. Accordéon (Jacqueline Batel / Roland Fabien) 2’29
14. Spontané (Daniel Colin / Raúl Barboza) 4’35
15. Pigalle (Géo Koger-Guy Luypaerts / Georges Ulmer) 2’26

Raúl Barboza : accordéon (tous titres sauf 15)
Daniel Colin : accordéon (titres 1, 3, 4, 5, 8, 11 ,13, 14, 15), bandonéon (2, 6, 7, 9, 10, 12)
Claire Elzière : chant (3, 6, 8, 10, 13, 15)
Dominique Cravic : guitare (tous titres sauf 14), chant (8, 11)
Grégory Veux : piano (3, 6, 8, 10, 11, 12, 15)
Laurent Larcher : contrebasse (1, 2, 4, 6, 8, 10, 12)
Bertrand Auger : clarinette (4, 6, 8)
Jean-Michel Davis : vibraphone (1), percussions (2)

Produit en 2010 par Dominique Cravic pour Respect Record (Kenichi Takahashi),
licencié en 2012 à Frémeaux & Associés.

Cet album a été enregistré et mixé au studio Mélodium à Montreuil et au studio Acousti à Paris
durant les mois de mai et juin 2010.
Remerciements : Alain Cluzeau, Dany Lallemand, Dr No et Ludo.
Photos : Norbert Gabriel et Claire Elzière.
Quel temps fait-il à Paris ? est dédié à Vic et Monette, Denise et René.
La partida est dédiée à Ariel Ramirez.

Dominique Cravic
Créateur/Leader du groupe Les Primitifs du Futur où il développe des musiques métissées d’inspiration années 30 - musette, fox, blues, biguines - avec Daniel Huck, Daniel Colin, Jean-Michel Davis, Fay Lovsky, Robert Crumb, Jean-Phippe Viret, Bertrand Auger, Claire Elzière, Raúl Barboza, Hervé Legeay… Cravic est également membre de l’Ukulélé Club de Paris. Guitariste d’Henri Salvador (pour Jardin d’hiver), Dominique a participé aux dernières grandes tournées de celui-ci.

Founder/leader of The Primitifs du Futur, and the man behind the group’s exotic brand of music-forms inspired by the Thirties: “musette”, fox-trot, blues and beguine. Cravic has taken the band all the way round the world. Dominique is also a member of the “Ukulélé Club de Paris” group (with Joseph Racaille, Tony Truant, Cyril Lefèbvre, Brad Scott, Fay Lovsky and Pierre Sangra). As Henri Salvador’s guitarist (he plays on “Jardin d’hiver”), Cravic appeared in the latter’s last shows both in France and abroad.

Raúl Barboza
Ambassadeur du Chamamé, musique métisse du nord-est argentin, Raúl Barboza, est un accordéoniste de renommée internationale. C’est en arrivant à Paris à la fin des années 1980 qu’il rencontre Patrick Tandin, lequel lui demande de participer au projet « Paris musette » et dont il deviendra l’un des membres principaux. Porteur de cette diversité de l’humanité dont il est un exceptionnel représentant, Raúl Barboza est un accordéoniste étincelant au jeu coloré et généreux.

The ambassador of the Chamamé music-genre from north-eastern Argentina, Raúl Barboza is a world-renowned accordionist. When he arrived in Paris at the end of the Eighties he met Patrick Tandin, who asked him to join the “Paris musette”.

Daniel Colin
L’accordéoniste Daniel Colin est considéré, à juste titre, comme l’un des derniers Grands de son instrument et de la tradition parisienne. Natif de Pontarlier, celui que Jo Privat appelait « Mr doigts d’acier » a fait le tour du monde où il présente ses compositions et les nombreux disques qu’il a gravés à la croisée du Musette et du Jazz – comme avec « Les Primitifs du Futur ». Daniel Colin a reçu un Prix Gus Viseur « Accordéon » bien mérité en 2005.

