TITANIC

TEMOIGNAGES DES SURVIVANTS 1915-1999

Plus de détails

Livret : TITANIC TÉMOIGNAGE DES SURVIVANTS DIRECTION JOSÉ SOURILLAN POUR INSTITUT DES ARCHIVES SONORES AVEC LE SOUTIEN DE RADIO FRANCE ET L?HISTORIAL DE LA GRANDE GUERRE ET LE CONCOURS DE rms titanic inc - NATIONAL ARCHIVES OF CANADA - RADIO SUISSE ROMANDE - R
Nombre de CDs : 2


29,99 € TTC

FA195

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


L'Institut des Archives Sonores & Frémeaux & Associés donnent à écouter, pour la première fois au monde, les enregistrements originaux d'un des plus grands symboles du 20e siècle : le naufrage du Titanic et présente, d'une manière scénarisée sur deux compact-disques, les témoignages historiques des survivants.
Ces archives sonores inédites sont illustrées par un épais Livret de 88 pages, qui constitue un appareil documentaire complet.
Par ailleurs, pour la première fois depuis 1912, l'auditeur pourra entendre le véritable son du sifflet du Titanic!
Patrick Frémeaux

Note :
Les passagers du Titanic, lors de la traversée transatlantique d'avril 1912, étaient francophones et anglophones. La moitié des témoignages sont en langue française et l'autre moitié en langue anglaise.Tous les témoignages en langue anglaise sont transcrits en français dans le Livret et compréhensibles par tout public.

La Belle Epoque est cette période insouciante, du début du siècle au déclenchement de la Première Guerre Mondiale, pendant laquelle l'Europe et l'Amérique du Nord ont vécu dans l'illusion que les progrès d'alors pourraient rapidement instaurer le paradis sur terre : les industries et les économies sont en plein développement, les salariés voient leur condition s'améliorer, l'alphabétisation gagne le plus grand nombre, des inventions techniques font évoluer les communications et la médecine fait de grandes avancées.
Ces réalités nourrissent les fantasmes des plus optimistes qui imaginent un XXe siècle sans famine, sans épidémie, sans guerre et sans injustice. Et, durant quelques années, l'illusion contagieuse semble parfaite , on veut croire à l'avènement d'un âge d'or. C'est la plus douce des propagandes.
Aveugles et béates, les Nations ont refoulé dans leurs inconscients les grandes inégalités sociales qu'elles génèrent et entretiennent toujours, le pillage des colonies et l'exacerbation inepte des nationalismes. Alors, c'est toute cette Belle Epoque qui, la nuit du 14 au 15 avril 1912, sombre avec le Titanic dans l'Atlantique Nord, à quelques dizaines de kilomètres de Terre-Neuve.
Le Titanic est une illusion qui se brise sur les icebergs, un ancien monde en miniature - où les inégalités sont organisées, compartimentées - qui s'abandonne au frisson de la nouveauté et qui s'emballe jusqu'à sa perte, grisé par les nouvelles techniques.
La Grande Guerre transforme le rêve en cauchemar et, pour sa terrible cause, va accélérer le développement de ces techniques (d'armement, de protection, de soins, de communication, d'information...). Cette "vitesse" incontrôlée fera la perte des Empires, issus du dix-neuvième siècle. L'aventure du Titanic est la plus romantique des aventures, mais c'est aussi la dramatique allégorie d'une civilisation qui, pour n'avoir pas voulu affronter ses archaïsmes, vivra les déchirements les plus sanglants.
Thomas Compère-Morel Directeur Historial de la Grande Guerre de Péronne
 
Production : José Sourillan pour l'Institut des Archives Sonores avec le concours de RMS Titanic Inc, National Archives of Canada, Radio Suisse Romande,Radio Suédoise et ABC Radio.
Cessionnaire de l'édition : Groupe Frémeaux Colombini SAS avec le soutien de Radio France, et de l'Historial de la Grande Guerre.

"

ANTHOLOGIE DES DISCOURS 1940-1969

ANTHOLOGIE DES DISCOURS 1940-1969
GÉNÉRAL DE GAULLE
SOUS LA DIRECTION DE PIERRE LEFRANC ET L’INSTITUT DES ARCHIVES SONORES









[...] la gloire se donne seulement à ceux qui l’ont toujours rêvée.
Commandement II © Berger-Levrault

Ma nature m’avertit, mon expérience m’a appris, qu’au sommet des affaires on ne sauvegarde son temps et sa personne qu’en se tenant méthodiquement assez haut et assez loin.
L’Unité © Plon

Pourquoi une anthologie des grands discours du Général de Gaulle chez Frémeaux & Associés? Tout d’abord parce qu’à travers le destin du Général, c’est le paysage sonore de l’histoire de la France du 20e siècle que nous vous invitons à écouter. Ensuite parce que le Général de Gaulle en tant qu’homme d’état a marqué son siècle éprouvé par les idéologies. Outre sa résistance opiniâtre au cours de la dernière guerre qui conduisit à la libération de la France, le Général de Gaulle a montré par les importantes réformes effectuées après la guerre comme lors de son retour au pouvoir en mai 1958, une intuition juste de l’avenir, un pragmatisme visionnaire inspiré par une haute conception des valeurs morales et une idée très digne de sa charge. Cet ouvrage n’aurait pu exister sans le travail et la passion de Daniel Valon et de Franklin Picard de l’Institut des Archives Sonores qui ont réalisé un travail de recension et de collectage des discours du Général. Monsieur Pierre Lefranc, très proche du Général de Gaulle, nous a fait l’amitié, en élaborant ce livret, de nous guider dans une histoire de France. En 1940, monsieur Pierre Lefranc, élève de l’Ecole de Sciences Politiques, a été l’un des organisateurs de la manifestation des étudiants du 11 novembre 1940. Blessé, il sera arrêté et incarcéré par les Allemands, et après trois semaines de prison il gagne la zone libre et se joint au groupe de résistance “Liberté” à Montpellier.  Affilié ensuite au mouvement “Combat” à Lyon, il s’évade de France par l’Espagne et gagne l’Angleterre après cinq mois de prison et de camp. Affecté au Saint-Cyr de la France libre, il choisit d’être volontaire pour être parachuté en France. Après avoir commandé une compagnie de FFI devant Saint-Nazaire, il est nommé à l’état-major de la première armée française et effectue la campagne d’Allemagne et d’Autriche. En avril 1947, il se met à la disposition du Général de Gaulle en tant que chargé de mission pour le rassemblement du peuple français. En 1958, lorsque le Général revient au pouvoir, il fait de Pierre Lefranc son chef de cabinet à Matignon et son conseiller à l’Elysée. Préfet de l’Indre en 1963, Président-Directeur Général de la SOFIRAD en 1972, Pierre Lefranc a été en 1992 initiateur de la Fondation Charles de Gaulle. Une telle entreprise éditoriale n’aurait pu être menée à bien sans les accords et l’aide de l’Amiral Philippe de Gaulle, d’Olivier Orban et des Editions Plon, de l’Institut des Archives Sonores et de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA). Qu’ils en soient ici remerciés.
Patrick FREMEAUX (L’éditeur)

SOMMAIRE
Charles de Gaulle par Pierre Lefranc - p. 9
Index des discours - p. 17
English notes - p. 35

La guerre commence infiniment mal. Il faut donc qu’elle continue.
Mémoires de Guerre © Plon

Charles de Gaulle
L’action de Charles de Gaulle a marqué son siècle. Pour la défense de ses convictions quant à la dignité et au rôle de la France, pour l’amélioration des rapports entre les hommes et l’harmonisation de la marche des peuples, il a usé de tous ses moyens. Cette action aux formes multiples s’est naturellement traduite par des choix et des engagements et ceux-ci ont toujours été annoncés, commentés et soutenus par une communication privilégiée avec ceux qui se trouvaient concernés. L’œuvre de De Gaulle est donc ponctuée et illustrée par ses discours. De toutes les expressions humaines c’est à l’écriture que le Général attachait le plus de prix. Ses textes présentaient pour lui une grande importance et il s’exprimait en écrivain pénétré de la valeur des rythmes et des mots. Ses discours, tous de sa plume, sont des morceaux de littérature. Ils constituent plus que de simples adresses, ils révèlent un talent mais aussi une conscience face aux atteintes de la vie publique. Ils constituent une révélation de la personnalité pour peu que l’on en écoute la succession avec l’attention d’un historien et la vigilance d’un confident. Et pourtant, avant d’entrer dans l’Histoire les ouvrages du capitaine, du commandant et du colonel de Gaulle ne se souciaient guère de s’adresser à un auditoire élargi. De leur étude on retire l’impression soit d’un rapport officiel, soit d’un essai sur le mode Iyrique, l’une et l’autre de ces formes se trouvaient assez éloignées de celles d’appels au peuple. C’est une sorte de miracle que cet intellectuel en uniforme ait su trouver soudain le ton et les mots susceptibles de toucher une aussi vaste audience qu’une nation de surcroît assommée par son malheur. A partir de juin 1940, coupé de la nation, isolé dans un environnement étranger, ce solitaire inconnu découvre les thèmes et les formules qui vont atteindre les Français au plus profond de leur cœur. Ensuite ce seront ses messages portés par les ondes qui réveilleront les consciences et galvaniseront les énergies.Tout au long de son action publique de Gaulle s’adressera à ses concitoyens dans un langage qui, bien qu’élevé et parfois littéraire, sera compris de toutes et de tous. Dégagées des excès de la familiarité et de la moindre dérive démagogique, ses allocutions marqueront les étapes de son intime dialogue avec le peuple français. A l’écoute de ses interventions on ne peut qu’être frappé par la largeur des vues qui les inspire et la capacité de percevoir les déroulements cachés de l’avenir.

