HÄNSEL & GRETEL / JEUX D' ENFANTS

CONTE DES FRERES GRIMM

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA836

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Depuis le conte des frères Grimm, qui n’a pas rêvé de découvrir un jour, comme Hänsel et Gretel, une maison sucrée à croquer par petits morceaux? Pour autant, personne n’a vraiment souhaité rencontrer la terrible sorcière cachée à l’intérieur… Bruno Belthoise a choisi de s’aventurer à sa manière dans cette histoire gourmande et intemporelle. Au fil du récit, la musique poétique du compositeur Emmanuel Hieaux se glisse entre les mots et devient tentation, danse frénétique de sorcière ou… pain d’épice. Mais l’autre saveur de l’enfance est le plaisir renouvelé des jeux : Suivons les aventures du petit Florentin dont le récit, qui sillonne la musique des Jeux d’Enfants de Georges Bizet, est brillamment illustré au piano à quatre mains avec la complicité de Laurent Martin.
Patrick Frémeaux

Recommandé par "C'est du classique mais c'est pas grave", l'émission de Sylvie Chapelle sur France Inter

Droits : Groupe Frémeaux Colombini SAS.
"
CONTE MUSICAL POUR LES ENFANTS PERDUS fa836

CONTE  MUSICAL  POUR  LES  ENFANTS  PERDUS
HÄNSEL & GRETEL

TEXTE DE BRUNO BELTHOISE - MUSIQUE D’EMMANUEL HIEAUX
SUIVI DE JEUX D’ENFANTS


RÉCIT DE BRUNO ET BÉATRICE BELTHOISE - MUSIQUE DE GEORGES BIZET  

   





Depuis le conte des frères Grimm, qui n’a pas rêvé de découvrir un jour, comme Hänsel et Gretel,  une maison sucrée à croquer par petits morceaux? Pour autant, personne n’a vraiment souhaité rencontrer la terrible sorcière cachée à l’intérieur… Bruno Belthoise a choisi de s’aventurer à sa manière dans cette histoire gourmande et intemporelle. Au fil du récit, la musique poétique du compositeur Emmanuel Hieaux se glisse entre les mots et devient tentation, danse frénétique de sorcière ou… pain d’épice. Mais l’autre saveur de l’enfance est le plaisir renouvelé des jeux : Suivons les aventures du petit Florentin dont le récit, qui sillonne la musique des Jeux d’Enfants de Georges Bizet, est brillamment illustré au piano à quatre mains avec la complicité de Laurent Martin. 
 
HÄNSEL & GRETEL
conte musical pour les enfants perdus
Texte de Bruno Belthoise,
Musique d’Emmanuel Hieaux
Bruno Belthoise, narration, piano et percussions

JEUX D’ENFANTS ou la journée de Florentin
Récit de Bruno et Béatrice Belthoise
Musique de Georges Bizet
Bruno Belthoise et Laurent Martin, piano à quatre mains
   
