THE RED ARMY CHOIR - VOL 4


19,99 € tax incl.

FA5394

Available. Will be sent within 24 to 72h

Add to my wishlist

+2 loyalty points


Les Choeurs de l'armée rouge FA5394

Les CHŒURS de L’ARMÉE ROUGE
Volume 4

Chant du soldat russe, Les yeux noirs…
DE BORIS ALEXANDROV - ENREGISTREMENTS HISTORIQUES / THE RED ARMY CHOIR








1. HYMNE RUSSE 1’20
A. Alexandrov
2. LA PLAINE RUSSE  5’14
Fradkin – Arrgt B. Alexandrov
Soliste : E. Belyaev
3. UN FILS DE LA MERE PATRIE 6’41
Tulikov – Arrgt B. Alexandrov
Soliste : S. Frolov
4. CHANT DU SOLDAT RUSSE 3’32
Akimov – Arrgt B. Alexandrov
Soliste : V. Ruslanov
5. MARAT 3’43
Blanter – Arrgt B. Alexandrov
6. LA VILLE DE ROSTOV 2’20
Blanter – Arrgt B. Alexandrov
Soliste : E. Belyaev
7. LES FEMMES DE SOLDATS RUSSES 4’51
Tukhmanov – Arrgt B. Alexandrov
Soliste : L. Pshenichy
8. ALEXANDRE NEWSKY 4’12
Prokofiev
9. JE REGARDE LE CIEL 3’25
B. Alexandrov
10. Ô TOI NUIT 5’15
B. Alexandrov
Soliste : V. Shtefuts
11. OH ! TOI VASTE STEPPE 4’29
B. Alexandrov
12. LORSQUE JE REVIENS DE BERLIN 2’16
Dunaevski
Soliste : N. Gres
13. LES YEUX NOIRS 3’58
Arrgt B. Alexandrov
Soliste : V. Gravva
Tous titres sauf titre 1, 8 et 12 :
Ed. 7 Productions

Les chœurs de l’Armée rouge, à l’évidence, forment l’ensemble le plus connu dans le monde des grands ensembles vocaux. En France, ils se produisirent, en autre,  à Paris en mars/avril 1960 au Palais des sports et à l’Alhambra. Une de leur première prestation en France fut leur présence à l’exposition internationale de Paris en 1937.

Ce disque a été édité à l’aide d’archives russes totalement inédites datant de 1960/1965.

HYMNE RUSSE, l’enregistrement public de ce morceau, qui n’est pas l’Hymne national de Russie, fait partie des archives inédites et explique la brièveté  de l’enregistrement.

LA PLAINE RUSSE, à la gloire de ces vastes steppes, permet au ténor de donner une interprétation douce soulignée par les instruments traditionnels en particulier la balalaïka, bien présente et le piano.

UN FILS DE LA MERE PATRIE, débute par l’intro de l’orchestre d’une manière dramatique qui amène la basse profonde, donne une impression  grave, tragique, développée par la finale de l’orchestre.

CHANT DU SOLDAT RUSSE, marche militaire débutant par les fifres et les tambours, amène  les chœurs accompagnés par les sifflets d’une troupe en marche.

MARAT, (prénom) l’interprétation sans accompagnement musical de cette mélodie nous fait ressentir toute la souplesse de ce grand ensemble. Un début très doux, plein de retenue de puissance, avec reprise par des basses profondes et de nouveau de la douceur pour terminer avec énergie.

LA VILLE DE ROSTOV, ville sur le DON, ville importante du sud de la Russie, c’est la porte du Caucase, mérite un chant entrainant avec les sifflets russes.

LES FEMMES DE SOLDATS RUSSES, le ténor les chante d’une voix douce, on devine l’attente du retour, et la rentrée parfois triste.

ALEXANDRE NEWSKI, Soldat et héros légendaire, vainqueur des Suédois et surtout des  Chevaliers Teutoniques qui voulait convertir la Russie orthodoxe à l’Eglise catholique latine. Il fut canonisé par l’église russe et honorer par le peuple pour son courage. (a fait l’objet du film magnifique de Eisenstein en 1938, période URSS) L’hommage rendu par les chœurs se comprend par  la réputation de ce héros.

