CHARLES DARWIN EXPOSÉ ET EXPLIQUÉ PAR PATRICK TORT

PATRICK TORT

More details

Booklet : LIVRET 12 PAGES
Format : Audiobook in French
Number of CDs : 3
Version : Texte intégral


29,99 € tax incl.

FA5634

Available. Will be sent within 24 to 72h

Add to my wishlist

+3 loyalty points


2 quantities
-15%

Patrick Tort, French philosopher analyses Darwin's theories and legacy in modern philosophy

3 CD audiobook in French.

CHARLES DARWIN FA5634

DARWIN
• La vie, l’œuvre et la théorie
• Darwin et la religion
• « Darwinisme social »
et autres dévoiements ordinaires
EXPOSÉ ET EXPLIQUÉ PAR
PATRICK TORT




CD 1 : La vie, l’œuvre et la théorie
 1. Introduction    0’47
 2. Une désobéissance fondatrice    5’36
 3. Une désobéissance fondatrice (suite)    6’43
 4. Le voyage    6’15
 5. Suites du voyage et premières esquisses    4’41
 6. Suites du voyage et premières esquisses (suite)    3’43
 7. L’Origine et après    6’24
 8. L’Origine des espèces et la théorie de la sélection naturelle    4’23
 9. L’Origine des espèces et la théorie de la sélection naturelle (suite)    5’09
10. L’Origine des espèces et la théorie de la sélection naturelle (fin)    5’53
11. La phylogénie    3’50
12. La Filiation de l’Homme, l’anthropologie et l’effet réversif de l’évolution    4’51
13. La Filiation de l’Homme, l’anthropologie et l’effet réversif de l’évolution (suite)    4’11
14. La sélection sexuelle     7’28
15. La sélection sexuelle (suite)    5’02

CD 2 : Darwin et la religion

 1. Introduction    1’35
 2. L’unitarisme    5’43
 3. Évolution religieuse    4’14
 4. Évolution religieuse (suite)    3’56
 5. L’invention burlesque de l’agnosticisme    4’12
 6. L’invention burlesque de l’agnosticisme (suite)    4’58
 7. Premiers doutes    7’06
 8. Premiers doutes (suite)    4’56
 9. Une généalogie matérialiste de la morale     2’50
10. Une « sécularisation de la morale »    3’10
11. Religion et évolution    4’16
12. Religion et évolution (suite)    5’06
13. Les contradictions du finalisme    4’37
14. Agnosticisme revendiqué et athéité réelle    6’04
15. Agnosticisme revendiqué et athéité réelle (suite)    4’00
16. La destitution de la Providence    1’57

CD 3 : « Darwinisme social » et autres dévoiements ordinaires
 1. Introduction    1’20
 2. Naissance du « darwinisme social »    5’41
 3. Naissance du « darwinisme social » (suite)    6’41
 4. L’effondrement logique de l’organicisme spencérien     4’39
 5. L’effondrement logique de l’organicisme spencérien (suite)    3’45
 6. Anatomie de la société victorienne    3’11
 7. Anatomie de la société victorienne (suite)    5’05
 8. Le « silence anthropologique » de Darwin (1860-1871)    5’18
 9. Sécularisation de Malthus    4’38
10. Le double jugement de Marx    6’59
11. Conclusions sur le « darwinisme social »    6’01
12. Darwin contre le « darwinisme social »    4’39
13. Darwin contre le « darwinisme social » (suite)    3’25
14. Darwin et les autres théories inégalitaires    4’04
15. Darwin et les autres théories inégalitaires (suite)    4’17



