20 000 LIEUES SOUS LES MERS - D'APRES JULES VERNE

LU PAR CHARLES AZNAVOUR ET JACQUES GAMBLIN

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA868

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Souvent, on fait de Jules Verne l’un des pères de l’anticipation. Il est l’un des plus dignes champions des nouvelles sciences de la fin du 19e siècle et se fait le chantre de leur énorme appétit de connaissance, de compréhension de notre terre. Verne se montre en avance sur son temps en professant l’idée d’une utilisation respectueuse et raisonnée des ressources maritimes. Là réside un des signes du génie de ce roman, sans doute le chef d’œuvre de Verne : encore aujourd’hui, il propose un modèle de vie et de progrès éloigné de notre réalité.
Charles Aznavour incarne Nemo avec toute la force et l’ambiguïté du personnage et nous invite dans cet univers hors du commun. Sur une musique originale de Yassen Vodenitcharov, Jacques Gamblin se fait le narrateur passionné de cette histoire.


Auteurs d'aprés l'oeuvre de Jules Verne : Olivier Cohen & Eric Herbette.
Réalisation : Olivier Cohen
Musique originale de Yassen Vodenitcharov (Editions musicales Kos & Co - Frémeaux & Associés)
Droits : Frémeaux & Associés - La Librairie Sonore Jeunesse.
Production : Groupe Frémeaux Colombini SAS avec le soutien de la SCPP.
"

20 000 lieues sous les mers

20 000 lieues sous les mers
D’après Jules Vernes
Interprété par Charles Aznavour et Jacques Gamblin, Quentin Baillot et Olivier Werner

Composition originale de Yassen Vodenitcharov






DISCOGRAPHIE
01. Un animal fantastique 3:59
02. L’apparition du monstre 4:32
03. La noyade 3:41
04. Rendez-vous avec le capitaine Nemo 4:23
05. Expédition sous-marine 5:33
06. Une journée sur l’île 3:50
07. Les sauvages  4:08
08. Cimetière aquatique 2:10
09. Prisonniers de la glace 3:17
10. Le pôle Sud 3:34
11. L’attaque des poulpes 4:45
12. Sans issue 2:59
13. La tempête 2:15
14. La colère de Nemo 3:39
15. Aucun survivant 3:46
16. La fuite 5:30  

Jules Verne, auteur de science fiction ? Souvent, on fait de Jules Verne l’un des pères de l’anticipation. Mais si quelques œuvres, tel l’insolite « Paris au 20ème siècle » publié plus de 100 ans après sa mort, décrivent un univers purement imaginaire, très éloigné de celui dans lequel vivait Verne, la plupart de ces romans partent de la réalité et, à vrai dire, s‘y tiennent. Bien sûr, l’écrivain laisse libre à cours à son imagination et construit des intrigues que l’on doit qualifier de « non réalistes », mais le plus souvent, il se borne à tirer parti des connaissances de son siècle. Il s’en explique très clairement dans une interview qu’il accorde à la fin de sa vie à un journal britannique : « J’ai toujours cherché à fonder mes prétendues inventions sur une couche de faits véritables, et à employer dans la construction de mes romans des méthodes et du matériel qui ne dépassent pas entièrement la limite des possibilités et des connaissances actuelles. Prenez par exemple, le Nautilus. Tout compte fait, c’est un mécanisme sous-marin n’ayant rien de complètement extraordinaire ni au-delà des limites de la véritable connaissance scientifique. Il monte et il descend par des processus parfaitement faisables et familiers; les détails de sa direction et de sa propulsion sont parfaitement rationnels et compréhensibles. Même sa force motrice ne renferme aucun secret: le seul point où j’ai fait appel à l’imagination est dans l’application de cette force où j’ai laissé délibérément un blanc pour que le lecteur puisse tirer ses propres conclusions; un simple hiatus technique, pour ainsi dire, que tout esprit formé et pratique pourrait remplir. » Si le sous-marin décrit par Jules Verne se montre infiniment plus performant que ses modèles, notamment le Nautilus, construit en 1797 par l’ingénieur Robert Fulton, il ne fait que combiner les avancées techniques d’une technologie balbutiante. Ainsi, la technique de propulsion utilisée par Nemo, l’électricité produite à partir des ressources minérales de l’océan sera utilisée… plus de 30 ans plus tard! De même, la plongée sous-marine, le scaphandre autonome seront développés durant les décennies qui suivent la publication du roman. Là réside d’ailleurs une des grandes forces de l’auteur de 20 000 lieues sous les mers, savoir anticiper et imaginer les principales avancées technologiques de notre civilisation… et parfois même prévoir certaines des dérives dues à ces avancées. Plus tard, le roman fait passer le Nautilus sous le canal de Suez avant même sa percée officielle, et plus étonnant encore, sous l’Antarctique qu’on ne savait pas encore constituer comme un continent et non comme un bloc de glace flottante à la manière de l’arctique.

