MARC BENHAM

FATS FOOD - AUTOUR DE FATS WALLER

Plus de détails

Artiste MARC BENHAM
Livret : 4 pages
Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA8527

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Prendre à pleine main l’univers de Fats Waller, pianiste à l’aura légendaire, l’un des plus influents de l’histoire du jazz, n’est pas une mince affaire. Mais Marc Benham n’en est pas à son premier essai. En effet, son premier disque « Herbst » (FA578), parrainé par Martial Solal et unanimement salué par la critique, avait fait du pianiste une nouvelle fi gure incontournable du piano-jazz. Entre stride, musique classique et jazz moderne, sa griffe est reconnaissable entre toutes ; car pianiste fougueux et cérébral, Marc Benham virevolte, décline un phrasé mélodieux et limpide avec un sens harmonique et une technique exceptionnels. Ouvreur du champ des possibles, Marc Benham voit le patrimoine comme un support de création inépuisable. Bien plus loin qu’un hommage, un disque de piano solo en suspension, où se brouillent les frontières de l’espace et du temps. Augustin BONDOUX & Patrick FRÉMEAUX 


VIPER’S DRAG (THOMAS “FATS” WALLER) • BLACK AND BLUE (THOMAS “FATS” WALLER) • BOXING DAY (MARC BENHAM) • CAROLINA SHOUT (JAMES P. JOHNSON) • I’VE GOT A FEELING I’M FALLING (THOMAS “FATS” WALLER) • AIN’T MISBEHAVIN (THOMAS “FATS” WALLER) • MADREZA (MARC BENHAM) • THE TROLLEY SONG (H.MARTIN, R.BLANE, ARR D.LAMBERT) • MY FATE IS IN YOUR HANDS (THOMAS “FATS” WALLER) • LA PETITE PLAGE (MARC BENHAM) • THE SHEIK OF ARABY (TED SNYDER) • LES BARRICADES MYSTÉRIEUSES (FRANÇOIS COUPERIN) • TES ZYGOMATIQUES (MARC BENHAM) • AIN’T MISBEHAVIN ALTERNATE TAKE (THOMAS “FATS” WALLER).

Marc Benham FA8527



MARC BENHAM

Fats FOOD

AUTOUR DE FATS WALLER



Prendre à pleine main l’univers de Fats Waller, pianiste à l’aura légendaire, l’un des plus influents de l’histoire du jazz, n’est pas une mince affaire. Mais Marc Benham n’en est pas à son premier essai. En effet, son premier disque “Herbst” (FA578), parrainé par Martial Solal et unanimement salué par la critique, avait fait du pianiste une nouvelle figure incontournable du piano-jazz. Entre stride, musique classique et jazz moderne, sa griffe est reconnaissable entre toutes ; car pianiste fougueux et cérébral, Marc Benham virevolte, décline un phrasé mélodieux et limpide avec un sens harmonique et une technique exceptionnels. Ouvreur du champ des possibles, Marc Benham voit le patrimoine comme un support de création inépuisable. Bien plus loin qu’un hommage, un disque de piano solo en suspension, où se brouillent les frontières de l’espace et du temps.    
Augustin Bondoux / Patrick Frémeaux

It’s no easy matter to take a firm hold on the universe of Fats Waller, one of the most influential pianists in jazz history and a man whose aura is a legend. But Marc Benham is no beginner. His first record “Herbst”, FA 578, was made under the aegis of Martial Solal and the critics gave it unanimous praise, making Benham a new figure to be reckoned with in jazz piano. With an imprint between stride, modern jazz and classical piano, Benham stands out with fire and reflexion, his piano twisting and turning to navigate through a variety of melodious, limpid phrases with an exceptional sense of harmony and superb technique. Opening up all kinds of possibilities, Marc Benham’s vision of his heritage is a foundation for his inexhaustible creativity: more than a tribute, this solo-piano record hovers suspended in the ether where the frontiers of space and time come together.      
Augustin Bondoux / Patrick Frémeaux


 1- Viper’s Drag (Thomas “Fats” Waller)    5’05
 2- Black And Blue (Thomas “Fats” Waller)    3’11
 3- Boxing Day (Marc Benham)    1’29
 4- Carolina Shout (James P. Johnson)    2’18
 5- I’ve Got A Feeling I’m Falling (Thomas “Fats” Waller)    3’44
 6- Ain’t Misbehavin (Thomas “Fats” Waller)    3’56
 7- Madreza (Marc Benham)    2’24
 8- The Trolley Song (H.Martin, R.Blane, arr D.Lambert)    3’09
 9- My Fate Is In Your Hands (Thomas “Fats” Waller)    3’34
10- La Petite Plage (Marc Benham)    3’50
11- The Sheik Of Araby (Ted Snyder)    4’25
12- Les Barricades Mystérieuses (François Couperin)    4’09
13- Tes Zygomatiques (Marc Benham)    2’56
14- Ain’t Misbehavin Alternate Take (Thomas “Fats” Waller)    4’05


Marc Benham joue sur un piano
Fazioli 278 préparé par Bastien Herbin.



