LA CRISE DU MARIAGE D’AMOUR - PASCAL BRUCKNER

ESSAI LU PAR L'AUTEUR

Plus de détails

Nombre de CDs : 2


19,99 € TTC

FA8119

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Dans le monde classique, le mariage était un sacrement et l’amour, s’il survenait, une heureuse surprise. Aujourd’hui, c’est l’amour qui est sacré et le mariage n’en est qu’une possibilité parmi d’autres. Il a été concurrencé, en Europe du moins, par d’autres formes d’union ou de contrat. Le mariage d’inclination était supposé répondre aux défauts du mariage de raison : lieu de l’oppression de la femme par l’homme, vile entreprise commerciale, étouffoir pour les deux sexes.

Mais le conte de fées ne se passe pas exactement comme nous l’avions cru : depuis les années 70, le sentiment, triomphant, ronge l’institution de l’intérieur et la délégitime. Explosion des divorces, multiplication des solitaires, choix du célibat : la passion amoureuse, dans son élan, va t’elle détruire le mariage ou du moins le relativiser ? Sera-t-il bientôt réservé à une élite de happy few qui persisteront à s’unir officiellement quand la majorité batifolera au gré de ses passades et de ses virevoltes ?

Pascal BRUCKNER

Dans la tradition historique des auteurs lisant leurs oeuvres, Gustave Flaubert dans son « gueuloir », Albert Camus interprétant L’Étranger ou Marcel Pagnol incarnant La Gloire de mon père, Pascal Bruckner nous offre une lecture sensible de son essai, qui contribue à mieux comprendre sa pensée.

Claude COLOMBINI FRÉMEAUX

La Crise du mariage d'amour FA8119

Pascal Bruckner Essai lu par l’auteur

La crise du Mariage d’amour
© Grasset
Né en 1948 à Paris, philosophe et romancier, Pascal Bruckner est l’auteur, entre autres, de La tentation de l’innocence (Prix Médicis de l’Essai, 1995), Les voleurs de beauté (Prix Renaudot, 1997), L’amour du prochain (1998), Misère de la prospérité (Prix du Meilleur Livre d’Economie, Prix Aujourd’hui, 2002), La tyrannie de la pénitence (2006), Le paradoxe amoureux (2009). En 1992, Roman Polanski a adapté pour le grand écran son roman Lunes de fiel. Pascal Bruckner est aussi enseignant comme visiting professor dans des universités américaines. Son œuvre est traduite dans une trentaine de pays.


CD 1
1. Introduction 3’42
2. La catastrophe de la nuit de noces 1 4’34
3. La catastrophe de la nuit de noces 2 3’54
4. Le divorce, «?poison judaïque?» 1 3’35
5. Le divorce, «?poison judaïque?» 2 3’59
6. L’utopie nuptiale 1 3’14
7. L’utopie nuptiale 2 3’05
8. De l’amour interdit à l’amour obligatoire 1 5’21
9. De l’amour interdit à l’amour obligatoire 2 4’02
10. Les pathologies de l’idéal 1 4’28
11. Les pathologies de l’idéal 2 4’23
12. Le miel et la ciguë  5’20
13. La ronde des amants dépités 4’37
14. Vers une séparation dans l’euphorie ? 1 3’08
15. Vers une séparation dans l’euphorie ? 2 4’13


CD 2
1. Un ministère des cœurs brisés ? 1 4’35
2. Un ministère des cœurs brisés ? 2 4’12
3. Une agonie en pleine gloire 5’19
4. La tradition libératrice 1 3’37
5. La tradition libératrice 2 3’18
6. Remettre de la raison dans le sentiment 1 3’59
7. Remettre de la raison dans le sentiment 2 4’27
8. Ensemble, séparés 5’27
9. La défaite de Prométhée 1 4’03
10. La défaite de Prométhée 2 4’03
11. Douceur de vivre 2’37


Dans le monde classique, le mariage était un sacrement et l’amour, s’il survenait, une heureuse surprise. Aujourd’hui, c’est l’amour qui est sacré et le mariage n’en est qu’une possibilité parmi d’autres. Il a été concurrencé, en Europe du moins, par d’autres formes d’union ou de contrat. Le mariage d’inclination était supposé répondre aux défauts du mariage de raison : lieu de l’oppression de la femme par l’homme, vile entreprise commerciale, étouffoir pour les deux sexes. Mais le conte de fées ne se passe pas exactement comme nous l’avions cru : depuis les années 70, le sentiment, triomphant, ronge l’institution de l’intérieur et la délégitime. Explosion des divorces, multiplication des solitaires, choix du célibat : la passion amoureuse, dans son élan, va t’elle détruire le mariage ou du moins le relativiser ? Sera-t-il bientôt réservé à une élite de happy few qui persisteront à s’unir officiellement quand la majorité batifolera au gré de ses passades et de ses virevoltes ?
Pascal Bruckner