Ce désir et surtout cette capacité à rendre compte des évolutions de la science fait de Jules Verne l’un des auteurs les plus représentatifs de cette période charnière que représente la fin du dix-neuvième. Il faut en effet y voir un tournant crucial de l’évolution des idées: Auguste Comte (1798-1857) fonde le positivisme, système philosophique qui refuse les a priori métaphysiques, religieux et ne reconnaît que dans la seule observation des faits et dans l’expérience, les fondements de la connaissance. A ce bouleversement succède une autre révolution, celle que suscite la publication de l’ouvrage de Charles Darwin (1809 - 1882) « de l’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ». Enfin, en 1866, Ernst Haeckel, biologiste allemand (1834 - 1919) conçoit une nouvelle science : l’écologie, qui étudie les relations des êtres vivants entre eux et avec leur milieu.  Jules Verne se montre l’un des plus dignes champions de ces nouvelles sciences, et se fait le chantre de leur énorme appétit de connaissance, de compréhension de notre terre. Le contrat qui le lie avec son éditeur Hetzel semble parfaitement explicite à ce sujet, en le poussant à tenter de « résumer toute les connaissances géologiques, physiques, astronomiques amassées par la science moderne… ».  Dès le début du roman, d’ailleurs, Aronnax se fait porte-parole des nouveaux penseurs de ce siècle. Il ironise sur le talent de son complice, Conseil, à classifier, mettre en catégories mais son incapacité à « distinguer… un cachalot d’une baleine ». L’incar­cération du valet dans le Nautilus doit ainsi lui permettre de découvrir le bonheur d’une pratique sur le terrain, appuyée sur une confrontation avec l’objet d’étude, même s’il reste aussi délicat à appréhender que les fonds sous-marins.  Au fil du roman, Aronnax, lui aussi, se passionne pour ce qu’il voit, et change sa manière de concevoir la science et les mers. Lorsqu’on lui propose de s’évader, il hésite à quitter ce magnifique territoire de connaissances. Le séjour d’Aronnax dans le Nautilus le pousse même à mettre en doute nombre de ses préjugés, y compris ceux que véhiculent la religion. Lorsque Conseil lui demande en observant les barrières de corail : « Donc pour élever ces murailles… il a fallu? », le scientifique répond: « cent quatre-vingt-douze mille ans… ce qui allonge singulièrement les jours bibliques. D’ailleurs, la formation de la houille, c’est-à-dire la minéralisation des forêts par les déluges, a exigé un temps beaucoup plus considérable. » Ces remarques reprennent explicitement certains constats de la théorie de Darwin, et signalent que la bible se montre incapable d’expliquer correctement l’origine de la vie sur terre. Dans ces pages, Jules Verne se fait l’interprète des doutes qui commencent à s’installer dans la pensée de beaucoup de ces contemporains… au moins les scientifiques et les penseurs. 

