SAMOIS-SUR-SEINE - ROMANE - INTEGRALE Vol.5

INTÉGRALE ROMANE  VOLUME 5

Plus de détails

Livret : 8 PAGES - ENGLISH NOTES
Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA543

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Dédié à la capitale mondiale du swing manouche, le disque Samois-sur-Seine saisit l’ambiance des bars et restaurants manouches des bords de Seine. Romane y invite les grands acteurs de la scène manouche : comme les guitaristes Angelo Debarre, Babik Reinhardt, ou le violoniste Florin Niculescu et élargit son vocabulaire en invitant le grand guitariste classique, Roland Dyens. Cinquième volume de l’intégrale Romane de Frémeaux & Associés, ce disque est un témoignage unique de la virtuosité et de la vitalité de la scène manouche saisie dans le site magique de Samois, où repose Django Reinhardt.

Augustin BONDOUX & Patrick FRÉMEAUX

Samois-sur-Seine FA543

Intégrale Romane 5
Samois-sur-Seine









1. Légende (Romane) avec Angelo Debarre 3’50
2. Swing 98 2’47
3. Une histoire simple (B. Reinhardt) avec Babick Reinhardt  6’10
4. La Camarde (Romane) 2’12
5. Traces e loups (Romane) 4’40
6. Feu follet (Romane) 3’22
7. I’ll see you in my dream (Jones / Kahn) interprétation du chorus de Django Reinhardt : Thomas Dutronc 2’43
8. Dans le regard de Laura (Romane) avec Roland Dyens 6’35
9. Mots de Pandore (Frédéric Loizeau) 3’05
10. Pizzicato Blues (Romane) 3’30
11. When you wish upon a star (du film Pinochio) (C. Harline / N. Washington) 1’38

 

ROMANE : guitare solo
HERVÉ LEGEAY : guitare
FRÉDÉRIC LOIZEAU : guitare
PHILIPPE “DOUDOU” CUILLERIER : guitare
ALICE BASSIÉ : contrebasse
FLORIN NICULESCU : violon

 

Enregistré entre le 29 décembre 1997 et le 15 janvier 1998 au studio Planet Sun
Ingénieur du son : Gilles Ravinet
Photo de couverture : Nicolas Matula

Première parution en 1998 chez iris music production
Fremeaux & Associes cessionnaire 2010.

 


En ce temps-là... nous fréquentions un bistrot de la rue de Chéroy tenu par un musicien (guitariste, de surcroît), où Romane avait pris ses quartiers. L’endroit (non loin du théâtre Hébertot) devint un de ces lieux sans lesquels la musique ne serait pas tout à fait ce qu’elle est : paysage vibratoire et autant d’occasions de rencontres... S’y fomentèrent quelques aventures restées depuis dans les tablettes : du fameux Quintet (avec la complicité du violoniste Florin Niculescu et des guitaristes Laurent Bajata et Doudou Cuillerier, entre autres), au futur French Guitare, revue qui annonçait l’ampleur de la vague manouche avant l’heure. Heureux temps des précurseurs et des pionniers... Se retrouvaient là régulièrement quelques figures considérables, comme Angelo Debarre, Moreno, ou Patrick Saussois, aussi bien que des amateurs et des amoureux, comme le luthier Joseph Di Mauro.

On dit aussi que les murs avaient abrité, à une autre époque, le cabaret des Tziganes Ivanovitch (était-ce vraiment là, ou quelques mètres plus loin ?) – toujours est-il que Pétro Ivanovitch lui-même, maître de la balalaïka tsigane, y débarqua un beau soir, en chair et en os. «?Légende?» (celle, confondue, des cabarets et des Tsiganes) qui n’a pas manqué d’inspirer Romane, pour le titre inaugural de cet album, en quoi Debarre ne tarda pas à reconnaître «?un air bien de chez nous?», qui (lui) rappelle «?le galop des chevaux?». 

