NEW ORLEANS REVIVAL 1940-1954

BUNK JOHNSON, KID ORY, LOUIS ARMSTRONG, GEORGES LEWIS...

More details

Booklet : 48 PAGES - ENGLISH NOTES
Number of CDs : 2


29,99 € tax incl.

FA5135

Available. Will be sent within 24 to 72h

Add to my wishlist

+3 loyalty points


Syncopated music has been played across the United States since the early 20th century, but swing first appeared in New Orleans.  The unique style of its jazz bands, becoming a veritable trademark, was a major stepping-stone in the artistic history of America. World War II was followed by a surge of freedom as well as the search of jazz in its original form and America rediscovered this gem embedded in its history.  This was the period of the New Orleans Revival and its riches are revealed by Dan Vernhettes.  This vast panorama, interpreted by the greatest artists, portrays the gumbo jazz of New Orleans:  ragtime, blues, marches, dance music, lighter tunes and religious hymns.


Audio rights : Frémeaux & Associés Jazz - L'histoire sonore de notre mémoire collective à écouter.

ExtractTrackAuthorDuration
CD 1
01 BLUES WITH BECHET - BAQUET03'39
02 GET IT RIGHT - KID RENA S DELTA JAZZ BAND03'24
03 PANAMA - ROBINSON03'00
04 CARELESS LOVE - ROBINSON03'32
05 MUSKRAT RAMBLE - KID ORY AND HIS CREOLE JAZZ BAND02'45
06 SAN JACINTO STOMP - MADISON LOUIS KID SHOTS04'06
07 DUMAINE STREET DRAG - MADISON LOUIS KID SHOTS04'37
08 MY LIFE WILL BE SWEETER SOMEDAY - LEWIS04'16
09 CREOLE SONG - KID ORY AND HIS CREOLE JAZZ BAND02'46
10 SHAKE IT AND BREAK IT - WOODEN JOE S NEW ORLEANS BAND03'36
11 EH LA BAS - WOODEN JOE S NEW ORLEANS BAND02'24
12 MILENBERG JOYS - BUNK JOHNSON S JAZZ BAND04'19
13 GLORYLAND - BUNK JOHNSON S JAZZ BAND03'01
14 OVER THE WAVES - LEWIS04'19
15 SALUTATION MARCH - LEWIS02'39
16 I LL TAKE YOU HOME AGAIN KATHLEEN - JOHNSON03'14
17 MARYLAND MY MARYLAND - DIXIELAND SIX03'28
18 SNAG IT - ORY04'06
19 SHIM SHA WABBLE - MUTT CAREY AND HIS NEW YORKERS02'57
20 CHRYSANTHEMUM - MUTT CAREY AND HIS NEW YORKERS03'01
21 LES OGNONS - FOSTER03'04
22 I JUST CAN T HELP MYSELF - MILLER02'46
CD 2
01 THE ENTERTAINER - JOHNSON03'00
02 SHEIK OF ARABY - MORAND04'47
03 JERUSALEM BLUES - GEORGE LEWIS JAM SESSION05'12
04 STREETS OF THE CITY - PAUL BARBARIN AND NEW ORLEANS BAND03'10
05 HINDUSTAN - BARNES03'17
06 WEST LAWN DIRGE - EUREKA BRASS BAND05'43
07 CIRIBIRIBIN - THE LOUISIANA JOYMAKERS02'24
08 ST LOUIS BLUES - KID THOMAS AND ALGIERS STOMPERS03'27
09 WHEN THE SAINTS GO MARCHING IN - O CELESTIN S TUXEDO JAZZ BAND04'03
10 SEE SEE RIDER - KID CLAYTON S HAPPY PALS04'10
11 BLUES IN G - BARNES03'27
12 DOWN IN HONKY TONK TOWN - HUMPHREY03'30
13 MILENBERG JOYS - FREDDIE KOHLMAN AND HIS BAND03'28
14 ICE CREAM - GEORGE LEWIS AND RAGTIME BAND05'49
15 BASIN STREET BLUES - NEW ORLEANS JAZZ BABIES02'19
16 DARKTOWN STRUTTERS BALL 1 - GEORGE LEWIS AND RAGTIME BAND02'05
17 LORD LORD LORD YOU SURE BEEN GOOD TO ME - GEORGE LEWIS AND RAGTIME BAND03'31
18 DARKTOWN STRUTTERS BALL 2 - KID ORY AND HIS CREOLE JAZZ BAND03'31
19 SOMEBODY ELSE IS TAKING MY PLACE - GEORGE LEWIS BAND04'06
20 JUST A CLOSER WALK WITH THEE - GEORGE LEWIS BAND02'30
21 HIGH SOCIETY - O CELESTIN S TUXEDO JAZZ BAND03'55
"New Orleans Revival" par Jazz Classique

