VICTOR HUGO POESIES

MICHEL BOUQUET LIT VICTOR HUGO

Plus de détails

Livret : 16 PAGES
Nombre de CDs : 2


29,99 € TTC

FA8032

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


Victor Hugo par Michel Bouquet en 2 CD.

Tout est là, enchassé dans le rythme des vers, dans le flux et le reflux des rimes, en des formules définitives qui, au delà du 'bonhomme Hugo', emportent l'imaginaire, ouvrent des champs plus vastes, font respirer la poitrine plus grande. Comment feindre encore d'ignorer qu'il a ouvert les portes de la modernité ? Comment concevoir la poésie contemporaine sans la sienne ? Elève de Dupé, Gaston Litaize - concertiste réputé - a toujours cherché, au travers de son oeuvre, a faire partager le sens du mystère de la musique empreinte d'une haute dimension religieuse. C'est donc tout naturellement que ses fulgurences se marient ici à la pensée et au vers de Victor Hugo.
Marguerite Marniquet & Patrick Frémeaux

Tous les poèmes sont précédés d’une création musicale : CD 1 : Oceano nox • Clair de Lune • Tu peux comme il te plaît… • Soleil couchant • Demain • Vieille chanson du jeune temps • Autre chanson • Lorsque l’enfant paraît • Jeanne était au pain sec • Le portrait d’une enfant • Puissance égale bonté • Dieu c’est le jour sans borne • CD 2 : L’âme en fleur • Notre ancienne dispute • Ou est donc le bonheur ? • A une jeune fille • Choix entre deux passants • Ce que c’est la mort • A un passant • LA source • Dieu fait les questions • Chanson • Choses vues un jour de printemps • O Dieu, si vous avez… • Les commissions mixtes • Ami, un dernier mot.

Production : Frémeaux & Associés après cession de Didakhé."

MICHEL BOUQUET dit VICTOR HUGO

MICHEL BOUQUET dit VICTOR HUGO
ŒUVRES POÉTIQUES
 

BICENTENAIRE VICTOR HUGO 




“Les poètes et les artistes de ce temps-là étaient des hugolâtres féroces aimant les belles rimes avec sauvagerie”.
[Th. de Banville] 

“Il jetait des vers «comme une machine qui aurait été montée pour cela» [V.H.], avec une sorte d’inconscience grandiose. Victor Hugo a pu être surnommé le Gengis Khan de la littérature. Sa force d’irruption dans la prose et dans les vers est comparable A la course effrénée d’un torrent. (...) Entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, il n’est pas de halte, de station intermédiaire où s’apaise son souffle.”
[Gustave Merlet] 

De “l’enfant sublime” qui dès 1820 avait enthousiasmé Chateaubriand, au vieillard magnifique des années 1880, véritable incarnation de “l’instrument poétique (...) le plus sonore qui ait jamais vibré aux quatre vents de l’esprit” [Alexandre Dumas] et dans lequel la France entière se reconnaissait, Victor Hugo n’a pas laissé une facette du cœur humain dans l’ombre. Dès les premiers temps de sa gloire – dont la marche débute l’année de ses quinze ans – il puise à pleine main dans le feu des dernières forces du Classicisme. Puis, avec panache, il est de ceux qui ferment les portes de ce monde qui s’ennuie obnubilé par son passé, anéantit par la Chute de l’aventure Napoléonienne. Si la France reprend son souffle après tant de guerres, la jeunesse s’ennuie devant les rayons de la gloire qui s’enfuit...  “J’ai des rêves de gloire en mon âme inquiète, J’aurais été soldat si je n’étais poète”                                                  
Victor Hugo 

