JEAN MOULIN - MEMOIRES D'UN CITOYEN

INTERPRETE PAR ARIANE ASCARIDE & FRANCOIS CLUZET

Plus de détails

Livret : Français
Nombre de CDs : 2


29,99 € TTC

FA8015

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


2
-15%
Coffret 2 CD - Interprété par Ariane Ascaride et François Cluzet - Réalisé par Daniel Allary - Ecrit par Nelly Bouveret et Francis Zamponi.

La voie qui m’a conduit de Béziers où je suis né il y a 100 ans, jusqu’à ce wagon du train Paris-Berlin d’où je vous parle, est loin d’être rectiligne.
Passionné par le dessin, je ne suis entré dans l’administration que par obéissance à mon père. Il avait émis un vœu : ne pas mourir avant d’avoir vu son fils préfet. Je lui ai permis de réaliser ce dernier souhait.
Le Front populaire, ma confrontation avec la barbarie nazie et ma rencontre avec le Général de Gaulle ont bouleversé ce qui aurait dû être ma carrière : la vie brillante, laborieuse mais sans surprise d’un haut fonctionnaire de la République.
Mon arrestation à Caluire, les tortures de Klaus Barbie, les impératifs de l’Histoire ont fait de moi un héros. Ce personnage ne m’appartient plus. Mais laissez-moi vous raconter...
Jean Pierre Guéno

Production : Radio France

"

JEAN MOULIN MÉMOIRES D’UN CITOYEN

JEAN MOULIN 
MÉMOIRES D’UN CITOYEN
LE DERNIER VOYAGE


Interprété par Ariane ASCARIDE et François CLUZET 






Préface
Il peut arriver que l’on “égalise” la vie des héros, comme s’ils étaient nés pétris de bravoure et de force, comme si dès leurs premiers instants de vie, leur existence n’avait été qu’entièrement tournée vers un but mythique, toujours compatible avec l’image d’Epinal que les nations aiment à donner d’elles. Alors, on les fait entrer dans le musée des grands hommes, dans une sorte de panthéon imaginaire où les grandes figures de l’histoire, à force de perfection imposante, finissent par relever du mythe et par ne plus sembler tout à fait humaines... Alors, leur souvenir devient parfois tellement intimidant qu’ils finissent par ne plus sembler avoir de rapport avec la vie réelle, avec les préoccupations parfois bien terre à terre et bien mesquines de la vie quotidienne. La première image que nous gardons de Jean Moulin n’est pas celle d’un héros infaillible dont on aurait embaumé le souvenir. Elle montre une photographie d’avant les guerres, celle d’un enfant de dix ans habillé en costume marin, celle d’un petit garçon chétif, frêle et nerveux, les yeux grand ouverts sur une vie qui semble le dépasser, les doigts crispés sur une petite canne comme celles que portent souvent les enfants sans amis dans leurs promenades solitaires et dans leurs jeux imaginaires... Jean Moulin, enfant timide, élève moyen... Jean Moulin dont le costume de sous-préfet conservé par le Musée Jean Moulin à Paris, prouve qu’il était un homme fluet, étroit d’épaules et en fin de compte si fragile... Jean Moulin, dont les dessins, les aquarelles et les gravures qui ont enrichi les collections du Musée des beaux-arts de Béziers nous montrent le jardin secret, fertilisé par l’humour et par une hyper sensibilité, l’autre visage d’un homme qui aurait pu vivre en artiste et se contenter d’une vie parfois mondaine et parfois superficielle, si les circonstances ne l’avaient pas poussé à révéler son incroyable courage, et son étonnante force de caractère... Moulin doutait de lui-même. Il n’avait ni l’assurance ni l’orgueil d’un surhomme. Des lettres écrites à sa famille donnent à penser qu’il avait conscience des limites de sa résistance physique et morale, lorsqu’il lui demandait à l’avance de faire preuve de mansuétude s’il venait un jour à craquer, comme il le fit en juin 1940 lorsqu’il essaya de se suicider pour échapper à ses tout premiers bourreaux et pour être sûr de ne pas avoir à cautionner, même involontairement, leurs démarches infâmes. Ces “mémoires d’un homme sans voix”, cette fiction sonore qui met en scène Jean Moulin en juin 1943, mourant, mais toujours pensant, dans le train qui le déporte vers l’Allemagne et vers le terme de son destin, ce monologue imaginaire écrit par François Zamponi, par Nelly Bouveret et par Daniel Allary pour les Ateliers de Création des Radios Locales de Radio France, ne prétendent pas insérer une nouvelle pierre dans le mur de l’histoire. Ils n’ont pas la prétention de respecter scrupuleusement les moindres détails d’une réalité historique qui fait encore souvent aujourd’hui l’objet de bien des discussions, de bien des controverses... Ils ne font que chercher à restituer la dimension très humaine de cet homme au départ très ordinaire, né à Béziers le 20 juin 1899, de cet enfant qui passait toutes ses vacances à Saint-Andiol, à quelques lieues de Montélimar, de ce descendant de tisserands, de paysans et de boulangers dont rien ne pouvait donner à penser qu’il deviendrait un jour le chef de la Résistance. Aujourd’hui, la pierre froide du Panthéon nous rappelle que Jean Moulin est mort en héros. Nous voulions simplement rappeler l’être de chair et de sang, l’homme qui aimait, l’homme qui doutait, l’homme qui domptait sa peur avec son courage, et aussi, tout au bout de sa route terrestre, le corps ensanglanté, le corps meurtri, le corps si terriblement martyrisé de l’homme qui résista, de l’homme qui fit l’offrande de sa souffrance à l’humanité pour l’inciter à ne jamais plus laisser monter, à ne plus jamais laisser couver dans l’indifférence la vague ignoble de l’inhumanité. Puissions-nous le bercer pour toujours, ce corps torturé, ce corps abandonné, ce corps incinéré, ce corps “panthéonisé”, dans la chaleur infiniment humaine de nos souvenirs.
Claude COLOMBINI (Directrice des éditions Frémeaux & Associés) et Jean-Pierre GUÉNO (Directeur des éditions de Radio France)   

