PIERRE MENDES FRANCE

ENTRETIENS AVEC JEAN LACOUTURE (1980-1981)

More details

Number of CDs : 4


29,99 € tax incl.

FA5159

Available. Will be sent within 24 to 72h

Add to my wishlist

+3 loyalty points


2 quantities
-15%
L’enregistrement de Pierre Mendès France avec Jean Lacouture ne devait faire l’objet que de cassettes de travail dont la qualité acoustique est loin de ressembler aux habituels entretiens édités par Frémeaux & Associés.
Cependant, le témoignage incarné de celui qui reste l’un des plus grands hommes politiques français du XXè siècle et qui aura revalorisé le statut d’homme d’action par la mise en pratique de valeurs morales, se devait d’entrer dans La Librairie sonore pour prendre place, de façon pérenne, parmi les grandes archives politiques et historiques que nous nous efforçons de sauver de l’oubli.
L’historien Jean-Yves Patte a conservé l’ordre chronologique des discussions en ne gardant que les séquences audibles du CD 1 jusqu’au CD 3.
Le disque 4 propose des extraits supplémentaires, comme les anecdotes de Mendès France sur les recherches des nazis ou sa rencontre avec Léo Lagrange.
Ce coffret de 4 CDs, témoignage posthume restauré et présenté par Jean-Yves Patte, n’aurait pu voir le jour sans le concours de la succession Pierre Mendès France et de M. Jean Lacouture – qui nous a fait l’amabilité de rédiger la préface du livret inclus au coffret.
Patrick Frémeaux

Cet enregistrement est un document historique dont la qualité acoustique est trés inférieure au cahier des charges sonores de Frémeaux & Associés. Ces entretiens sont néanmoins mis à la disposition du public, malgré leur mauvaise qualité, compte tenu de leur intérêt historique.

Edition : Jean Yves Patte pour Frémeaux & Associés / Contrôle éditorial : Lola Caul-Futy Frémeaux, Livret : Jean Lacouture.

Droits audio : Frémeaux & Associés producteur en accord avec Michel Mendès France pour la Succession Pierre Mendès France. (Collection les grandes voix de notre mémoire collective à écouter - Archives orales du socialisme - Une Histoire sonore des Sciences Politiques sur CD audio).

Contenu de l'entretien : Instants volés • Histoire de la famille Mendès France • Du Portugal à la France, du XVe au XVIIe siècle • L’installation en France, du christianisme au judaïsme • Le XIXe siècle, les grands parents alsaciens • Histoire d’Isidore Kahn et sa famille • Une enfance Voltairienne… • Culture juive • Ecole primaire, l’école Turgot et le bachot… • L’université et science Po. Quelques maîtres… • … et quelques lectures • La thèse de droit économique • Engagements politiques au Quartier Latin • Avocat à Louviers • Pierre Mendès France élu député à Louviers • Les journées de Février 1934 • La naissance du Front Populaire • L’ombre du chancelier Hitler • Retour à la Chambre • La dévaluation du franc • La commission des douanes • Le gouvernement du Front populaire • La présence des communistes • Les questions économiques • La question espagnole • Sous secrétaire au Trésor du second gouvernement Blum • Quelques traits du caractère politique de Léon Blum • Munich et le “lâche soulagement” • Une préparation à la guerre, un engagement personnel • La guerre éclate : les soucis de famille • L’arrestation • Départ de la famille pour les USA. • De Gaulle à Londres. • Le groupe “Lorraine” • Londres et les anti-gaullistes • Londres sous les bombes… • Alger, Pierre Mendès France entre au gouvernement • Les Voyages aux Etats-Unis • Paris enfin ! • le voyage de De Gaulle à Moscou • Le Paris de la Libération • Annexes : Les Mendès de Saint-Domingue • Anecdotes sur les recherches des Nazis • Un Mendès France “presque” à Arcole • Le dernier Mendès de Bordeaux • Les Journaux, la presse “de gauche” • Une carrière d’avocat qui ouvre sur la politique • La mairie de Louviers en 1935 • Le conseil municipal de Louviers et vie Locale. • L’orateur : du barreau à la politique. • La franc-maçonnerie. • Rencontre avec Léo Lagrange • Le sentiment des “problèmes algériens” • Le comte de Paris, Darlan et Girault.

"

Dialogue avec Mendès France

Dialogue avec Mendès France
Par Jean Lacouture







Le nom de Pierre Mendès France, je ne saurais dire à quel moment il s’est inscrit dans ma conscience. Quand le jeune député de Louviers entre dans le second gouvernement de Léon Blum, en avril 1938, comme sous-secrétaire d’Etat au budget ? J’étais bien jeune... Plutôt lorsque cinq ans plus tard un porte-parole de la France libre, à la radio de Londres, annonça en 1943 le ralliement du jeune parlementaire évadé des prisons de Vichy (celle de Clermont-Ferrand, en fait) et sa réception par le général de Gaulle. Et mieux encore peut-être quand, devenu ministre de l’économie de la France libre, à 37 ans, Mendès France remet sa démission du prestigieux Gouvernement de la libération parce qu’il est en désaccord avec sa stratégie financière. Voilà un homme de caractère !

Mais c’est la question d’Indochine qui me liera avec le député de Louviers : c’est lui qui, le premier, osa, à la tribune de la chambre, proclamer que la guerre d’Indochine était une folie qui allait vouer la France, pour des décennies, à l’inflation c’est-à-dire à la dépendance des Etats-Unis. Nouvelle preuve d’un courage politique exceptionnel, doublé d’une compétence financière hors de pair.

Dès lors, je n’aurai de cesse que je ne connaisse cet homme – ce qui sera possible, positivement, dans les bureaux de l’Express, puis à Genève, lors de la fameuse négociation qui mit un terme, honorablement, à la guerre d’Indochine – ce qui ne l’empêcha pas d’être renversé par l’Assemblée six mois plus tard, le 5 février 1955.

