VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE - JULES VERNE

Lu par JEAN DESAILLY (INA)

Plus de détails

Livret : 12 PAGES
Nombre de CDs : 3


29,99 € TTC

FA8050

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


2
-15%
Enregistrement historique de 1955 par Jean Desailly de l'INA en 3 CD 

Ce roman “extraordinaire” au sens premier du terme est l’un des premiers fleurons d’un genre promis à une grande réussite. Né en 1920, Jean Desailly, d’abord passionné par les Beaux-Arts se tourne vers le Théâtre. En 1942, il remporte le premier Prix du Conservatoire et entre rapidement à la Comédie Française. En même temps le Cinéma s’accapare sa silhouette et son talent… bientôt les maisons de disque le réclament.En 1955, Desailly qui incarne le flegme et l’élégance, avait été remarqué par Sacha Guitry (“Si Versailles m’était conté”) et jouait aux côtés de Gérard Philippe et Michèle Morgan dans “les grandes manœuvres”, lit le “Voyage au centre de la Terre”. Sa diction impétueuse emporte l’auditeur au centre de la terre et persuade que ce voyage en rêve pourrait bien être réalité.
Jean-Yves Patte & Claude Colombini Frémeaux

Coédition : INA - Frémeaux & Associés
VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE - JULES VERNE

VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE
JULES VERNE

ENREGISTREMENT HISTORIQUE DE 1955 PAR JEAN DESAILLY 









Jules Verne, le père du roman de science fiction 

Lorsque Jules Verne naît le 8 février 1828 à Nantes sur l’île Feydeau, son père Pierre Verne, marié à Sophie Allotte de La Fuÿe, voit en ce fil aîné le digne successeur à sa charge d’Avoué...  Viendront ensuite quatre autres enfants, Paul, Anna, Mathilde et Marie. C’est dans le sens de cette succession, déjà presque établie, que Jules Verne entreprend sa formation dans l’institution nantaise de Mme Sambin. Il obtient ses baccalauréats en Lettres et en Droit, en 1846, et “monte à Paris ”, afin de poursuivre ses études. Il obtient sa licence en 1849, mais le Droit l’ennuie. Cette austère matière ne permet pas à son tempérament artiste de s’épanouir. Lui qui brosse déjà la trame de plusieurs pièce de théâtre, de romans – qui restent sans fin – et écrit force poèmes, ne trouve pas sa voie dans l’idéal tracé par son père.  “C’est parce que je sais ce que je suis, que je comprends ce que je serais un jour”, écrit-il le 17 janvier 1852, l’année de ses vingt-quatre ans… Fort de cette certitude, Jules Verne ne compte guère quitter Paris. Il y mène une vie joyeuse, prônant un célibat forcené, et dans cet esprit fonde avec onze de ses amis le dîner des “Onze sans femme”… Mais ces facéties ne m’empêchent guère de continuer à travailler d’arrache pied à l’œuvre qu’il entraperçoit. Il parvient à placer quelques nouvelles dans “le Musée des Familles” publication de qualité qui, sous la direction de Pitre-Chevalier, propose des “lectures du soir” de bon ton. A la même époque, il se noue d’amitié avec les Dumas, père et fils, qui l’encouragent à poursuivre sa vocation d’écrivain. Il trouve un emploi de secrétaire au Théâtre Lyrique et réussit même à faire jouer quelques-unes de ses pièces, écrites en collaboration avec Michel Carré. A côté de drames historiques, il écrit encore quelques aimables comédies, comme ses “Pailles rompues”, qui sont repré­sentées sur le “théâtre historique” d’Alexandre Dumas et connaissent un succès d’estime. Il fait figure d’auteur sinon “lancé”, du moins prometteur. Ayant rencontré Aristide  Hignard, compositeur d’origine nantaise, il s’intéresse aussi de près à la chanson et à l’opérette, genre alors très en vogue. En 1853 , “Colin Maillart”, dont la musique est de Hignard, est son premier vrai succès.  Mais, comme à nombre de célibataires inflexibles, les résolutions les plus fermes viennent à manquer. Le 10 janvier 1857, Jules Verne, le fondateur du dîner des “onze sans femme” se marie avec Honorine de Viane. En 1861, cette jeune veuve, qui a déjà deux enfants, lui donne un fils : Michel.  Ces nouvelles responsabilités lui font fuir le milieu bohême et artiste qui était le sien. Il devient Agent de change… mais ne renonce pas à l’écriture.  L’année suivante, Jules Verne rencontre l’éditeur Pierre-Jules Hetzel. Il lui propose un manuscrit de sa façon, le “Voyage en l’air”…

