LA P'TITE CEINTURE

VERBEKE & FILS (PATRICK & STEVE VERBEKE)

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA525

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Frémeaux & Associés a toujours été admirateur et défenseur des musiques populaires américaines : du blues aux chansons francophones liées au “Grand Dérangement” des Acadiens, devenus les Cajuns en Louisiane. 'La P’tite ceinture' de Patrick et Steve Verbeke trouve légitimement sa place aux côtés du disque de musique traditionnelle Français d’Amérique, du coffret Country Quebec (les cowboys qui chantent en Français !), de Benoît Blue Boy ou du film de Jean-Pierre Bruneau Louisiana Blues.
Patrick et Steve Verbeke sont en effet plus que les héritiers de l’ensemble de cette tradition Nord-Américaine, ils sont les artisans de l’écriture contemporaine de cette histoire humaine et artistique. Ils utilisent la facture musicale du blues, ainsi que son humour décapant sur les malheurs de la vie, dans une fusion exceptionnelle et résolument française.
Un savoureux dialogue entre père et fils, au service du blues, qui donne l’irrésistible envie de remettre indéfiniment en boucle sur sa platine 'tu m’as menti', 'la tangente' ou 'La p’tite ceinture'.
Patrick Frémeaux

Verbeke & Fils
Las d'attendre le troisième revival, Patrick et Steve Verbeke, bluesmen de père en fils, prennent les devants et bouclent “La P'tite Ceinture”, album rédempteur, classe franco-louisianaise, Jacques Dutronc qui serait produit par JD Miller !
Mille excuses aux grands prématurés, Alan Jack et Chris Lancry, mais le tournant du blues en France, c'est en 1979 quand Wolfson, l'homme de chez Vogue, toucha de quoi produire trois albums de rock tricolore : Benoît Blue Boy, Backstage (le groupe de Paul Personne) et Stinky Toys. Rock, blues, on n'en était pas encore à ces distinguos d'herboriste. Le tourbillon punk avait agité les fonds turbides de la chanson underground, un drôle de fretin se dégageait des limbes, Bill Deraime, Jean-Jacques Milteau ou, en 1981, Patrick Verbeke... “Blues In My Soul”. Les chroniqueurs saluèrent le tour de chauffe d'un “guitariste surdoué”, pas exactement inconnu puisqu’il avait joué les derniers coups de serpe de Vince Taylor. A quatorze ans, Patrick fut happé par le blues noir et le rock'n'roll. “S'il y a un mec, un seul, qui fait du blues blanc, c'est Gene Vincent, le plus grand chanteur ayant vécu sur Terre. Avec Paul Rodgers, bien sûr.” En 1965, on le vit bûcher la méthode Mickey Baker sur une Öffner jazz acoustique à ouïes. Il apprenait l'âge de ses capitaines, “BB King, Clapton et Gene Vincent, la phalange du blues-rock”. Quand il enregistrait ses premiers albums, l'époque laissait miroiter une excitation confuse, la promesse d'un rendez-vous. On aurait même pu croire qu'à côté du seul blues français ayant jamais métastasé l'inconscient collectif du pays (“Toute la Musique que J'Aime”), il y avait un strapontin pour les experts. En tout cas, Patrick le crut. Blanc-Francard lui avait confié deux heures de blues hebdomadaires sur Europe 1, puis il s'était aventuré dans la production. Patrick jouissait en outre d'un patrimoine séminal propre à sa continuité généalogique, une faculté qu’il exerça avec avantage pour se ménager une descendance, dont Steve. A quatorze ans, l'âge où son père démarrait la guitare, Steve attaqua l'harmonica. En 1999 il ficela un premier album blues-rockant, mais le rendez-vous qu'on sentait flotter dans l'air auparavant avait, hélas, déjà déployé de grandes oreilles de lapin. Steve comprima le périmètre sur un blues plus racé, très exigeant. Du Chicago sans bassiste, il fallait oser. Stan Noubard Pacha, qui savait faire circuler une contrebasse fantôme entre ses riffs acrobatiques, est toujours sous traitement pour des troubles musculo-squelettiques de la main droite. On avait laissé Steve en 2007, excellent souffleur, sur un excellent disque de chansons chicagoïdes (“Parano”), on le retrouve ces jours-ci, harmoniciste monstrueux, sur l'album familial monstrueux qu'il scelle avec son père, “La P'tite Ceinture”. Steve : “Du moment que ma voix était correcte et naturelle, ça me suffisait pour ce que j'avais à en faire. Là, on m'a demandé d'aller un peu plus loin que le correct, de gagner en profondeur et en précision mélodique.” Steve, apprenti crooner, hacheur de rythmes, serpent à anches, Patrick, doseur de frappe, la voix posée comme un bunker, belle comme une cicatrice héroïque. Benoît Blues Boy leur prête une guitare barytone qui donne un estomac terrible aux riffs qu’elle fait vrombir. C'est cette Danelectro qui déménage sur “Catfish Blues”, une version qui enterre vraiment toutes les autres. C'est encore la Danelectro qui déménage sur un “Let Me Go Home Whisky” d’outre-tombe, à la mémoire d’Alan Jack… ou Fats Domino attendant la visite de Freddy Krueger ! D’ailleurs, d’où vient ce sentiment d’une corde raide tendue d’un bout à l’autre de l’album, qui met du danger un peu partout ? Patrick : “Je sors d’une période très difficile, c’est vrai. J’ai vachement bossé, ça ne m’a rapporté que des dettes. Mon label a bouffé tout ce que j’avais mis à l’abri les années précédentes. C’est quand même dur d’en arriver là, mais je ne regrette rien et ce n’est pas la trouille qui a fait cet album !” Steve : “La situation du blues n’est pas terrible. On a voulu braver cette déveine, enregistrer un album dont on soit fier, même tiré à deux exemplaires. Voilà, j’ai fait un disque avec mon père, je le tiens dans mes mains, j’en suis super content !” Patrick : “Sincèrement, je n'imaginais pas qu'il serait si bon. On s'est dépassé !” Steve : “Et on va en vendre 200 000 exemplaires !” Patrick : “Ouais, comme d’habitude…”
Christian Casoni -Rock & Folk

Ce disque est soutenu par Jazz Radio

"Excellent album qui donne en plus envie de revisiter les vieilles lignes parisiennes oubliées..." Fred Delforge - Zicazic

"Profonds, touchants et passionnants... La p'tite merveille inespérée !!!" Jean-Pierre Savouyaud - Virus de Blues

01. Tu m’as menti (S. Verbeke / P. Verbeke) 3’11 - 02. Frankie & Johnny (Trad. / arr. P. Verbeke) 5’13 - 03. La Tangente (P. Verbeke) 5’14 - 04. Mets ta casquette Blues (P. Verbeke) 4’04 - 05. Catfish Blues (Trad. / arr. P. Verbeke) 5’29 - 06. Père & Fils (P. & S. Verbeke) 3’41 - 07. La p’tite ceinture (S. Verbeke / P. Verbeke) 4’26 - 08. T’efface pas comme ça (S. Verbeke / P. Verbeke) 3’20 - 09. Dis moi pourquoi (B. Billot / S. Verbeke) 4’04 - 10. Fils & Père (P. & S. Verbeke) 3’55 - 11. Celle que j’aime (S. Verbeke) 4’38 - 12. Ragtime blues (P. Verbeke / S. Verbeke) 2’45 - 13. Let me go home whisky (Trad. / arr. P. Verbeke) 6’36


Patrick & Steve Verbeke are more than the heirs to the entire North-American tradition; they’re craftsmen when it comes to contemporary portrayals of this human and artistic story, and they use the musical setting of the blues, not forgetting its scathing humour over life’s misfortunes, in an exceptional fusion that is resolutely French.
A savoury conversation between father and son that not only serves the blues, but gives you the irresistible urge to listen to 'tu m’as menti', ' la tangente' or 'La p’tite cein ture' on repeat, time and time again.
Benjamin Goldenstein

Production : Adima prod (Didier Zilliox) avec l'aide de l'Adami.
Droits : Frémeaux & Associés en accord avec Adima / Patrick et Steve Verbeke.
"
La petite ceinture Verbeke & Fils

La petite ceinture
Verbeke & Fils 









Remerciements : 
- Jean-Jacques Cirillo pour son amicale participation aux percussions, ses conseils et son soutien.
- Benoît Billot pour la Barytone et ses encouragements dans la mise en œuvre de cet album.
- Rolvel pour les photos de la Petite Ceinture et sa sympathie (parifuni.over-blog.com).
- Angélique Legoupil pour ses photos et sa patience (
[email protected]).
- Elise Conoir pour ses talents de graphiste, sa disponibilité et sa gentillesse.
- Vincent Van Damme pour son coup de crayon affuté.
- Didier Zilliox et Marcelle qui nous ont permis de vivre cette expérience sans contrainte et dans les meilleures conditions.
- Patrick Frémeaux & Benjamin Goldenstein pour leur enthousiasme et leur soutien quand ces enregistrements n’étaient encore que des projets.  Leur professionnalisme et leur amour de la musique furent très rassurants durant toute la réalisation de cet album.   

Discographie
1. Tu m’as menti (Steve Verbeke / Patrick Verbeke) 3’11  
2. Frankie & Johnny (Trad. / arr. Patrick Verbeke) 5’13  
3. La Tangente (Patrick Verbeke) 5’14  
4. Mets ta casquette Blues (Patrick Verbeke) 4’04  
5. Catfish Blues (Trad. / arr. Patrick Verbeke) 5’29  
6. Père & Fils (Patrick & Steve Verbeke) 3’41  
7. La p’tite ceinture (Steve Verbeke / Patrick Verbeke) 4’26  
8. T’efface pas comme ça (Steve Verbeke / Patrick Verbeke) 3’20  
9. Dis-moi pourquoi (Benoit Billot / Steve Verbeke) 4’04
10. Fils & Père (Patrick & Steve Verbeke) 3’55
11. Celle que j’aime (Steve Verbeke) 4’38
12. Ragtime blues (Patrick Verbeke / Steve Verbeke) 2’45
13. Let me go home whisky (Trad. / arr. Patrick Verbeke) 6’36

Patrick Verbeke : guitares (acoustiques, électriques, barytone, régal,  National steel), basses, chant.
Steve Verbeke : harmonicas, guitares électriques, chant.
Vincent Perier - Verbeke : prise de son.
Didier Zilliox : prise de son, mixage, mastering.

