PARIS MUSETTE VOL 3

VENT D'AUTOMNE

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

LLL217

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


2
-15%

Paris Musette Vol 3 : Vent d'automne.


Marcel Azzola, Eric Bouvelle, Daniel Colin, Jean Corti, Daniel Denécheau, Serge Desaunay, Valérie Guérouet, Armand Lassagne, Alain Musicchini, Martin O’Connor, François Parisi, Jo Privat, Joe Rossi, avec les guitares de Didi Duprat et Didier Roussin et Emmanuel Bex, Alain Bouchaux, Jean-Pierre Chaty, Jean-Michel Davis, Kidi Desplat, Michel Esbelin, Pierre Guignon, Daniel Huck, Philippe Jacquet, Jacques Mahieux, Jacques Quézin, Yves Rousseau, Robert Santiago, Yves Torchinsky, Frank Tortiller, Jean-Philippe Viret


“Paris Musette” élargit son répertoire au musette des origines, reconstitutions sur instruments d’époque, recréations poétiques. Et toujours les classiques de la valse swing. Le dernier disque de la trilogie légendaire produite par Franck Bergerot et Patrick Tandin pour le Label La Lichère.

« Paris Musette » enlarges its repertoire with original accordion music, re-creations on period instruments, poetical re-creations and the classics of the swing waltz as usual.

Patrick Frémeaux & Jean Pierre Tandin

Paris musette • Indifférence • Modulante • Les nocturnes • Avec entrain • La valse des barreaux verts • Brise napolitaine • Vent d’automne I • Vent d’automne II • La vicieuse • Miliana • Roger le vénitien • La ritale • Rue de la chine • Titine • Alhambra.

'Paris Musette est l’indispensable des indispensables. (...) un disque qui marquera l’histoire.'
P.B. - Compact

C’est rare, la perfection.'
Les disques de l’année - Le Monde 


Production : Label La Lichère - Spectacles et productions Patrick Tandin.
Propriétaire des droits : Groupe Frémeaux Colombini SAS (La Librairie Sonore - Notre Mémoire Collective à écouter sur CD).
Concert : Denis Leblond - Tempo Spectacles.

Les disques de référence de l'accordéon musette initiés par Franck Bergerot avec la complicité de Didier Roussin pour le compte du label créé par Patrick Tandin.
L'enjeu était de donner les meilleures conditions d'enregistrements aux artistes majeurs d'un genre délaissé qui pourtant n'était rien d'autre que la World musique française d'avant et d'après guerre. Paru en 1990 pour le volume 1, 1993 pour le volume 2, et 1997 pour le volume 3,  ces disques furent un phénomène, relançant l'accordéon en France, au sein même des formations de World music, de jazz que de chansons françaises. Origine retrouvée, relégitimée dans un héritage populaire anobli, Paris Musette s'exporta aux Etats-unis, au Canada et en Asie, avec de nombreuses tournées internationales , plus de 100 000 disques vendus et une licence au japon exploité par Sony.
A tribute to the "bal musette" from traditional and modern masters of french accordion.
Patrick Frémeaux

"

PARIS MUSETTE VOL.3 LLL217
















QUINZE ANS DEJA...


Ces expressions de recul dans le temps, dont le quantième peut varier de l’immédiat à l’infini selon la durée en cause, sont le plus souvent un retour en direction de quelque évènement marquant, qu’il soit plaisant ou peu agréable. C’est, malheureusement, ce dernier cas que nous évoquerons aujourd’hui, une triste période pour l’accordéon, s’étalant, en fait, sur huit années de 1990 à 1998, mais notamment en 1996 avec les décès successifs en quatre mois de trois musiciens de grande valeur : Jo Privat, Didier Roussin et René « Didi » Duprat, continuateurs du style swing et jazz musette qu’avaient créé deux autres grands disparus Gus Viseur et Tony Murena. Cette triple disparition devait, en outre, entraîner l’arrêt de la série des quatre Cd prévus sous l’appellation Paris musette dont nous avions d’ailleurs donné connaissance dans notre revue.