C’est peu après que notre guitariste, à la poursuite de son héros, décida de s’installer à Samois-sur-Seine. Le mythique «?Chez Fernand?», restaurant du bord de Seine où Django avait ses habitudes, se transforma alors en nouveau point d’attraction de cette fine fleur de la six-cordes : on pouvait y croiser, au gré des soirées, Babik Reinhardt ou Roland Dyens, venus applaudir l’un ou l’autre. Des tempéraments s’y frottaient, des amitiés s’y nouèrent…

Samois-sur-Seine est le fruit de tout ce bouillonnement et de ces rencontres : avec Angelo, Babik, Dyens (belle relecture du «?Regard de Laura?»), Thomas Dutronc... Fruit de l’urgence aussi, puisque Romane venait de perdre son père (cf. «?La Camarde?»), à qui l’album est dédié. «?Un disque d’énervé?», nous confiait le leader sur le moment. Un album «?de passage?», au sens strict, où l’artiste, à la croisée des chemins, rassemble ses cartes et abat son jeu, avant d’envisager de nouvelles perspectives (dont celle du New Quintet, tout juste naissante).
Max ROBIN
Musicien et journaliste pour Guitarist Acoustic
© 2012 Frémeaux & Associés

In those days we used to go to a bistro on the rue de Chéroy… It was run by a musician (and a guitarist, too), and Romane was a regular there. The place wasn’t far from the Hébertot theatre and it became one of those places without which the music wouldn’t be quite what it is: the place had vibrations, and it provided many opportunities to meet people… Adventures were concocted there, some of them immortal: from the famous Quintet (with the complicity of violinist Florin Niculescu, and guitarists like Laurent Bajata and Doudou Cuillerier), to the future magazine French Guitare, which talked about the huge ‘manouche’ wave even before it was actually there. They were happy days for pioneers and precursors. There were major figures around, regular visitors like Angelo Debarre, Moreno, Patrick Saussois… not to mention fans and music-lovers, like the guitar-maker Joseph Di Mauro.

It’s said that the place used to be the Tziganes Ivanovitch cabaret (was it really there, or just down the road?) Whatever, one evening, Pétro Ivanovitch himself turned up; he was a master of the gypsy balalaika, and there he was, in flesh and blood. The «legend» – both cabarets like that one, and the legendary gypsies – couldn’t fail to inspire Romane when he chose his first title for this album, a record which Debarre quickly recognized as having «a feel just like home». It reminded him of the «horse gallop». 

Shortly after that, Romane, chasing his hero, decided to settle down in Samois-sur-Seine. The legendary restaurant «Chez Fernand» – down by the river; Django was a regular – became the new attraction, and the cream of the ‘six-string’ crop went down there at one time or another: depending on the night, you could see Babik Reinhardt or Roland Dyens, who’d come down to hear each other play. There were temperamental people there; sometimes heated, but many friendships began there, too…

Samois-sur-Seine was born of palpitating encounters like those: with Angelo, Babik, Dyens (a beautiful re-reading of Regard de Laura), Thomas Dutronc... It was born in urgency, too, because Romane had just lost his father (cf. La Camarde) and he dedicated the album to him. At the time, the group’s leader told me it was «an irritated guy’s record». It’s a «spur of the moment» album, too, in the strict sense of the word: the artist has reached a crossroads, sorted his cards, and played his hand so everyone can see them: his next step would be towards new horizons (including those of his New Quintet, which was just beginning).
Max ROBIN
Musician and journalist for Guitarist Acoustic magazine
© 2012 Frémeaux & Associés

Dédié à la capitale mondiale du swing manouche, le disque Samois-sur-Seine saisit l’ambiance des bars et restaurants manouches des bords de Seine. Romane y invite les grands acteurs de la scène manouche : comme les guitaristes Angelo Debarre, Babik Reinhardt, ou le violoniste Florin Niculescu et élargit son vocabulaire en invitant le grand guitariste classique, Roland Dyens. Cinquième volume de l’intégrale Romane de Frémeaux & Associés, ce disque est un témoignage unique de la virtuosité et de la vitalité de la scène manouche saisie dans le site magique de Samois, où repose Django Reinhardt.  
Augustin BONDOUX & Patrick FRÉMEAUX

 

Dedicated to gypsy-swing’s world capital, the album Samois-sur-Seine captures the atmosphere of the gypsy-bars and restaurants on the banks of the river Seine. Romane’s guests are some of the greatest players on the “manouche” scene: guitarists Angelo Debarre or Babik Reinhardt, and violinist Florin Niculescu. Romane also broadens his vocabulary by inviting the great classical guitarist Roland Dyens. This fifth volume in the complete works of Romane released by Frémeaux & Associés provides unique testimony to the virtuosity and vitality of the gypsy-music scene, and it was recorded in the magical atmosphere of Samois, where Django Reinhardt was laid to rest.