Il semble d’ailleurs intéressant de noter que « 20000 lieues sous les mers » multiplie les citations bibliques et mythologiques pour mieux les récuser. D’abord, le texte fait référence au Léviathan, monstre de la mythologie phénicienne cité dans la bible: « il y croit comme certaines bonnes femmes croient au Léviathan. », puis au chevalier de Rhodes, ce combattant qui lutta contre un dragon en habituant ses chiens à le voir grâce à un monstre de carton, à l’Argus, le gardien d’Io, berger pourvu de centaines d’yeux par zeus, puis à Jonas, qui se fit avaler par la baleine, enfin à Œdipe, à l’arche sainte etc. Ces citations apparaissent comme les résurgences d’un autre âge, celui où l’on devait imaginer des dieux, des héros pour tenter de mieux comprendre l’univers ou, en quelque sorte, l’apprivoiser par un système de personnification. En s’éloignant de ce « travers », les héros de Verne passent de l’ignorance à la connaissance, de l’explication mythologique à la découverte empirique. Chantre de l’une des plus riches époques de notre histoire, Jules Verne place d’ailleurs explicitement son roman dans l’espace culturel bouillonnant de son époque, et multiplie les références aux auteurs qui accompagnent ses mutations: Hugo, Michelet, Poe, autre écrivain jouant parfois de l’anticipation ou encore Sand, son inspiratrice, qui lui a soufflé l’idée de décrire un nouveau voyage extraordinaire dans l’océan.  Verne fait ainsi référence aux récits de voyage des grands explorateurs de son époque, qui, un peu à la manière de leurs ancêtres du 15 et 16èmes siècles, veulent domestiquer la planête entière et découvrir les dernières régions inexplorées de notre globe. Jules Dumont d’Urville, qui décrit l’exploration du pôle Sud, influence sans doute une partie du roman dans la région de l’Antarctique.  « 20000 lieues sous les mers » peut apparaître comme une ode à la volonté de conquête et de connaissance du monde, jusqu’à ses derniers recoins, jusqu’à son dernier territoire inconnu, dernier grand rêve de l’homme, la mer qui représente près de deux tiers de notre planète. Le Nautilus figure la puissance de l’homme à qui rien ne doit résister, en tout cas plus la nature, ainsi que l’affirme la fin du récit: « c’est la narration fidèle de cette invraisemblable expédition sous un élément inaccessible à l’homme et dont le progrès rendra les routes libres un jour. » Mais l’originalité et la force de cette ode implicite au progrès, à la connaissance, tient à ce qu’elle s’accompagne de son nécessaire pendant: une réflexion en profondeur sur les mutations entreprises par ce siècle, une analyse des rapports entre l’homme et sa planète. 

Si Nemo - « personne » en latin - ne semble plus faire partie de notre espèce, c’est que la violence et les erreurs des autres l’en ont exclu. D’abord Polonais dont la famille a été décimée par l’oppression russe - ce qu’a refusé l’éditeur, Nemo devient finalement un prince indien, fils d’un râja, épris de science et de liberté, opposé à l’oppresseur anglais depuis la mise en esclavage de son peuple et le meurtre de sa famille. Le personnage, révolutionnaire internationaliste avant la lettre, réunit un équipage réunissant toutes les nations et lutte pour aider les opprimés, comme les insurgés crétois contre l’empire ottoman. Cet homme, né trop tôt, ou trop idéaliste, condamne une civilisation inégalitaire et archaïque. Par ailleurs, on perçoit rapidement dans ses propos ce qu’on doit qualifier de principes, d’idéaux écologiques : le capitaine Nemo recherche activement un équilibre avec l’environnement qui l’accueille, profitant des richesses de la mer sans la dénaturer. Il désire même la protéger contre les méfaits et la tyrannie des hommes.  Là encore, Verne se montre en avance sur son temps en professant l’idée d’une utilisation respectueuse et raisonnée des ressources maritimes. Il presse notre besoin des richesses de l’océan. Il sait qu’une des principales luttes de notre espèce sera l’exploitation des richesses des fonds sous-marins. En cela, il reste même en avance sur notre temps, puisque nous n’avons pas encore lancé cette nouvelle et indispensable conquête. Là réside un des signes du génie de ce roman, sans doute le chef d’œuvre de Verne: encore aujourd’hui, il propose un modèle de vie et de progrès éloigné de notre réalité.
Olivier COHEN
© 2008 Frémeaux & Associés – Groupe Frémeaux Colombini SAS   

Yassen Vodenitcharov
Yassen Vodenitcharov est né en Bulgarie le 19.05.1964. Après ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Sofia, en 1990 il arrive à Paris pour suivre un stage de musique électroacoustique au GRM, à Radio-France.  En 1995 il obtient son prix de composition au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Paul Méfano. En 1997 il obtient le Diplôme d’Etudes Approfondies de Musique et de Musicologie de XXème siècle, à l’IRCAM. En 2005 il a été invité par l’Association Française des Affaires Artistiques, comme compositeur en résidence, à la Villa Kujoyama à Kyoto, Japon. En 2008 il soutient sa thèse de doctorat en musicologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Son œuvre comprend une cinquantaine de pièces  (solos, musique de chambre, orchestre, musique vocale et opéras, musique électroacoustique), jouées et radiodiffusées dans la plupart de pays d’Europe, ainsi qu’au Japon, en Amérique du Nord et au Venezuela.  