JE REGARDE LE CIEL, mélodie poétique avec la basse à la voix contenue.

O TOI, NUIT, cette autre mélodie, interprétée dans le même style par le ténor forme le contraste avec les chants militaires du répertoire.

OH ! TOI VASTE STEPPE, l’immensité du territoire russe a façonné l’âme russe et fait partie de son esprit, ce qui explique les nombreux chants populaires existants.

LORSQUE JE REVIENS DE BERLIN, chanson de joie du vainqueur après avoir défait les troupes nazies.

LES YEUX NOIRS, une des chansons du folklore slave les plus connues, interprétée de manière magistrale par l’ensemble des chœurs. 
© Frémeaux & Associés

Les prestigieux Chœurs de l’Armée Rouge comme les Ballets du Bolchoï sont le reflet culturel de la Russie de toujours. Les chants traditionnels et modernes, les danses, forment l’héritage artistique de toutes les époques. Le chant choral, avec ses voix de basse caractéristiques, et leur interaction avec des ténors virtuoses, touche l’ensemble des mélomanes. Le chant se serait développé suite à un ukase de 1648 du tsar Alexis qui, sous la pression de l’Église orthodoxe, avait proscrit l’usage des instruments de musique. Dans la tradition russe également, on peut retrouver l’influence des troupes Cosaques, des guerriers nomades, en particulier des Cosaques du Don.

La Russie, du temps des tzars, était un pays immense dirigé par une caste de nobles, de petits fonctionnaires, et d’une population agricole pauvre soumise aux possesseurs des terres, une police omniprésente - scènes décrites abondamment par les écrivains russes du 19ème siècle (Tourgueniev, Tolstoï, Dostoïevski, Gogol, Gorki…).

A la fin de la grande guerre de 1914-1918, la révolution soviétique, en février 1917, transforma complètement cette société russe après une guerre contre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie qui s’achevait en déroute par l’armée du tzar. La révolution allait entrainer la création de l’Armée Rouge, le 5 janvier 1918, après la victoire des Bolchevicks.

Le nouveau pouvoir était combattu de l’intérieur par l’Armée blanche, issue de l’armée du tzar commandée par le Général Wrangel ainsi que par des expéditions françaises et anglaises dans la mer de Crimée mais également une légion tchèque dans l’Oural. En Extrême-Orient (Vladivostok), l’Armée japonaise, mais également les Anglais, les Français, les Chinois, les Américains envoient des troupes et contingents pour combattre l’Armée Rouge en même temps qu’un blocus était déclaré. Cette guerre civile allait durer jusqu’en 1925 où Wrangel abandonne la lutte.

Les Chœurs de l’Armée Rouge sont crées en 1928 par Alexandre Alexandrov. Au départ, il s’agit d’une douzaine d’hommes issus des soldats de la Révolution. Leur mission : conforter le courage des soldats dans les combats, leur insuffler l’esprit patriotique en interprétant les chants traditionnels que chacun connait.

En 1929, le groupe part en tournée pour soutenir le moral des soldats affectés à la construction du chemin de fer de l’Extrême-Orient avec un répertoire d’airs populaires. Car entre deux combats, il faut reconstruire un pays exsangue et transformer une patrie arriérée en pays moderne.

Dès lors, le pouvoir soviétique connut le bénéfice qu’il pouvait escompter d’une formation artistique représentant l’union, la fraternité, la force, toutes choses nécessaires au combat qu’il fallait mener contre l’ennemi intérieur et extérieur et cela contribua au développement des Chœurs de l’Armée.

Les chanteurs, tous des soldats, ressemblaient aux combattants pour lesquels ils se produisaient. Ils représentaient ce qu’on appelait le « Théâtre aux armées » comme chaque nation en guerre en organisait, pour relever le moral des troupes – à l’instar de la France avec Maurice Chevalier et d’autres, ou des Etats-Unis avec Marylin Monroe.

A partir de 1930, avec la paix, les Chœurs de l’Armée Rouge changent de mission. Ils partent en tournée dans le monde pour faire connaitre les idéaux de leur nation. Et à travers leur répertoire de chansons anciennes de la Russie de toujours, ils feront ressentir les changements opérés dans le pays à la gloire de la révolution. En France, on les retrouve à l’exposition universelle de 1937 où ils donnent des concerts triomphaux.