(...) "Les disques enregistrés à la Nouvelle-Orléans dans les années couvertes par ce coffret et les quinze suivantes constituent le corpus pour qui veut saisir pleinement la vérité d'un style, la fonction sociale et l'âme d'une musique." Guy CHAUVIER - JAZZ CLASSIQUE

"Voilà un coffret particulièrement généreux puisqu'il contient plus de deux heures et demie de musique et un texte de 35 pages, signé Dan Vernhettes, qui vous dit quasiment tout ce qu'il faut savoir sur la génèse du jazz Nouvelle-Orléans, cette période du Revival et chacun des quarante-trois enregistrements sélectionnés. Généreux, mais aussi précieux, car la musique présentée ici est encore mal connue d'un bon nombre d'amateurs. De toute façon, il y a sans cesse un nouveau public pour découvrir ce jazz de la Nouvelle-Orléans et justifier un tel outil de vulgarisation.
Un avertissement toutefois. Notre ami Dan a fait des choix sans concession à nos oreilles habituées à la haute fidélité. Son but était de cerner au plus près la musique jouée de 1940 à 1954 par la communauté noire de la Nouvelle-Orléans tout en donnant un large éventail des principaux artistes. Aussi a-t-il choisi chaque plage pour son intérêt musical et historique, et certaines, surtout dans le premier CD, ont une médiocre qualité sonore. Mais cela ne concerne qu’une minorité de titres et il n’y pas lieu de regretter quoi que ce soit car ce refus de donner la priorité à la technique fait en partie le prix de cette anthologie. (...) "Les disques enregistrés à la Nouvelle-Orléans dans les années couvertes par ce coffret et les quinze suivantes constituent le corpus pour qui veut saisir pleinement la vérité d'un style, la fonction sociale et l'âme d'une musique." Guy CHAUVIER - JAZZ CLASSIQUE




"New Orleans Revival" par Jazz Man

"Et l'on ne saurait négliger les plages consacrées au Creole Jazz Band de Kid Ory dont aucun groupe revivaliste ne réussit à égaler les collectives et dont le chef tromboniste reste le dernier grand représentant du style originel." Jean-Pierre DAUBRESSE - JAZZ MAN

"Ces enregistrements de qualités très inégales ne sauraient cependant manquer au dossier de la musique néo-orléanaise tant ce dernier est incomplet en matière de témoignages sonores. Et l'on ne saurait négliger les plages consacrées au Creole Jazz Band de Kid Ory dont aucun groupe revivaliste ne réussit à égaler les collectives et dont le chef tromboniste reste le dernier grand représentant du style originel." Jean-Pierre DAUBRESSE - JAZZ MAN




"New Orleans Revival" par Biblioline.com

"Dans l’histoire du Jazz, la ville de la Nouvelle Orléans tient une place fondamentale et ce n’est pas un hasard. Si on y danse en toutes occasions au XIX ème, le début du XX ème siècle voit naître une version plus « hot » des danses policées occidentales. Le tempo s’accélère, les croches se décalent légèrement entre elles pour devenir «sautillantes», impulsant inconsciemment chez l’auditeur un excitant balancement du corps, une euphorie de l’esprit et des sens, aussi imparables que le BPM techno. Le swing est né !" Albi BOP - BIBLIOLINE.COM