L’on peut sans doute distinguer trois grandes périodes dans ce dialogue qui s’étend presque sur un tiers de siècle. La guerre d’abord et l’appel du 18 juin 40* et le discours du 22 juin qui lui fait suite. Voici le cri du refus, l’acte fondateur de la Résistance. C’est en tant que membre du dernier gouvernement légitime de la République qu’il s’exprime et appelle les hauts responsables en France et dans l’Empire à poursuivre la lutte avec les considérables moyens qui restent disponibles. Suivent les pathétiques allocutions qui scandent les espoirs, les malheurs, les victoires de la grande entreprise nationale. Devant le microphone de Gaulle lit ses textes mais la voix, que les enregistrements de l’époque déforment vers l’aigu, n’est pas encore très sûre. L’on peut constater qu’au fur et à mesure cette voix s’affermit et qu’elle devient dans certains cas catégorique. En pleine guerre, à Brazzaville en janvier 44, le président du Comité national ouvre par un discours significatif le chemin de ce qui sera plus tard la décolonisation. Combien de drames et d’angoisses traversés! Ainsi à l’écoute est retracée l’incroyable épopée qui va permettre à la France, cinq années après un terrible désastre, d’être assise à la table des vainqueurs. Enfin, que d’émotion lorsque nous participons à la séance mémorable de l’hôtel de ville dans Paris libéré, alors que l’assurance de l’orateur se brise devant la grandeur du moment. Et encore, lorsque l’annonce de la victoire est faite à l’assemblée consultative.Puis l’on va suivre le long combat politique du de Gaulle retiré volontairement des affaires, pour que soit proposée au pays une constitution qui assurera la stabilité et par conséquent la continuité. Resté silencieux après son départ en janvier 1946 et pendant six mois, le Général se voit en juin contraint d’intervenir dans le débat qui porte sur les futures institutions de la France. Sur ce sujet de la plus haute importance pour l’avenir, de Gaulle s’exprimera en de nombreuses reprises, s’efforçant de rassembler en un mouvement tous ceux, à quelques horizons qu’ils appartiennent, qui partagent son objectif d’une réforme de la constitution. Après un brillant début son Rassemblement du Peuple Français se heurte à l’hostilité des partis politiques qui font bloc contre cette initiative laquelle risque de diminuer leur influence La IVe République née en octobre 46 connaîtra alors vingt-sept gouvernements en douze années.

Les discours de 1947 à 1955 rappellent les principales circonstances de la vie du Rassemblement avec ses succès et ses déceptions. Celui que beaucoup de Français considéraient comme «le libérateur» parcourt alors la France. Privé par le gouvernement de tout accueil officiel et de tout honneur, il va de département en département, logeant le plus souvent chez l’habitant et s’exprimant devant des auditoires d’importance variée. Puis, de temps en temps, lorsque les événements le justifient, il convoque la presse et ses débats avec les journalistes constituent de véritables exposés de 
science politique. Durant ces huit années il rendra visite à tous les départements de France et d’Algérie. Devant l’obstination et l’aveuglement des formations en place, il décide de suspendre son action politique et observe une complète réserve qui va durer deux années et demi. C’est l’époque des grands voyages et de la poursuite de la rédaction de ses Mémoires de guerre (L’appel, 1954 - L’unité 1956 - Le salut 1959). Ces trois volumes connaissent un grand succès. Leur auteur est enfin reconnu comme un exceptionnel écrivain. Mais voici que s’ouvre la troisième grande période de l’action de Charles de Gaulle. L’instable IVe République se trouve, en effet, aux prises avec une crise qu’elle ne parvient pas à dominer : l’Algérie est à feu et à sang. Aucun gouvernement ne parvient à définir une politique et à la suivre. L’émeute éclate à Alger et c’est vers l’ermite de Colombey que les politiciens aux abois se tournent. De Gaulle est le seul à pouvoir obtenir un consensus mais il pose ses conditions : les pleins pouvoirs pendant six mois et la mise en œuvre d’une réforme des institutions. Le Parlement lui accorde sa confiance. Le voici dernier président du Conseil des ministres de la IVe République face au drame algérien et devant la tâche de construire une nouvelle République. Le 8 septembre 1958 la nouvelle constitution a été approuvée par référendum. La Ve République se met en place le 8 janvier 1959, de Gaulle en devient le premier président le 21 décembre. Allocutions et discours vont alors se succéder pour faire comprendre et approuver par le pays l’existence d’une Algérie algérienne. Dans cette direction il avance à pas prudents et mesurés. Il est fascinant de constater, au fil de ses interventions, la pédagogie et la force de conviction dont il use pour amener en janvier 1961 les Français à se prononcer, malgré de violentes actions des adversaires, en faveur de l’autodétermination des trois départements d’Algérie. L’indépendance de celle-ci sera acquise le 1er juillet 1962.Les années qui suivent sont celles d’une remarquable stabilité financière et d’une croissance continue. La monnaie est forte, le plein emploi s’installe et les exportations se développent. Un plan de stabilisation en 1963 permettra un contrôle accru d’un début d’inflation. En 1962, après un attentat perpétré contre sa personne, de Gaulle propose une ultime réforme à la constitution: désormais le président de la République sera élu au suffrage universel direct. Ainsi son successeur bénéficiera d’une légiti­mité et d’une autorité accrues. En 1965, au terme d’un premier septennat, de Gaulle est réélu à la magistrature suprême suivant ce nouveau mode d’élection.

Sur le plan des rapports de la puissance tutrice et des colonies, par la création de la Communauté suivie des indépendances successivement accordées, de Gaulle procède à une décolonisation laquelle, tout en donnant une personnalité aux nouveaux Etats, leur permet ce qu’ils souhaitent, de rester étroitement liés à la France. Dans le domaine international la France de De Gaulle retrouve sa place de grande puissance. Elle demande d’abord, et en vue de disposer de l’autonomie de sa dé­fense, une révision de l’organisation militaire du Pacte Atlantique, le refus des alliés provoque par la suite sa sortie du système militaire intégré de l’OTAN. Elle confirme et met en œuvre les clauses du traité de Rome qui crée des liens nouveaux entre les signataires, l’Italie, l’Allemagne et le Benelux, bases d’une future Europe reposant sur le respect des nationalités. Puis de Gaulle s’emploie à atténuer la tension entre l’Est et l’Ouest et c’est ainsi que se succèdent à Paris deux sommets internationaux et que le chef de l’Etat français va se rendre en URSS et dans plusieurs républiques populaires du bloc de l’Est. Concernant les pays en voie de développement, la France avance le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et s’efforce d’ouvrir une troisième voie entre la subordination à l’une ou l’autre des deux super puissances, l’Amérique et l’URSS. C’est pourquoi de Gaulle effectue deux grandes tournées en Amérique du sud et en Asie où il préconise des solutions politiques plutôt que des affrontements. En 1966 il pro­nonce à Pnom Penh, au Laos, un discours pour privilégier une issue négociée au conflit en cours en Indochine entre les Etats-Unis et les Indochinois. C’est en 1968 que se réunira à Paris la conférence qui met fin à l’intervention américaine dans ces pays. Paris, où se succèdent les chefs d’Etat, est devenu le centre d’une intense activité diplomatique dont on retrouve l’expression dans les discours prononcés par le président de la République dans plus d’une vingtaine de capitales assurant à la France par la qualité et le contenu de ses interventions un rayonnement international sans précédent. Le 27 juillet 1967 dans une allocution prononcée du balcon de la mairie de Montréal, il encourage les Québécois à affirmer leur personnalité et à faire respecter leurs particularités.