Hänsel et Gretel
Petite conversation avec le compositeur : Emmanuel Hieaux
l’auteur-interprète : Bruno Belthoise
et  les enfants : Léo (11 ans), Clara (9 ans), Félix (5 ans)
CLARA (à Bruno) : Est-ce que c’est toi qui  a inventé l’his­toire d’Hänsel et Gretel ?
BRUNO : Non, c’est un conte très ancien qui vient d’Allemagne et qui est arrivé chez nous il y a bien longtemps grâce au récit des frères Grimm. Cependant, j’ai voulu le raconter à ma manière. J’ai donc gardé les mêmes personnages et imaginé une façon nouvelle de les faire vivre dans l’histoire. C’est pour cela que tu entends des mots amusants, parfois horribles et que tu te fais des images dans la tête grâce à la couleur de la voix et de la musique. J’ai donc écrit l’histoire afin qu’Emmanuel puisse inventer sa musique au gré des événements et des sentiments : la faim, le jeu, la peur, la découverte, la gourmandise, la fureur, l’abandon, l’action, la joie et l’espoir… Tout ces sentiments existent dans le conte mais ils apparaissent ici de façon plus surprenante : en s’amusant.
LÉO (à Emmanuel) : Comment es-tu devenu compositeur ?
EMMANUEL : Quand j’étais tout petit, à l’âge de Félix. Je me souviens lorsque j’avais six ans, mes grands frères me voyaient en train d’écrire dans la salle de jeu et me demandaient ce que j’étais en train de faire, je leur répondais innocemment “Regardez, j’écris du Ravel !”. Il me semblait alors qu’un musicien ne devait jamais être en vacances; j’apprenais avec ma sœur aînée des morceaux que je jouais à mon professeur de piano. Tout seul dans la pièce, je saluais un public imaginaire et me disais avant d’improviser au piano : “Mozart va vous jouer un concert !”. J’aimais inventer.
LÉO : Alors, tu n’as jamais “appris” à composer ?
EMMANUEL : Si, bien sûr, mais pas tout de suite. D’abord, j’ai entendu à onze ans, comme toi, le Boléro de Maurice Ravel qui m’a fait prendre conscience des merveilleuses sonorités des instruments de l’orchestre. J’apprenais toujours le piano mais je n’avais plus la même facilité pour inventer que lorsque j’étais un petit enfant. Grâce à un compositeur nommé Jacques Castérède, rencontré quand j’avais vingt-deux ans, j’ai pu retrouver une nouvelle envie d’écrire de la musique. Avec lui, j’ai travaillé et appris différentes façons savantes de composer, ce qu’on ap­pelle l’“harmonie” (étude des accords pour apprendre à composer) et le “contrepoint” (l’art d’écrire plusieurs mélodies en même temps). Je me suis mis à faire des morceaux à la manière de Schubert ou de Mozart et puis ensuite des morceaux qui étaient vraiment ma musique à moi.
LÉO : Comment as-tu fait pour écrire de la musique avec l’histoire ?
EMMANUEL : Ce n’est pas venu d’un seul coup ! Tous les jours, je lisais le texte de Bruno. Je me suis complètement oublié pour me retrouver dans Hänsel et Gretel. J’ai commencé à écrire à partir du moment où je n’ai plus du tout pensé à moi. J’étais devenu le troisième enfant de l’histoire, l’enfant caché qui ne pouvait rien faire mais qui regardait Hänsel, Gretel et la sorcière. J’arrivais à voir et à ressentir tout comme les enfants et j’ai essayé de le retranscrire en musique.
CLARA : Oui, mais toi t’es pas un enfant !
EMMANUEL : Si ! Je suis redevenu un enfant, en entrant dans le conte comme à travers une porte, sans savoir ce que je trouverais de l’autre côté - comme vous entrez vous-mêmes dans l’histoire - et j’ai eu peur de la sorcière.
FÉLIX, tout fier : Oui mais moi, j’ai pas peur de la sorcière !
EMMANUEL : Toi tu n’as pas eu peur et je parie même que tu as ri en entendant la sorcière.
CLARA : C’est le moment que je préfère ! Est-ce que tu t’es inspiré de quelque chose pour changer souvent ta musique ?
EMMANUEL : Tu as sûrement reconnu des mélodies qui viennent de petites chansons comme Cadet Rousselle ou Nous n’irons plus au bois… Ce sont les chansons que je me chantais en jouant quand j’étais petit. Il y a aussi Auprès de ma blonde et Jeanneton prend sa faucille ou bien Les lauriers sont coupés. Si tu es très attentive, tu entendras Loup y-es-tu ? au moment où la forêt devient noire lorsque Hänsel et Gretel sont perdus. Tu pourras même reconnaître A la claire fontaine, cette mélodie se cache entre autres dans la chanson de la sorcière.
CLARA : Pourquoi Bruno chante faux pour la chanson de la sorcière ?
EMMANUEL : As-tu déjà entendu une sorcière qui chantait juste ? Si elle chantait juste, on aurait envie de tomber amoureux d’elle. Avec une voix fausse, on déteste la sorcière et on se moque d’elle.
CLARA : Hänsel et Gretel reviennent avec seulement deux pains d’épice à la fin de ton histoire, ils sont toujours pauvres alors ?
BRUNO : Les deux pains d’épice, c’est la sorcière et sa baguette transformées dans le four. C’est leur trésor. Les enfants sont forts et peuvent désormais se débrouiller dans la vie, devenir grands car ils ont réussi une épreuve difficile en se débarrassant de la sorcière. Ils ont retrouvé leurs parents et ramené du bonheur à la maison, c’est leur richesse.
CLARA (à Emmanuel) : Est-ce que tu inventeras d’autres musiques sur d’autres histoires ?
EMMANUEL : Oui, j’adore faire ça. D’ailleurs, il y a quelques années, j’ai écrit une musique pour un film muet intitulé l’Aurore; je peux jouer ma partition au piano tandis que tu regardes les images du film.
LÉO (à Bruno) : Comment est-ce que tu peux raconter des histoires en jouant du piano en même temps ?
BRUNO : J’aime toujours raconter des histoires que j’improvise pour mes propres enfants, même sans musique. Mon grand-père était écrivain. Il y avait une grande bibliothèque chez lui. Tous ces livres m’impressionnaient beaucoup. Grâce à lui, lorsque j’étais enfant, j’ai pu aller souvent au théâtre. Même si parfois, je n’avais pas envie d’y aller car je préférais rester jouer à la maison, je revenais toujours heureux du spectacle et émerveillé parce que les comédiens m’avaient raconté une histoire sur la scène. Devenu adulte, j’ai eu envie de raconter moi-même avec ma voix et avec le piano. J’ai commencé avec l’histoire de Babar, dont les dessins sont remplacés par la musique de Francis Poulenc. Je peux aujourd’hui réaliser le rêve d’être à la fois musicien et comédien pour des enfants. Il faut beaucoup travailler pour arriver à jouer et à parler en même temps. Béatrice Belthoise, qui est comédienne, m’a beaucoup aidé pour y parvenir.
FÉLIX (à Bruno)  : Tu peux raconter l’histoire de la petite fourmi ?
BRUNO : Il était une fois…
   