Charles Aznavour
Charles Aznanavourian, plus connu sous le nom de Charles Aznavour, est né à Paris en 1924 de parents arméniens. Son père est chanteur baryton et sa mère est actrice. Le petit Charles grandit dans une ambiance de musique et de théâtre et joue dans des pièces dès l’âge de 9 ans. C’est en accompagnant sa sœur Aïda dans une troupe de variété qu’il fera ses premières armes. Les années passent, les spectacles se succèdent, Aïda chante, entraînant son frère dans son sillage, mais Charles a un physique difficile et une voix que l’on dit “ingrate”. C’est également grâce à sa soeur que Charles va faire la connaissance de Pierre Roche, pianiste compositeur avec qui il va former un duo sous le nom de Roche et Aznavour, dans lequel Charles devient le parolier attitré de Roche.  Juste après la guerre, Aznavour se met à écrire pour Edith Piaf qui l’emmènera, avec la Compagnie de la Chanson, pour une grande tournée Française. Lorsqu’elle partira à New York, Charles et Pierre la suivent et vont au Canada où ils rencontrent un succès immédiat. Influencé par Edith Piaf, il quitte Roche et rempli seul le Carnegie Hall, le San Francisco Chronicle parle de lui comme « d’une icône de l’ère Sinatra et Minelli ». Il n’est pas un tour de chant dans lequel se trouve au minimum une chanson de Charles Aznavour, les médias aiment ses chansons, mais trouvent sa voix inaudible et son style de « chanteur-acteur peu commercial ». Au retour de sa tournée en Afrique du Nord, la direction du Moulin Rouge l’engage pour la première fois en tête d’affiche. Bruno Coquatrix suit le mouvement et lui propose 3 semaines à l’Olympia en première partie de Sydney Bechet. Puis, c’est la concrétisation à l’Alhambra qui fait de Charles la jeune vedette numéro 1 en France. Avant d’arriver là, que de galères... “On m’a hué, envoyé des sous, des canettes de bière mais j’ai tenu et je suis là”. Il décroche enfin “le contrat”: 3 semaines en attraction à l’Alhambra de Paris. C’est un succès et le métier comprend qu’il va falloir maintenant compter avec Aznavour.  C’est en 1955 que débute sa carrière cinématographique: il obtient le prix d’interprétation masculine française avec l’Étoile de Cristal. En 1957 il tourne deux films en vedette : Paris Music Hall et La tête contre les murs de George Franju, tout en poursuivant parallèlement sa carrière de chanteur. Deux passages à l’Alhambra et puis la tête d’affiche à l’Olympia. En 1963, il va à New York ou il présente son récital au Carnegie Hall. La critique est enthousiaste. Aznavour va commencer son “Tour du Monde” de la chanson. S’enchaînent le Liban, la Grèce, l’Afrique Noire, il part à la conquête de l’URSS puis revient à l’Olympia de Paris pour son “One Man Show“ de 30 chansons, accompagné par le grand orchestre de Paul Mauriat.  Après un bref séjour aux USA, il revient en décembre à Paris pour la mise en route de sa première opérette, Monsieur Carnaval, au Châtelet, interprétée par Georges Guétary et Jean Richard. Ce spectacle est un gros succès dont il sortira un nouveau hit : La bohême. Charles reprend les routes du monde et, cette année là, on le voit au Canada, en Martinique, en Guadeloupe, au Maroc, en Espagne, au Portugal, en Angola, et enfin, en Amérique du Sud. Pour lui, les choses vont toujours aussi bien de l’autre côté de l’atlantique: Ray Charles chante La Mamma, Shirley Bassey et Fred Astaire Les plaisirs démodés. Puis, les années se suivent ainsi que les succès. Il écrit, il chante et tourne, 81 pays l’accueillent successivement, il participe à plusieurs films parmi lesquels Le tambour de Volker Schloendorf. En 1986, Charles Aznavour ajoute une corde à son arc en écrivant le scénario Yiddish connection produit par Paul Boujenah, avec André Dussolier et Ugo Tognazzi. En 1997,  il est décoré “Officier de l’ordre de la Légion d’Honneur”, puis a été élevé par le Président de la République Française, aux rangs de « Commandeur de la Légion d’Honneur » et « Commandeur dans l’ordre National du mérite ».  À 84 ans, Charles Aznavour nous offre une interprétation magique du capitaine Némo en lui prêtant son timbre unique de voix, chargé d’expérience, qui illustre parfaitement l’attitude solitaire et mystérieuse du capitaine.   

