TOUJOURS ORIGINE MANOUCHE

CHRISTOPHE LARTILLEUX (APRES LATCHO DROM)

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

LLL321

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Christophe Lartilleux, fondateur et animateur du groupe Latcho Drom s’est recentré sur sa famille pour retourner aux sources de ses origines manouches – sans pour autant négliger l’originalité et la diversité des influences qui a fait sa réputation sur la scène Gypsy actuelle.
Sous le regard exigeant de sa grand-mère manouche (en photo sur la couverture du disque), Christophe Lartilleux élargit le répertoire consacré par Django Reinhardt et intronise de son swing d’étonnants tubes des années 1970 : Michel Polnareff, Serge Gainsbourg, Moon Martin, Abba…
Entre fidélité aux racines et désir de conquérir des horizons nouveaux, Christophe Lartilleux rappelle ici que le patrimoine gitan n’est pas seulement un répertoire mais aussi une véritable facture, un rappel d’identité, un génie de la réappropriation.  
Patrick Frémeaux

Christophe Lartilleux, the founder and leader of the group Latcho Drom has returned to his Gypsy roots, while still retaining the originality which made his name.  Under the watchful eye of his gypsy grandmother (photo on jacket), Christophe Lartilleux has widened his Djagno Reinhardt repertory to include amazing hits of the seventies:  Michel Polnareff, Serge Gainsbourg, Moon Martin, Abba, etc.  Still loyal to his origins but venturing to new horizons, Christophe Lartilleux proves that the Gypsy heritage is not only a repertoire, but is a true work of art, a fine example of reappropriation. 
Patrick Frémeaux & Benjamin Goldenstein

Management concert : Opus 31 (Catherine Crouzat - Philippe Thévenet) - 04 99 52 92 64.

Droits : Label La Lichère - Frémeaux & Associés propriété de Groupe Frémeaux Colombini SAS.

"

CHRISTOPHE LARTILLEUX

APRÈS LATCHO DROM
CHRISTOPHE LARTILLEUX

Toujours,
Origine
Manouche





Toujours, Origine Manouche :

Telles Les Ames “Romes”,

de  tous Temps Itinérantes,

jamais Limitées, seulement Libres

d’Explorer l’Univers d…..X



X ??? Au secours,  LARTILLEUX se termine par X  !!!  (réflexions)

C’est l’impasse……(Re-réflexions)   et si j’osais la chute ?

Xwing !  Xanouche ! Xuitare ! 

Hum ! ... C’est pas bon… vaut mieux pas.

Bon,  voilà.  X, l’inconnu, preneur de tête en math. L’anonyme ou l’indicateur de film, et que sais-je encore ?

(Après un très long moment de réflexions), je pose l’équation suivante :

X  =  Musique   je retiens 17 et je divise par LA m6
                                           soit
X =      Quasar swing,  RONSARD 96, Tom, Symphonie,
La chanson d’Hélène,  Dog bebop and mister swing,
Catalauna, Still loving you, Une fille aux yeux clairs,
Tous les bateaux, tous les oiseaux, Brazilian caravan,
L’homme du PICARDIE, Bad news,
The winner takes it all, MAU, Mouvement perpétuel.

            Maaaaanouche  l’équation  ! ! !

Pas compliqué en fin de compte ! mais si vous avez des propositions
Pour achever l’unique phrase “littéraire” de ces moments de réflexions
intenses, me les adresser sous forme :  X = ……..     
par mail :
Latchodrom51@aol.com          Bons délires !!!! et merci.