En tournant le dos aux ratiocinations des vieillards pétris d’Ancien Régime et aux souvenirs devenus amers des fervents admirateurs idolâtres de Napoléon Ier, Victor Hugo s’apprête à franchir, aux côtés de Lamartine et devant Musset, les arches du Romantisme. Loin de confesser l’ennui d’un “enfant du siècle”, Hugo chevauche avec fougue la cavale romantique. Sous son étreinte, elle deviendra bête fantastique et porte au loin le “manifeste romantique” de la préface de Cromwell [1825]... Désormais, il est “une force qui va”. Comment ne pas avec respect “fléchir un peu le genou” devant non seulement une telle œuvre, mais devant un tel homme? En l’ignorant simplement et feignant de le mépriser? Mais gare aux oublis programmés... Les retours de la mémoire sont parfois terribles et les vieux fantômes, dont on croyait avoir renvoyé les esprits dans les limbes pacifiques et radieuses, n’en finissent plus de hanter. Quoiqu’on dise, quoiqu’on fasse, le poète qui embrase le XIXe siècle est toujours là, et même sa mort n’a pas, selon ses propres mots, “désempli le monde” (1885). Car son génie n’est-il pas véritablement d’avoir bous­culé – tant par ses convictions politiques, métaphysiques, son exaltation devant les forces brutes de la nature [tant celles du sublime que de l’ordure], ses engagements politiques résolument humanistes, ses refus – les idées reçues de son siècle? Si son œuvre politique est aujourd’hui masquée, c’est que son œuvre poétique l’emporte bien au-delà, ra­masse et transcende tout ce qu’il fut. Tout est là, en­chassé dans le rythme des vers, dans le flux et le reflux des rimes, en des formules définitives qui, au delà du “bonhomme Hugo”, emportent l’imaginaire, ouvrent des champs plus vastes, font respirer la poitrine plus grande.  Comment feindre encore d’ignorer qu’il a ouvert les portes de la modernité? Comment concevoir la poésie contemporaine sans la sienne? Mais plus encore, il a su ramener le sentiment de l’épique, de la grande fresque jusque dans ses romans. Qui ne sait sonder la force des mots dans ses écrits engagés, qui ne connaît ne serait-ce que les “Misérables” qui lui ont valu la véritable grandeur d’un “saint laïc”, sinon d’un saint dépositaire d’une parcelle du divin comme l’ont conçu les Codaïstes du Tonkin en plaçant sa statue dans la cathédrale de Tanyin?  Aujourd’hui, malgré les égratignures, tout cela semble évident. Mais hier? Il y avait de la révolte dite tout haut et de la révolution dans des mots engagés, ceux-ci même qui conduisent à l’exil [cf. bibliographie ci-après], il y avait de l’amour universel, de la fraternité, dans un temps où la société était cloisonnée d’une manière presque étanche... Il y avait encore un amour de Dieu, une certitude intime et tranquille, mais une certitude qui ne laissait pas de place à la tiédeur et aux compromis, une croyance qui se passe des arrangements de toutes les églises, une quête d’Absolu qui embrase le recueil inachevé “Dieu” (1855-56) et que ses dernières volontés résument en entier : “Je donne cin­quante mille francs aux pauvres. Je refuse l’oraison de toutes les églises. Je demande une prière à toutes les âmes. Je crois en Dieu” [Testament].  

