SÉBASTIEN TROENDLÉ

RAG’N BOOGIE (PIANO SOLO)

Plus de détails

Artiste SÉBASTIEN TROENDLÉ
Livret : 12 PAGES ENGLISH NOTES
Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA8507

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


« Sébastien m’a confié avoir eu envie de devenir musicien après avoir assisté à un concert de mon orchestre, en Alsace, alors qu’il avait 10 ans.

Une vingtaine d’années ont passé depuis et il est venu à la maison à l’automne 2013, un disque dans les mains et la fougue sous les doigts. Je suis heureux que cette nouvelle génération continue à faire vivre avec la même passion cette musique que j’aime tant. »

Claude BOLLING

Sébastien Troendlé est un pianiste exigeant et généreux qui s’inscrit dans les pas de Claude Bolling (figure tutélaire pour ce jeune musicien).

Animé par une inébranlable passion, sa vocation est de partager l’authenticité du ragtime et du boogie, musiques qui ont émergé dans les barrelhouses des ghettos noirs bordant le Mississippi et qui sont aux sources du jazz et du rhythm & blues, genres majeurs du XXe siècle.

Patrick FRÉMEAUX

Émergeant à la fin du XIXe siècle, le ragtime est le fruit du métissage entre les musiques de marche et les valses populaires européennes, et les saynètes noires afro américaines, les cake walks.

Le ragtime conjugue un sens prononcé de la syncope et une polyrythmie d’essence africaine, avec des harmoniques complexes issues du classique. Ce genre influença grandement le jazz à travers le stride, style emblématique du Harlem des années 1920.

Le boogie-woogie est une sorte de « piano blues », empruntant la syncope du ragtime et la portant à son paroxysme. Son impact sur la musique populaire du XXe siècle est important car son influence y est pour beaucoup dans l’émergence du rock & roll, du blues de Chicago, jusqu’au ska jamaicain.

Augustin BONDOUX


BOOKING : TIFFANY MACQUART

RAG’N BOOGIE • CANADIAN CAPERS • OLD FASHIONED • KITTEN ON THE KEYS • 3/4 6/8 BOOGIE • MY OWN BLUES • DEATH RAY BOOGIE • MISSISSIPPI RAG • THE PERFECT RAG • BEEBO’S BOOGIE • MAPLE LEAF RAG • GO STRAIGHT FOR IT • WAITING FOR THE ROBERT E. LEE • BOOGIE-WOOGIE STOMP • HARLEM STRUT.

Rag'n boogie FA8507

Sébastien Troendlé

RAG’N BOOGIE
PIANO SOLO








Rag’n Boogie l’album
J’ai découvert le ragtime et le boogie-woogie à travers les albums de Claude Bolling lorsque j’étais enfant. Je me souviens encore des frissons qui parcouraient mon corps à leur écoute, ceux-là même qui m’accompagnent fidèlement depuis toutes ces années.

Cet album est l’aboutissement d’un travail minutieux et d’une persévérance d’autant plus grande que j’ai souhaité le proposer en piano solo. Gage, à mes yeux, de l’authenticité et de la vitalité de ces musiques.

J’espère que vous allez prendre autant de plaisir à écouter cet album que j’en ai pris à l’enregistrer.

Let’s Rag’n Boogie   
Sébastien Troendlé


Rag’n Boogie, the album
I discovered Ragtime and Boogie-Woogie listening to albums by Claude Bolling when I was a child. I can still remember the thrill that went through me when I heard them, the same thrills that have been faithfully accompanying me all these years. This album is the outcome of meticulous efforts, and also a perseverance which is all the greater for the fact that I wanted to present my work as a solo piano album… which, in my view, is a guarantee of the authenticity and vitality of these music-genres. I hope you take as much pleasure listening to this album as I did when I was recording it. Let’s Rag’n Boogie…   
Sébastien Troendlé



Je voudrais remercier toutes les personnes sans lesquelles cet album n’aurait pu voir le jour : ma compagne, mes parents, mon frère, et toute ma famille. Jean Fassina, Claude Bolling. Tous les pianistes (Scott Joplin, Albert Ammons, Meade Lux Lewis, Ferdinand « Jelly Roll » Morton…) qui ont sué sang et eau pour créer le Ragtime et le Boogie-Woogie dans des conditions de vie qui méritent une considération et un respect éternel. Patrick Frémeaux et Augustin Bondoux de Frémeaux & Associés pour leur confiance.

