ROBEURT FÉNECK ET LE “MAD IN SWING” BIG BAND

ROBEURT FÉNECK

Plus de détails

Artiste ROBEURT FENECK
Direction artistique : STÉPHANE ROGER
Livret : 8 Pages
Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA597

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Tantôt maitre de cérémonie déluré façon Cab Calloway, parfois chanteur de charme (qui rend à la langue de Goethe ses lettres de noblesse en matière de séduction) ou entertainer Frenchy pour Big Band dans la lignée d’Henri Salvador, personnage fantasque revisitant la chanson française, Robeurt Féneck sort tout droit des fumeries d’opium des années folles.

Aparté solo du batteur de Pink Turtle (groupe à la renommée internationale), l’orchestre Mad in Swing excelle dans la parodie et arbore presque tous les styles de jazz, du swing bien sûr, au cool jazz (à noter la mise en sauce de François Biensan qui fait particulièrement bien swinguer la variété des années 1970-80), jusqu’à la musique cubaine ou au gospel type new orleans. Car, oui, Robeurt Féneck, dandy séducteur, sait ce qui plaît aux Dames…

Un disque qui mettra tout le monde d’accord, le pantacourt ne s’est jamais aussi bien porté !

Augustin BONDOUX

DIRECTION : STÉPHANE ROGER

LE MAD IN SWING BIG BAND : 1ER TP : FRANÇOIS BIENSAN • TP : JEROME ETCHEBERRY, MICHEL BONNET, GILLES BERTHENET (SAUF 01, 08, 13) • TB : PATRICK BACQUEVILLE, JEAN-CLAUDE ONESTA, BENOIT DE FLAMESNIL • SAX TENOR & FLUTE : PIERRE LOUIS “PILOU” CAS • SAX TENOR : CLAUDE “POUPOU” BRAUD • SAX ALTO : NICOLAS MONTIER • SAX ALTO & CLAR : AURÉLIE TROPEZ • SAX BAR : MOSSIEUR PHILIPPE CHAGNE • GUITARE : ENZO MUCCI (SAUF 01, 08, 13) • CONTREBASSE : LAURENT VANHEE • PIANO & ORGUE : FRANCK JACCARD • BATTERIE : STEPHANE ROGER.

 

MAD IN SWING • LES AYANTS DROIT • BORN TO BE ALIVE • SAG DARUM • JULIE • LE REGARD DE L’AMOUR • SING SING SING • LES NUITS D’UN
DAMOISEAU • MAKIN POOPEE • UNE BELLE JOURNÉE • QU’ON M’PAYE CES GOUTTES D’EAU • MISS D. • MAD IN SWING SPÉCIAL “RÉVEIL MATIN”.

 

 

Robeurt Féneck FA597

Robeurt Féneck











Tantôt maitre de cérémonie déluré façon Cab Calloway, parfois chanteur de charme (qui rend à la langue de Goethe ses lettres de noblesse en matière de séduction) ou entertainer Frenchy pour Big Band dans la lignée d’Henri Salvador, personnage fantasque revisitant la chanson française, Robeurt Féneck sort tout droit des fumeries d’opium des années folles. Aparté solo du batteur de Pink Turtle (groupe à la renommée internationale), l’orchestre Mad in Swing excelle dans la parodie et arbore presque tous les styles de jazz, du swing bien sûr, au cool jazz (à noter la mise en sauce de François Biensan qui fait particulièrement bien swinguer la variété des années 1970-80), jusqu’à la musique cubaine ou au gospel type new orleans. Car, oui, Robeurt Féneck, dandy séducteur, sait ce qui plaît aux Dames… Un disque qui mettra tout le monde d’accord, le pantacourt ne s’est jamais aussi bien porté !
Augustin Bondoux