CD APRÈS LATCHO DROM - CHRISTOPHE LARTILLEUX  Toujours Origine Manouche© Frémeaux & Associés




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 Quasar swing - LARTILLEUX03'04
02 Tous les bateaux tous les oiseaux - LARTILLEUX03'29
03 Tom - LARTILLEUX05'03
04 Symphonie - LARTILLEUX03'47
05 La chanson d'Hélène - LARTILLEUX03'41
06 Dog bebop and Mister Swing - LARTILLEUX05'01
07 Catalauna - LARTILLEUX07'41
08 Sous aucun prétexte - LARTILLEUX03'55
09 Still loving you - LARTILLEUX04'35
10 Une fille aux yeux clairs - LARTILLEUX03'21
11 Ronsard 96 - LARTILLEUX02'45
12 Brazilian Caravan - LARTILLEUX03'54
13 L'homme de Picardie - LARTILLEUX04'38
14 Bad news - LARTILLEUX02'13
15 The winner takes it all - LARTILLEUX05'04
16 Mau - LARTILLEUX04'13
17 Mouvement perpétuel - LARTILLEUX03'24
« Bravo pour ces réalisations ! » par Alain Antonietto

Grand merci pour ce bel envoi de disques toujours aussi réussis et originaux. Décidement Rodolphe Raffalli est en état de grâce ! D’ailleurs symbolisé par un cliché où ce dernier affiche un grand sourire ! Un disque donc ‘collector’, et pour sa musique et pour son iconographie !! Ah ! Ah ! Le nouveau CD de Christophe Lartilleux sera, par contre, plus déstabilisant pour les amateurs adeptes de la ‘pensée reinhardtienne unique’ qui caricature trop souvent la production de musiciens djangomaniaques… Non ? Il semble que, pour lui, cela soit un disque ‘manifeste’ dont la diversité est tout à fait caractéristique de ce musicien atypique et solitaire. Gageons qu’il réunira cependant les suffrages (exprimés ! sans bulletins blancs) de la partie la plus évoluée et ouverte des amateurs du genre… En tout cas, bravo pour ces réalisations !
Alain ANTONIETTO




« Un album passionnant » par Classica Répertoire

Prise de son et mixage de haute volée, très précise et riche en nuances. Christophe Lartilleux, Déborah Lartilleux (g), Emy Dragoi (acc). Créateur de Latchodrom, groupe manouche exemplaire, Christophe Lartilleux poursuit une route un peu à l’écart des héritiers parisiens de Django. Mêlant des influences variées à sa musique et à son répertoire, il n’inscrit qu’un seul thème reinhardtien au sommaire de cet album passionnant où se croisent Polnareff (Tous les bateaux, tous les oiseaux), Gainsbourg, Sardou, Danny Brillant et … Paganini. Christophe Lartilleux démontre ainsi une fois encore que l’important n’est pas ce que l’on joue mais comment on le joue. A ce titre, l’interprétation de la Chanson d’Hélène tirée des Choses de la Vie du regretté Claude Sautet est un moment de pure poésie musicale, retenue, pudique, et le thème de L’Homme du Picardie, fleuron nostalgique de l’ORTF, révèle des beautés insoupçonnables que la télévision ne nous avait pas dévoilées. Et que dire de cet étincelant Mouvement perpétuel dû à Paganini ! Quel entrain ! Quelle maîtrise aussi ! Bref, ce disque est loin d’être un fourre-tout hétéroclite : c’est une réussite certes singulière (tant mieux) mais incontestable. 
Jean-Pierre JACKSON – CLASSICA RÉPERTOIRE