Mais en 68 une fièvre subite s’empare des jeunesses du monde entier. Aux Etats-Unis, au Japon, en Allemagne et même en Suisse les étudiants manifestent en faveur de changements dans la société. La France n’échappe pas à la contagion et des mouvements de rues et des occupations de locaux universitaires que complète une grève générale, créent une situation d’émeute et de paralysie. L’opposition en profite pour revendiquer le pouvoir. Malgré les injonctions de De Gaulle le gouvernement ne réagit que mollement et voit repousser les concessions sociales accordées. C’est alors qu’après une absence imprévue de Paris, de Gaulle, ayant créé l’événement, reprend l’initiative et prononce un discours énergique. La manifestation de la majorité silencieuse organisée à Paris prend aussitôt une immense ampleur mettant ainsi fin aux tentatives de déstabilisation du pouvoir. La crise est dénouée et les élections qui suivent une dissolution apportent au chef de l’Etat une majorité absolue dans la nou­velle Assemblée nationale. Mais le lien qui unit le peuple et de Gaulle s’est relâché et ce dernier souhaite obtenir un renouvellement de la confiance dont il a bénéficié jusqu’aux événements. Ce sera un référendum sur la participation des échelons régionaux à leur gestion et aux décisions nationales par une réforme du Sénat. De Gaulle annonce qu’il se retirera si le pays ne le suit pas dans cette voie nouvelle. C’est le cas. Le 28 avril 1969 de Gaulle annonce qu’il cesse d’exercer ses fonctions de président de la République. Lors de l’élection de son successeur, il s’éloigne en effectuant un voyage en Irlande et se retire définitivement dans sa demeure de Colombey-les-Deux-Eglises. En octobre 1970 paraît le premier tome de ses Mémoires d’espoir. Quelques jours après, le 9 novembre, il meurt subitement. La France entière porte le deuil. A Paris, en hommage à sa mémoire, une foule immense se rend sous la pluie à l’Arc de triomphe. Le 12 novembre une messe solennelle regroupant quatre-vingts chefs d’Etat est célébrée à Notre-Dame de Paris. Entouré de ses fidèles, et en grande simplicité, de Gaulle est enterré dans le petit cimetière de Colombey-les-Deux-Eglises. Le 18 juin 1972
une haute croix de Lorraine offerte par souscription nationale est édifiée sur la colline dominant le village.
Pierre LEFRANC                                                                 
© GROUPE FRÉMEAUX-COLOMBINI SA - FRÉMEAUX & ASSOCIÉS, 2000.

C D I
1.  22 juin 40 La défaite de la France après un mois de rudes combats contre les forces allemandes est consommée. Ministre du dernier gouvernement libre de la République, de Gaulle vient de lancer de Londres le 18 juin 1940 son appel à la résis­tance (non enregistré) et il commente les conditions de l’armistice que vient de dicter Hitler au maréchal Pétain. Ainsi naît la France Libre qui va mener le combat jusqu’à la libération (discours diffusé par la radiodiffusion britannique, British Broadcasting Corporation, BBC).

2.  24 juin 40 Le maréchal Pétain vient d’accepter les exigences de l’en­nemi, le général de Gaulle dévoile ce qu’elles signifient dans une allocution (diffusée par la BBC).

3.  26 juin 40 Le Général s’adresse au maréchal Pétain en rappelant les responsabilités de ce dernier dans la mauvaise organisation et l’emploi inadapté de nos forces armées (diffusé par la BBC).

4.  8 juillet 40 Des bâtiments de guerre britanniques viennent d’attaquer la flotte française au mouillage dans la rade de Mers-el-Kébir (Algérie). De Gaulle, proteste vigoureusement tout en expliquant les motifs des Anglais qui craignent que les unités françaises soient utilisées par les Allemands (diffusé par la BBC).

5.  23 octobre 41 Les Allemands ont fusillé des otages français à la suite de l’attentat perpétré par des résistants contre deux de leurs militaires. De Londres, de Gaulle donne ses consignes : l’action de la Résistance doit être coordonnée et s’intégrer dans un plan d’ensemble (diffusé par la BBC).

6.  24 décembre 41 Les Forces Françaises Libres ont repris le combat sur terre, dans les airs et sur mer. Le soir de Noël 1941 le Général s’adresse aux enfants de France qui souffrent de l’occupation, il leur promet une visite miraculeuse (diffusé par la BBC).

7.  4 mars 42 Plusieurs territoires de l’Afrique équatoriale française et du Pacifique ont rallié la France Libre et des soldats français, sous le signe de la Croix de Lorraine, affrontent les Italiens en Erythrée et en Lybie. La résistance française sur le territoire national commence à se structurer. Depuis le 7 décembre de l’année 1941 l’Amérique est entrée en guerre. L’équilibre des forces sera rompu en faveur des alliés par la puissance industrielle américaine. Les plus mauvais moments sont passés (diffusé par la BBC).

8.  18 juin 42 Pour le deuxième anniversaire de la France Libre le général de Gaulle s’adresse aux membres du Comité national qu’il a créé et à ses compagnons de combat lors d’une cérémonie dans une des grandes salles de Londres : L’Albert Hall. Il fait le point des impressionnants résultats obtenus dans la lutte pour la libération et des perspectives.

9.  8 novembre 42 Les Américains et les Anglais viennent de débarquer en force au Maroc et en Algérie, territoires demeurés sous l’autorité du pouvoir de la collaboration à Vichy. A la demande des Américains, de Gaulle n’a pas été prévenu et ressent cette entreprise comme une ingérence dans les intérêts nationaux mais il se prononce sans réserve pour l’aide aux alliés (diffusé par la BBC).

10.  27 novembre 42 La plus grande partie de la flotte française stationnée à Toulon demeure à l’ancre alors que les Allemands, violant l’armistice, envahissent la zone libre. Plutôt que de rejoindre les forces alliées en Afrique du nord les équipages obéissant aux ordres de Vichy sabordent leurs bâtiments. Ainsi disparaît lamentablement un des atouts majeurs de la France (diffusé par la BBC).

11.  24 décembre 43 De Gaulle a gagné Alger et est devenu l’unique Président du Comité Français de libération nationale. Il a aussitôt mis en place une Assemblée consultative provisoire regroupant des élus et des résistants. Il s’efforce de faire participer les forces françaises militaires reconstituées aux combats qui se déroulent notamment en Italie où le corps expéditionnaire français se distinguera. Le soir de Noël 1943 il s’adresse à tous les Français en les appelant à l’union (diffusé par la radiodiffusion d’Alger).

12.  30 janvier 44 Les territoires africains de l’Empire sont maintenant réunis sous l’autorité du Comité national et de Gaulle convoque à Brazzaville (Congo français) une conférence des gouverneurs pour jeter les bases des rapports futurs entre la France et ses colonies.

13.  6 juin 44 L’heure du suprême affrontement est arrivée, les alliés débarquent en force sur les plages fortifiées de la France occupée. De Gaulle doit lutter pour s’opposer au plan américain qui consiste à considérer la France comme un pays ennemi occupé. Il repousse les ingérences des alliés et décide, notamment, de distinguer, ce jour-là, son message du groupe de ceux adressés de Londres par les alliés en prenant la parole à un autre moment de la journée (diffusé par la BBC)

14.  4 juillet 44 Invité par Franklin-Roosevelt, Président des Etats-Unis, de Gaulle adresse quelques mots en anglais au peuple américain à l’occasion de la célébration de l’Independance Day, fête nationale de ses hôtes.

15.  25 août 44 Une division française dont l’engagement est prévu depuis six mois par le Comité national, devenu le Gouvernement provisoire de la République, s’est lancée au secours de Paris insurgé. La 2e division blindée commandée par le général Leclerc entre dans la capitale, miraculeusement intacte, le 25 août. Le soir même, de Gaulle se rend à l’hôtel de ville et s’exprime devant les membres du Comité de libération (diffusé par la radio des résistants).

16.  8 mai 45 L’Allemagne capitule après des années d’agression, de domination et d’abominations. L’orgueilleux régime nazi est abattu. C’est la victoire et c’est la victoire de la France, miracle des volontés et des sacrifices elle est présente à la table des vainqueurs. Non sans fierté le général de Gaulle qui a bien mérité de la patrie, l’annonce (discours radiodiffusé par la radio nationale).

CD II
1.  16 juin 46 Le premier projet de constitution de la IVe République ayant été repoussé par un référendum le 5 mai 1946, de Gaulle décide d’intervenir et présente à Bayeux les structures constitutionnelles dont il estime qu’elles seront les meilleures pour la France.