Emmanuel Hieaux
La double formation musicale et littéraire d’Emmanuel Hieaux, né en 1958, le destinait tout particulièrement à écrire la musique pour Hänsel et Gretel. Pianiste lui-même, il avait en outre offert à Bruno Belthoise ainsi qu’à son épouse Hélène, les Noces d’Ecume, long mouvement pour quatre mains. Ont suivi Sept Tourne-Pages pour la même formation, les Danses de l’heure blanche, que Bruno Belthoise créa en compagnie de l’altiste Jean-Claude Dewaele, tous deux dédicataires. Sensible au monde magique de l’enfance, il a publié au Chant du Monde Colin-maillard sous la pluie ; on notera également Les Heures d’après goûter de l’enfant rêveur. Loin de s’en tenir à l’art du piano, Emmanuel Hieaux a aussi écrit des cantates toutes interprétées par les différents ensembles vocaux formés par Anne Chew, dirigés par Sylvain Fleury et Roberto Gatto ; de la musique de chambre – souvent le résultat de commandes – comme Le Chant Retrouvé, quintette créé par le Quatuor Kocian et le pianiste Yvan Klanski ainsi que La Prophétie de l’oubli, pour violon seul, dédiée à André Pons-Valdès. Les correspondances de la musique avec d’autres formes d’expression artistique ont été à l’origine de plusieurs de ses partitions, entre autres : Une création pour le film l’Aurore de Murnau ; un cycle de mélodies sur Gaspard de la nuit d’Aloïsius Bertrand ; six pièces pour flûte, violon, violoncelle et piano Sur Saint-Jean Baptiste écrites pour six tableaux du peintre Mario Alvarado ; une suite de six pièces pour piano intitulées Et Dieu vit que cela était bon et écrites pour les toiles du peintre Guillaume Villaros, également inspirées de la Genèse ; Mélange de vie et d’autre chose, mélodie parlée pour piano et récitant sur un texte de Geneviève Bouchiat. Plusieurs œuvres ont fait l’objet d’un disque compact ; enregistrées par l’Ensemble Rhapsodes, elle ont été diffusées sur les ondes françaises et internationales par les soins de Radio-France.  
 
Laurent Martin
Après des études supérieures au Conservatoire de Paris, il est lauréat d’une fondation suisse et se perfectionne à Nice avec Germaine Audibert et à Paris avec Pierre Sancan. Il se distingue dans plusieurs concours internationaux, en particulier à Barcelone, et se consacre au récital et à la musique de chambre avec Marielle Nordmann, Patrice Fontanarosa, Gordan Nikolitch, Jean-Marie Trotereau, Jean-Philippe Vasseur ou le Trio Ozi. Il accompagne également la cantatrice suisse Brigitte Balleys. Outre le grand répertoire classique et romantique, il interprète en tant que soliste de nombreuses pièces méconnues du XIXe siècle et du début du XXe siècle comme les œuvres de Federico Mompou (1893-1987) qu’il aime particuliè­rement. Il sort de l’oubli de multiples œuvres sommeillant dans les bibliothèques ou chez les éditeurs, comme celles de Charles Valentin Alkan, Georges Onslow, Napoléon Reber ou encore récemment Mel Bonis (1858-1937) et Charles Loeffler (1861-1935). Il a ainsi réalisé en première mondiale de nombreux enregistrements, diffusés internationalement et salués par la critique aux Etats-Unis, en Angleterre, Allemagne, Hollande, Belgique et France. Depuis 1989, il a donc gravé plus de vingt disques compacts où l’on trouve également les grands compositeurs Lizst, Schumann, Chabrier, Scriabine, Berlioz, Saint-Saëns, Magnard, Caplet... Avec Bruno Belthoise, Laurent Martin a enregistré Le Carnaval des Animaux pour les Editions Frémeaux & Associés. Ensemble, ils ont réalisé plusieurs concerts particulièrement destinés au jeune public, en tournée pour l’Alliance Française ainsi que dans des festivals tels que Les Concerts de Vollore, Les Arts sur le sable, Classique au vert, Musique en Auvergne.
   