At times a Cab Calloway-type zany MC, at others a crooner (who makes the language of Goethe look noble in terms of seduction), a big-band entertainer à la française like Henri Salvador, or even a whimsical character revisiting French chanson, Robeurt Féneck seems to come straight from the opium-dens of the Roaring Twenties. As a solo excursion for the Pink Turtle drummer (a world-famous outfit if ever there was), the Mad in Swing orchestra has an excellent fealing for parodies and plays host to almost every style in jazz, from Swing (of course) to Cool Jazz — note the sauce added by François Biensan to bring even more zip to the pop of the 70s and 80s — via Cuban music or New Orleans-type gospel. Yes, Robeurt Féneck, the dandy and seducer, sure knows how to please the ladies… Setting the record straight for everyone, this is a disc where pants that don’t reach your ankles never looked so good!
Augustin Bondoux




1. Mad in Swing (F. Biensan/P.L Cas/R. Féneck).    2’53

2. Les Ayants droit : parodie de R. Féneck d’après “Alexandrie Alexandra” chanté par C. François     3’55
(E. Roda Gil/J.P. Bourtayre/C. François) © Jeune musique éditions. 
 

3. Born to be alive (P. Hernandez) ©Saturn PHL.    4’10

4. Sag darum : Parodie de R. Féneck d’après “love letter” (E. Heyman/V. Young) © RCA Records.    2’49

5. Julie (R. Fénéck).    2’55

6. Le regard de l’amour : parodie de R. Féneck d’après “the Look of love” (D. Hal/B. Bacharach) © Colgems emi music inc.    3’31

7. Sing sing sing (L. Prima). Version du film «Swing kids».    4’42

8. Les Nuits d’un Damoiseau : parodie de R. Féneck d’après “Les Nuits d’une demoiselle” (G. Breton/R. Legrand/C. Raget) © Semi société.    2’45

9. Makin Poopee : parodie de R. Féneck d’après “Makin Whoopee” (K. Gus/W. Donaldson) © Publications Francis Day.    3’46

10. Une belle journée (F. Biensan/R. Féneck).    3’54

11. Qu’on m’paye ces gouttes d’eau : parodie de R. Féneck d’après “Chan Chan” (Compay segundo) ©Autores productores asoc apa s l).    3’38

12. Miss D. (R. Féneck).    3’36

13. Mad in Swing spécial “réveil matin” (F. Biensan/P.L. Cas/R. Féneck).    2’50

Total time : 45’22


Chanteur : Robeurt Féneck


Le Mad in Swing Big Band :

1er Tp : François Biensan. Tp : Jérôme Etcheberry, Michel Bonnet, Gilles Berthenet (sauf 01, 08, 13).
Tb : Patrick Bacqueville, Jean-Claude Onesta, Benoît de Flamesnil. Sax Ténor & Flûte : Pierre Louis “Pilou” Cas.
Sax Ténor : Claude “Poupou” Braud. Sax Alto : Nicolas Montier. Sax Alto & Clar : Aurélie Tropez.
Sax Bar : Môssieur Philippe Chagne. Guitare : Enzo Mucci (sauf 01, 08, 13). Contrebasse : Laurent Vanhée.
Piano & Orgue : Franck Jaccard. Batterie : Stéphane Roger.


Ajouts
The Amazing Emilie Hédou sur “Miss D”.
The Incredible Nicolas Peslier : Guitares sur “Qu’on paye ces gouttes d’eau”.
The Gorgeous (mais pas que !) Sandy Lhaik : Percussions.
Sur les morceaux “Mad in Swing” et “les nuits d’un Damoiseau” Patrick Artéro remplace Gilles Berthenet
et sur “Mad in Swing” the Famous “Mado” est à la guitare. (ce qu’est la DS 23i cab. à l’automobile !)
(enregistré au studio “oui dire” de Limoges).
Petite fille dans “les Ayants droit” : Manon Roche-Lavareille.
Chœurs dans “les Ayants droit” : Emilie Hédou, Patrick Bacqueville, Pierre Louis Cas.


PAROLES Robeurt Féneck (sauf 03 et 07)


orchestration  François Biensan


Prise de son et mixage Bruno Minisini
Enregistré les 26 et 27 novembre 2012 à l’UMJ Paris


Masteurisation
  François Biensan

Notre héros Robeurt tient à remercier très très très chaleureusement :

Pierre Louis “Pilou” Cas pour son indéfectible soutien, François Biensan pour les magnifiques arrangements musicaux, Bruno Minisini pour sa patience au mixage (entre autres), ainsi que tous les musicien(ne)s qui ont pris part à ce projet et qui ont donné une belle définition du mot Amitié.