Parce que Darwin est l’auteur de la théorie de l’évolution des espèces vivantes à travers le mécanisme de la sélection naturelle – impliquant la défaite des moins adaptés dans la lutte pour l’existence au sein d’un milieu déter­miné –, on l’a inlassablement déclaré responsable des pires « applications » de ce schéma, apparemment simple et systématisable, aux sociétés humaines : défense de la « loi du plus fort » et de ses conséquences, « darwinisme social », néo-malthusianisme, eugénisme, racisme, colonialisme brutal, ethnocide ou domination esclavagiste – sexisme enfin.
Or non seulement Darwin s’est opposé dans sa vie, par un engagement personnel, à chacune de ces attitudes, mais il a donné dans la partie anthropologique de son œuvre (en particulier dans La Filiation de l’Homme, de 1871) les meilleurs arguments théoriques pour les combattre.
Darwin – théoricien par excellence de la « guerre de la nature » – fut en effet, à l’étage de l’évolution de l’Homme et des sociétés humaines, non seulement un penseur de la civilisation et de la paix, mais le plus convaincant desgénéalogistes de la morale, étendant le matérialisme naturaliste de l’explication phylogénétique au traitement de ce que la religion et l’Église ont toujours inscrit au registre de l’obligation transcendante.

Patrick Tort,

L’Effet Darwin
(Sélection naturelle et naissance de la civilisation)
Éditions du Seuil, « Points Sciences », 2012


L’Institut Charles Darwin International

(www.darwinisme.org)

Créé par Patrick Tort en 1998, l’Institut Charles Darwin International s’est assigné notamment les tâches suivantes :
– Poursuivre le travail encyclopédique du Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution (1996) par l’édition française intégrale de l’œuvre de Darwin et par la popularisation de l’Exposition Darwin réalisée par l’Institut en l’an 2000.
– Rectifier les erreurs historiques d’interprétation de la théorie de l’évolution, et lutter contre les usages illégitimes du darwinisme à des fins de justification du racisme ou de toute autre démarche de disqualification individuelle ou sociale.
– S’opposer par une information rigoureuse du public aux infiltrations des thèses créationnistes ou néo-providentialistes dans des présentations inexactes ou tendancieuses de la biologie évolutive et de ses textes fondateurs, et défendre le principe de la laïcité essentielle de la science dans son exercice et dans son enseignement.
– Ouvrir de nouvelles voies pratiques au partage étendu des connaissances scientifiques.
– Promouvoir un dialogue prioritaire entre sciences de la nature, de l’homme et de la société.
– Enrichir la réflexion éthique par une démarche rationnelle de confrontation entre les sciences.
– Approfondir la méthodologie de l’Analyse des complexes discursifs (Patrick Tort) dans ses applications à l’histoire et à la théorie des sciences naturelles et humaines.
– Poursuivre l’élaboration de la théorie des unités de niveau d’intégration (Faustino Cordón) en biologie générale et évolutive, dans la perspective d’une réponse au réductionnisme comme à ses critiques ordinaires.
– D’une manière générale, œuvrer au développement de l’intelligence des réalités évolutives dans la perspective liée d’une meilleure compréhension du devenir biologico-historique des êtres vivants et d’une réinstruction permanente des interventions humaines au sein de ce devenir.


PATRICK TORT, fondateur et directeur de l’Institut Charles Darwin International (www.darwinisme.org), chercheur au Muséum national d’histoire naturelle, lauréat de l’Académie des sciences, est agrégé de l’Université, docteur en littérature, docteur d’État en philosophie et en linguistique. Il est le créateur de l’Analyse des complexes discursifs, nouvelle métho­do­logie pour l’histoire des systèmes de pensée. Il a dirigé le Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution (PUF, 1996), dont il a rédigé près de 2 300 articles, et publié plus de cinquante livres concernant principalement l’histoire et la théorie des sciences du vivant, mais aussi l’esthétique et les sciences de l’homme et de la société. Son ouvrage La Pensée hiérarchique et l’Évolution (Aubier, 1983), où s’articule pour la première fois le concept d’effet réversif de l’évolution, ainsi que son Dictionnaire et son livre L’Effet Darwin (Seuil, 2008) ont considérablement élargi et transformé le champ contemporain des études darwiniennes. Prix Philip Morris 2000 d’histoire des sciences pour l’ensemble de son œuvre, officier des Arts et des Lettres, il est le maître d’œuvre de la traduction française et de l’édition savante en 35 volumes des Œuvres complètes de Charles Darwin aux éditions Slatkine (Genève) et Champion (Paris).
L’Exposition « Charles Darwin », sous la forme d’un CD-Rom prêt à imprimer, ainsi que le film de Valérie Winckler Darwin et la Science de l’évolution, coproduit par Trans Europe Film et Arte, sont nés de ses différents ouvrages. Patrick Tort a également conçu et réalisé avec la Ville de Paris la grande exposition du Bicentenaire : « Dans les pas de Charles Darwin » (29 mai – 1er novembre 2009 au parc de Bagatelle), et participé à l’élaboration de l’exposition « Darwin l’original » de la Cité des sciences et de l’industrie (parc de la Villette, 15 décembre 2015 – 31 juillet 2016).


