LES LIAISONS DANGEREUSES - CHODERLOS DE LACLOS

Lu par LUDMILA MIKAEL, DIDIER SANDRE, AGNES SOURDILLON ET 8 COMEDIENS

Plus de détails

Livret : 16 PAGES
Nombre de CDs : 10


79,99 € TTC

FA8027

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+8 pts fidélité


Une oeuvre sonore de plus de 10 heures révélant amour, frivolité et destruction dans une lecture en forme de marche horlogère.

Coffret 10 CD - Livret 16 pages.

Dès leur parution en 1782, Les Liaisons dangereuses connaissent un engouement, une vogue qui ne se dément pas. Bonheur des mots, passion d'une intrigue conduite comme un drame classique, les Liaisons conduisent dans les méandres du cœur humain, pétri d'amour et de vanité, mais aussi au sein d'une société marquée du double sceau de la frivolité et de la destruction. Entendre les Liaisons dangereuses, c'est plonger dans l'univers obscur des âmes avec, pour seul guide, son libre arbitre. Il faut faire table rase de tous préjugés, moraux ou idéologiques, et être prêt à frôler, jusqu'à l'ivresse, la perte… Une lecture en forme de marche horlogère - Tout est en place pour l’exquise mécanique. Ludmilla Mikael, en très élégante mais implacable Mme de Merteuil, engage la pique acérée de sa plume avec le Vicomte de Valmont. Ce dernier, par la voix de Didier Sandre, réplique pas à pas. Il y a du duel, sous les froissements de la soie, il y a des claquements affreux dans le bruissement des parquets. Chaudes, allantes, mais déterminées comme une tactique militaire, comme un chef d’œuvre de maîtrise, les réponses de Valmont esquissent la fascinante gestuelle d’un classicisme parfait. Mais ce ballet là qui est celui du désir, est celui de la mort aussi. Alors tous entrent dans cette sarabande satanique, horlogère, conduite par les brèves annonces de Yves Robert Viala, appariteur inexorable. Dans cette danse, l’ingénue Cécile, campée par Agnès Sourdillon, a tout à perdre en pensant se vouer aux plaisirs, et Danceny, incarné par Eric Poulain, l’apprenti libertin manipulé, voit ses rêves – son âme, qui sait ? – fuir au nom d’une liberté entrevue et trop vite conquise. La Présidente de Tourvel – Sylvie Loeillet – se meurt, hélas ! chaque fois davantage, croyant connaître ici bas les élans de l’amour pur entrevu dans sa ferveur chrétienne. Tous perdent. Mme de Volanges, son quant-à-soi si ridicule mais si confortable, Sophie Carnay une amie, le Confesseur de la Présidente de Tourvel, le Père Anselme, sa confiance dans le repentir… Tous, jusqu’à la vielle et bonne Mme de Rosemonde qui voit faner les dernières roses de ses vieux jours.
Jean-Yves Patte & Claude Colombini

"Le problème de Laclos reste entier, aussi intrigant peut-être que celui de Rimbaud"
André Malraux 1939 sur Les liaisons dangereuses.

Direction artistique : Olivier Cohen
Droits : Frémeaux & Associés - La Librairie Sonore.
"

LES LIAISONS DANGEREUSES

LES LIAISONS DANGEREUSES
Choderlos de Laclos 

Lues par Ludmilla Mikael Didier Sandre et 9 comédiens 






Libertins 
Depuis l'antiquité, le libertin est l'ancien esclave affranchi qui, après de longs et loyaux services ou à la suite d'une récompense exemplaire, est rendu à la liberté par son maître.  Le chemin est donc long avant que le libertin, tel qu'on l'entend aujourd'hui, ne soit celui qui, "esclave" de la société, s'affranchit lui même de ses codes et de ses croyances.  C'est à la Renaissance, qui couvre à la fois le dernier XVe s. et le XVIe s, que l'évolution la plus sensible se fait jour. Les humanistes, portant plus avant leurs réflexions sur la vision du monde, pointent du doigt tous les troubles et les douleurs de leur temps. Ils dénoncent les conflits incessants et leurs ravages, les querelles religieuses, dénoncent la sévère répression du Protestantisme naissant par les massacres iniques - comme celui de la Saint-Barthélemy - et la Terrible Inquisition… Mais, par delà toutes les cruautés, par delà les débats théologiques, c'est avant tout le problème des consciences qui est posé.  Repris de l'Antiquité, le mot "libertin" se voit alors teinté d'une évolution qui englobe des arrières plans moraux, philosophiques et religieux. Le libertinage devient une attitude, celle de la quête d'une liberté spirituelle et morale. Désormais des "libertins" se rebellent contre l'ordre établi. Le siècle suivant, celui de Louis XIV, voit apparaître un libertin plus complexe qui cultive l'irrespect envers les puissances établies. Il s'affiche en adversaire farouche de la religion, se moque de Dieu comme du diable, nie l'immortalité de l'âme. Il oublie les règles de bonne conduite, est léger, libre-penseur, dévergondé et souvent égoïste. La philosophie altruiste du XVIe s. s'efface devant l'émergence d'un libertinage condescendant et teinté d'un fort esprit de caste qui suit la pente des plaisirs, ceux de la bonne chère et ceux de l'amour. Audace nouvelle, les libertins proclament que le plaisir doit être privilégié et cultivé pour lui seul. Mais, le roi veille et les libertins ne se montrent qu'avec une extrême prudence, car les réprimandes royales sont sévères. Au XVIIIe s. avec la Régence de Philippe d'Orléans, les libertins peuvent enfin sortir de la contrainte. La licence s'affiche haut et fort. Plus que jamais elle est aristocratique et brillante.  Alors le courant libertin se métamorphose, se scinde en deux. Certes, l'ensemble des libertins refuse tout assujettissement aux lois de l'Église, mais les "Lumières", ces  "idées modernes" enfantées par le XVIIe siècle, séparent les libertins philosophes des autres, plus jouisseurs, ceux dont "la grande affaire est le plaisir". Pour ces derniers, tout est là. C'est alors que le libertinage devient art de vivre, une esthétique, un souci, un devoir d'élégance… Le libertinage devient aussi un génie de la mise en scène, le père d'un art de vivre neuf.  Mais sous des dehors charmants, la cruauté est à fleur. Et bien souvent la tendre guerre, oublie l'amour pour ne penser qu'aux plaisirs de Mars.  