Jacques Gamblin
Jacques Gamblin est né le 16 novembre 1957 à Granville, au nord-ouest de la France. Il découvre le métier d’acteur et se prend de passion pour la comédie en  travaillant comme technicien au Théâtre du Totem à Saint-Brieuc. Il commence alors des études au Centre dramatique de Caen. En 1978, Jacques Gamblin joue son premier rôle au Théâtre national de Bretagne dans La Ballade de Billy peau d’argile avant de partir pour les planches à Paris. A l’âge de 31 ans, il apparaît pour la première fois au cinéma dans le film Périgord noir de Nicolas Ribowski. Depuis 1988 on l’a vu dans une série de films très différents les uns des autres.  Récemment, Jacques Gamblin a créé des personnages inoubliables. Citons, par exemple, son interprétation de Garris, homme simple et généreux dans Les Enfants du Marais (1998) de Jean Becker ou son incarnation du jeune père adoptif Pierre dans Holy Lola (2003) de Bertrand Tavernier. Mais c’est son rôle d’André Lemoine dans le film Pédale douce de Gabriel Aghion, qui l’a fait découvrir du grand public. Son interprétation de Jean Devaivre dans le film Laissez-passer de Bertrand Tavernier est un autre grand succès. Il remporte d’ailleurs le Prix d’interprétation au Festival de Berlin en 2002 pour ce rôle.  Parallèlement à son travail d’acteur, il s’est également lancé dans l’écriture. En 1992 il publie sa première pièce, Quincaillerie, avec laquelle il sillonne les théâtres de France. En outre, il publie ses livres : Le toucher de la hanche et Entre courir et voler, y’a qu’un pas, papa en 1997 et 2003.  En 2001 Jacques Gamblin a réalisé son premier enregistrement pour les éditions Frémeaux & Associés en prêtant sa voix au célèbre héros de Maurice Leblanc, Arsène Lupin (Maurice Leblanc, Arsène Lupin – La Demeure mystérieuse, FA8018). En outre, il a lu les Contes de Perrault (Cendrillon – Barbe bleue – Riquet à la houppe – Les Fées, FA832) aux côtés de Catherine Frot. A la suite de ces textes pour enfants, il prête sa voix à Rachilde et l’un de ses romans les plus célèbres, La Tour d’amour (Rachilde, La Tour d’amour, FA8040), Pensées à moi-même - Marc Aurèle.   

Ecouter 20 000 lieues sous les mers D’après Jules Vernes (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 Un animal fantastique - Aznavour Charles03'59
02 L' apparition du monstre - Aznavour Charles04'32
03 La noyade - Aznavour Charles03'41
04 Rendez vous avec le capitaine Nemo - Aznavour Charles04'23
05 Expédition sous-marine - Aznavour Charles05'33
06 Une journée sur l'île - Aznavour Charles03'50
07 Les sauvages - Aznavour Charles04'08
08 Cimetière aquatique - Aznavour Charles02'10
09 Prisonniers de la glace - Aznavour Charles03'17
10 Le pôle sud - Aznavour Charles03'34
11 L'attaque des poulpes - Aznavour Charles04'45
12 Sans issue - Aznavour Charles02'59
13 La tempête - Aznavour Charles02'15
14 La colère de Nemo - Aznavour Charles03'39
15 Aucun survivant - Aznavour Charles03'46
16 La fuite - Aznavour Charles05'30
« Le grand visionnaire du XIXè siècle » par L’enseignant