2.  29 septembre 46 A Epinal, de Gaulle rappelle les conditions dans lesquelles la République a été maintenue envers et contre tout et réaffirme sa conception d’une nouvelle construction de l’Etat, efficace, plus proche du peuple et qui respecte la séparation des pouvoirs législatif et exécutif.

3.  7 avril 47 La constitution de la IVe République ayant été votée le 13 octobre 1946 (seulement par un électeur sur trois) de Gaulle, de Strasbourg, annonce aux Français sa décision de créer un rassemblement des forces politiques placé au-dessus des partis pour obtenir une réforme de la constitution qu’il estime mal bâtie.

4.  14 décembre 48 De Gaulle a appelé les délégués des groupes d’entreprises du RPF à venir l’entendre et c’est devant la salle comble du Vélodrome d’hiver à Paris qu’il stigmatise le communisme international, rappelle son objectif de réformes sociales et souhaite que le peuple soit rapidement consulté.

5.  1er mai 49 Lors d’une vaste manifestation sur la pelouse de Bagatelle à l’occasion de la Fête du travail, de Gaulle revient sur la nécessaire participation des salariés à la marche et aux résultats des entreprises.

6.  11 février 50 La guerre froide entre l’Est et l’Ouest prend un aspect inquiétant avec l’intervention soviétique en Corée. Le débat s’ouvre sur l’éventuelle constitution d’une armée européenne qui retirerait à la France l’autonomie de sa défense. De Gaulle de la tribune du Vélodrome d’hiver s’adresse à tous Français pour leur redonner confiance en eux et les appelle, une fois de plus, à se rassembler sur la France.

7.  21 octobre 50 Devant la montée des menaces sur la paix et l’instabilité gouvernementale, à l’occasion d’une session du Conseil national du RPF, de Gaulle insiste sur la nécessité pour la France de demeurer maîtresse de cette défense et stigmatisant la puissance du régime à la merci des partis, il incite les Français à le suivre.

8.  7 janvier 51 Face à l’expansionnisme soviétique, de Gaulle, dans une allocution prononcée à Nîmes souhaite l’engagement américain pour la défense des libertés en Europe mais affirme que l’alliance ne peut se réaliser que dans le respect de la souveraineté des Etats. La France doit donner l’exemple de la fermeté mais pour cela il lui faut un Etat qui en soit un.

9.  20 mai 52 De Gaulle au cours d’une réunion privée des compagnons du Rassemblement à Nancy, insiste à nouveau sur la signification sociale que représenterait la participation.

10.  12 novembre 53 En juillet 53, un armistice est signé en Corée mais les Etats-Unis accentuent leur pression en faveur d’une armée européenne placée sous leur contrôle. Le septennat du Président de la République Vincent Auriol s’achève en décembre de la même année. Le Général convoque le 12 novembre une conférence de presse pour faire l’analyse de la situation internationale, rappeler les solutions qu’il préconise et commenter le rôle du RPF..

11.  2 août 56 De Gaulle rend visite à l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr installée à Coëtquidan (Morbihan) et s’adresse aux élèves après avoir accueilli au musée de l’Ecole le drapeau de l’Ecole des cadets de la France Libre. C’est un message de confiance et d’espoir.

12.  19 mai 58  En Algérie où les commandos nationalistes attaquent les installations et la population française depuis quatre années, les événements se précipitent. Pour protester contre l’incapacité des gouvernements successifs à définir une politique et à s’y tenir les Algériens loyalistes et les Français d’Algérie organisent des manifestations dont l’une, le 13 mai 1958, investit l’immeuble du Gouvernement général et provoque la mise en place d’un exécutif militaire. L’opinion se tourne vers de Gaulle qui tient alors une conférence de presse (diffusé par la Radiodiffusion télévision française - RTF).

13.  4 juin 58 Le général de Gaulle, investi Président du Conseil par l’Assemblée nationale, se rend en Algérie et s’adresse à la population d’Alger du balcon de l’immeuble du Gouver­nement général. Il annonce l’établissement d’un collège unique des musulmans et des Européens pour toutes les élections et déclare que l’avenir dépendra de ses représentants élus (diffusé par la RTF).

14. 26 août 58  Du 20 au 29 août 58, le Général effectue un voyage à Madagascar et dans les territoires africains pour présenter à ces pays le choix devant lequel ils se trouvent : ou s’intégrer dans une communauté française ou prendre le chemin de l’indépendance. Une manifestation des indépendantistes est organisée lors du passage de De Gaulle à Dakar, capitale du Sénégal (diffusé par la RTF).

15.  4 septembre 58 En ce jour anniversaire de la proclamation de la République en 1870, le Général de Gaulle présente au peuple français, place de la République à Paris, le projet de constitution que le gouvernement vient d’adopter et qui sera soumis à l’approbation nationale par voie de référendum à la fin du même mois (diffusé par la RTF).

16.  23 octobre 58 L’Assemblée nationale ayant été dissoute, une nouvelle constitution celle de la Ve République ayant été approuvée par voie de référendum, De Gaulle à la veille de l’élection d’une nouvelle assemblée, s’exprime au cours d’une conférence de presse dans laquelle il définit la politique de son gouvernement et lance un appel aux nationalistes algériens pour la conclusion des “paix des braves” (diffusé par la RTF).

CD III
1.  8 janvier 59 Le général de Gaulle prend ses fonctions de Président de la République. Il s’adresse à son prédécesseur le Président Coty et aux membres des corps constitués réunis autour de lui.

2.  15 juillet 59  La constitution de la Ve République prévoit la réunion d’un Sénat de la Communauté qui regroupe, autour des principaux ministres français des représentants des Etats membres de la Communauté. Le général de Gaulle ouvre au Palais du Luxembourg à Paris la première session de ce Sénat de la Communauté.

3.  2 septembre 59 Le général de Gaulle reçoit officiellement à Paris le général Eisenhower, son ancien compagnon d’armes, devenu Président des Etats-Unis d’Amérique. L’accueil est particulièrement chaleureux en raison des liens qui unissent les deux hommes.

4.  3 novembre 59 Le Général s’adresse à l’Ecole militaire à Paris, aux auditeurs de l’Institut des Hautes études de la Défense nationale et aux stagiaires de l’Enseignement militaire supérieur pour affirmer la nécessité pour la France de disposer de sa total indépendance en matière de défense. Cette allocution fera sensation dans la mesure où, à l’époque, une partie des forces françaises se trouve placée sous le commandement militaire intégré de l’Organisation militaire du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

5.  10 novembre 59 Le Général convoque les journalistes au Palais de l’Elysée pour faire le point des affaires en cours. Il répond notamment à une question sur les perspectives éventuelles d’un cessez-le-feu en Algérie (radiodiffusé par la RTF).

6.  12 décembre 59  Saint-Louis du Sénégal

7.  25 janvier 60  L’émeute...

8.  29 janvier 60 Une manifestation provoquée dans la ville d’Alger par les partisans de l’intégration de l’Algérie dégénère en insurrection. Des barricades sont dressées. De Gaulle s’adresse à la nation et particulièrement aux Français d’Algérie pour mettre fin à la crise et confirmer sa politique (diffusé par la RTF). L’agitation prendra fin deux jours plus tard.

9.  23 mars 60 Monsieur Khrouchtchev, Président du conseil des ministres de l’URSS est reçu officiellement par le Président de la République française. C’est la première visite en France d’un chef d’Etat russe depuis la révolution bolchevique de 1917.

10.  7 avril 60 Le général de Gaulle rend une visite officielle à la Grande-Bretagne. Il est reçu avec des égards particuliers et prononce à Westminster Hall devant le parlement britannique exceptionnellement réuni, un discours dans lequel il rappelle le rôle historique de l’Angleterre dans la deuxième guerre mondiale et rend hommage aux traditions millénaires et aux institutions de ses hôtes (diffusé par la BBC).

11.  31 mai 60  Une rencontre au sommet entre les Anglais, les Américains, les Russes et les Français débute à Paris le 16 mai mais la destruction en vol au-dessus du territoire de l’URSS d’un avion espion américain, provoque un éclat du dirigeant soviétique et la réunion est annulée. Le Général commente l’événement à l’intention du peuple français (diffusé par la RTF).

12.  5 septembre 60     

13.  4 novembre 60 L’avenir de l’Algérie divise l’opinion française et les partisans de l’intégration deviennent de plus en plus virulents ce qui incite le Chef de l’Etat à réaffirmer l’orientation de sa politique (diffusé par la RTF).