JEAN MOULIN - Repères chronologiques
• 20 juin 1899 : Naissance de Jean Moulin à Béziers.
• 2 mars 1907 : son frère aîné Joseph meurt d’une péritonite lente.
• 1914 : Jean a quinze ans quand la guerre éclate.
• 1917 : Passe son bac. Il s’inscrit à la faculté de droit à Montpellier.
• Septembre 1917 : Entre en qualité d’attaché au cabinet du préfet de l’Hérault.
• 17 avril 1918 : Il est mobilisé avec la classe 19. Il est affecté au 2e Génie de Montpellier.
• Septembre 1918 : Il part pour les Vosges puis pour Verdun avant d’être démo­bilisé.
• 4 novembre 1919 : Il est nommé attaché au cabinet du préfet de l’Hérault et poursuit ses études de droit.
• Juillet 1921 : Il obtient sa licence de droit.
• Début 1922 : Il est nommé chef de cabinet du préfet de Savoie (Chambéry).
• Octobre 1925 : Il est nommé sous-préfet à Albertville.
• 27 septembre 1926 : Il épouse Marguerite Cerruti.
• Juin 1928 : Il divorce.
Janvier 1930 : Il est nommé sous-préfet à Châteaulin.
• 1930-1933 : En Bretagne, il rencontre Céline, devient l’ami de Max Jacob. Publie des dessins et des caricatures dans la revue “Le Rire”.
• Décembre 1932 : Pierre Cot le prend comme chef adjoint de son cabinet (Cot vient d’être nommé sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères). Jean Moulin conserve cependant son poste à Châteaulin.
• Février 1933 : Décline l’offre que lui fait Pierre Cot. Il lui offrait le poste de chef adjoint au ministère de l’Air.
• Mai 1933?: Il est nommé sous-préfet à Thonon.
Octobre 1933 : Il est nommé chef de cabinet de Pierre Cot au ministère de l’Air mais conserve son poste à Thonon.
• Juin 1934?: Il assure les fonctions de secrétaire général de la préfecture de la Somme (Amiens).
• Juin 1936 : Il est à nouveau nommé chef de cabinet de Pierre Cot au minis­tère de l’Air. Il met en place les sections d’aviation populaire. Il aide les Républicains espagnols (envois d’avions, de pilotes...).
• Janvier 1937 : Il est nommé préfet de l’Aveyron (Rodez).
• 22 février 1939 : Il prend possession de son poste de préfet d’Eure-et-Loir (Chartres). Il demande plusieurs fois à son ministre d’être dégagé de ses  fonctions de préfet pour pouvoir rejoindre sa base en cas de conflit. Demandes refusées.
• 17 juin 1940 : A 7 heures du matin, les Allemands entrent à Chartres.  A 18 heures, il est arrêté. Il tente de se suicider pour résister aux pressions  allemandes.
• 2 novembre 1940 : Jean Moulin est révoqué par le Maréchal Pétain. • Septembre 1941?: Il quitte clandestinement la France pour Londres où il rencontre le Général de Gaulle.
• Janvier 1942 : Il est parachuté en France. Il a pour mission de mettre en place les organismes centraux de la Résistance.
• Février 1943 : Il retourne à Londres avec le Général Delestraint, le chef de l’Armée secrète.
• 21 juin 1943 : Arrestation de Jean Moulin à Caluire. Les interrogatoires sont dirigés par Klaus Barbie.
• 12 juillet 1943 : Jean Moulin meurt dans le train Paris-Berlin. 