Ce n’est pourtant qu’en 1960, en vue de la rédaction d’un livre sur la conclusion de la guerre d’Asie et le rôle essentiel qu’il y avait joué, que je pus nouer avec lui un dialogue soutenu. Incomparable occasion de mesurer l’ampleur de la vision de cet homme, la rigueur de ses raisonnements, l’originalité de ses démarches, et sa bienveillance – qui n’allait pas sans rigueur, exigence et pouvait se teinter d’obstination...

Ce livre, intitulé La Fin d’une guerre, publié en 1960 avec la collaboration de mon ami l’historien Philippe Devillers nous lia, je n’oserais dire d’amitié, ce qui serait prétentieux de ma part, mais de cordiale confiance, nuancée chez moi de respect. Si bien que je me décidais vingt ans plus tard à entreprendre la biographie de l’ancien Président du conseil resté le personnage de référence de la démocratie française – non sans avoir hésité. N’étais-je pas trop lié, intellectuellement, à cet homme pour prendre les “distances” qu’implique la biographie ? N’allais-je pas tomber dans l’hagiographie, cédant non seulement à son ascendant, mais à ce qu’il faut bien apppeler son “charme” ? Bref, je me lançai!

Nos rencontres de 1980-1981 furent moins centrées sur le déroulement d’une carrière politique que je connaissais déjà assez bien – encore qu’elle comportât des énigmes, à propos de ses relations avec de Gaulle, avec Mitterrand, avec Israël – que sur un certain environnement familial et culturel. Rien ne le passionnait davantage et rien ne m’était moins connu que cette saga des Mendès France du Portugal à Bordeaux, des Antilles à Paris et Louviers...

Ouvrir l’armoire familiale où dormaient les souvenirs, souvent tragiques, qu’il classait inlassablement, amoureusement, était pour lui une sorte de sacerdoce, de mission, et un vrai bonheur. Je ne suis pas juge du résultat de ces longues heures d’entretien, moins encore de la qualité de mon livre. Mais ce dont je suis assuré, c’est de la joie que m’ont donnée ces longs entretiens avec un homme éminent dont de très cruelles épreuves familiales, sociales, personnelles, n’ont pu atteindre la sérénité.
 Jean LACOUTURE
© 2006 GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SAS


Pierre Mendès France
Entretiens avec Jean Lacouture
Mémoires en forme de “complément d’enquête”

ATTENTION
Les cassettes, réalisées en 1980 et 1981, ont été écoutées un grand nombre de fois et sont passablement “démagnétisées” : le signal sonore manque de dynamique. Par ailleurs, le jeu de cassettes conservé n’est pas l’original mais une série de copies réalisées pour le travail d’auteur de Jean Lacouture. Les cassettes d’origine – enregistrées sur un petit dictaphone avec un micro de très mauvaise qualité réenregistrant les bruits de l’appareil (jusqu’au couinement caractéristique du défilement des cassettes “longue durée”) – ont été recopiées mais des passages entiers ont été supprimés.
Malheureusement tous ces traitements ont été réalisés à l’époque sans souci de qualité et souvent sur des cassettes déjà enregistrées dont subsistent parfois des échos ! (Question d’une guerre atomique, émissions de radios…). Le travail de restauration n’offre pas une qualité très satisfaisante. Le niveau sonore d’enregistrement d’origine est très faible (parfois si faible que le document original est inaudible) et sa restitution a fait remonter tant de défauts – souffle permanent, sifflement, bruits électriques etc., – qu’on ne peut parler de document agréable à l’écoute mais d’archive véritablement historique.
Jean-Yves Patte pour Paléovox – restauration sonore
& Patrick Frémeaux pour La Librairie sonore – Frémeaux & Associés


Du XVIIème siècle à la Libération de Paris
A l’origine simple document de travail, l’ensemble des enregistrements que Pierre Mendès-France a réalisé avec Jean Lacouture entre 1980 et 1981 n’était pas destiné à une diffusion “audio”. Les cassettes constituaient plutôt comme un carnet de notes auquel il conviendrait d’ajouter telle ou telle information manquante lors de la rédaction de la biographie (parue en 1981 puis 2003).

Les enregistrements de Jean Lacouture, préparés de longue date par des contacts et par des courriers, ne sont donc pas le reflet exhaustif de la vie de Pierre Mendès France, mais l’exploration de domaines, d’époques et d’évènements méconnus. Ils complètent d’autres sources, souvent des travaux historiques déjà parus ou les publications propres de Pierre Mendès France. Parfois même ce dernier propose-t-il quelques documents tirés de ses propres archives ou de sa bibliothèque, comme on peut le deviner au fil des entretiens.

Ceci explique que certains sujets majeurs aient été éludés, particulièrement les évènements dramatiques de la seconde guerre mondiale. Le but des entretiens de Jean Lacouture étant de venir chercher “un complément d’enquête” plutôt que le récit complet de toute l’histoire.

Les entretiens retranscrits ne sont pas l’intégralité des documents. Ils couvrent une période qui s’étend du XVIIème siècle à la Libération de Paris.

L’état de conservation du reste des cassettes ne permet pas une écoute convenable.


CD 1

1 - Instants volés
Ces quelques secondes qui donnent le sentiment général des conditions dans lesquelles les entretiens se sont déroulés…

2 à 5 -Histoire de la Famille Mendès France.
2- Considérations générales sur l’histoire de la famille Mendès France.
3 - Du Portugal à la France, du XVème au XVIIème siècle.
4 - L’installation en France, du christianisme au judaïsme.
5 - Le XIXème siècle, les grands parents et parents, la famille alsacienne.