C’est aussi l’époque des purges de Staline au sein de l’Armée Rouge et bien qu’il apprécie beaucoup les chœurs dont il est très fier, le fait qu’ils voyagent à l’étranger avec succès les rend suspects et plusieurs d’entre eux ont été arrêtés et condamnés.

La guerre mondiale approche, en 1939, Staline attaque la Pologne quasi en même temps qu’Adolf Hitler. Sur sa lancée, il s’engage dans un conflit avec la Finlande sur des revendications territoriales et l’Armée Rouge, mal préparée et affaiblie par les purges éprouve de lourdes pertes devant les Finnois qui signeront une paix honorable.

Le 22 juin 1941, Hitler déclare la guerre à une Union Soviétique dont l’Armée Rouge mal équipée, au comman­dement décapité, allait devoir reculer devant la machine de guerre allemande.

Dans les premiers jours de guerre, les allemands atteignent Leningrad mais le siège de deux ans et demi ne permit pas le triomphe des troupes allemandes, et constitua un rempart pour la partie nord de l’URSS. D’autre part, l’avancée des Allemands dans le sud constituait une large défaite pour l’Armée Rouge.

L’hymne composé par Alexandre Alexandrov fut chanté par les chœurs de l’Armée Rouge en juin 1941 aux soldats montant en ligne. Les Chœurs retrouvaient leur destination première et plus de 1200 concerts furent donnés sur le front.

Ce rappel de l’Histoire montre combien l’influence des Chœurs de l’Armée Rouge a été primordiale durant les évènements de cette période par l’exemple de leur patriotisme, par le soutien du moral de soldats confrontés à une guerre dure, meurtrière, sans oublier le côté artistique de ce peuple russe aux traditions anciennes.

Alexandre Alexandrov meurt le 8 juillet 1946. Son fils, Boris, qui a souvent dirigé l’ensemble lui succède jusqu’à sa retraite et 1987.

Le répertoire des chœurs comprend beaucoup de chants patriotiques et de guerre et cela est tout-à-fait dans leur mission : le maintien du moral des combattants.

Après les changements intervenus à partir de 1985, les chœurs deviennent indépendants de l’Armée, sous le nom d’Ensemble Académique de Chants et Danses de l’Armée Rouge Alexandrov.

Et c’est à l’occasion du MIDEM à Cannes, en 1991, qu’ils proposent leur production de nouveaux enre­gistrements présentés par Vadim Avdeev, chargé de la promotion. André Bénichou, guitariste et compositeur parisien, également producteur (7 Productions), se dit intéressé et commence une coopération fructueuse qui conduira à une production particulière et à des projets communs, cette première rencontre ayant débouché sur une amitié réelle.

Si l’unicité des chœurs tient au savant équilibre des voix des chanteurs, il ne faudrait manquer de citer les instruments traditionnels accompagnant ceux-ci et les propulsant sur une assise typiquement russe. Pour les cordes : la balalaïka sorte de luth à manche long et caisse triangulaire ; la domra, autre type de luth, voisin du précédent, mais à trois ou quatre cordes et à la caisse circulaire. La section cuivre est constitué des bassons (qu’on appelle aussi serpent militaire, en raison de sa forme) et cor russes (qui joue une seule note – à plusieurs octave – et dont il existe sept versions aux tons différents, de façon à pouvoir représenter les sept notes de la gamme). Enfin, citons le bayan, accordéon chromatique russe, qui embrasse l’ensemble et fait le lien entre les registres classique de l’harmonisation et populaire de la destination même de ces œuvres musicales.

Les membres des Chœurs de l’Armée Rouge sont militaires et vivent en caserne avec leur famille. Toutefois ces casernes sont formées de petites unités d’habitation avec confort donnant sur la Place Rouge à Moscou. En tant que militaires, les membres de Chœurs sont rémunérés par l’Armée, avec des primes de concert.

Les solistes - donc les vedettes - sont en principe au nombre de cinq (premier soliste, deuxième soliste, etc.).