Considered one of the last great instrumentalists in the Parisian tradition. Born in eastern France (Pontarlier), he was called “Mr. Steel Fingers” by fellow-accordionist Jo Privat, and Colin has toured the world playing his own compositions – including appearances with The Primitifs du Futur – and made many records under his own name combining “musette” and jazz. In 2005 Daniel Colin received a well-deserved Gus Viseur Accordion Prize. 

Invités
Claire Elzière
Paris et la chanson coulent dans les veines de Claire Elzière, qui sait être tant l’ambassadrice d’un art de chanter romance rive gauche que de la gouaille poétique et fédératrice de sa chère rive droite. En témoignent ses disques parus au Japon chez Respect Record (Chansons d’amour de Paris, disque Frémeaux & Associés, réf. FA 520) et ses hommages à Pierre Louki produits par le label Saravah.

Paris and the French Chanson genre are in Claire Elzière’s blood. She’s the Ambassadress not only for the Left Bank’s art of romantic song but also for the poetic, cheeky humour that unites Parisians on the other side of the Seine. Among her recordings are titles issued in Japan by Respect Record (“Chansons d’amour de Paris”, released in 2010 by Frémeaux & Associés), and her own tributes to Pierre Louki produced by the Saravah label. 

Laurent Larcher
Bassiste multicartes, Laurent Larcher collabore régulièrement avec « les Primitifs du futur ». Il mène également de nombreux projets solos, à la contrebasse et/ou au chant où il s’aventure dans divers genres : jazz, blues ou funk.

Laurent Larcher is a polyvalent bassist, who regularly collaborates with the group “Primitifs du future”. He also devotes his time to numerous solo projects, playing bass and/or singing, which venture into other genres such as jazz, blues and funk.

Grégory Veux
Le talentueux pianiste, compositeur, auteur, chanteur, est le compagnon d’armes de Claire Elzière depuis plus de dix ans. Il est également membre des « Têtes de chien », un impressionnant quintet vocal qui met en exergue le patrimoine oral et les traditions des quatre coins de la France. Leur premier album « Portraits d'hommes » sort en 2012 chez Frémeaux & Associés. Un brillant et exigent artiste de la nouvelle scène parisienne.

A talented pianist, composer, songwriter and singer, Gregory has been touring with Claire Elzière for more than a decade. He is a member of “Têtes de Chien” an extraordinary French vocal band (their first album, “Portraits d’hommes” will be released in 2012 by Frémeaux & Associés). A brilliant and demanding artist on the modern Parisian scene.

Merci à Jean-Michel Davis, vibraphone (1) et percussions (2) et Bertrand Auger, clarinettes (4), (6) et (8) tous deux Primitifs du Futur.
Special Thanks to Jean-Michel Davis on vibraphone (#1) and percussions (#2), and to Bertrand Auger on clarinet on titles (#4,6,8).


Cet album c’est un peu le monde à l’envers :
Daniel Colin est le musicien parisien le plus argentin, il joue le bandonéon à merveille et réside à Ivry-sur-Seine depuis toujours (ou presque)…

Raúl Barboza est le musicien argentin le plus parisien, lui joue l’accordéon et il s’est installé en compagnie d’Olga, sa compagne, à Paris près du Panthéon (il n’aura pas très loin à aller quand la gloire lui fera signe…).

Daniel joue le bandonéon (mais bien entendu aussi l’accordéon et le piano…), instrument symbole du tango argentin et Raúl joue l’accordéon, qui personnifie la musique parisienne et si il joue le tango, musique urbaine de Buenos Aires qui conquit le monde entier vers la fin des années 1910, il est surtout le grand représentant et « défenseur » du chamame : cette musique d’Argentine plutôt de la campagne.

Cette rencontre inédite en disque est une rencontre qui semble évidente à l’écoute tant la complicité de Daniel et Raúl saute « aux yeux » : Daniel et Raúl se connaissent depuis de nombreuses années… ils sont amis, adorent se retrouver pour jouer ensemble… Et chacun a fait un grand pas vers la musique de l’autre…

Mais nous devons à Monsieur Kenichi Takahashi, le directeur et l’âme de Respect Record, compagnie basée à Tokyo, l’opportunité de les faire se rencontrer en studio (Acousti studio au cœur de Saint-Germain-des-Prés) Kenichi san est lui-même gourmand de rencontres inédites insolites et créatives.