Jules Verne, le grand visionnaire du XIXè siècle, était non seulement en avance sur son temps puisqu’il avait imaginé les grandes découvertes à venir de l’humanité : voyages dans les airs, sous la terre, vers la lune, etc, mais il suscita aussi des vocations de découvreurs et d’explorateurs tant la lecture de ses œuvres donnent des envies de grand large… 20000 lieux sous les mers, Jules Verne professe, avant l’heure, l’idée d’une utilisation respectueuse et raisonnée des ressources maritimes. Dans ce CD, Charles Aznavour y incarne le capitaine Némo en conservant la force et l’ambiguité du personnage […] L’ENSEIGNANT




« Le monde de Nemo » par Le Journal Du Médecin

20 000 lieues sous les mers, c’est un peu de misanthrope au fond de l’eau. Loin de la surface où les hommes s’étripent, le capitaine Nemo et ses invités captifs glissent dans une mer de tranquillité à bord du Nautilus que longtemps le professeur Aronnax avait pris pour un narval géant. Ce qui n’empêche l’animal de métal de subir une attaque de poulpes géants…C’est Charles Aznavour, et sa voix usée et lasse, qui prête ses traits vocaux au personnage d’un Nemo désabusé tandis que Jacques Gamblin campe un fringuant scientifique au milieu d’un décor sonore et musical qui rend à merveille compte du milieu aqueux (mais sans piano). Une réussite qui doit évidemment beaucoup à l’œuvre de Jules verne elle-même, un auteur que l’on sert sur ou dans les flots, particulièrement dans son élément…
B.R. - LE JOURNAL DU MEDECIN




"Jules Verne en livre audio" par La Classe

Le fabuleux roman de Jules Verne, sans doute le meilleur, 20 000 lieues sous les mers, est désormais accessible à tous dans une version sonore qui en restitue les moments les plus forts.C’est avec la plus grande attention qu’on suit l’épopée d’Aronnax et des siens à bord du Nautilus, la dimension à la fois extraordinaire et inquiétante étant parfaitement rendue par la musique originale de Yassen Vodenitcharov. Jacques Gamblin se fait le narrateur passionné de cette histoire, tandis que Charles Aznavour parvient à restituer toute la force et l’ambiguïté du capitaine Nemo.Un excellent moyen d’appréhender l’univers fantastique de Jules Verne, avant de se plonger, peut-être, dans la lecture intégrale du roman.
LA CLASSE




« Une plongée... écolo » par L’Alsace

Les vieux enfants (les plus jeunes aussi…) connaissent bien, ne serait-ce qu’à cause d’un film de Disney, les aventures du capitaine Nemo et du sous-marin Nautilus… Voici, cette fois, 20.000 lieues sous les mers raconté par le professeur Aronnax, alias Jacques Gamblin. On y retrouve donc la « chose énorme, plus vaste et plus rapide qu’une baleine » et bien sûr le harponneur Ned Land ou le domestique Conseil. Mais surtout cette écoute de Jules Verne révèle que le père de l’anticipation professait l’idée d’une utilisation respectueuse et raisonnée des ressources maritimes. L’ALSACE




« Passionnant » par Milan Jeunesse

Le plus célèbre roman de Jules Verne conté en musique pour le bonheur des petits et des grands. On retrouve le fameux capitaine Nemo à bord du Nautilus pour de fantastiques aventures. MILAN JEUNESSE




« Des comédiens aux voix bien caractérisées » par BNF

«  Pierre Aronnax, Ned Land et leurs compagnons se retrouvent prisonniers dans le sous-marin du capitaine Nemo, savant fou misanthrope. Certes, notre vision de monde sous-marin a bien changé depuis Jules Verne, mais cette errance aux confins du monde et de la civilisation possède encore son charme. Précis, détaché, Jacques Gamblin est un excellent récitant qui sait ménager des silences. Pour les personnages, Olivier Cohen a trouvé des comédiens aux voix bien caractérisées : étrange pour Conseil enjouée, jeune et populaire Ned Land. Quant à Aznavour, c’est un Nemo plus vrai que nature. La musique de Yodi Vodenitcharov laisse la première place aux dialogues et n’intervient que lors des moments d’action ou pour évoquer l’univers subaquatique. »
Par BIBLIOTHEQUE DE L’HEURE JOYEUSE




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...