DE LA TERRE A LA LUNE - AUTOUR DE LA LUNE - JULES VERNE

Lu par JEAN DESAILLY (INA)

Plus de détails

Livret : 12 PAGES
Nombre de CDs : 3


29,99 € TTC

FA8053

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


Enregistrement historique de 1959 par Jean Desailly en 3 CD (INA)

De la Terre à la Lune et Autour de la Lune sont désormais sortis de leur cadre premier de “récits extraordinaires” et de science-fiction, pour faire figure d’ouvrages prophétiques.
Entraînant d’autres chimères et d’autres rêves (tel le fameux film de Méliès le Voyage dans la Lune de 1902), ils ont permis aux utopies de devenir des réalités.
Aujourd’hui leur pouvoir d’évocation, cette poésie digne d’un rêve éveillé, nous pousse toujours plus loin vers le territoire d’autres aventures inespérées. Dans les années 1950, Jean Desailly fait vibrer ses auditeurs qui devinent déjà que les visions de Jules Verne ne tarderont pas à devenir réalité.
Grâce au progrès de la science et de la technologie, le réacteur permet de propulser à une vitesse inouïe des engins doués d’une force inconnue jusqu’alors et que bientôt – croit-on – la maîtrise de l’énergie atomique multipliera... Ainsi d’ailleurs l’annonce Hergé dans les calculs péremptoires du professeur Tournesol dans Objectif Lune de 1953 puis On a marché sur la Lune de 1954. Tous ces rêves sont devenus, au moins en partie réalité.
Jean Yves Patte & Claude Colombini Frémeaux
"
DE LA TERRE À LA LUNE Jules Verne

DE LA TERRE À LA LUNE
AUTOUR DE LA LUNE

JULES VERNE 

ENREGISTREMENT HISTORIQUE DE 1959 PAR JEAN DESAILLY  







Jules Verne, le père du roman de science-fiction 
Lorsque Jules Verne naît le 8 février 1828 à Nantes sur l’île Feydeau, son père Pierre Verne, marié à Sophie Allotte de La Fuÿe, voit en ce fils aîné le digne successeur à sa charge d’avoué... Viendront ensuite quatre autres enfants, Paul, Anna, Mathilde et Marie. C’est dans le sens de cette succession, déjà presque établie, que Jules Verne entreprend sa formation dans l’institution nantaise de Mme Sambin. Il obtient ses baccalauréats en Lettres et en Droit, en 1846, et “monte à Paris ”, afin de poursuivre ses études. Il obtient sa licence en 1849, mais le Droit l’ennuie. Cette austère matière ne permet pas à son tempérament artiste de s’épanouir. Lui qui brosse déjà la trame de plusieurs pièces de théâtre, de romans – qui restent sans fin – et écrit force poèmes, ne trouve pas sa voie dans l’idéal tracé par son père.  “C’est parce que je sais ce que je suis, que je comprends ce que je serai un jour”, écrit-il le 17 janvier 1852, l’année de ses vingt-quatre ans… Fort de cette certitude, Jules Verne ne compte guère quitter Paris. Il y mène une vie joyeuse, prônant un célibat forcené, et dans cet esprit fonde avec onze de ses amis le dîner des “Onze sans femme”… Mais ces facéties ne l’empêchent guère de continuer à travailler d’arrache pied à l’œuvre qu’il entraperçoit. Il parvient à placer quelques nouvelles dans le Musée des Familles publication de qualité qui, sous la direction de Pitre-Chevalier, propose des “lectures du soir” de bon ton. A la même époque, il se noue d’amitié avec les Dumas, père et fils, qui l’encouragent à poursuivre sa vocation d’écrivain. Il trouve un emploi de secrétaire au Théâtre Lyrique et réussit même à faire jouer quelques-unes de ses pièces, écrites en collaboration avec Michel Carré. A côté de drames historiques, il écrit encore quelques aimables comédies, comme ses Pailles rompues, qui sont repré­sentées sur le “théâtre historique” d’Alexandre Dumas et connaissent un succès d’estime. Il fait figure d’auteur sinon “lancé”, du moins prometteur. Ayant rencontré Aristide  Hignard, compositeur d’origine nantaise, il s’intéresse aussi de près à la chanson et à l’opérette, genre alors très en vogue. En 1853 , Colin Maillart, dont la musique est de Hignard, est son premier vrai succès. 