Principaux ouvrages de Patrick Tort

Liste chronologique
• Warburton, Essai sur les hiéroglyphes des Égyptiens. Édition savante, précédée de « Transfigu­rations : archéologie du symbolique », par Patrick Tort, et de « Scribble : pouvoir / écrire », par Jacques Derrida. Paris, Aubier, 1978.
• Physique de l’État (examen du Corps politique de Hobbes), Paris, Vrin, 1978.
• Sciences humaines et Philosophie en Afrique (avec Paul Désalmand), Paris, Hatier, 1979.
• L’Origine du Paradoxe sur le comédien. La partition intérieure, Paris, Vrin, 1980.
• Évolutionnisme et Linguistique, Paris, Vrin, 1980.
• Maupertuis, Vénus physique. Lettre sur le progrès des sciences, précédé de « L’ordre du corps », par P. Tort. Paris, Aubier, 1980.
• L’Ordre et les Monstres (Le débat sur l’origine des déviations anatomiques au xviii e siècle), Paris, Le Sycomore, 1980 ; Syllepse, 1998 (2e éd.).
• La Constellation de Thot (hiéroglyphe et histoire), Paris, Aubier, 1981.
• La Querelle des analogues (Cuvier / Geoffroy Saint-Hilaire), Plan de la Tour, Éditions d’Aujourd’hui, 1983.
• La Pensée hiérarchique et l’Évolution, Paris, Aubier, 1983.
• Misère de la sociobiologie (dir.), Paris, PUF, 1985.
• Être marxiste aujourd’hui, précédé de « Lukács 1955 », par Henri Lefebvre. Paris, Aubier, 1986.
• Herbert Spencer, Autobiographie (naissance de l’évolutionnisme libéral), précédé de « Spencer et le système des sciences », par P. Tort. Paris, PUF, 1987.
• Marx et le Problème de l’idéologie, Paris, PUF, 1988 ; L’Harmattan, 2006 (2e éd.).
• La Raison classificatoire, Paris, Aubier, 1989.
• Darwinisme et Société (dir.), Paris, PUF, 1992.
• L’Homme, cet inconnu ? Alexis Carrel, Jean-Marie Le Pen et les chambres à gaz (avec Lucien Bonnafé), Paris, Syllepse, 1992.
• Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution (dir.), Paris, PUF, 1996, 3 vol. Ouvrage couronné par l’Académie des sciences.
• L’Animal écran (avec Patrick Lacoste et Jean-André Fieschi), Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou, 1996.
• Spencer et l’Évolutionnisme philosophique, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1996.
• Pour Darwin (dir.), Paris, PUF, 1997.
• Darwin et le Darwinisme [1997], Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2009 (3e éd.).
• L’antropologia di Darwin (la laicizzazione del discurso sull’uomo), Roma, Manifestolibri, 2000.
• Darwin et la Science de l’évolution, Gallimard, « Découvertes », 2000.
• Para leer a Darwin, Madrid, Alianza, 2001.
• Charles Darwin. The Scholar who changed Human History, Londres, Thames & Hudson, 2001.
• Fabre. Le miroir aux insectes, Paris, Vuibert / Adapt, 2002.
• La Seconde Révolution darwinienne (biologie évolutive et théorie de la civilisation), Paris, Kimé, 2002.
• Darwin et la Philosophie (Religion, morale, matérialisme), Paris, Kimé, 2004.
• Charles Darwin, Esquisse au crayon de ma théorie des espèces (Essai de 1842). Trad. J.-M. Benayoun, M. Prum et P. Tort. Précédé de P. Tort, « Un manuscrit oublié ». Volume x des œuvres complètes de Darwin (P. Tort, dir.). Travaux de l’Institut Charles Darwin International, Genève, Slatkine, 2007.
• Charles Darwin, La Variation des animaux et des plantes à l’état domestique, trad. sous la direction de P. Tort, coord. par M. Prum. Précédé de P. Tort, « L’épistémologie implicite de Charles Darwin ». Vol. xxi-xxii des œuvres complètes de Darwin. Travaux de l’Institut Charles Darwin International, Genève, Slatkine, 2008, et format poche, Paris, Champion Classiques, 2015.