Dans la tradition historique des auteurs lisant leurs œuvres, Gustave Flaubert dans son «gueuloir», Albert Camus interprétant L’Étranger ou Marcel Pagnol incarnant La Gloire de mon père, Pascal Bruckner nous offre une lecture sensible de son essai, qui contribue à mieux comprendre sa pensée. 
Claude Colombini-Frémeaux

Ecouter La Crise du mariage d'amour essai lu par l'auteur  par Pascal Bruckner (livre audio)  © Frémeaux & Associés 2013 / Grasset & Fasquelle 2010




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 Introduction - Pascal Bruckner03'42
02 La catastrophe de la nuit de noces - Pascal Bruckner04'34
03 La catastrophe de la nuit de noces 2 - Pascal Bruckner03'54
04 Le divorce, poison judaïque - Pascal Bruckner03'35
05 Le divorce, poison judaïque 2 - Pascal Bruckner03'59
06 L'utopie nuptiale - Pascal Bruckner03'14
07 L'utopie nuptiale 2 - Pascal Bruckner03'05
08 De l'amour interdit à l'amour obligatoire - Pascal Bruckner04'02
09 De l'amour interdit à l'amour obligatoire 2 - Pascal Bruckner04'02
10 Les pathologies de l'idéal - Pascal Bruckner04'28
11 Les pathologies de l'idéal 2 - Pascal Bruckner04'23
12 Le miel et la ciguë - Pascal Bruckner05'20
13 La ronde des amants dépités - Pascal Bruckner04'37
14 Vers une séparation dans l'euphorie - Pascal Bruckner03'08
15 Vers une séparation dans l'euphorie 2 - Pascal Bruckner04'13
CD 2
01 Un ministère des coeurs brisés - Pascal Bruckner04'35
02 Un ministère des coeurs brisés 2 - Pascal Bruckner04'12
03 Une agonie en pleine gloire - Pascal Bruckner05'19
04 La tradition libératrice - Pascal Bruckner03'37
05 La tradition libératrice 2 - Pascal Bruckner03'18
06 Remettre de la raison dans le sentiment - Pascal Bruckner03'59
07 Remettre de la raison dans le sentiment 2 - Pascal Bruckner04'27
08 Ensemble séparés - Pascal Bruckner05'27
09 La défaite de prométhée - Pascal Bruckner04'03
10 La défaite de prométhée 2 - Pascal Bruckner04'03
11 La douceur de vivre - Pascal Bruckner02'37
Propos de Pascal Bruckner recueillis par Patrick Demailly dans Nord Eclair