« Le disque s’écoute avec beaucoup d’attention et de plaisir » par Jazz Magazine

Pour bien des amateurs de jazz, la guitare manouche est indissolublement liée à Django Reinhardt. D’autres guitaristes sont ensuite apparus, pour entretenir la flamme en interprétant et réinterprétant ses thèmes puis pour la raviver en apportant leurs propres compositions. Celles-ci doivent-elles être ‘spécifiques’ à ce type d’interprétation ? Certainement pas : La Marseillaise ou Le Boléro de Ravel, pour ne citer que ceux-là, n’ont probablement été écrits spécialement pour Django. Récemment, Rodolphe Raffalli nous proposait une interprétation manouche de Brassens qui ne fit pas hurler les admirateurs du chanteur, loin de là. Christophe Lartilleux, le fondateur et animateur du groupe Latcho Drom, continue cette œuvre de défrichage en proposant sa relecture d’un thème de Django (Symphonie), mais aussi ses propres compositions et la reprise de standards ‘chanson française’ (Tous les bateaux, tous les oiseaux, Sous aucun prétexte, Une fille aux yeux clairs…), de pop (The Winner Takes It All d’Abba), de musiques de film (Les choses de la vie) ou de série télévisée (L’homme du Picardie). Malgré ce répertoire qui peut sembler hétéroclite, le disque reste étonnamment homogène et s’écoute de bout en bout avec beaucoup d’attention et de plaisir.
Patrick POMMIER – JAZZ MAGAZINE




« L’album du guitariste Christophe Lartilleux à l’assaut de 32 pays » par L’Union

Guitariste renommé, disciple de Django Reinhardt et créateur de Latcho Drom, le Châlonnais Christophe Lartilleux vient de séduire un éditeur mondial. Son nouvel album « TOM » s’écoute dans 32 pays. Un père guitariste (Yvon, né en 1933 à Epernay, qui accompagnera entre autres Jo Privât, Maurice Vittenet et enregistrera de nombreux 33 tours), une mère manouche (de la grande famille Hart et Goujon liée au cirque), la musique de Django dès l’âge du biberon et, 19 disques plus tard, toujours ce même amour pour ses racines, la et les musiques. Le Châlonnais Christophe Lartilleux, après une longue halte toulousaine – « une ville qui m’a permis d’affirmer avec le groupe Latcho Drom notre signature et notre reconnaissance »  savoure son retour « de cœur » sur les terres marnaise, « mais aussi car Châlons, c’est près de Paris et que Paris est aujourd’hui le carrefour musical inévitable ». Une capitale qu’il rejoint souvent pour des passages télévisés (comme récemment chez Drucker), des émissions radio, enregistrements ou concerts. Ce quadragénaire, guitariste surdoué, aura « tâté » les styles bals populaires, hard-rock, jazz-fusion et classique, avant de revenir au style Django en 1993, créant ce groupe Latcho Drom. Son jeu (notamment sur sa « chère » Selmer) côtoie depuis celui des grands : Biréli Lagrène, Larry Coryel, Dorado et Tchavolo Schmitt, Stochelo Rosenberg, Raphaël Pays… sans oublier le violoniste Florin Niculescu, l’invité régulier de Latcho Drom. Christophe et ses amis musiciens diffusent, avec la modestie des plus grands et une intense capacité d’écoute et de partage, le fameux style Django (plus de 700 concerts à ce jour, dont les plus grandes scènes internationales Gypsy avec Latcho Drom !) Mais le Châlonnais, atypique, aime aussi travailler seul, en dehors des sentiers battus, s’essayant à d’autres univers d’interprétation. Ainsi est né « TOM » (Toujours origine manouche). Un CD où son jeu, toujours sensible, original, virtuose mais sans compétition, se met au service de « tubes » français et étrangers : Polnareff, Gainsbourg, Moon Martin, Abba, série TV (L’homme de Picardie…), Paganini (le Mouvement perpétuel)… et de compositions. L’esprit de cette création (dédiée à son fils Tom) où l’on entend aussi Déborah, la fille de Christophe, et l’accordéoniste époustouflant Emy Dragoi, a séduit l’éditeur mondial de référence du patrimoine sonore Frémeaux & Associés. S’ensuit un décollage impressionnant puisque le CD est aujourd’hui disponible dans 32 pays. La « machine » est lancée, Christophe Lartilleux conserve (et c’est l’essentiel) une liberté de création et d’interprétation, et notre région l’un des grands guitaristes actuels. Tout simplement.
Thierry PERARDELLE – L’UNION




