LA PETITE BOUTEILLE DE LINGE

JOHN GREAVES - INCLUS ROSE C'EST LA VIE

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

LLL117

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Voici l’un des disques les plus inclassables et généreux produit à ce jour par La Lichère, aguerrie en la matière. Ex partenaire de Fred Frith au sein d’Henry Cow’, de Michael Mantler et de Carla Bley, John Greaves oublie de se prendre au sérieux et se fiche des convenances et étiquettes. Passant sans transition d’un hommage à Marcel Duchamp à la chanson pop via l’Irlande et la fanfare, des Beatles (du moins par l’esprit) à la chanson d’amour version Charlebois, il ne peut s’empêcher de se jouer de la mélodie lorsque celle-ci devient à son goût trop sage, incident, brouillage aussi inattendu que réjouissant, grain de sable bienvenu. Le bougre est décidément attachant. A déconseiller formellement aux aigris et rabats-joie à moins que “La petite bouteille de Linge” ne soit justement le remède idéal.
Xavier Matthyssens - Jazz Magazine

Avec Sophia Domancich, François Ovide, Pip Pyle, Pete Kimberley, Benoît Blue Boy, Michel Godard, Jean-François Jenny Clarke, Richard Raux, Sylvain Kassap, François Parisi, Didier Malherbe, Patrick Tandin et la fanfare La Lichère. (Organisé par Denis Leblond, Laure Duhard, Nelly Parent et Patrick Frémeaux).

Droits audio : Label La Lichère fondé par Patrick Tandin, un label de Frémeaux & Associés - Groupe Frémeaux Colombini SAS

EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 SOLITARY - GREAVES06'59
02 THE WORLD TONIGHT - GREAVES05'09
03 DECK OF THE MOON - GREAVES06'38
04 OLD ANTIQUITY - GREAVES05'29
05 ROSE C'EST LA VIE - GREAVES04'11
06 LULLABY - GREAVES05'24
07 ALMOST PERFECT LOVERS - GREAVES06'06
08 LE GARCON VERT - GREAVES04'37
09 LET HER GO - GREAVES06'00
10 DEDANS - GREAVES04'30
« Une profonde inventivité » par Le Monde

Chanteur, bassiste, compositeur, ancien membre fondateur du groupe Henry Cow, puis membre de National Health et de Soft Heap – soit quelques-unes des formations les plus influentes des rencontres de l’improvisation jazz et du rock des années 1970 et 1980 -, compagnon régulier du guitariste et parolier Peter Blegvad, John Greaves est un artiste intègre, d’une profonde inventivité, à mi-chemin de plusieurs mondes musicaux (le cabaret, le rock, le jazz, la poésie chantée…). Sa voix est l’une des plus singulières que la Grande Bretagne ait amenée au monde. Avec Greaves à la basse et aux claviers, le guitariste Patrice Meyer et le batteur Manuel Denizet. Précieux, comme ses deux précédents enregistrements, The Caretaker et On the Street where you live (Blueprint/Mélodie).
LE MONDE




« The charm is in the details » par Dirty Linen

Greaves has occasionally found himself in the shadow  of legends, having played with Fred Frith in the influential avant-garde jazz-rock band Henry Cow and later with Michael Mantler and Carla Bley. He also collaborated with Peter Blegvad, who wrote the lyrics to two of this album’s songs. La petite bouteille de linge (The Small Bottle of Linen), the reissue of an album recorded and released 10 years ago, is well-nigh unclassifiable in terms of musical genres. Avant-pop will probably do as well as anything. Some songs have cryptic lyrics while others are very melodic. The charm is in the details, such as in  Sophia Domancich’s quirky piano playing, the haunting melancholia of « Rose C’est la Vie » (a French song that is featured in two very different versions), and the brass band on « Le Garon Vert ».
PEC – DIRTY LINEN




« Juste du plaisir » par Écouter Voir

Enfin du plaisir ! Ce disque inclassable qui dérive, sans limites, du rock british, à la bluette canadienne en passant par le folk irlandais et le fanfare délivre avant tout un sentiment de gaieté vraie. Une multitude d’invités prestigieux sont entraînés, et entraînent, Greaves dans un tourbillon d’expressions réussies. Pas d’étiquette, définitivement. Juste du plaisir.
Lucas FALCHERO – ÉCOUTER VOIR




« Irréductible originalité » par CD Review

En 1990, le regretté Patrick Tandin mettait en boîte l’une des plus belles productions de son label iconoclaste : cette série de chansons écrites et interprétées par l’un des plus inclassables musiciens anglais, John Greaves, qui fut un partenaire illuminé de Carla Bley, Fred Frith et Michael Mantler. Chanteur, mais aussi compositeur et bassiste, Greaves s’adonne ici à un excitant exercice de détournement mélodique, de transgression des normes stylistiques et des genres (des musiques de film au free jazz) ; se jouant des formats pop et des codes jazzistiques, pour créer une joyeuse performance, ironique, pleine d’humour, à la fois très précise, absolument indicible. Avec des partenaires provenant des divers circuits musicaux, évidemment inspirés par les arrangements de Greaves, tels Sophia Domancich, Michel Godard, Didier Malherbe, Pip Pyle, Nedim Nalbantoglu, Sylvain Kassap et un grand contrebassiste nommé Jean-François Jenny-Clark. Une belle réédition, toujours actuelle et d’une irréductible originalité.
Francisco CRUZ – CD REVIEW




« Intense, splendide » par L’Affiche

Dans les années 70 – les vraies, les fameuses années ou le jazz britannique a rencontré le free, le rock et l’électro-acoustique, - John Greaves, chanteur, compositeur et bassiste Gallois, participait au novateur, Henry Cow, puis à National Health, deux des nombreuses formations nées de l »’aventure Soft Machine. Greaves jouera d’ailleurs avec Robert Wyatt (l’homme de l’éternel Rock Bottom). Plus tard, en 1977, il y eut le miraculeux enregistrement de Kew Rhone, résultat d’une étroite collaboration, souvent renouvelée, avec Peter Blegvad (paroles). Et les années 80, à Paris, à droite à gauche, la belle mélodie de « SadE mission », Greaves seul derrière un piano en tournée, d’autres rencontres avec notamment Michael Mantler et Michael Nyman, plus près de nous Benoît Blue Boy, David Cunningham. Bientôt, John Greaves et Peter Blegvad – qui se sont retrouvés sur une scène parisienne en février – joueront, pour la radio Munichoise, leur musique pour une pièce consacrée au dadaïste allemand Richard Huelsenbeck, une des autres passions artistiques de Greaves, homme de culture et de poésie. Notre époque en manque. De tout cela il sera question et de bien d’autres choses encore lors du prochain concert de John Greaves aux Instants chavirés. On y entendra son nouvel album – intense, splendide – la Petite Bouteille de Linge. Sa formation actuelle (Sophia Domacich aux claviers, François Ovide, un fidèle, à la guitare, la voix de Pete Kimberley qui se marie si bien à celle de Greaves, la batterie de Pip Pyle, déjà là du temps de Natioanl Health), des nouveaux thèmes. Il est permis de leur réserver sa soirée.
Sylvain SICLIER – L’AFFICHE