Début d’un ensemble qui portera d’ailleurs le titre de ce premier volume, ce CD arrive en 1990, Un Paris musette qu’Yves Morlier, l’un de nos plus anciens commentateur, nous révèle « sur la pointe des pieds » au cours d’une inhabituelle « Mention spéciale » (MP N° 234 04/91). En effet, des restrictions du comité de présélection y apparaissent en NDLR : «  Ce CD, sensiblement aux frontières de notre domaine d’activités, a tout de même été présenté, car nous connaissons l’attachement d’un grand nombre de nos adhérents pour l’accordéon… pour l’acquérir, il faudra vous adresser exclusivement à un disquaire… »

Le disque en main et écouté, je reste étonné. Les interprètes sont, tour à tour, ceux que j’ai coutume d’appeler le « dessus du panier ». Aux accordéons chromatiques Marcel Azzola, Räul Barboza, Daniel Colin, Richard Galliano, Armand Lassagne, Jo Privat, Joë Rossi ; aux accordéons diatoniques Daniel Denécheau, Marc Perrone ; à l’accompagnement, guitares et banjo, Didier Roussin, René dit « Didi » Duprat. Certains morceaux, d’un programme qui en comporte vingt trois, sont rarissimes ; le CD dure 68 minutes, le livret fourni fort intéressant et illustré sur le thème Paris ancien. Retraité et désormais provincial, je regrette de ne pas avoir été présent pour défendre un peu mieux cette gravure…

Hors de notre service disque qui nous renseigne habituellement sur l’importance de la demande concernant un CD révélé dans nos colonnes, il faudra attendre… 1998 pour que le texte accompagnant le Vol.3 Vent d’automne, signé du prometteur Patrick Tandin et du producteur Franck Bergerot, nous apprenne que le CD Paris Musette fut un succès ; « …Pour répondre à l’extraordinaire élan de sympathie qui avait accueilli notre premier Paris musette, nous avions décidé de publier trois autres volumes… ».
Notre seconde sortie parue en 1993 s’intitulait Le répertoire Swing et Manouche (MP N° 267 08-09/94, votre serviteur au commentaire). La série devait, par la suite, explorer les pages classiques du Temps des guinguettes et des fameux Cafés, bois, charbons, avant une incursion tentatrice Exotique et moderne en Vol. 4 final.

C’est alors que le destin s’est abattu (on peut même oser acharné) sur l’accordéon et ses meilleurs servants accompagnateurs. Après Christian di Maccio décédé en Août 1993, c’est Joel Rossi, l’un des participants du premier Paris musette qui nous a quittés en Mai 1994, précédant d’un mois André Astier (MP N° 269 11/94). Et ce n’était malheureusement qu’un prélude ! Michel Geney s’écroule en cours d’enregistrement en Suisse le 9 Novembre 1995 (MP N° 282 02/96), quelques jours avant Adolphe Deprince le 26 (MP N° 283 03/96). Mais cette triste année 1996 verra aussi partir successivement les « piliers » principaux de Paris musette, Jo Privat le 3 Avril (MP N° 287 08-09/96), Didier Roussin…47 ans le 5 juillet (MP N° 289 11/96), et Didi Duprat, sorte de fil rouge conducteur autour duquel avait été construite la série, le 8 Août (MP N° 290 12/96).

Les trois derniers décès en quatre mois, s’ajoutant à celui de Joë Rossi, vont obliger les concepteurs du Label producteur La Lichère à annuler le projet paris musette en quatre volumes. Le temps des guinguettes, ainsi que Exotique et moderne, Vol.3 et Vol.4 prévus, sont abandonnés. Cependant, avec des bandes enregistrées à l’avance par les disparus pour le seul plaisir, un Vol.3 sera constitué, un Vent d’automne de consolation, déjà cité au début du troisième paragraphe, lequel comporte la particularité que je pense unique, d’avoir à la suite, dans son programme, les deux valses écrites sous ce titre, celle d’Emile Carrara et celle de Louis Péguri (MP N° 305 09-10/98) « …parce que l’homme résiste à la mort à travers ses œuvres, parce que l’histoire qu’ont écrite les héros du musette continue à travers leurs héritiers… » écrivaient Patrick Tandin et Franck Bergerot au cours du texte accompagnateur.

Après l’arrivée « de justesse » du Vol.1 Paris musette dans nos colonnes en 1990, j’ai quelque peu remis les pendules à l’heure à la fin de mon commentaire pour ce Vent d’automne final en 1998, lequel n’avait pas non plus, à ma connaissance, séduit notre comité de présélection. Mon opinion contraire n’engage que moi. Elle se base sur le fait qu’ainsi que d’autres enregistrements de qualité, les trois CD Paris musette n’ont jamais encombré les bacs des disquaires, qu’ils sont très rarement ensemble, et surtout que je les sais, par ailleurs, recherchés par les vrais connaisseurs. Nulle autre catégorie musicale n’aura connu pareille destinée que l’accordéon entre 1990 et 1998. il me faut cependant encore ajouter, autour de ce projet Paris musette incomplet, le décès, début 2001, de Patrick Tandin qui en fut le promoteur avec Didier Roussin comme conseiller technique (MP N° 320 03-04/01).