Conçu, enregistré au studio Adima à Paris 18ème entre janvier et octobre 2009,  masterisé et mixé au studio Adima à Paris en février 2010.
Éditions Frémeaux & Associés / Kwazil (titres 1, 6, 7, 8, 10, 11,12)
Éditions You You Music (titres 3, 4) - Éditions Croques musiques (titre 9)
Contact scène :
[email protected] 
Photo Steve & Patrick Verbeke : © Angélique Le Goupil 
Photos de la Petite Ceinture : © Rolvel 
Artwork cover et travail sur les photos : Elise Conoir
Dessins : Vincent Van Damme 

Clins d’œil (Patrick) :
- A tous mes enfants qui, directement (Steve, Vincent) ou indirectement (Emilie, Yanis) ont participé à cette belle aventure musicale et familiale…
- A tous mes petits-enfants (Tonatiuh, Zacharie, Willie-Mae, Elliot et Lucie) dont les rires ont emplis les instruments et le studio...
- A toutes les mamans (Margaret, Mamie Claire, Nadine, Karen) et à ma soeur chérie Cathy Hérouf (avec Martial, Elodie, Rodolphe, Tom et Charlie) pour leur soutien et leur amour qui m’ont souvent permis de tenir le coup !
- Émilie va toujours très bien, merci. Elle vient d’ouvrir une garderie pour enfants “Euréka”… affaire à suivre, avec Simon et leurs deux petits bouts d’chou...
- Le patriarche de la tribu Verbeke, mon père Pierre, peut encore, à 83 ans, me donner des leçons de vie… qu’il en soit ici remercié.
 

Clins d’œil (Steve) :
- Fabrice, Stan, ne vous réjouissez pas trop vite, cette belle aventure familiale ne va pas m’éloigner de vous bien longtemps. Ma fidélité et mon amitié restent sans faille…
- Karen, mes bébés, désolé pour les absences répétées et souvent imprévues. Sans vous, j’suis rien, nada, nothing, niente… love.
- Les potes sans qui faire de la musique ne serait pas un tel plaisir, JM Despeignes, JM Labbé, Hubert #06, Jérémie Tepper, Marty Vickers…
 

Paroles

Tu m’as menti
(Steve Verbeke / Patrick Verbeke) 
Tu m’as menti 52 fois c’t’année
Tu m’as menti, c’t’année je les ai comptées
Tu m’as menti Prends un calendrier 
Et regarde tout ce que j’ai coché 

Tu m’as blessé 22 fois c’t’année
Tu m’as blessé, de 22 coups de couteau
Tu m’as blessé
Quand j’fais ton numéro
Je compte plus les fois où t’as raccroché 

Tu m’as trompé 72 fois c’t’année
Tu m’as trompé 72 gars après
Tu m’as r’trompé
Si j’savais mieux compter
Y a longtemps que je t’aurais quittée 

Tu m’as trahi 7 fois c’t’année
Tu m’as trahi 7 fois ça suffit
Tu m’as trahi 
J’ai plus d’calendrier
Tu me les as déjà tous remplis 

Tu m’as menti 52 fois c’t’année
Tu m’as menti, c’t’année je les ai comptées
Tu m’as menti
Cette année, je les ai comptées
Tu m’as menti
Cette année, je les ai comptées
Tu m’as menti
Cette année, je les ai comptées
Tu m’as menti
  


Frankie & Johnny 
(Trad., arrgt. Patrick Verbeke) 
Well, Frankie & Johnny were lovers
True as the stars above
Frankie said Johnny: «You’re my man, you’re the man I love
You’re my man, but don’t you do me wrong»
 

Well Johnny walked down to the barroom
He said man, I sure am dry
He said gimme some of that joy juice liquor
So I can drink it with Nelly Bly
He was her man but he done her wrong 

Well then Frankie walked into the barroom
And she took-a that long forty-four
And rootity-toot that gal did shoot
Through the hard board swinging door
She got her man, ‘cause he was doing her wrong
So wrong (poor Johnny) 

Well, Frankie sits down in the jailhouse
She’s down on bended knees
She said, hey, hey, mister jailer
Tell me what you’re gonna do to me
He was my man
But he done me wrong, so wrong
       


La Tangente
(Patrick Verbeke) 
Des fois, elle dit qu’elle m’aime
Des fois, qu’elle ne m’aime pas
Des fois, elle m’aime quand même
Mais là, elle le dit pas 

Elle est pourtant parfois si tendre
J’ai du mal à l’comprendre
Cette fille est si déroutante
J’vais bientôt prendre la tangente

Elle va faire un tour en ville
Elle oublie son porte-monnaie
Puis elle revient d’un pas tranquille
Elle est fringuée d’la tête au pied 

Elle est pourtant … 

Elle invite le facteur
A boire un café
Moi j’reste pendant des heures
Devant la porte fermée 

Elle est pourtant …
  


Mets ta casquette Blues 
(Patrick Verbeke) 
Il est 6 heures du soir, coincé sur le périphérique
Plus une canette à boire, les klaxons te  rendent hystérique
Pas la peine de flipper, ça n’te f’ra pas avancer
Dans ces cas là prends ton harmonica
Mets ta casquette et chante le blues 

Il est pas loin de minuit, vous sortez du  restaurant
Allongés sur ton lit tu lui mets un p’tit disque planant
Et là c’est vraiment pas de chance, t’es victime d’une défaillance
Dans ces cas là… 

Il est 6 heures du matin, t’es déjà dans l’pétrin
V’là la maréchaussée, tu leur montres tes papiers
Mais là t’es vraiment marron, ils t’font souffler dans l’ballon
Dans ces cas là…
 


Catfish Blues
(Trad, arrgt Patrick Verbeke) 
Well I wish
I was a catfish
Swimming down on
The deep blue sea
I wish I had you good looking women
Fishing after me (x4)
Oh well (x4) 

I went to
My baby’s house
And I was sitting
On her stairs
She said “Come on in PV
My husband just now left
Ol’ man just now left”(x3)
Oh well (x4) 

Oh there’s two
Two trains running
Ain’t never runnin’ my way
There’s two trains runnin’ at midnight
The first one just now left (x4)
Oh well (x4)
   


Père et Fils
(Patrick & Steve Verbeke)
Instrumental   


La p’tite ceinture
(Steve Verbeke / Patrick Verbeke) 
Laissez- moi vous raconter l’histoire de ce gars perdu
Mal coiffé, mal rasé, on ne le voit même plus
Dans son vieux pantalon, son pas est lent
Ses converses en disent long, il n’a pas 30 ans

Il a vécu des histoires, des aventures
Il a vécu des histoires, encaissé des coups durs
Il tourne en rond, en quête d’ouverture, 
le long de la p’tite ceinture.  

Peut-être qu’il parlait tout seul, fier mais pas grande gueule.
Rien qu’à moi il l’a dit : “j’ai sauvé une vie.
Au bord d’un précipice, elle ne tenait plus à rien.
J’étais là solide, je lui ai tendu la main.” 

Il a vécu des histoires… 

Ce petit coin de paradis, de verdure et d’ennui
C’est à lui de s’en sortir, de le laisser derrière lui 

Il a vécu des histoires…
      


T’efface pas comme ça
(Steve Verbeke / Patrick Verbeke) 
T’efface pas comme ça
T’efface pas comme ça
T’efface pas comme ça
Si c’est mieux pour toi
Dis-moi qu’tu t’en vas
Mais t’efface pas comme ça 

Pour autre garçon
Une autre maison
Plein d’autres raisons
Le fais pas comme ça 
Même si t’as raison
T’efface pas comme ça

Pour te retenir
Te faire revenir
Pour te retenir
Te faire revenir
Je ferai, crois moi,
Tout ce que tu voudras 

T’en va pas comme ça
T’en va pas comme ça
T’en va pas comme ça
Dis-moi où tu vas
J’ai besoin de toi
(mais) t’en va pas comme ça
  


Dis moi pourquoi
(Benoit Billot / Steve Verbeke) 
Hey toi dis-moi
Oui dis-moi
Dis moi pourquoi
T’as tout cassé
T’as tout brisé
Mon coin tout bleu
Oh t’en veux plus
J’ai pas la force d’en faire un autre 

Dis-moi pourquoi
Dis-le vraiment
Tu m’as rien laissé
Pas un souvenir
Dis-moi pourquoi
Une dernière nuit
Pas même une toute p’tite trace de toi 

Tu peux t’en aller
Ne plus t’retourner
Et pourtant
Tu peux partir
Plus jamais revenir
Pourtant tu sais qu’c’est toi oh tout toi… toi
qui me faut 

Donne-moi un dernier
Dernier plaisir 
Un truc qui serait
De toi pour moi
Dis moi comment
Comment j’ferai 
Dis-moi vraiment
Comment j’peux faire quand t’es pas là 

Solo 

Tu peux t’en aller
Ne plus t’retourner
Et pourtant
Tu peux partir
Plus jamais revenir
Pourtant tu sais qu’c’est toi oh tout toi… toi qui me faut 

Maintenant dis-moi
Oui dis-moi
Dis-moi pourquoi
T’as tout cassé
Tu m’as brisé
Le cœur en deux
Mon cœur est bleu
J’en ai pas d’autre pour l’remplacer   



Fils et Père
(Patrick & Steve Verbeke)
Instrumental   


Celle que j’aime
(Steve Verbeke) 
Tous mes matins sont pour toi
Toutes mes nuits je rêve de toi
La seule que j’aime, c’est toi 
Et me demande plus pourquoi 

J’veux qu’tu restes dans ma vie
J’te dis tout n’est pas fini
Reste encore cette nuit
Demain tu pars si t’as envie
Ce soir j’vais pas t’laisser dormir
Tu sais pas pas tout c’que j’ai à dire  

Oui je t’aime 
Tout contre toi j’me sens si bien 
Crois- moi je t’aime
Quand j’te vois nue sortir du bain
J’vais prendre mon temps pour t’expliquer 
Te murmurer
Collé serré    Sur l’oreiller
J’sais bien qu’tu l’sais  

C’est vrai tu l’sais (écoute)
Tous mes matins sont pour toi 
Toutes mes nuits je rêve de toi 
La seule que j’aime, c’est toi  …
   


Ragtime Blues 
(Patrick Verbeke / Steve Verbeke) 
C’est le ragtime blues, ça vit et ça bouge
Oui le ragtime blues, c’est pas un truc de lose
Cela se danse et ça se chante, jusqu’au petit matin
Oui le ragtime blues, c’est un joyeux refrain 

Quand tu sens que le blues va croiser ton chemin
C’est pas Mickey Mouse qui te fera du bien
C’est dans tous les coins, il sera là demain
Oui le ragtime blues, c’est ton joyeux destin 