Plein de truculence, ce récit témoigne d’un aspect méconnu de la passion de Pierre Mendès France pour la généalogie. Il dévoile une histoire de famille assez peu banale mouvementée et haute en couleurs. Sa longue digression consacrée à la famille Mendès de Saint-Domingue (CD 4 / 1) complète cette vision avec ses changements de “décors” non seulement dus à la géographie mais aussi à la “philosophie” de cette branche. Ces contrastes, exposés en relief saisissant, répondant presque aux règles d’une mise en abîme dérivé d’une esthétique du grand siècle (le XVIIème!), forment une relecture de l’histoire familiale dont l’engagement politique de Pierre Mendès France paraît la conclusion logique.

6 à 8 - L’enfance
6- Histoire d’Isidore Kahn, le grand père d’Alsace… et sa famille.
7 - Une enfance Voltairienne…
8 - Culture juive : l’influence de la famille maternelle.

Pierre Mendès France naît à Paris, le 11 janvier 1907. Ces années là sont riches en évènements et mouvements sociaux… En 1907, Bracke et Jaurès proposent que le droit de vote soit accordé aux femmes, en janvier la troupe intervient dans la grève des papetiers de l’Essonne, en mars (le 26) est votée la loi sur la liberté des cultes. En juin les mouvements viticoles du midi soulèvent un conflit sans précédent : l’armée (17e de Ligne) refuse de tirer sur les manifestants. Les années suivante, ces mouvements ne feront que s’accroître. Les grèves se multiplient et la CGT monte en puissance. Au congrès de Marseille (octobre 1908) elle menace même de déclancher une guerre générale en cas de conflit.

Le jeune enfant ne ressent pas les troubles sociaux qui agitent la société, du moins assez peu directement, mais c’est pourtant dans une tradition “de gauche”, portée par son père, qu’il est élevé. La première guerre mondiale ne semble pas lui laisser de profonds souvenirs – il est vrai qu’il est très jeune ! – sauf lorsqu’il se souvient de son grand père d’Alsace, profondément français et Dreyfusard, dans une région annexée par l’Allemagne depuis 1870 !

C’est avec beaucoup de tendresse que Pierre Mendès France parle des traditions et des conceptions religieuses de ses parents, de sa mère surtout, sans que leur culture religieuse toutefois imprime en lui de profonds sentiments religieux… il est plutôt voltairien, comme son père, et bientôt s’avoue athée...

9 à 12 - Les années 1920, années de formation.
9 - Ecole primaire, l’école Turgot et le bachot…
10 - L’université et Science Po. Quelques maîtres
11 - Quelques lectures
12 - La thèse droit économique : Poincaré et l’économie politique

Très jeune bachelier, à 15 ans, il souhaite vite poursuivre des études. Poussé par les conseils de sa mère, Pierre Mendès France opte pour le barreau ; il entre à la faculté de droit et à l’Ecole libre des sciences politiques (“Sciences Po”, d’où il ressortira 4e en 1925 dans des circonstances humiliantes). C’est à cette époque qu’il renonce à sa passion pour le piano…

Signé le 28 juin 1919, le traité de Versailles, outre mettre fin aux hostilités de la première guerre mondiale, fixe les nouvelles frontières et prépare les modalités des dommages de guerre. En janvier 1920, l’entrée en vigueur du traité permet à la SDN (Société des Nations) de voir le jour. Cependant, les USA, dont le président Wilson avait pourtant initié sa création dès 1918, refusent d’adhérer. Ce même mois de janvier 1920, Clemenceau démissionne. Dès février, d’intenses mouvements sociaux reprennent et après de violents affrontements, la reprise du travail est votée par la CGT le 21 mai. Cette même année, en décembre, Blum et Longuet créent la SFIO qui désormais se sépare du Parti Communiste qui, minoritaire, adhère au Kominterm. C’est encore le 10 juillet de cette année que Jeanne d’Arc est canonisée. Le 11 novembre, la tombe du soldat inconnu est inaugurée sous l’Arc de Triomphe.


CD 2

1 - Engagements politiques au Quartier Latin
Notes de Pierre Mendès France à propos de ses enregistrements : “Coup de foudre pour Herriot : c’était jeunesse, éloquence, générosité.” [Il s’inscrit au parti Radical en 1924]

“Georges Boris possédait la librairie au coin (du) Boulevard Saint Germain et (de la) rue St Jacques où je lui apportais les papiers à son journal “la Lumière” ; mais nous n’étions pas liés. J’étais militant, mais je n’avais pas à l’idée de faire de la politique responsable.” Plus loin, il ajoute “c’est seulement en 1938 que je rencontre Boris et que je découvre Keynes.”

Edouard Herriot (1872-1957) Dreyfusard, proche de Péguy et Zola, il devient dès 1912 une des figures majeures du Parti Radical. Il est plusieurs fois ministres et, en 1923, favorise le rapprochement du Parti radical de la SFIO participant ainsi à la création du Cartel des Gauches.

Georges Boris (1888-1960), fondateur en 1927 du journal “la Lumière”. En tant qu’économiste, il participe au gouvernement de Léon Blum où il opte pour les théories économique de Keynes.

John-Maynard Keynes (1883-1946) favorise l’interventionnisme de l’état dans les matières économiques afin d’assurer le plein emploi.

2 et 3 – Une carrière d’avocat qui débouche sur un engagement politique
2 - Avocat à Louviers
3 - Pierre Mendès France élu député à Louviers

Il rencontre Pierre Cot (1895-1977, spécialiste des Affaires étrangères), Jean Zay (1904-1944, il sera chargé du Ministère de l’éducation nationale et de la Culture par Léon Blum) et d’autres “jeunes Turcs”, tel Jacques Kayser (1900-1963, conseiller à l’Ambassade de Londres en 1943-44, il est surtout influent dans le domaine des idées). Edouard Daladier est le leader de l’aile gauche du parti.

