MÉMOIRES D’OUTRE TOMBE - CHATEAUBRIAND

LU PAR DANIEL MESGUICH

Plus de détails

Direction artistique : CLAUDE COLOMBINI FREMEAUX
Nombre de CDs : 5


49,99 € TTC

FA8117

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+5 pts fidélité


Chateaubriand (1768-1848), figure de proue du Romantisme français, homme de lettres mais également ministre et ambassadeur, fait partie des figures incontournables du XIXe siècle.
De toutes ses oeuvres, qui connurent une indéniable gloire de son temps, la seule à véritablement passer à la postérité fut sa colossale geste autobiographique, Les Mémoires d’outre-tombe. À la fois spectateur et acteur de son temps, dans une prose parfois éblouissante, il brosse à la fois son portrait et celui de son époque. Daniel Mesguich en rend à merveille le phrasé et fait revivre à nos oreilles la quintessence de ce sommet littéraire du XIXe siècle."
Claude Colombini-Frémeaux

Production : Frémeaux & Associés avec le soutien de la SCPP.
Droits : Frémeaux & Associés / La Librairie Sonore.

Mémoires d'outre-tombe FA8117

MÉMOIRES D’OUTRE TOMBE
CHATEAUBRIAND
LU PAR DANIEL MESGUICH

COFFRET 5 CDS







CD 1
ENFANCE ET ADOLESCENCE
Premières affections
1. Les premières personnes pour lesquelles François-René… 3’36
2. Personne n’aurait soupçonné dans la chétive Lucile…  3’59

Retour sur les parents et l’éducation reçue
3. L’éducation reçue par l’enfant ne fut pas particulièrement tendre… 2’17

Découverte des passions et du sens de l’honneur
4. C’est à l’époque où il est collégien à Dol…  5’52
5. Lorsque le temps était beau, les pensionnaires… 6’18

La vie à Combourg
6. Quand il n’est pas au collège… 5’54
7. Un seul incident variait ces soirées… 4’58
8. Une autre fois dans une soirée du mois de décembre… 6’21
9. Toutefois dans ma première ardeur pour la chasse… 6’47

Comment François-René ne s’engage pas dans la marine
10. En 1783, après le collège de Dol et celui de Rennes…  5’45
11. L’apparition et le départ subit de Gesril… 5’46

CD 2
Exaltation liée à des fantômes d’amour
1. François René découvre que d’aimer et d’être aimé … 5’30
2. Pygmalion fut moins amoureux de sa statue… 4’42
3. D’autres fois je suivais un chemin abandonné …  4’28
4. La nuit descendait ; les roseaux agitaient leurs champs… 5’13
5. Dans la plupart des villages de la Bretagne…  5’09

RÉVOLUTION, VOYAGE EN AMÉRIQUE ET SUCCÈS LITTÉRAIRES
Présentation à la cour
6. Etre présenté à la cour de Versailles… 7’02
7. J’étais trop plein de mes lectures pour ne pas voir… 6’21

Premiers jours de la Révolution. Mirabeau
8. Aux premiers jours de la révolution… 5’32
9. Sur la place Louis XV, le prince de Lambesc… 4’56
10. Quatre-vingts députés partent de Versailles… 5’27
11. Sur la motion du député féodal… 6’30
12. Mêlé par les désordres et les hasards de la vie… 4’24
13. Mirabeau était né généreux… 4’32

CD 3
Départ pour l’Amérique
1. Chateaubriand donne corps au rêve qui le tenaillait… 4’22
2. Je vous ai dit, au troisième livre de ces Mémoires… 5’36

Aventures américaines
3. Le premier succès littéraire de Chateaubriand est dû… 7’48

Un mariage pour faire plaisir à sa sœur
4. Parlant de son mariage, Chateaubriand dit que… 3’54
5. Il est aisé d’avoir de la résignation, de la patience… 4’36

Retour de guerre un peu aventureux
6. Blessé au siège de Thionville, malade, épuisé,… 3’40

Retour en France
7. En 1800, Chateaubriand se résout à quitter l’Angleterre… 5’09

Ce qui se passe en France
8. Après un long séjour en Angleterre, Chateaubriand retrouve… 4’24