Discographie de Bruno Belthoise
Francis Poulenc
La véritable Histoire de Babar
FRÉMEAUX & ASSOCIÉS   


Camille Saint-Saëns & Le Carnaval des Animaux 
FA 804


Johann-Sebastian Bach          
Trois sonates
BWV 1027 - 1029       
CYBELIA – CY 1102


Un soir à Vienne       
Ensemble viennois de Paris   
EV 9804


Francisco de Lacerda
Œuvres pour piano     
CORIOLAN - COR 330 701


Armando José Fernandes       
Œuvres pour piano     
CORIOLAN - COR 330 901


Luiz Costa      
Œuvres pour piano     
CORIOLAN - COR 330 0001


Armando José Fernandes       
Sonatas           
CORIOLAN - COR 330 0201


Nouvelles folies d’Espagne   
Fandango (composition)        
AIME LA BELLE - Lci 01/0

 

Bruno Belthoise
Conteur et pianiste, Bruno Belthoise assure ces deux rôles avec une maîtrise stupéfiante : disant, voire mimant le texte en comédien professionnel accompagnant lui-même sa propre voix lorsque le texte l’exige, jouant seul la partie pianistique en virtuose accompli : un “one man show” sidérant. Ouest-France

Prix de la Fondation de France en 1988, Bruno Belthoise obtient le Diplôme Supérieur d’Exécution à l’Ecole Normale de Musique de Paris en 1989 et se voit attribuer une bourse de la Fondation Laurent-Vibert en 1991 et 1992. Invité dans de nombreux festivals pour des récitals et en musique de chambre, il participe à des émissions pour France-Musique (Paris), Saarländischer Rundfunk (Saarebrücken) ou Antena 2 (Lisboa). Bruno Belthoise interprète à ces occasions un répertoire qui va de J.-S. Bach aux compositeurs de notre temps. Il assure en France et à l’étranger la création d’œuvres d’Alexandre Delgado, Sérgio Azevedo, Emmanuel Hieaux ou Bernard de Vienne. Depuis plusieurs années, Bruno Belthoise consacre avec passion son talent aux compositeurs du Portugal. Il crée en France la première collection de disques dédiée aux œuvres portugaises pour piano et interprète ces musiques lors de ses récitals. Sa contribution pour la connaissance de ce répertoire à l’étranger est encouragée par les plus prestigieuses institutions du Portugal. Parallèlement, Bruno Belthoise cultive un art subtil de conteur qu’il n’hésite pas à associer à son piano. En 1996, il crée le spectacle musical Babar et autres histoires avec les musiciens du concert impromptu. Auteur de textes, il enregistre en 1997 et en 2002 deux albums pour Frémeaux & Associés qu’il interprète comme pianiste et récitant. Avec plus de 130 concerts narratifs réalisés depuis 1995, il est l’un des artistes les plus engagés dans une démarche culturelle en direction du jeune public.

Préférant la diversité des modes d’expression et des répertoires, Bruno Belthoise collabore avec le chanteur-compositeur syrien Abed Azrié. Ils réalisent des récitals ainsi qu’un album “live” enregistré à Radio-France en 2002. Ses projets de compositeur l’amènent à écrire pour le quintette à vent à l’intention du concert impromptu dans le cadre de leur spectacle Nouvelles folies d’Espagne. Toujours attiré par le théâtre et la poésie, Bruno Belthoise collabore en tant que pianiste-compositeur et comédien avec la Compagnie Alain Rais. Ensemble, ils créent l’adaptation scénique et musicale du Poète à New York d’après Federico García Lorca au Théâtre de Chartres en 2003. Salué par la presse, ce spectacle est repris pour 25 représentations à Paris.
     