En 1930, Pierre Mendès France publie “La banque internationale. Contribution à l’étude du problème des Etats-Unis d’Europe” qui reçoit un accueil chaleureux. En 1933, il épouse Lily Cicurel, de son mariage naîtront deux enfants.

Il est ici intéressant de se reporter encore aux plages 6, 7, 8 et 9 (CD 4, “Annexes”) afin de mieux cerner quelques-uns des éléments extérieurs qui ont poussé Pierre Mendès France à s’engager sur la voie de la politique “responsable”.

Edouard Daladier (1884-1970) est l’un des “pères” du Font populaire. Son extrême fougue à la chambre lui a valu le surnom de “taureau du Vaucluse”. Il sera président du conseil après la chute de Léon Blum. Ministre de la guerre sous le Front populaire, il se rend compte de l’extrême faiblesse de l’armée face à la menace hitlérienne et entreprend tout ce qu’il peut pour “remettre la France au travail”… ce qui lui vaut l’impopularité des siens. Il est l’un des signataires du traité de Munich (voir plage 16) auquel il souscrit sans illusion. Arrêté alors qu’il tentait d’embarquer sur le Massilia, il est interné en Allemagne jusqu’en 1945.

4 à 6 – La montée des tourmentes
4 - Les journées de Février 1934
5 - La naissance du Front Populaire

Jusqu’en 1929, la croissance économique française a été de 5% par an, ce qui pourtant n’empêche pas de nombreuses fluctuations de la monnaie (plusieurs “crises du franc” conduisent à des dévaluations).

En politique intérieure, le mot d’ordre de Saraut – ministre de l’intérieur en 1927 – est “le communisme, voilà l’ennemi”. Ce mot d’ordre fait le lit des mouvements d’extrême droite tels les Camelots du Roi ou les Croix de feu... De plus les difficultés économiques des années 1930  (particulièrement une succession de mesures déflationnistes impopulaires) favorisent les tensions. En 1934, le nombre des faillites a augmenté de 77%...

6 - L’ombre du chancelier Hitler (1933-34)
Ce chapitre sombre est une vaste réflexion dramatique sur la montée en puissance d’Hitler (nommé chancelier le 30 janvier 1933) et ses conséquences… mais c’est aussi une réflexion moins connue que les conséquences “sociales” de la politique nazie : les réfugiés affluent dans une France assez durement touchée par le chômage et avec eux naît un sentiment diffus mais tangible de xénophobie et une lente montée d’un mouvement antisémite.

7 à 15 - La Chambre et le gouvernement
7 - retour à la chambre
8 - La dévaluation du franc
9 - La commission des douanes
10 - Le gouvernement du Front populaire
11 - La présence des communistes
12 - Les questions économiques
13 - La question espagnole
14 - Sous secrétaire au Trésor du second gouvernement Blum
15 - Quelques traits du caractère politique de Léon Blum

La tendance générale est à la morosité que la chanson “Tout va très bien Madame la marquise” stigmatise avec bonne humeur… malgré un climat de plus en plus sombre. Le taux de natalité a baissé de manière inquiétante (en 1935 le nombre des décès l’emporte sur celui des naissances) et le pouvoir d’achat en 5 ans a baissé de 15%. La politique de Laval est un échec : les traitements de la fonction publique ont baissé de 10%. Le malaise général favorise la montée du Front populaire dont le programme est publié le 12 janvier 1936. En avril le Front Populaire triomphe aux élections.

C’est un témoignage de “l’intérieur” que livre ici Mendès France. Plein d’enthousiasme, mais aussi de nuances, particulièrement sur quelques traits de la personnalité de Léon Blum et de ses choix difficiles… et pour certains secrets (particulièrement sur la “question” de la guerre d’Espagne - juillet 1936). Pierre Mendès France est plein d’enthousiasme, mais aussi de réticences parfois en particulier sur les questions économiques et la dévaluation du franc “mal entreprise”. C’est à cette époque aussi qu’il lit avant de le rencontrer les théories d’Alfred Sauvy : “j’avais lu des choses de Sauvy”…

Alfred Sauvy (1898-1990) polytechnicien, statisticien, il voit que les chiffres proclament des vérités que souvent les gouvernants s’obstinent à ne pas voir !... et réclame que l’objectivité soit une des composantes des décisions. A ce titre il reformera, dans le gouvernement Reynaud de 1938, les décisions de la semaine des 40 heures instituées par Léon Blum.

16 - Munich et le “lâche soulagement”
Le 11 mars 1938, l’Allemagne hitlérienne réalise “l’Anschluss” avec l’Autriche et au début de septembre envahit le pays sudète (Tchécoslovaquie).

Face au réarmement de l’Allemagne – sous la direction d’Hitler qui refuse de reconnaître les accords du traité de Versailles – l’Europe, dans son ensemble, souhaite éviter une nouvelle guerre et souscrit, sans y croire vraiment à de nouveaux accords à Munich (29 et 30 septembre)… Cette fuite en avant, cette reculade plutôt, devant Hitler ne fait que retarder un conflit que chacun devine et redoute, et le répit qu’octroie la signature de ces accords soulage, même si ce soulagement est “lâche”.

Hasard de l’enregistrement, on distingue une longue chute chromatique au piano alors que Pierre Mendès France et Jean Lacouture évoquent Munich comme “une descente aux enfers”…


CD 3
1 à 3 - La guerre…
Le récit des circonstances de la guerre manque ici, il a fait l’objet d’autres entretiens qui n’ont pas été enregistrés. Toutefois, il est possible de retrouver le témoignage écrit de Pierre Mendès France dans son ouvrage “Liberté, liberté chérie” [publié à New York en 1943]
          15 mars 1939, les troupes nazies entrent à Prague
          22 mai un pacte d’acier lie l’Italie et l’Allemagne
          1er septembre, la Pologne est envahie
          3 septembre, la France et l’Angleterre déclarent la guerre à l’Allemagne. 