I should like to thank all those people without whom this album would never have seen the light: my partner, my parents, my brother, and all my family; Jean Fassina; Claude Bolling; all the pianists (Scott Joplin, Albert Ammons, Meade Lux Lewis, Ferdinand “Jelly Roll” Morton…) who sweated blood and water creating Ragtime and Boogie-Woogie in living-conditions which deserve our eternal consideration and respect; and Frémeaux & Associés for their trust.

Mastering : Didier Houbre au Downtown studio (Strasbourg) en juillet 2013
Enregistrement et mixage : Éric Gauthier-Lafaye au Downtown Studios (Strasbourg) entre avril et juin 2013
Production : Sébastien Troendlé
Éditeur-Distributeur : Frémeaux & Associés
Droits producteur : Groupe Frémeaux Colombini SAS
Booking-Management : Tiffany Macquart


1.    Rag’n Boogie (Sébastien Troendlé)    2:25
    © Frémeaux & Associés   

2.    Canadian Capers (Chandler, White et Cohen)    4:21
    Domaine Public (compositeur original Sid Leproti)

3.    Old Fashioned (Paul De Senneville / Olivier Toussaint)    1:53
    © EMHA/Editions Delphine

4.    Kitten on the keys (Zez Confrey)    3:20
    Domaine Public

5.    3/4 6/8 Boogie (Claude Bolling)    3:32
    © Claude Bolling

6.    My own blues (Christian Willisohn)    3:10
    © Christian Willisohn

7.    Death Ray Boogie (Pete Johnson)    2:57
    © Universal

8.    Mississippi Rag (William H. Crell)    2:53
    Domaine Public

9.    The perfect Rag (Ferdinand « Jelly Roll » Morton)    2:58
    Domaine Public

10.    Beebo’s Boogie (Christian Willisohn)    3:18
    © Christian Willisohn

11.    Maple Leaf Rag (Scott Joplin)    3:15
    Domaine Public

12.    Go Straight for it (Christian Willisohn)    2:30
    © Christian Willisohn

13.    Waiting for the Robert E. Lee (Lewis F Muir)    2:47
    Domaine Public

14.    Boogie-Woogie Stomp (Albert Ammons)    3:55
    © EMI Music Publishing France
    Universal Mca Music Publishing

15.    Harlem Strut (James P. Johnson)    2:15
    © James P. Johnson    


Dans une démarche globale de promotion du ragtime, du boogie-woogie et de préservation de ce patrimoine musical Rag’n Boogie c’est aussi…

Un spectacle

Quand un pianiste virtuose et hétéroclite, formé à l’École de Jazz de Bâle aussi bien qu’à l’école de la route, part sur la trace du son des origines – les siennes, et celles du jazz… cela donne Rag’n Boogie, un spectacle émaillé d’anecdotes et de cascades de notes, débordant de rythme et de mélodies, de drôlerie et de nostalgie.

Sébastien Troendlé y délivre les plus belles pages du ragtime et du boogie-woogie, deux styles qui ont fait fureur dans les «barrel-houses» du Sud des États-Unis voici un siècle. Composés par des Noirs à la vie jamais facile, joués devant un public frénétique, ces morceaux entêtants ont traversé les âges avec une fraîcheur intacte, cent ans après avoir déterminé l’éclosion du jazz et irrigué l’histoire des musiques populaires du XXe siècle.

On apprend lors du spectacle de Sébastien Troendlé que le ragtime est une musique écrite et raffinée, née d’une fusion entre musique afro-américaine et musique de chambre occidentale, tandis que le boogie-woogie tire ses racines du blues improvisé.

On y plonge dans le quotidien des Noirs du Sud, tout juste sortis de l’esclavage officiel pour passer à l’esclavage salarié, victimes du racisme et de la misère : un contexte douloureux d’où vont pourtant sortir des pages ô combien joyeuses et pleines de subtilités. Images d’archives, récits, anecdotes sont là pour planter le décor et emporter le public dans un véritable voyage à travers le temps.

Et surtout, on écarquille les yeux en observant les doigts de Sébastien parcourir le clavier de son piano avec une agilité confondante…

On bat des mains pour accompagner les airs irrésistibles qui se dégagent de l’instrument… On exulte à partager le plaisir d’un musicien pénétré corps et âme par ces morceaux. Et on ressort avec la conviction que la Musique est décidément un merveilleux outil de transmission et de rencontre, capable de faire ressurgir toute l’âme d’une culture et de son histoire.

