BROTHERS - DIDIER & FRANCIS LOCKWOOD

DIDIER & FRANCIS LOCKWOOD

Plus de détails

Artiste DIDIER & FRANCIS LOCKWOOD
Livret : 4 PAGES
Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA592

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Enregistré en 2008 pour le label Ames, le disque « Brothers » réunit pour la première fois les deux frères Didier et Francis Lockwood, figures incontournables du jazz français depuis plus de 30 ans.

Une alchimie parfaite s’opère entre le piano de Francis et le violon de Didier, seuls instruments présents sur ce disque. En résulte, une plongée intime et délicate dans un univers conjointement dessiné, qui par-delà le talent, la complicité et la connivence, est façonné par la fraternité.

Patrick FRÉMEAUX et Augustin BONDOUX

 

I DON’T THINK ANYMORE (FRANCIS LOCKWOOD) • OCTOBER WALTZ (DIDIER LOCKWOOD) • IMPRO OPUS 2 (DIDIER ET FRANCIS LOCKWOOD) • A DAY IN LONDON (FRANCIS LOCKWOOD) • IN A SENTIMENTAL MOOD (DUKE ELLINGTON) • TU ME L’AVAIS DIT (DIDIER LOCKWOOD) • BAY D ALONG (FRANCIS LOCKWOOD) • CARAÏBES (FRANCIS LOCKWOOD) • ABOVE THE CLOUDS (FRANCIS LOCKWOOD) • IMPRO OPUS 1 (DIDIER ET FRANCIS LOCKWOOD). BONUS TRACKS : CHAUD RIGNOT (DIDIER LOCKWOOD) • MISTER BLING BLING (DIDIER LOCKWOOD).

Brothers FA592

didier & francis lockwood
brothers










Enregistré en 2008 pour le label Ames, le disque «?Brothers?» réunit pour la première fois les deux frères Didier et Francis Lockwood, figures incontournables du jazz français depuis plus de 30 ans. Une alchimie parfaite s’opère entre le piano de Francis et le violon de Didier, seuls instruments présents sur ce disque. En résulte, une plongée intime et délicate dans un univers conjointement dessiné, qui par-delà le talent, la complicité et la connivence, est façonné par la fraternité.  

Patrick FRÉMEAUX et Augustin BONDOUX

Didier and Francis Lockwood have been unavoidable figures on the French jazz scene for thirty years, but the “Brothers” album they recorded for the Ames label in 2008 featured them together for the first time. Francis Lockwood’s piano and the violin of his brother Didier function together in perfect alchemy here, the only instruments present on the recording. The result is an intimate, delicate dive into a universe of their own design where their talents, complicity and connivance are shaped by the closeness of their relation as brothers.

Patrick FRÉMEAUX & Augustin BONDOUX

1. I don’t think anymore
(Francis Lockwood) 4’10”
2. October waltz (Didier Lockwood) 4’52”
3. Impro Opus 2 (Didier et Francis Lockwood) 3’14”
4. A day in London (Francis Lockwood) 5’40”
5. In a sentimental mood (Duke Ellington) 3’51”
6. Tu me l’avais dit (Didier Lockwood) 3’51”
7. Bay d’along (Francis Lockwood) 2’54”
8. Caraïbes (Francis Lockwood) 3’34”
9. Above the clouds (Francis Lockwood) 5’07”
10. Impro Opus 1 (Didier et Francis Lockwood) 4’09

bonus tracks :
11. Chaud rignot (Didier Lockwood) 2’48”
12. Mister bling bling (Didier Lockwood) 4’42”
Durée totale 55’19”

CD Brothers, Didier & Francis Lockwood © Frémeaux & Associés 2013.





PisteTitre / Artiste(s)Durée
01 I Don't Think Anymore - Didier Lockwood / Francis Lockwood04'10
02 October Waltz - Didier Lockwood / Francis Lockwood04'52
03 Impro Opus 2 - Didier Lockwood / Francis Lockwood03'14
04 A Day In London - Didier Lockwood / Francis Lockwood05'40
05 In A Sentimental Mood - Didier Lockwood / Francis Lockwood03'51
06 Tu me l'avais dit - Didier Lockwood / Francis Lockwood03'51
07 Bay d' Along - Didier Lockwood / Francis Lockwood02'54
08 Caraibes - Didier Lockwood / Francis Lockwood03'34
09 Above The Clouds - Didier Lockwood / Francis Lockwood05'07
10 Impro Opus 1 - Didier Lockwood / Francis Lockwood04'09
11 Chaud Rignot - Didier Lockwood / Francis Lockwood02'48
12 Mister Bling Bling - Didier Lockwood / Francis Lockwood04'42
« D’émouvantes retrouvailles » par France Info