"Dans l’histoire du Jazz, la ville de la Nouvelle Orléans tient une place fondamentale et ce n’est pas un hasard. Cette ville fut durant de deux siècles le chaudron « magique » où se mélangèrent un nombre important d’ethnies donc de cultures musicales, de sensibilités esthétiques. Colons français puis espagnols, négriers anglais, acadiens chassés du Québec, africains déportés comme esclaves, mais aussi haïtiens, indiens, cubains. Toute cette population appris vite à vivre ensemble, à se mêler (dans tous les sens du terme car on ne compte plus les métissages !). Ville riche, car portuaire, la Nouvelle Orléans, attira toujours plus de monde et les occasions de s’y amuser y furent de plus en plus nombreuses, en parallèle à toutes les manifestations culturelles habituelles : rites funéraires, mariages et fêtes religieuses. Du plus païen des bordels où s’illustrait un certain Scott Joplin, inventeur du rag time, aux offices religieux catholiques, méthodistes, baptistes…, inaugurations, parades, pique-niques, toute la ville bruissait en permanence de musique. Au point que le premier Gouverneur américain jugea ses administrés « ingouvernables car obsédés par la danse » !On peut voir dans ce melting pot côtier un parallèle avec ce que sera le Rio de Janeiro au milieu du siècle dernier. Si on y danse en toutes occasions au XIX ème, le début du XX ème siècle voit naître une version plus « hot » des danses policées occidentales. Le tempo s’accélère, les croches se décalent légèrement entre elles pour devenir « sautillantes », impulsant inconsciemment chez l’auditeur un excitant balancement du corps, une euphorie de l’esprit et des sens, aussi imparables que le BPM techno. Le swing est né ! Le grand maître du swing sera Jelly Roll Morton même si la syncope, version primitive du swing, était déjà bien implantée dans la musique classique et systématisée dans le rag-time). Aux danses cake walks, mazurkas, two-steps, quadrilles, marches, valses, se mêlent les harmoniques frottantes et les canevas rythmiques du blues, les airs lithurgiques du gospel. Papa Swing, en faisant une habile synthèse, vient d’inventer le Jazz et Louis Amstrong, Sydney Bechet, « King » Oliver en feront connaître au monde entier ( la guerre de 14-18 y contribuant pour l’Europe ) les vertus euphorisantes, les risques par abus, et son étrange capacité à s’auto-regénérer par l’obligation de l’improvisation et le jeu des rencontres fortuites. Un précédent coffret dans la même collection parle de cette époque épique où la Liberté revient en force s’ébattre au cœur de la Musique. Celui-ci s’attache à la seconde partie de cette musique nouvelle orléanaise qui subit un déclin entre 20 et 40, sans doute faute au début de moyens pour véhiculer phonographiquement les œuvres des artistes. Ce sont deux français, Robert Goffin et Hugues Panassié, bien connu des amateurs de jazz puisqu’on lui doit la création de la revue Jazz Hot, et à leur suite des américains passionnés qui firent revenir au devant de la scène de grand artistes oubliés, souvent vivants dans le pire dénuement : « Bunk » Johnson, Andy Anderson, « Punch » Miller….et archivèrent une foule de thèmes et d’arrangements. Le temps était prêt pour une scène « revival », captée et collectée dans ce double CD et qui perdure encore de nos jours touristiquement dans la vieille cité de Louisiane, dans quelques clubs parisiens, à l’italien Umbria Jazz Festival chaque matin dans les rues de Pérouse. Essentiel !!!" BIBLIOLINE.COM




"New Orleans Revival" par Blues Again

"Et quand vous reviendrez vous jeter sur votre fauteuil épuisé d’avoir trop dansé, vous réécouterez le disque livret en mains à la lumière de toutes les précieuses infos musicales et historiques qu’il contient et vous vous sentirez sans doute tout à fait comblé. Un CD qui s’impose !" Michèle MARTIN – BLUES AGAIN

« Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore le travail de Frémeaux & Associés ni les racines du jazz New Orléans, voilà de combler vos lacunes en faisant d’une pierre un coup. Ce double CD fait suite à celui publié il y a une dizaine d’années qui couvrait la période 1918 -1944. Il recoupe cette fois les années 40 à 54. Et c’est une vraie cure de swing qui vous est proposée : un festival des meilleurs ragtimes, blues, marches, musiques de danse, chansons légères ou rythmes religieux joués par les plus fameux orchestres de cette époque. Celle d’après-guerre, par laquelle le jazz est arrivé en France. Une vitalité absolument époustouflante résonne à travers les 43 morceaux de ces CD : il y a du Bechet dans l’air, du Georges Lewis. Il y a un monde qui bouge  et des titres qui incarnent à eux seuls tout le jazz : « The Entertainer », « St Louis Blues », « Basin Street Blues », « Les Ognons », « High Society ». Et quand vous reviendrez vous jeter sur votre fauteuil épuisé d’avoir trop dansé, vous réécouterez le disque livret en mains à la lumière de toutes les précieuses infos musicales et historiques qu’il contient et vous vous sentirez sans doute tout à fait comblé. Un CD qui s’impose ! » Michèle MARTIN – BLUES AGAIN




"New Orleans Revival" par Jazz Hot

« En musicologie, le mot « revival », qui ne désigne pas une période, s’est imposé lorsque l’on a étudié les folklores : c’est tout un travail de recréation d’un genre, mort, dont la transmission du vétéran au jeune s’est interrompue depuis plusieurs générations et que l’on relance de façon vivante et créative d’après la recherche de documents (témoins, sources écritures…). Michel LAPLACE – JAZZ HOT