Il nous reste aussi à remercier Claire Elzière pour sa remarquable interprétation de quelques chansons parisiennes, Grégory Veux son pianiste « historique » pour son jeu tout en finesse et tellement pertinent, Monsieur Ludo Palabaud pour son goût et son art d’ingénieur du son et bien sûr merci au Dr Yoshi Watanabe pour sa présence et son savoir…

Que la boule tango se mette à tourner au firmament du dancing et projette ses éclats de miroirs comme autant d’éclairages heureux et nostalgiques…
Dominique Cravic
© Frémeaux & Associés 2012


This album is just a little bit upside-down and back-to-front:

Daniel Colin is the most Argentinean of all Parisian musicians; he plays a marvellous bandoneon and has always (almost) lived in Ivry-sur-Seine…

Raúl Barboza is the most Parisian of all Argentinean musicians; his instrument is the accordion, and he lives with Olga, his partner, near the Pantheon in Paris (which means he won’t have far to go when glory calls…).

Daniel plays a bandoneon (but also the accordion and piano, of course…), the symbolic instrument of the Argentinean tango, and Raúl plays an accordion, which is Parisian music personified, and while he does play the tango, the urban music of Buenos Aires which had conquered the whole world by 1920, he is above all the great representative and “defender” of the chamame: Argentinean music, but rather from the countryside.

Their first-time-on-record meeting here is one which seems self-evident when you listen to it; the complicity between Daniel and Raúl “hits you in the eye”: they’ve known each other for years, love getting together to play… and both Daniel and Raúl have each taken a big step towards the music of the other…

But the opportunity for them to meet in a recording-studio (Acousti, in the heart of Saint-Germain-des-Prés), is one we owe to Mr. Kenichi Takahashi, the Director and very Soul of Respect Records, a company based in Tokyo; Kenichi-san himself is very fond of hitherto-unknown, strange and creative meetings.

We have space enough to give warm thanks to Claire Elzière, for her remarkable performances of some Parisian songs; to Grégory Veux, her “historic” pianist, for the finesse of his ever-so-pertinent playing; to Monsieur Ludo Palabaud, for his taste and artistry in the engineering of sound; and, of course, to Dr. Yoshi Watanabe, for his presence and science…

May the tango ball begin to spin in the firmament of dancehalls, and so project the brilliance of its mirrors in as many fortunate and nostalgic lights.
Dominique Cravic
Adapted into Engish by Martin Davies
© Frémeaux & Associés 2012

Déjà réunis sur disque par Franck Bergerot et Patrick Tandin à l’époque de Paris Musette, Daniel Colin (accordéon-bandonéon) et Raúl Barboza (accordéon) sont devenus des légendes vivantes de leurs instruments. Le rayonnement de ce projet, et leur fréquentes tournées au Japon ont fait d’eux les véritables ambassadeurs de la musique populaire et alternative française. Produit par Dominique Cravic, le créateur des Primitifs du Futur, Rencontre à Paris est à l’image du Paname «vivier de cultures », où le musette rencontre le swing, la chanson, le tango comme les musiques amérindiennes, emmenées par le célèbre accordéoniste argentin. Ce disque pourrait être la bande-son du Paris de Prévert et de Doisneau. Un instantané d’une culture populaire généreuse qui trouve son authenticité en battant le pavé à Montmartre ou à la Butte aux Cailles, et qui a su traverser les âges et les océans.  
Patrick Frémeaux

Already brought together on record by Franck Bergerot and Patrick Tandin in the days of Paris Musette, Daniel Colin (accordion, bandoneon) and Raúl Barboza (accordion) have become vibrant legends on their instruments. The scope of this project and their frequent tours in Japan made them genuine ambassadors for a popular, alternative kind of French music. Produced by Dominique Cravic, the founder of the Primitifs du Futur, Rencontre à Paris is an album in the image of French capital popularly known as “Paname”, a cultural melting-pot where “musette” meets swing, songs, tango, Amerindian music… swept along by the famous Argentinean accordionist. This record could well provide a soundtrack for the Paris of Prévert and Doisneau. It’s a snapshot of a generous, popular culture which finds authenticity in roaming over the cobblestones of Montmartre or the Butte aux Cailles, and it succeeds in crossing oceans and time. 
 Patrick Frémeaux