JEAN MOULIN - Mémoires d’un citoyen
Laure Moulin
Laure Moulin, la sœur de Jean, est née à Saint-Andiol en 1892. Jusqu’à l’entrée de Jean Moulin dans la clandestinité en 1940, elle sera sa confidente. Dans “Jean Moulin” édité aux Editions de Paris, elle raconte la vie de la famille Moulin à Béziers, les luttes politiques de leur père, Antonin Moulin, le climat de leur enfance : la grève des vignerons à Béziers, l’affaire Dreyfus... Elle raconte également leurs vacances à Saint-Andiol dans la maison où toute la famille se retrouvait autour de la grand-mère, à Pâques et pour les grandes vacances. Laure voue à son frère un amour fraternel qui ne se démentira jamais. Elle a gardé ses rédactions, ses dissertations, les lettres qu’il écrivait à ses parents : des documents qui ravivent ses souvenirs. Elle les feuillette. Elle les lit à haute voix. Elle révèle un jeune homme qui, à seize ans, n’avait pas, selon ses camarades, l’étoffe d’un héros. Il aurait préféré être dessinateur, un artiste. Laure l’a toujours su. Elle le voit pourtant se résoudre à prendre le chemin politique tracé par leur père. Jean est frivole : il aime les voitures, les jolies femmes et les vacances de ski à Megève. Dans le même temps, il gravit les échelons de la préfectorale. Les années passent. Le personnage de Jean Moulin se densifie, il se montre de plus en plus grave tandis que le fascisme s’étend sur l’Europe. Après avoir été arrêté par les Allemands à Chartres où il est préfet, Jean Moulin tente de se suicider, par peur de ne pas résister à la torture. Il entre dans la clandestinité en septembre 1940. Il vient d’être relevé de ses fonctions de préfet d’Eure-et-Loir par le maréchal Pétain. Laure le verra alors moins souvent. Les lettres de Jean se font rares. Elles disent peu de choses de sa vie et de son combat Pour suivre les pas de son frère pendant les années de guerre, Laure enquête auprès des femmes qui ont accompagné sa vie clandestine et auprès de ses compagnons de l’ombre. Jean Moulin passe, avec sa mère et sa sœur, ses derniers jours de vacances avant son arrestation à Caluire, le 21 juin 1943. Laure apprendra la mort de son frère en octobre 1943. Mais Laure veut savoir. Elle ira à Paris au N° 84 et 86, avenue Foch, le siège de la Gestapo. Elle y retournera plusieurs fois. Elle exige des officiers de la Gestapo l’acte de décès de son frère. Elle l’obtiendra en mai 1944. 
Laure Moulin est l’auteur de “Jean Moulin” aux Editions de Paris - 1999. Les souvenirs des personnages féminins de “Jean Moulin, mémoires d’un citoyen” sont inspirés de ses témoignages. 

Remerciements :
- M. Henri ESCOFFIER, Mlle Suzanne ESCOFFIER, Mme Andrée DUBOIS, parents représentant la famille de Jean Moulin.
- Mme Sabine ZEITOUN, Directeur du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation - Lyon - avec le concours de Mlle DI PIETRO.
- Mémorial du Maréchal de Hauteclocque et de la libération de Paris - Musée Jean Moulin, 23 allée de la 2e DB, Jardin atlantique au-dessus de la gare Montparnasse, 75015 Paris - Tél. : 01.40.64.39.44.
- Institut Jean Moulin, 48 rue Vital Carles, 33000 Bordeaux - Tél. : 05.56.79.66.00.
- Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation, 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon - Tél. : 04.78.72.23.11.
- Musée des Beaux-Arts de Béziers, Hôtel Fabrégat, Place de la Révolution, 34500 Béziers - Tél. : 04.67.28.38.78.