Quand Jelly Roll Morton dit ça roule
Le ragtime blues, il déboule
C’est un air qui danse et la foule balance
Oui le ragtime blues prendra ton chagrin
C’est le ragtime blues, ça vit et ça bouge…(1)
   


Let me go home whisky 
(Trad. arrgt Patrick Verbeke) 
Let me go home whisky
Let me walk out that door
I got orders from my baby
Not to come home drunk no more 

I stopped by a place, to see a friend of mine
I dropped in for a minute but I overstayed my time
Let me go home… 

Tell me why does whisky makes me lose my head
Got me sittin’ at the bar when I should be home in bed
Let me go home… 

Whisky every morning, Whisky every night
As long as I got my whisky, everything’s all right
Let me go home… 

Let me go home…
 

CD La p'tite ceinture - Verbeke & fils © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)

-----------------
PRESSE

Patrick & Steve Verbeke, Entretien avec Christian Casoni, Blues Again (mai 2010)
Blues Again : Pourquoi ce disque, pourquoi maintenant ?
Steve Verbeke, le fils : C'était une histoire de circonstances et de disponibilités. On ne s'est pas dit : Ouais, enregistrons tout de suite un album ensemble !  C'était à peine une éventualité, on attendait vaguement que toutes les conditions soient réunies.
Patrick Verbeke, pater familias : On a fait pas mal de concerts, tous les deux. Steve remplaçait Pascal Mikaelian quand il était occupé, et c'était un plaisir de jouer avec lui. Maintenant, oui, il faut que tout tombe au bon moment, qu'on se trouve au même endroit et qu'on ait la même envie à l'instant T. Pour parler de mon cas, j'avais envie de revenir à un style plus roots avec beaucoup d'acoustique, et refaire un duo harmonica-guitare, cette formule magique qui m'a porté toute ma vie. L'un des premiers concerts que j'aie vu, c'était un American Folk Blues à la salle Pleyel. 1967. Quand Sonny Terry et Brownie McGhee sont montés sur scène, j'en ai chialé. J'ai toujours adoré cette complicité entre l'harmonica et la guitare. La deuxième raison, c'est que Steve est mon fils et qu'on s'entend bien. On ne s'est jamais trop engueulé, son Œdipe n'est pas trop développé… ou il le cache bien. Alors bon, c'était tout naturel.
Steve : Pareil, c'était naturel. Si je me suis mis à jouer de l'harmonica et si j'aime tellement cette musique, c'est sûrement à cause d'une forte ascendance familiale. Est-ce que j'aurais joué cette musique si j'avais eu un autre père ? J'ai envie de dire oui quand même, mais mon père et le blues, je ne peux pas les défaire l'un de l'autre. J'ai été très content d'avoir tracé ma route pendant toutes ces années, indépendamment de lui, bien qu'on ait été toujours très proche et qu'on fasse des concerts ensemble de temps en temps. Là, l'occasion était trop belle d'enregistrer, à la fois avec lui, et avec un musicien qui a accumulé une telle expérience. J'avais acquis certaines choses, mais quelqu'un qui a tellement de métier pouvait m'en apporter tellement plus.

Avez-vous été surpris l'un par l'autre ?

Patrick : Oooh oui. Steve m'a surpris par sa virtuosité. Je devrais dire : par son feeling, sa manière d'aborder les chansons. Pour la virtuosité, je savais ce qu'il valait, je l'ai toujours suivi, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il aborde les chansons comme il l'a fait. Oui, le feeling, mais ça paraît tellement évident…

'Catfish Blues', avec son décrochage et son harmonica reptilien... Quelle bonne version !
Steve :
Je ne l'aurais pas jouée comme ça dans un autre contexte. Par sa seule présence, mon père m'a inspiré des idées que je n'aurais jamais eues avec un autre, ou si j'avais enregistré un disque seul, dans mon coin. J'en aurais eues d'extraordinaires aussi, bien sûr, mais pas celles-là ! Sa compagnie a vraiment ouvert mon jeu.
Patrick : Cette chanson-là, ça faisait tellement longtemps que j'avais envie de l'enregistrer, et je ne voulais pas la louper. Elle a été reprise si souvent, et des versions vraiment excellentes, je voulais que la nôtre soit au moins honorable. Et là, je dis merci à Benoît Blue Boy qui m'a prêté une guitare barytone. C'est une basse à six cordes. En fait, elle se situe entre la guitare et la basse. Le manche a la longueur d'un manche de basse et les cordes, un diamètre intermédiaire entre la guitare et la basse. La grosse corde est en LA au lieu d'être en MI.

Cet album est-il un tournant, un nouveau départ pour vous deux, d'abord parce qu'il est très bon, et surtout que vous semblez vous être trouvés ?
Patrick :
Un album est toujours un tournant, c'est tellement important. Chaque disque est une remise en question.
Steve : C'est un moment de notre vie, et toujours un moment très fort. La P'tite Ceinture représente presque un an de notre existence à tous les deux. Il y a eu des coupures, on n'a pas enregistré d'arrache-pied pendant un an, mais on n'arrêtait pas de s'appeler, d'échanger des impressions, de s'adresser des idées. On a vraiment vécu un an avec ce projet…
Patrick : Qu'est-ce qu'on a pu bosser dans ma cuisine ! Et quand je ne l'avais pas sous la main, je lui faisais des propositions au téléphone…
Steve : J'ai encore plein de bouts de riffs de guitare qui traînent sur mon répondeur !

Patrick, dirais-tu que tu t'effaces pour laisser briller ton héritier ?
Patrick : Dans cette fameuse formule guitare-harmonica, la guitare joue souvent l'accompagnement, ce qui ne signifie pas qu'elle est amoindrie, hein. L'accompagnement, si tu le conduis bien, ce n'est pas si facile. N'empêche, c'est l'harmoniciste qui fait les solos dans la plupart des cas. Je ne me suis pas effacé dans le sens où tu l'entends, je ne me suis pas écrasé. Pour ça aussi, c'était juste naturel. Et puis, il n'y a pas que la guitare et l'harmonica sur ce disque, il y a aussi le chant.

D'ailleurs on n'entend pas qu'une guitare dans tes accompagnements, mais plusieurs couches, très bien agencées.
Patrick :
Oui, au moins deux ou trois couches. On est en 2010, il faut profiter de ce que la technique moderne peut nous apporter.

Vous sentez-vous dépassés par votre projet ? Je pense au livret avec sa page de dédicaces, principalement adressées à vos familles, et de nombreux remerciements pour la patience qu'on vous a témoignée, le soutien qu'on a pu vous apporter. Comme si vous reveniez de très loin, après un passage particulièrement difficile.
Patrick :
Dans mon cas, c'est vrai. Je sors d'une période très difficile, financièrement et professionnellement. J'ai vachement bossé et ça ne m'a rien rapporté sinon des dettes. Des projets ont foiré, le label que j'avais monté m'a bouffé tout ce que j'avais pu mettre à l'abri les années précédentes, tout est parti dans des productions. Je ne regrette rien, mais c'est un fait. J'ai dû revendre quelques guitares de ma collection pour pouvoir subsister… C'est quand même dur d'en arriver là, et c'est pourquoi je remercie tous ceux qui m'ont aidé dans ces moments difficiles, et pas que financièrement. Humainement, ils m'ont aidé à tenir sur mes deux pattes. Tant mieux si c'est ce qu'on ressent en écoutant ce disque. Quand je réécoute l'album et que j'entends 'Let Me Go Home Whisky', je suis content d'être arrivé à la fin ! Je n'ai pas tellement envie de le remettre tout de suite. Il est intense…

C'est cette sensation de corde raide qui donne sa tension à l'album. Une sorte de trouille…
Patrick :
Le mot est trop fort. Ce n'est pas la trouille qui a fait ce disque !
Steve : Faire de la musique, c'est déjà fort en émotion. Quand tu la fais avec un membre de ta famille dont tu es très proche, cette émotion est décuplée, elle laisse une trace. Ceci dit, c'est vrai que tout laisse sa trace sur un album. Quand on s'est lancé dans ce projet, mon père t'a parlé de sa situation, mais la situation du blues et de la musique en général n'était pas terrible, et ne l'est toujours pas d'ailleurs. En tout cas, dans le style de musique qu'on joue, avec de vrais instruments, tout ça. On avait envie de braver cette déveine, d'enregistrer quelque chose dont on serait fier, même si on devait ne tirer l'album qu'à deux exemplaires, un pour lui, un pour moi. Voilà, j'ai fait un album avec mon père, je le tiens dans mes mains, j'en suis super content ! Après, tu as forcément envie que ça marche du feu de Dieu et tu espères en vendre 200 000 unités…
Patrick : … Comme on l'a toujours fait, d'ailleurs…
Steve: Hé hé hé!

'Let Me Go Home Whisky'… Ce choix de reprise et la façon glaçante avec laquelle elle est chantée… Ça ne peux pas être innocent, si ?
Patrick :
Non, ce n'est pas innocent. Je ne me rends pas compte à quel point cette version est grave. Évidemment, j'ai voulu lui donner cette gravité. Cette gravité, je l'entends aussi. J'essaie de comprendre après coup pourquoi elle sonne comme ça, cette chanson. C'est un morceau que j'avais découvert par Snooks Eaglin dans les années 60, quand j'apprenais à jouer de la guitare. C'est l'un des tout premiers blues que j'ai su jouer et chanter. En 1969, je suis allé rendre visite au fameux Alan Jack, qui animait une ferme communautaire en Touraine. Un soir j'ai chanté cette chanson au coin du feu. Tout le monde s'est tu, il y a eu immédiatement un énorme focus sur moi. Là, j'avais marqué des points. Quelques semaines plus tard, Alan Jack ne se sentait pas très bien. Tu ne me jouerais pas 'Let Me Go Home Whisky' ? Ben tiens, quelle bonne idée ! Je prends une guitare et je la lui rechante. J'ai vu son sourire revenir, le blues faisait son effet, la thérapie fonctionnait. C'est un très beau moment de ma vie, je m'en suis souvenu longtemps. Alan Jack est devenu un ami, un maître à penser, à jouer, il m'a appris beaucoup de choses avant Luther Allison. Alan Jack est mort un peu avant Luther. Trop tôt. Il y a eu une réédition de son album en CD, sa famille a tenu à ce que je rédige les notes de la jaquette, et j'y ai mis tout mon cœur. Quand j'ai enregistré cette version de 'Let me Go Home Whisky', c'était pour mon pote. Elle vient peut-être de là, cette gravité que tu ressens.