Les Liaisons dangereuses 
Ce titre à lui seul claque comme un étendard du XVIIIe s. Car il porte avec lui non seulement l'art du libertinage, mais encore la rumeur des salons, l'écho des fêtes et des duels, le faste — parfois teinté d'un brin d'ennui — de la paisible vie de province dans un agréable château…   Mais cette façade si jolie cache bien des lézardes, des déserts de l'âme.  Roman à clef… Doit-on voir dans ce roman un roman à clef ?  D'emblée la réponse est non. Encore que ça et là des auteurs aient cru déceler des éléments de vérité qui se seraient fondés sur certains événement ayant défiés, en leur temps, les chroniques mondaines - et forcément scandaleuses - de l'Isère…  Alors, si roman à clef il y a, ce serait plutôt la clef d'une peinture. Celle d'une petite société, brillante et cruelle, hédoniste, ivre de ses plaisirs. Une société en marge du monde, mais remarquée et connue de tous, qui à la fois fascine et attire la haine et qui, très souvent, est dénoncée par les moralistes. Roman à clef alors uniquement dans ce sens… Encore que la stricte vérité voudrait que la clef ait été ôtée, afin que, par délicatesse et indiscrétion, l'on puisse regarder, sans trop de gêne, par le trou de la serrure. Roman par lettres*…  Comble du raffinement, le trou de la serrure est assez large pour que des lettres y passent. Comble du raffinement encore, l'écriture de Choderlos de Laclos, dans chaque lettre, possède son ton propre et, finement, cisèle la psychologie des personnages.  Mme de Merteuil est superbement cynique et manipulatrice, Valmont est un jouisseur pris au piège de ses sens et Mme de Tourvel est belle, charmante, sensible, naïve, hélas! Et trop éprise d'absolu. Tour à tour Cécile est sotte, mais ravissante comme un bouton de rose, tentante comme un de ces beaux fruits du début de l'été et ingénue surtout. Danceny est fat comme seul un fat sait l'être, mais finalement bon peut-être, perverti en tous cas et manipulé par dessus tout : un gandin mené par bout du nez. Mme de Rosemonde est une bonne-maman comme tout le monde en rêve et Mme de Volanges, aigrie, trop vite vieillie, trône sur un "quant-à-soi" aussi solide qu'un roc. Elle fait partie de ces femmes que Voltaire définit d'un mot, d'un seul, cruel mais juste : "Perdre sa jeunesse, sa beauté, ses passions, c'est là le vrai malheur. Voilà pourquoi tant de femmes se font dévotes à cinquante ans et se sauvent d'un ennui par un autre". Tout ce monde va s'agiter, pour ses plaisirs et pour sa perte. Mais, pour comble de notre bonheur, personne jamais ne sera jugé. C'est la force suprême de ce pur roman épistolaire, qui, à aucun, moment n'est coupé d'interventions du narrateur pouvant glisser un quelconque jugement de valeur. C'est une sorte d'exposé, froid presque, tactique en tous cas. N'oublions pas que Choderlos de Laclos est avant tout un militaire de carrière !

