SONATE POUR DEUX PIANISTES - A LA FRANCAISE JAZZ CONCERTO

JEAN BERNARD POMMIER & CLAUDE BOLLING

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA9505

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Qu’un pianiste de formation classique comme Jean-Bernard Pommier puisse réagir avec autant de plaisir, de vivacité et d’intelligence dans l’exécution de cette sonate, prouve que le jazz n’est plus un quartier réservé, un ghetto du monde musical. Il prouve aussi la grande compétence de Claude Bolling pour mettre en forme une pensée et une inspiration dont le modernisme peut aujourd’hui être assimilé par tous et la merveilleuse aptitude de Jean-Bernard Pommier qui réussit non seulement à illustrer avec panache le texte mais qui, par des interventions où sa personnalité n’est jamais étouffée par l’écriture, apporte des colorations neuves et une sensibilité unique.
Frank Ténot (1972)
 
La rencontre historique du Piano Classique avec le Piano Jazz. La Sonate pour deux pianistes est devenu un classique du mélange des genres.
Patrick Frémeaux & Claude Colombini (Editeurs en 2007)

Sonate pour deux pianistes • A la Française • Jazz concerto pour piano et orchestre.

Droits : Frémeaux & Associés pour Claude Bolling et Groupe Frémeaux Colombini SAS. (Existe aussi en coffret multiCDs chez Reader's Digest France)."
SONATE POUR DEUX PIANISTES

Jean-Bernard POMMIER et Claude BOLLING
SONATE POUR DEUX PIANISTES










Cette sonate et ce concerto s’écoutent avec un agrément constant. Musicaux au sens fort du terme, ingénieux, bien conduits, vivants, offrant aux solistes des prétextes à  virtuosité ébouriffante, ils vont droit au but et jamais ne fatiguent la toile, comme disent les peintres qui savent le danger de la surcharge et de l’empâtement. Notre époque ne s’attarde à rien; c’est peut-être sa meilleure qualité. Mozart, lui aussi, chante, sourit... et passe. C’est une bonne devise pour un artiste. 
Bernard GAVOTY

Les temps où les antagonismes opposaient le “jazz” et le “classique” sont maintenant révolus. Claude BOLLING révèle par ces enregistrements un aspect moins connu de son talent de compositeur et d’interprète. Pour lui, il n’existe pas de styles ennemis, mais seulement “la musique”. Il révèle par ces œuvres qu’il est parfaitement possible d’associer un pianiste de jazz  à un concertiste classique, à un quatuor à cordes ou à un orchestre symphonique. Une rencontre avec Jean-Bernard POMMIER, autre amoureux du piano est à l’origine de la réalisation de ce disque qui réunit trois œuvres d’aspects très différents d’un contenu musical captivant de charme, de force et d’invention créatrice.
(1972)

Qu’un pianiste de formation classique comme Jean-Bernard POMMIER  puisse réagir avec autant de plaisir, de vivacité et d’intelligence dans l’exécution  de cette sonate, prouve que le jazz n’est plus un quartier réservé, un ghetto du monde mu­sical. Il prouve aussi la grande compétence de Claude BOLLING pour mettre en forme une pensée et une inspiration dont le modernisme peut aujourd’hui être assimilé par tous et la merveilleuse aptitude de Jean-Bernard POMMIER qui réussit non seulement à illustrer avec panache le texte mais qui, par des interventions où sa personnalité n’est jamais étouffée par l’écriture, apporte des colorations neuves et une sensibilité unique. Frank TÉNOT (1972) Qu’un pianiste de formation classique comme Jean-Bernard POMMIER puisse réagir avec autant de plaisir, de vivacité et d’intelligence dans l’exécution de cette sonate, prouve que le jazz n’est plus un quartier réservé, un ghetto du monde mu­sical. Il prouve aussi la grande compétence de Claude BOLLING pour mettre en forme une pensée et une inspiration dont le modernisme peut aujourd’hui être assimilé par tous et la merveilleuse aptitude de Jean-Bernard POMMIER qui réussit non seulement à illustrer avec panache le texte mais qui, par des interventions où sa personnalité n’est jamais étouffée par l’écriture, apporte des colorations neuves et une sensibilité unique.
Frank TÉNOT (1972)