Ce roman d’un nouveau genre, mi-fantastique, mi-réaliste sur fond d’idéalisme scientifique séduit l’éditeur, qui signe un premier contrat le 23 octobre. Quelque peu remanié, ce texte deviendra le fameux “Cinq semaines en ballon” qui, publié en 1863, connaît un succès immédiat. C’est le commencement d’une longue et fructueuse collaboration avec Hetzel, celle des “Voyages extraordinaires dans les mondes connus et inconnus”.  Un nouveau genre littéraire est né “la science fiction”… S’appuyant sur une forte documentation et sur une vaste culture personnelle – particulièrement les voyages entrepris avec son jeune frère Paul – Jules Verne anticipe des applications aux découvertes scientifiques de son temps. Véritable visionnaire, au fil de plus quatre-vingts romans, il voit un futur qui, souvent, est devenu réalité : voyages sous-marins, ou extra-terrestres, comme dans son voyage de la terre à la lune qui fut longtemps une chimère, téléguidage, air conditionné… Son lectorat, généralement jeune, trouve en ses écrits une sorte de rêve éveillé qui le fascine. Son “Tour du monde en quatre-vingts jours” en 1872 est le plus grand succès de son œuvre. Il connaît de nombreuses publications, est même donné en feuilletons, et traduit en de nombreuses langues…  Malgré ce succès, Jules Verne souffre d’une incompréhension qui le navre. Il éprouve un malaise face à la réputation d’auteur qui serait uniquement le chantre de la science et de la marche triomphale du progrès – qui est la marque de son siècle – auprès de ses lecteurs. En 1893, il confie à un journaliste : “Je suis homme de lettres et artiste, vivant à la recherche de l’idéal, m’affolant d’une idée, brûlant d’enthousiasme pour mon travail (...) Ce ne sont pas des dé­corations que je dé­sire, pas plus que de l’or. C’est que les gens puissent voir ce que j’ai fait ou essayé de faire, et n’ignorent plus l’artiste dans le conteur. Je suis artiste.” C’est sans doute aujourd’hui seulement, maintenant que toutes les inventions décrites ne sont plus un sujet perpétuel d’étonnement – on s’habitue à tout ! – que la poésie, enthousiasme et le goût de l’aventure de Jules Verne nous sont des plus sensibles. Le prophète de la science a masqué un temps le romancier…  Jules Verne meurt le 24 mars 1905, à Amiens où il s’était fixé en 1871 à la demande de son épouse qui était elle-même originaire de cette ville "assez près [de Paris] pour en avoir le reflet, sans le bruit insupportable et l’agitation stérile". Il laisse derrière lui non seulement une œuvre considérable, mais aussi un grand nombre de récits inédits ou inachevés que son fils Michel continuera de faire paraître.
Jean-Yves Patte 
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS - GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA, 2004  

Voyage au centre de la terre (1864)
“Ce sera là un beau voyage”
Le Pr. Lidenbrock découvre un parchemin étrange. Il indique la route à suivre pour se rendre au centre de la terre. Le passage serait dans un volcan islandais inactif…