Troisième cover de l'album : 'Frankie & Johnny'…
Patrick :
Qu'est-ce que j'aime ce morceau ! Lui aussi, c'est toute ma vie. La version que je connais le mieux est celle de Gene Vincent, et comme je suis un fan absolu de Gene Vincent… S'il y a un mec, un seul, dont on peut dire qu'il fait du blues blanc, c'est lui, le meilleur chanteur ayant vécu sur Terre ! Avec Paul Rodgers, bien sûr. Il a enregistré une fantastique version de 'Frankie & Johnny' en 59. Ce sont ses intonations que j'avais à l'esprit quand je l'ai enregistrée. Il y en a une par Johnny. Pas mal. Mais Johnny pompe carrément sur Gene Vincent. En fait, je ne connais pas beaucoup de bluesmen qui l'ont chantée, cette chanson.

Quelle est ta préférée dans La P'tite Ceinture ?
Patrick :
'Celle Que J'aime'. C'est vraiment le meilleur morceau du disque.
Steve : J'adore la version que j'avais enregistrée sur Parano mais, là, j'ai trouvé une manière différente de la jouer et mon père, un tas d'idées excitantes autour de la barytone.

On croit entendre une sorte de vague derrière le chant. Presque un orgue…
Patrick :
Le gimmick ? C'est dans le style Fats Domino. Ah, la vague, ça doit être le dobro…

'Ragtime Blues'… Il faut être très fin et très gonflé pour pondre une chanson comme celle-là !
Patrick :
Je ne suis pas encore sûr de moi sur ce coup, j'ai peur d'avoir été un peu léger ! C'est du bluegrass, avec un côté ragtime New Orleans. Je pensais à Jelly Roll Morton au départ et, à mesure que je la jouais, je me disais : Merde, on est en train de faire du bluegrass ! Ce morceau, j'en avais fait d'abord un instrumental pour mes cours de guitare. J'aime le son du dobro sur ce titre. J'utilise un capodastre, le dobro sonne un peu comme une mandoline.

Tout l’album baigne dans l'univers de Benoît Blue Boy, non ? Ces paroles fantômes, ces slogans qui ne veulent pas être explicites, ce côté louisianais…
Patrick :
C'est sûrement Steve qui a fait passer le style de Benoît dans l’album. Il le porte dans son jeu, il a été à l'école de Benoît. Moi aussi, mais d'une autre manière. Benoît, c'est comme mon frère, on a démarré ensemble en 1969, 1970. Je l'ai rencontré dans la ferme d'Alan jack et, depuis, on n'a jamais cessé de jouer ensemble. Un vrai bonheur. Il y a quatre ou cinq ans, pendant le festival de Cahors, on passait en acoustique avant Paul Personne. Lui était programmé avec tout son band. Cette relégation nous emmerdait un peu, on avait envie d'en découdre… A nous deux, on a littéralement soulevé l'assistance à bout de bras !
Steve : Votre performance a dû marquer profondément les esprits parce qu'on m'en reparle encore aujourd'hui.

Causons des voix. Celle de Steve croone pas mal…
Steve :
On n'a pas de problème de place, mon père et moi, on se connaît tellement bien. On a beaucoup travaillé quand même, on voulait vraiment se surpasser. J'ai eu la chance d'être drivé par des gens d'expérience, par mon père mais aussi par Didier Zilliox, son producteur. Il était aux manettes. Il a cherché à me faire gagner en profondeur, en précision sur les mélodies, à faire en sorte que mon chant exprime au plus près ce que voulait dire la chanson. C’est un souci qui me passe parfois au-dessus de la tête, ou que j'élude sciemment, par pudeur. Je pensais que, du moment que ma voix était correcte et naturelle, ça suffisait pour ce que j’avais à en faire. Sur cet album, on m'a demandé d'aller un peu plus loin que le correct.

… Et celle de Patrick, qui n’a plus la voix de blues-rocker de ses débuts. Elle dégage une force tranquille, mais elle trimballe aussi des accents vulnérables, elle est devenue caverneuse comme celle d’un vieux chanteur de country….
Patrick :
Ma voix a changé tant que ça ? Oh, elle a sûrement pris plus de graves je crois. Elle a dû gagner en gras.

Comment passe-t-on de Gene Vincent, de Vince Taylor, puis d’une réputation de guitar-hero au blues roots et au dobro ?
Patrick :
En fait, tout est venu en même temps, en 1964 et 1965, le blues, le rock'n'roll et la guitare. Mon tout premier concert, c’était Memphis Slim avec son batteur Michel Denis. Je n’en croyais pas mes oreilles. J'ai gonflé ma mère pour qu’elle m’achète une batterie. Ma mère voyait venir gros comme une maison le coup de la batterie dans une petite maison où vivaient cinq enfants. Elle ruse : Pourquoi tu ne jouerais pas plutôt d'un instrument mélodique ? Une guitare, par exemple. Imagine que tu te retrouves sur une île déserte avec une batterie, tu ne crois pas que tu t'ennuierais ? Une guitare, oui, avec la méthode de Mickey Baker ! J'étais aux anges. Ces années-là, j'ai découvert les Chaussettes Noires et les Chats Sauvages… Les autres ne m'intéressaient pas. Je décryptais les crédits sur les pochettes, j'y lisais les noms d'Elvis, d'Eddy Cochran, de Gene Vincent. Je trouve 'Be Bop A-Lula' chez un disquaire, un titre de 1962. Et là, ouais, c'est lui ! Il jouait avec un orchestre anglais cette année-là. J'ai fini par acheter tout ce qui concernait Gene Vincent, petit à petit. J'ai appris à distinguer Cliff Gallup et Johnny Meeks, qui était lui aussi un fameux guitariste. Quant au blues, Memphis Slim c'était déjà important. En 1967, je tombe sur l'American Folk Blues, comme je t’ai déjà raconté. Little Walter, Sonny Terry… Je revois Bukka White avec son poncho. Je me suis fait les AFB, et j'ai commencé à me brancher sur le blues noir. Et puis le blues anglais est arrivé. Les Anglais nous apportaient la connaissance. Tout ça s'est brassé dans ma petite tête et sur mon petit manche.

Que reste-t-il de tes cinq années d’émission sur Europe 1 (‘De quoi j’vais m’plaindre aujourd’hui’) ?
Patrick :
J'ai appris à parler tout en jouant. Je traduisais ce que me racontait tel invité, je jouais en même temps. Faire les deux ensemble n’est pas si facile qu’on le croit. Parler en jouant, ça met des paroles dans le jeu, et du jeu dans le discours, il faut penser à tout et tâcher de jouer correctement, tout en tenant un dialogue. Je demandais à tous mes invités de se livrer à cet exercice, et la plupart craquaient avant la fin. Un des meilleurs moments, outre ceux passés avec Luther Allison, ce fut Clarence Gatemouth Brown. Lui: What? It's the first time I do this. Playing with that guy on the radio? Hmm, no. – Mais si, allez. Qu'est-ce tu veux jouer ? Il venait de sortir un album avec Clapton. On va faire le boogie que j'ai enregistré avec Clapton. C’était un boogie hyper-rapide. Il m'attendait au tournant avec son chapeau et sa pipe, il essayait de me piéger ! On se met à jouer, ça roule, il me regardait, on se faisait des politesses : Ouais, à toi. Ouais, à moi… Ensuite, l'ambiance s'est réchauffée à une vitesse !

Steve, comment voyais-tu la carrière de ton père quand tu étais loupiot ?
Steve :
Honnêtement, mes souvenirs d'enfant… Je savais que mon père était musicien et je trouvais ça chouette, mes copains n'avaient pas cette chance, mais je ne me souviens pas qu'avant 14 ans la musique m'ait spécialement attiré. Le déclic, c'est à 14 ans. J'ai choisi l'harmonica, un peu pour me démarquer de lui, et aussi parce que… que ce soit Benoît Blue Boy, Vincent Bucher ou Bako, les harmonicistes me plaisaient. Humainement, en plus de l'harmonica, ils avaient un truc en commun qui me plaisait beaucoup. Le jour où j'ai découvert Muddy Waters, j'ai été transcendé. Et puis il y a eu Jr Wells, j'avais l'impression d'entendre exactement ce que je voulais faire.

Tu joues dans tous les styles sur cet album. On dirait presque un CV avec lettre de motivation !
Steve :
C’est marrant, je me suis dit exactement la même chose à un moment. Sur 'Mets Ta Casquette'. J'avais l'impression de bricoler une carte de visite, mais ce n'était pas du tout intentionnel. Je n'ai pas le sentiment de jouer mieux ni moins bien, mais j'ai peut-être gagné en confiance. Au fond, j'ai toujours l'impression d'être un débutant. Bon, je suis content de ce que j'ai fait sur le disque… Sur 'T'efface Pas Comme Ça', je joue minimaliste, en accords, avec un harmonica très grave qui sonne très gros. Comme George Papa Lightfoot, comme Sonny Terry et Sonny Boy Williamson pouvaient le faire. Ce sont mes influences. Avec Benoît, bien sûr !

Et tu tiens merveilleusement bien la lenteur, sans te répéter, sans un faux pas… Encore une fois, ce que tu fais sur ‘Catfish’ est impressionnant !
Steve :
Ben, on était sans arrêt confronté au jugement de l'autre malgré tout. On essayait d'anticiper ce que l'autre risquait de penser. Une crainte ? Oui, peut-être un peu dans mon cas, mais pas une crainte paralysante. Le genre d'appréhension qui permet d'avancer. On n'a jamais été gêné l'un vis à vis de l'autre.
Patrick : Si, il y a eu un moment de gêne avec 'La P'tite Ceinture', quand j'ai voulu faire entrer un autre guitariste dans le jeu pour m'épauler. Tu n'as pas osé dire non, mais ça te faisait chier. C'est vrai qu'on était parti sur un album à deux, mais je pensais que ce mec pouvait apporter quelque chose au titre. Pendant deux jours, ça s'est un peu tendu. Je ne me rendais pas compte que ça te contrariait à ce point, et tu n'osais pas me le dire. Bon, on a continué à répéter la chanson à deux et, finalement, elle s'est faite sans l'autre guitariste.
Steve : J'avais peur qu’un troisième larron ne dénature l'ambiance. Je n'avais pas vraiment d'arguments à formuler sur le coup, je ne savais pas comment l'exprimer. J'attendais d'avoir les mots pour protester !