CD RENCONTRE A PARIS, RAUL BARBOZA ET DANIEL COLIN © Frémeaux & Associés 2012 (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




ExtractTrackAuthorDuration
01 Indifference - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Laurent Larcher, Jean-Michel Davis02'20
02 Gaucho de Porto Alegre - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Laurent Larcher, Jean-Michel Davis02'21
03 A Paris dans chaque faubourg - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Claire Elzière, Grégory Veux03'02
04 Amis amigos - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Laurent Larcher, Bertrand Auger02'20
05 La Foule - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic03'51
06 Il pleut sur la route - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Claire Elzière, Grégory Veux, Laurent Larcher, Bertrand Auger03'18
07 Freviente ilusion - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic02'40
08 Quel temps fait-il à Paris? - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Claire Elzière, Grégory Veux, Laurent Larcher, Bertrand Auger02'35
09 Rêve bohemien - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic03'12
10 La vie - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Claire Elzière, Grégory Veux, Laurent Larcher02'15
11 Les feuilles mortes - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Claire Elzière, Grégory Veux04'20
12 La partida - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Claire Elzière, Grégory Veux, Laurent Larcher03'51
13 Accordéon - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Claire Elzière02'30
14 Spontané - Raul Barboza, Daniel Colin,04'37
15 Pigalle - Raul Barboza, Daniel Colin, Dominique Cravic, Claire Elzière, Grégory Veux02'26
« Le charme du swing musette à la parisienne » Par On Mag

« Cette rencontre à Paris est celle deux artistes, et je pèse mes mots, plus les autres qui les accompagnent. Artistes au vrai sens du terme, ceux qui, pour reprendre une formule excellente, vivent non pas de l’art, mais pour l’art. Raul Barboza, tout d’abord, l’accordéoniste argentin le plus parisien, venu en France faire connaître le chamamé de son Argentine du nord-est, sa polka de Corrientes, dont il est aujourd’hui, non pas l’ambassadeur comme on le dit, mais bien le Pape. Son chamamé, danse joyeuse et gaie, mais musique d’un peuple nié, vaincu, humilié, est également triste. C’est la tristesse joyeuse des Guaranis mélangée à la joie triste des vainqueurs espagnols. Inimitable. L’autre, Daniel Colin, accordéoniste-bandonéoniste, l’un des rares qui swinguent vraiment, c’est l’artiste par définition, le seul capable, pour se rendre en voiture d’Ivry, où il réside, à la commune limitrophe (en gros, trois rues) de se retrouver à trente kilomètres et de vous téléphoner pour vous demander où il est (expérience vécue). Tout ça parce qu’il avait un air en tête et qu’il composait en roulant. Et autour d’eux, d’autres artistes : Claire Elzière et son pianiste historique, Gregory Veux. Elle chante des chansons parisiennes (« A Paris dans chaque faubourg », «Il pleut sur la route », « La Vie » « Accordéon » ou « Pigalle»), comme il faut les chanter, sans effet de voix, simplement. Mais aussi Dominique Cravic et quelques-uns des Primitifs du Futur (Bertrand Auger, Laurent Larcher, Jean-Michel Davis). Dominique Cravic (qui joue avec talent le crouneur) est davantage qu’un artiste, c’est un poète. Et quel guitariste ! Bref, tout ce petit monde nous a mijoté un CD-rencontre où se conjuguent le swing de Daniel Colin, le charme du swing musette à la parisienne de Claire Elzière, la fougue mélancolique de Raul Barboza, l’attendrissement nostalgique de Dominique Cravic, bref, un CD qui aurait enchanté un Patrick Saussois, qui nous manque plus que jamais. Car, à lui aussi, c’était son monde. Et c’est le nôtre. »
Par Michel BEDIN – ON MAG