Succès d’Atala et de René
9. Le succès d’Atala, récit inspiré par le séjour… 8’48

Mort du duc d’Enghien et démission
10. Nous sommes en 1804. Bonaparte fait enlever… 4’41

DE NAPOLÉON À LOUIS XVIII
Retour de Napoléon (les Cent-Jours, 1815)
11. Napoléon vaincu abandonne le pouvoir en 1814… 3’54
12. Ainsi je parlai : on n’est jamais reçu à dire… 5’01

La bataille de Waterloo
13. Chateaubriand n’assiste pas à la bataille… 6’38

La faute de Louis XVIII
14. Louis XVIII ne voit pas la possibilité de conserver le pouvoir… 7’04

CD 4
Le monde a changé
1. La grande différence entre Chateaubriand… 4’21

La société anglaise
2. De retour en France, Chateaubriand regrette… 4’08
3. On dit que le Dandy de cette heure ne doit plus… 4’36

L’Angleterre, c’était aussi Charlotte
4. Plusieurs femmes jouent un rôle important dans la vie… 3’50
5. Charlotte avait tout à coup réapparu comme cet astre… 4’56

Comment vivent les Romains
6. On trouve dans les Mémoires d’Outre-Tombe… 6’06

De l’importance de bien écrire
7. Chateaubriand estime que ses lettres officielles sont meilleures… 8’29

UN HOMME SE PENCHE SUR SON PASSÉ
Sur la guerre civile
8. Pensant qu’une action énergique aurait pu empêcher … 5’07

Évocation d’une carrière politique qui se termine
9. Avec le départ de Charles X, conséquence de la libération… 6’54

Études historiques, chronique d’un monde qui s’effondre
10. Au moment où il termine ses Études Historiques,… 4’19

De l’argent méprisé à tort
11. Chateaubriand n’a pas été un homme d’argent… 4’39

Le génie en prison
12. Nous sommes en 1832, deux ans après… 6’22
13. Pendant ma promenade, je voyais rentrer… 5’44

CD 5
Monsieur de Talleyrand
1. Talleyrand qui réussit à s’insinuer dans tous les régimes… 5’39
2. Il y a aujourd’hui seize ans qu’appelé… 4’49
3. Pendant ces moments d’escamotage, il rédigeait… 6’38

Le passé
4. Les Mémoires d’Outre-Tombe se terminent… 5’34
5. Pour ne toucher qu’un point entre mille, la propriété … 8’04

L’avenir
6. Réfléchissant sur l’avenir, comme il le fera encore… 4’37
7. Quelle serait une société universelle… 5’06
8. Enfin, il resterait une solution… 4’49
9. En ce qui touche les choses matérielles… 5’31
10. En définitive, mes investigations m’amènent… 5’17
11. Le christianisme stable dans ses dogmes… 3’53

Récapitulation de ma vie
12. Se retournant sur son passé, Chateaubriand peut faire valoir… 5’00
13. Des auteurs français de ma date, je suis quasi le seul…  3’56
14. Dans ces pays, la civilisation perfectionnée pourrait… 5’21

TEXTES DE TRANSITION RÉDIGÉS PAR PAUL DESALMAND

CHATEAUBRIAND UNE VIE DANS LE SIECLE
Une vie riche
François-René de Chateaubriand est né en 1768 à Saint-Malo, en Bretagne donc. Il meurt en 1848, quelques mois après la Révolution de février qui provoque la fuite du roi Louis-Philippe et l’avènement d’une éphémère IIe République. Son tombeau, comme il l’avait souhaité, est situé face à la mer, dans l’île du Grand Bé, à proximité de Saint-Malo. Une île qui, depuis, est devenue un lieu de pèlerinage pour les amateurs de littérature. Au cours de ces quatre-vingts ans, il a beaucoup voyagé, beaucoup aimé, beaucoup écrit et, pour certaines périodes, beaucoup agi sur le plan diplomatique et même politique. Dans les Mémoires d’Outre-Tombe, il passe en revue ces événements. Tout n’est pas du même niveau, mais dans les portraits et dans certaines synthèses, il se révèle un prosateur virtuose et sensible à l’amorce du mouvement de civilisation, selon lui irréversible, auquel il a assisté.