Sans oublier Sabine Segura pour son talent graphique et soutien précieux, Benjamin Goldenstein pour sa bienveillance, Christophe Davot pour le Coaching vocal, ainsi que Didier Pallagès, Philippe Marchin et Michel Bonnet pour leurs photos qui agrémentent si joliment ce livret.

Un grand merci aussi à Patrick Frémeaux, Augustin Bondoux et toute l’équipe de Frémeaux et associés, ainsi qu’à Sébastien Vidal et la radio TSF.


Les Ayants droit !

Poil qui frétille
Débarque sur la ville
ils sont dans nos vies
ils sont dans leur droit
sont si fragiles
les ayants droit
sont si fragiles lorsque l’on touche à leur papa (ou leur maman !)
ils ont plus d’appétit que Barak Obama, « les ayants droit »
ils vid’ront tous mes comptes si on n’les retient pas

Les Sirènes de la Tour de Neuilly
Font chanter les dollars du show bi...zzzzz
La Lumière de la Tour de Neuilly
Fait naufrager les maquignons du tiroir caisse

Poil qui frétille
Débarque sur la ville
Ils sont dans nos vies
Ils sont dans leur droit
Ils sont fébriles
Les ayants droits
Ils sont fébriles car n’ont pas le talent d’papa (ou de maman !)
Ils ont plus d’appétit qu’un certain DSK « les ayants droit »
Ils vid’ront tous mes comptes si je n’les retiens pas

Les Sirènes de la Tour de Neuilly
Font chanter les roupies des pianistes
La lumière de la Tour de Neuilly
Fait naufrager les maquignons du tiroir caisse
Na !


Sag Darum 
Was soll es bedeuten daß ich so traurig bin
Die Wolken am Himmel zeigen mir schöne Bilder
Ein Weisses Herz, aber mit so vielen löchern
Die Flugzeuge sehen aus wie Pfeile
Wird ein Sonnenstrahl mich endlich erleuchten
Oder habe ich in meinem früheren Leben so viel falsch gemacht
Liegt es einzig an mir
Oder soll ich mir nur sagen…
…. Darum !


Le regard de l'amour !

Le regard, de l’amour,
Est dans tes yeux,
Même un sourire, ne peut le cacher

Le regard de l’amour
En dit tellement
Que de simples mots ne pourraient
Et que mon cœur entend
J’en ai le souffle coupé.

Même si son mystère doit me laisser deviner,
si c’est moi ou un autre,
Que ce regard essaye en vain de capturer…

Tu as le…
regard de l’amour
Si doux, si fort,
Unique,
Que rien ne peut remplacer,

Ce regard, de l’amour
M’a permis de retrouver
Mes jeunes années
Que j’avais oubliées
Mais qui m’avait tant marqué.

Tu m’as replongé dans mes souv’nirs d’écolier, ce Lion de la Télé,
Que le mercredi… jamais je ne manquais…

M’attendrissait…Me faisait rêver…De te rencontrer…


Les nuits d’un Damoiseau !
Que c’est bon d’être Damoiseau
Car le soir dans mon petit lit
Quand Mars à Vénus fait son show
Quand doucement tombe la nuit

Je m’fais sucer la mignardise
Je m’fais essorer le pinceau
Je m’fais r’dresser la tour de Pise
Je m’fais souffler dans le manchot
Je m’fais mousser le créateur
Je m’fais secouer le goupillon
C’est là qu’elle cria vive l’ampleur
En sortant la mine du crayon

Je m’fais plumer le Caribou
Chatouiller l’étendard sacré
Si en zinc étaient mes dessous
C’est l’Angélus qu’on entendrait

Je me fais jouer du trombone
j’aimerais glisser le dieu «Rat»
j’aurais dû éviter la Bonne
et invoquer la déesse Kâ

Interlude…

Je m’fais lustrer le bras de nain
Le grand ridé, le mont pelé
Il fallait bien dans ces quatrains
Un ptit hommage au sieur Perret

Je me fais gonfler le colosse
Mamourer les bijoux en prime
Je n’ai jamais vu Mikonos
Y’a pas d’rapport c’est pour la rime

Je me fais lustrer le grand chauve
Taquiner le complet pour dames
Avant qu’il ne devienne tout mauve
Demande grâce, ne rende lame

Et vous vous demanderez peut-être   
Ce que je fais le jour durant                                  

Oh ça tient en peu de lettres                                 
Le jour, je dors, tout simplement.   