REPÈRES BIOGRAPHIQUES
1802, 26 février : Naissance de Victor Hugo.
Entre 1802 et 1807 : Voyage en Italie – Léopold Hugo sert dans les armées de Bonaparte – en passant par l’Ile d’Elbe, puis retour à Paris.
1811 : Départ pour Madrid. Le Général Hugo est au service du roi Joseph, frère de Napoléon.
1812-1814 : sur un fond politique troublé – chute de l’Empire et perte de l’Espagne – les parents du jeune Victor se déchirent puis se séparent. Les enfants sont envoyés en pension.
1815 : Retour du régime monarchiste : la Restauration.
10 juillet 1816 : Victor Hugo, qui a quatorze ans, écrit dans son joumal “Je veux être Chateaubriand ou rien.” Il est élève à Louis le grand.
1819 : Victor Hugo rencontre Adèle, ... et perd sa mère qui s’opposait à cet amour.
1820 : Il écrit une “Ode pour la mort du Duc de Berry”, assassiné le 14 février. La Martine publie ses “Méditations poétiques”.
1821 : 5 mai. Napoléon meurt à Sainte-Hélène. La Grèce combat pour son indépendance.
1822 : Mariage avec Adèle. Il rencontre Chateaubriand. Publication des “Odes”.
1823 : Publication du roman “Han d’Islande”.
1824 : Au Salon, Delacroix expose “Les massacres de Chio (Scio)” [en hommage aux Grecs victimes des Turcs]. Mort de Louis XVIII, Charles X lui succède.
1829 : Publication et triomphe des “Orientales”... “Pas un vers faible” s’écrie la critique.
1830 : Journées révolutionnaires des Trois Glorieuses. Charles X fuit pour l’Angleterre, Louis-Philippe “Roi des Français” est appelé à monter sur le trône.
1833 : début de la liaison avec Juliette Drouet, qui restera sa compagne durant cinquante années.
1839-40 : Voyage en Alsace, Rhénanie, Suisse et Provence. Publication du “Retour de l’Empereur”.
1842 : Publication du Rhin.
1843 : Représentation du drame “Les Burgraves”. Voyage en Espagne avec Juliette Drouet. Mort de sa fille Léopoldine
1846 : Victor Hugo écrit “Les versets du Koran”.
1848 : Chute de la Monarchie. Victor Hugo est élu à l’Assemblée Constituante.
1849 : Il est élu Député de Paris à l’Assemblée Législative.
1851, 2 décembre : Coup d’état qui précipite la prise de pouvoir par Napoléon III, qui devient Empereur. 11 décembre : Victor Hugo part pour la Belgique.
1852, 9 janvier : Victor Hugo est expulsé par décret. Le 5 août, il publie le pamphlet “Napoléon le petit”. Il s’installe à Jersey.
1853 : Victor Hugo s’initie au spiritisme. Publication des “Châtiments”. Il commence la rédaction de poésies qui prendront place dans “La Légende des Siècles” ou “Les Contemplations”.
1855-56 : Les premières bases du recueil “Dieu” sont posées (il ne sera publié qu’en 1891). Publication des “Contemplations”.
1857 : Le poète travaille à la “Légende des Siècles”.
1859 : Hugo compose “Les chansons des rues et des bois”. Napoléon offre une amnistie que Victor Hugo refuse.
1861 : En Belgique, il visite le champ de bataille de Waterloo.
1862 : Publication des “Misérables”.
1865 : Publication des “Chansons des Rues et des Bois”.
1866 : Publication des “Travailleurs de la Mer”.
1868 : Mort d’Adèle Hugo, sa femme.
1869 : Publication de “L’Homme qui rit”.
1870 : Victor Hugo rentre à Paris après la chute du Second Empire et le “désastre de Sedan”. Dans ses écrits il se montre anticlérical, mais croyant.
1871 : Il est élu député de Paris, mais démissionne bientôt pour contester contre le refus d’accepter la nomination de Garibaldi. Son fils Charles meurt. Il est chassé de Belgique pour avoir accueilli des revoltés de la Commune de Paris.
1872 : Echec aux élections. Publication de “L’Année terrible”. Déçu de la politique française, il séjourne à Guernesey.
1873 : Mort de son fils François qui a été l’un des meilleurs traducteur de Shakespeare.
1876 : Victor Hugo est élu Sénateur de Paris.
1878 : Fatigué, le poète se retire à Guernesey.
1879-81 : Publication de “Pitié suprême”, “Religion des Religions” et “Pitié suprême”.
1883 : Mort de Juliette Drouet.
1885, 23 mai : Mort de Victor Hugo.

Extraits de :
Odes et Ballades, 1826  
10/ Le portrait d’une enfant  
16/ A une jeune fille  
19/ A un passant

Les Orientales, 1828  
2/ Clair de Lune

Les Feuilles d’Automne, 1831  
4/ Soleil couchant  
6/ Vieille chanson du jeune temps  
8/ Lorsque l’enfant paraît  
15/ Où donc est le bonheur  
24/ Ô Dieu, si vous avez la France sous vos ailes  
26/ Ami, un dernier mot

Les chants du Crépuscule, 1835  
7/ Autre chanson

Les Rayons et les Ombres, 1940  
1/ Oceano nox

Les Châtiments, 1853  
22/ Chanson  
25/ Les commissions mixtes

Les Contemplations, 1856  
3/ Tu peux comme il te plaît me faire jeune ou vieux  
5/ Demain  
13/ L’âme en fleur  
18/ Ce que c’est que la mort  
20/ La source  
23/ Choses vues un jour de printemps

Dieu, 1855-56  
12/ Dieu, c’est le jour sans borne

La Légende des Siècles, 1859-1883  
11/ Puissance égale bonté  
17/ Choix entre deux passants  
21/ Dieu fait les questions

Les Chansons des Rues et des Bois, 1865  
14/ Notre ancienne dispute

L’Art d’être Grand-Père, 1877  
9/ Jeanne était au pain sec  

“L’être multiple vit dans mon unité sombre”
Victor Hugo   Quelle universalité et quelle quantité de visages revêt Victor Hugo! Romantique bien sûr, et surtout, mais philosophe, mais croyant, mais amoureux, mais épris de la nature, qui le bouleverse en ses moindres mouvements. Et toujours prêt d’une fable à toucher le cœur, pour y sonder les profonds mystères... Mais révolté aussi et aimant l’humanité et père encore – de la France ont raillé certains – mais des siens surtout et grand-père – ce qui fit dire à Léon-Paul Fargue ce mot si doux : “J’eus ce jour-là la révélation de ce qu’il était, de ce qu’il devait être, de ce qu’il serait toujours : un Père Noël!” Un enchanteur qui n’en finit pas ni de déranger ni d’émouvoir, comme un monument auquel chaque ride ajoute un charme, une force d’évocation que rien ne peut altérer.