Une enfance bretonne
L’enfant est mis en nourrice à trois ans. Il va ensuite au collège, à Dol tout d’abord, à Rennes ensuite. Mais il passe une partie de l’année au Château de Combourg qui est proche de Dinan. Les pages écrites sur sa jeunesse à Combourg sont parmi les plus célèbres et ont constitué longtemps un passage obligé des études secondaires. Sa famille, de petite aristocratie, était en déliquescence, quand le père de François-René a vigoureusement repris les choses en main. Ce père un peu rude n’était pas hostile au fait que son fils se mêle aux enfants du village. Ce contact avec le peuple jouera un rôle important dans la formation de l’enfant. Le séjour à Combourg est marqué par la grande affection qu’il éprouve pour sa sœur et par ses rêveries dont celles qui portent sur la femme – sa fameuse sylphide – ne sont pas les moindres.

Débuts de la Révolution et premiers voyages
Chateaubriand est en Bretagne quand s’amorce à Paris et à Versailles une agitation qui débouche sur la destruction de la Bastille et sur la Révolution. Il vient à Paris, ce qui lui permettra d’être témoin de scènes importantes qu’il rapporte dans les Mémoires d’Outre-Tombe. Il est favorable à un changement ayant bien compris que le maintien de l’Ancien Régime en l’état n’était plus possible. Mais, quand il voit des têtes sanglantes fichées au bout des piques portées par les émeutiers, son ardeur se rafraîchit. En avril 1791, il part en Amérique, ce qui est une manière de donner corps à ses rêves, mais aussi de fuir un climat social peu propice aux aristocrates. Il est de retour en janvier 1792, dans une France non encore apaisée, ce qui le conduit à vivre en Angleterre en attendant que les choses s’arrangent. Il revient en France en 1800, à une époque où celui qui n’est pas encore Napoléon Ier met de l’ordre dans le pays en liquidant plus ou moins la Révolution.

Premiers succès littéraires et activité diplomatique
Un an après son retour, en 1801, paraît Atala, récit inspiré par son séjour en Amérique. Atala est suivi de René, ouvrage autobiographique parcouru par le mal du siècle qui, ainsi que le Werther de Goethe, provoquera des suicides. En 1802, il publie un livre à la gloire de la religion catholique, Génie du christianisme. Ces ouvrages connaissent un grand succès et, à partir de ce moment, Chateaubriand devient un homme de lettres qui compte et avec qui il faut compter.

Il accepte de travailler pour Bonaparte, alors Premier Consul. D’abord secrétaire de légation à Rome, il est ensuite nommé chargé d’affaires dans le Valais (Suisse). Il paraît bien parti pour une carrière diplomatique. Tout bascule avec la mort du duc d’Enghien, « crime » de Bonaparte que Chateaubriand juge impardonnable. Le duc d’Enghien était un prince de sang royal. Bonaparte l’accuse de comploter avec d’autres contre lui et donc contre la Révolution. Le duc d’Enghien est arrêté en Allemagne, transféré en France, jugé sommairement et exécuté en mars 1804. Chateaubriand donne immédiatement sa démission de chargé d’affaires dans le Valais. On a dit de cette exécution qu’elle était pire qu’un crime, une faute (sous-entendu politique). Cela peut se discuter, car s’il y a bien eu crime, politiquement, même si toute l’Europe est offusquée, ce n’est peut-être pas une erreur dans la perspective d’une prise de pouvoir, en dehors de toute considération morale, par le futur Napoléon. Comme l’exécution de Louis XVI en 1793, cet acte de violence était une manière de dire aux émigrés qui piaffaient derrière les frontières, que leur rêve d’un retour au statu quo ante relevait de l’utopie. Cette rupture avec Napoléon marque un coup d’arrêt dans la carrière politique de Chateaubriand. Il en profite pour écrire et voyager.

Voyage en Orient
Devenu tricard dans l’Empire, il voyage et écrit. Il entreprend, en particulier, un tour de la Méditerranée au terme duquel il retrouvera Nathalie de Noailles en Espagne. Il en tirera Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811). Cette même année 1811, il entre à l’Académie française et commence les Mémoires de ma vie qui se présentent comme un prélude aux Mémoires d’Outre-Tombe. Les premiers textes enregistrés en sont tirés.