Des interventions pédagogiques
Sébastien a également souhaité mettre son expérience et sa passion au profit de l’enseignement en élaborant un projet pédagogique (dossier et atelier) à destination des écoles primaires, collèges, lycées et écoles de musique.

L’atelier, préparé en partenariat avec l’équipe pédagogique du lieu d’accueil, est une initiation aux musiques les plus populaires nées aux États-Unis à la fin du 19e siècle : le ragtime et le boogie-woogie.

Cette proposition s’articule autour de trois axes :
– L’Histoire : découvrir l’histoire des Afro-américains au début du siècle dernier.
– Le piano : découvrir le piano et les techniques pianistiques.
– La musique : reconnaître et identifier les influences de différents styles de musique.

Parallèlement à la découverte d’une musique oubliée, l’ambition de ce projet est d’apporter une ouverture d’esprit aux élèves en révélant les liens entre les différentes matières de leur programme scolaire.

La découverte « physique » du piano et le récit d’anecdotes liées à cette période de l’histoire donnent des pistes de réflexions sur des thématiques aussi importantes que le racisme, la discrimination, la privation des libertés…

Plutôt que d’être un « consommateur de musique », il s’agit de comprendre de manière ludique comment l’histoire a influencé la musique et inversement.

Un recueil de partitions
À destination des pianistes confirmés, il s’agit des transcriptions exactes des morceaux de l’album Rag’n Boogie. Vous y trouverez en plus des doigtés, des conseils de travail, de posture et de phrasé afin de découvrir ou approfondir ce répertoire.

Une méthode de Boogie-Woogie

Adaptée à tous les pianistes, cette méthode propose des compositions de Sébastien Troendlé, déclinées en quatre niveaux :

débutant, moyen 1, moyen 2, avancé. En plus de conseils précis et d’astuces pianistiques vous permettant de travailler le «vrai» boogie-woogie, des vidéos seront mises à votre disposition en version « mains séparées », « vitesse lente » et « vitesse normale ».

Informations et contacts : www.sebastientroendle.com

Biographie de Sébastien Troendlé
Pianiste diplômé du Conservatoire de l’Académie de Bâle, Sébastien Troendlé alimente son éclectisme en collaborant depuis toujours à de nombreux projets allant du jazz au reggae en passant par la chanson française et le blues.

Musicien avant même d’être instrumentiste, il investit la scène autant que le studio et travaille régulièrement en tant que compositeur, arrangeur et directeur musical. Il a tourné 9 ans dans le groupe de reggae suisse Famara et a produit 4 albums sous son label dont son premier album solo, « mes têtes », sorti en 2003. Sébastien est aussi un pédagogue confirmé et a expérimenté le rapport Danse/Musique en tant que pianiste-accompagnateur pendant 5 ans.

Sensible aux spécificités régionales, il a rejoint l’équipe du théâtre de la Chouc’ en tant que pianiste dans la revue satirique alsacienne et comédien dans la pièce La Chère Main de Germain mise en scène par Sébastien Bizzotto.

Il tourne avec son duo de blues Strings for Two et propose également un ciné-concert sur Faust de F.W. Murnau.


A pianist with a diploma from the Basel Academy Conservatory, Sébastien Troendlé has nourished his eclecticism since the beginning with many projects ranging from jazz to reggae, and including French song and the blues.

A musician even before he was an instrumentalist, he has constantly been involved with stage and studio alike, and has worked regularly as a composer, arranger and musical director. He spent nine years touring with the Swiss reggae group Famara, and has produced four albums for his own label including his first solo album, “mes têtes”, which was released in 2003. Sébastien also has a firm commitment to teaching, and tested the Dance/Music relationship over a period of five years as a pianist and accompanist. His feeling for regional specificities led him to join the Théâtre de la Chouc’ team in Alsace, playing piano in their satirical revue, and he also appeared in an acting role in the play La Chère Main de Germain, staged by Sébastien Bizzotto.

Sébastien tours with his blues duo «Strings for Two» and also proposes a cine-concert based on F.W. Murnau’s “Faust”.