Avec cet étonnant manuscrit pour point de départ, Jules Verne nous entraîne dans une invraisemblable aventure : un voyage au centre de la Terre. Ce roman est son troisième succès depuis qu’il a signé un contrat d’édition avec Pierre Jules Hetzel en 1863. “Cinq semaines en Ballon”, et “Voyages et aventures du capitaine Hatteras” ont déjà fidélisé un grand nombre de lecteurs qui voient dans ces “Voyages extraordinaires” un genre littéraire nouveau.  S’appuyant sur une connaissance précise de l’état des sciences de son temps Jules Verne, à partir d’éléments réels et de spéculations scientifiques, anticipe des possibilités ou développe un monde imaginaire et onirique. Il fait naître un nouveau style : “la science fiction” Pour ce “Voyage au centre de la terre”, Jules Verne s’attache à pousser à l’extrême les nouvelles conquêtes des sciences exactes : la géologie et la minéralogie, la botanique, etc. Il se passionne aussi pour la paléontologie intimement liée à l’un des questions les plus brûlantes de son temps et soulevée par l’anglais Charles Darwin (1809-1882) : “La théorie de l’évolution des espèces.” Associée au positivisme d’Auguste Comte (1798-1857), qui voit en les progrès de la science la plus sûre réponse aux grandes questions de l’Homme, cette théorie perturbe les certitudes historiques traditionnelles : la croyance en une intervention divine et la vérité des récits bibliques. Ainsi, ce “Voyage au centre de la terre” prend les allures d’une sorte de quête initiatique de l’Histoire. En descendant dans les entrailles du monde, Le Pr. Lidenbrock, son neveu Axel et son équipe intrépide remontent le fil du temps. Les dispositions des couches des terrains, les traces laissées par les animaux disparus l’attestent… Ils dépassent les “temps antédiluviens” et en même temps retrouvent la géographie d’un monde disparu.  C’est alors que jaillit l’une des plus brillantes extrapolations de Jules Verne : au milieu de tous ces vestiges qui attestent de l’ancienneté du monde une grande fracture temporelle s’impose : le monde ancien existe toujours… Les hommes sont au prise avec leur préhistoire. “Ce rêve où j'avais vu renaître tout ce monde des temps antéhistoriques, des époques ternaire et quaternaire, se réalisait donc enfin !” peut s’exclamer Axel. Cette abolition du temps va se compliquer de nombreuses modifications de la notion de l’espace. La Géographie de la terre est bouleversée, et comble de difficulté pour l’esprit scientifique du professeur, quelques uns des moyens les plus logiques de l’appréhension de l’espace font défaut ou se détraquent. L’homme est soudain plongé au cœur d’un mystérieux double face à face : non seulement il se retrouve au sein d’un “temps aboli”, mais est en même moment dans un presque total dénuement scientifique qui met son esprit à rude épreuve. C’est un dramatique double enjeu qui se déroule, le dénuement de l’histoire de Soi dans la redécouverte soudaine d’une époque à la fois anéantie mais palpable et la lutte pour la survie que compliquent les rivalités et les adversités...  Esprit “positif” Jules Verne permet à la science de triompher. Ce triomphe est aussi la victoire de l’éducation. C’est elle seule qui, par la Connaissance, offre la maîtrise, la domination de soi et des éléments. Cette même maîtrise des intelligences et des ressources qui depuis le XIXe s. est l’enjeu majeur des sociétés occidentales.

“ J’ai la tête encore alourdie par la violence de mon rêve ”
L’esprit scientifique et didactique de Jules Verne ne doit pas masquer non plus la profonde poésie du texte. Bien sûr, il s’agit d’une vaste quête historique et scientifique qui s’appuie sur les diverses théories du XIXe s, mais il s’agit avant tout d’un rêve. Un rêve “possible” et non une histoire véritable, qui mêle les hypothèses savantes sans vraiment donner la préférence à l’une plutôt qu’à l’autre. Ainsi le professeur et son neveu sont souvent en désaccord, mais Jules Verne sait en tirer des conclusions oniriques. Il décrit d’irréelles beautés et se plonge avec délice sur la cartographie d’un monde imaginaire. Une sorte de “Carte du Tendre” où le Tendre serait l’homme aux prises avec sa soif de savoir. Le récit prend alors des teintes d’allégories qui rejoignent les esprits les plus fantasques, tel Hoffmann ou Gérard de Nerval…
"Ce roc voûté par art, chef-d'oeuvre d'un autre âge,
Ce roc de Tarascon hébergeait autrefois
Les géants descendus des montagnes de Foix,
Dont tant d'os excessifs rendent sûr témoignage."                                               
(Les Chimères) 