La fin de l’Empire et la Restauration
L’année 1814 marque la fin de l’Empire et le retour du roi, Louis XVIII en l’occurrence. Cette Restauration n’a été possible que parce que le nouveau monarque accepte le principe d’une monarchie constitutionnelle qui est incarné par la « Charte ». Pour Chateaubriand, qui est favorable à ce type de système politique, les choses s’annoncent bien. Il est nommé ambassadeur en Suède (départ différé), décoré. Une ère de prospérité semble prête à s’ouvrir devant lui.

Les Cent-Jours et la seconde Restauration
En 1815, se produit un extraordinaire retournement de situation. Napoléon s’évade de l’île d’Elbe, débarque avec quelques fidèles dans le sud de la France, remonte jusqu’à Paris et reprend le pouvoir. Louis XVIII et toute la cour se réfugient à Gand, dans ce qui n’est pas encore la Belgique. L’épopée de Napoléon se termine au bout de trois mois par la défaite de Waterloo. Le roi Louis XVIII revient dans les fourgons de l’étranger selon une formule consacrée. Cette seconde Restauration paraît très propice à la carrière de Chateaubriand. Il est nommé ministre d’État, pair de France. Les nouveaux venus, ou revenus, le désolent parce qu’ils n’ont manifestement pas compris qu’en quelques décennies la France a bougé d’une façon irréversible. Ils n’ont, comme on le disait à l’époque, rien appris ni rien oublié. Son livre La Monarchie selon la Charte (1816) le fait rayer de la liste des ministres d’État. Les difficultés financières le contraignent à vendre une partie de sa bibliothèque. Sa belle résidence appelée La Vallée aux loups doit aussi être vendue. En 1818, il fonde un journal : Le Conservateur. Sa situation s’améliore, nommé ambassadeur à Londres, décoré de la Légion d’honneur, participant au Congrès de Vérone, ministre des Affaires étrangères en 1822, il se trouve jouer un rôle diplomatique important. Mais sa carrière a toujours été en dents de scie sans doute du fait de son caractère indocile. Il se voit « chassé » du ministère des Affaires étrangères en 1824. Après la mort de Louis XVIII en 1825, il assiste au sacre de son successeur le roi Charles X. Il se procure une somme importante en vendant ses Œuvres complètes à un éditeur.

1830-1848. Louis-Philippe, le roi bourgeois
Voyages et écriture
En 1830, une nouvelle révolution entraîne la fuite de Charles X et son remplacement par Louis-Philippe. Après le départ du roi « légitime », Chateaubriand considère que sa carrière politique est terminée. Il se retrouvera pourtant en prison pour raisons politiques (des raisons supposées en fait). L’emprisonnement de deux semaines (16 juin-30 juin 1832) est lié aux activités subversives de la duchesse de Berry. Quelques explications sont nécessaires pour que puissent être compris les textes s’y rapportant. La duchesse de Berry avait épousé le deuxième fils de Charles X. Celui-ci est assassiné. Le premier fils du roi n’a pas de descendance. Or, au moment où son mari est tué, la duchesse est enceinte. D’où quelques mois de suspense. Si l’enfant est un garçon, il sera tout simplement l’héritier légitime du trône de France. Et c’est un garçon ! Les légitimistes l’appellent «l’enfant du miracle ». Voulant faire valoir ses droits, la duchesse de Berry tente de provoquer un mouvement insurrectionnel en Vendée, lequel tourne court. Non seulement Chateaubriand n’était pas partie prenante de cette folle équipée, mais il avait écrit une longue lettre à la duchesse, lui recommandant la sagesse. Son incarcération se termine par un non-lieu. L’année suivante (1833), la Cour d’assises le disculpe définitivement.

Chateaubriand voyage, se rendant en particulier à Venise, écrit, signe un contrat pour la publication des Mémoires d’Outre-Tombe, parcourt la France et s’installe rue du Bac dans ce qui sera sa dernière demeure. Sa femme meurt en 1847 et il la suit peu après. Les enregistrements présentés ici rendent la substance de ce que tout le monde s’accorde à considérer comme le chef-d’œuvre de Chateaubriand, les Mémoires d’Outre-Tombe.