Mais, comme pour nombre de célibataires inflexibles, les résolutions les plus fermes viennent à manquer. Le 10 janvier 1857, Jules Verne, le fondateur du dîner des “onze sans femme” se marie avec Honorine de Viane. En 1861, cette jeune veuve, qui a déjà deux enfants, lui donne un fils : Michel.  Ces nouvelles responsabilités lui font fuir le milieu bohême et artiste qui était le sien. Il devient agent de change… mais ne renonce pas à l’écriture.  L’année suivante, Jules Verne rencontre l’éditeur Pierre-Jules Hetzel. Il lui propose un manuscrit de sa façon, le Voyage en l’air… Ce roman d’un nouveau genre, mi-fantastique, mi-réaliste sur fond d’idéalisme scientifique séduit l’éditeur, qui signe un premier contrat le 23 octobre. Quelque peu remanié, ce texte deviendra le fameux Cinq semaines en ballon qui, publié en 1863, connaît un succès immédiat. C’est le commencement d’une longue et fructueuse collaboration avec Hetzel, celle des “Voyages extraordinaires dans les mondes connus et inconnus”.  Un nouveau genre littéraire est né la “science-fiction”… S’appuyant sur une forte documentation et sur une vaste culture personnelle – particulièrement les voyages entrepris avec son jeune frère Paul – Jules Verne anticipe des applications aux découvertes scientifiques de son temps. Véritable visionnaire, au fil de plus quatre-vingt romans, il voit un futur qui, souvent, est devenu réalité : voyages sous-marins, ou extra-terrestres, comme dans son voyage de la terre à la lune qui fut longtemps une chimère, téléguidage, air conditionné… Son lectorat, généralement jeune, trouve en ses écrits une sorte de rêve éveillé qui le fascine. Son Tour du monde en quatre-vingt jours en 1872 est le plus grand succès de son œuvre. Il connaît de nombreuses publications, est même donné en feuilletons, et traduit en de nombreuses langues…  Malgré ce succès, Jules Verne souffre d’une incompréhension qui le navre. Il éprouve un malaise face à la réputation d’auteur qui serait uniquement le chantre de la science et de la marche triomphale du progrès – qui est la marque de son siècle – auprès de ses lecteurs. En 1893, il confie à un journaliste : “Je suis homme de lettres et artiste, vivant à la recherche de l’idéal, m’affolant d’une idée, brûlant d’enthousiasme pour mon travail (...) Ce ne sont pas des dé­corations que je dé­sire, pas plus que de l’or. C’est que les gens puissent voir ce que j’ai fait ou essayé de faire, et n’ignorent plus l’artiste dans le conteur. Je suis artiste.” C’est sans doute aujourd’hui seulement, maintenant que toutes les inventions décrites ne sont plus un sujet perpétuel d’étonnement – on s’habitue à tout ! – que la poésie, l’enthousiasme et le goût de l’aventure de Jules Verne nous sont des plus sensibles. Le prophète de la science a masqué un temps le romancier…  Jules Verne meurt le 24 mars 1905, à Amiens où il s’était fixé en 1871 à la demande de son épouse qui était elle-même originaire de cette ville “assez près [de Paris] pour en avoir le reflet, sans le bruit insupportable et l’agitation stérile”. Il laisse derrière lui non seulement une œuvre considérable, mais aussi un grand nombre de récits inédits ou inachevés que son fils Michel continuera de faire paraître.
Jean-Yves Patte 
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS - GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA, 2004  