Peut-on dire que cet essai est le constat du fossé creusé entre l'institution du mariage et l'évolution du sentiment amoureux ?
C'est un constat de semi-échec, en tout cas de crise grave. On peut dire qu'un siècle après son invention, le mariage d'amour n'est pas en meilleur état qu'était le mariage bourgeois à la fin du XIXe siècle. Il y a aujourd'hui 35 % de mariages en moins, on divorce de plus en plus et on peut imaginer que beaucoup de gens se marient pour avoir des papiers. Contrairement à ce qu'on dit, le mariage n'est pas uniquement d'amour aujourd'hui. L'exemple présidentiel le prouve : on se marie par intérêt.
Le mariage d'amour est-il devenu son propre ennemi ?
Auparavant, c'était la raison, l'intérêt qui faisaient la loi, la transmission d'un bien ou d'un nom. Là, l'amour est devenu presque un dogme. On a même vu au début du XXe siècle un député qui voulait inscrire l'amour comme condition obligatoire qui présidait à la cérémonie. Ce dogmatisme est aussi bête que l'ancien et au fond, la seule ligne de partage qui doit séparer les gens, c'est le mariage libre ou le mariage forcé. On peut librement se marier par intérêt mais le mariage forcé est insupportable. Les raisons pour lesquelles deux êtres s'unissent sont multiples. Même chez les gens les plus épris, il y a de la vanité, l'amour-propre.
L'infidélité s'est-elle accrue ?
Le risque de l'infidélité est l'obsession de tous les couples. C'est le propre de la monogamie qui nous interdit d'aller voir ailleurs, donc rendons cet ailleurs plus désirable. La naïveté, c'est de croire que l'amour était un sentiment mélangé parce qu'il était interdit par la loi, la religion, les pouvoirs, la morale et qu'au fond à partir du moment où on admet l'autoriser, il déploierait toutes ses possibilités les plus belles. Sauf qu'on s'aperçoit que l'amour libre n'est pas plus facile à vivre que l'amour enchaîné.
Estimez-vous que la littérature est contre l'amour ?
Tous les livres d'amour sont souvent désespérés, parlent de chagrins d'amour, de malentendus monstrueux, d'amour impossible. Si on les lit avec tant de délectation, c'est qu'ils disent quelque chose de vrai ou du moins que l'idéologie dominante ne nous dit pas.
L'humain ne veut-il pas tout et son contraire ?
Il y a un aspect qu'on a complètement gommé, c'est la versatilité. On a une approche totalement adolescente de l'amour. On veut à la fois la perspective du long terme et l'intensité passionnelle qui serait la marche de l'amour fou d'aujourd'hui. On s'aperçoit que ça ne marche pas de vivre dans un désir qui ne faiblit jamais, alors beaucoup de gens s'arrêtent.
Parce qu'ils ne retrouvent plus le frisson des débuts. C'est une perversion déjà dénoncée par les anciens, notamment par Saint-Augustin, qui est « L'amour de l'amour ». Nous aimons l'état dans lequel nous plonge une personne, et cela ne veut pas dire que nous aimons cette personne en particulier.
Le couple ne supporte-il pas les contraintes ?
La fameuse formule « Pour le meilleur et pour le pire » a été amputée de sa seconde partie. Cela explique tous ces drames, ces femmes qui sont abandonnées quand elles tombent malades, idem pour les hommes quand ils sont au chômage.
Ce sont les femmes qui partent dans la majorité des cas ...
À 70 % mais la cruauté de la séparation est la même. Du jour au lendemain, très souvent la personne qu'on adorait devient votre pire ennemi. C'est le passage de l'amour à la haine..
Les couples meurent-ils d'une trop vaste idée d'eux-mêmes » ?
Les couples sont en rivalité les uns avec les autres, ils ne cessent de se comparer. Et puis, il y a cette idée qu'on va tout investir dans la relation amoureuse qui serait en quelque sorte le summum de la réussite de l'existence donc on surcharge la barque. L'espérance est tellement grande qu'à la moindre déception, on part.
« Aime-moi moins mais aime-moi longtemps », dit Louis Garrel dans « Les chansons d'amour »...
C'est une manière de dire que ce qui compte n'est pas d'aimer plus mais d'aimer mieux. Si on veut construire quelque chose, l'intensité n'entre pas seul en jeu. Il faut nouer un pacte avec le temps.
Ne cherche-t-on pas au final que la passion ?
Essentiellement. Tout ce qui est plan-plan, routine est désormais exclu. Or, dans la tradition, il y avait des éléments d'une certaine sagesse que nous serions peut-être fondés à étudier avec un peu plus d'attention.
Le concubinage, l'union libre ou le Pacs sont des ersatz de nuptialité. Doit-on leur multiplication à une peur de l'engagement?
Les obligations ne sont pas les mêmes. Le Pacs, on peut y mettre un terme par une simple lettre recommandée. Et puis, c'est une manière de retarder l'engagement. Le Pacs était à la base pour les homosexuels, sauf qu'il est à 95 % hétéro. Donc le Pacs pour les hétéros et le mariage pour les homos. Mais même si le mariage homosexuel existe un jour, il aura la même durée de vie que pour les hétérosexuels. NORD ECLAIR




« A insérer rapidement dans son lecteur de CD ! » par Lire

Alors que le Parlement examine depuis janvier le projet de loi sur le « mariage pour tous » et que plus d’un million de Français sont déjà par deux fois descendus dans la rue, réfléchir avec Pascal Bruckner au fait que le mariage d’amour aurait peut-être échoué n’est pas inutile. Si le mariage d’inclination devait répondre aux défauts du mariage de raison en soustrayant les époux aux arrangements de leurs parents et en libérant la femme de la tutelle de son mari, il n’est pas sûr que ne tourne pas au fiasco le pari des sociétés modernes : « Mettre la loi au service des passions au lieu d’encadrer les passions par la loi. Fonder le durable sur le transitoire, épouser la moindre inflexion des mœurs en convulsant au besoin les institutions pour mieux les adapter. Chevaucher le tigre au risque d’être renversé, canaliser par l’assentiment le fleuve impétueux des émotions que nos ancêtres endiguaient par les interdits. Ambition délirante dont nous n’vons pas fini de ressentir les effets. » A insérer rapidement dans son lecteur de CD !
Par Jérôme SERRI - LIRE




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...