Conditions de publication
Le titre choisi par Chateaubriand exprime bien le vœu d’une publication post mortem. Il souhaitait même que les textes ne paraissent que cinquante ans après sa mort afin de ne pas froisser les contemporains. Mais le besoin d’argent le conduit à signer un contrat avec des éditeurs qui, eux, sont pressés. Il refusait aussi une publication en feuilleton. Il ne pourra pas s’y opposer. Il meurt à 80 ans le 4 juillet 1848. Les premiers textes paraissent en feuilleton dans La Presse fin octobre 1848. La publication dans ce journal se termine en juillet 1850. Pour ce qui est de la parution sous forme de livres, les deux premiers volumes seront disponibles en juillet 1849. À noter que cette version est expurgée et qu’il faudra longtemps avant que l’on puisse disposer d’une édition proche de l’original. Les quatre premières séquences de nos enregistrements figurent dans les Mémoires de ma vie.
Paul Desalmand
© 2012 Frémeaux & Associés – Groupe Frémeaux Colombini


LES GRANDES PÉRIODES POLITIQUES DE LA VIE DE CHATEAUBRIAND
La fin de la monarchie absolue
1768-1789
Louis XV et Louis XVI
Quand Chateaubriand naît en 1768, le roi de France est Louis XV. Louis XVI lui succède en 1774. La Révolution destitue ce monarque en 1791 et lui coupe la tête en 1793. Durant cette période prérévolutionnaire, en 1787, et donc à l’âge de 19 ans, Chateaubriand est présenté au roi Louis XVI et participe à une chasse royale. Il ne joue aucun rôle dans les affaires du pays durant cette époque puisqu’il a 21 ans lorsque commence la période révolutionnaire.

La période révolutionnaire
1768-1804
Différentes assemblées et Bonaparte Premier Consul
Nous ferons aller la période révolutionnaire de 1789 à 1804, même si, dans les dernières années, celui qui allait devenir Napoléon Ier prend de plus en plus d’importance. Chateaubriand accepte de travailler dans l’administration diplomatique de celui qui n’est encore que Bonaparte Premier Consul. L’exécution du duc d’Enghien (21 mars 1804), qu’il considère comme un crime, décide Chateaubriand à la rupture avec celui qui, quelques mois plus tard, devient empereur.

L’Empire
1804-1814
Napoléon Ier
Quelques mois après l’exécution du duc d’Enghien, le 2 décembre 1804, Bonaparte se fait sacrer empereur. Napoléon Ier va diriger la France pendant dix ans. Vaincu en 1814, il est exilé à l’île d’Elbe. De retour pendant trois mois en 1815, il quitte le pouvoir définitivement après la défaite de Waterloo. Chateaubriand qui n’a pas pardonné ce qu’il considère comme un assassinat reste dans l’opposition.

La Restauration
1814-1830
Louis XVIII (1814-1824) et Charles X (1824-1830)
Le mot « Restauration » désigne le retour de la monarchie. Il y en aura en fait deux, Restauration puisque la première, commencée en 1814, se termine par le retour de Napoléon en 1815 (les Cent-Jours). Napoléon vaincu à Waterloo en juin 1815, Louis XVIII revient, selon l’expression consacrée, dans les fourgons de l’étranger. Chateaubriand joue, dans un premier temps, un rôle politique et surtout diplomatique. Charles X, souverain qu’il considère comme le seul légitime, ayant été chassé par l’émeute en 1830, il considère que sa carrière politique est terminée.

La monarchie bourgeoise
1830-1848
Louis-Philippe
Durant la période 1830-1848, considérant un peu le nouveau roi, Louis-Philippe, comme un usurpateur, Chateaubriand se désintéresse de la politique, se contentant d’écrire et de voyager. Quand arrivent les journées de février 1848, qui mettent fin au régime de Louis-Philippe, vraiment à bout de course (mort en juillet), il voit les choses de loin et laisse la place à d’autres pour ce qui suit, l’éphémère deuxième République et le second Empire.


daniel mesguich
Après être passé par le Conservatoire national de région de Marseille, Daniel Mesguich suit, des études de philosophie à la faculté de Censier, à Paris. Admis en 1970 au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, il y reçoit l’enseignement d’Antoine Vitez et de Pierre Debauche.