Émergeant à la fin du XIXe siècle, le ragtime est le fruit du métissage entre les musiques
de marche et les valses populaires européennes, et les saynètes noires afro américaines, les cake walks. Le ragtime conjugue un sens prononcé de la syncope et une polyrythmie d’essence africaine, avec des harmoniques complexes issues du classique.

Ce genre influença grandement le jazz à travers le stride, style emblématique du Harlem des années 1920.

Le boogie-woogie est une sorte de « piano blues », empruntant la syncope du ragtime et la portant à son paroxysme. Son impact sur la musique populaire du XXe siècle est important car son influence y est pour beaucoup dans l’émergence du rock & roll, du blues de Chicago, jusqu’au ska jamaicain.
Augustin BONDOUX


« Sébastien m’a confié avoir eu envie de devenir musicien après avoir assisté à un concert de mon orchestre, en Alsace, alors qu’il avait 10 ans. Une vingtaine d’années ont passé depuis et il est venu à la maison à l’automne 2013, un disque dans les mains et la fougue sous les doigts. Je suis heureux que cette nouvelle génération continue à faire vivre avec la même passion cette musique que j’aime tant. »
Claude BOLLING


“Sébastien told me he wanted to become a musician after going to see a concert my orchestra played in Alsace when he was ten… Twenty years have gone by since then, and he came to my home in autumn 2013 with a record in his hand and a lot of fire in his fingers. I’m happy this new gene-ra-tion is still bringing the same passion to this music I love so much.”
Claude BOLLING

Sébastien Troendlé est un pianiste exigeant et généreux qui s’inscrit dans les pas de Claude Bolling (figure tutélaire pour ce jeune musicien). Animé par une inébranlable passion, sa vocation est de partager l’authenticité du ragtime et du boogie, musiques qui ont émergé dans les barrelhouses des ghettos noirs bordant le Mississippi et qui sont aux sources du jazz et du rhythm & blues, genres majeurs du XXe siècle.
Patrick FRÉMEAUX

Sébastien Troendlé is a demanding, generous pianist who’s following in the steps of Claude Bolling (a guardian-figure for this young musician.) His passion is unshakeable, and his vocation is to share the authenticity of Ragtime and Boogie, the music-styles which emerged in the barrelhouses of ghettoes along the Mississippi and lie at the source of Jazz and Rhythm & Blues, both of them major 20th century genres.   
Patrick FRÉMEAUX


CD Rag'n boogie, piano solo, Sébastien Troendlé © Frémeaux & Associés 2014





EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 Rag'N'Boogie02'24
02 Canadian Capers04'21
03 Old Fashioned01'53
04 Kitten On The Keys03'20
05 3/4, 6/8 Boogie03'32
06 My Own Blues03'09
07 Death Ray Boogie02'57
08 Mississipi Rag02'53
09 The Perfect Rag02'57
10 Beebo's Boogie03'18
11 Maple Leaf Rag03'14
12 Go Straight For It02'30
13 Waiting For The Robert E. Lee02'48
14 Boogie Woogie Stomp03'54
15 Harlem Strut02'12
« L’homme noir à peau blanche » par D.N.A.