Sources : 
• Daniel CORDIER : “Jean Moulin, l’inconnu du Panthéon”  Tome 1 “Une ambition pour la République” (juin 1899-juin 1936).  Tome 2 “Le choix d’un destin” (juin 1936-novembre 1940).  Tome 3 “De Gaulle, capitale de la Résistance” (1940-1942).  Editions Jean-Claude Lattès - Paris 1993.
• Laure MOULIN : “Jean Moulin” (biographie).  Préface de Christine Lévisse-Touzé, directrice du Musée Jean Moulin - Paris,   et Alain Lebougre, secrétaire général de l’Institut Charles de Gaulle.  Les Editions de Paris - Max Chaleil - 1999.
• Pierre PEAN : “Vies et morts de Jean Moulin”. Editions Fayard.

Ecouter JEAN MOULIN  MÉMOIRES D’UN CITOYEN (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




PisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 L ENFANCE A BEZIERS UN ELEVE TRES MOYEN - ASCARIDE08'28
02 LES VACANCES A SAINT ANDIOL BON POUR LE SERVICE - ASCARIDE08'03
03 ETUDIANT A MONTPELLIER FAC DE DROIT - ASCARIDE07'15
04 PREMIERES RESPONSABILITES UN SOUS PREFET PROMETTEU - ASCARIDE07'54
05 LES MINISTERES LES ALLEES DU POUVOIR - ASCARIDE07'23
06 LE FRONT POPULAIRE - ASCARIDE07'47
07 LE PREFET DE CHARTRES FACE A LA DEBACLE - ASCARIDE08'09
08 LES ALLEMANDS A CHARTRES LE VOL NOIR DES CORBEAUX - ASCARIDE07'48
CD 2
01 LE CHOIX DE LA RESISTANCE UN FEUTRE SUR LES YEUX - ASCARIDE07'43
02 AVEC DE GAULLE A LONDRES ENGAGE VOLONTAIRE - ASCARIDE08'13
03 LE RETOUR EN FRANCE SANS DOMICILE FIXE - ASCARIDE07'45
04 UNIFICATION DE LA RESISTANCE CHEF DE GUERRE - ASCARIDE07'43
05 LES DISSENSIONS DE LA RESISTANCE UN COMBAT - ASCARIDE07'55
06 LES DERNIERS JOURS DE LA LIBERTE AMI SI TU TOMBES - ASCARIDE08'22
07 L ARRESTATION DE CALUIRE LE DERNIER VOYAGE - ASCARIDE10'41
« De la guerre de 14 à Moulin » par Histoire

« Ils ont tué Jaurès », s’écrie Raymond Deliot, serveur au café du Croissant en ce 31 juillet 1914. Trois jours après la mort du pacifiste tombé sous les balles d’un membre d’Action française, l’Allemagne déclare la guerre à la France. À travers chansons, documents sonores et témoignages d’anciens poilus, « la grande guerre 1914 – 1918 » nous fait revivre , au coeur des tranchées, la folie meurtrière qui s’empare de l’Europe et se transforme en une vaste boucherie au fil d’un conflit qui s’éternise. Un coffret de trois CD à haute valeur pédagogique et histoirique, sorti des presses de Frémeaux & Associés, un label de qualité, qui récidive avec «Jean Moulin, mémoire d’un citoyen ». La vie de cette grande figure de la Résistance nous est contée avec talent et émotion par Ariane Ascaride et François Cluzet.
Y.L – HISTOIRE