Gaston Litaize (1909-1991) et Michel Bouquet
Elève de Dupré, Caussade, Büsser, Gaston Litaize – concertiste réputé, professeur d’orgue et d’improvisation à l’Institution nationale des Jeunes Aveugles – a toujours cherché au travers de son œuvre à faire partager le sens du mystère de la musique emprunte d’une haute dimension d’inspiration religieuse. C’est donc tout naturellement que ses fulgurances se marient ici à la pensée et aux vers de Victor Hugo. On pourrait croire à un mariage impossible, une sorte d’union inacceptable, car le poète lui-même se méfiait de la musique que l’on pourrait mettre sur ses vers... De plus, Michel Bouquet n’affirme-t-il pas : “Je ne suis pas comédien pour plaire ou pour déranger, mais exprimer le plus objectivement et le plus sincèrement possible la pensée d’un auteur”... Aveu qui semble vouloir renforcer la demande du Poète... Et pourtant, il est des grâces inespérées et soudain palpables 

“... dans les profondeurs noires ...
Je voyais des blancheurs se mouvoir lentement”                                                      
Victor Hugo, Le Rhin   

Jean-Yves Patte
© 2002 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS 

L’auteur remercie M. Patrick LECLÈRE pour son aide. 

CD1
1. Introduction musicale 2’26
2. Oceano nox 3’32
3. Intro musicale 0’57
4. Clair de lune 1’23
5. Intro musicale 0’52
6. Tu peux comme il te plait... 2’14
7. Intro musicale 1’12
8. Soleil couchant 2’50
9. Intro musicale 1’19
10. Demain 0’45
11. Intro musicale 1’23
12. Vieille chanson du jeune temps 1’40
13. Intro musicale 1’19
14. Autre chanson 0’59
15. Intro musicale 2’59
16. Lorsque l’enfant paraît 2’46
17. Intro musicale 2’00
18. Jeanne était au pain sec 1’37
19. Intro musicale 1’01
20. Le portrait d’une enfant 1’08
21. Intro musicale 2’16
22. Puissance égale bonté 7’04
23. Intro musicale 1’31
24. Dieu c’est le jour sans borne 3’38
25. Intro musicale 3’01.

CD2
1. Introduction musicale 2’20
2. L’âme en fleur 0’45
3. Intro musicale 1’42
4. Notre ancienne dispute 1’29 
5. Intro musicale 2’26
6. Où est donc le bonheur 4’07
7. Intro musicale 1’17
8. A une jeune fille 1’08
9. Intro musicale 2’24
10. Choix entre deux passants 1’50
11. Intro musicale 2’47
12. Ce que c’est la mort 2’08
13. Intro musicale 2’27
14. A un passant 1’31
15. Intro musicale 5’44
16. La source 1’08
17. Intro musicale 1’41
18. Dieu fait les questions 0’49
19. Intro musicale 0’43
20. Chanson 0’45
21. Intro musicale 2’55
22. Choses vues un jour de printemps 4’21
23. Intro musicale 0’56
24. O Dieu, si vous avez... 1’11
25. Intro musicale 1’17
26. Les commissions mixtes 0’56
27. Intro musicale 0’56
28. Ami, un dernier mot 1’07
29. Intro musicale 1’58

Ecouter TITRE par AUTEUR/INTERPRETE (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




PisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 INTRODUCTION MUSICALE 1 - LITAIZE02'26
02 OCEANO NOX - BOUQUET03'32
03 INTRODUCTION MUSICALE 2 - LITAIZE00'57
04 CLAIR DE LUNE - BOUQUET01'23
05 INTRODUCTION MUSICALE 3 - LITAIZE00'52
06 TU PEUX COMME IL TE PLAIT - BOUQUET02'14
07 INTRODUCTION MUSICALE 4 - IZE01'12
08 SOLEIL COUCHANT - BOUQUET02'50
09 INTRODUCTION MUSICALE 5 - LITAIZE01'19
10 DEMAIN - BOUQUET00'45
11 INTRODUCTION MUSICALE 6 - LITAIZE01'23
12 VIEILLE CHANSON DU JEUNE TEMPS - BOUQUET01'40
13 INTRODUCTION MUSICALE 7 - LITAIZE01'19
14 AUTRE CHANSON - BOUQUET00'59
15 INTRODUCTION MUSICALE 8 - LITAIZE02'59
16 LORSQUE L ENFANT PARAIT - BOUQUET02'46
17 INTRODUCTION MUSICALE 9 - LITAIZE02'00
18 JEANNE ETAIT AU PAIN SEC - BOUQUET01'37
19 INTRODUCTION MUSICALE 10 - LITAIZE01'01
20 LE PORTRAIT D UNE ENFANT - BOUQUET01'08
21 INTRODUCTION MUSICALE 11 - LITAIZE02'16
22 PUISSANCE EGALE BONTE - BOUQUET07'04
23 INTRODUCTION MUSICALE 12 - LITAIZE01'31
24 DIEU C EST LE JOUR SANS BORNE - BOUQUET03'38
25 INTRODUCTION MUSICALE 13 - LITAIZE03'01
26 L AME EN FLEUR - BOUQUET00'45
27 INTRODUCTION MUSICALE 14 - LITAIZE02'20
CD 2
01 INTRODUCTION MUSICALE 15 - LITAIZE01'42
02 NOTRE ANCIENNE DISPUTE - BOUQUET01'29
03 INTRODUCTION MUSICALE 16 - LITAIZE02'26
04 OU EST DONC LE BONHEUR - BOUQUET04'07
05 INTRODUCTION MUSICALE 17 - LITAIZE01'17
06 A UNE JEUNE FILLE - BOUQUET01'08
07 INTRODUCTION MUSICALE 18 - LITAIZE02'24
08 CHOIX ENTRE DEUX PASSANTS - BOUQUET01'50
09 INTRODUCTION MUSICALE 19 - LITAIZE02'47
10 CE QUE C EST LA MORT - BOUQUET02'09
11 INTRODUCTION MUSICALE 20 - LITAIZE02'27
12 A UN PASSANT - BOUQUET01'31
13 INTRODUCTION MUSICALE 21 - LITAIZE05'44
14 LA SOURCE - BOUQUET01'08
15 INTRODUCTION MUSICALE 22 - LITAIZE01'41
16 DIEU FAIT LES QUESTIONS - BOUQUET00'49
17 INTRODUCTION MUSICALE 23 - LITAIZE00'43
18 CHANSON - BOUQUET00'45
19 INTRODUCTION MUSICALE 24 - LITAIZE02'55
20 CHOSES VUES UN JOUR DE PRINTEMPS - BOUQUET04'21
21 INTRODUCTION MUSICALE 25 - LITAIZE00'56
22 O DIEU SI VOUS AVEZ - BOUQUET01'11
23 INTRODUCTION MUSICALE 26 - LITAIZE01'17
24 LES COMMISSIONS MIXTES - BOUQUET00'56
25 INTRODUCTION MUSICALE 27 - LITAIZE00'56
26 AMI UN DERNIER MOT - BOUQUET01'07
27 INTRODUCTION MUSICALE 28 - LITAIZE01'58
"Michel Bouquet Lit Victor Hugo" par L'Enseignant

“Forcément sublime.” L’ENSEIGNANT




"Michel Bouquet Lit Victor Hugo" par Notes Bibliographiques

“Tous dits par Michel Bouquet avec ferveur et une diction impeccable.” NOTES BIBLIOGRAPHIQUES

"Ces deux CD rendent hommage à Victor Hugo pour le bicentenaire de sa naissance. On y entend, avec bonheur, vingt-six extraits de poèmes bien connus, précédés d’autant d’introductions musicales par Gaston Litaize (1919-1991) à l’orgue.
On ne se lasse pas d’écouter le « Clair de lune » des « Orientales », « Lorsque l’enfant paraît » des « Feuilles d’automne » ou « La Source » des « Contemplations » et bien d’autres tous dits par Michel Bouquet avec ferveur et une diction impeccable.” NOTES BIBLIOGRAPHIQUES





"Poésie" Michel Bouquet lit Hugo par La Classe

"La poésie, et particulièrement celle de Victor Hugo, est d’abord une musique dont c’est le rôle du conteur de restituer toutes les subtilités.
A ce jeu, le comédien Michel Bouquet se montre d’une virtuosité incomparable." LA CLASSE