1 - La préparation à la guerre, un engagement personnel
2 - La guerre éclate : les soucis de famille
3 - L’arrestation

Au commencement de la guerre, Pierre Mendès France est Lieutenant de réserve. A ce titre, il peut obtenir un poste sans risque : il est nommé dans l’aviation au Levant. Mais cette affectation ne lui convient pas, il souhaite se battre et demande à monter au front. Mais c’est bientôt la débâcle (juin 40). Sa famille part pour le Maroc et embarque sur le Massilia. Il est arrêté et transféré à Clermont-Ferrand où il doit être jugé pour désertion : le régime de Vichy, qui cherche des boucs émissaires et veut “faire des exemples.”

Malgré des témoignages élogieux, il est condamné à six ans de prison. C’est alors qu’il décide de s’évader pour “défendre son honneur”, comme il l’écrira à Pétain.

4 - Départ de la famille pour les USA
Le 14 juin 1940, les allemands sont entrés dans Paris, déclarée “ville ouverte”. Le 22 juin l’Armistice de Rethondes soumet les 3/5 du territoire français à l’autorité nazie, l’armée et la flotte sont démobilisés. Le 10 juillet le Maréchal Pétain est nommé chef du gouvernement de la République et le lendemain reçoit les pleins pouvoirs. Dès le 12 juillet le journal “le pilori” dénonce les Juifs et les Francs-maçons.  Le 15 juillet, les chambres sont ajournées. Le 27 septembre le “statut des juifs en zone occupée” est mis en place…

Quelques mois de clandestinité, partagés en souci par les siens. Les autorités policières sont persuadées que Mme Mendès France sait où se cache son mari. Elle l’ignore pourtant… Tout ceci conduit à un départ de la famille pour les USA.

5 à 10 - De Londres à la Libération
5 - De Gaulle à Londres
6 - Le groupe “Lorraine”
7 - Londres et les anti-gaullistes
8 - Londres sous les bombes…
9 - Alger, Pierre Mendès France entre au gouvernement
10 - Les Voyages aux Etats-Unis
11 - Paris enfin!
12 - le voyage de De Gaulle à Moscou
13 - Le Paris de la Libération

S’imposant comme une évidence le ralliement de Pierre Mendès France à De Gaulle se fait sans tergiverser, ni hésiter comme les font les “anti-gaullistes” eux-mêmes réfugiés à Londres. C’est une page majeur de l’histoire que Mendès France raconte, avec une précision et une intimité passionnante. Pour l’heure les divergences politiques ne comptent pas, l’heure est à l’action.

Combattant engagé volontaire dans le Groupe Lorraine, il est ensuite appelé par de Gaulle pour être commissaire aux Finances du Comité français de libération nationale. Ministre de l’économie du gouvernement provisoire, il élabore le plan de redressement de l’économie française drastique, mais se heurte aux solutions plus “faciles” de Pleven. (Cette opposition ne se résoudra d’ailleurs que par la démission de Mendès France en 1945).

René Pleven (1901-1993), c’est lui qui aura une influence prépondérante sur l’économie et les finances du gouvernement de De Gaulle.


CD 4
Annexes :
1 et 2 - La famille éloignée et le régime nazi.
1-. Les Mendès de Saint-Domingue
Voir CD1 / 2, une autre façon de vivre que celle des parents directs de Pierre Mendès France, et en même temps une réflexion historique qui se termine de façon “étrange” [hélas !]…

2 - Anecdotes sur les recherches des Nazis
… avec les recherches nazies sur l’histoire des familles juives. Les allusions aux persécutions et au drame des Juifs durant la période de la seconde guerre mondiale sont assez rares au fil des entretiens de Pierre Mendès France. Esquissé avec grande pudeur et discrétion ce bref récit prend un relief des plus dramatiques.

3 et 4 - Autres anecdotes familiales
3 - Le dernier Mendès de Bordeaux
4 - Un Mendès France “presque” à Arcole !

5 - Les Journaux, la presse “de gauche” 
L’attention que Pierre Mendès France porte aux journaux peut, dans cette période d’avant-guerre, passer pour anecdotique. Toutefois elle préfigure une réflexion qui prendra une ampleur singulière en 1953 lorsque Jean-Jacques Servan-Schreiber et Françoise Giroud créent “L’Express” qui sera une tribune d’expression favorisant l’essor des idéaux et de la personnalité de celui que l’opinion appelle désormais “P.M.F.”

6 à 9 - Des évènements qui poussent vers une maturité politique “responsable”… 
6 - Une carrière d’avocat qui ouvre sur la politique : la proximité. Réflexion sur les mutations sociales, l’expérience des difficultés et de la misère
7 - … et qui conduit le “horsin” à la mairie de Louviers en 1935
8 - Le conseil municipal de Louviers et vie Locale
9 - L’orateur : du barreau à la politique et réflexions personnelles sur sa carrière d’avocat

10 - La franc-maçonnerie 
Notes de Pierre Mendès France : “J’ai été inscrit à la Franc-maçonnerie vers 1927, juste avant mon service militaire, devant être affecté au Maroc où on m’avait dit que j’y rencontrerai des gens intéressants. Je me suis laissé entraîner. Après la guerre j’ai fais une révision. Je ne me suis pas réinscrit. Je n’ai jamais eu de raison profonde. Je n’avais pas le temps.”