 1- Viper’s Drag (Thomas “Fats” Waller)
 2- Black And Blue (Thomas “Fats” Waller)
 3- Boxing Day (Marc Benham)
 4- Carolina Shout (James P. Johnson)
 5- I’ve Got A Feeling I’m Falling (Thomas “Fats” Waller)
 6- Ain’t Misbehavin (Thomas “Fats” Waller)
 7- Madreza (Marc Benham)
 8- The Trolley Song (H.Martin, R.Blane, arr D.Lambert)
 9- My Fate Is In Your Hands (Thomas “Fats” Waller)
10- La Petite Plage (Marc Benham)
11- The Sheik Of Araby (Ted Snyder)
12- Les Barricades Mystérieuses (François Couperin)
13- Tes Zygomatiques (Marc Benham)
14- Ain’t Misbehavin Alternate Take (Thomas “Fats” Waller)



Enregistré le 3 Novembre 2015
au studio Sextan La Fonderie à Malakoff.
Prise de son, mixage et mastering par Mohammad Sadeghin.
Marc Benham joue sur un piano Fazioli 278
préparé par Bastien Herbin.
Artwork pochette par Martin Morse.

Coordination : Augustin Bondoux pour Frémeaux & Associés.
Fabrication et distribution : Frémeaux & Associés
pour Groupe Frémeaux Colombini.
Droits : Frémeaux & Associés.
Titres 3, 7, 10, 13 : Éditions musicales Frémeaux & Associés.
Autres titres : © Copyright Control.


Marc Benham remercie :
Jérôme Badini
Patrick Frémeaux
Augustin Bondoux
Mohammad Sadeghin
Martin Morse
Laurent Calrissian
Bastien Herbin
Jean-Marc Touron
Philippe Dupouy
Clara & Elena

www.fremeaux.com
www.marcbenham.com





EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 Viper's Drag05'04
02 Black And Blue03'10
03 Boxing Day01'28
04 Carolina Shout02'18
05 I've Got A Feeling I'm Falling03'44
06 Ain't Misbehavin'03'55
07 Madreza02'23
08 The Trolley Song03'08
09 My Fate is in Your Hands03'33
10 La petite plage03'49
11 The Sheik Of Araby04'25
12 Les barricades mystérieuses04'08
13 Tes Zygomatiques02'55
14 Ain't Misbehavin' Alternate Take04'04
« Un jazzman dans le plus profond de l'âme » par Les dernières nouvelles du jazz

« Marc Benham avait déjà fait très forte impression avec son premier CD, « Herbst », enregistré en 2011-2012, et finalement publié par Frémeaux en 2013. Rompu au métier (le jazz traditionnel, la variété, l'électro....), c'est pourtant un jazzman dans le plus profond de l'âme, familier des clubs parisiens (Sunside, Caveau des Légendes). Il serait commode (et forcément réducteur) de le définir comme solaloïde , car le grand Martial Solal l'adoube de propos élogieux. Il y a chez lui ce goût du rebond, de la fantaisie, de l'inattendu, et toujours avec une intelligence musicale aiguë. Comme Martial c'est un adepte du « chemin aux sentiers qui bifurquent », et sa maîtrise de l'instrument, autant que son pouvoir de concentration sur l'instant improvisé, lui permettent des écarts inouïs. Pour ce disque, Marc Benham a choisi de revisiter l'univers de Fats Waller, avec une connaissance et un respect qui n'excluent pas de le ripoliner de teintes nouvelles. D'entrée de jeu, il agrémente l'étrange Viper's Drag d'un prélude plus déroutant encore. Mais le respect du style est là, allié à un sens aigu du détour. Aux reprises de Fats Waller se mêlent des compositions originales largement nanties de lyrisme, de finesse, et de ce pianisme intense (mais jamais ostentatoire) qui ravira les fanatiques de l'instrument (comblés aussi par la belle qualité du piano du studio Sextan). Lyrisme intense et recueilli également dans I've Got a Feeling I'm Falling de Fats, merveille d'équilibre entre sensualité et nostalgie ; et profondeur abyssale des harmonies de Madreza, signé par le pianiste. En outre Marc Benham nous offre un détour inattendu par Couperin (Les Barricades Mystérieuses), avec variations prolixes, imaginatives et pleines de swing en stride : belle escapade avant une composition originale, Tes Zygomatiques, empreinte de fantaisie virtuose (et d'un beau sens de la forme) ; et pour conclure une seconde version, fort différente, de l'inoxydable Ain't Misbehavin. Un disque magnifique, qui devrait plaire aux amateurs de (grand) piano et de (très bon) jazz ! »
Par Xavier PREVOST – LES DERNIERES NOUVELLES DU JAZZ