« Une musicalité et une poésie rares » par Django Station

« Depuis l’aventure Paris musette au début des années 90, Daniel Colin est une star au Japon. Il se produit régulièrement au pays du soleil levant où il est considéré comme une sorte de trésor vivant, et y sort des disques produits par Kenichi Takahashi pour son label Respect Records (« French café music « en 2007, « Chansons d’amour de Paris » en 2008, « Mon cœur est un accordéon » en 2011), repris généralement en licence par Frémeaux. C’est le cas pour cette Rencontre à Paris »,( inédite, en tous cas sur disque), enregistrée à Paris en mai-juin 2010 pour Respect records, par deux légendes du dépliant, Daniel Colin (accordéon, bandonéon) et Raul Barboza, l’argentin de Paris roi du chamamé. L’équipe est la même ou presque : Dominique Cravic, guitare, chant, Claire Elzière, chant, Grégory Veux, piano, Laurent Larcher, contrebasse, plus quelques invités ici ou là. Les japonais considèrent l’accordéon et la chanson en général tendance rive gauche comme de la musique parisienne typique ou éternelle. Au programme donc, un panachage de chansons plus ou moins connues (cf Pigalle, la belle version poético-musicale d’A paris dans chaque faubourg ou la vie, jolie chanson méconnue de Léo Ferré), portées par le joli timbre de la voix magnifique de Claire, chanteuse à la justesse absolue, ou par celui très particulier de la voix fragile de D.Cravic, qui réussit à nous émouvoir sur une scie comme les feuilles mortes, et donne une interprétation haut de gamme, co-chantée avec Claire, de Quel temps fait-il à Paris, conjuguant émotion et nostalgie, et des instrumentaux divers et variés sur lesquels ces excellents musiciens conjuguent délicatesse, classe et musicalité : Indifférence de Muréna et la foule , réinventées par un duo d’accordéonistes à la complicité immense et dont chacun fait un pas vers l’univers de l’autre (cf aussi sur Fervente ilusion composé par Barboza ou le mélancolique Spontané, co-signé par les deux). Cravic signe quant à lui un sensible Amigo Amigos tout en légèreté avec arrangements aux petits oignons. Certes tout cela est calibré pour le Japon mais ces cadors dépoussièrent le répertoire avec une musicalité et une poésie rares et l’enrichissent de quelques compos bien senties. En tous cas, une rencontre évidente que celle de Daniel Colin et Raul Barboza qui poétisent d’un bout à l’autre. Royal ! »
Par Francis COUVREUX – DJANGO STATION





« Près du cœur » par Jazz Magazine- Jazz news

« Dominique Cravic produit Rencontre à Paris entre les deux accordéonistes de ses Primitifs du futur, Raul Barboza et Daniel Colin, assez loin du jazz, près du cœur. »
Franck Bergerot – Jazz Magazine- Jazz news