*Le roman de Pierre Choderlos de Laclos [1741 - 1803] s'inscrit dans un genre, très en vogue depuis le XVIIe s. au moins : le roman épistolaire. Toute la force de ce type de roman est de ne paraître laisser aucune place au narrateur, tandis que l'on sait bien que c'est lui seul qui, par l'agencement des lettres, le recoupement ou la proximité de certain échanges épistolaires, subtilement, guide pas à pas les sentiments du lecteur et le mène par là où il veut que l'on passe ! [Cf. infra "Des lettres en livres"] 

Des lettres en livres 
L'idée de produire des lettres privées au public a longtemps semblé une énormité. Car la lettre est un document intime autour duquel flotte un sentiment de sacré qui, plus ou moins consciemment, est accompagné de cette idée que "c'est une conversation entre personnes absentes" [Dictionnaire de Trévoux, 1721] et donc ne regarde que ceux qui les échangent.  Pourtant depuis les Lettres des incluses dans le Nouveau Testament [commes celles de Paul] il existe une longue tradition. Mais c'est que l'auteur s'adresse par ce biais à une foule qui ne connaît ni les limites du nombre, ni celles du temps. A ce titre, les Épîtres des Pères de l'Église, de quelques Saints et de doctes personnages ne sont donc pas des documents intimes. Il est aussi des auteurs qui, à l'instar de Guez de Balzac dès le début du XVIIe s.,  ne songent qu'à la postérité en écrivant leurs lettres familières. Ces épistoliers sont vite raillés et leurs courriers pour la plupart bien fades sont tombés dans l'oubli, comme ils sont tombés des mains de ceux à qui ils étaient supposés être destinés…  Pourtant, ça et là, des contre-exemples naissent… Mais c'est qu'alors ces lettres ne sont ni "fausses", ni apprêtées. Elles maillent les ouvrages pompeux des mémorialistes et, charme unique, ont le don de lever un peu le voile sur une intimité jusqu'alors sévèrement gardée. Le public ne s'y trompe pas. Ces quelques lignes emportent tout l'ouvrage. Bientôt le nom de l'auteur du volume est négligé et celui de l'épistolier vole de lèvres en lèvres. C'est la très célèbre histoire de la correspondance de Mme de Sévigné…  Mais quelques auteurs ont compris la demande du public. Ce charme, cette simplicité, cet abandon qui font de la lettre privée une lecture si délectable devient un exercice. La publication, en 1669 des Lettres de la Religieuse Portugaise — qu'on a crues authentiques jusqu'en 1926 lorsqu'on a découvert que Guillegarde en était l'auteur — lance un genre nouveau  : le roman par lettre.  "Au lecteur J'ai trouvé les moyens, avec beaucoup de soin et de peine, de recouvrer une copie correcte de la traduction de cinq Lettres portugaises qui ont été écrites à un gentilhomme de qualité, qui servait en Portugal. J'ai vu tous ceux qui se connaissent en sentiments, ou les louer, ou les chercher avec tant d'empressement, que j'ai cru que je leur ferais un singulier plaisir de les imprimer. Je ne sais point le nom de celui auquel on les a écrites, ni de celui qui en a fait la traduction, mais il m'a semblé que je ne devais pas leur déplaire en les rendant publiques. Il est difficile qu'elles n'eussent enfin paru avec des fautes d'impression qui les eussent défigurées." Guillegarde "Avertissement" des Lettres de la Religieuse Portugaise 1669. Le genre, d'abord "monodique", comme une longue confession ou conversation solitaire, évolue rapidement. Des réponses y figurent, d'autres voix s'y mêlent, puis, comme chez Choderlos de Laclos, c'est tout un monde qui se dévoile… Désormais le lecteur a le sentiment de passer du rang de spectateur à celui de voyeur.   

UNE TRAGÉDIE CLASSIQUE 
Le XVIIIe s., si brillant et encore si présent par l'immensité de son legs dans notre culture contemporaine, est pétri du souffle de la tragédie classique. Les meilleurs exemples restant toujours Corneille et Racine. Hélas ! Malgré les efforts de nombre d'auteurs, le tragique, au théâtre, n'a, à cette époque ; guère connu de renouveau. Il est tour à tour grandiloquent et larmoyant et ne nous touche plus guère. La fine fleur de l'esprit se retrouve bien plus dans les comédies de mœurs dont Marivaux et Beaumarchais restent les modèles. Mais la vaste trame, la construction impeccable du sens tragique demeure.  C'est pourquoi il est aisé d'en retrouver la trace dans Les Liaisons Dangereuses. Roman épistolaire, certes, mais qui implique aussi une forte construction dramatique, une sorte de montée en puissance jusqu'à des dénouements échelonnés dans un dernier acte marqué par le tragique, par la destruction et l'anéantissement même de nombre de ses protagonistes.  Insensiblement on passe du badinage mondain, des rumeurs de salons, des amours-propres écorchés, des vanités toutes gonflées d'orgueil, des fausses confidences - et des vraies d'ailleurs aussi parfois sans que l'on puisse toujours distinguer la fragile limite - aux roueries de l'amour conquérant.  Mais au fait cette recherche effrénée est-elle bien de l'amour ? Ne serait-ce pas un simple voile de pudeur jeté sur une inclinaison au plaisir de la jouissance, au goût d'un érotisme vainqueur ? Et les armes de ce dévoiement des sentiments, de cette guerre véritable menée au nom de la sensualité égoïste, n'est-elle pas une fois pour toute une rivalité des esprits et des intelligences ?  N'est-elle pas encore une volonté de maîtriser son destin, de faire un pied de nez aux vertus morales qui sous-tendent la société : Dieu et les Lois ?  Une lutte de suprématie, une lutte à mort menée par le libertin en révolte contre les dits et les interdits ? Un poison d'orgueil, une tentative délibéré et peut-être désespérée de conquête de la seule vraie part d'humanité : la liberté.
Jean-Yves Patte 
© FREMEAUX & ASSOCIES / GROUPE FREMEAUX COLOMBINI SA, 2001 