Makin’ Poopee
Another thrill
Another wind
Another funny-sensation
Another season

But a good reason
For makin’ Poopee

Prefer Tomatoes
And less Potatoes
Lil’ belly’s nervous
He shows up twice
It’s really killin’
What a strange feeling
When makin’ Poopee

Picture a little poop nest
Down where the roses smell
Picture that same sweet poop nest
Spray it and feel real well

But then the surprise
Like when the sun rise
Around the roll
There is no paper
But don’t forget folks
Thats what your get folks
For makin’ Poopee


Une belle journEe

C’est la nuit sur Paris,
La tour eiffel s’éteint,
Laissant place aux étoiles jusqu’au lendemain.
On dort à poings fermés,
Emmitouflés on rêve,
De voyages,  de soleil sous les cocotiers.

C’est une belle journée,
Clairon à 6 h,
Une très belle journée,
Les biscottes résistent au beurre
C’est une belle journée,
Le bus est à l’heure ,
On part en vacances,
C’est vraiment le bonheur.

C’est une belle journée,
Les tanches sont dans leur bocal.
Dès l’heure de l’apéro,
Les restos sont pris d’assaut.
Il faut se décider et choisir vite fait,
Sinon sandwich mou et coca pas frais.

Paris l’Ile de Ré en 14 h.
C’est le salaire de la sueur
Transpiration, et clim à fond,
C’est pas bon pour les ganglions,
Une angine au mois d’août,
Ça rend grogon.

C’est une belle journée,
On arrive enfin,
On va séjourner
Au camping « sous les pins ».
Même pas fatigués,
D’ailleurs ça tombe bien,
Le camping est complet,
On dormira demain.

Caravane ou tente qu’elle importance,
Pourvu que la nuit on danse.
Les bruits d’la ville, la pollution, l’voisin du d’ssus
ses trois morpions,
On oubliera tout ça, enfin pour de bon.

C’est une belle journée,
On est installé,
On va savourer,
Un ptit bol d’air iodé,
Qu’est ce qu’on voit au loin ?
Des signaux d’indiens,
Ce sont les ch’minées,
De l’usine du coin.

Le ciel est troué,
On verra bien demain,
Sur notre peau bronzée,
Le crabe se sent bien.


Qu’on m’paye ces gouttes d’eau

Va voir dans l’frigo y’a pas d’margarine
Qu’est ce qu’on va dev’nir y’a pas d’margarine

Des bières et des œufs…….. y’en a plus
Des légumes, des fruits…….. plus non plus
T’as bu tout le reste………de Téquila
T’as plus qu’a r’tourner…….chez Nicolas

Tu passes des heures…..au café
La vaisselle s’entasse…….dans l’évier
Que fais tu de toutes…….tes journées
Faudrait p’t’être aller…..au marché.

La compil’ de Dave……… c’est barbant
Du matin au soir……..c’est lassant
Le ménage, les courses……..rien n’est fait
J’aurais jamais dû t’épouser.


MISS D.
Where is my girl
Far far away from your 15th
Why did she leave
Don’t you really have a clue
Where does she hide
Somewhere you would never guess
Come back Baby please come back
No, no, no….. never guess

Find the easy street
There are so many easy street
Down in west mifflin
East west north south so what
Where the black dog lives
Mister Atlas will protect me
Be mine baby please be mine
No, no….