« Un autre regard sur Jean Moulin » par L’Echo Républicain

« Jean Moulin – Mémoire d’un citoyen » est un chef d’œuvre, interprété par deux comédiens, Ariane Ascaride et François Cluzet. On se plait à vivre au rythme d’une existence inconnue de son enfance à Béziers, de l’élève moyen qu’il  était à ses vacances à Saint-Andiol, chez sa grand-mère, on retrouve le haut fonctionnaire, préfet d’Eure-et-Loir, son entrée dans la Résistance, son engagement volontaire dans l’armée de l’ombre, ses derniers jours de liberté et son arrestation à Caluire. Un autre regard sur Jean Moulin s’ouvre. L’enfant qu’il  était, parle. Ses aspirations d’artiste, sa loyauté, sa droiture dues à son éducation, à son père qui prenait comme modèle Jules Ferry. On se plait aussi à rêver que la voix se transforme, la vraie voix de celui qui est devenu un mythe de l’histoire reprend le relais pour raconter son parcours. Pour les chartrains, Jean Moulin sur CD est une ballade sur les pas des grands moments de 39-40, à la préfecture de Chartres, sur les routes du département et les rue de la cité. Destin incomparable celui qui est devenue malgré lui le préfet emblématique du département d’Eure-et-Loir, monument vivant de celui qui à su dire « non ». Jean Moulin, au travers du texte raconté ne sera plus « Max », l’homme au chapeau de feutre, l’homme de l’ombre. Il a retrouvé la lumière de sa jeunesse, la joie de son adolescence, l’intimité de sa famille. Son Aura qui demeure s’est mise à s’animer et on retrouve là Jean Moulin vivant !
MARYLINE TAILLET – L’ECHO REPUBLICAIN




« Jean Moulin nous Parle » par Ras le Front

Il ne s’agit pas ici d’une bande sonore où la voix de Jean Moulin résonnerait. On n’entendra pas non plus de fusillades déplacées, de fonds sonores d’époque ou même de mémorable discours d’André Malraux, face au Panthéon, accueillant les cendre de l’illustre héros de la Résistance. Non, l’auditeur ou l’auditrice suivra attentivement les différentes étapes de la vie de Jean Moulin. Sans outrance, les voix d’Ariane Acscaride et  de François Cluzet nous aident à pénétrer l’intimité d’un homme dont notre mémoire collective n’a retenu bien souvent que la fin tragique. Le scénario proposé par ce double disque (environ 55 minutes pour l’un et 1 heure 6 minutes pour l’autre) nous emmène du 20 juin 1899, date de naissance de Jean Moulin à Béziers, au 12 juillet 1943, à sa mort dans le train qui le conduisait à Berlin. Le monologue imaginaire, écrit par François Zamponi, Nelly Bouveret et Daniel Allary, amprunte beaucoup à la mémoire de Laure Moulin, la sœur de Jean, sa confidente privilégiée qui a raconté cette vie dans Jean Moulin (Editions de Paris, 1999). Tout au long de ce récit sonore, on se troue bien loin de l’homme « panthéonisé », statufié. Jean Moulin devient celui qui aurait préféré se consacrer a la peinture plutôt que de suivre la carrière politique dont rêvait pour lui son père. Sa découverte de la guerre se fait en avril 1918 et il par bientôt pour les Vosges puis Verdun. Dès novembre 1919, le monde de la politique accueille le jeune homme, protégé par son respecté père, puisqu’il entre au cabinet du préfet de l’Hérault, tout en continuant ses études de droit à Montpellier. Sa destinée de responsable de l’État suit alors son cours. D’un poste à un autre, il se retrouve préfet d’Eure-et-Loir, quand les Allemands entrent dans Chartres le 17 juin 1940. Il est alors 7 heures du matin, il est arrêté à 18 heures. Le 2 novembre 1940, pour son manque de coopération, il est révoqué par Pétain. Puis la suite, son parcours de résistant, ses voyages à Londres, sa mission discutée longuement avec de Gaulle, ses rapports avec le général Delestraint ou Raymond Aubrac, ses amitiés, ses conflits aussi, liés notamment à son rôle dans la centralisation de la Résistance, son arrestation à Caluire le 21 juin 1943… Jean Moulin n’est pas, au travers de ses deux heures émouvantes d’écoute, un héros sans peur ni doutes. Il nous dit ses sentiments, ses inquiétudes, ses hésitations, il est l’homme qui résista, qui aima, il est l’être de chair et de sang qui appelle bien plus que notre admiration institutionnalisée, notre gratitude et notre souvenir chaleureux. Les Mémoires d’un citoyen, quand celui-ci s’appelle Jean Moulin, nous interpellent sur notre propre conception de l’engagement, de notre citoyenneté, à l’opposé des lâcheté et de compromissions avec le fascisme, quelles qu’en soient les formes modernes. Un disque à écouter, à entendre tout simplement.
Rémi BARROUX - RAS LE FRONT




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...