14.  20 décembre 60 La perspective d’une Algérie indépendante sur laquelle les Français vont être appelés à se prononcer par voie de référendum le 8 janvier suivant, provoque de vifs remous. Les dirigeants du mouvement favorable à l’intégration se réfugient en Espagne et des affrontements se produisent lors du dernier voyage de De Gaulle en Algérie. Le Chef de l’Etat s’exprime sur l’importance de la consultation à venir (diffusé par la RTF).

15.  23 avril  61 La politique d’autodétermination de l’Algérie ayant été massivement approuvée par le peuple français, un coup de force se produit en Alger fomenté par les partisans de l’intégration de l’Algérie. Les hauts responsables de la République sur place sont arrêtés. De Gaulle intervient pour ordonner aux militaires de rester dans le devoir et affirme sa résolution de poursuivre dans la voie décidée (diffusé par la RTF).

16.  5 septembre 61 Sahara.

17.  18 mars 62 Du 12 au 18 février des négociations ont eu lieu entre le gouvernement français et le gouvernement provisoire de la République algérienne. Un accord sur le cessez-le-feu est intervenu. Le Général l’annonce aux Français (diffusé par la RTF).

18.  26 mars 62  De Gaulle invite les Français à voter “oui” au référendum sur l’indépendance de l’Algérie qui doit avoir lieu le 8 avril suivant. 90 % des Français répondront favorablement (diffusé par la RTF).

19.  31 janvier 64 Le gouvernement français a reconnu la République popu­laire de Chine en janvier 1964.

20.  16 mars 64 En voyage officiel au Mexique le Président de la République française s’adresse de Mexico à tout le peuple mexicain.

21.  23 juillet 64 Au cours d’une conférence de presse tenue au Palais de l’Elysée, de Gaulle fait part de ses conceptions de la politique nucléaire (diffusé par la RTF devenue l’ORTF).

Du 20 septembre au 16 octobre 1964 le général de Gaulle effectue un voyage en Amérique latine.

22.  5 octobre 64 A Buenos Aires, à la faculté de droit, il définit le rôle de l’enseignement.

CD IV
1.  27 avril 65 Le Général définit les conditions de l’indépendance nationale dans le monde moderne (diffusé par l’ORTF).

2.  30 novembre 65 Le mandat du Chef de l’Etat parvient à son terme. Le général de Gaulle décide de se présenter pour un second mandat suivant le nouveau mode de scrutin qui fait élire le Président de la République par le suffrage universel direct (diffusé par l’ORTF).

3.  15 décembre 65 Le 5 décembre, le général de Gaulle arrivant en tête des candidats, se trouve toutefois en ballottage pour l’élection à la présidence de la République. Il décide d’utiliser le temps de parole qui lui est imparti à la télévision par un entretien avec un journaliste. A la question de savoir comment il conçoit les notions politiques de gauche et de droite, de Gaulle répond (diffusé par l’ORTF).

4.  30 juin 66 Lors de son voyage officiel en Union Soviétique, le Président de la République française s’adresse au peuple russe dans une allocution diffusée par la radio et la télévision soviétiques.

5.  1er septembre 66 Le Général effectue un voyage officiel au Cambodge et prononce une importante allocution au Centre sportif national de Phnom-Penh devant cent mille personnes. Il traite essentiellement de l’intervention américaine en Indochine et déclare que seule une solution politique peut régler la situation.

6.  4 novembre 66 Le Président de la République prononce une allocution pour le vingtième anniversaire de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) au siège à Paris.

7.  31 décembre 66     

8.  24 juillet 67 Du balcon de l’hôtel de ville de Montréal alors qu’il effectue une visite officielle au Canada, de Gaulle s’adresse aux Québécois en les encourageant à faire valoir leurs droits et obtenir le respect de leur identité.

9.  10 août 67 La France s’étant retirée de l’organisation militaire intégrée du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), le général en rappelle les raisons (diffusé par la l’ORTF).

10.  6 septembre 67      Le général de Gaulle effectue un voyage officiel en République populaire de Pologne. C’est le premier voyage d’un Chef d’Etat d’Europe occidentale à cet Etat communiste. En posant son pied sur le sol polonais où il est accueilli par le Président du Conseil d’Etat, il s’est écrié :

11.  27 novembre 67    A l’occasion d’une conférence de presse donnée au palais de l’Elysée, le Général s’exprime à propos de la “guerre des six jours” du mois de juin précédent entre Israël et ses voisins arabes (diffusé par l’ORTF).

12.  14 mai 68  Malgré les graves événements qui se déroulent à Paris en raison des manifestations étudiantes qui seront accompagnées d’une grève générale, de Gaulle effectue en Roumanie le voyage prévu depuis plusieurs mois. A Bucarest, il s’adresse aux roumains lors d’une réception au Conseil d’Etat.

13.  30 mai 68 Les manifestations à Paris ont pris une vaste ampleur. L’activité du pays est arrêtée par la grève générale malgré les mesures sociales décidées par le gouvernement. De Gaulle quitte Paris pendant vingt-quatre heures, réunit le Conseil des ministres dès son retour, décide la dissolution de l’Assemblée nationale et s’adresse au pays (diffusé par l’ORTF). Cette allocution est prononcée à 16 heures 30 pour permettre à la manifestation organisée par la majorité silencieuse qui lui est favorable de se dérouler. Un million de citoyens se retrouvent sur les Champs-Elysées (diffusé par l’ORTF).

14. 7 juin 68 Le calme étant revenu, à la veille des élections législatives, le Général s’entretient avec un journaliste pour expliquer ses décisions et aborder les problèmes de l’avenir (diffusé par l’ORTF).

15.  2 février 69 Dans une allocution prononcée à Quimper (Finistère) le Général annonce pour le printemps un référendum sur le développement des responsabilités des échelons régionaux et une réforme du Sénat au sein duquel seraient représentés les mouvements associatifs de ces régions (diffusé par l’ORTF).

16  11 mars 69 Le référendum sur la réforme des régions et l’élargissement du Sénat est fixé au 27 avril. De Gaulle insiste dans une allocution radiodiffusée et télévisée sur la portée du projet proposé (diffusé par l’ORTF).

17.  10 avril 69 Dans un entretien avec un journaliste, le Chef de l’Etat revient sur l’importance de la réforme sur laquelle le pays va se prononcer (diffusé par l’ORTF).

18.  25 avril 69 A deux jours du référendum, de Gaulle s’adresse une der­nière fois aux Français en annonçant qu’il quittera le pouvoir si le projet est repoussé (diffusé par l’ORTF).        

Le 27 avril 69, le projet a été repoussé par 47,58% des voix. Le général de Gaulle fait aussitôt savoir par un communiqué qu’il cesse d’exercer ses fonctions de Président de la République.

19. 17 juin 69   En voyage privé en Irlande, le général de Gaulle s’adresse le 17 juin 69 au 1er ministre du pays.
GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA / PIERRE LEFRANC.
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS 2000.

english notes
The achievements of Charles de Gaulle had an impact on his century. He used every possible means to defend his convictions regarding the dignity and the role of France, for an improvement in human relationships and to bring harmony into the progress of the nations. The diversity of his actions entailed options and engagements which were always accompanied by direct communication with those concerned. His deeds are therefore illustrated by his speeches. Out of all forms of human expression, the General particularly prized writing. Much importance was put on his texts in which he excelled as a writer, carefully weighing rhythm and wording. He indited all his speeches which proved to be works of literature. He was not content with a simple address but revealed talent and an awareness of his declarations on public life. And yet after studying the writings of captain, commander and colonel de Gaulle, either official reports or more lyrical essays, they do not appear to have been created for a large auditorium. Miraculously, this uniformed intellectual suddenly found the tone and words capable of touching an entire nation, furthermore a dejected nation. As from June 1940 this unknown loner, cut off from his nation in a foreign land, discovered the themes and formulae which would reach the hearts of the French. It was then that his broadcast messages jolted the people’s consciousness and stimulated their energy. Throughout his public career, de Gaulle addressed his fellow citizens using a language which was understood by each and every one. In his allocutions which form an intimate dialogue with the French people, his open-mindedness is blatantly apparent as is his lucidity regarding future events. This dialogue, which covered almost a third of the century, can be divided into three distinct periods. Firstly came the war and the appeal of 18 June ’40 and the speech of 22 June. This was a cry of refusal which led to the Resistance. As a member of the last legitimate government of the Republic, he appealed to the highest answerable figureheads to keep up the struggle using
all available means.  Following this came the pathetic allocutions highlighting hopes, misfortunes and the victories of the great national undertaking.  De Gaulle read his texts before the microphone, but his voice lacked confidence. Progressively this voice became noticeably established and even categorical in some cases. With war in full swing, in Brazzaville in January ’44, the president of the National Committee was to clear the way for what would later be decolonisation.