En trente-cinq ans, Daniel Mesguich compte à son actif plus d’une centaine de mises en scène pour le théâtre, une quinzaine pour l’opéra, en France et à l’étranger (Bruxelles, Prague, Moscou, Budapest, Leipzig, Séoul, Brazzaville, Bologne, Pékin…). Il a occupé la Cour d’honneur du Festival d’Avignon en 1981 et a investi les plus grandes scènes françaises et étrangères (Comédie-Française, Théâtre de Chaillot, Opéra de Pékin…).

Il a été l’acteur d’une quarantaine de films pour le cinéma et la télévision.

On lui a confié de hautes responsabilités, dont la direction de deux centres dramatiques nationaux : le Théâtre Gérard-Philipe à Saint-Denis et le Théâtre national Lille-Tourcoing Région Nord/Pas-de-Calais.

Nommé le plus jeune professeur du Conservatoire national supérieur d’art dramatique – appelé par Jean-Pierre Miquel seulement dix ans après sa sortie comme élève –, il y enseigne depuis 1983. De nombreux acteurs ont été ses élèves, parmi lesquels Richard Anconina, Jérôme Anger, Sandrine Kiberlain, Vincent Perez, Philippe Torreton, Guillaume Gallienne, etc. Il en est devenu, depuis octobre 2007, le directeur.

Il est fréquemment sollicité pour diriger des master classes à l’étranger : Académie de Pékin, Princeton University, Monterey (Mexique), Budapest… et pour donner des conférences sur le théâtre (New York, Harvard, Oxford, Bogotá…).

Daniel Mesguich est invité fréquemment comme lecteur dans de nombreuses manifes-tations littéraires (Marathon des mots à Toulouse, Banquets de Lagrasse…) et se produit, tout aussi fréquemment, comme récitant aux côtés de personnalités musicales telles que Brigitte Engerer, Soo Park, Jean-Efflam Bavouzet, Hélène Grimaud, ou sous la baguette de grands chefs tels que Kurt Masur, Jean-Claude Malgoire, Philippe Bender, Jean-Christophe Spinosi, François-Xavier Roth, Jean-Claude Casadesus, Emmanuel Krivine, etc.

Écrivain, il a publié de nombreux articles théoriques sur le théâtre, fait de nombreuses traductions de pièces de théâtre et est l’auteur, notamment, d’un essai, L’éternel éphémère (éd. Verdier), d’un livre d’entretiens avec Rodolphe Fouano, Je n’ai jamais quitté l’école, et d’un roman, L’Effacée.


Chateaubriand (1768-1848), figure de proue du Romantisme français, homme de lettre mais également ministre et ambassadeur, fait partie des figures incontournables du XIXe siècle. De toutes ses œuvres, qui connurent une indéniable gloire de son temps, la seule à véritablement passer à la postérité fut sa colossale geste autobiographique, Les Mémoires d’outre-tombe. À la fois spectateur et acteur de son temps, dans une prose parfois éblouissante, il brosse à la fois son portrait et celui de son époque. Daniel Mesguich en rend à merveille le phrasé et fait revivre à nos oreilles la quintessencede ce sommet littéraire du XIXe siècle.
Claude Colombini Frémeaux

« Des auteurs français de ma date, je suis quasi seul qui ressemble à ses ouvrages : voyageur, soldat, publiciste, ministre, c’est dans les bois que j’ai chanté les bois, sur les vaisseaux que j’ai peint l’Océan, dans les camps que j’ai parlé des armes, dans l’exil que j’ai appris l’exil, dans les cours, dans les affaires, dans les assemblées que j’ai étudié les princes, la politique et les lois.» 
François-René de Chateaubriand