DISCOGRAPHIE 
PREMIERE PARTIE
CD1
1  Préface du Rédacteur  9,41
2 LETTRE 1 Céciles Volanges à Sophie Carnay 3 août 17** 3,37
3 LETTRE 2 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 4 août 17** 3,19
4 LETTRE 3 Céciles Volanges à Sophie Carnay 4 août 17** 1,59
5 LETTRE 4 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil 5 août 17** 4,34
6 LETTRE 5 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 7 août 17** 4,32
7 LETTRE 6 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil 9 août 17** 6,17
8 LETTRE 7 Céciles Volanges à Sophie Carnay 7 août 17** 1,35
9 LETTRE 8 La Présidente de Tourvel à Madame de Volanges 9 août 17** 2,40
10 LETTRE 9 Madame de Volanges à la Présidente de Tourvel 11 août 17** 4,03
11 LETTRE 10 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 12 août 17** 8,57
12 LETTRE 11 La Présidente de Tourvel à Madame de Volanges 13 août 17** 4,31
13 LETTRE 12 Céciles Volanges à la Marquise de Merteuil 13 août 17** 0,42
14 LETTRE 13 La Marquise de Merteuil à Cécile Volanges 13 août 17** 0,47
15 LETTRE 14 Cécile Volanges à Sophie Carnay 14 août 17** 2,14
16 LETTRE 15 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil 15 août 17** 3,28
17 LETTRE 16 Cécile Volanges à Sophie Carnay 19 août 17** 3,23
18 LETTRE 17 Le Chevalier Danceny à Cécile Volanges 18 août 17** 2,06
19 LETTRE 18 Cécile Volanges à Sophie Carnay 20 août 17** 4,12
20 LETTRE 19 Cécile Volanges au Chevalier Danceny 20 août 17** 1,10

CD2
1 LETTRE 20 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 20 août 17** 4,03
2 LETTRE 21 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil 20 août 17** 5,49
3 LETTRE 22 La Présidente de Tourvel à Madame de Volanges 20 août 17** 3,19
4 LETTRE 23 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil 21 août 17** 9,10
5 LETTRE 24 Le Vicomte de Valmont à la Présidente de Tourvel 20 août 17** 3,20
6 LETTRE 25 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil 22 août 17** 2,56
7 LETTRE 26 La Présidente de Tourvel au Vicomte de Valmont 21 août 17** 3,17
8 LETTRE 27 Cécile Volanges à la Marquise de Merteuil 23 août 17** 3,37
9 LETTRE 28 Le Chevalier Danceny à Cécile Volanges 23 août 17** 2,16
10 LETTRE 29 Cécile Volanges à Sophie Carnay 24 août 17** 2,23
11 LETTRE 30 Cécile Volanges au Chevalier Danceny 24 août 17** 1,39
12 LETTRE 31 Le Chevalier Danceny à Cécile Volanges 25 août 17** 2,09
13 LETTRE 32 Madame de Volanges à la Présidente de Tourvel 24 août 17** 5,38
14 LETTRE 33 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 24 août 17** 4,09
15 LETTRE 34 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil 25 août 17** 6,41
16 LETTRE 35 Le Vicomte de Valmont à la Présidente de Tourvel 21 août 17** 4,07
17 LETTRE 36 Le Vicomte de Valmont à la Présidente de Tourvel 23 août 17** 5,47
18 LETTRE 37 La Présidente de Tourvel à Madame de Volanges 25 août 17** 2,14

CD3
1 LETTRE 38 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 27 août 17** 3,35
2 LETTRE 39 Cécile Volanges à Sophie Carnay 27 août 17** 2,52
3 LETTRE 40 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  4,36
4 LETTRE 41 La Présidente de Tourvel au Vicomte de Valmont 25 août 17** 2,53
5 LETTRE 42 Le Vicomte de Valmont à la Présidente de Tourvel 26 août 17** 2,38
6 Suite lettre 40   3,31
7 LETTRE 43 La Présidente de Tourvel au Vicomte de Valmont 27 août 17** 2,50
8 LETTRE 44 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  28 août 17** 11,56
9 LETTRE 45 La Présidente de Tourvel à Madame de Volanges 29 août 17** 1,31
10 LETTRE 46 Le Chevalier Danceny à Cécile Volanges 29 août 17** 2,36
11 LETTRE 47 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  30 août 17** 3,32
12 LETTRE 49 Cécile Volanges au Chevalier Danceny 31 août 17** 1,49

SECONDE PARTIE
13 LETTRE 51
 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 2 septembre 17** 4,53
14 LETTRE 52 Le Vicomte de Valmont à la Présidente de Tourvel 3 septembre 17** 4,56
15 LETTRE 53 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  3 septembre 17** 2,16
16 LETTRE 54 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 4 septembre 17** 3,16
17 LETTRE 55 Cécile Volanges à Sophie Carnay 4 septembre 17** 3,06
18 LETTRE 56 La Présidente de Tourvel au Vicomte de Valmont 5 septembre 17** 3,42
19 LETTRE 57 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  5 septembre 17** 4,01
20 LETTRE 58 Le Vicomte de Valmont à la Présidente de Tourvel 7 septembre 17** 3,57