« Un pur délice » par Le jars jase jazz

« Après " Herbst " voici le deuxième album de Marc Benham, de nouveau seul face au piano. Le manchot est de retour sur la pochette. Un animal fétiche forcément satirique tant l'artiste n'est pas manchot, justement. Formé au classique, fan de stride, né dans les années Disco, Marc Benham fait le pont entre Tin Pan Alley et les mangas. Il s'empare ici d'un génie cosmicomique du Jazz, le pianiste et compositeur Theodore Fats Waller. Contrairement à Jason Moran qui, à partir du même sujet, produisit un pudding indigeste à base de sirop de synthétiseur et de nappes de voix sucrées, Marc Benham nous offre un Saint Honoré fondant et croquant, un pur délice fait maison. Que les compositions soient de Fats Waller ou de lui même, Marc Benham fait chanter le piano, nous raconte des histoires joyeuses ou tristes mais toujours légères, d'un rythme impair sur lequel rien ne pèse ni ne pose. Pour un hommage aussi respectueux à la tradition mais sans copie, rien de tel que les éditions Frémeaux et associés, la librairie sonore, spécialisées dans les éditions soignées, l'équivalent en France pour la musique de la collection Pléiade chez Gallimard pour la littérature. Le titre de l'album " Fats food " comme le manchot sur la pochette révèle chez Marc Benham un sens de l'autodérision hérité d'un de ses Maitres au piano, Martial Solal. Pour résumer les influences de Marc Benham et ce qu'il en produit, écoutez sa petite fantaisie baroque " Les barricades mystérieuses " (n°12) où François Couperin , Maître du baroque français se retrouve transporté au rythme du boogie woogie. Après un concert et deux albums en piano solo, j'ai hâte de découvrir Marc Benham en leader de formation. A lui de jouer. Lectrices exigeantes, lecteurs insatiables, j'ai le regret de vous annoncer que je n'ai trouvé aucun extrait audio ou vidéo de l'album " Fats food " de Marc Benham pour illustrer cet article. A vous de l'écouter et d'en faire vos grandes délices. »
Par Guillaume LAGREE – LE JARS JARSE JAZZ




« Marc Benham réussit une vision personnelle » par Pianiste Magazine

Fats Waller ne fut pas seulement un jovial fantaisiste : il fut aussi un formidable pianiste. Les plages qu’il enregistra en piano solo demeurent des joyaux admirables de ductilité et d’entrain. Renouveler leur approche exigeait d’abord une bonne connaissance de leurs détours et de leurs difficultés, mais aussi, et c’est là que Marc Benham réussit, une vision personnelle. Il fait ressortir avec pertinence les ombres romantiques qui s’y dissimulent et parvient en outre à ajouter une fantaisie nouvelle à celle du grand Fats. Le redoutable « Carolina Shout » de James P. Johnson, dont Fats Waller fut un exceptionnel interprète, y révèle ainsi de nouvelles beautés. Là où le pari est plus hautement remporté encore, c’est avec « Les Barricades mystérieuses » de Couperin où Marc Benham nous amène à songer que le piano de Fats Waller ne représente pas seulement un style interprétatif mais un esprit.
Par Jean-Pierre JACKSON – PIANISTE MAGAZINE




« Eclectisme et extrême sensibilité pour cet hommage à Fats Waller » par Jazz Mag

Marc Benham confirme avec cet hommage à Fats Waller un éclectisme qui, associé  à ce masque de pingouin déjà arboré sur son précédent « Herbst », tient du sourire selon Martial Solal. Mais c’est autre chose que ce dernier salue chez Benham : « technique, feeling, sens harmonique, invention mélodique, il a su incorporer à son langage, pétri de tradition, toutes les avancées. ». Ses compositions « Boxing Day » et «  Tes zygomatiques » ont en tout cas des atours très solaliens, et témoignent d’un bagage classique qui s’exprime dans le détaché et le feutré des premières notes du disque. Comme conçu pour jouer Liszt, le poids du son ménage fermeté, délicatesse et facilité à l’accélération du débit, le rubato se laissant soudain corrompre par un rythme shuffle, puis plus soudainement encore par le stride de « Viper’s Darg » (Fats Waller). Ailleurs (« Black and Blue » ou, écart vers James P. Johnson, « Carolina Shout »), il imprime mille détours au stride de la main gauche et mille autres aux variations de la droite, toutes deux, sans avoir certes l’implacabilité d’un Fats (ou d’un Louis Mazetier), en un dialogue jamais épuisé, prévenant nos réticences à cet éclectisme à première écoute trop systématique. Aussi accueille-t-on son interprétation d’« I’ve Got A Feeling I’m Falling » comme une confession de l’extrême sensibilité que le gros Thomas Waller dissimulait derrière sa bonne humeur. Et notre bonheur à découvrir les variations de Benham sur les décidément très mystérieuses « Barricades mystérieuses » de François Couperin n’est probablement pas éloigné de celui qu’en aurait conçu Fats.
Par Franck BERGEROT – JAZZ MAG