“Avant vingt ans, la moitié de la Terre aura visité la Lune !”  Michel Ardan  

De la Terre à la Lune

“Pendant la guerre fédérale des États-Unis, un nouveau club très influent s’établit dans la ville de Baltimore, en plein Maryland. On sait avec quelle énergie l’instinct militaire se développa chez ce peuple d’armateurs, de marchands et de mécaniciens. […] Ils égalèrent bientôt dans “L’art de la guerre” leurs collègues du vieux continent, [mais les canons] des Anglais, des Français, des Prussiens […] ne sont que des pistolets de poche auprès des formidables engins de l’artillerie américaine. Ceci ne doit étonner personne. Les Yankees, ces premiers mécaniciens du monde, sont ingénieurs […] De là ces canons gigantesques, beaucoup moins utiles que les machines à coudre, mais aussi étonnants et encore plus admirés.”  Entre Roman et ouvrage scientifique : Science-fiction ! A la fin de la guerre fédérale, tous les  beaux esprits du “Gun-Club” – le Club du Canon – s’ennuient fort à Baltimore... Plus d’exaltation guerrière, plus de récits hauts en couleur, plus de feu, plus d’odeur de la poudre.  Alors qu’un noir désœuvrement plane sur les membres du Club, son président, Impey Barbicane, fait une proposition qui, de prime abord, passe pour délirante : il s’agit d’envoyer sur la Lune un énorme boulet propulsé par le plus grand des canons jamais construit. Passés quelques moments de stupeurs, l’enthousiasme renaît au Gun-Club. Le projet atteint une d’exaltation inouïe lorsqu’un parisien original, Michel Ardan, propose de se glisser dans le projectile et d’aller visiter l’astre qui depuis des siècle fait rêver les terriens : “Remplacez obus sphérique par projectile cylindro-conique. Partirai dedans”... Soudain le ton de l’aventure change… Après bien des frayeurs nos astronautes, car deux américains se sont joints à Ardan – avec encore des chiens et des oiseaux – reviennent sur terre, en plongeant dans le Pacifique. Le récit qui a toujours tenu en haleine prend fin et laisse déjà entrevoir de nouveaux rebondissements et la gloire. Avec ce roman, publié en 1865, Jules Verne rempli parfaitement le but de que la nouvelle collection de Jules Hetzel s’était fixé : “résumer toutes les connaissances [...] amassées par la science moderne [...] sous la forme attrayante et pittoresque qui lui est propre”. 

Après avoir été publié en forme de feuilleton dans le “Journal des Débats”, le Voyage de la Terre à la Lune trouve sa place dans la nouvelle collection des Voyages extraordinaires.  Véritablement ce livre est un ouvrage de science-fiction : le récit oscille sans cesse entre calculs scientifiques (d’une hardiesse telle que des hypothèses peu crédibles passent pour des fulgurances), récits visionnaires des probabilités de développement des progrès techniques et de leurs implications – à la manière des calcul des économistes dont les ouvrages théoriques font florès en cette seconde moitié du XIXe siècle – et impacts sur la société. Des personnages – souvent campés avec de vives couleurs – se contredisent et débattent, examinant les chances à la fois rationnelles et irrationnelles de la réussite d’une telle expérience humaine et technologique.  Michel Ardan (anagramme du nom de Nadar, le célèbre photographe et ami de J. Verne, qui fut le premier à obtenir des clichés aériens du haut de son ballon “le Géant”) apporte une touche de légèreté – qui deviendra plus tard la fameuse “french-touch” – face à la gravité des esprits américains. Les rebondissements  souvent cocasses de ses facéties apportent un souffle épique dans un récit que les contemporains de Jules Verne ont tout de suite apprécié.  Pourtant, ça et là, quelques amateurs chagrins ont trouvés “assommantes” les pages de calculs et les investigations très développées faites autour d’une  énorme masse documentaire que l’auteur avait accumulée en vue de la prépa­ration de cet ouvrage. Car, à la différence de nombre de ses autres livres, Jules Verne n’extrapole guère : il veut se fondre dans un tissu de probabilités les plus exactes possibles quitte à ralentir le cours du récit : plus ici que partout ailleurs, il initie le nouveau genre de la science-fiction, qui déroute le lecteur et l’emporte dans un monde où les spéculations passent pour des données exactes et avérées. Ce récit demeure, de loin, l’un des favoris des amateurs d’hier comme d’aujourd’hui : de plus pour nous il se pare des teintes d’un rêve entrevu – comme le montrait aussi en 1902 Georges Méliès dans un petit film, inspiré du récit, demeuré fameux ! – qui est devenu réalité....
Jean-Yves Patte 
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS - GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA, 2004  

Remerciements à Pierre Patte, Benjamin Goldenstein et Béatrice Montoriol.  