CD4
1 LETTRE 59 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  8 septembre 17** 1,27
2 LETTRE 60 Le Chevalier Danceny au Vicomte de Valmont 8 septembre 17** 1,16
3 LETTRE 61 Cécile Volanges à Sophie Carnay 7 septembre 17** 2,50
4 LETTRE 62 Madame de Volanges au Chevalier Danceny 7 septembre 17** 1,30
5 LETTRE 63 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 9 septembre 17** 5,08
6 SUITE 63   6,46
7 LETTRE 64 Le Chevalier Danceny à Madame de Volanges 9 septembre 17** 4,58
8 LETTRE 65 Le Chevalier Danceny à Cécile Volanges 9 septembre 17** 3,15
9 LETTRE 66 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  9 septembre 17** 2,55
10 LETTRE 67 La Présidente de Tourvel au Vicomte de Valmont 9 septembre 17** 2,46
11 LETTRE 68 Le Vicomte de Valmont à la Présidente de Tourvel 10 septembre 17** 3,41
12 LETTRE 69 Cécile Volanges au Chevalier Danceny 10 septembre 17** 1,04
13 LETTRE 70 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  11 septembre 17** 5,05
14 LETTRE 72 Le Chevalier Danceny à Cécile Volanges 11 septembre 17** 2,17
15 LETTRE 73 Le Vicomte de Valmont à Cécile Volanges 14 septembre 17** 4,16
16 LETTRE 74 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 15 septembre 17** 2,15
17 LETTRE 75 Cécile Volanges à Sophie Carnay 14 septembre 17** 2,00
18 LETTRE 76 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  17 septembre 17** 6,11
19 SUITE 76   5,44
20 LETTRE 80 Le Chevalier Danceny à Cécile Volanges 18 septembre 17** 4,02
21 LETTRE 82 Cécile Volanges au Chevalier Danceny 21 septembre 17** 3,50

CD5
1 LETTRE 81 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 20 septembre 17** 4,48
2 SUITE 81   1,52
3 SUITE 81   8,01
4 LETTRE 84 Le Vicomte de Valmont à Cécile Volanges 24 septembre 17** 3,27
5 LETTRE 85 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 25 septembre 17** 6,05
6 SUITE 85   6,16
7 SUITE 85   6,28
8 LETTRE 86 La Maréchale de *** à la Marquise de Merteuil 25 septembre 17** 1,12
9 LETTRE 87 La Marquise de Merteuil à Madame de Volanges 26 septembre 17** 4,37 

TROISIEME PARTIE
10 LETTRE 88 Cécile Volanges au Vicomte de Valmont 26 septembre 17** 2,18
11 LETTRE 89 Le Vicomte de Valmont au Chevalier Danceny 26 septembre 17** 2,14
12 LETTRE 90 La Présidente de Tourvel au Vicomte de Valmont 27 septembre 17** 4,50
13 LETTRE 91 Le Vicomte de Valmont à la Présidente de Tourvel 27 septembre 17** 3,52
14 LETTRE 92 Le Chevalier Danceny au Vicomte de Valmont 27 septembre 17** 2,59
15 LETTRE 93 Le Chevalier Danceny à Cécile Volanges 27 septembre 17** 2,59
16 LETTRE 94 Cécile Volanges au Chevalier Danceny 28 septembre 17** 2,28
17 LETTRE 95 Cécile Volanges au Vicomte de Valmont 28 septembre 17** 1,41

CD6
1 LETTRE 96 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  1er octobre 17** 5,12
2 SUITE 96   6,50
3 LETTRE 97 Cécile Volanges à la Marquise de Merteuil  1er octobre 17** 5,25
4 LETTRE 98 Madame de Volanges à la Marquise de Merteuil  2 octobre 17** 5,52
5 LETTRE 99 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  2 octobre 17** 6,34
6 SUITE 99   6,41
7 LETTRE 100 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  3 octobre 17** 6,45
8 LETTRE 101 Le Vicomte de Valmont à Azolan 3 octobre 17** 3,39
9 LETTRE 102 La Présidente de Tourvel à Madame de Rosemonde 3 octobre 17** 5,42
10 LETTRE 103 Madame de Rosemonde à la Présidente de Tourvel 3 octobre 17** 3,58
11 LETTRE 104 La Marquise de Merteuil à Madame de Volanges 4 octobre 17** 3,37
12 SUITE 104   5,49
13 LETTRE 105 La Marquise de Merteuil à Cécile Volanges 4 octobre 17** 7,45