Cette chanson qui donne son titre à l’album, 'La P'tite Ceinture', c’est un western parisien ?
Steve :
Ah, tu la vois comme ça ? On me reprochait d’écrire des chansons qui ne racontent jamais vraiment d’histoires. Là, j'ai essayé d'en écrire une.
Patrick : La trame est moins blues traditionnel, plutôt americana. Elle s'est mise à sonner comme ça presque malgré nous.
Steve : Cette chanson, je la voyais comme 'Catfish' au départ, simple et linéaire. A force d'y revenir, une mélodie s'est imposée, de nouveaux accords et un nouveau climat se sont dessinés. C'est vraiment devenu notre morceau à tous les deux, c'est pour ça que l'arrivée d'un autre guitariste aurait gâché quelque chose.

Et le passage chez Frémeaux ?
Patrick :
Ça commence à Europe 1. Patrick Frémeaux m'envoyait régulièrement ses nouveautés, et je les présentais sur l’antenne. Un jour, il me fait parvenir un mot manuscrit très sympa, il me remerciait d'une manière vraiment cool. Tout le monde ne fait pas ça. Cette attention, je l'avais imprimée. Et puis Benoît a ouvert la voie en enregistrant Benoît Blue Boy En Amérique chez le même Frémeaux. Moi, je signais chez Dixiefrog. Capturé Live ne s'était déjà pas bien vendu, mais devant les records de vente de Bluesographie… ! Quand on dit crise du disque, nous, on s'en est bien rendu compte ! Langlois, le patron de Dixiefrog, m'a annoncé de façon très honnête, et je l'en ai remercié, qu'il ne pouvait plus s'occuper de moi. Le lendemain, je prenais rendez-vous chez Frémeaux. Le projet de l'album était donc déjà avancé, c'était le début mais on avait trois ou quatre morceaux à lui faire entendre.

L'album correspond à ce que vous en attendiez ?
Patrick :
Sincèrement, je l'imaginais moins bon que ce qu'il est ! Steve et moi, on s'est dépassé dans nos parties respectives, chants et instruments. J'enlèverais juste l'un des deux instrumentaux ('Père & Fils'). Un seul aurait suffit. On en a débattu bien longtemps, Steve et moi.
Steve : … Mais dans chacun d'eux, il y avait quelque chose qu'on n'avait pas envie de sacrifier.

Le florilège des questions stupides maintenant. Une chanson qui vous vient à l’esprit malgré vous, quand vous marchez dans la rue par exemple…
Patrick :
Quand je marche dans la rue ? Je vais avoir l’air de me vanter mais, comme je suis là-dedans jusqu'au cou en ce moment, c'est 'La P'tite Ceinture'. Ça tourne et ça retourne dans ma tête...
Steve : J'ai appris à jouer de l'harmonica sur 'La Danse Des Canards', ça m'a marqué. 'La Danse Des Canards', ça compte ? Bon, bon… J'aime bien 'Trick Bag' d'Earl King. C’est une chanson qui me trotte souvent dans la tête.

L'album qui vous a le plus impressionnés ?
Steve :
J'ai envie de dire La P’tite Ceinture, je peux ? Non ? Alors, j'adore réécouter Lent ou Rapide, l'album de Benoît.
Patrick : Je dirais Riding With The King. BB King, Eric Clapton. Pour la symbolique. J'aurais pu citer la chanson 'White Or Black' de Michael Jackson pour la même raison, et parce qu'elle est traitée comme un blues. Eh oui, 'White Or Black', c'est un riff de blues et c'est vachement bien fait. Riding With The King, donc. Un Noir, un Blanc, un plus jeune, un plus vieux, de l'électrique, de l'acoustique. Je ne possède même pas l'album, mais je l'ai écouté un nombre incalculable de fois. D'autres albums ont sûrement la même symbolique, mais mes artistes préférés restent Clapton et BB King. Et Gene Vincent aussi. Ces trois-là, c’est la phalange du blues-rock ! Bref, je reste sur cet album.

Le concert de votre vie, en tant que spectateurs ?
Steve :
Je commençais à jouer, je n'avais pas encore enregistré d'album. J'avais vu Clarence Gatemouth Brown en première partie de Clapton à Bercy. Il m'avait scotché. C'était forcément dans les années 90. Il y avait aussi le concert benefit pour Johnny Copeland dans un petit club de Memphis. On était tombé là, sur Beale Street, complètement par hasard. Il y avait le gros festival d'Helena en même temps, et tous les artistes étaient venus jouer deux ou trois morceaux. James Cotton, Jr Lockwood, Ronnie Earl, Anson Funderburgh, plein d'autres. C'était super détendu, tout le monde était là pour Johnny Copeland et faisait la grosse teuf. Génial ! C'était le blues !
Patrick : Moi, c’est Ray Charles. J'ai participé au festival de blues de Memphis en mai 90. 'Two rays on the river'. Deux rayons… C'était un jeu de mots : il y avait Ray Charles et Stevie Ray en têtes d'affiche. The river, c'était le Mississippi, bien sûr. Le festival durait deux jours. Avant les deux Ray, Albert King, Etta James, John Hammond, Johnny Winter devaient se produire. Nous, les Français, on ouvrait le concert. La marraine des Français, donc la nôtre, celle du groupe qu'on avait monté avec Guillaume Petite, c'était la fameuse Carla Thomas, fille de Rufus Thomas. C'est elle qui chantait 'Tramp' avec Otis Redding, dans les années 60. Elle chante surtout du gospel. Il avait plu juste avant le concert, c'était plein de boue par terre et on en avait ramené dans les loges. Johnny Winter devait jouer après nous. J'étais là, dans la loge. Un mec de l'organisation arrive en courant : You take this dressing room ? – Ouais, pourquoi ? – This is for Johnny Winter ! – Bon, si c'est pour Johnny Winter, on va mettre un coup de serpillère ! Johnny Winter arrive avec un carton : vodka, orange, petits yeux. Awright ! On avait tourné une semaine avec lui, en France, deux ou trois ans plus tôt. Il s'en souvenait bien. Carla me dit à un moment : Ça va être le tour de Ray Charles. Viens, on va se mettre à côté de lui sur la scène. Elle prend son parapluie, elle m’attrape par le bras, on monte les escaliers, on est sur scène avec les VIP, et Ray Charles était en train de faire la totale : un orchestre symphonique d'un côté, un orchestre de jazz de l'autre, le même chef d'orchestre qui passait de l'un à l'autre. Mais à Memphis, Ray Charles était chez lui, il balançait des salves de plaisanteries salaces au public. Un moment, il reprend 'Your Cheatin' Heart'. Carla Thomas commence à faire des chœurs infernaux depuis notre coin de scène, en me tenant toujours le bras d’une main, son petit parapluie de l’autre. Je me pinçais : C'est pas vrai ce que je suis en train de vivre !
Christian CASONI - BLUES AGAIN, mai 2010

-----------------

Le Verbeke Express - Interview par guitarist acoustic
Dans La petite ceinture, Patrick Verbeke et son fils Steve proposent une virée familiale dans la tradition du blues francophone. En duo, guitare-harmo, sans fioritures, du blues brut, roots, plein pot, l'émotion à fleur de peau. S'ils ont souvent partagé la scène, Patrick et Steve souhaitaient laisser une trace de ces échanges autour de la note bleue. La petite ceinture des Verbeke, c'est du blues XXL !
Ben


Pourquoi ce titre "La petite ceinture" ?
Steve : Au départ, j'ai eu l'idée de cette histoire d'un jeune homme qui rôde le long de la petite ceinture parisienne, je l'ai développée pour en faire une chanson et il s'est avéré que le texte collait parfaitement à une mélodie qu'il avait trouvée...
Patrick : Oh la la, "il" !
Steve : Ben oui, il sait quand même que tu es mon père ! (s'en suit une longue explication de texte sur l'emploi de la 3ème personne du singulier, ndlr) Mais je peux t'appeler Papa ou mon très cher père si ça t'arrange... (rires général) Bref, le morceau est venu très vite, ce qui n'est pas forcément le cas entre musiciens, même quand il s'agit de ton père que tu adores ! (sourires)


Y a-t-il un clin d'œil à la figure du train, thème incontournable du blues ?
Steve : Pas du tout, ou alors à mon insu...
Patrick : Quand Steve a apporté ce texte, j'ai tout de suite vu le rapport aux trains, ce côté blues. D'autant que les pouvoirs publics sont en train de la transformer, de l'arranger cette petite ceinture, alors qu'elle est restée à l'abandon pendant des années, ça a longtemps été un endroit un peu mal famé. Bref, cette image m'a inspiré. Du coup, je me suis plongé dans ce texte, dans la musique.

Quelle était l'idée de départ de cet album : d'abord un projet familial ou une envie de duo guitare-harmonica ?
Patrick : Les deux, mon capitaine ! C'était d'abord une envie de duo guitare-harmo dans la lignée des Sonny Terry et Brownie McGhee, et ça me tenait à cœur de jouer avec mon fils. Cette envie est devenue de plus en plus forte car on joue ensemble quand les occasions se présentent, mais on n'avait encore jamais rien gravé.
Steve : L'idée d'enregistrer un album avec mon père, vivre une aventure familiale, c'est ce qui m'intéressait. Il s'agissait de confronter nos idées sans passer par d'autres personnes...

Est-ce plus compliqué de réaliser un album quand on a ce lien filial ? Y a-t-il eu des désaccords profonds, des moments de tension ?
Steve : Non, j'ai l'impression que tout s'est fait assez simplement, naturellement. Sur cet album, on a réussi à retourner toutes les contraintes à notre avantage, notamment le fait que nous n'avions pas toujours de studio à disposition.
Patrick : C'est vrai !
Steve : Cela nous permettait de prendre du recul, de s'appeler pour parler des morceaux.
Patrick : Il y a eu un moment délicat autour d'un morceau que nous n'avons pas mis sur le disque. Je ne le trouvais pas dans l'esprit de l'album car il y avait basse-batterie alors que la tonalité générale, c'était duo guitare-harmo avec de temps en temps une petite percussion, mais pas plus. Bref, le titre en question était "too much". Il y également eu une petite tension à propos d'un autre titre : je voulais un musicien supplémentaire et faire du "re-re" avec lui, mais Steve n'était pas d'accord car ça ne collait pas non plus à l'esprit de l'album. Donc, chacun a eu son petit moment de tension, où l'on s'est confronté, affronté, mais le problème a été réglé très vite.
Steve : Et puis, Didier Zilliox, notre producteur, tranchait au besoin. Il fallait que l'on soit tous les trois contents, c'était très important...
Patrick : Exact !
Steve : Si l'un d'entre nous trois avait le moindre doute, on ne gardait pas la prise.