Francis Couvreux, journaliste spécialisé de l’accordéon, rédacteur depuis de nombreuses années à) la revue Accordéon et accordéonistes, a rappelé ces tristes évènements au début 2011 dans cette parution. Avec des sous-titres de circonstance que nous apprenons pleinement Pour l’histoire in memoriam, il nous remémore en quatre pleines pages, textes et illustrations la personnalité et la carrière de chacun des trois disparus en 1996. Tout d’abord, écrit-il, « Monsieur » Jo Privat qu’il appelle « le gitan blanc ». On sait l’attachement de Privat pour le monde manouche et ses amis musiciens d’exception, Django Reinhardt, les frères Ferret et tant d’autres. Ce sentiment s’est d’ailleurs matérialisé par un très ancien 33 tours 25 cm Columbia comportant dix titres Manouche partie porté, par la suite, à quatorze sous la même appellation sur un 30 cm finalement transformé en en un CD de dix huit titres Jo Privat, son accordéon et les manouches de Paris que le distributeur du moment DOM refusa de nous fournir malgré nos demandes répétées et mon commentaire élogieux (MP N° 247 08-09/92 avec un NDLR de regret de Georges Sougy). Bien sûr, on peut aussi rappeler cette tranquille cadence régulière que Jo Privat avait créée, sa participation à la célèbre vidéo Le blues du musette que nous avons aussi signalée en son temps et dont Francis Couvreux souhaite une édition DVD. Et comment oublier le Balajo, ce célèbre dancing de la Rue de Lappe, dont il a donné le nom à l’une de ses valses fétiches, avec Mystérieuse,…Sa préférée…et tant d’autres.

Et l’on tourne la page pour retrouver Didi Duprat au début de sa carrière, « poète du médiator » nous dit Francis Couvreux, guitariste gaucher, parisien de « Ménilmuche » né rue de la Chine, titre d’une valse qu’il composera plus tard, en co-auteur avec Marcel Azzola, né au même endroit (peut-être la maternité de l’hôpital Tenon ?). Il accompagnera les plus grands noms de l’accordéon, Gus Viseur, Tony Muréna, Louis Ferrari, mais aussi Django Reinhardt, Michel Warlop, Hubert Rostaing et encore Dalida, Charles Aznavour, Bécaud, Juliette Gréco, Marlène Dietrich. Après avoir été le fil rouge du Blues du musette cité plus haut, avoir participé aux premières prévisions de Paris musette, on peut le considérer comme un continuateur du style des plus grands.

Enfin, Didier Roussin que Jo Privat, virtuose des sobriquets imagés, avait surnommé « Buffalo », lequel mordit à pleines dents dans tous les genres de musique où l’accordéon avait besoin dui soutien de sa guitare ou de son banjo. Collectionneur de 78 tours, de microsillons, de CD, de « petits formats », ces mini partitions musicales illustrées, avec les paroles de la chanson, de milliers de documents, Bufallo était une encyclopédie ambulante qui aimait cependant se réfugier modestement derrière un jugement sans prétention ainsi que nous le dépeint Francis Couvreux dans sa conclusion : « Je n’ai rien à dire. Je ne me sens pas l’âme d’un créateur ». Il reste ce qu’il souhaite que l’on retienne de lui : « Didier Roussin, guitariste, concerts, animations, soirées bals ». Nous rappellerons cependant sa participation au Déchéneau Jâse Musette avec Robert Santiago, Daniel Colin et Michel Esbelin Musette à Paris (MP N° 289 11/96) ainsi que sa collaboration, coauteur avec François Billard du livre Histoire de l’accordéon.