Ils sont frères et musiciens. Didier est au violon, Francis pianiste. Quatre années les séparent et c’est Francis qui fut le mentor de Didier. Dans les années 70, les frangins Lockwood ont joué et enregistré ensemble puis chacun a suivi sa carrière. Aujourd’hui, ce sont d’émouvantes retrouvailles que l’on peut entendre sur le bien nommé « Brothers ». Un album de complices et de finesse.
Par Anne CHEPEAU – FRANCE INFO




« Les réussites de cet album sont nombreuses » par Jazzman

Cela faisait longtemps que l’on attendait un vrai disque de jazz de la part de Didier Lockwood. Il nous l’offre en compagnie de son frère, un complice avec lequel il improvise en toute confiance. Didier n’aurait probablement pas fait un meilleur disque avec un autre pianiste, tant les réussites de cet album sont nombreuses. Les compositions ont toujours leurs  moments de grâce. Habilement troussé sur une grille de blues, « I Don’t Think Anymore » génère des échanges drôles et joyeux. « October Waltz », une jolie valse triste, renferme un chorus de violon mémorable. « A Day in London, Above the Clouds » sont de touchantes ballades. A un violon virtuose, sensible et lyrique répondent les justes accords d’un piano constamment à l’écoute. Francis ajoute un profond sens du tempo aux belles couleurs d’un piano qui commente, relance, éblouit et met surtout en valeur un violon enchanteur. Dans « Tu me l’avais dit », presque une chanson sans paroles, les deux frères se racontent une véritable histoire, en toute connivence, mais avec des propos bien distincts, le violon plus bavard ayant le dernier mot. L’« Opus 2 » plonge ses racines dans la musique classique européenne ; plus personnel et mystérieux, l’«Opus1» traduit bien l’alchimie musicale d’une séance convaincante.
Par Pierre De CHOCQUEUSE – JAZZMAN




« Une musique intime, confiante, rayonnante » par la Terrasse

Une affaire de famille. Ces deux frères-là, Didier le violoniste, fils spirituel de Stéphane Grappelli, et Francis le pianiste, « enfant de Bill Evans », bien qu’ayant joué sur scène quelques centaines de fois, n’avaient jamais encore co-signé le moindre album. C’est chose faite avec « Brothers » qui sort sur le label Ames/Frémeaux & Associés. Un disque où la musique coule en toute évidence : intime, confiante, rayonnante.
Par JLC – LA TERRASSE




« Pour une fois le terme de télépathie, se justifie pleinement » par Jazzmag - Jazzman

Une rencontre fraternelle dont on s’étonne qu’elle n’ait pas inspiré plus tôt les producteurs de disques. Voilà pourtant plus de trente ans que les frères Lockwood occupent la scène française. Les voici donc réunis dans cet album enregistré en 2008 pour le label Ames et dont le titre dit tout sans qu’il soit besoin d’ajouter une quelconque glose. Il sous-entend la connivence entre le violoniste et le pianiste, connivence qui va au-delà de la simple empathie musicale et se manifeste de bout en bout, dans les dialogues comme dans les improvisations ou l’entente et la similitude d’inspiration sont proprement éclatantes. Ainsi de « Impro Opus1 » et « Opus 2 », exercice périlleux s’il en est, où l’écoute mutuelle suscite le jaillissement commun d’idées qui se mêlent et s’entrecroisent, sans hiatus ni rupture. Pour une fois, le terme de « télépathie », si galvaudé en pareille occurrence, se justifierait pleinement. Comme du reste, dans les autres morceaux signés alternativement par l’un et l’autre frère, à l’exception du seul standard, « In A sentimental Mood », longue pièce qui donne lieu à une interprétation toute en finesse, avec un remarquable chorus de violon pizzicato. Est-il utile d’insister sur les qualités intrinsèques de chacun, virtuosité de Didier, goût pour les distorsions électroniques (Mister Bling Bling), sûreté de Francis dont le lyrisme contenu et les accompagnements restent un modèle du genre ?
Par Jacques ABOUCAYA – JAZZMAG – JAZZMAN




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...