… et se rapproche des méditations rêveuses de George Sand. Ainsi la terre pourrait être creuse, comme une vaste géode : “– Voilà qui est étrange! s’écria–t–elle à haute voix. Les parois qui tapissent la caverne de cette pierre retracent parfaitement une scène antédiluvienne. Voyez, voilà l’Eden. Ici des arbres dont l’espèce est perdue ; là, des animaux étranges ; et plus loin, dans cette petite excavation, un homme et une femme, vêtus de peaux de bêtes... Est–ce assez curieux!” (Propos de George Sand rapportés par Jean de Paris). … La terre vue comme une boîte où se réfugient les plus grandes questions de l’humanité comme se tapissent ses plus beaux rêves. 
Jean-Yves Patte 
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS - GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA, 2004   

Discographie
CD1
01. Le 24 mai 1963, un dimanche, mon oncle, le professeur Lindenbrock, revint précipitamment…    3’54
02. Mon oncle était enfoui dans son large fauteuil garni de velours d’Utrecht…    5’22
03. "C’est évidemment du runique, disait le professeur en fronçant le sourcil…"    10’53
04. "Mon oncle !". Il ne parut pas m’entendre.    3’22
05. A ces paroles un frisson me passa partout dans le corps. Cependant je me contins.    2’54
06. A cinq heures et demie, un roulement se fit entendre dans la rue. Une large voiture arrivait…    0’53
07. Le 2, à six heures du matin, nos précieux bagages étaient rendus à bord de la Valkyrie.    3’58
08. Le dîner était prêt ; il fut dévoré avec avidité par le professeur Lidenbrock,  dont la diète forcée…    6’00
09. Le soir, je fis une courte promenade sur les rivages de Reykjawik, et je revins de bonne heure…    7’32
10. Stapi est une bourgade formée d’une trentaine de huttes, et bâtie en pleine lave…    3’28
11. Le souper fut rapidement dévoré et la petite troupe se casa de son mieux.    8’47 

CD2

01. Il faut l’avouer, les choses jusqu’ici se passaient bien, et j’aurais eu mauvaise grâce à …    4’43
02. Je ne puis peindre mon désespoir.  Nul mot de la langue humaine ne rendrait mes sentiments…    6’50
03. Quand je revins à la vie, mon visage était mouillé mais mouillé de larmes…    10’14
04. Lorsque je revins à moi, j’étais dans une demi-obscurité, étendu sur d’épaisses couvertures…    5’51
05. D’abord, je ne vis rien. Mes yeux deshabitués de la lumière se fermèrent brusquement.    9’07
06. Le lendemain matin je me réveillai complètement guéri. Je pensais qu’un bain me serait…    6’50
07. Le 13 août, on se réveilla de bon matin. Il s’agissait d’inaugurer un nouveau genre de …    6’26
08. Samedi 15 août - La mer conserve sa monotone uniformité. Nulle terre n’est en vue.    10’24 

CD3
01. "A. S. !  Arne Saknussemm ! s’écria mon oncle".    7’25
02. Le lendemain, jeudi 27 août, fut une date célèbre de ce voyage subterrestre.    8’30
03. Je suppose qu’il devait être alors dix heures du soir. Le premier de mes sens qui fonctionna…    8’30
04. Oui, affolée ! L’aiguille sautait d’un pôle à l’autre avec de brusques secousses…    9’01
05. Quand je rouvris les yeux, je me sentis serré à la ceinture par la main vigoureuse du guide.    9’35
06. Voici la conclusion d’un récit auquel refuseront d’ajouter foi les gens les plus habitués…    5’21   

Ecouter VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE - JULES VERNE (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




PisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 LE 24 MAI 1863 - DESAILLY03'54
02 MON ONCLE ETAIT ENFOUI - DESAILLY05'22
03 C EST EVIDEMMENT DU RUNIQUE - DESAILLY10'53
04 MON ONCLE NE PARUT PAS - DESAILLY03'22
05 A CES PAROLES UN FRISSON - DESAILLY02'54
06 A CINQ HEURES ET DEMIE - DESAILLY00'53
07 LE 2 A SIX HEURES DU MATIN - DESAILLY03'58
08 LE DINER ETAIT PRET - DESAILLY06'00
09 LE SOIR JE FIS UNE COURTE PROMENADE - DESAILLY07'32
CD 2
01 STAPI EST UNE BOURGADE - DESAILLY03'28
02 LE SOUPER FUT RAPIDEMENT DEVORE - DESAILLY08'47
03 IL FAUT L AVOUER - DESAILLY04'43
04 JE NE PUIS PEINDRE - DESAILLY06'50
05 QUAND JE REVINS A LA VIE - DESAILLY10'14
06 LORSQUE JE REVINS A MOI - DESAILLY05'51
07 D ABORD JE NE VIS RIEN - DESAILLY09'07
08 LE LENDEMAIN MATIN JE ME REVEILLAI - DESAILLY06'50
CD 3
01 LE 13 AOUT ON SE REVEILLA - DESAILLY06'26
02 SAMEDI 15 AOUT LA MER - DESAILLY10'24
03 A S ARNE SAKNUSSEMM - DESAILLY07'25
04 LE LENDEMAIN JEUDI 27 - DESAILLY08'30
05 JE SUPPOSE QU IL DEVAIT ETRE - DESAILLY08'30
06 OUI AFFOLEE - DESAILLY09'01
07 QUAND JE ROUVRIS LES YEUX - DESAILLY09'35
08 VOICI LA CONCLUSION - DESAILLY05'21
« Fabuleux périple » par La Classe