We can then follow the long political combat when de Gaulle voluntarily withdrew in order to incite a proposal for a national constitution which would assure stability and consequently continuity.  After his departure in January 1946, the General remained silent for six months before feeling obliged to intervene in the debate touching on the future institutions of France. This subject was of tremendous importance for the country’s future and de Gaulle expressed his convictions on many occasions, attempting to summon all those who shared his aim for constitutional reform. His Rally for the French People (RPF) debuted with brilliance before coming up against the hostility of political parties which feared that this initiative would thwart their influence. The 4th Republic of October ’46 was to see the passage of twenty-seven governments over a twelve-year period. The speeches from 1947 to 1955 refer to the reasons for the establishment of the Rally along with its triumphs and deceptions. Considered by many French as ‘the liberator’, de Gaulle toured his country. He had been forbidden official reception by the government, so he went from province to province and aired his views before crowds of varying sizes.  Occasionally, he invited journalists and then his debates took the form of veritable displays of political science.  During these eight years he paid visit to every department in France and Algeria. Confronted with such obstinacy from the institutions, he decided to suspend all political action and remained in the background for two and a half years.  He spent this period travelling and carried on writing his War Memories, earning him the reputation as an exceptional writer.Then Charles de Gaulle’s third great period of action began.  The unstable 4th Republic found it could no longer control the critical situation - Algeria was bathing in blood.  No government managed to define a political strategy and follow it.  Rioting broke out in Algiers and attempting to avert the revolt, politicians turned to the recluse in his Colombey residence.  De Gaulle alone could obtain a consensus but he stipulated certain conditions :  he demanded executive powers for six months and institutional reform.  The parliament agreed and he thus became the last president of the Cabinet of the 4th Republic, confronting the Algerian crisis and the creation of a new Republic. On 8 September 1958 the new constitution was adopted by referendum. The 5th Republic saw the light of day on 8 January 1959 and de Gaulle became its first president on 21 December. Allocutions and speeches were to follow gradually and prudently insisting on the self-determination of Algeria. It is fascinating to study his pedagogical methods and persuasive strength which finally resulted in the country’s independence on 1 July 1962. The years which followed saw remarkable financial stability and steady growth. The French monetary system was strong, employment figures were good and exportation was developing. A stabilisation plan in 1963 controlled the threat of inflation. Further to an attempt on his life in 1962, de Gaulle proposed an ultimate reform - that the president of the Republic would be elected by direct universal suffrage.  His successor would thereby gain in legitimacy and authority.  At the end of his septennate in 1965, de Gaulle was re-elected through this new voting system.

D
e Gaulle then worked towards decolonisation whereby he gave personality to each state but giving them the opportunity, if they so wished, to remain closely linked to France.  On an international scale, De Gaulle’s France again boasted a strong position.  The country demanded that the Atlantic Alliance be revised, aiming for an autonomous defence programme and when the allies refused, France withdrew from the military structure of NATO.  The nation abided by the clauses of the Treaty of Rome which created new ties between the members, the basis of the future establishment of Europe.
De Gaulle then attempted to relieve tension between the East and West, leading to two international summit meetings in Paris and the French head of state travelled to the USSR and several communist states in the East.  As regards underdeveloped countries, France fought for their rights and opposed subservience to America or the USSR.  This explains de Gaulle’s two major tours of South America and Asia where he advocated political solutions rather than defiance.  In 1966 in Pnom Penh, Laos he spoke of the conflict between Indo-China and the United States.  In a 1968 Paris conference, the American intervention was stopped in these countries.  France had become the centre of intense diplomatic activity, portrayed by the president’s speeches in over twenty capital cities and by his unprecedented international intervention.  On 27 July 1967, he made an allocution from the balcony of Montreal’s town hall where he encouraged the people of Quebec to reveal their identity and learn to be respected. However, in 1968 the younger generation all over the world started having new social aspirations.  In the United States, Japan, Germany and Switzerland, students began demonstrating.  The student unrest also hit France and striking led to rioting and paralysis.  The opposition used this opportunity to claim power.  The government’s reaction was weak, but de Gaulle took the matter into his hands and gave an energetic speech, thus putting an end to the attempted destablisation.  Dissolution was followed by the leader obtaining absolute majority in the new National Assembly.  But the confidence between the people and de Gaulle had been reduced.  The latter demanded a referendum concerning regional autonomy and for the reform of the Senate, stating he would leave office should this project be rejected.  This was the case and on 28 April 1969 de Gaulle declared his resignation. During the elections which followed, he left for Ireland and then permanently retired to his country home in Colombey-les-Deux-Eglises. The first volume of his Memories Of Hope was published in October 1970. Several days later, on 9 November, he suddenly died. The entire country went into mourning. Under the rainy skies of Paris, an immense crowd paid him tribute, gathered around the Arc de Triomphe. On 12 November, Mass was held in Notre Dame de Paris reuniting eighty world heads of state. He was then buried in the small cemetery in Colombey-les-Deux-Eglises. On 18 June 1972 a tall cross of Lorraine was erected on the hill which overlooks the village.
Laure WRIGHT based on the french text of Pierre LEFRANC.
© GROUPE FRÉMEAUX-COLOMBINI SA - FRÉMEAUX & ASSOCIÉS, 2000.

CD 1
1) 22 June 1940  France was defeated after a month of fighting the German forces.  De Gaulle had made his London appeal for resistance on 18 June 1940 (unrecorded) and he commented on the conditions for armistice as were dictated by Hitler.  The Free French were born and were to fight until Liberation (speech broadcast by the B.B.C.)

2) 24 June 1940  Marshal Pétain had accepted the enemy’s conditions.  General de Gaulle revealed what this would entail.

3) 26 June 1940  The General addressed Marshal Pétain, reminding him of his responsibility in the bad organisation of the armed forces.

4) 8 July 1940  De Gaulle protested against the British attack on the French naval forces in the port of Mers-el-Kébir, Algeria.

5) 23 October 1941  The Germans had executed some French hostages.  From London, de Gaulle advised how the Resistance had to co-ordinate its action

6) 24 December 1941  On Christmas Eve, the General addressed the French children who were suffering from the Occupation.

7) 4 March 1942  Many countries in French Africa and in the Pacific had rejoined the Free French.  The French resistance on its homeland was taking form.  America had entered the war on 7 December ’41.  The worst moments were over.

8) 18 June 1942  In a ceremony held in London’s Albert Hall, de Gaulle addressed the members of the National Committee, specifying the impressive results achieved.

9) 8 November 1942  The Americans and English had landed in Morocco and Algeria.  De Gaulle had not been warned and felt they were interfering with national interest.

10) 27 November 1942  Most of the French naval force lay at anchor off Toulon, while the Germans were invading unoccupied France.  Instead of joining the allied forces in northern Africa, the crews scuttled their ships, thus losing one of France’s major assets.

11) 24 December 1943  De Gaulle was in Algiers and became the unique President of the French Committee for national liberation..  On Christmas Eve he addressed all the French.

12) 30 January 1944  The Empire’s African possessions were now reunited, headed by the national Committee and de Gaulle convened a conference in Brazzaville (French Congo) for all governors, evoking the future relationship between France and its colonies.

13) 6 June 1944  The allies landed on the beaches of occupied France.  De Gaulle had to oppose the American plan whereby France would be considered as an occupied enemy country.

14) 4 July 1944  Invited by Franklin-Roosevelt, the US president, de Gaulle spoke in English to the American people during the celebrations of Independence Day.

15) 25 August 1944  The provisional government of the Republic attempted to help Paris.  The 2nd armoured division, commanded by General Leclerc entered the capital.  In the evening, de Gaulle spoke to the members of the liberation committee from the town hall.

16) 8 May 1945  Germany surrendered.  The Nazi regime was overthrown.  With deserved pride, de Gaulle declared France’s victory.

CD 2
1) 16 June 1946  The first project for the constitution of the 4th Republic had been rejected by referendum.  De Gaulle decided to intervene and presented his ideas for constitutional structure in Bayeux.

2) 29 September 1946  In Epinal, de Gaulle maintained his conception for a new structure of the state, which would be closer to the people and respect the separation of legislative and executive powers.

3) 7 April 1947  The constitution of the 4th Republic had been approved in October 1946.  From Strasbourg, de Gaulle announced his decision to create the RPF in order to obtain a constitutional reform.

4) 14 December 1948  De Gaulle had summoned the delegates of the RPF (Rally for the French People) to the Vélodrome d’hiver in Paris where he branded international communism and repeated his aim for social reform.

5) 1 May 1949  During the celebrations for Labour Day, de Gaulle spoke of the important role of employees regarding company results.