« La poésie, et particulièrement celle de Victor Hugo, est d’abord une musique dont c’est le rôle du conteur de restituer toutes les subtilités.
A ce jeu, le comédien Michel Bouquet se montre d’une virtuosité incomparable.
Témoin le double CD qu’il vient d’enregistrer à l’occasion du bicentenaire de la mort de l’écrivain. On y (re)découvre 26 poèmes classiques (Oceano nox, Lorsque l’enfant paraît, A une jeune fille…) ou moins connus (Puissance égale bonté, Choix entre deux passants, Choses vues un jour de printemps…) interprétés de façon magistrale par Michel Bouquet, et musicalement habillés par l’orgue de Gaston Litaize.
En écoutant quelques extraits de ce recueil, les élèves comprendront toute la différence qu’il y a entre dire un texte poétique (avec toute la dimension intérieure que cela implique) et simplement le réciter. » LA CLASSE





"Michel Bouquet dit Victor Hugo" par Le Quotidien de Paris

« Inutile de chercher à critiquer : c’est très beau. Simplement dit, avec une grandeur intérieure qui ne doit rien à l’éloquence. L’ensemble est bien choisi et forme un recueil très harmonieux. » LE QUOTIDIEN DE PARIS

« Inutile de chercher à critiquer : c’est très beau. Simplement dit, avec une grandeur intérieure qui ne doit rien à l’éloquence. Victor Hugo vient de nouer là une bien belle alliance avec cette forme moderne de transmission du texte, Michel Bouquet nous dit vingt-six poèmes, choisis dans tous les registres de notre génie national, qui en possédait plus que l’orgue le plus baroque. Nous entendons ainsi « Oceano Nox », « Tu peux comme il te plait me faire jeune ou vieux », des poèmes philosophiques, politiques, et bien sûr les plus célèbres pièces de « l’Art d’être grand-père ». L’ensemble est bien choisi et forme un recueil très harmonieux. » LE QUOTIDIEN DE PARIS





« Florilège d’œuvres poétiques » par L’Enseignant

Encore et toujours Victor Hugo. Qui s’en plaindrait ? Lui sûrement pas puisque Michel Bouquet prête son immense talent à la lecture de ce florilège d’œuvres poétiques. Forcément sublime.
L’ENSEIGNANT




« Virtuosité incomparable » par La Classe

La poésie, et particulièrement celle de Victor Hugo, est d’abord une musique dont c’est le rôle du conteur de restituer toutes les subtilités. A ce jeu, le comédien Michel bouquet se montre d’une virtuosité incomparable. Témoin le double CD qu’il vient d’enregistrer (Michel bouquet dit Victor Hugo) à l’occasion du bicentenaire de la mort de l’écrivain. On y (re)découvre 26 poèmes classiques (Oceno nox, Lorsque l’enfant paraît, A une jeune fille…) ou moins connus (Puissante égale bonté, Choix entre deux passants, Choses vues un jour de printemps…) interprétées de façon magistrale par Michel Bouquet, et musicalement habillées par l’orgue de Gaston Lizaire. En écoutant quelques extraits de ce recueil, les élèves comprendront toute la différence qu’il y a entre dire un texte poétique (avec toute la dimension intérieure que cela implique) et simplement le réciter.
LA CLASSE 




« Voix au service des œuvres » par L’Alsace

Avec leur série de Livres sonores, les éditions Frémeaux & Associés font un travail de fond pour la transmission du savoir par l’oralité. Accompagné par des interventions musicales de Gaston Litaize, cet admirable comédien qu’est Michel Bouquet met sa voix au service des œuvres poétiques de Victor Hugo. Pour se régaler, d’Oceano Nox à Ami, un dernier mot, du rythme des vers, du flux et du reflux des rimes.
L’ALSACE




« Musicien du verbe » par Le Figaro

Sacré « Totor », qui avait l’oreille si peu musicale qu’il priait ses contemporains compositeurs « de ne déposer aucune note au pied de ses vers » ! Pour le deux centième anniversaire de sa naissance, voici la musique de ses vers en majesté grâce au comédien Michel Bouquet, merveilleux musicien du verbe, qui vous propose une excursion à travers les principaux recueils poétiques de l’écrivain : Odes et Ballades, orientales, Feuilles d’automne, Chants du crépuscule, Les rayons et les Ombres, les Châtiments, Les Contemplations, Dieu, La Légende des siècles ou L’art d’être grand-père. Pour accompagner la démesure et la confidence hugolienne, on a choisi l’instrument roi, l’orgue animé par un « voyant » de l’intérieur, Gaston Litaize. Il est des trahisons enrichissantes. Cet album de deux CD est de celles là.
LE FIGARO




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...