• L’Effet Darwin (Sélection naturelle et naissance de la civilisation), Paris, Seuil, 2008.
• Charles Darwin, L’Origine des espèces [édition du Bicentenaire], trad. A. Berra sous la direction de P. Tort, coord. par M. Prum. Précédé de P. Tort, « Naître à vingt ans. Genèse et jeunesse de L’Origine ». Vol. xvii des œuvres complètes de Darwin. Travaux de l’Institut Charles Darwin International, Genève, Slatkine, 2009, et format poche, Paris, Champion Classiques, 2009.
• Darwin n’est pas celui qu’on croit, Paris, Le Cavalier Bleu, 2010.
• Darwin et la Religion (La conversion matérialiste), avec la collaboration de Solange Willefert, Paris, Ellipses, 2011.
• Charles Darwin, Journal de bord (Diary) du Beagle, trad. M.-T. Blanchon et C. Bernard sous la direction de P. Tort, coord. par M. Prum. Précédé de P. Tort, avec la collaboration de C. Rouquette, « Un voilier nommé Désir ». Vol. i des œuvres complètes de Darwin. Travaux de l’Institut Charles Darwin International, Genève, Slatkine, 2011, et format poche, Paris, Champion Classiques, 2012.
• Charles Darwin, La Filiation de l’Homme et la Sélection liée au sexe, trad. sous la direction de P. Tort, coord. par M. Prum. Précédé de P. Tort, « L’anthropologie inattendue de Charles Darwin ». Vol. xxiii-xxiv des œuvres complètes de Darwin. Travaux de l’Institut Charles Darwin International, Genève, Slatkine, 2012, et format poche, Paris, Champion Classiques, 2013.
• Darwinisme et Marxisme (avec Anton Pannekoek), Paris, Arkhê, 2012.
• Charles Darwin, Zoologie du voyage du H.M.S. Beagle. Première partie : Mammifères fossiles, trad. R. Raynal sous la direction de P. Tort, coord. par M. Prum. Précédé de P. Tort, « L’ordre des successions ». Vol. iv, 1 des œuvres complètes de Darwin. Travaux de l’Institut Charles Darwin International, Genève, Slatkine, 2013.
• Charles Darwin, Zoologie du voyage du H.M.S. Beagle. Deuxième partie : Mammifères, trad. R. Raynal sous la direction de P. Tort, coord. par M. Prum. Précédé de P. Tort, « L’ordre des coexistences ». Vol. iv, 2 des œuvres complètes de Darwin. Travaux de l’Institut Charles Darwin International, Genève, Slatkine, 2014.
• Sexe, Race & Culture (conversations avec Régis Meyran), Paris, Textuel, 2014.
• Charles Darwin, Zoologie du voyage du H.M.S. Beagle. Troisième partie : Oiseaux, trad. R. Raynal sous la direction de P. Tort, coord. par M. Prum. Précédé de P. Tort, « L’ordre des migrations ». Vol. v des œuvres complètes de Darwin. Travaux de l’Institut Charles Darwin International, Genève, Slatkine, 2015.
• [Collaboration, traduction et préface] Chomin Cunchillos, Les Voies de l’émergence. Introduction à la théorie des unités de niveau d’intégration, Paris, Belin, 2014.
• Le Monde de Darwin (avec Guillaume Lecointre), Paris, éditions de La Martinière, 2015.
• Charles Darwin, La Formation de la terre végétale par l’action des vers, avec des réflexions sur leurs habitudes, trad. A. Berra, sous la direction de P. Tort, coord. par M. Prum. Précédé de P. Tort, « Un regard vers la terre ». Vol. xxviii des œuvres complètes de Darwin. Travaux de l’Institut Charles Darwin International, Genève, Slatkine, septembre 2016.