« En musicologie, le mot « revival », qui ne désigne pas une période, s’est imposé lorsque l’on a étudié les folklores : c’est tout un travail de recréation d’un genre, mort, dont la transmission du vétéran au jeune s’est interrompue depuis plusieurs générations et que l’on relance de façon vivante et créative d’après la recherche de documents (témoins, sources écritures…). L’utilisation en jazz de l’étiquette « revival » traduit donc une idéologie progressive des critiques qui ont établi (pour singer le monde classique) des « périodes de styles », successives, comme new orleans, swing, bebop, cool, etc, avec pour certitude (infondée) qu’un style est frappé d’obsolescence dès l’arrivée d’un nouveau. Pour « classer » un mouvement comme celui qui nous occupe ici, on le taxe de « revival » (sous-entendu « ringard »).Pourtant ces musiciens (Bunk Johnson, etc.) ne cherchaient pas à recréer le passé (tous jouent significativement la trompette et non plus le cornet qui n’est plus à la mode). Ils jouent comme ils sont aptes à le faire au moment donné en intégrant les problèmes physiologiques ainsi que l’évolution. Ainsi Kid Ory demandait à sa fameuse rythmique (Buster Wilson, Bud Scott, Ed Garland, Minor Hall) de s’inspirer de celle de Basie ! » Michel LAPLACE – JAZZ HOT




"Ya’ gotta’ love it!" by Jazz Review

"... Very little is missing from this collection. The Fremeaux company did their homework when they planned the project. The period of 1940 through the mid-fifties was an important time in the history of New Orleans jazz. Musicians like Bunk Johnson and George Lewis were pulled from relative obscurity into a new world of adoring fans in America and Europe.
..." Richard Bourcier - Jazz Review


"French trumpeter, Dan Vernhettes, penned the notes for this classic set of CDs. While the text is predominately in the French language, a short history of the music is added. Anyone with the most basic knowledge of French will be able to follow Vernhettes’ writing. However, this two-CD set is really all about the music.
Very little is missing from this collection. The Fremeaux company did their homework when they planned the project. The period of 1940 through the mid-fifties was an important time in the history of New Orleans jazz. Musicians like Bunk Johnson and George Lewis were pulled from relative obscurity into a new world of adoring fans in America and Europe.
The European fans were especially loyal to the jazz personalities from the Crescent City and it wasn’t surprising that much of the pioneer discographical studies were carried out by such people as Charles Delaunay (France), Hilton Schleman (England), Brian Rust (England) and later, Jorgen Grunnet Jepsen of Denmark.
There isn’t space to cover each and every track on a set of this size. Let’s just say that the music is good, both musically and historically. None of the great revivalists are omitted. In fact, many of the players on the “revival” recordings are also “pioneer” jazzmen. They include Baby Dodds, Pops Foster, Alphonse Picou, Albert Burbank, Jimmy Noone, Chester Zardis, Joe Rena, Johnny St.Cyr and Avery “Kid” Howard.
Many landmark recordings of the revival period are heard, including “Jerusalem (Burgundy Street) Blues” by George Lewis, the funeral piece “West Lawn Dirge” by the Eureka Brass Band and “Les Oignons” as rendered by Albert Nicholas in a quartet session with Danny Barker, James P.Johnson and Pops Foster. Surely, the list of musicians performing in this collection numbers more than one hundred. It’s the type of collection that would be invaluable to jazz radio stations and public libraries, not to forget the collectors of classic jazz.
Fremeaux & Associés is based in Vincennes, France and the company has a huge 146 page catalog covering jazz, blues, gospel, world music, children’s records and a section dedicated to all the historical vocalists of France.
This reviewer certainly has some favorites and it was nice to hear a number of these items for the first time. My own collection was lacking much of the music of Mutt Carey, Emile Barnes, Oscar Celestin, Wooden Joe Nicholas and Kid Rena. Clarinetist, Alphonse Picou, delivers the definitive “High Society” solo with Oscar Celestin’s Tuxedo Jazz band from a New Orleans session in 1954. There is even a track from the famed George Lewis “Jazz At Vespers” session recorded at Holy Trinity Episcopal Church in Oxford, Ohio. The Lewis band features Big Jim Robinson, Alcide “Slow Drag” Pavageau, Lawrence Marrero, Joe Watkins and pianist Alton Purnell. Kid Ory’s version of “Darktown Strutters Ball” is from a San Francisco session and highlights Alvin Alcorn, Albert Burbank and some great piano by Maryland-born Don Ewell.
With the exception of a couple of tracks, the sound reproduction is quite good and would be acceptable to most collectors. The entire collection is musically typical of the era and perhaps a bit rough around the edges to some ears. But that’s New Orleans jazz. Ya’ gotta’ love it!" Richard Bourcier - Jazz Review