You’re my G.T.G
You can use the past tense now
I’m your triple S.
Such a Sad Story that’s what U mean
Does it ring a bell
I won’t ring your bells anymore
Come back baby please come back
No, no… Sorry but it’s too late


Photographies et graphisme

Portrait de Robeurt :
Didier Pallagès
www.pallages.com

Photographies intérieur livret :
Michel Bonnet
www.mibo-foto.com
et Philippe Marchin

Conception graphique :
Sabine Segura
www.sabinesegura.com


Contact
robeurt.feneck@orange.fr   
www.facebook.com/robeurt.feneck


Distribution
Frémeaux et Associés
Tel. : +33 (0)1.43.74.90.24
www.fremeaux.com

CD Robeurt Féneck & le Mad in swing big band © Frémeaux & Associés 2013.




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 Mad In Swing - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band02'52
02 Les Ayants-droits - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band03'55
03 Born To Be Alive - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band04'09
04 Sag Darum - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band02'49
05 Julie - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band02'55
06 Le Regard de l'amour - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band03'31
07 Sing Sing Sing - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band04'42
08 Les Nuits d'un damoiseau - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band02'44
09 Makin' Poopee - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band03'45
10 Une Belle Journée - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band03'53
11 Qu'on m' paye ces gouttes d'eau - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band03'37
12 Miss D. - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band03'35
13 Mad In Swing spécial réveil matin - Robeurt Féneck et le Mad in Swing Big Band02'49
« Un cocktail doucement euphorisant » par Chants… Songs

« Pastiche et jazz font bon ménage chez Robeurt Féneck, étrange bonhomme qui revisite le swing à sa manière en jouant, impavide, le décalage permanent dans son opus Et Le "Mad in Swing" big band". Un cocktail doucement euphorisant. S’attaquer sur le monde bossa à un tube aussi connu que Born to be alive n’est pas de la tarte. Mais que dire d’une reprise d’Alexandrie Alexandra, cher à Claude François avec un texte qui ironise sur le petit monde de Neuilly ? Robeurt Féneck ne fait rien comme tout le monde et le prouve avec un disque aussi improbable qu’inclassable. Suite logique et amplifiée de son Mad in Swing, sorti il y a un an. Avec un sens de la cérémonie à la Cab Calloway, une dérision -mais plus légère- dans la lignée d’Henri Salvador, Robeurt Féneck promène son look étonnant sur les ondes, accompagné par un orchestre qui a le swing dans le tempo. Pour s’en convaincre, il suffit de découvrir leur interprétation de Sing sing sing, de Louis Prima.  Et quand il promène des paroles improbables dans une langue étrange sur Love letter, il nous embarque sans souci entre deux solos de cuivres. Dandy séducteur et adepte d’un pantacourt dont il fait un usage immodéré, ce Robeurt Féneck est un homme qui semble perdu dans son époque, comme échappé des années 30 et déboulant dans l’époque techno sans y perdre son swing. De quoi réveiller les neurones assoupies par des années de chansons molles, de confessions personnelles sur les petits riens de la vie et débitées  sur un ton monocorde. Rien que pour sa chanson mutine et ludique  de Les Nuits d’un Damoiseau, où il est question de DSK comme de Pierre Perret, et que ne renierait pas une Colette Renard, cet opus vaut le détour. Et puis, un homme qui "le jour, dort tout simplement" ne peut pas fondamentalement être mauvais, non ? »
Par François CARDINALI




« CD jubilatoire » par Lion

Aux premières mesures du premier titre, Robeurt Féneck chanteur du group,e constate : “Ça swingue terrible !”. Quelques mesures plus loin, il confirme : “Faut reconnaître que ça swingue !”. Deux phrases qui résument l’ambiance de ce CD jubilatoire : humour et swing. Treize musiciens, en grande partie issus du célèbre Pink Turtle (souvent recensé ici), parodient des chansons connues, françaises comme Alexandrie Alexandra de Claude François ou standards comme Makin’Whoopee, avec des paroles françaises, anglaises et même allemandes. Mais, si les textes sont généralement cocasses, la musique est des plus sérieuses avec des arrangement soignés, des ensembles qui sonnent comme ceux des meilleurs big bands de la grande époque du swing et de brillantes improvisations par des solistes inspirés comme  François Biensan (tp) et Nicolas Montier, entre autres. Robeurt Féneck, chanteur et parolier, passe du charme à la dérision avec la même élégance. Avec Robert Féneck, je confirme et signe : “Ça déchire grave !”. »
LION