Scott Joplin était à la Choucrouterie ; Avec ses copains modestes et géniaux, Clarence « Pinetop » Smith et John Hammond. Sébastien Troendlé réussit avec « Rag’n Boogie » le pari audacieux de ressusciter l’âge d’or du ragtime et du boogie-woogie dans une ambiance canaille.
C’est un coup de génie que de s’emparer de ce pan essentiel, injustement délaissé sur le Vieux Continent, le ragtime et son cousin le boogie-woogie. Sébastien Troendlé, pianiste aguerri formé à Bâle et mordu jusqu’au bout des doigts de rag’n boogie, redore ici les lettres de noblesse de l’incontournable révolution de Scott Joplin. Ce petit prodige afro-américain s’empare des pianos qui trônent dans les maisons de Blancs nettoyées par sa mère, et ose à l’âge adulte l’impensable : vivre de sa musique et évincer la case « métier manuel » propre aux Noirs dans l’Amérique du XIXe siècle. Et il aura réussi brillamment sa petite et si nécessaire révolution. La voix sera libre au boogie-woogie, blues, jazz et rock’n roll. Rien que ça. À l’image d’un Swanson ou d’une Stephane Trick, tous deux jeunes pianistes américains prodiges dans le rag’n boogie, Sébastien Troendlé (avec la collaboration de Jenny Macquart et Jean-Raymond Gélis) nous paie une belle piqûre de rappel. Avec un bonheur infini. Il affronte ce répertoire et le fait sien comme peu de pianistes contemporains le feraient aujourd’hui. Pour cela, il possède l’amour indicible de ces notes gaies qui renferment au fond la douleur des esclaves et la précision d’exécution. Les yeux bandés, il laisse couler dans ses veines ces enfants maudits et les rend, tout en lumière, à leurs justes parents : l’auditeur. À mi-chemin entre ciné-concert et one-man-show, le pianiste ressuscite les « barrel houses » du sud des Etats-Unis. Jean-Luc Falbriard, à la mise en scène, connaît la musique. Et imagine, sur les textes de Raphaël Scheer, un récit mi-pédagogique mi-autobiographique, teinté d’humour, dans une ambiance canaille faite de trois bricoles, un gramophone et un écran où l’immense Billie Holiday, l’immortel Charlot et les géniaux Clarence « Pinetop » Smith, Sid Le Protti ou John Hammond trouvent heureux cocoon. Seul Richard Clayderman en sort froissé. À juste titre, n’en déplaise au pianiste au casque d’or. Un spectacle lumineux et nécessaire, mijoté quinze ans durant, concrétisé sur un album à sortir sous peu chez Frémeaux & Associés. Courez-y.
Par Iuliana SALZANI-CANTOR – DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE




« Insuffle une vie régénérée aux figures tutélaires » par Libération

« Le pianiste Sébastien Troendlé lâche la bride. Si vous aimez les morceaux syncopés de boogie-woogie, le rag entraînant et les touches qui bondissent, ne sautez pas lundi prochain le concert au Petit Journal Montparnasse. Rag'n Boogie, le disque solo de l'Alsacien époussette l'esprit et dégourdit les jambes. Nous partageons début novembre un pichet dans un bistrôt parisien. Pour lui, "boogie-woogie et ragtime se confondent. Le genre barrelhouse, du nom des bars à alcool qui recrutaient les  pianistes, a changé de nom en 1927, par la grâce des basses martelées phénoménales du morceau Pinetop Smith's Boogie-Woogie. Dans la période qui chevauche le siècle dernier (1880-1920), le ragtime, plus mélodique, davantage élaboré, pratiqué par les Noirs cultivés, mieux reçu par la bourgeoisie locale, mélange rythmes africains, antillais et influences européennes (Chopin, Liszt). Bars ou salons huppés qu'importe! Pour les esclaves affranchis de Louisiane, le piano symbolise l'accession à un statut social : tout le monde veut en jouer. Du reste ne s'en prive pas!" On rêve de se retrouver dans une rue de La Nouvelle-Orléans, début 1900, soulevé par les airs qui s'échappent des fenêtres, des balcons, des bordels et des gargotes. L'album du pianiste insuffle une vie régénérée aux figures tutélaires. Pete Johnson (Death Rag Boogie); Scott Joplin (Maple Leaf Rag); Albert Ammons (Boogie-Woogie Stomp), Claude Bolling (3/4/6/8 Boogie) et Ferdinand La Menthe "Jelly Roll" Morton (The Perfect Rag), lequel établit la connexion entre le ragtime et le jazz. S'ajoutent les coups de chapeau à Edward Elzear "Zez" Confrey (Kitten on the Keys), et à Christian Willisohn, toujours en activité. On comprend l'hommage à l'Allemand : ses trois pièces (My Own Blues, Beebo's Boogie, Go Straight for It), dégoulinent d'authenticité. Fils de musicien amateur, formé au Conservatoire de l'Académie du Jazz de Bâle (Suisse), sensibilisé aux évolutions humaines de la période, Sébastien Troendlé a concocté un spectacle pédagogique riche en anecdotes, découvertes et références historiques. Le programme, également nommé Rag'n Boogie, ambitionne de montrer aux élèves des écoles primaires comment les thématiques sociales (esclavage, racisme, discrimination, lutte pour les libertés, revendication des droits, etc.) se répercutent sur les formes musicales. Le récit nous rend plus nets les époques, le patrimoine, et les silhouettes des maîtres du rag et du boogie (dorénavant des classiques, eh oui!). Tout ce souffle est loin de nous déplaire.
Par Bruno PFEIFFER – LIBERATION