11 - Rencontre avec Léo Lagrange 
Qui dans le premier gouvernement de Blum, en 1936, reçoit le nouveau Ministère de la jeunesse et des sports.

12 - Le sentiment des “problèmes algériens”
C’est alors qu’il est à Alger que Pierre Mendès France entrevoit, grâce à la clairvoyance du général Georges Catroux. Georges Catroux (1877-1969) est l’un des premiers à avoir rallié De Gaulle après l’historique appel du 18 juin. Ce dernier le nomme Haut Commissaire du Levant, et malgré les offres de Churchill reste fidèle sans faille à De Gaulle.

13 - Le comte de Paris, Darlan et Girault
Une manière de tordre définitivement le cou à la “légende du comte de Paris”, mais de ne pas lever le doute sur les affaires Darlan – assassiné en 1942 – et Girault…

Jean-Yves PATTE
© 2006 GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SAS

Ecouter Dialogue avec Mendès France par Jean Lacouture (livre audio) © Frémeaux & Associés. Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires, dans les fnac et virgin, en VPC chez La librairie sonore, Audio-archives, Livraphone, Lire en tout sens, Livre qui Parle, Mots et Merveilles, Alapage, Amazon, fnac.com, chapitre.com etc.....Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écouté par téléchargement auprès d'Audible (Audio direct - France loisirs) et d'iTunes (iStore d'Apple) et musicaux sur Fnacmusic.com., Virginméga et iTunes.




ExtractTrackAuthorDuration
CD 1
01 INSTANTS VOLES - MENDES FRANCE00'29
02 HISTOIRE DE LA FAMILLE MENDES FRANCE - MENDES FRANCE00'34
03 DU PORTUGAL A LA FRANCE DU XV AU XVII SIECLE - MENDES FRANCE14'49
04 L INSTALLATION EN FRANCE DU CHRISTIANISME AU JUDAI - MENDES FRANCE13'13
05 LE XIX SIECLE LES GRANDS PARENTS ALSACIENS - MENDES FRANCE06'53
06 HISTOIRE D ISIDORE KAHN ET SA FAMILLE - MENDES FRANCE03'34
07 UNE ENFANCE VOLTARIENNE - MENDES FRANCE07'03
08 CULTURE JUIVE - MENDES FRANCE01'20
09 ECOLE PRIMAIRE ECOLE TURGOT ET LE BACHOT - MENDES FRANCE02'49
10 L UNIVERSITE ET SCIENCE PO QUELQUES MAITRES - MENDES FRANCE01'49
11 ET QUELQUES LECTURES - MENDES FRANCE01'18
12 LA THESE DE DROIT ECONOMIQUE - MENDES FRANCE03'48
CD 2
01 ENGAGEMENTS POLITIQUES AU QUARTIER LATIN - MENDES FRANCE10'42
02 AVOCAT A LOUVIERS - MENDES FRANCE05'48
03 PIERRE MENDES FRANCE ELU DEPUTE A LOUVIERS - MENDES FRANCE02'16
04 LES JOURNEES DE FEVRIER 1934 - MENDES FRANCE03'01
05 LA NAISSANCE DU FRONT POPULAIRE - MENDES FRANCE01'02
06 L OMBRE DU CHANCELIER HITLER - MENDES FRANCE03'00
07 RETOUR A LA CHAMBRE - MENDES FRANCE00'56
08 LA DEVALUATION DU FRANC - MENDES FRANCE03'44
09 LA COMMISSION DES DOUANES - MENDES FRANCE03'10
10 LE GOUVERNEMENT DU FRONT POPULAIRE - MENDES FRANCE02'11
11 LA PRESENCE DES COMMUNISTES - MENDES FRANCE01'38
12 LES QUESTIONS ECONOMIQUES - MENDES FRANCE04'41
13 LA QUESTION ESPAGNOLE - MENDES FRANCE02'06
14 SOUS SECRETAIRE AU TRESOR DU SECOND GOUVERNEMENT B - MENDES FRANCE07'14
15 QUELQUES TRAITS DU CARACTERE POLITIQUE DE BLUM - MENDES FRANCE03'47
16 MUNICH ET LE LACHE SOULAGEMENT - MENDES FRANCE05'09
CD 3
01 UNE PREPARATION A LA GUERRE UN ENGAGEMENT PERSONNE - MENDES FRANCE01'29
02 LA GUERRE ECLATE LES SOUCIS DE FAMILLE - MENDES FRANCE01'40
03 L ARRESTATION - MENDES FRANCE04'26
04 DEPART DE LA FAMILLE POUR LES USA - MENDES FRANCE03'25
05 DE GAULLE A LONDRES - MENDES FRANCE06'00
06 LE GROUPE LORRAINE - MENDES FRANCE02'31
07 LONDRES ET LES ANTI GAULLISTES - MENDES FRANCE04'54
08 LONDRES SOUS LES BOMBES - MENDES FRANCE03'13
09 ALGER PIERRE MENDES FRANCE ENTRE AU GOUVERNEMENT - MENDES FRANCE10'14
10 LES VOYAGES AUX ETATS UNIS - MENDES FRANCE00'53
11 PARIS ENFIN - MENDES FRANCE01'52
12 LE VOYAGE DE DE GAULLE A MOSCOU - MENDES FRANCE04'55
13 LE PARIS DE LA LIBERATION - MENDES FRANCE01'35
CD 4
01 LES MENDES DE SAINT DOMINGUE - MENDES FRANCE15'06
02 ANECDOTES SUR LES RECHERCHES DES NAZIS - MENDES FRANCE02'05
03 UN MENDES FRANCE PRESQUE A ARCOLE - MENDES FRANCE07'31
04 LE DERNIER MENDES DE BORDEAUX - MENDES FRANCE04'54
05 LES JOURNAUX LA PRESSE DE GAUCHE - MENDES FRANCE03'18
06 UNE CARRIERE D AVOCAT QUI OUVRE SUR LA POLITIQUE - MENDES FRANCE05'35
07 LA MAIRIE DE LOUVIERS EN 1935 - MENDES FRANCE03'31
08 LE CONSEIL MUNICIPAL DE LOUVIERS ET VIE LOCALE - MENDES FRANCE02'18
09 L ORATEUR DU BARREAU A LA POLITIQUE - MENDES FRANCE04'35
10 LA FRANC MACONNERIE - MENDES FRANCE04'35
11 RENCONTRE AVEC LEO LAGRANGE - MENDES FRANCE00'51
12 LE SENTIMENT DES PROBLEMES ALGERIENS - MENDES FRANCE02'31
13 LE COMTE DE PARIS DARLAN ET GIRAULT - MENDES FRANCE07'05
Opinion de Pierre Mendès France sur François Mitterrand