Qu'avez-vous découvert l'un chez l'autre ?
Steve : Je savais déjà qu'il y avait un fort côté émotionnel à enregistrer avec son père. Et je savais aussi que j'enregistrais avec un vieux bluesman, avec quarante ans de carrière derrière lui, donc forcément j'avais beaucoup de choses à apprendre - sans parler de la relation père-fils - mais il ne m'a mis aucune pression. De plus, cet album ne constitue qu'une parenthèse professionnelle : à mes yeux, l'idée était de s'offrir tous les deux ce petit plaisir.
Patrick : Comme tu l'as dit Steve lors d'une autre interview, si on ne vend que deux exemplaires de ce disque, on sera content car l'essentiel était de partager ce moment de musique ensemble. Personnellement, j'ai aimé la fraîcheur que m'a apportée Steve, et que j'ai eu tendance à perdre avec les années. Elle a déteint sur moi, ce qui est très agréable. Ça m'a ouvert des portes, une nouvelle façon de jouer le blues, comme utiliser une barytone sur "Catfish Blues", chose qui n'a jamais été faite auparavant ! La présence de Steve, son charisme, tout cela a eu une influence sur mes choix artistiques.

Patrick, parle-nous de ce choix de guitare barytone sur cette reprise de "Catfish Blues"...
Cela fait longtemps que j'aime cette guitare barytone, et j'avais été impressionné par des disques récents joués avec ce type de guitare, mais à l'intérieur d'un orchestre. Or il se trouve que mon pote Benoît Blue Boy en a une, je lui ai demandé de me la prêter. Depuis, je n'ai pas arrêté d'en jouer. (rires)

Vous avez également repris l'émouvante supplique "Let Me Go Home Whisky". Patrick, on sent au travers de ce titre que tu as voulu tourner la page d'une période difficile de ta vie...

En effet, je sors de grosses galères financières, et derrière ton moral fout le camp... C'est vrai que ce morceau est blues de chez blues, avec une voix très grave, mais cette interprétation m'est venue naturellement ! Je me suis aperçu à la réécoute que ce morceau clôturait l'album, de manière efficace, une façon de dire au revoir et à bientôt... Avec de nouvelles sensations, un nouveau souffle.

Que t'inspire ce morceau Steve ?
Steve : Il m'a "scotché" direct ! Et m'a donné l'occasion de jouer de l'harmo du mieux que je le pouvais, pour ne rien gâcher... Cela aurait été dommage qu'il n'y ait pas d'harmo ; j'ai été ému de jouer dessus car c'est un morceau - comme "Catfish Blues" ou "Frankie & Johnny" - que mon père joue depuis des années mais qu'il n'avait jamais enregistré. Là, avec moi, sur cet album, il reprend ces trois morceaux qu'il adore ; j'ai senti qu'il se passait quelque chose d'important.
Patrick : "Let Me Go Home Whisky" fait partie des dix premiers morceaux que j'ai appris à jouer et à chanter ! Je m'étais référé à l'époque à un album de Snooks Eaglin à la guitare acoustique, et j'avais appris ce morceau, qui m'avait transcendé. Je l'ai toujours eu dans mon répertoire de scène, mais là je voulais l'enregistrer.

L'harmonica est très présent, était-ce une volonté de mettre Steve en avant ?

Patrick : J'ai volontairement voulu que l'harmo soit en avant mais pour une raison toute bête : c'est un instrument de soliste ! La guitare est plus portée sur la rythmique, donc ça me paraissait évident de proposer les solos à l'harmo, même si tout n'est pas figé ainsi.

Aviez-vous la volonté d'inscrire cet album dans la tradition du blues francophone ?

Patrick : Je suis très attaché à cette tradition, j'ai réalisé des albums, fait beaucoup de spectacles sur ce sujet, et puis je me suis baladé au Québec, j'ai découvert des artistes, des amis, c'est quelque chose de très important pour moi. Je trouve que ces gens qui font perdurer la francophonie au milieu d'une masse et d'une culture musicale anglo-saxonnes sont admirables, car ils arrivent à faire swinguer les mots, chose plus difficile en France. Ce sont des gens exemplaires !
Steve : C'est vrai que tout ce que Patrick, mon père, mon papa...
Patrick : Adoré !
Steve : Oui adoré, donc tout ce qu'il vient de dire, c'est mon éducation. Patrick et Benoît Blue Bloy le défendent depuis des années... J'ai l'impression d'avoir toujours connu ça.

Quel souvenir gardez-vous en mémoire de ce projet commun ?
Steve : Les répétitions au téléphone, c'était très sympa, j'ai encore des messages sur mon portable où il me joue un riff de guitare. Il y avait aussi certaines séances studio avec mon demi-frère Vincent, qui est ingé-son ; on était là tous les deux à regarder notre père jouer, c'était émouvant. On se disait : profitons de ce moment, c'est rare ! Lui devait nous voir derrière la vitre en train de parler, de se marrer, et devait se demander : qu'est-ce qu'ils sont en train de dire ces deux-là ? (rires)
Patrick : Ce qui était spécial sur cet album qui m'a donné beaucoup de plaisir et parfois démoralisé, c'est l'utilisation de la barytone, qui est accordée en La, non en Mi. De plus, j'en jouais avec un capodastre, pour simplifier la chose (rire), ce qui fait que j'étais complètement largué, je ne savais plus en quelle tonalité je jouais. Et quand je prenais une guitare, je jouais en open, toujours pour simplifier, bref quand Steve arrivait et me demandait la tonalité, je ne savais pas ! Quand il fallait chanter, je m'apercevais qu'on était en Si bémol, aïe, je n'ai jamais joué en Si bémol !? (rires) Mais finalement, ça le fait bien

EXERGUE 1 : "Le morceau "Let Me Go Home Whisky"clôturait bien l'album, c'était une façon de dire au revoir et à bientôt... Avec de nouvelles sensations, un nouveau souffle." Patrick

EXERGUE 2 : "Cet album ne constitue qu'une parenthèse professionnelle : à mes yeux, l'idée était de s'offrir tous les deux ce petit plaisir." Steve


Par GUITARIST ACOUSTIC




Ecoutez Piste Titre / Artiste(s) Durée
 
01 Tu m'as menti - Steve et Patrick Verbeke 03'12
 
02 Frankie & Jonnhy - Steve et Patrick Verbeke 05'14
 
03 La Tangente - Steve et Patrick Verbeke 05'15
 
04 Mets ta casquette Blues - Steve et Patrick Verbeke 04'06
 
05 Catfish Blues - Steve et Patrick Verbeke 05'31
 
06 Père & Fils - Steve et Patrick Verbeke 03'43
 
07 La p'tite ceinture - Steve et Patrick Verbeke 04'27
 
08 T'éfface pas comme ça - Steve et Patrick Verbeke 03'21
 
09 Dis-moi pourquoi - Steve et Patrick Verbeke 04'06
 
10 Fils & Père - Steve et Patrick Verbeke 03'56
 
11 Celle que j'aime - Steve et Patrick Verbeke 04'40
 
12 Ragtime Blues - Steve et Patrick Verbeke 02'47
 
13 Let Me Go Home Whisky - Steve et Patrick Verbeke 06'35
"L'un et l'autre excellent" par Rock & Folk

Patrick Verbeke, le père, gratteur de blues depuis la nuit des temps. Son rejeton Steve, gobeur d'harmonica professionnel depuis trente équinoxes. Ce petit segment dynastique rassemble ses gènes dans un exercice où l'un et l'autre excellent : la chanson française américaine, tellement française et tellement américaine qu'elle n'est plus vraiment l'une ni tout à fait l'autre, devenue un genre en soi, un exotisme vernaculaire, rock'n'roll franco-louisianais vaguement folk, tissé de slides subreptices, de trémolos d'ampli, de graves arpèges et de grasses respirations d'harmonica. Deux chants qui sont le jour et la nuit, le fils : voix juvénile, un peu affectée, le père : caverne chantante, voix de rogomme qui grince sur les virgules mélodiques. Le fils sortant de sa gaufrette des nuées ardentes, des plans de washboard, d'orgue, de lead guitar, de trompette bouchée, des accords musclés d'accordéon… et même des riffs d'harmo ! Et le père, guitariste de proue noueux et mesuré, s'effaçant derrière ses superbes accompagnements pour laisser briller son héritier, comme une passe de relais lors d'un conseil de famille. Fusion culturelle, générationnelle… et métabolique aussi. Les deux titres en tombé de rideau sont éloquents : la bonhomie country de “Ragtime Blues” et ses paroles impayables, et “Let Me Go Home Whisky”, l'oraison funèbre qui enchaîne avec la force et la lenteur dévorante d'un glacier en mouvement. Cet album de comptines vibre de toutes ses tôles, comme un compresseur en surtension. Comptines mais, chez les Verbeke le climat en dit toujours beaucoup plus long que les textes…
par CHRISTIAN CASONI - ROCK & FOLK




"Une belle réussite" **** par Blues and Co

"C’est la rencontre attendue du papa Patrick Verbeke : vieux baroudeur épris de liberté et éminent représentant du blues frenchy , et de l’un de ses rejetons Steve, tombé à sa naissance, dans la même marmite blues que son géniteur. Le premier a la réputation d’être l’une des plus fines lames de la guitare hexagonale de la note bleue ; qu'elle soit acoustique, électrique ou Dobro, il excelle avec bonheur sur ces instruments depuis des lustres à l’instar d’un Paul Personne ou d’un Bill Deraime. Le deuxième est le fiston Steve, déjà titulaire de deux albums : l’éponyme « Steve Verbeke » datant de 1999 et « Montreuil boogaloo » sorti en 2002. Il a choisi pour exprimer sa sensibilité, l’harmonica. Tous les deux chantent dans la langue de Molière avec humour et dérision, sauf sur les trois reprises de chants traditionnels américains (arrangements réalisés par Patrick) : « Catfish blues » de Robert Petway plus ou moins attribuée à Muddy Waters, « Let me go home whisky » d’Almos Milburn et « Frankie and Johnny » dont la première version de Hughie Cannon date de 1904. Pour cette dernière, je pense à un clin d’œil à Gene Vincent de la part de Patrick, fan de ce mythique chanteur de rock and roll . Verbeke et fils ont choisi un style dépouillé, sans artifice, dans la pure tradition du blues du Delta, et sans autre musicien pour les accompagner. Les voix s’accordent et communient chaleureusement. Les accords de la guitare de Patrick sont sobres, appliqués et sans prétention et le jeu de l’harmonica omniprésent de Steve sonne juste. La fusion entre ces deux générations est une belle réussite. C’est l’ambiance intimiste que nous aimerions retrouver dans notre France profonde lors de leurs prochaines prestations"
par Bruno MARIE - BLUES AND CO