Georges Bizet et les Jeux d’Enfants
Fils d’un coiffeur-perruquier également professeur de chant et d’une mère pianiste amateur, Georges Bizet (1838-1875) révèle très tôt des dons exceptionnels pour la musique et entre au Conservatoire de Paris à l’âge de neuf ans. Il collectionne les premiers prix (solfège, piano, orgue, fugue) puis travaille avec Gounod, qui lui portera une réelle affection. En 1855, il compose à 17 ans la Symphonie en ut ! Bizet remporte le premier grand prix de Rome en 1857 et passe cinq ans en Italie. De retour à Paris, la précarité de sa situation le conduit à accepter toutes sortes de travaux et à entreprendre la transcription pour piano de nombreuses pages célèbres, voire d’opéras entiers. Heureusement, il est à l’abri des soucis matériels depuis son mariage en 1869 avec Geneviève Halévy qui, des années plus tard, servira de modèle à Marcel Proust pour le personnage de la duchesse de Guermantes. Excellent pianiste, Bizet subjugue Berlioz et Liszt par l’ai­sance de son déchiffrage et la sûreté de son jeu. Il n’aura de cesse de tenter avec difficulté de s’imposer sur les scènes parisiennes grâce à ses opéras, sans se douter que sa Carmen deviendra, après sa mort en 1875, le grand succès universel que l’on connaît.

En attendant que son opéra Djamileh soit monté, Bizet achève en 1871 une suite de pièces intitulée Jeux d’enfants, que l’éditeur Durand lui achète pour 600 francs en deux versions, l’une pour clavier à quatre mains (douze pièces) et l’autre pour orchestre (cinq pièces). Louis Gallet décrit Bizet à l’époque de la rédaction des Jeux d’enfants dans sa maison du Vésinet :  “En chapeau de canotier, en veston large, il se promenait avec l’aisance heureuse d’un gentilhomme campagnard, fumant sa pipe, devisant joyeusement avec ses amis, les recevant à sa table avec une bonhomie toujours un peu narquoise (...) L’air toujours très doux et très fin sous le binocle inamovible, la lèvre presque continuellement arquée par un sourire imperceptiblement moqueur, il causait discrè­tement d’une voix un peu sifflante et de cet air détaché que je lui ai toujours connu.” L’intention des Jeux d’Enfants, composés de douze pièces pour piano à quatre mains, est proche des Scènes d’enfants de Schumann mais l’imitation s’arrête au titre. Bizet, ici, fait plus penser à la tradition de Couperin ou à la précision d’écriture de Rameau qu’à l’école allemande. Avec cette œuvre, Bizet repense sa manière d’écrire, la précise, la dirige vers un style de plus en plus personnel et original. L’esprit, la vitalité, l’élégance et la tendresse abondent dans cette musique dans laquelle un adulte se remémore avec nostalgie des souvenirs d’enfance. La partition, emportée de bout en bout par un remarquable élan vital, est l’une des premières pages d’envergure de la littérature française pour piano à quatre mains.  
Dans cet enregistrement, vous entendrez successivement les pièces dans l’ordre suivant : Les chevaux de bois – L’escarpolette – Trompette et tambour – La poupée – La toupie – Colin-maillard – Les quatre coins – Petit mari, petite femme – Saute-mouton – Le volant – Les bulles de savon – Le bal.
   
À l’époque de Georges Bizet et du petit Florentin…
La journée de Florentin est une histoire inventée. Le petit garçon et le compositeur Georges Bizet ne se sont donc jamais rencontrés réellement. Cependant, tous deux vivaient à la même époque de l’histoire de France que l’on appelle le second Empire. A cette époque, la France était gouvernée avec autorité par Napoléon III* qui fut empereur de 1852 à 1870.  

S’amuser en toutes circonstances…
Pendant le second Empire, les parisiens aimaient particulièrement se distraire, faire la fête ou simplement se promener. Ils allaient s’amuser dans les guinguettes*, dans les bals où l’on aimait danser la valse, la polka ou le galop au milieu de décors séduisants, drôles et parfois même extrêmement imaginatifs. Au Bal Mabille*, par exemple, on trouvait une petite forêt de palmiers en zinc remplie de lampadaires colorés. Les parades, le carnaval étaient pour les gens de bons prétextes pour se déguiser avec toutes sortes de costumes amusants : en Arlequin, en Pierrot… Les fêtes populaires, comme celle du Bœuf gras, fleurissaient et l’on ne manquait pas d’assister aux défilés victorieux des soldats de l’Empereur revenant de guerre. Il y avait aussi les multiples théâtres de la capitale. Le public aimait se rendre à des spectacles de vaudevilles* ou allait admirer Robert Houdin*, le grand magicien, qui réalisait l’un de ses incroyables numéros nommé la “suspension éthérée” pendant lequel il faisait s’envoler un petit garçon dans les airs. Ce numéro lui valait  chaque fois un tonnerre d’applaudissements.