 

CD SAMOIS-SUR-SEINE (INTEGRALE ROMANE VOLUME 5), ROMANE © Frémeaux & Associés 2012 (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 Légende - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu03'53
02 Swing 98 - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu02'51
03 Une histoire simple - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu06'10
04 La camarde - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu02'14
05 Traces de loups - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu04'44
06 Feu follet - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu03'27
07 I'll see you in my dream - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu02'48
08 Dans le regard de Laura - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu06'40
09 Mots de Pandore - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu03'05
10 Pizzi cato blues - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu03'35
11 When you wish upon a star - Romane/Hervé Legeay/Frédéric Loiseau/Philippe Cuillerier/Alice Bassé/Florin Niculescu01'41
« Cette réédition de l’intégrale était une obligation morale. » Par On Mag

« Voici, avec Samois-sur-Seine, le cinquième tome de l’intégrale du guitariste manouche Romane. Jusqu’ici, les CDs de Romane étaient devenus introuvables, après la disparition du label Iris Music de Joel Leibovitz, puis de Jean Baptiste Ambroggiani. Ce CD avait été enregistré entre 1997 et 1998 et, je m’en souviens parfaitement, il avait immédiatement séduit tout le monde, à l’exception, évidemment, des râleurs de tout poil qui ne sont jamais satisfaits. Moi, il m’avait enchanté, ce CD, avec sa tradition respectée et ses ouvertures nombreuses sur le monde d’aujourd’hui. En invitant Babik Reinhardt qui, avec « Une Histoire simple », sa composition bien dans l’esprit du New Quintet du Hot Club de France qui allait naître. En invitant Roland Dyens, le guitariste classique (il n’essaie pas d’ailleurs de lui faire jouer du jazz, mais s’applique à travailler les pianissimos) et dont il serait temps, soit dit en passant, de rééditer son instrumental sur Brassens. En invitant le jeune Thomas Dutronc, histoire de le lancer, car Romane est avant tout quelqu’un d’altruiste. En invitant le guitariste manouche Angelo Debarre pour un « Légende » de légende. En faisant tout ça, Romane ouvrait le swing manouche sur notre siècle. Il n’était plus celui de Django, auquel pourtant, il restait infiniment fidèle et il ne chahutait pas non plus les grands ancêtres. Son groupe alors comportait une pompe infernale, trois guitaristes, pas moins et le dessus du panier, en plus : Doudou Cuillérier, Frédéric Loizeau et Hervé Legeay et une contrebassiste merveilleusement swinguante : Alice Bassié. Et puis, bien sûr, sa découverte personnelle, le fantastique violoniste Florin Niculescu, véritable réincarnation de Stéphane Grappelli. Cette réédition de l’intégrale était une obligation morale. »
Par Michel BEDIN – ON MAG




« Des compositions toujours épatantes » par Jazz Magazine-Jazzman

Ce disque de 1998 témoigne de l’installation de Romane à Samois-sur-Seine. D’où les invités qu’il y croisa : Babik Reinhardt et Frédéric Loizeau pour des pièces de leurs plumes, Angelo Debarre, Roland Dyens sur des compositions toujours épatantes de Romane, Thomas Dutronc sur une transcription du solo de Django. Quatre étoiles à l’époque dans Jazzman, bien méritées. AS – JAZZ MAGAZINE-JAZZMAN




« La saveur mélancolique d’un univers… » par Jazz News

Ces sessions de 1997 ont toutes les vertus d’un journal intime, et la saveur mélancolique d’un univers en voie de disparition, où le galop des doigts sur le manche et la frénésie  des balalaïkas tsiganes s’entendent comme larrons en foire. Un monde gravitant autour de Chez Fernand, troquet de Samois-sur-Seine. Romane y  a rencontré Angelo Debarre ou Babick Reinhardt, s’y est appuyé sur le violon de Florin Niculescu, et est allé jusqu’à confier un chorus à un perdreau de l’année d’alors, Thomas Dutronc. Il a rendu hommage à un père récemment disparu (« La Camarde »), et s’est laissé aller à quelques romances hollywoodiennes (« When You Wish Upon A Star »). Puis, s’en est allé vers d’autres aventures musicales.
Par Christian LARREDE – JAZZ NEWS




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...