Les danseurs font le spectacle avec quelquefois des danseuses qui sont soit également des militaires soit des épouses de membres des Chœurs.

L’orchestre proprement dit est composé d’une cinquantaine de musiciens, variables suivant le morceau interprété.

En comptant la cinquantaine de choristes, l’ensemble représente donc environ 120 exécutants.
 
La troupe est donc considérable, et à l’occasion d’un grand concert donné à Paris (à l’église de la Madeleine), le producteur André Bénichou avait dû faire loger les Chœurs de l’Armée Rouge dans la caserne de la Garde Républicaine, boulevard Sully-Morland à Paris, seul endroit assez vaste pour loger toute la troupe ! 
Michel COLOMBINI
© Frémeaux & Associés

Enregistrements historiques des Chœurs de l’Armée Rouge sous la direction de Boris Alexandrov, initialement remis à la disposition du public en 1991 par André Bénichou (7 Productions) et Laura Bénichou (Rendez-vous Digital), aujour­d’hui licenciés en disques physiques à Frémeaux & Associés.

The Red Army Choir, quite objectively, is the best-known vocal ensemble in the world, and its first visit to France dates back to 1937 and the International Exhibition held in Paris. The version of the Choir which visited France in March/April 1960 is remembered especially for its appearances at the Alhambra theatre and the Palais des Sports arena.

The titles which appear in this compilation are all previously-unreleased material from Russian archives dating from the period 1960/1965.

HYMNE RUSSE [Russian Hymn] is a public recording (not the Russian National Anthem) retrieved from the above archives, which explains its short length.

LA PLAINE RUSSE [The Plains of Russia] is a reference to the vast steppe, and an opportunity for the tenor to give a soft performance underlined by traditional instruments; the balalaika and piano have particular presence.

UN FILS DE LA MERE PATRIE [A Son of the Motherland] begins with a dramatic orchestral introduction of the bass voice, giving a profound, tragic impression developed by the finale from the orchestra.

CHANT DU SOLDAT RUSSE [Song of the Russian Soldier] is a military march beginning with fifes and drums, before the Choir is introduced accompanied by the whistling of troops on the march.

MARAT [the name Marat] is a performance of this melody without musical accompaniment which allows us to hear all the flexibility of this great ensemble. A soft first part filled with restrained power is taken up by deep bass voices, alternating softness with the energetic conclusion.

LA VILLE DE ROSTOV [City of Rostov] is a major city on the banks of the Don in southern Russia; this gateway to the Caucasians deserves a lively song with Russian whistles.

LES FEMMES DE SOLDATS RUSSES [Wives of Russian Soldiers] is sung softly by a tenor voice; one can feel the expectancy of those awaiting their husbands’ return, and the sadness that sometimes accompanies it.

ALEXANDRE NEWSKI was a legendary soldier-hero who conquered Swedish invaders and thwarted the Teutonic Cavalry in their attempt to convert Russian orthodoxy to the Latin Catholic Church. Nevsky was made a Saint of the Russian Orthodox Church and honoured by the people for his courage. The tribute paid to him by the Choir echoes the legend featured in Eisenstein’s magnificent 1938 film.

JE REGARDE LE CIEL [I Watch the Skies] is a poetic melody with a restrained bass voice.

O TOI, NUIT [Oh, Night] is another melody performed in the same style by the tenor, in contrast with the military songs in the Choir’s repertoire.

OH! TOI VASTE STEPPE [Oh, vast Steppe]: the immensity of Russia shaped the Russian soul and became part of its spirit, which explains the many popular songs in existence.

LORSQUE JE REVIENS DE BERLIN [When I return from Berlin] is a song of conquering joy at the defeat of Nazi troops.

LES YEUX NOIRS [Black Eyes] is one of the best-known songs in the Slavonic tradition, here in a masterful performance by the entire Choir. 
© Frémeaux & Associés

THE RED ARMY CHOIR
Like the Bolshoi Ballet, the prestigious Red Army Choir is the cultural reflection of eternal Russia, whose traditional (and modern) songs and dances form an artistic heritage encompassing its entire history. And the songs of the Choir, with their characteristic bass voices interacting with virtuoso tenors, reach out to music-lovers everywhere. This form of song is said to have developed after the 1648 ukase of Tsar Alexis: under pressure from the Orthodox Church, the Tsar’s proclamation banned the use of musical instruments. Else­where, Russian tradition also shows the influence of Cossack troops, nomadic warriors like the Don Cossacks.