Et la musique ?
En 1860, le chef d’orchestre Jules Pasdeloup inventa les “Concerts populaires” qui se donnaient au Cirque Napoléon*. Le prix des places n’était que de 75 centimes, ce qui permettait aux gens qui avaient peu d’argent de pouvoir assister à des concerts de musique classique. Comme le phonographe* n’existait pas encore, ce fut un succès immédiat ! En 1872, Georges Bizet fut très applaudi lors de l’exécution, aux Concerts Pasdeloup, de la musique de scène qu’il composa pour l’Arlésienne d’Alphonse Daudet. Il y avait aussi le compositeur Jacques Offenbach qui triomphait au Théâtre des Bouffes-Parisiens avec ses opérettes* pleines de gaieté, comme Orphée aux enfers et son célèbre Cancan*. Au même moment, on bâtissait le Palais Garnier pour repré­senter les opéras ; les travaux dureront quatorze ans tant la décoration était luxueuse.
 
Inventions et expositions
A cette époque, on construisit de nouvelles usines, des routes pour aller plus facilement dans les campagnes du pays et surtout des nouvelles voies de chemin de fer. Les belles locomotives à vapeur, crachant de la fumée noire de charbon,  pouvaient ainsi faire des milliers de kilomètres à travers la France. En 1867, Napoléon III voulait montrer à la reine Victoria d’Angleterre que la France pouvait organiser une exposition grandiose. Cette année-là, grâce à l’Exposition Universelle de Paris, beaucoup d’inventions - comme l’ascenseur hydraulique ou le béton armé - furent présentées au public. On les utilise toujours à notre époque !  

Les parisiens dans la ville
Paris se transformait pour donner la ville que l’on connaît aujourd’hui. De nouveaux immeubles et de nouvelles avenues, éclairées la nuit par des lampadaires à gaz, étaient construites selon des plans dessinés par le Baron Haussmann*. Les plus riches parisiens, que l’on appelle les Bourgeois,  habitaient de beaux appartements très décorés et aimaient se promener sur les grands boulevards ou sur l’avenue de l’Impératrice* dans des voitures à cheval qui portaient de drôles de noms comme “Coupé”, “Phaéton” ou “Huit-ressorts”. Il y avait aussi les parcs, les jardins ou le bois de Boulogne et l’on croisait partout des messieurs en chapeaux hauts-de-forme, fumant des cigares, lisant leurs journaux . Les ouvriers vivaient dans d’autres quartiers plus éloignés du centre de Paris, leur vie était beaucoup plus difficile. Ils aimaient aussi s’amuser, à la foire aux pains d’épice, à la fête de Montmartre*, à la foire aux jambons. Un très célèbre écrivain, Emile Zola*, a raconté dans ses livres la vie des ouvriers de cette époque.

Les jeux d’enfants
Les petites filles bourgeoises, habillées de robes à crinoline* comme leurs mamans, jouaient avec de nouvelles poupées en porcelaine ou en biscuit*. Les garçons, quant à eux, refaisaient des batailles imaginaires avec de petits soldats de plomb copiés sur les tenues militaires des grognards* de Napoléon Ier . Dans la musique de Georges Bizet, les enfants jouent à saute-mouton, à colin-maillard, à la balançoire, à la toupie… Ces jeux ont-ils disparu ? Bien sûr que non ! Mais la musique du compositeur nous plonge dans son enfance et nous permet de mieux comprendre le charme de son époque. Avec un père coiffeur pour Georges Bizet et un papa menuisier pour Florentin, tous deux ont peut-être eu un peu la même enfance... L’école publique n’était pas encore obligatoire !    Bruno Belthoise
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS/GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA, 2003