« Du blues authentique » Par Lylo

« Du blues authentique servi à la française comme dans le Bayou et comme un dialogue père/fils (Patrick et Steve) où guitares, harmonica et voix rocailleuses ou malicieuses, rappellent la sainte dualité vie/galère. »
Par LYLO




"« La p’tite ceinture » n’a pas fini de marquer les esprits" par Zicazic

"Si le père peut s’enorgueillir d’une carrière hors du commun, le fils n’en est encore pratiquement qu’à ses premiers balbutiements mais occupe déjà une place évidente dans le patrimoine bluesistique familial et c’est avec beaucoup d’humilité et surtout de fierté que l’un et l’autre se produisent ensemble, donnant des concerts où la bonne humeur et le bon blues sont toujours présents, Patrick à la guitare et Steve à l’harmonica n’ayant de cesse de faire briller les douze mesures derrière le nom de Verbeke qui les réunit à vie. Chanteur à la voix éraillée par le temps et les bonnes choses de la vie, l’aîné partage ainsi le micro avec son brillant rejeton dont le timbre est forcément plus pur mais tout aussi déterminé et la réunion des deux est tellement réjouissante, d’autant que chacun apporte sa patte personnelle à l’exercice de création, qu’il fallait bien que cet album des Verbeke & Fils voit le jour pour le plus grand plaisir des vrais amateurs d’un blues qui fleure bon la langue française, mais pas seulement …
Des chansons simples qui parlent directement à l’auditeur, une véritable passion qui pousse les deux musiciens à se donner à fond dans ce qu’ils jouent, une pratique nourrie de l’expérience de la scène mais aussi d’une écoute attentive et de beaucoup de respect pour les maîtres du genre, voilà ce que Patrick et Steve Verbeke ont en commun, et s’ils savent mieux que quiconque comment coordonner leurs actions pour les rendre irrésistibles, c’est bien parce que ces deux là vivent le blues de la même manière, chacun le faisant certes selon ses propres codes générationnels mais toujours en respectant l’héritage venu des bords du Mississippi. Une douzaine de chansons partagées entre les compos de l’un et de l’autre, voire même souvent des deux réunis, mais aussi des standards réarrangés à la mode Verbeke, un petit coup de patte de Benoit Blue Boy et enfin l’instrumental « Père & Fils » qui nous emmène vers des rivages connus mais tellement séduisants, « La p’tite ceinture » n’a pas fini de marquer les esprits avec ses chansons qui sentent le naturel à plein nez, des titres comme « Tu m’as menti », « La tangente », « Mets ta casquette Blues » ou « T’efface pas comme ça » que l’on s’approprie immédiatement tant ils sonnent juste … Le slide toujours très précis du père se marie au souffle convaincant du fils et les deux réunis donnent naissance à un album parisien à souhait, un ouvrage qui fait ouvertement allusion aux chemins de fer d’antan jusque dans son artwork, accentuant encore un peu la symbolique d’un blues que ces deux là connaissent sans doute mieux que quiconque ! De quoi donner une irrésistible envie d’aller se promener sur « La p’tite ceinture »…"
par Fred DELFORGE - ZICAZIC




"C'est le meilleur de l'un et de l'autre" par Blues Again

"La P'tite Ceinture sort chez Frémeaux. Deux Verbeke pour le prix d'un, dopés par l'énergie du désespoir et par une formidable émulation filio-paternelle. La paire de Verbeke signe un enfer pavé de tueries, où la pénombre épaisse des non-dits le dispute à la rage de casser le bocal. Leur 'Catfish Blues' surclasse toutes les versions enregistrées auparavant. Parole ! Pareil pour ce 'Let me Go Home Whisky' d'outre-tombe, vraiment flippant, comme une épitaphe qu'aurait gravée Fats Domino, la nuit où il fut visité par Freddy Krueger ! Eh, les gars, qu'est-ce qui vous prend ? Je ne savais pas qu'il y avait autant de vitamines dans la vache enragée !
Le petit segment dynastique rassemble ses gènes dans un exercice où l'un et l'autre excellent : la chanson française américaine, tellement française et tellement américaine qu'elle n'est plus vraiment l'une ni tout à fait l'autre, devenue un genre en soi, un exotisme vernaculaire, rock'n'roll franco-louisianais vaguement folk, tissé de slides subreptices, de trémolos d'ampli, de graves arpèges et de grasses respirations d'harmonica. Deux chants qui sont le jour et la nuit, le fils : voix juvénile, un peu affectée, le père : caverne chantante, voix de rogomme qui grince sur les virgules mélodiques. Steve sort de sa gaufrette des nuées ardentes, des plans de washboard, d'orgue, de lead guitar, de trompette bouchée, des accords musclés d'accordéon… et même des riffs d'harmo ! Patrick, guitariste de proue noueux et mesuré, s'effaçant derrière ses superbes accompagnements pour laisser briller son héritier, comme un qui règle sa succession lors d'un conseil de famille. Fusion culturelle, générationnelle… et métabolique aussi. Les deux titres en tombé de rideau sont éloquents : la bonhomie country de ‘Ragtime Blues’ et ‘Let Me Go Home Whisky’, oraison funèbre enchaînant avec la force et la lenteur dévorante d'un glacier en mouvement. Cet album vibre de toutes ses tôles, comme un compresseur en surtension. C'est le meilleur de l'un et de l'autre."
par Christian CASONI - BLUES AGAIN




« Un agréable moment de « civilisation de rue » » Par Le Cri du Coyote

« Provincial dans l’âme, je ne connais pas cette « P’tite ceinture » (dont la pochette montre une partie de la voie ferrée en banlieue parisienne) sinon par les évocations esthétiques des romans et des film. Elle semble en tout cas encore symboliser de nos jours une certaine urbanité populaire et Papa Verbeke et son fiston en font tout naturellement le lien et le décors de leur dialogue au goût de blues : prétexte à la bal(l)ade, aux souvenir, à l’évocation des amours, autant d’instants fugitifs et d’échange en famille. Dad-Pratrick domine ses guitares (acoustique, électrique, National, et basse) alors que Son-Steve joue de l’électrique et des harmonicas. Deux compositions chacun, six co-signée (dont évidement Fils et père) et trois reprises de traditionnels arrangés (l’inusable Frankie & Johnny, Catfish Blues et Let Me Go Home Whisky)  le tout formant un menu moins désuet qu’il n’y paraît au premier abord. Certes, on reste dans les grands invariants de thèmes, c’est la loi du genre, mais ce passage de témoin, au nom du père et du fils, est un agréable moment de « civilisation de rue », loin des salons, avec ses images de périph (Mets ta casquettes blues). Cet humanisme de la réalité quotidienne justifie sans doutes le soutien du label Frémeaux, qui, après les albums de Elmore D ou Jack Bon, et ses recueils historiques de chansons populaires, investit son crédit dans un genre parfois ignoré, à tort, par les exégètes : le bon blues de chez nous. »
Par JB — LE CRI DU COYOTE




"Un album qui donne le frisson." par BCR

"Le label Frémeaux & Associés a réussi l’exploit de réunir pour un album, Patrick Verbeke, le ‘monsieur blues’ hexagonal, l’homme de radio, le disert et l’érudit, une authentique légende du blues français qu’il serait indécent de présenter plus amplement, avec sa progéniture en la personne de Steve Verbeke, le ’Montreuil Boogaloo’, l’harmoniciste qui ne cesse de s’affirmer avec trois albums à son compteur, comme l’un des meilleurs spécialistes du genre. Cette surprenante et inattendue association entre un père et son fils est une indéniable réussite intitulée ’La p’tite ceinture’. Patrick et Steve y distillent un blues poignant, puissant, d’une sincérité exacerbée, d’une émotion à son paroxysme. La rencontre artistique et familiale entre un pionnier qui a marqué l’histoire de sa foi et de sa passion pour les musiques afro-américaines et un jeune et talentueux bluesman, dont l’unique leitmotiv est de marcher sur les traces de son illustre papa, avec un respect jamais remis en cause. Quand le blues côtoie l’amour, il en résulte un album qui  donne le frisson. Un disque d’une poésie sous-jacente, une musique d’écorchés vifs qui remue au plus profond de nos viscères et qui affole nos sens. Car avec le blues, on ne peut pas tricher. Le moindre usurpateur, le moindre imposteur serait de suite démasqué et cloué au pilori de l’abîme de la médiocrité. Patrick et Steve Verbeke sont deux artisans de la petite note bleue qui travaillent sans filet. Faut pas déconner, on n’est pas chez  Alexis Gruss… Deux saltimbanques qui ont voué leur vie aux musiques populaires gorgées de groove et de feeling. Leur duo est en parfaite adéquation avec l’esprit ancestral du blues roots, celui que l’on jouait d’antan dans tous les juke-joints enfumés de Greenwood ou de Clarksdale. Oui tout là-bas, aux confins des champs de coton et des eaux boueuses du grand fleuve sacré. 13 titres de très haute volée composent ’La p’tite ceinture’. Judicieux melting-pot entre des nouveautés comme ’Tu m’as menti’ qui ouvre l‘album, ’Père & Fils’ et ‘Fils & Père’ qui sont deux instrumentaux fantastiques que n‘auraient pas reniés Sonny Terry et Brownie Mc Ghee, ’La p’tite ceinture’ au texte profond et bouleversant, ’T’efface pas comme ça’ dont la seconde partie fait penser au swamp-blues de Louisiane des Slim Harpo ou Lonesome Sundown. Des morceaux traditionnels comme ’Catfish Blues’ ou encore ’Let me go home whisky’ excellemment interprétés par Patrick et Steve, avec la conviction de deux marathoniens sur la route d’Olympie, portant la flamme à bout de bras. Ou encore d’anciens titres incontournables du répertoire de Verbeke père tels que ’La tangente’, ’Mets ta casquette blues’ , ou de Verbeke fils comme ’Dis-moi pourquoi’ cosigné avec un certain Benoît Blue Boy. Et bien d’autres surprises concoctées par Patrick et Steve Verbeke. Ca fait vraiment plaisir de retrouver un Patrick Verbeke inspiré et en pleine forme, comme un petit camouflet aux ingrats qui l’avaient peut-être oublié un peu trop vite, malgré une carrière sans faille qui force le respect. Et un Steve Verbeke qui se bonifie d’album en album et de concert en concert tel un château Pétrus. Qu’on se le dise, Patrick a ressorti sa vieille National Steel du placard et le vieux lion n’a pas dit son dernier mot. Quant à l’harmonica de Steve, il n’est jamais bien loin et toujours prêt à résonner. Cet excellent album des Sonny Terry et Brownie Mc Ghee du 21ème siècle et même pas noirs, est chaudement recommandé. A l’ère de la morosité ambiante et du spleen grandissant, rien de tel qu’un bon disque de blues interprété dans le respect des valeurs essentielles propres à cette musique qui est aussi un art de vivre au quotidien. C’est la bonne médecine, l’unique thérapie. Et ’La p’tite ceinture’ de Patrick et Steve Verbeke est à consommer très chaud, vers la vieille ligne de chemin de fer, prés des boulevards des Maréchaux autour de Paris. Là ou le blues, voire les spectres de Muddy Waters et Sonny Boy peuvent surgir à tout moment. A chacun son crossroads, à chacun son imaginaire… En tous les cas, merci aux Verbeke d’exister et leur petite lumière bleue scintille toujours de mille feux !"
par Serge SCIBOZ - BCR