In the time of the Tsars, Russia was an immense country in the hands of a caste of noblemen and civil servants, with a population of poor agricultural workers subjected to the authority of landowners and an omnipresent police-force—scenes described in profusion by such 19th century writers as Turgenev, Tolstoy, Dostoyevsky, Gogol or Gorki. Towards the end of the Great War, the Soviet Revolution of February 1917 completely transformed Russian society after the war against Germany and Austro-Hungary ended in the rout of the Tsar’s army. The Revolution would lead to the creation of the Red Army on January 5th 1918 after the Bolshevik victory.

This new power was contested from the inside by the White Army, formed out of the Tsar’s armed forces under General Wrangel, and also by French and English expeditionary forces sent to the Crimea (plus Czech legions in the Urals). In far-eastern Vladivostok, the armies of Japan, England, France, China and America sent contingents of troops to fight the Red Army at the same time as a blockade was declared. This Civil War lasted until 1925, when Wrangel finally abandoned the struggle. By 1917 the Red Army was also waging war against newly-independent Poland, and also Finland, to recapture former Tsarist territories. In September 1929 they also had to face the Chinese Army…

The Red Army Choir was created in 1928 by Alexander Alexandrov. At its inception, the Choir was made up of only twelve men, all of them soldiers of the Revolution, whose mission was to bolster the courage of soldiers in combat, and instil patriotic spirit into them by means of traditional songs which were familiar to everyone. The group began a tour in 1929 with a repertoire of popular songs aimed at boosting morale among troops assigned to the construction of the Orient railway: between battles, a country on its knees had to be rebuilt, and a backward motherland transformed into a modern state.

From then on, Soviet authorities could count on the benefits to be drawn from an artistic ensemble representing union, fraternity and strength, all of them forces to be reckoned with in the struggle against enemies both outside and within; and this contributed further to the development of the Red Army Choir. The group’s singers, all soldiers, were like the combatants for whom they sang; they were «military theatre», as others had been in times of war, morale-boosters like Marilyn Monroe later became for GI’s, or Maurice Chevalier in France.

Beginning in 1930 once peace had been restored, the Red Army Choir’s mission changed: when they toured, it was to spread the ideals of their nation. And with their repertoire of songs from Old Russia, they caused people to feel the changes made in their country, changes which glorified the Revolution. The Universal Exhibition in France in 1937 allowed the French a glimpse of this, in the course of several triumphal concerts.

This was also the era of Stalin’s purges inside the Red Army, and even though the former appreciated its Choir—he was even extremely proud of it—the fact that its members met with success in their travels abroad made them suspect in his eyes, and several were arrested and convicted. World war was approaching. In 1939 Stalin attacked Poland almost at the same time as Hitler; he engaged in a conflict with Finland over territorial claims and the Red Army, ill-prepared and weakened by purges, suffered heavy casualties at the hands of the Finns before a treaty was signed. When Hitler declared war on the Soviet Union on June 22nd 1941, the Red Army was still ill-equipped to deal with further hostilities; with its command decapitated, Russia was obliged to retreat in the face of the German war-machine, which reached Leningrad in the early days of the war. The city formed the northern ramparts of the USSR, and despite a siege lasting two and a half years, the Germans failed to triumph. They were more successful in the south, however, where they defeated the Red Army.

The anthem composed by Alexander Alexandrov was sung by the Red Army Choir in June 1941 as Russian troops moved to the front. The Choir regained its original role and gave more than 1200 front-line concerts.

This historical resume shows how capital was the influence of the Red Army Choir during the events of the period: their patriotism was an example for all in their support of soldiers confronted by murderous warfare in harsh conditions, and they provided considerable spirit; nor should one forget the artistic side of this Russian people with ancient traditions.

Alexander Alexandrov died on July 8th 1946. His son, who often conducted the ensemble, succeeded him until his retirement in 1987. The Choir’s repertoire contains many patriotic war-songs which perfectly suited their mission: to preserve morale.