Jo Privat, Didi Duprat, Didier Roussin, trois musiciens hors du commun que nous ne sommes pas près d’oublier bien qu’ils nous aient quittés il y a quinze ans déjà…
Robert BOUTHIER- ASSOCIATION FRANCAISE "MUSIQUE RECREATIVE"

Paris Musette Vol.3 Patrick Tandin, Franck Bergerot, Didier Roussin © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)







EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 PARIS MUSETTE - PARIS MUSETTE03'05
02 INDIFFERENCE - PARIS MUSETTE03'27
03 MODULANTE - PARIS MUSETTE03'52
04 LES NOCTURNES - PARIS MUSETTE04'32
05 AVEC ENTRAIN - PARIS MUSETTE02'49
06 LA VALSE DES BARREAUX VERTS - PARIS MUSETTE03'30
07 BRISE NAPOLITAINE - PARIS MUSETTE02'47
08 VENT D AUTOMNE - PARIS MUSETTE02'27
09 VENT D AUTOMNE REPROCHE BOURRASQUE - PARIS MUSETTE04'53
10 LA VICIEUSE - PARIS MUSETTE02'34
11 MILIANA - PARIS MUSETTE02'03
12 ROGER LE VENITIEN - PARIS MUSETTE03'14
13 LA RITALE - PARIS MUSETTE03'30
14 RUE DE LA CHINE - PARIS MUSETTE02'05
15 TITINE - PARIS MUSETTE03'21
16 ALHAMBRA - PARIS MUSETTE02'49
"Paris Musette Vol. 3" par Ecouter Voir

“Paris Musette” élargit son répertoire au musette des origines, reconstitutions sur instruments d’époque, recréations poétiques. Et toujours les classiques de la valse swing. “Ne manquez pas ce document unique si vous ne le possédez déjà pas dans vos collections.” Gilles PIERRET, ÉCOUTER VOIR




« Le souffle nouveau de l’accordéon » par Je Chante

Le label La Lichère change de distributeur. A cette occasion, Frémeaux remet sur le marché trois CD réalisés par Patrick Tandin entre 1990 et 1997, qui revisitent le répertoire de la valse swing et manouche. Trois CD qui réunissent la fine fleur du musette français (entre autres, les accordéonistes Azzola, Crti, Rossi, Galliano, Barboza, Perrone, Lassagne, et les guitaristes Didi Duprat et Didier Roussin). Trois CD d’une grande richesse musicale qui ont été couverts de prix. Pour la revue Compact, Paris Musette est le disque « par qui le musette ne peut être taxé de ringard. Le souffle nouveau de l’accordéon ».
JE CHANTE




« L’accordéon jazz et la musique manouche » par Répertoire

Swing et Manouche. Alléluia ! Que les mânes de Gus Viseur et Django se réjouissent ! Ces albums légendaires sont de retour ! Magnifiquement enregistrés, ils contribuèrent avec d’autres à remettre à la mode la tradition de l’accordéon jazz et la musique manouche. Quatorze accordéons, un saxophone soprano et un bandonéon se relaient pour refaire valser et claquer des doigts.
REPERTOIRE




« Un manifeste du poids culturel des musiques populaires » par Le Monde de la Musique

Le temps enfoui, le temps retroussé…La nostalgie comme prétexte à s’inventer des émotions au présent. Attention, œuvre de salut public. Comme un manifeste du poids culturel des musiques populaires. Jo Privat, bien sûr, qui ouvre le bal ; et Didi Duprat, dont la guitare fut aussi essentielle au musette de Paris que celle de Freddie Green au swing de Count Basie ; et encore Didier Roussin, l’encyclopédiste activiste qui fut l’âme de ces trois volumes à mettre en joie un congrès de neurasthéniques. Tous trois disparus à quelques semaines d’intervalles et dont la vie plaide pour le futur de cette musique à trois temps qui joue la valse aux étiquettes. Car il s’agit aussi bel et bien de création, de bijoux d’arrangements (Les Nocturnes, Titine), de virtuosité ahurissante (Martin O’Connor dans Indifférence, Marcel Azzola dans Rue de la Chine), de préhistoire restituée (La valse des barreaux verts), de contrepoints enchanteurs ((Brise Napolitaine, Alhambra), d’humanité sentimentale (Vent d’automne), de nouveaux talents (Eric Bouvelle et Alain Musicchini ébouriffants sur la suite des frères Peguri),de musicalité pure (le duo d’accordéons de Miliana), d’expérimentations (Roger le Vénitien), d’hommages tendres (La Ritale)…Ce vent-là a la douceur fantasmatique d’une peau de pêche en plein hiver.
Alex DUTILH – LE MONDE DE LA MUSIQUE




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...