SONATE POUR DEUX PIANISTES
Jean-Bernard POMMIER - piano “classique” / Claude BOLLING - piano “jazz”

À LA FRANçAISE
Pièce pour piano, jazz trio et quatuor à cordes

JAZZ CONCERTO POUR PIANO ET ORCHESTRE
Piano, Big band et orchestre / Max Hediguer - contrebasse / Marcel Sabiani – batterie

Ingénieurs du son : Gilbert Prenneron - Claude Ermelin
Studio : Davout - Comédie des Champs-Elysées
Piano : Steinway

CD Sonate pour deux pianistes / Jean-Bernard Pommier et Claude Bolling © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)

------------------------------------------------------------------------------------
JEAN-PIERRE RAMPAL (BOLLING STORY)

Mai 1968. Tandis qu’à Paris, les pavés volent, Irène accompagnée du photographe François Gragnon - les deux “envoyés spéciaux” de Paris-Match - voguent sur le paquebot “Mermoz” où se déroule la première croisière musicale.


A bord, c’est la vie de cocagne et les musiciens classiques se révèlent de joyeux drilles, toujours prêts à partager leurs tables et leurs émotions musicales. Pour certains comme Samson François, jusqu’au cœur de la nuit... Et tant que le bar est ouvert. Le champion toutes catégories est Jean-Pierre Rampal. L’homme à la flûte d’or doué d’un appétit d’ogre pour les nourritures terrestres. Ce grand gourmand se révèle aussi curieux de tout et tous. Ensemble, Françoise son épouse, Jean-Pierre et Irène, ils flânent dans les rues de Dubrovnik où ils s’attablent pour boire un verre et deviser... Et c’est lui qui interviewe Irène ! Lui qui est un amateur de jazz, il s’enthousiasme lorsque qu’elle lui apprend que je suis son mari et lui pose mille et une questions sur ma carrière, mes goûts en musique et lui fait promettre que nous nous reverrons très vite.

Et c’est quelques semaines plus tard que qu’ils débarquent dans notre appartement de Boulogne. Connaissant l’ogre, Irène a mis tous ses talents à concocter un dîner digne de ses hôtes. Mais c’est la musique et le jazz qui l’intéressent. Il sait que j’ai écrit pour l’émission Âge Tendre et Tête de Bois une composition où classique et jazz se marient, que je l’ai interprétée avec Jean-Bernard Pommier. Je dois lui fais entendre tout de suite, le dîner peut attendre.

Comme deux gamins, nous sommes immédiatement devenus complices. Enthousiaste, Jean-Pierre souhaite que toutes affaires cessantes je me mette à l’ouvrage et lui écrive une pièce bien classique pour sa flûte qui se mêlerait aux rythmes et harmonies du piano-jazz. Il en suivra toute l’écriture, mouvement par mouvement, Jean-Pierre y apportant sa joie de vivre et de jouer. Mais nos agendas surchargés ne nous permettront de réaliser notre projet que cinq ans plus tard ! [...]

SUITE POUR FLUTE
Au retour des vacances, je retrouve Jean-Pierre Rampal et enfin nous décidons de mener notre vieux projet à son terme. Nous commençons à répéter la Suite pour flûte et Jean-Pierre me propose de l’enregistrer en assumant la production entre nous. Yves Chamberland, propriétaire du studio Davout, se propose d’en être le co-producteur. Il assure le studio, moi la musique, Jean-Pierre sa flûte et nous n’aurons les frais que des deux musiciens, Max Hédiguer (contrebasse) et Marcel Sabiani (batterie) qui étaient mes partenaires d’alors. La bande “master” est enregistrée le 9 octobre 1973 et le disque sort en France sous le label CY d’Yves Chamberland distribué par RCA.