CD1
De la Terre à la Lune
1. Le Gun-club    8’56
2. Communication du Président Barbicane    7’18
3. Effet de la communication Barbicane    4’21
4. Réponse de l’observatoire de Cambridge    9’33
5. Floride ou Texas    3’27
6. Une quête pour conquérir la lune    9’15
7. Stone’s Hill    3’43
8. La construction du puits    6’00 

CD2
De la Terre à la Lune
1. Une dépêche télégraphique incroyable    1’46
2. Le passager de l’Atlanta     9’07
3. Un meeting    11’08
4. Attaque et riposte    16’40
5. Comment un Français arrange une affaire    14’55

Peu après cette réconciliation inespérée, Michel Ardan, Impey Barbicane et le Capitaine Nicholl se décident à entreprendre tous les trois l’incroyable aventure : ils montent dans le projectile et se font propulser en direction de la lune. D’après leurs calculs, ils devraient arriver à destination et fouler le sol lunaire après quatre jours de voyage mais un léger écart leur fait manquer leur objectif. Dans Autour de la Lune, nous retrouvons les trois protagonistes à l’intérieur de leur projectile alors qu’ils viennent de comprendre que leur itinéraire initial a été dévié. Ainsi commence cette suite de De la Terre à la Lune.  

CD3
Autour de la Lune
1. Détails orographiques    1’57
2. Paysages lunaires    8’14
3. La nuit de trois cent cinquante-quatre heures et demie    7’00
4. Lune de Lune    3’29
5. Lutte contre l’impossible    12’56
6. Les sondages de la Susquehanna    2’20
7. A la recherche de la Susquehanna    6’31
8. Le sauvetage    10’21
9. Pour finir    2’20   

Ecouter DE LA TERRE À LA LUNE AUTOUR DE LA LUNE JULES VERNE (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




PisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 LE GUN CLUB - DESAILLY08'56
02 COMMUNICATION DU PRESIDENT BARBICANE - DESAILLY07'18
03 EFFET DE LA COMMUNICATION BARBICANE - DESAILLY04'21
04 REPONSE DE L OBSERVATOIRE DE CAMBRIDGE - DESAILLY09'33
05 FLORIDE OU TEXAS - DESAILLY03'27
06 UNE QUETE POUR CONQUERIR LA LUNE - DESAILLY09'15
07 STONE S HILL - DESAILLY03'43
CD 2
01 LA CONSTRUCTION DU PUITS - DESAILLY06'00
02 UNE DEPECHE TELEGRAPHIQUE INCROYABLE - DESAILLY01'46
03 LE PASSAGER DE L ATLANTA - DESAILLY09'07
04 UN MEETING - DESAILLY11'08
05 ATTAQUE ET RIPOSTE - DESAILLY16'40
06 COMMENT UN FRANCAIS ARRANGE UNE AFFAIRE - DESAILLY14'55
07 DETAILS OROGRAPHIQUES - DESAILLY01'57
CD 3
01 PAYSAGES LUNAIRES - DESAILLY08'14
02 LA NUIT DE 354 HEURES ET DEMIE - DESAILLY07'00
03 LUNE DE LUNE - DESAILLY03'29
04 LUTTE CONTRE L IMPOSSIBLE - DESAILLY12'56
05 LES SONDAGES DE LA SUSQUEHANNA - DESAILLY02'20
06 A LA RECHERCHE DE LA SUSQUEHANNA - DESAILLY06'31
07 LE SAUVETAGE - DESAILLY10'21
08 POUR FINIR - DESAILLY02'20
"Dans la lune" J.Verne par Le Journal du Médecin

« Un document historique qui possède le charme suranné des gravures Hetzel et que rééditent aujourd’hui les Editions Frémeaux en collaboration avec l’INA. » Bernard ROISIN – LE JOURNAL DU MEDECIN


« Un document historique qui possède le charme suranné des gravures Hetzel et que rééditent aujourd’hui les Editions Frémeaux en collaboration avec l’INA. Un document qui a la particularité d’être interprété avec brio par un seul acteur, le talentueux Jean Desailly. Devant le succès du feuilleton, le comédien remit le couvert quatre ans plus tard, avec un autre « tube » de Verne – De la terre à la lune – et toujours dans la même formule. Que voulez-vous, on ne change pas une équipe qui gagne ! » Bernard ROISIN – LE JOURNAL DU MEDECIN




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...