JELLY ROLL MORTON - QUINTESSENCE

RICHMOND - CHICAGO - NEW YORK 1923 - 1940

Plus de détails

Livret : 16 PAGES - ENGLISH NOTES
Nombre de CDs : 2


29,99 € TTC

FA203

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


... En matière de jazz, on ne connaît guère sorcellerie plus efficace...
Alain Gerber

Les coffrets « The Quintessence » jazz et blues, reconnus pour leur qualité dans le monde entier, font l’objet des meilleurs transferts analogiques à partir des disques sources, et d’une restauration numérique utilisant les technologies les plus sophistiquées sans jamais recourir à une modification du son d’origine qui nuirait à l’exhaustivité des informations sonores, à la dynamique et la cohérence de l’acoustique, et à l’authenticité de l’enregistrement original. Chaque ouvrage sonore de la marque « Frémeaux & Associés » est accompagné d’un livret explicatif en langue française et d’un certificat de garantie.
Edition sous la direction d'Alain Gerber et Patrick Frémeaux, Notice discographique par Alain Tercinet, Discographie par Daniel Nevers, Editorialisation par Claude Colombini. 


Les "incontournables" de l'Histoire du jazz, une présentation sobre, de bon goût, des livrets opulents (personnels, dates et lieux d'enregistrement, noms et références des labels d'origine, etc..), une " direction artistique" assurée par l'un des meilleurs écrivains du jazz, Alain Gerber (magnifique liner notes).
Frédéric Goaty - Jazz Magazine

Droits audio : Groupe Frémeaux Colombini SAS

JELLY ROLL MORTON fa203

JELLY ROLL MORTON 
THE QUINTESSENCE

1923 - 1940







CD 1
a  THE PEARLS (F. Morton) - Version orchestrale            3’24
b  KING PORTER STOMP (F. Morton)     2’49
c   BLACK BOTTOM STOMP (F. Morton)           3’09  
d   SMOKE-HOUSE BLUES (C. Luke)    3’23
e  THE CHANT (M. Stitzel)    3’05
f   SIDEWALK BLUES (F. Morton)    3’26
g DEAD MAN BLUES  (F. Morton, A. Gonzales)   3’19
h  STEAMBOAT STOMP (B. Senter)    3’04
i   SOMEDAY SWEETHEART (J. et B. Spikes)    3’27
j   GRANDPA’S SPELLS  (F. Morton)         2’53
k  ORIGINAL JELLY ROLL BLUES (F. Morton)    3’03
l   DOCTOR JAZZ  (J. Oliver)       3’20
m  cannon ball blues  (F. Morton, C. Rider,     M. Bloom)          3’30
n  HYENA STOMP (F. Morton)         3’05
o  BILLY GOAT STOMP (F. Morton)        3’24
p WILD MAN BLUES (F. Morton)          2’58
q  JUNGLE BLUES (F. Morton)      3’24
r KANSAS CITY STOMPS (ou Kansas City Stomp)(F. Morton)      2’49

CD 2
a  THE NAKED DANCE (F. Morton)    2’51
b  WOLVERINE BLUES  (F. Morton, J. et B. Spikes)      3’13
c  MR. JELLY LORD (F. Morton)          2’48
d  SMILIN’ THE BLUES AWAY (H. Smith)       2’55
e  TURTLE TWIST (F. Morton)        3’07
f  SHREVEPORT (ou Shreveport Stomp) (F. Morton)     3’11
g  MOURNFUL SERENADE (J. Oliver)        3’24
h  LITTLE LAWRENCE (F. Morton)     2’53
i   PONCHARTRAIN (F. Morton)    2’53
j   I THOUGHT I HEARD BUDDY BOLDEN SAY (Trad., arrangé par Morton)         3’09
k  WININ’ BOY BLUES (Trad., arrangé par Morton)    3’05
l  DON’T YOU LEAVE ME HERE (F. Morton)         2’51
m  SWEET SUBSTITUTE (F. Morton)  2’51
n  MAMIE’S BLUES (M. Desdume)         2’47
o  BIG LIP BLUES (F. Morton)          3’10
p  MICHIGAN WATER BLUES (Trad., adapté parC. Williams)  3’03
q GET THE BUCKET (F. Morton)      2’52
r  THE PEARLS (F. Morton) 3’13