Ecouter MEMOIRES D'OUTRE-TOMBE DE FRANCOIS-RENE DE CHATEAUBRIAND par DANIEL MESGUICH (livre audio) © Frémeaux & Associés 2012 Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 Les premières personnes pour lesquelles François-René… - Daniel Mesguich03'36
02 Personne n'aurait soupçonné dans la chétive Lucile… - Daniel Mesguich03'59
03 L' éducation reçu par l'enfant ne fut pas particulièrement tendre… - Daniel Mesguich02'17
04 C'est à l'époque où il est collégien à Dol… - Daniel Mesguich05'52
05 Lorsque le temps était beau les pensionnaires... - Daniel Mesguich06'18
06 Quand il n'est pas au collège… - Daniel Mesguich05'54
07 Un seul incident variait ces soirées... - Daniel Mesguich04'58
08 Une autre fois dans une soirée du moi de décembre… - Daniel Mesguich06'21
09 Toutefois dans ma première ardeur pour la chasse… - Daniel Mesguich06'47
10 En 1783, après le collège de Dol et celui de Rennes... - Daniel Mesguich05'45
11 L'apparition et le départ subit de Gesril… - Daniel Mesguich05'46
CD 2
01 François-René découvre que d'aimer et d'ëtre aimé… - Daniel Mesguich05'30
02 Pygmalion fut moins amoureux de sa statue… - Daniel Mesguich04'42
03 D'autres fois je suivais un chemin abandonné… - Daniel Mesguich04'28
04 La nuit descendais, les roseaux agitaient leurs champs… - Daniel Mesguich05'13
05 Dans la plupart des villages de la Bretagne… - Daniel Mesguich05'09
06 Etre présenté à la cour de Versailles… - Daniel Mesguich07'02
07 J'étais trop plein de mes lectures pour ne pas voir… - Daniel Mesguich06'21
08 Aux premiers jours de la Révolution… - Daniel Mesguich05'32
09 Sur la place Louis XV, le Prince de Lambesc… - Daniel Mesguich04'56
10 Quatre-vingt députés partent de Versailles… - Daniel Mesguich05'27
11 Sur la notion de député féodal… - Daniel Mesguich06'30
12 Mêée par les désordres et les hasards de la vie… - Daniel Mesguich04'24
13 Mirabeau était né généreux… - Daniel Mesguich04'32
CD 3
01 Chateaubriand donne corps au rêve qui le tenaillait… - Daniel Mesguich04'22
02 Je vous ai dit au troisième livre de ces mémoires… - Daniel Mesguich05'36
03 Le premier succès littéraire est dû… - Daniel Mesguich07'48
04 Parlant de son mariage, Chateaubriand dit que… - Daniel Mesguich03'54
05 Il est aisé d'avoir de la résignation, de la patiente… - Daniel Mesguich04'36
06 Bléssé au siège de Thionville, malade, épuisé… - Daniel Mesguich03'40
07 En 1800, Chateaubriand se résout à quitter l'Angleterre… - Daniel Mesguich05'09
08 Après un long séjour en Angleterre… - Daniel Mesguich04'24
09 Le succès d'Atala, récit inspiré par le sejour… - Daniel Mesguich08'48
10 Nous sommes en 1804, Bonaparte fait enlever… - Daniel Mesguich04'41
11 Napoléon abandonne le pouvoir en 1814… - Daniel Mesguich03'54
12 Ainsi je parlai: on n'est jamais reçu à dire… - Daniel Mesguich05'01
13 Chateaubriand n'assiste pas à la bataille… - Daniel Mesguich06'38
14 Louis XVIII ne voit pas la possibilité de conserver le pouvoir… - Daniel Mesguich07'04
CD 4
01 La grande différence entre Chateaubriand… - Daniel Mesguich04'21
02 De retour en France, Chateaubriand regrette… - Daniel Mesguich04'08
03 On dit que le Dandy de cette heure ne doit plus… - Daniel Mesguich04'36
04 Plusieurs femmes jouent un rôle important dans la vie… - Daniel Mesguich03'50
05 Charlotte avait tout à fait réapparu comme cette astre… - Daniel Mesguich04'56
06 On trouve dans les Mémoires d'outre-tombe… - Daniel Mesguich06'06
07 Chateaubriand estime que ses lettres officiels sont meilleures… - Daniel Mesguich08'29
08 Pensant qu'une action énergique aurait pu empêcher… - Daniel Mesguich05'07
09 Avec le départ de Charles X, conséquence de la libération… - Daniel Mesguich06'54
10 Au moment où il termine ses études historiques… - Daniel Mesguich04'19
11 Chateaubriand n'a pas été un homme d'argent… - Daniel Mesguich04'39
12 Nous sommes en 1832, deux ans après… - Daniel Mesguich06'22
13 Pendant ma promenade, je voyais rentrer… - Daniel Mesguich05'44
CD 5
01 Talleyrand qui réussit a s'insinuer dans tous les régimes… - Daniel Mesguich05'39
02 Il y a aujourd'hui seize ans qu'appelé… - Daniel Mesguich04'49
03 Pendant ces moments d'escamotage, il rédigeait… - Daniel Mesguich06'38
04 Les mémoires d'outre tombe se termine… - Daniel Mesguich05'34
05 Pour ne toucher qu'un point entre mille, la propriété… - Daniel Mesguich08'04
06 Réfléchissant sur l'avenir, comme il le fera encore… - Daniel Mesguich04'37
07 Quelle serait une société universelle… - Daniel Mesguich05'06
08 Enfin, il resterait un solution… - Daniel Mesguich04'49
09 En ce qui touche les choses matérielles… - Daniel Mesguich05'31
10 En définitive mes investigations m'amènent… - Daniel Mesguich05'17
11 Le christianisme stable dans ses dogmes… - Daniel Mesguich03'53
12 Se retournant sur son passé, Chateaubriand peut faire valoir… - Daniel Mesguich05'00
13 Des auteurs français de ma date, je suis quasi le seul… - Daniel Mesguich03'56
14 Dans ces pays, la civilisation perfectionnée pourrait… - Daniel Mesguich05'21
« Une réussite complète » par La Classe