Jean-Pierre Rampal, comme Alexandre Lagoya, le hautboïste Pierre Pierlot, le violoniste Patrice Fontanarosa, le violoncelliste Roland Sauvy et bien d’autres enseignaient à l’Académie nationale d’été de Nice. Dans cette belle villa du boulevard de Cimiez, le conservatoire m’avait demandé de créer une classe de piano-jazz. Ce fut l’occasion de revoir Jean-Pierre et de jouer notre Suite pour Flûte pour la première fois en public. Il était fier de montrer à ses étudiants qu’il s’encanaillait avec un musicien de jazz et exhibait à tout moment le disque de notre ‘‘Suite’’ qu’il avait emporté avec lui. Une de ses élèves américaine la découvre et lui demande la permission d’emporter le disque dans ses bagages. Cette flûtiste amateur était secrétaire chez “Masterworks”, le département classique des disques CBS à New York qui était la compagnie de disques américaine de Jean-Pierre. De retour, elle l’écoute dans son bureau à l’étonnement de ses collègues surpris d’entendre Rampal accompagné d’un piano et d’une rythmique de jazz.  L’événement parvient à la direction, qui amusée à son tour et intéressée à en publier le disque, m’appelle. J’ai eu beaucoup de peine à leur faire admette que j’étais le compositeur, l’interprète et le producteur, et qu’il n’y avait pas de tractations compliquées pour publier cet enregistrement pour lequel, par la force des choses, j’étais le seul interlocuteur. Etonnés par la simplicité de l’opération, ayant l’habitude de choses compliquées avec de nombreux ayants-droit assistés d’avocats et de comptables, le disque Suite pour flûte et piano jazz trio a été finalement mis sur le marché américain et international.

Est-ce parce qu’il y a une teinte d’humour dans la musique, toujours est-il que CBS-Masterworks nous soumettent un projet de pochette qui aurait pu être issu d’un “cartoon” ou d’une bande dessinée. Jean-Pierre habitué à des couvertures d’un classicisme de bon aloi et, de plus militant antitabac, a failli en avaler sa flûte ! Laquelle, sur le dessin, fumait au lit couchée avec un piano. Mais, le piano et la flûte dans le lit d’une chambre d’hôtel de passe a tellement amusé autour et alentour, que nous nous sommes ralliés à la majorité des avis et la pochette a été admise.

L’illustrateur Roger Huyssen a créé avec grand talent et invention toutes les pochettes de ce genre nouveau de croisement de musiques que les américains ont appelé ‘‘Crossover Music’’.

Deux semaines après sa sortie, le disque était en tête au Hit-Parade du “Bilboard” classique, magazine de référence du monde du disque. Après avoir tenu les premières places pendant deux ans, la Suite pour flûte s’y est maintenue pendant 533 semaines, record de présence toutes catégories. Jean-Pierre et moi étions aussi heureux qu’étonnés car nous n’avions mis aucun ingrédient d’une musique commerciale (percussions, cordes, chœurs etc…) pour faire un succès.

Extrait de "Bolling Story" de Jean-Pierre Daubresse et Claude Bolling édité par Jean-Paul Bertrand - Editions Alphée (avec l'autorisation de Claude Bolling)




PisteTitre / Artiste(s)Durée
01 SONATE POUR DEUX PIANISTES - BOLLING21'15
02 A LA FRANCAISE - BOLLING04'57
03 JAZZ CONCERTO POUR PIANO BIG BAND ET ORCHESTRE - BOLLING12'59
"Sonate pour 2 pianistes" Bolling - Pommier par Jazz Notes

 “Trois pièces de qualité musicale exemplaire, où créativité et charme sont associés à la fougue de Bolling.” JAZZ NOTES




"Sonate pour 2 pianistes" Bolling - Pommier par Ecouter Voir

 “En définitive, on peut entendre dans ce disque du vrai jazz symphonique.” Ludovic BARGHEON, ÉCOUTER VOIR




"Claude Bolling Jubilée" par Jazzman

« parvenir à le faire exister contre vents et marrées durant cinquante ans relève du miracle. » Alex DUTHIL – © JAZZMAN

« A côté de ses succès planétaires avec ses Suites ou Concertos « crossover » ou de ses musiques de film, la carrière de Claude Bolling est celle d’un chef de band. 1956 – 2006 ! Monter et faire vivre un big band semble relever autant des qualités d’un chef d’entreprise que du talent musical du leader. Mais parvenir à le faire exister contre vents et marrées durant cinquante ans relève du miracle. » Alex DUTHIL – © JAZZMAN