Le voyage au centre de la terre (1864) est incontestablement un des romans les plus fascinants de Jules Verne. Cette aventure de pure imagination ne s’est d’ailleurs jamais prêtée, contrairement à d’autres œuvres célèbres de l’auteur, à une quelconque transcription dans la réalité. Les éditions Frémeaux & Associés nous proposent de revivre ce fantastique voyage à travers la lecture qu’en a faite Jean Desailly pour l’ORTF en 1955. Il suffit de fermer les yeux pour vivre avec intensité les émotions du professeur Lidenbrock et de son neveu Axel, dans ce fabuleux périple né de l’imagination du premier vrai grand auteur de science fiction français.
LA CLASSE




"Voyage au centre de la terre" Jules Verne par Notes Bibliographiques

"Passionnant et tellement crédible, d'autant que ce texte exceptionnel est lu par un Jean Desailly dans la plénitude de son art ; il n'a que trente-cinq ans lors de cet enregistrement ! Un livret de quelques pages - excellentes - est donné avec le coffret." NOTES BIBLIOGRAPHIQUES

"C'est en 1828 que Jules Verne publia ce Voyage au centre de la terre, troisième de ses voyages extraordinaires qui furent à l'origine d'un genre alors nouveau : la science-fiction. Utilisant les dernières découvertes scientifiques, il imagine leur intrusion dans la vie d'hommes aventureux. Artiste, maître de son style, il l'est également de l'art de bâtir une intrigue. Un professeur et son neveu Axel, accompagnés d'un insulaire, utilisent, en Islande, le cratère d'un volcan éteint pour effectuer un voyage extravagant au centre de la terre. Ils découvrent que celle-ci est une sorte de géode dont le fond est une mer immense peuplée de tous les monstres antédiluviens aujourd'hui disparus de la surface...
Passionnant et tellement crédible, d'autant que ce texte exceptionnel est lu par un Jean Desailly dans la plénitude de son art ; il n'a que trente-cinq ans lors de cet enregistrement ! Un livret de quelques pages - excellentes - est donné avec le coffret." NOTES BIBLIOGRAPHIQUES




"Une réussite" par Histoires Littéraires

« ... On écoute cela d’une traite, même si l’on connaît par cœur certains épisodes d’une des rares histoires nées de l’imagination du génial Nantais-Amiénois que le XX ème siècle n’a pas réalisées. Mêmes compliments à l’enregistrement Desailly de De la terre à la lune, qui date de 1959... » Jean-Jacques LEFRERE – HISTOIRES LITTERAIRES


« Une réussite : Jean Desailly, acteur qui jouait gauchement les fils de famille gauches, trouva ici le ton et la voix justes – c’est-à-dire une diction ferme et fervente – pour dire l’aventure du trio qui descendit dans les sous-sols de notre planète favorite. On écoute cela d’une traite, même si l’on connaît par cœur certains épisodes d’une des rares histoires nées de l’imagination du génial Nantais-Amiénois que le XX ème siècle n’a pas réalisées. Mêmes compliments à l’enregistrement Desailly de De la terre à la lune, qui date de 1959. En l’écoutant, un peu de la rêverie des illustrations des volumes Hetzel remonte en nous. » Jean-Jacques LEFRERE – HISTOIRES LITTERAIRES




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...