After changes were made beginning in 1985, the Choir achieved its independence from the Red Army and took the name A.V. Alexandrov Russian Army Song and Dance Ensemble. In 1991 they appeared at MIDEM in Cannes with new recordings presented by Vadim Avdeev, who was responsible for promoting them. The Parisian guitarist and composer André Bénichou—also a seven-time producer—showed interest, and he began collaborating with the Choir on various projects which resulted in a production together, and they became firm friends.

If the uniqueness of the Choir lies in the skilful balance between the singers’ voices, one must also give special mention to the traditional instruments which accompany them, propelling the Choir over a typically Russian foundation. For the strings: the balalaika, a lute-like instrument with a long neck and triangular body; the domra, another type of lute, is close to the balalaika but with three or four strings and a circular sound-box. The brass section is made up of bassoons (bass wind-instruments also known in military parlance as «serpents», due to their shape) and Russian horns (which play a single note—on several octaves—and which exist in seven versions of different keys representing the seven notes of the scale). Finally, there’s the bayan, a chromatic Russian accordion which embraces the ensemble and links the classical harmonic register with the popular destination of these works of music.
Michel COLOMBINI
Translated in English by Martin DAVIES
© Frémeaux & Associés


Édité à partir d’archives russes inédites des années 1960-1965, ce quatrième volume permet de retrouver les chœurs de l’Armée Rouge de Boris Alexandrov à leur apogée. Ces enregistrements historiques regroupant hymnes patriotiques et chants populaires, sont interprétés par les plus grands solistes de l’époque comme Vadim Ruslanov ou Evgeny Belyaev.  
Patrick FRÉMEAUX et Laura BÉNICHOU

Les prestigieux Chœurs de l’Armée Rouge, comme les Ballets du Bolchoï, sont le reflet culturel de la Russie de toujours. L’extraordinaire puissance dégagée par le Chœur et ses solistes virtuoses a permis à l’ensemble de gagner une renommée internationale dans un entre-deux de grand-spectacle populaire et d’orchestration classique.

Frémeaux & Associés remet à la disposition du public les enregistrements du fils d’Alexandre Alexandrov, le fondateur des Chœurs les plus célèbres, rendus connus en France par André Bénichou (7 Productions), qui témoignent – même indépendamment de toute idéologie – de l’une des expressions populaires les plus marquantes du XXè siècle.  
Michel COLOMBINI

Compiled from previously-unreleased material held in Russian archives dating from 1960-1965, this fourth volume contains more recordings of Boris Alexandrov’s Red Army Choir at their peak. This historic selection features more patriotic hymns and popular songs performed by the period’s greatest soloists, notably Vadim Ruslanov and Evgeny Belyaev.  
Patrick FRÉMEAUX and Laura BÉNICHOU

Like the Bolshoi Ballets, the prestigious choir founded under the name of The Red Army Ensemble is a cultural reflection of traditional Russia. The extraordinary impression of power emanating from the choir and its virtuoso soloists allowed this Ensemble to reach international fame in a domain half-way between great popular entertainment and the classical orchestra. Frémeaux & Associés is now reissuing the recordings made by the son of Alexander Alexandrov, the founder of the choir’s most famous ensemble. These recordings, first made available in France by André Bénichou (7 Productions), testify – quite independently from any ideology – to one of the most important popular expressions of the 20th century. 
Michel COLOMBINI

CD LES CHOEURS DE L4ARMEE ROUGE VOLUME 4 , BORIS ALEXANDROV © Frémeaux & Associés 2013 (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




ExtractTrackAuthorDuration
01 Hymne russe01'24
02 La plaine russe05'15
03 Un fils de la mère patrie06'45
04 Chant du soldat russe03'35
05 Marat03'47
06 La ville de Rostov02'24
07 Les femmes de soldats russes04'54
08 Alexandre Nevsky04'15
09 Je regarde le ciel03'27
10 O toi nuit05'16
11 Oh toi vaste steppe04'32
12 Lorsque je reviens de Berlin02'18
13 Les yeux noirs03'58

Customers who bought this product also bought...