« Cet hommage ne manque ni d’attrait, ni de charme » par Jazzmag - Jazzman

L’intérêt pour les pionniers ne se dément pas. Pour preuve l’hommage rendu par Sébastien Troendlé à deux formes canoniques du piano des origines, le ragtime et le boogie woogie. Il ne manque ni d’attrait, ni de charme. C’est que le pianiste, doté d’une bonne technique, en maîtrise parfaitement les codes. Il assigne de surcroît à cet album des visées pédagogiques, en quoi l’usage peut se révéler particulièrement utile. Et puis, qui résisterait au charme intemporel de « Maple Leaf Rag » ou de « Harlem Strut » ?
Par JAZZMAG – JAZZMAN 




« Un prodigieux pianiste ! » par Blues & Co

Sébastien Troendlé est un pianiste-auteur-compositeur-arrangeur et directeur musical qui aborde multiples facettes de la musique populaire. Cela va du jazz au blues… et même du reggae (il a partagé la scène avec Alpha Blondy, Ziggy Marley…) il a créé un ciné-concert en piano solo sur Faust de Friedrich Wilhelm Murnau (Maître du cinéma expressionniste allemand des années 20). Ce virtuose du piano nous propose un album dédié au ragtime et boogie woogie. Le Ragtime est un style musical joyeux et syncopé, essentiellement pianistique, probablement apparu dans la région de Saint Louis vers la fin de la guerre de Sécession et qui domine la musique populaire américaine entre 1880 et 1915 (lu dans Talkin’ that talk de Jean-Paul Levet). Le Boogie-woogie est un style qui se caractérise par un accompagnement basé sur les accords du blues inlassablement répété à la main gauche, tandis que la main droite brode des variations improvisées sur la trame harmonique du blues (Wikipédia). Les plus grands représentants de ces deux courants musicaux sont évoqués par le brillant artiste. En ce qui concerne le ragtime, Ferdinand « Jelly Roll » Morton « The perfect rag » et Scott Joplin « Maple leaf rag » sont repris magistralement ainsi que James P. Johnson « Harlem strut ». Quant au boogie-woogie, Pete Johnson « Death Ray boogie » et Albert Ammons « Boogie-woogie stomp » semblent les plus réputés dans la sélection faite par Sébastien Troendlé qui signe un « Rag’n boogie » de bonne facture. Un autre spécialiste Claude Bolling qui s’est illustré dans cette tendance musicale chez ce même éditeur, rend un hommage à Sébastien Troendlé avec cette création « 3/4/6/8 boogie » : le jeune Sébastien n’avait que dix ans quand il était venu voir Claude Bolling lors d’un concert pour lui dire qu’il voulait être musicien. Il est devenu ce prodigieux pianiste dont le jeu empli de ferveur, de souplesse et d’enthousiasme jubilatoire qui navigue avec une folle aisance entre ragtime et boogie woogie.
Par Bruno MARIE – BLUES & CO




“An immensely listenable and educative CD” par Blues & Rhythm

Piano blues has waned in prominence somewhat over the last couple of decades, as the originators and main protagonists of the style died off. At one time Europe was home to Memphis Slim, Champion Jack Dupree, Eddie Boyd, Curtis Jones, Candy Green, Little Willie Littlefield and others, and in Germany and Austria there has long been a tradition of local boogie-woogie piano players, with the best known representative internationally being Zxel Zwingenberger. Young Sébastien Troendlé was born in Saint-Louis (hmm, maybe that helped!) and was himself inspired by his fellow countryman, French jazz pianist Claude Bolling (who also recorded blues and boogie) and he has worked in many styles from reggae to classical, in addition to playing in his regular blues duo, Strings For Two. This set provides just what the title promises : old time solo piano ragtime numbers, some popular and cheesy such as Kitten On The Keys and Waiting For The Robert E.Lee, others like Jelly Roll Morton’s The Perfect Rag far more dazzling. Unlike some who tackle this kind of material though, Sébastien’s treatment is warm and human rather than the recreation of a player piano that can sometimes be the case. As far the boogie-woogie tracks are concerned, these are simply stunning (try his cover of Albert Ammons’ classic Boogie Woogie Stomp or Pete Johnson’s Death Ray Boogie) and our man closes out this immensely listenable and educative CD with a wonderful version of James P.Johnson’s Harlem Strut, Harlem stride piano at its finest.
Par Norman DARWEN – BLUES & RHYTHM




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...