"Mitterrand est un garçon secret et parfois même mystérieux. Je dois dire cependant que, depuis un ou deux ans, il a fait d’énormes progrès et qu’il a réalisé un redressement inespéré de la gauche. Nous serions injustes de ne pas lui en reconnaître le mérite."
Lettre à Paul-André Falcoz, 27 mars 1973, in Pierre Mendès France, Œuvres complètes, Ed. François Stasse, Le Seuil, 1994




"La CDthèque" par Le Nouvel Observateur :

« Et "Pierre Mendès France. Entretiens avec Jean Lacouture. 1980-1981", "des rencontres moins centrées sur le déroulement d’une carrière politique que je connaissais déjà assez bien – encore qu’elle comportât des énigmes, à propos de ses relations avec de Gaulle, Mitterrand, Israël – que sur un certain environnement familial, culturel." dixit l’interviewer ». La Nouvel Observateur.




« Un véritable intérêt historique » par Ensemble

Les éditions Frémeaux et Associés ont pris l’excellente initiative de publier un coffret 4 CD regroupant des entretiens de m’écrivain Jean Lacouture avec Pierre Mendès France, né il y a tout juste 100 ans. Réalisés en 1980 et 1981, soit juste avant la mort de Mendès, ils sont d’une impressionnante vérité. L’ancien Président du conseil parle, comme il l’a rarement et peut-être jamais fait, de son parcours personnel. L’histoire de sa famille, du Portugal à la France, son enfance, sa culture juive, les années de formation, ses premiers engagements politiques alors qu’il est étudiant : « J’ai eu un coup de foudre pour Herriot : c’était jeunesse, éloquence et générosité ». Il adhère au parti radical en 1924 à 17 ans. Puis, ce sont les débuts dans la carrière d’avocat à Louvriers et l’engagement politique : en 1932, il est élu député de l’Eure. C’est le plus jeune de France, il a 25 ans. Pierre Mendès France revient sur ces années d’avant-guerre avec la montée des tourmentes et aussi le Front populaire où il sera sous-secrétaire d’Etat au Trésor dans le deuxième gouvernement Blum. Il évoque aussi Munich et « le lâche soulagement » qui débouchera sur la guerre. C’est ensuite l’occupation de la France et la collaboration. Il s’engage dans le Résistance et rejoint de Gaulle à Londres en 1942. Les entretiens couvrent la période allant jusqu’à la Libération de Paris. Même si leur qualité sonore n’est pas parfaite, ils sont passionnants et présentent un véritable intérêt historique à travers le regard et l’analyse d’un grand personnage politique français du 20e siècle. 
ENSEMBLE (Revue du Parti Socialiste)




"On y découvre ou redécouvre des aspects intéressants de Pïerre Mendès France" par l'Institut PMF

"Vient de sortir, chez Frémeaux et Associés, un coffret de 4 CD contenant une partie des entretiens accordés par Pierre Mendès France à l'écrivain Jean Lacouture à l'occasion de la préparation de sa biographie de l'homme d'État au début des années 1980.On y découvre ou redécouvre des aspects intéressants de Pïerre Mendès France : tout d'abord sa passion de la généalogie à travers l'évocation de ses propres recherches sur l'histoire de sa famille et les explications pleines d'anecdotes qu'il en donne. Outre cet aspect, PMF parle de sa vie jusqu'à la Libération. Ce qui permet d'évoquer son enfance, ses études brillantes, son intérêt croissant pour la politique et son admiration pour le personnage d'Édouard Herriot. De nombreuses années après les faits, il est remarquable de sentir encore chez PMF l'enthousiasme qui a été le sien à cette époque-là pour les idées de ce leader radical. Après avoir ensuite discuté de son élection en 1932 comme plus jeune député de France à Louviers, l'épopée du Front Populaire nous est décrite par PMF. De celle-ci transparaît encore l'affection que portait PMF pour Léon Blum. A retenir est aussi son évocation, assez émouvante de l'Anschluss: lors d'un dîner chez Gaston Monnerville, en écoutant une radio autrichienne, ils purent constater par eux-mêmes le changement tragique du pouvoir en entendant le passage d'une radio anti-nazie à une radio nazie. Enfin, la guerre est largement évoquée : sa volonté inébranlable de combattre, le sort de sa famille, le piège du Massilia, l'arrestation (le procès et l'évasion ne sont qu'effleurés) et enfin son arrivée à Londres et sa participation au groupe Lorraine. On découvre ses impressions sur le chef de la France Libre et ses souvenirs de leurs discussions. Par exemple, PMF parle de sa difficulté à quitter ses camarades du groupe Lorraine quand il fut appelé au Comité français de Libération nationale en 1943 par De Gaulle, ce à quoi lui avait répondu ce dernier : « un soldat de choisit pas le lieu de son combat !!! ».Un dernier clin d'œil : ces CD nous montrent bien la passion de PMF pour l'enseignement auquel il aurait préféré se destiner, avec le recul des années." Vincent Laniol - INSTITUT PIERRE MENDES FRANCE