« Le plus bel hommage qu’ils pouvaient rendre au blues » Par Trad Mag

« Juste retour des choses que cette union musicale des Verbeke père et fils, que seul Patrick Frémeaux pouvait nous offrir avec autant de générosité et de qualité. Cet album est en effet, en plus d’une aventure familiale (pour la moitié des treize titres composés par le duo), l’héritage de la tradition musicale franco-nord-américaine. Le mélange des compositions (Tu m’as menti, La tangente, Mets ta casquette blues, Dis moi pourquoi, Celle que j’aime, Ragtime blues) côtoient les classiques du Mississippi blues (Frankie & Johnny, Cattfish Blues), dans une fusion naturelle qui frise l’exceptionnel avec La p’tite ceinture et T’efface pas comme ça (adaptation de Baby Please Don’t Go ?). Les jeux subtils des instruments (guitare steel, acoustique, électrique harmonicas) et des vois très différentes, sur des arrangement simple mais efficaces, sont les fils conducteurs de cet album qui ne cherche pas à épater ni à surprendre, mais juste à émouvoir, comme ce qui constitue le sens même du blues. En terminant avec un Let Me Go Home Whisky magistral de six minutes trente-six, Verbeke & Fils nous laissent sur le plus bel hommage qu’ils pouvaient rendre au blues. Tout en espérant que cette aventure familiale ne va pas en rester là. »
Par Patrick Plouchart — TRAD MAG




« On ne l’a jamais aussi bien chantée cette petite ceinture » Par Guitarist Acoustic

« On ne l’a jamais aussi bien chantée cette petite ceinture. Ce tronçon de rails désaffectés, cerclant Paris et abandonné à la poussière depuis des années, ne pouvait qu’inspirer nos deux bluesmen, qui nous embarquent dans un passionnant road-movie parisien, ajoutant là un nouveau chapitre à l’anthologie francophone. C’est en famille que Patrick et Steve ont décidé de cheminer le long des voies, sans jamais tomber dans l’écueil de la fausse réunion familiale. Si cet enregistrement correspondait à une envie de laisser une trace de leurs dialogues autour de la note bleue – eux qui ont souvent partagé la scène – La petite ceinture répondait avant tout au désir de proposer un duo guitare – harmonica. Du blues brut, sans effets ni postures, du roots, man ! Une fois de plus, « Mister Blues » a mis ses tripes sur la table (notamment de la cuisine, là où ont été composés beaucoup de titres) : armé de ses guitares, acoustiques, électriques, National Steel et même d’une barytone – notamment sur « Catfish Blues », une reprise qui fera date -, Patrick raconte avec émotion, et humour parfois, les malheurs de la vie, qui ne l’ont pas épargné. Dans sa poignante interprétation de « Let me go home whisky », le bluesman semble tourner le dos aux galères, transfigurant peut-être ce projet en un nouveau départ. Avec Steve, devant et à côté du paternel, pour souffler, via ses dentelles d’harmonica, la braise sur la petite ceinture. « La tangente », « T’efface pas comme ça », « La petite ceinture »… Steve et Patrick s’amusent avec brio de l’éternel jeu des questions-réponses, cher au blues. Si tous les dialogues père - fils pouvaient être aussi riches… »
Par Ben — GUITARIST ACOUSTIC




"This will interest fans of the European blues sound" by Blues Art

"The veteran French guitarist and singer Patrick Verbeke is joined here by his son, harmonica player and singer Steve (who also plays electric guitar), and just to keep it in the family, another son, Vincent Perier-Verbeke is one of the two sound engineers.  Hopefully, they all get on better together than did Sonny Terry and Brownie McGhee, who came to mind a few times, though these guys' tougher sound is perhaps midway between that famous duo and the rather grittier Satan & Adam. Often tracks are performed one way by one man, and then segue into a rather different treatment from the other. It is effective and a little different, and though Patrick's gruff vocals take more than a bit of getting used to, this will interest fans of the European blues sound."
by Norman DARWEN - BLUES ART




« Un dialogue savoureux » par la Revue des médiathèques et des collections musicales

Voici un disque de musique populaire américaine jouée par deux héritiers de la tradition. Ils choisissent de produire un blues francophone humain et artistique qui parle des malheurs de la vie (évidemment). Un dialogue savoureux entre un père et son fils hérité des chants cajuns et acadiens. Jacques VAIZELLE - REVUE DES MEDIATHEQUES ET DES COLLECTIONS MUSICALES




« Pour notre plus grand plaisir » par Soulbag

Ce disque en duo devrait forcément sortir un jour mais il fallait le réussir et c’est chose faite. Mélangeant habilement originaux, reprises de leurs répertoires respectifs et trois classiques, Patrick et Steve évitent de tomber dans le trou béant du blues acoustique pre-war servile et privilégient leur propre univers, fait d’humanisme, de gouaille, dans un contexte qu’on devine urbain, une sorte de no man’s land hors du temps, ce n’est pas pour rien que le disque s’appelle «La P’tite Ceinture». Le père n’abuse pas de la slide et est plus leader que le fils, l’harmonica d’icelui étant du coup constamment présent, majoritairement non amplifié, pour notre plus grand plaisir. Les deux voix se marient souvent, en alternance ou en harmonie, les aspérités de l’une gommant la jeunesse de l’autre. Swing par-ci, mélancolie par-là, désabusement et regard philosophique un peu plus loin, l’ambiance reste intimiste et on pense bien sûr à une passation d’expérience entre l’ancien et le nouveau. Ce n’est pas un cliché, c’est un constat de succès. Christophe MOUROT-SOULBAG




« Blues in France » par Jazz Magazine-Jazzman

Du blues façon Cajun au blues à la française il n’y a qu’un pas que nous fait franchir la parution simultanée des disque de Benoît Blue Boy et Patrick Verbeke. Comme on l’a dit pour le rock, le français serait incompatible avec le blues. Pourtant Benoit Blue Boy a posé depuis longtemps les bases d’un blues à la française qui a fait des adeptes à travers de nombreux groupes qui, comme leur modèle, connaissent une regrettable sous-exposition médiatique […]. Patrick Verbeke est l’autre «parrain» du blues français et son nouvel opus, «La P’tite Ceinture» prend des allures de passage de relais avec son fils, Steve. Acoustiques, la guitare du premier et l’harmonica du second s’entrelacent pour de beaux moments d’intimité, entre gouaille et mélancolie. Jacques PERIN - JAZZ MAGAZINE-JAZZMAN




« On ne l’a jamais aussi bien chantée cette petite ceinture » par Guitare Unplugged

On ne l’a jamais aussi bien chantée cette petite ceinture. Ce tronçon de rails désaffectés, cerclant Paris et abandonné à la poussière depuis des années, ne pouvait qu’inspirer nos deux bluesmen, qui nous embarquent dans un passionnant road-movie parisien, ajoutant là un nouveau chapitre à l’anthologie du blues francophone. C’est en famille que Patrick et Steve ont décidé de cheminer le long des voies, sans jamais tomber dans l’écueil de la fausse réunion familiale. Si cet enregistrement correspondait à une envie de laisser une trace de leurs dialogues autour de la note bleue – eux qui ont souvent partagé la scène -, « La P’tite Ceinture » répondait avant tout au désir de proposer un duo guitare-harmonica. Du blues brut, sans effets ni postures, du roots, man ! Une fois de plus, « Mister Blues » a mis ses tripes sur la tables (notamment de la cuisine, là où ont été composés beaucoup de titres) : armé de ses guitares, acoustiques, électriques, National Steel et même une barytone – notamment sur « Catfish Blues », une reprise qui fera date -, Patrick raconte avec émotion, et humour parfois, les malheurs de la vie, qui ne l’ont pas épargné. Dans sa poignante interprétation de « Let me go home whisky », le bluesman semble tourner le dos aux galères, transfigurant peut-être ce projet en un nouveau départ. Avec Steve, devant et à côté du paternel, pour souffler, via ses dentelles d’harmonica, la braise sur la petite ceinture, « La tangente », « T’efface pas comme ça », « La p’tite Ceinture »… Steve et Patrick s’amusent avec brio de l’éternel jeu des questions-réponses, cher au blues. Si tous les dialogues père fils pouvaient être aussi riche…
BEN – GUITARE UNPLUGGED




"«La P'tite Ceinture» suit son chemin avec bonheur" par La Dépêche du Midi

"La P'tite Ceinture, outre le fait d'être une ancienne ligne de chemin de fer, est aussi un lieu parisien mythique, un endroit propice à l'évasion, propice au... blues. C'est également le titre du dernier album sorti chez Frémeaux & Associés et du nouveau spectacle en duo «Père & Fils» de Patrick et Steve Verbeke, produit par la Société Adima. Ce show d'une heure et demie environ est centré sur les liens qui unissent le père et le fils. Avec l'un à la guitare et l'autre à l'harmonica, tous les deux assurent les parties vocales. C'est avant tout le blues qui est mis à l'honneur : reprise de certains grands classiques, mais aussi mise en avant de leurs propres compositions, en français ou parfois en anglais, avec ou sans section rythmique. Depuis le mois de septembre 2010 et la sortie du nouvel album, le p'tit train de «La P'tite Ceinture» suit son chemin avec bonheur."
par LA DÉPÊCHE DU MIDI




29 autres ouvrages proposés:

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...