CD Jelly Roll Morton The Quintessence © Frémeaux & Associés  (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 THE PEARLS VERSION ORCHESTRALE - MORTON03'24
02 KING PORTER STOMP - MORTON02'49
03 BLACK BOTTOM STOMP - MORTON03'09
04 SMOKE HOUSE BLUES - MORTON03'23
05 THE CHANT - MORTON03'05
06 SIDEWALK BLUES - MORTON03'26
07 DEAD MAN BLUES - MORTON03'19
08 STEAMBOAT SHOP - MORTON03'04
09 SOMEDAY SWEETHEART - MORTON03'27
10 GRANDPA S SPELLS - MORTON02'53
11 ORIGINAL JELLY ROLL BLUES - MORTON03'03
12 DOCTOR JAZZ - MORTON03'20
13 CANON BALL BLUES - MORTON03'30
14 HYENA STOMP - MORTON03'05
15 BILLY GOAT STOMP - MORTON03'24
16 WILD MAN BLUES - MORTON02'58
17 JUNGLE BLUES - MORTON03'24
18 KANSAS CITY STOMPS - MORTON02'49
CD 2
01 THE NAKED DANCE - MORTON02'51
02 WOLVERINE BLUES - MORTON00'00
03 MR JELLY LORD - MORTON02'48
04 SMILIN THE BLUES AWAY - MORTON02'55
05 TURTLE TWIST - MORTON03'07
06 SHREVEPORT - MORTON03'11
07 MOURNFUL SERENADE - MORTON03'24
08 LITTLE LAWRENCE - MORTON02'53
09 PONCHARTRAIN - MORTON02'53
10 I THOUGHT I HEARD BUDDY BOLDEN SAY - MORTON03'09
11 WINNIN BOY BLUES - MORTON03'05
12 DON T YOU LEAVE ME HERE - MORTON02'51
13 SWEET SUBSTITUTE - MORTON02'51
14 BIG LIP BLUES - MORTON03'10
15 MICHIGAN WATER BLUES - MORTON03'03
16 GET THE BUCKET - MORTON02'52
17 2 THE PEARLS SOLO DE PIANO - MORTON03'13
18 MAMIE S BLUES - MORTON02'47
"Jelly Roll Morton" par Le Guide du CD

****Le Guide du CD « Le dessus du panier de la production de ce musicien aussi génial que mégalomane » P.B. – LE GUIDE DU CD



****Le Guide du CD « Le dessus du panier de la production de ce musicien aussi génial que mégalomane » P.B. – LE GUIDE DU CD




« His essential oevre » par Jazz Journal International

Previous issues of this coffe-table style label have managed to get the quintessence of Jelly Roll Morton onto one CD, but here we have two (though not particularly well-filled ones). We seem to be moving towards my own position, which is that everything he recorde was quintessential. Ironically, however, the two tracks which, in extremis, could be left out of his essential oevre have been included here, as in other such selections. I refer, of course, to the two 1927 animal impersonations which, if nothing else, prove that Jelly had a sense of humour. How anyone could put those and leave out such a masterpiece as Deep Creek confounds my sense of logic ; but then I do not believe in this sort of thing anyway. Another thing that irritates me is the sort of CD which has no discernable proprietory label or identity. Frémeaux & Associés sounds more like a drug company, but I cannot find anything better on the packaging to put at the head of this review. It seems to relate to RCA Black & White by way of the now, apparently, sadly defunct Hot & Sweet organisation – now there was a label I could relate to. Sound quality is of the highest class, so if you want a slice of the quintessence of Jelly Roll Morton with the earliest track at the end and with a not very informative booklet, this may be for you.
Christopher HILLMAN – JAZZ JOURNAL INTERNATIONAL




« Génial » par Le Guide du CD

Le dessus du panier de la production de ce musicien aussi génial que mégalomane.
Pa. B. – LE GUIDE DU CD




« Inventions rythmiques et harmoniques » par Trad Mag

Ferdinand La Menthe est né à la Nouvelle Orléans (1885) « au milieu de la cannelle et des épices », au moment où toutes les Amériques connaissaient une permanente ébullition musicale, due notamment à l’émancipation (difficile) des Noirs. Les musiques noires américaines – nord et sud – ont des racines communes. De Cuba à la Nouvelle Orléans et au Rio de la Plata, on retrouve de surprenantes parentés rythmiques, comme les rythmes de claves, l’accentuation en dehors du temps, le deuxième temps syncopé, etc…Jelly Roll lui-même disait que pour faire du bon jazz il fallait y mettre une touche espagnole (entendez cubaine !). C’est dire tout l’intérêt de ces musiques noires américaines qui seraient largement tombées dans l’oubli dans l’irremplaçable travail d’Alan Lomax autour de Jelly Roll à la fin de sa vie. L’adhésion est totale à l’écoute de sa musique « trad » éternellement jeune, pleine d’inventions rythmiques et harmoniques. Le livret d’Alain Gerber à la fois anecdotique et savant nous fait aimer l’homme, le champion de billard et même le diamant qu’il portait incrusté dans une incisive ! Un remarquable 2xCD qui reprend l’essentiel de l’œuvre de Jelly.
Michel PLISSON - TRAD MAG




« Joyeusement polyphonique » par Jazzman

Ce dandy voyou s’est autoproclamé « inventeur du jazz ». La mégalomanie de l’homme au diamant entre les dents n’est sans doute pas aussi infondée qu’on a pu le prétendre. Spontanéité, humour, sens inné des couleurs, tout l’esprit pionnier du jazz chante dans sa musique joyeusement polyphonique. Morton est un passeur essentiel qui a réussi le premier « métissage » musical.
JAZZMAN