6) 11 February 1950  The Cold War between East and West became worrying with the Soviet intervention in Korea.  There was a possibility that a European army would be formed, removing France’s autonomy regarding defence.  From the Vélodrome d’hiver de Gaulle boosted the nation’s self-confi­dence and again called the people to rally.

7) 21 October 1950  During an RPF meeting, de Gaulle insisted on the necessity for France to retain master of its defence policies.

8) 7 January 1951  Faced with Soviet expansion, de Gaulle expressed his desire for American support to defend the freedom of Europe while still respecting the sovereignty of the states.

9) 20 May 1952  During a private meeting for Rally members, de Gaulle again insisted on the social signification of the participation.

10) 12 November 1953  Armistice had been signed in Korea but the United States still wanted control over a European army.  The seven-year term of President Vincent Auriol was coming to a close.  The General organised a press conference to analyse the international situation and commented on the role of the RPF.

11) 2 August 1956  De Gaulle paid a visit to the military school of Saint-Cyr and addressed the students.  His message was of confidence and hope.

12) 19 May 1958  The events in Algeria were becoming more heated.  The Algerian loyalists and the French settler community protested against the successive governments’ incapacity in defining a political strategy.  De Gaulle held a press conference.

13) 4 June 1958  General de Gaulle went to Algeria and spoke to the Algerian people.

14) 26 August 1958  The General took a trip to Madagascar and other African countries to talk of the choice which lay before them :  they could either integrate in a French community or opt for independence.

15) 4 September 1958  De Gaulle presented the constitutional project adopted by the government and which would be the issue of referendum at the end of the month.

16) 23 October 1958  The National Assembly had been dissolved and a new constitution of the 5th Republic had been voted in by referendum.  The day before the elections for a new assembly, de Gaulle defined the politics of his government and appealed to the Algerian nationalists for a peace settlement.

CD III
1) 8 January 1959  General de Gaulle became President of the Republic.  He addressed his predecessor President Coty and those around him.

2) 15 July 1959  In the Palais du Luxembourg in Paris, General de Gaulle opened the first session of the Senate of the Community.

3) 2 September 1959  De Gaulle warmly welcomed General Eisenhower, US President in Paris.

4) 3 November 1959  The General insisted on France’s independence regarding defence.

5) 10 November 1959  The General invited journalists to the Palais de l’Elysée to speak of current events.  He spoke of the eventual cease-fire in Algeria.

6) 12 December 1959  Saint-Louis, Senegal

7) 25 January 1960  The riot

8) 29 January 1960  A demonstration in Algiers degenerated into an uprising.  De Gaulle addressed the nation notably the French settler community, demanding an end to the crisis.

9) 23 March 1960  Mr. Khrouchtchev, the USSR head of state was officially received by the French President.

10) 7 April 1960  General de Gaulle made an official visit to Great Britain and addressed the members of the British government, reunited in Westminster Hall, speaking of England’s role in the Second World War.

11) 31 May 1960  A summit meeting between the English, Americans, Russians and French began on 16 May but the reunion was ended after the destroying of an American spy aircraft over Russian territory.

12) 5 September 1960

13) 4 November 1960  The head of state again spoke of Algeria’s future.

14) 20 December 1960  The French were to vote by referendum on 8 January concerning Algeria’s independence.  The head of state spoke of the importance of this move.

15) 23 April 1961  A vast majority of French approved Algeria’s independence but there was more uprising in Algeria.

16) 5 September 1961  Sahara

17) 18 March 1962  From 12 to 18 February, negotiations took place between the French government and the provisional government of the Algerian Republic.  The General announced the agreement for cease-fire.

18) 26 March 1962  De Gaulle recommended the French to vote for Algeria’s independence in the referendum on 8 April.  90% of the French approved.

19) 31 January 1964  In January 1964 the French government recognised the People’s Republic of China.

20) 16 March 1964  On an official visit to Mexico, the French President addressed the Mexican people.

21) 23 July 1964  During a press conference, de Gaulle spoke of his ideas concerning nuclear politics.

22) 5 October 1964  From 20 September to 16 October 1964 General de Gaulle was in Latin America.  In Buenos Aires, in the Faculty of Law, he defined the role of education.

CD IV
1) 27 April 1965  The General defined the conditions of national independence in the modern world.

2) 30 November 1965  The head of state’s mandate was exhausted.  General de Gaulle decided to stand for a second mandate following the new method of direct universal suffrage.

3) 15 December 1965  The General did not have absolute majority.  He was interviewed by a journalist on how he conceived left and right wing politics.

4) 30 June 1966  The French President addressed the Russian people during an official trip to the Soviet Union.

5) 1 September 1966  In Cambodia, the General made an important allocution before a hundred thousand people.  He spoke of the American intervention in Indochina.

6) 4 November 1966  The President delivered a speech on the occasion on UNESCO’s twentieth anniversary in the Paris headquarters.

7) 31 December 1966

8) 24 July 1967 During an official visit ton Canada, de Gaulle addressed the people from Quebec, encouraging them to maintain their rights.

9) 10 August 1967 France had retired from NATO. The General explained the reasons.

10) 6 September 1967 General de Gaulle paid an official visit to Poland. This was the first trip made by an European head of state to a communist country.

11) 27 November 1967 During a press conference, the General spoke of the six-day war between Israel and its neighbourin,g Arab countries.

12) 4 May 1968 Despite the student uprising in Paris, de Gaulle visited Romania as planned. He addressed the Romanians from Bucharest.

13) 30 May 1968 Paris saw extensive demonstrating and striking movements. De Gaulle left Paris for twenty-four hours before assembling the Cabinet and decided to dissolve the national assembly. His allocution was followed by a demonstration in the Champs Elysées made by the silent majority.

14) 7 June 1968 Peace was restored. Just befor the legislative elections, the General spoke to a jounalist about his decisions and future problems.

15) 2 February 1969 The General announced that a referendum would be held in spring.

16) 11 March 1969 The referendum for regional reforms and expansion of the Senat was arranged for 27 April. De Gaulle spoke of the proposed project.

17) 10 April 1969 Interviewed by a journalist, the head of state insisted on the importance of the reform.

18) 25 April 1969 Two days before the referendum, de Gaulle addressed the French for a last time, announcing his resignation should the project be rejected.

On 27 April 1969, the project was rejected by 47.58 % of the votes. He immediately made an official statement declaring his resignation.

19) During a privat trip to Ireland, General de Gaulle addressed the country's Prime Minister.