« L’enfance à Combourg, Lucile la sœur adorée, la Sylphide, le 14 juillet 1789, un portrait de Talleyrand… quelques-uns des plus beaux passages (et des plus célèbres aussi) des Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand sont réunis dans ce coffret  de 5 CD, lus par comédien Daniel Mesguich. Une occasion unique de re(découvrir), à travers ces extraits, l’une des œuvres majeures de la littérature française. Et des plus passionnantes aussi, car Chateaubriand, à la fois spectateur et acteur de son époque (il fut notamment ambassadeur sous Napoléon et ministre de Louis XVIII), nous fait vivre les grands événements et connaître les grands hommes qui ont fait l’histoire de France avant, pendant et après la Révolution, de Louis XVI  à Louis-Philippe. Daniel Mesguich a trouvé le ton juste pour restituer la prose romantique de celui qu’on surnommait "l’enchanteur". Ce qui fait de cet enregistrement une réussite complète, certains extrais pouvant même être proposés  à l’écoute d’élèves de CM. »
La Classe




« Etre Chateaubriand ou rien » par la Revue Lire (Prix Lire 2012)

Le voyageur qu’il fut, l’écrivain qu’il demeure, l’homme d’Etat qu’il se plaît d’avoir été, voilà les trois angles sous lesquels Chateaubriand interroge son temps et sa vie, hanté par la fin de toute chose. Qui écoutera ces extraits lus par Daniel Mesguich se demandera pourquoi se précipiter sur une nouveauté littéraire quand cette lecture magistrale efface aussi nécessairement qu’injustement tout autre livre. Dès les premières phrases, on est visité par l’enthousiasme du jeune Hugo : « Etre Chateaubriand ou rien ». Bien sûr nous aimons la fresque qu’il brosse de son époque, une des plus terribles et des plus glorieuses de notre histoire. Bien sûr nous nous émouvons à la vue des plis dont il assombrit le front de son autoportrait. Mais par-dessus tout, nous adorons sa prose somptueuse dont il sait faire briller la lumière jusque dans ses pages les plus noires. On lui a reproché de prendre ses aises avec l’exactitude des faits ? Mais ne faut-il pas être soucieux d’autre chose pour oser écrire : « Il ne me reste qu’à m’asseoir au bord de ma fosse, après quoi je descendrai hardiment, le Crucifix à la main, dans l’Eternité ». REVUE LIRE (PRIX LIRE 2012)




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...