« Voix de Pierre Mendès France » par Denis Podalydès

[…] Voix de Pierre Mendès France Jusque dans ses plus infimes intonations, malgré l’altération de l’enregistrement, cette voix recèle les plus hautes vertus : bonté, modestie, intelligence, détachement – qu’une vaste et discrète culture fonde, agrège et ennoblit, divulguant peu à peu, à la grâce d’une inflexion, au travers d’un silence, presque timidement (impossible d’extraire une citation qui la résume), une densité spirituelle des plus rares. Mendès raconte ses origines, ses premières années, ses études, ses engagements, sa vie d’homme politique. Il avance dans sa parole avec méthode ; ne cherche pas à convaincre; ne s’écoute pas lui-même; ne domine pas  l’interlocuteur, qui n’affecte ni émerveillement ni respect obséquieux devant le Grand Homme. Mendès délivre les faits, simplement. Faits qu’il n’enjolive ni ne caricature, les considérant à la distance de l’histoire objective. S’adressant avant tout à un historien, il élude sa vie privée. Il s’est marié, a deux enfants. On n’en saura pas plus. J’imagine sa gêne étonnée, si Lacouture s’aventurait à lui demander des précisions intimes, son refus poli d’en dire davantage, son austère et inflexible souci de ne parler que de son existence publique. Mais la voix même de Mendès, empreinte de pudeur naturelle, empêche toute velléité d’aller outre. L’arrête moins la gêne que la certitude de n’y voir aucun intérêt, se jugeant digne d’attention non pour ce qu’il est, mais pour ce qu’il fait, dans ce temps dont il est acteur et témoin. Mendès se voit réellement parmi les autres, homme singulier dont la singularité peu à peu se déduit de son discours, qui ne le cherche jamais, veut au contraire s’en tenir à la simplicité de quelques détails, choisis pour la précision, leur contribution historique. (Son entrée dans la Résistance : il y entre comme on passe une porte ; son premier rendez-vous avec De Gaulle : nulle conversation sur les destinés du monde ; il ne demande qu’une chose quitter Londres pour rejoindre une unité de combat.) S’effaçant – voix douce, légèrement voilée, aux accents parfois éteints, ralentis -, Mendès gagne en sourdine la sympathie de toute auditeur. Seul dans ma voiture où j’écoute ses Entretiens avec Jean Lacouture, suivant des yeux ma route, des yeux seulement, je suis cet auditeur. J’aime cet homme. Je voudrais le lui dire. Chez lui, nulle posture avantageuse, nul éclat rhétorique, pas d’anecdote valorisante. Il n’écrit pas sa propre histoire, encore moins ses hauts faits , le héros ne veut pas paraître, mais il est là. C’est ce Juif bordelais dont la probité, l’absence d’affectation, la grandeur m’entrent dans l’oreille avant que je n’en aie clairement l’idée. C’est un homme que je connais que je crois fréquenter, il ne m’intimide pas plus que s’il était un proche, généreux et familier qui, un dimanche, me raconte, à l’improviste, quelques heures de sa vie. Je voudrais te questionner ; je me permets de t’interrompre : je te fais répéter ; on rit parfois ; je me moque gentiment. Ta voix devenue familière, emplissant depuis plusieurs heures l’espace de mon crâne et de ma voiture, je me plais à te transporter Pierre Mendès-France, dans d’autres scènes, j’entre moi-même dans ta vraie vie, je te fais entrer dans la mienne. Nous sommes à table. Tu t’enquiers auprès de mes enfants de leurs études, de leur vie, t’amuses, prends ta part et ta place de père avec humour et discrétion, te laisse parfois déborder par l’impétuosité de l’un, désemparer par l’humeur étrange d’un autre, toujours là mais à quelques pas du centre de gravité, d’autorité, lieu que tu n’occupes jamais qu’avec circonspection, et dans le plein assentiment de ceux dont tues responsable. Meilleur ami de l’un de tes fils, je mange d’appétit, pleinement uni à ta famille qui m’a depuis longtemps adopté. Tu t’entretiens avec ma mère. Rougissante , elle veut te dire son admiration, avoue en riant sa confusion, agite ses mains, s’excuse. Pour la mettre à son aise, tu trouves le juste détour qui désamorce l’atmosphère de religiosité – en présence sacrée du Grand Homme – qui, si tu n’avais pris garde, aurait empesé la scène, figée déjà dans le souvenir, scène morte qu’on raconte à plaisir, en arrangeant les choses, drapant les personnages, créant des formules. Non, Pierre Mendès France, tu fais si bien que Maman parle et s’échauffe ; tu ris de tout, de ses plaisanteries, de sa vivacité joyeuse, la complimentes, la séduis. Tu ne peux même plus en placer une. On met de la musique. Allégorie : la Gauche Progressiste et Réformatrice prend ma mère dans ses bras, danse - c’est une valse - et nous, enfants, faisons cercle. Maman s’éclate. C’est toi qui le dis. Je suis surpris de ce mot de ta bouche. Elle se déchaîne à ton bras, en criant haut et fort que jamais elle ne danserait comme ça avec de Gaule. Arrivé à destination, très loin de Paris, en pleine campagne, ciel bleu, portière ouverte, j’écoute encore. Le soleil donne violemment contre la tôle et m’éblouit. Combien de kilomètres avalés ainsi, oubliant la route, bande magnétique embobinée sous la voiture ? Je suis entré dans ta voix. […] Denis PODALYDES, « VOIX OFF » © MERCURE DE FRANCE




Customers who bought this product also bought...