CD7
1 LETTRE 106 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 4 octobre 17** 6,07
2 LETTRE 107 Azolan au Vicomte de Valmont  5 octobre 17** 5,45
3 LETTRE 108 La Présidente de Tourvel à Madame de Rosemonde 5 octobre 17** 4,35
4 LETTRE 109 Cécile Volanges à la Marquise de Merteuil  10 octobre 17** 3,38
5 LETTRE 110 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  11 octobre 17** 4,20
6 SUITE 110   4,24
7 LETTRE 111 Le Comte de Gercourt à Madame de Volanges 10 octobre 17** 1,33
8 LETTRE 112 Madame de Rosemonde à la Présidente de Tourvel 14 octobre 17** 2,20
9 LETTRE 113 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 15 octobre 17** 5,12
10 LETTRE 114 La Présidente de Tourvel à Madame de Rosemonde 16 octobre 17** 2,52
11 LETTRE 115 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  19 octobre 17** 3,37
12 SUITE 115   5,21
13 LETTRE 116 Le Chevalier Danceny à Cécile Volanges 17 octobre 17** 3,11
14 LETTRE 117 Cécile Volanges au Chevalier Danceny 18 octobre 17** 2,29
15 LETTRE 118 Le Chevalier Danceny à la Marquise de Merteuil 19 octobre 17** 4,04
16 LETTRE 119 Madame de Rosemonde à la Présidente de Tourvel 20 octobre 17** 2,06
17 LETTRE 120 Le Vicomte de Valmont au Père Anselme 22 octobre 17** 2,25
18 LETTRE 122 Madame de Rosemonde à la Présidente de Tourvel 25 octobre 17** 5,43
19 LETTRE 123 Le Père Anselme au Vicomte de Valmont 25 octobre 17** 2,45

CD8
1 LETTRE 124 La Présidente de Tourvel à Madame de Rosemonde 25 octobre 17** 7,01

QUATRIEME PARTIE
2 LETTRE 125 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  29 octobre 17** 6,13
3 SUITE 125   1,09
4 SUITE 125   6,54
5 LETTRE 126 Madame de Rosemonde à la Présidente de Tourvel 30 octobre 17** 4,40
6 LETTRE 127 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 31 octobre 17** 3,22
7 LETTRE 128 La Présidente de Tourvel à Madame de Rosemonde 1er novembre 17** 2,40
8 LETTRE 129 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  3 novembre 17** 1,35
9 LETTRE 131 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 6 novembre 17** 3,53
10 LETTRE 133 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  8 novembre 17** 2,29
11 LETTRE 134 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 11 novembre 17** 4,00
12 LETTRE 135 La Présidente de Tourvel à Madame de Rosemonde 15 novembre 17** 5,15
13 LETTRE 136 La Présidente de Tourvel au Vicomte de Valmont 15 novembre 17** 1,34
14 LETTRE 137 Le Vicomte de Valmont à la Présidente de Tourvel 15 novembre 17** 6,14
15 LETTRE 138 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  15 novembre 17** 3,49
16 LETTRE 139 La Présidente de Tourvel à Madame de Rosemonde 16 novembre 17** 2,21

CD9
1 LETTRE 140 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  21 novembre 17** 4,22
2 LETTRE 141 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 24 novembre 17** 5,53
3 LETTRE 142 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  27 novembre 17** 2,06
4 LETTRE 143 La Présidente de Tourvel à Madame de Rosemonde 27 novembre 17** 1,28
5 LETTRE 144 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  28 novembre 17** 5,31
6 LETTRE 145 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 29 novembre 17** 3,43
7 LETTRE 146 La Marquise de Merteuil au Chevalier Danceny 29 novembre 17** 2,19
8 LETTRE 147 Madame de Volanges à Madame de Rosemonde 29 novembre 17** 6,30
9 LETTRE 148 Le Chevalier Danceny à la Marquise de Merteuil  1er décembre 17** 3,04
10 LETTRE 150 Le Chevalier Danceny à la Marquise de Merteuil  3 décembre 17** 4,01
11 LETTRE 151 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  3 décembre 17** 2,28
12 LETTRE 152 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 4 décembre 17** 4,52
13 LETTRE 153 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  4 décembre 17** 1,53
14 LETTRE 154 Madame de Volanges à Madame de Rosemonde 5 décembre 17** 1,30
15 LETTRE 155 Le Vicomte de Valmont au Chevalier Danceny 5 décembre 17** 6,24
16 LETTRE 156 Cécile Volanges au Chevalier Danceny 4 décembre 17** 2,59
17 LETTRE 157 Le Chevalier Danceny au Vicomte de Valmont 5 décembre 17** 2,30
18 LETTRE 158 Le Vicomte de Valmont à la Marquise de Merteuil  6 décembre 17** 2,35
19 LETTRE 159 La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont 6 décembre 17** 0,34
20 LETTRE 160 Madame de Volanges à Madame de Rosemonde 6 décembre 17** 1,49
21 LETTRE 161 La Présidente de Tourvel à … 5 décembre 17** 4,45