"Plaisir garanti de bout en bout" par Jazz Around

« Un double CD de jazz de la Nouvelle Orléans avait déjà fait le point sur les premiers balbutiements de ce courant “New Orleans”, entre 1918 et 1944, au travers de ses chantres noirs et créoles. Il s’agissait là d’un document remarquable, émouvant et tellement utile pour les historiens, ainsi que pour tout amateur qui veut creuser jusqu’aux racines. Aussi, il faut saluer ici cette suite qui couvre les années de “revival” avec des musiciens peu enregistrés ou trop peu réédités comme Bunk Johnson, George Baquet, Kid Ory, Paul Barbarin, Kid Reno, George Lewis, Mutt Carey, Albert Nicholas, Kid Thomas, Oscar Celestin, Lizzie Miles et bien d’autres créateurs de ce style musical alors appelé à un si grand et bel avenir. On rejoint l’avis de Patrick Frémeaux et Claude Colombini pour parler de “gumbo jazz”, tant les mélanges et les synthèses de genres se superposent : ragtime, blues, marches, musiques de danse, chansons légères et rythmes religieux. Les quarante-trois reprises sont pour la plupart rares et difficiles à trouver. Elles méritent chacune une mention, et la sélection due au spécialiste Dan Vernhettes – on soulignera aussi ses fascinantes notes de pochette – est sans reproches. Plaisir garanti de bout en bout pour tous les fans de jazz traditionnel, mais aussi pour tous les autres amateurs de jazz à l’esprit ouvert. » Robert Sacré – Jazz Around




« Un coffret vraiment parfait » par Soul Bag

Un double CD qui fait suite au coffret « Jazz New Orleans », procuré par Philippe Baudoin. Si le premier s’occupait des tout débuts de la musique de jazz, à partir de 1918, celui-ci survole la période dite « revival ». Attention, ce mot fait souvent penser à un mouvement d’imitateurs, d’orchestres blancs reprenant une musique morte ou désuète. Ce n’est nullement le cas ici. Il y avait pas mal de survivants dans les années 40, des pionniers qui avaient encore joué avec le mythique Buddy Bolden ou avaient été membres fondateurs d’orchestres qui, les premiers, s’étaient émancipés de la partition et avaient vu naître le « swing ». Ce premier jazz, mélange de marches, de ragtime, de chansons à la mode, d’hymnes, de blues, véritable « gumbo music », existait toujours en 1940 mais avait perdu de son succès médiatique, les pôles d’attraction s’étaient diversifiés, les disques se faisaient à New York, à Chicago, à Los Angeles. De jeunes amateurs éclairés se mirent à la recherche de ces pionniers, les enregistrèrent sur des appareils pas toujours parfaits et renouvelèrent ainsi un intérêt inespéré pour des musiciens qui, pour pas mal d’entre eux, eurent l’occasion d’enregistrer enfin leurs meilleurs œuvres : Bunk Johnson, George Lewis, Kid Ory, Mutt Carey, Punch Miller, Wooden Joe Nicholas, etc. Cette musique préservée connut ainsi un nouvel élan, et au fil des années on put assister à une certaine évolution. Si le premier CD fait entendre des instrumentistes au jeu primitif et des ensembles assez anarchiques, les derniers morceaux atteignent des niveaux de virtuosité parfois surprenants. Malgré une évolution stylistique dans les instruments à vent, ce sont les tambours qui gardèrent le rythme Nouvelle-Orléans traditionnel, préservant un charme folklorique très particulier. Un livret d’une quarantaine de pages, signé Dan Vernhettes, accompagne de précieux commentaires chacun des 43 enregistrements de ce coffret vraiment parfait.
André FONTEYNE – SOUL BAG




"La Nouvelle-Orléans des origines" par Jazz Magazine

Ces retrouvailles avec les vétérans de New Orleans offrent une multitude d’indices sur ce que fut la Nouvelle-Orléans des origines.
Par JAZZ MAGAZINE





30 other products in the same category:

Customers who bought this product also bought...