"Une multiplicité de techniques et d'influences" par Guitarist Acoustic

Première tentative solo d'un guitariste qui s'était jusque-là essentiellement illustré au sein du groupe Latcho Drom, TOM ("Toujours Origine Manouche", reprise en acrostiche du prénom de son fils) est l'oeuvre quasi exclusive de Christophe Lartilleux, qui y tient la plupart des instruments (guitare solo, rythmique et basse), excepté un accompagnement dû à sa fille ("Quasar Swing") et une partie d'accordéon signée Emy Dragoï sur le "Mouvement perpétuel". Brassant une multiplicité de techniques et d'influences, dont il amorce peut-être ici une synthèse pour la première fois, c'est par son tempo et son sens du drive que Christophe ne manque pas de faire mouche, au détour d'un exercice de style plus ou moins attendu ("Symphony"), ou de reprises délicieusement décalées ("Still Loving You", "Une Fille Aux Yeux Clairs", "Bad News"...). Si le propos semble parfois hésiter (entre une relecture des tubes des années 70 et un répertoire de compositions personnelles), cette posture de franc-tireur, soutenue par une parfaite connaissance de son sujet, n'est pas pour déplaire. A suivre... Max ROBIN-GUITARIST ACOUSTIC 




« Des compositions véloces et tendres, mélodieuses et étincelantes » par Prestige Audio Vidéo

A la fin du millénaire dernier, un guitariste manouche virtuose (pléonasme !) écumait les scènes de jazz avec son groupe, Latcho Drom, c’était Christophe Lartilleux. Avec Deborah Lartilleux (g) et Emy Dragoï (acc), il nous offre six de ses compositions, toutes extrêmement véloces et tendres, mélodieuses et étincelantes. Plus des reprises, de Django Reinhardt (Symphonie), de Paganini (Mouvement perpétuel) et de musiciens que les puristes n’auraient jamais imaginé voir en telle compagnie (Dany Brillant, Michel Polnareff, Serge Gainsbourg, Jean-Loup Dabadie, Michel Sardou). Et ils ne déparent en rien, tant le talent de Christophe Lartilleux sait les mettre en valeur. Quand le swing manouche se saisit d’airs populaires pour en faire des bijoux comme cela, on se dit qu’on est face à des magiciens ! Notre avis : ****
Michel BEDIN – PRESTIGE AUDIO VIDEO




"Un excellent musicien manouche" par Jazz Hot

Christophe Lartilleux, qui menait de main de maître  le célèbre groupe Latcho Drom (on se souvient de sa main droite à la vélocité extraordinaire) joue ici, en petit comité, avec Déborah Lartilleux sur un titre ("Quazar swing"), en re-re sur les autres. Six compositions de lui, superbes, comme il sait si bien les faire, une reprise de Django ("Symphonie") et une autre de Paganini ("Mouvement perpetuel" avec l'accordéoniste Emy Dragoï) et puis, toute une floppée de musicien  populaires que de bon nombre de collègues auraient jugés indignes d'être repris (Michel Sardou, Michel Polnareff, Moon Martin, Jean-Loup Dabadie, Serge Gainsbourg, le groupe Abba ou la muique du feuilleton de l'Homme de picardie, avec mon camarade Pierrot santini). C'eût été méconnaître que le swing manouche recycle absolument tout, comme l'avait fait Django lui-même à partir de la Marseillaise, ou de Bach ou bien Grieg. Parce que le swing manouche est une musique de culture, pas une musique de genre, et que cette musique est d'abord vécue avant d'être jouée. Ce n'est pas une question de répertoire (André Verchuren ou le Philarmonique de Berlin peuvent jouer "Nuages", ce n'est pas pour cela que cela sonnera manouche. En revanche je suis persuadé qu'un excellent musicien manouche ferait quelque chose de bien, même avec la "Danse des canards").Christophe Lartilleux est de cela. Michel BEDIN-JAZZ HOT