Jamais Darwin, penseur de la survie par la transformation, comme l’explique volontiers Patrick Tort, n’a été autant sollicité que depuis que les nations les plus arrogantes ressentent sourdement qu’elles vont périr si elles ne transforment pas leur rapport aux autres ainsi qu’à la nature.
Car Darwin n’est pas seulement le génial concepteur de l’explication des transformations du monde vivant par la sélection naturelle. Il est aussi l’homme qui a congédié le dogme de la Providence, établi la morale sur 
des bases strictement immanentes, posé les fondements d’une écologie scientifique, combattu l’esclavage, démontré la capacité fondatrice des migrations, et identifié la civilisation aux devoirs de reconnaissance de
l’autre et de protection des plus faibles.
À la fois philosophe, historien érudit et théoricien de la connaissance, Patrick Tort, à travers les travaux encyclopédiques qu’il a consacrés au père de la théorie moderne de l’évolution, a ouvert la voie à une puissante refondation des études darwiniennes sur la base d’une analyse minutieuse de l’œuvre et de la pensée intime de Darwin.
 Claude Colombini Frémeaux

CD 1 : La vie, l’œuvre et la théorie.
CD 2 : Darwin et la religion.
CD 3 : « Darwinisme social » et autres dévoiements ordinaires.






ExtractTrackAuthorDuration
CD 1
01 Introduction00'47
02 Une désobéissance fondatrice05'35
03 Une désobéissance fondatrice (suite)06'43
04 Le voyage06'15
05 Suites du voyage et premières esquisses04'41
06 Suites du voyage et premières esquisses (suite)03'42
07 L'origine et après06'23
08 L'origine des espèces et la théorie de la sélection naturelle04'22
09 L'origine des espèces et la théorie de la sélection naturelle (suite)05'08
10 L'origine des espèces et la théorie de la sélection naturelle (fin)05'52
11 La phylogénie03'50
12 La filiation de l'homme04'50
13 La filiation de l'homme (suite)04'11
14 La sélection sexuelle07'27
15 La sélection sexuelle (suite)05'01
CD 2
01 Introduction01'34
02 L'unitarisme05'43
03 Evolution religieuse04'16
04 Evolution religieuse (suite)03'55
05 L'invention burlesque de l'agnosticisme04'12
06 L'invention burlesque de l'agnosticisme (suite)05'00
07 Premiers doutes07'06
08 Premiers doutes (suite)04'56
09 Une généalogie matérialiste de la morale02'49
10 Une « sécularisation de la morale »03'09
11 Religion et évolution04'16
12 Religion et évolution (suite)05'06
13 Les contradictions du finalisme04'36
14 Agnosticisme revendiqué et athéité réelle06'05
15 Agnosticisme revendiqué et athéité réelle (suite)04'00
16 La destitution de la providence01'56
CD 3
01 Introduction01'19
02 Naissance du « Darwinisme social »05'41
03 Naissance du « Darwinisme social » (suite)06'40
04 L'effondrement logique de l'organicisme spencerien04'38
05 L'effondrement logique de l'organicisme spencerien (suite)03'45
06 Anatomie de la société victorienne03'10
07 Anatomie de la société victorienne (suite)05'05
08 Le « silence anthropologique » de Darwin (1860-1871)05'17
09 Sécularisation de Malthus04'38
10 Le double jugement de Marx06'58
11 Conclusions sur le « Darwinisme social »06'01
12 Darwin contre le « Darwinisme social »04'38
13 Darwin contre le « Darwinisme social » (suite)03'25
14 Darwin et les autres théories inégalitaires04'05
15 Darwin et les autres théories inégalitaires (suite)04'18
"Toute une vie et une pensée éclairées par Patrick Tort" par Joël Jégouzo