« Délicatesse, classe et musicalité » par Accordéon & Accordéonistes

Depuis l’aventure « Paris Musette » au début des années 1990, Daniel Colin est une star au Japon. Il se produit régulièrement au pays du Soleil Levant où il est considéré comme une sorte de trésor vivant. Il y publie des disques produits par Kenichi Takahashi pour le label Respect Records « French Café Music » (2007), « Chansons d’amour de Paris » (2008), « Mon cœur est un accordéon » (2011). Ils sont en général repris en licence par Frémeaux. C’est le cas pour cet « Rencontre à Paris » (inédite, en tous cas sur disque), enregistrée dans la capitale en mai/juin 2012 pour Respect Records par deux légendes du dépliant : Daniel Colin (accordéon, bandonéon) et Raul Barboza, l’Argentin de Paris roi du chamamé. L’équipe est la même ou presque : Dominique Cravic (guitare, chant), Claire Elzière (chant), Grégory Veux (piano), Laurent Larcher (contrebasse) pour quelques invités ici ou là. Les japonais considèrent l’accordéon et la chanson tendance rive gauche comme de la musique parisienne typique ou éternelle. Au programme donc un panachage de chansons plus ou moins connues, comme Pigalle, la belle version poético-musicale d’A Paris dans chaque faubourg ou La vie, chanson méconnue de Léo Ferré. Elles sont portées par le timbre de la voix magnifique de Claire, à la justesse absolue, ou par celui très particulier de la voix fragile de Cravic. Ce dernier réussit à nous émouvoir sur une scie comme Les feuilles mortes et donne une interprétation haut de gamme, cochantée avec Claire, de Quel temps fait-il à Paris ?, entre émotion et nostalgie. Il y a des instrumentaux divers et variés sur lesquels ces excellents musiciens conjuguent délicatesse, classe et musicalité. Ainsi les titres indifférents de Tony Murena et La foule sont réinventés par un duo d’accordéonistes à la complicité immense et dont chacun fait un pas vers l’univers de l’autre. C’est aussi le cas sur Ferviente ilusion composition de Barboza, ou le mélancolique Spontané, cosigné par les deux. Cravic signe quant à lui un sensible Amigo Amigos tout en légèreté, avec des arrangements aux petits oignons. Certes, tout cela est calibré pour le Japon. Mais ces cadors dépoussièrent le répertoire avec une musicalité et une poésie rares, l’enrichissant de quelques compos bien senties. En tout cas, c’est une rencontre évidente que celle de Daniel Colin et de Raul Barboza, qui poétisent d’un bout à l’autre ? Royal. F.C. – ACCORDEONS & ACCORDEONISTES




« Délicatesse, classe et musicalité. Royal ! » par Je Chante

Depuis l’aventure « Paris musette » au début des années 90, Daniel Colin est une star au Japon. Il se produit régulièrement au pays du Soleil levant, où il est considéré comme une sorte de « trésor national vivant », et y sort des disques produits par Kenichi Takahashi pour son label Respect Records – « French café music » en 2007, « Chansons d’amour de Paris » en 2008, « Mon cœur est un accordéon » en 2011-, repris généralement en licence chez Frémeaux. C’est le cas pour cette « Rencontre à Paris », (inédite, en tous cas sur disque), enregistrée à paris en mai-juin 2010 pour Respect records, par deux légendes du dépliant, Daniel colin (accordéon, bandonéon) et Raoul Barboza, l’Argentin de Paris, roi du chamamé. L’Equipe est la même ou presque : Dominique Cravic, guitare et chant, Claire Elzière, chant, Grégory Veux, piano, Laurent Larcher, contrebasse, plus quelques invités ici ou là. Les Japonais considèrent l’accordéon et la chanson rive gauche comme de la musique parisienne typique et éternelle. Au programme donc, un panaché de chansons plus ou moins connues (« Pigalle », la belle version d’ « A Paris dans chaque faubourg » ou « La vie », jolie chanson méconnue de Léo Ferré), et portées par le joli timbre de Claire Elzière, chanteuse à la justesse absolue, ou par celui, très particulier, de Dominique Cravic, qui réussit à nous émouvoir sur une scie comme « Les Feuilles mortes » et donne une interprétation haut de gamme, co-chantée avec Claire, de « Quel temps fait-il à Paris ? » : émotion et nostalgie. Les instrumentaux conjuguent délicatesse, classe et musicalité : « Indifférence » de Muréna et « La Foule » sont réinventés par un duo d’accordéonistes à la complicité immense : chacun fait un pas vers l’univers de l’autre (cf. aussi sur « Fervente illusion », composé par Barboza ou le mélancolique « Spontané », co-signé par les deux) ; Cravic signe, quant à lui, un sensible « Amigo Amigos » tout en légèreté avec arrangements aux petits oignons. Certes, tout cela est calibré pour le Japon, mas ces cadors dépoussièrent le répertoire avec poésie rare et l’enrichissent de quelques compos bien senties. En tous cas, une rencontre évidente que celle entre Daniel Colin et Raoul Barboza : ils poétisent d’un bout à l’autre. Royal !
Par Francis COUVREUX – JE CHANTE




Customers who bought this product also bought...