CD10
1 LETTRE 162 Le Chevalier Danceny au Vicomte de Valmont 6 décembre 17** 0,53
2 LETTRE 163 M. Bertrand à Madame de Rosemonde 7 décembre 17** 3,31
3 LETTRE 164 Madame de Rosemonde à M. Bertrand 8 décembre 17** 1,44
4 LETTRE 165 Madame de Volanges à Madame de Rosemonde 9 décembre 17** 6,54
5 LETTRE 166 M. Bertrand à Madame de Rosemonde 10 décembre 17** 1,14
6 LETTRE 167 Anonyme à M. Le Chevalier Danceny 10 décembre 17** 1,38
7 LETTRE 168 Madame de Volanges à Madame de Rosemonde 11 décembre 17** 5,08
8 LETTRE 169 Le Chevalier Danceny à Madame de Rosemonde 12 décembre 17** 4,40
9 LETTRE 170 Madame de Volanges à Madame de Rosemonde 13 décembre 17** 5,03
10 LETTRE 171 Madame de Rosemonde au Chevalier Danceny 15 décembre 17** 3,37
11 LETTRE 172 Madame de Rosemonde à Madame de Volanges 15 décembre 17** 2,51
12 LETTRE 173 Madame de Volanges à Madame de Rosemonde 18 décembre 17** 6,22
13 LETTRE 174 Le Chevalier Danceny à Madame de Rosemonde 26 décembre 17** 3,05
14 LETTRE 175 Madame de Volanges à Madame de Rosemonde 14 janvier 17** 3,43 

AVERTISSEMENT DE L’EDITEUR* 
Nous croyons devoir prévenir le Public que, malgré le titre de cet ouvrage et ce qu’en dit le Rédacteur dans sa Préface, nous ne garantissons pas l’authenticité de ce Recueil, et que nous avons même de fortes raisons de penser que ce n’est qu’un roman. Il nous semble de plus que l’Auteur, qui paraît pourtant avoir chercher la vraisemblance, l’a détruite lui-même et bien maladroitement, par l’époque où il a placé les évènements qu’il publie. En effet, plusieurs des personnages qu’il met en scène ont de si mauvaises mœurs, qu’il est impossible de supposer qu’ils aient vécu dans notre siècle ; dans ce siècle de philosophie, où les lumières, répandues de toutes parts, ont rendu, comme chacun sait, tous les hommes si honnêtes et toutes les femmes si modestes et si réservées. Notre avis est donc que si les aventures rapportées dans cet Ouvrage ont un fonds de vérité, elles n’ont pu arriver que dans d’autres lieux ou dans d’autres temps ; et nous blâmons beaucoup l’Auteur, qui, apparemment par l’espoir d’intéresser davantage en se rapprochant plus de son siècle et de son pays, a osé faire paraître sous notre costume et avec nos usages, des mœurs qui nous sont si étrangères. Pour préserver au moins, autant qu’il est en nous, le Lecteur trop crédule de toute surprise à ce sujet, nous appuierons notre opinion d’un raisonnement que nous lui proposons avec confiance, parce qu’il nous paraît victorieux et sans réplique ; c’est que sans doute les mêmes causes ne manqueraient pas de produire les mêmes effets, et que cependant nous ne voyons point aujourd’hui de Demoiselle, avec soixante mille livres de rente, se faire Religieuse, ni de Présidente, jeune et jolie, mourir de chagrin. 
* Publié dans l’édition originale des Liaisons Dangereuses.

Ecouter LES LIAISONS DANGEREUSES Choderlos de Laclos (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




PisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 LETTRES 1 A 19 - MIKAEL13'57
CD 2
01 LETTRES DE 20 A 37 - MIKAEL12'46
CD 3
01 LETTRES DE 38 A 58 - MIKAEL13'16
CD 4
01 LETTRES DE 59 A 82 - MIKAEL12'31
CD 5
01 LETTRES DE 81 A 95 - MIKAEL12'18
CD 6
01 LETTRES DE 96 A 105 - MIKAEL13'57
CD 7
01 LETTRES DE 106 A 123 - MIKAEL12'43
CD 8
01 LETTRES 124 A 139 - MIKAEL12'25
CD 9
01 LETTRES 140 A 161 - MIKAEL13'24
CD 10
01 LETTRES 162 A 175 - MIKAEL50'30
"Les Liaisons Dangereuses" Choderlos De Laclos par Le Point

“Une Merteuil et un Valmont de rêve que l’on peut retrouver en coffret de 10 cd.” B. H., LE POINT




"Les Liaisons Dangereuses" Choderlos De Laclos par Le Magazine Littéraire

“Voici à écouter l’intégralité du chef-d’oeuvre. Ludmila Mikael en marquise de Merteuil et Didier Sandre en Valmont.” V. MARIN LA MESLÉE, LE MAGAZINE LITTÉRAIRE