D’où vient Darwin ? Comment le théoricien de la filiation en est-il arrivé à cette intuition géniale sur l’évolution du vivant ? Et comment s’est-il défini lui-même par rapport à sa propre ascendance ? Né dans une famille riche, instruite, le jeune Charles fut très tôt exposé aux idées transformistes que son grand-père aimait volontiers théoriser. Très tôt il entendit s’exprimer dans sa propre famille une conception non fixiste de la formation des espèces vivantes. Pour autant, ces conceptions manquaient de fondements scientifiques et n’offraient guère d’issues intellectuelles au jeune Charles, qui ne savait que faire de sa vie, sinon qu’il se refusait à l’inscrire dans la volonté paternelle. C’est là toute l’intelligence de cette biographie, que de tenter de saisir moins le moment que la structure existentielle qui, très tôt, entraîna Charles Darwin sur des chemins de traverse. Charles, parce qu’il sut décevoir son père en refusant de lui ressembler, accomplit son destin hors norme. C’est dans cet écart de survie par rapport à l’obéissance filiale, ce précisément sur quoi il fondera sa théorie, qu’il engendra son salut. C’est du coup toute la geste d’une vie et d’une pensée que Patrick Tort éclaire et met en cohérence. Cette divergence qu’il révèle est fondatrice. Mais jusque dans cet écart procède une sorte de résonnance généalogique : il fut autorisé par le père de Darwin. Son non-conformisme, en quelque sorte, Charles l’hérita de sa propre famille. Un gène, oserions-nous dire, sélectionné de longue date. Désobéir était tout à la fois un acte de rupture et de fidélité à son ascendance. Un gène, la rétention familiale d’une variation avantageuse, pour le dire dans les termes mêmes du discours darwinien… Un avantage décisif pour le théoricien de la divergence. Hérédité et variation. Les conditions du transformisme, comme on le nommait à l’époque. Cette biographie subtile de Darwin éclaire en outre son positionnement religieux. Issu d’une famille chrétienne, au fil de ses réflexions, Darwin va évoluer vers un athéisme de fait, nous explique Patrick Tort. Elevé dans la foi anglicane, unitarienne, rejetant le dogme de la Trinité mais fortement attachée au récit biblique, l’empreinte protestante se comprend surtout comme d’un attachement à une vision morale du monde. Cette morale qui, seule, survivra à l’effondrement de sa foi. L’essentiel à ses yeux, tandis que s’effondrait la valeur de vérité des religions. Car pour Darwin, seul le souci affectif lié au sentiment d’être, cette composante émotionnelle essentielle de la personne humaine, comptait. Il en fit même une variation essentielle de la trajectoire humaine sur terre. Nous le verrons ultérieurement. Pour l’heure, Patrick Tort s’attache à démontrer que nous avons fait longtemps fausse route à croire les affirmations d’agnosticisme qui ont accompagnées son personnage public. Patrick Tort en révèle le caractère tactique. Le concept lui-même paraissait drolatique aux yeux de Darwin. Mais qu’importait : Darwin se réfugia derrière ce terme pour couper court aux polémiques qui se faisaient jour et mettre à l’abri ses proches. L’agnosticisme lui permettait de n’avoir ni à prouver, ni à infirmer l’existence de Dieu. Que d’autres s’en chargent : il lui revenait une œuvre majeure à achever, celle de la sécularisation de la morale chrétienne. Il lui revenait de travailler à une généalogie matérialiste de la morale, qui devait faire suite à son Origine des espèces. Comprendre en quoi le développement des instincts sociaux, la diffusion des instances de sympathie, constituaient pour l’espèce humaine son avantage ultime sur les autres espèces animales, et sa rupture sans doute la plus décisive avec elles.
Par Joël JEGOUZO - "DU TEXTE AU TEXTE"




Customers who bought this product also bought...