Quelques mots expliqués
Napoléon III (1808-1873) : Charles Louis Napoléon Bonaparte, troisième fils de Louis Bonaparte et d’Hortense de Beauharnais.
Les guinguettes : Cabarets de la banlieue de Paris où l’on dansait et buvait du vin blanc.
Le bal Mabille : Situé avenue Montaigne, il est réputé pour ses valses et sera détruit en 1875.
Le vaudeville : Comédie légère et frivole, très à la mode.
Robert Houdin (1805-1871) : Il se consacre à l’étude de l’horlogerie, de l’électricité et à la construction d’automates, il crée les Soirées Fantastiques au Théâtre du Palais-Royal et devient le plus grand prestidi­gitateur du XIXe siècle.
Le Cirque Napoléon : Aujourd’hui Cirque d’Hiver, construit en 1852 par Jacques Ignace Hittorff, auteur du réaménagement de la place de la Concorde.
Le phonographe : Appareil qui reproduit des sons enregistrés sur un cylindre en étain, fabriqué par Thomas Edison en 1878 d’après une invention de Charles Cros.
L’opérette : Forme d’opéra où les couplets chantés alternent avec le parlé et dont le sujet est plutôt léger et amusant.
Le cancan : Danse excentrique en vogue dans les bals publics dès 1830.
Georges Haussmann (1809-1891) : Paris était une ville médiévale aux ruelles étroites, insalubres et mal famées. Pour remédier à cette situation, Haussmann expropria, indemnisa, défonça, rebâtit sans compter.
L’avenue de l’Impératrice : Construite par Haussmann, aujourd’hui l’avenue Foch.
Montmartre : Simple village jusqu’en 1860 où se tenait la fête patronale de Saint-Pierre. C’était un lieu de cabarets où régnait une joie folle et turbulente.
Emile Zola (1840-1902) : Il écrivit notamment Les Rougon-Macquart, histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second Empire.
Le biscuit : Pâte de porcelaine que l’on soumet à deux cuissons successives.
La crinoline : Armature de cerceaux métalliques superposés qui donnait une grande ampleur à la jupe des robes.
Un grognard : Soldat de la vieille garde de Napoléon Ier.      

Illustrations couverture et livret : Chica.
   
HÄNSEL & GRETEL
conte musical pour les enfants perdus
Texte de Bruno Belthoise
Musique d’Emmanuel Hieaux
Bruno Belthoise, narration, piano et percussions

1. De l’autre côté
2. Coquine et canaillou
3. Ramages et mirages
4. Turlututu, enfants perdus
5. Finebouche en appétit
6. Sauvons-les !
7. Aux aguets
8. Liberté, récré, bon goûter
   

JEUX D’ENFANTS ou la journée de Florentin
Récit de Bruno et Béatrice Belthoise
Musique de Georges Bizet
Bruno Belthoise et Laurent Martin, piano à quatre mains

9. Journée de fête
10. Sur des balançoires
11. Toute une armée
12. Les yeux de la poupée
13. Toupie rouge
14. Florentin en Arlequin
15. Cache-cache
16. Petit Arlequin, petite Colombine
17. En sautillant !
18. Les papillons magiques
19. Danse des bulles
20. Les amours de Florentin
 

Conception : Bruno Belthoise
Direction artistique musique : Hélène Josse
Direction artistique voix : Béatrice Belthoise

Remerciements : Marie-Lise Heitzmann-Hieaux, Dominique Verdot, Sophie Gimenes, Guillaume Villaros

Ecouter Conte musicale pour enfants perdus (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.





EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 Hansel & Gretel : De l'autre côté - Bruno Belthoise05'18
02 Hansel & Gretel : Coquine et canaillou - Bruno Belthoise03'23
03 Hansel & Gretel : Ramages et mirages - Bruno Belthoise03'53
04 Hansel & Gretel : Turlututu enfants perdus - Bruno Belthoise02'50
05 Hansel & Gretel : Finebouche en appétit - Bruno Belthoise03'40
06 Hansel & Gretel : Sauvons les - Bruno Belthoise02'59
07 Hansel & Gretel : Aux aguets - Bruno Belthoise02'27
08 Hansel & Gretel : Liberté récré bon goûter - Bruno Belthoise04'19
09 Jeux d'enfants : Journée de fête - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise02'16
10 Jeux d'enfants : Sur des balançoires - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise02'24
11 Jeux d'enfants : Toute une armée - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise03'26
12 Jeux d'enfants : Les yeux de la poupée - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise02'49
13 Jeux d'enfants : Toupie rouge - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise01'26
14 Jeux d'enfants : Florentin en Arlequin - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise02'30
15 Jeux d'enfants : Cache cache - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise03'05
16 Jeux d'enfants : Petit Arlequin petite Colombine - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise02'46
17 Jeux d'enfants : En sautillant - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise02'07
18 Jeux d'enfants : Les papillons magiques - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise02'28
19 Jeux d'enfants : Danse des bulles - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise01'46
20 Jeux d'enfants : Les amours de Florentin - Bruno Belthoise, Béatrice Belthoise02'36
"Hänsel et Gretel" par Répertoire