Ecouter Anthologie des discours 1940 - 1969 Général de Gaulle (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01   Sifflets supposés de l'Olympic00'07
02   Michel Navratil fils 100'17
03   Michel Navratil fils 200'21
04   Der Untergang der Titanic 100'10
05   Der Untergang der Titanic 200'58
06   Berthe Leroy Bourlard 100'14
07   Berthe Leroy Bourlard 201'35
08   Edwina Troutt-Mac Kenzie 100'08
09   Edwina Troutt-Mac Kenzie 200'24
10   La gouvernante de Mrs. Stone 100'15
11   La gouvernante de Mrs. Stone 201'05
12   Charles Lightoller 100'13
13   Charles Lightoller 200'22
14   La gouvernante de Mrs. Stone 300'12
15   La gouvernante de Mrs. Stone 401'14
16   Chanson Sinking of the Titanic00'38
17   Berthe Leroy Bourlard 300'13
18   Berthe Leroy Bourlard 400'33
19   Monsieur Philipona 100'16
20   Monsieur Philipona 200'39
21   Michel Navratil fils 300'19
22   Michel Navratil fils 400'50
23   Agnes Sandstrom 100'14
24   Agnes Sandstrom 200'31
25   Le C.Q.D 100'09
26   Le C.Q.D 200'06
27   Le S.O.S. 100'14
28   Le S.O.S. 200'09
29   Guglielmo Marconi 100'15
30   Guglielmo Marconi 200'33
31   Chanson Every Man to His Post00'58
32   La gouvernante de Mrs. Stone 500'13
33   La gouvernante de Mrs. Stone 602'08
34   Rose Icard 100'09
35   Rose Icard 200'41
36   Chanson Plus près de toi mon Dieu 100'54
37   Michel Navratil fils 500'19
38   Michel Navratil fils 600'37
39   Edwina Troutt-Mac Kenzie 300'12
40   Edwina Troutt-Mac Kenzie 400'20
41   Berthe Leroy Bourlard 500'12
42   Berthe Leroy Bourlard 601'51
43   Chanson Plus près de toi mon Dieu 201'46
44   Arthur Hay 100'15
45   Arthur Hay 200'37
46   La gouvernante de Mrs. Stone 700'12
47   La gouvernante de Mrs. Stone 800'35
48   Chanson Wreck of the Titanic01'20
49   La gouvernante de Mrs. Stone 900'08
50   La gouvernante de Mrs. Stone 1000'56
51   Berthe Leroy Bourlard 700'15
52   Berthe Leroy Bourlard 801'11
53   Joseph Rosenblatt 100'19
54   Joseph Rosenblatt 201'05
55   Extrait d'une émission de radio 100'21
56   Extrait d'une émission de radio 201'06
57   Michel Navratil fils 700'12
58   Michel Navratil fils 801'20
59   Elizabeth Navratil 100'26
60   Elizabeth Navratil 201'46
61   Paul Henri Nargeolet 100'14
62   Paul Henri Nargeolet 200'33
63   Paul Henri Nargeolet 300'14
64   Paul Henri Nargeolet 402'33
65   Chanson Be British00'50
66   Paul Henri Nargeolet 500'30
67   Paul Henri Nargeolet 602'24
68   Les sifflets du Titanic 100'10
69   Les sifflets du Titanic 200'21
CD 2
01   Sifflets supposés de l'Olympic00'17
02   Eva Hart 100'14
03   Eva Hart 201'08
04   Edith Rosenbaum Russel 100'13
05   Edith Rosenbaum Russel 201'35
06   Edwina Troutt-Mac Kenzie 500'26
07   Edwina Troutt-Mac Kenzie 600'24
08   Mrs. Frederick Kenyon 100'13
09   Mrs. Frederick Kenyon 201'26
10   Mrs. Frederick Kenyon 300'27
11   Mrs. Frederick Kenyon 400'59
12   Charles Lightoller 300'07
13   Charles Lightoller 400'50
14   Edith Rosenbaum Russel 300'14
15   Edith Rosenbaum Russel 401'03
16   Edwina Troutt-Mac Kenzie 700'14
17   Edwina Troutt-Mac Kenzie 800'27
18   Der Untergang der Titanic 300'14
19   Der Untergang der Titanic 401'22
20   Harry Todd 100'09
21   Harry Todd 200'35
22   Margaret O Neil 100'10
23   Margaret O Neil 201'29
24   Joseph Boxhall 100'19
25   Joseph Boxhall 201'57
26   Edwina Troutt-Mac Kenzie 900'09
27   Edwina Troutt-Mac Kenzie 1000'35
28   Frederick Dent Ray 100'10
29   Frederick Dent Ray 201'24
30   Franck J. Goldsmith Jr. 100'08
31   Franck J. Goldsmith Jr. 200'32
32   The C.Q.D. 100'10
33   The C.Q.D. 200'06
34   The S.O.S. 100'09
35   The S.O.S. 200'04
36   Guglielmo Marconi 300'15
37   Guglielmo Marconi 400'33
38   Song Stand to Our Post01'13
39   Joseph Boxhall 300'11
40   Joseph Boxhall 401'13
41   Song Be British02'06
42   Washington Dodge Junior 100'10
43   Washington Dodge Junior 200'55
44   Eva Hart 300'11
45   Eva Hart 400'49
46   Russian Version of Nearer My God to Thee01'05
47   John Butler 100'16
48   John Butler 200'41
49   Song Sinking of the Titanic02'06
50   Edwina Troutt Mac Kenzie 1100'10
51   Edwina Troutt Mac Kenzie 1200'30
52   Agnes Sandstrom 300'21
53   Agnes Sandstrom 400'35
54   Danish Version of Nearer My God to Thee02'09
55   Margaret O Neil 300'14
56   Margaret O Neil 400'27
57   Song Autumn 100'12
58   Song Autumn 202'02
59   Mrs. Frederick Kenyon 500'12
60   Mrs. Frederick Kenyon 600'38
61   Agnes Sandstrom 500'10
62   Agnes Sandstrom 600'52
63   Joseph Rosenblatt 300'20
64   Joseph Rosenblatt 401'05
65   Captain Lord 100'20
66   Captain Lord 200'17
67   Elisabeth Navratil 300'28
68   Elisabeth Navratil 402'49
69   Paul-Henri Nargeolet 700'33
70   Paul-Henri Nargeolet 801'56
71   Les sifflets du Titanic 100'47
72   Les sifflets du Titanic 200'21
"Un travail remarquable" par Historia

Le mercredi 10 Avril 1912, le Titanic quitte le port de Southampton (Angleterre) pour son voyage inaugural. Cap sur les Etats-Unis. Le plus grand et le plus moderne paquebot du monde transporte à son bord 2200 personnes (passagers et équipage), de toutes conditions sociales. Chaudières rutilantes, uniformes, flambant neuf, ponts briqués, le Titanic navigue crânement. L’euphorie règne dans les salons de première classe : « pendant quatre jours, ce ne furent que fêtes, dîners d’apparat d’un luxe vraiment royal. Toilettes des plus somptueuses, un étalage des plus éblouissants de bijoux et de rivières de diamants dignes d’un faste oriental », témoigne une gouvernante. La traversée tourne au cauchemar le dimanche suivant à 23h40. La coque du palace flottant est déchirée par un iceberg. L’eau s’engouffre dans les cales tandis que les orchestres continuent à jouer. « Ce n’est rien, retournez dans votre cabine », dit-on à quelques passagers inquiets. Jusqu’à ce que l’équipage reçoive l’ordre d’abandonner le bateau. Compilant des enregistrements originaux des survivants de la tragédie (en français et en anglais), l’institut des archives sonores a fait un travail remarquable. » V.B. - HISTORIA




« Plus d’une heure et demi de témoignages sonores captivants » par Ecouter Voir

Depuis la découverte en 1985 de l’épave du Titanic, l’histoire de cette catastrophe qui a marqué les premières années du siècle est revenue sur le devant de la scène, pour ne plus le quitter. A cet égard, le film de James Cameron a sans doute marqué l’apogée de cette vague médiatique, mais ce n’est certainement pas fini. Les quelques milliers de doux fondus qui se passionnent, bien au-delà du raisonnable, pour cette histoire (j’en suis) seront prêts, je n’en doute pas un instant, à accueillir avec des transports d’enthousiasme un recueil de témoignages des survivants, eussent-ils pour la plupart déjà été diffusés (à la radio par exemple), ce qui est le cas en cette occurrence. Il y a en effet toujours quelque chose à apprendre d’un nouveau récit du drame, s’il est honnête et bien mené. La réalisation proposée par Frémeaux et Associés ne faillit pas à son ambition, en proposant plus d’une heure et demi de témoignages sonores captivants, assemblés sur deux compacts, le premier en français, le second en anglais, chacun proposant une narration différente reliant les documents d’archives. Il faut pourtant émettre quelques réserves (une fois n’est pas coutume, les lecteurs d’Ecouter Voir connaissant bien le soin apporté par l’éditeur à ses productions) ; elles concernent le livret. Contrairement à ce que prétend le texte de présentation du coffret, la partie en anglais est strictement réservée aux anglophones; or, le livret ne donne nullement la traduction du texte de liaison et des témoignages, alors qu’il eût été bien préférable d’en donner la transcription intégrale. Par ailleurs, on doit faire plusieurs explorations attentives de l’ensemble du matériel d’accompagnement pour savoir qui est l’auteur du texte lu, qui sont les concepteurs de l’ensemble, etc… Une note d’explication sur l’origine des sources (la collection Sourillan en particulier) aurait  été bienvenue. Enfin, on cherche en vain ce que peut bien être cet Institut des archives sonores dont on nous dit ni depuis quand il existe, ni où il est installé, ni quel est son statut. Bref, tout cela n’est pas clair : on se croirait dans l’épave d’un navire après naufrage. François JOANNY - ECOUTER VOIR




"Titanic : Témoignages des survivants - Survivors in their own voice" par Notes Bibliographiques

Ces enregistrements de survivants du Titanic composent deux CD : le premier est destiné aux auditeurs de langue française (ce qui ne l’empêche pas de comporter des passages en anglais, italien ou allemand), le second à ceux de langue anglaise. Quel que soit le CD écouté, il faut suivre le texte à l’aide du précieux livret : il donne, dans les deux langues, toutes les explications et présente les personnages interviewés. Chants (le célèbre « Plus près de Toi ») et sons (sirènes du Titanic, SOS…) en accentuent la note émouvante. Un lecteur fait le lien entre tous ces personnages, retrace le fil des évènements (comme le fait le livret dans son avant-propos). Les deux CD s’écoutent comme un document historique et non comme la tragique histoire romanesque contée par le film. NOTES BIBLIOGRAPHIQUES (BIBLIOTHEQUE POUR TOUS)




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...