« Un big band vraiment swing » par Jazzmag Jazzman

Quelque part entre Henri Salvador, Colette Renard et Pink Turtle où germa Robeurt Féneck, artiste de music-hall. Rien de tout cela n’est incompatible avec le jazz. La preuve, un big band vraiment swing quand le répertoire s’y prête, quelques arrangements signés François Biensan et deux ou trois solos (Patrick Bacqueville, Pilou Cas…)
Par GC – JAZZMAG JAZZMAN






« Un cocktail doucement euphorisant » par Chants… Songs

« Pastiche et jazz font bon ménage chez Robeurt Féneck, étrange bonhomme qui revisite le swing à sa manière en jouant, impavide, le décalage permanent dans son opus Et Le "Mad in Swing" big band". Un cocktail doucement euphorisant. S’attaquer sur le monde bossa à un tube aussi connu que Born to be alive n’est pas de la tarte. Mais que dire d’une reprise d’Alexandrie Alexandra, cher à Claude François avec un texte qui ironise sur le petit monde de Neuilly ? Robeurt Féneck ne fait rien comme tout le monde et le prouve avec un disque aussi improbable qu’inclassable. Suite logique et amplifiée de son Mad in Swing, sorti il y a un an. Avec un sens de la cérémonie à la Cab Calloway, une dérision -mais plus légère- dans la lignée d’Henri Salvador, Robeurt Féneck promène son look étonnant sur les ondes, accompagné par un orchestre qui a le swing dans le tempo. Pour s’en convaincre, il suffit de découvrir leur interprétation de Sing sing sing, de Louis Prima.  Et quand il promène des paroles improbables dans une langue étrange sur Love letter, il nous embarque sans souci entre deux solos de cuivres. Dandy séducteur et adepte d’un pantacourt dont il fait un usage immodéré, ce Robeurt Féneck est un homme qui semble perdu dans son époque, comme échappé des années 30 et déboulant dans l’époque techno sans y perdre son swing. De quoi réveiller les neurones assoupies par des années de chansons molles, de confessions personnelles sur les petits riens de la vie et débitées  sur un ton monocorde. Rien que pour sa chanson mutine et ludique  de Les Nuits d’un Damoiseau, où il est question de DSK comme de Pierre Perret, et que ne renierait pas une Colette Renard, cet opus vaut le détour. Et puis, un homme qui "le jour, dort tout simplement" ne peut pas fondamentalement être mauvais, non ? »
Par François CARDINALI




« CD jubilatoire » par Lion

Aux premières mesures du premier titre, Robeurt Féneck chanteur du group,e constate : “Ça swingue terrible !”. Quelques mesures plus loin, il confirme : “Faut reconnaître que ça swingue !”. Deux phrases qui résument l’ambiance de ce CD jubilatoire : humour et swing. Treize musiciens, en grande partie issus du célèbre Pink Turtle (souvent recensé ici), parodient des chansons connues, françaises comme Alexandrie Alexandra de Claude François ou standards comme Makin’Whoopee, avec des paroles françaises, anglaises et même allemandes. Mais, si les textes sont généralement cocasses, la musique est des plus sérieuses avec des arrangement soignés, des ensembles qui sonnent comme ceux des meilleurs big bands de la grande époque du swing et de brillantes improvisations par des solistes inspirés comme  François Biensan (tp) et Nicolas Montier, entre autres. Robeurt Féneck, chanteur et parolier, passe du charme à la dérision avec la même élégance. Avec Robert Féneck, je confirme et signe : “Ça déchire grave !”. »
LION




« Un big band vraiment swing » par Jazzmag Jazzman

Quelque part entre Henri Salvador, Colette Renard et Pink Turtle où germa Robeurt Féneck, artiste de music-hall. Rien de tout cela n’est incompatible avec le jazz. La preuve, un big band vraiment swing quand le répertoire s’y prête, quelques arrangements signés François Biensan et deux ou trois solos (Patrick Bacqueville, Pilou Cas…)
Par GC – JAZZMAG JAZZMAN