“Le compositeur Emmanuel Hieaux a uni son talent à celui du pianiste écrivain Bruno Belthoise comme Francis Poulenc avait collaboré avec Thierry de Brunhoff pour l’histoire de Babar. C’est ce précédent illustre qu’évoque en effet Hänsel et Gretel. L’histoire (conte musical pour les enfants perdus) est joliment racontée. Les interventions musicales pianistiques, comme dans Babar, sont liées au texte qu’elles suivent assez fidèlement et dont il serait difficile de les détacher.“ RÉPERTOIRE




« Une rafraîchissante version audio » par Epok

Après le quelque peu ennuyeux Robinson Crusoé (le texte a, il faut l’avouer, mal vieilli), Frémeaux & Associés publie une rafraîchissante version audio d’un autre grand classique, des frères Grimm cette fois : Hänsel et Gretel, c’est l’histoire de ces deux enfants perdus qui découvrent une maison en sucre malheureusement propriété d’une sorcière dévoreuse de chair fraîche. Ici, le récit est enrobé d’une musique d’Emmanuel Hieaux qui s’infiltre dans les interstices du texte et en assure la mise en scène acoustique.
EPOK




« Sorcière mangeuse d’enfants perdus » par Centre France

Le château de Vollore dans le Puy de Dôme a failli avoir un donjon tout en bonbons, des murs de pains d’épices, des cheminées de nougat, un toit de tuiles aux amandes, des fenêtres en chocolat avec des vitres de sucre glace. Tous les enfants de 5 à 75 ans en auraient franchi les portes de caramel. Mais que les mélomanes en culottes plus ou moins courtes ne désespèrent pas, la magie opérera peut être à l’occasion d’une future édition des concerts de Vollore qui n’oublient jamais le public en herbe en lui consacrant une « Heure musicale pour les enfants ». En attendant, ils peuvent découvrir « Hänsel et Gretel » des frères Grimm, sur un album de Frémeaux & Associés. Emmanuel Hieaux en a composé une musique aux saveurs du conte, aux parfums colorés ; Mélodies fruitées, presto acidulés ou élégies sucrées, croustillants accords et succulentes appoggiatures illustrent le texte joliment adapté par Bruno Belthoise. Aussi fin pianiste que convaincant conteur, ce dernier réalise une magique complémentarité entre les mots et les notes. Demain lundi, cette « Heure musicale » partagera au moins avec le disque, la pétillante partition des « Jeux d’enfants » de Bizet. Bruno Belthoise n’a pu résister au plaisir  d’accompagner cette œuvre pleine de charme pour piano à quatre mains, d’une histoire toute ourlée de tendresse et de merveilleux. Poète et virtuose, il est pour ce récital tout comme au disque, accompagné par Laurent Martin, directeur artistique du festival. Et à défaut de sorcière mangeuse d’enfants perdus, les spectateurs seront conviés au « Carnaval des animaux », la « Grande fantaisie zoologique » de Saint Saëns. Plus qu’un duo maestro de circonstance, nos deux interprètes ont aguerri leur parfaite complicité musicienne, au fil de tournées ovationnées.
CENTRE FRANCE




« Vivant, agréable et sympathique » par La Classe Maternelle

Avec ce CD, ce n’est pas un, mais deux contes qui sont proposés, puisqu’une seconde partie est consacrée à Jeux d’Enfants, sur une musique de Georges Bizet. Bruno Belthoise, conteur professionnel et pianiste, assure les rôles principaux de ces deux récits intemporels avec une maîtrise stupéfiante et s’y aventure avec originalité, appuyé par de puissantes et géniales envolées au piano qui donnent du volume aux sentiments éprouvés. L’ensemble, vivant, agréable et sympathique, s’adresse aux enfants de 6 à 10 ans. Le livret permet de rencontrer les artistes et comporte un lexique des mots clés ou difficiles.
LA CLASSE




« Histoire gourmande et intemporelle » par Circle Education

Depuis le conte des frères Grimm, qui n’a pas rêvé de découvrir un jour, comme Hänsel & Gretel, une maison sucrée à croquer par petits morceaux ? Pour autant, personne n’a vraiment souhaité rencontrer la terrible sorcière, cachée à l’intérieur…Bruno Belthoise a choisi de s’aventurer à sa manière dans cette histoire gourmande et intemporelle. Au fil du récit, la musique poétique du compositeur Emmanuel Hieaux se glisse entre les mots et devient tentation, dans frénétique sorcière ou…pain d’épices. Mais l’autre saveur de l’enfance est le plaisir renouvelé des jeux.
CIRCLE EDUCATION




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...