"Les Liaisons Dangereuses" Choderlos De Laclos par Centre Ouest

“Le meilleur des livres sonores.” Christophe DESHOULIÈRES, CENTRE OUEST

“Le meilleur des livres sonores.” Christophe DESHOULIÈRES, CENTRE OUEST




« Jeu féroce de la duplicité » par Notes Bibliographiques

Quel plaisir raffiné d’écouter les perfidies de la Marquise de Merteuil, les prétentions du Vicomte de Valmont, les tourments de la belle dévote de Tourvel, les naïvetés de la très jeune Cécile et la fougue du chevalier Dancenis. Les personnages sont en place pour ce jeu féroce de la duplicité, de l’amour bafoué et de la vengeance de cette société où règnent débauche et hypocrisie…Seule est respectable la vieille Madame de Rosemonde qui reçoit les confidences et y répond avec dignité et charité chrétienne. L’écoute de ces cent soixante-quinze lettres pourrait paraître longue si les textes, écrits en 1782 dans un merveilleux français, n’étaient dits avec le plus grand talent et des voix parfaitement adaptées à chaque rôle. La morale sera sauve et chacun sera puni de la manière qui convient le mieux à sa faute. Une écoute dont l’agrément se prolonge encore longtemps après la fin du dernier CD. Livret avec analyse et discographie joint.
NOTES BIBLIOGRAPHIQUES




« Absolument réussi » par Écouter Voir

Ludmilla Mikael et Didier Sandre s’attaquent à la lecture des Liaisons dangereuses dans les rôles respectifs de Madame de Merteuil et du Vicomte de Valmont…Faut-il encore présenter ce sommet de la littérature décadente et perverse ? Depuis 1782, date approximative de leur première parution, Les liaisons dangereuses n’ont cessé de partager l’opinion populaire et intellectuelle, de proposer des jeux amoureux malsains, d’ouvrir les yeux des âmes pures sur des abîmes de complexité et de forger autre chose que la morale de l’École romantique. Absolument réussi, l’ouvrage est essentiel…L’enregistrement proposé aujourd’hui ne parvient pas à faire oublier l’écrit : sa lenteur, sa pesanteur, son déroulement lent et serpentueux. Pourtant les lecteurs/acteurs jouent correctement leur rôle et donnent toute la profondeur possible à l’oral. Livret de seize pages intéressant. Mais encore une fois, on préférera une bonne lecture…
ÉCOUTER VOIR




« Étonnante modernité » par L’Enseignant

Il faut redécouvrir ce roman épistolaire de 1782 écrit par Choderlos de Laclos. Ni condamnation, ni éloge du mal mais constat qui reste d’une étonnante modernité. Didier Sandre (le vicomte de Valmont), Ludmilla Mikael (la marquise de Merteuil) et les autres comédiens qui lisent ces 175 lettres sont à la hauteur du texte.
L’ENSEIGNANT




« Exigence de qualité » par Centre Presse

Malgré les efforts de deux générations de nouveaux éditeurs (Montalbetti chez Auvidis, puis l’équipe de chez Frémeaux & Associés), les collections de livres sonores sont rarement comparables à celles de l’édition littéraire « papier »…Trop souvent, par souci d’économie et pour toucher un grand public fantôme, on coupe les textes, on les adapte avec niaiserie…Un bon livre devient alors un mauvais feuilleton radiophonique. Ou alors, on exploite des comédiens populaires sans affinités avec les écrivains qu’ils lisent. Heureusement, la présente publication des « Liaisons dangereuses » est d’une telle exigence de qualité qu’elle fera désormais référence : non seulement l’essentiel du texte est respecté, mais le choix des comédiens est digne d’un vrai théâtre d’art…Qui, depuis Antoine Vitez, a pu réunir une telle affiche au service d’un grand texte ? Didier Sandre & Ludmilla Mickael aux charmes intelligents, rejoints par l’excellente Agnès Sourdillon…oui, quel théâtre saurait les réunir ? La scène de l’écoute au grand spectacle de l’imagination.
Christophe DESHOULIÈRES - CENTRE PRESSE




« Voix de Ludmila Mikaël » par Denis Podalydès

[…] Ludmila Mikaël fait entendre un chant aplani, unique, voué J’aimais, seigneur, j’aimais, je voulais être aimée entièrement à l’amour Ce jour, je l’avouerai n’ayant d’autre désir que le désir d’amour je me suis alarmé d’autre souci que le souci d’amour J’ai cru que votre amour allait finir son cours d’autre raison que la raison d’amour Je connais mon erreur et vous m’avez toujours. Un voile jaune (dans mon souvenir, il est jaune – orangé ?) flotte au petit vent qui vient du fond-jardin. Porte du palais par où entre tout étranger à ces lieux. A droite, voûte épaisse, romaine, dont le sommet est ajouré, comme le Panthéon à Rome. Monte continûment une fumée légère, s’échappant d’une pierre massive, votive, posée au sol, à l’aplomb de cette ouverture. […] Denis PODALYDES, « VOIX OFF » © MERCURE DE FRANCE




« La lecture est une mise à nu » par Didier Sandre

[…] Quand Didier Sandre lit un texte, c’est après l’avoir beaucoup travaillé. « Je l’aborde comme un rôle. Cependant, c’est tout autre chose que le théâtre. Dès que le corps se meut dans l’espace, qu’il est costumé, cela suppose un glissement vers le personnage qu’on interprète et derrière lequel on se retranche. Mais quand je lis, je reste moi-même. Je m’expose davantage. La lecture est une mise à nu. » Propos de Didier SANDRE, recueillis par Raphaël DE GUBERNATIS - LE NOUVEL OBSERVATEUR




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...