SIDNEY BECHET - QUINTESSENCE

NEW-YORK - GLOVESVILLE - CHICAGO 1932 - 1943

Plus de détails

Nombre de CDs : 2


29,99 € TTC

FA206

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


Là où ça bat, sous la chemise, ce teigneux cachait une mine d'or.
Alain Gerber

Les coffrets « The Quintessence » jazz et blues, reconnus pour leur qualité dans le monde entier, font l’objet des meilleurs transferts analogiques à partir des disques sources, et d’une restauration numérique utilisant les technologies les plus sophistiquées sans jamais recourir à une modification du son d’origine qui nuirait à l’exhaustivité des informations sonores, à la dynamique et la cohérence de l’acoustique, et à l’authenticité de l’enregistrement original. Chaque ouvrage sonore de la marque « Frémeaux & Associés » est accompagné d’un livret explicatif en langue française et d’un certificat de garantie.
Edition sous la direction d'Alain Gerber et Patrick Frémeaux, Notice discographique par Alain Tercinet, Discographie par Daniel Nevers, Editorialisation par Claude Colombini. 


Les "incontournables" de l'Histoire du jazz, une présentation sobre, de bon goût, des livrets opulents (personnels, dates et lieux d'enregistrement, noms et références des labels d'origine, etc..), une " direction artistique" assurée par l'un des meilleurs écrivains du jazz, Alain Gerber (magnifique liner notes).
Frédéric Goaty - Jazz Magazine

Droits audio : Groupe Frémeaux Colombini SAS

EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 WHEN THE SUN SETS DOWN - BECHET03'10
02 BLACKSTICK - BECHET02'47
03 SWEETIE DEAR - BECHET02'50
04 LAY YOUR RACKET - BECHET03'13
05 SHAG - BECHET03'05
06 CHARACTERISTIC BLUES - BECHET03'00
07 JUNGLE DRUMS - BECHET02'27
08 CHANT IN THE NIGHT - BECHET02'23
09 REALLY THE BLUES - BECHET03'35
10 WEARY BLUES - BECHET03'00
11 SUMMERTIME - BECHET04'07
12 OH DIDN T HE RAMBLE - BECHET03'07
13 HIGH SOCIETY - BECHET02'46
14 ST LOUIS BLUES - BECHET02'27
15 INDIAN SUMMER - BECHET03'05
16 ONE O CLOCK JUMP - BECHET02'23
17 DEAR OLD SOUTHLAND - BECHET04'00
18 FOUR OR FIVE TIMES - BECHET03'58
CD 2
01 CHINA BOY - BECHET03'47
02 2 19 BLUES - BECHET02'47
03 DOWN IN HONKY TONK TOWN - BECHET03'00
04 SHAKE IT AND BREAK IT - BECHET02'54
05 NODODY KNOWS THE WAY I FEEL DIS MORNIN - BECHET03'29
06 MAKE ME A PALLET ON THE FLOOR TRADITIONAL - BECHET03'14
07 BLUES IN THIRDS - BECHET02'56
08 BLUES FOR YOU JOHNNY - BECHET02'48
09 THE SHEIK OF ARABY - BECHET02'08
10 I KNOW THAT YOU KNOW - BECHET02'30
11 GEORGIA CABIN - BECHET03'01
12 STRANGE FRUIT - BECHET02'28
13 ROSE ROOM - BECHET02'32
14 LADY BE GOOD - BECHET02'28
15 WHAT IS THIS THING CALLED LOVE - BECHET03'26
16 AFTER YOU VE GONE - BECHET04'47
17 WHEN IT S SLEEPY TIME DOWN SOUTH - BECHET02'58
18 BLUES IN THE AIR - BECHET02'41
"Sidney Bechet Quintessence" par la Discothèque Idéale Jazz Man

LA DISCOTHEQUE IDEALE (...) "Quelques-uns des chefs-d’œuvre de son temps et de son histoire." JAZZMAN

LA DISCOTHEQUE IDEALE Pourquoi : « Ce florilège fait entendre le Louisianais de retour aux Etats-Unis après une décennie sur le Vieux Continent. Il retrouve le chemin des studios d’enregistrement, à la tête de petites formations directement inspirées du style de la Nouvelle-Orléans et d’autres combos d’une facture plus « moderne » (comme les Big Four avec Muggsy Spanier ou en trio avec Earl Hines et Baby Dodds) avec lesquels il signe quelques-uns des chefs-d’œuvre de son temps et de son histoire. » JAZZMAN




"Quintessence Sidney Bechet" par Le Guide de CD

****Le Guide du CD « Le plus solaire des clarinettistes et sopranistes durant ses années les plus fécondes. La compilation est judicieuse. » P.B. – LE GUIDE DU CD



****Le Guide du CD « Le plus solaire des clarinettistes et sopranistes durant ses années les plus fécondes. La compilation est judicieuse. » P.B. – LE GUIDE DU CD




Diapason Historique

" (...) musicien solaire et majestueux, comme un chêne qui se serait mis à chanter. » Paul BENKIMOUN – DIAPASON (Distinction DIAPASON HISTORIQUE)

« Parce qu’il fut (trop ?) aimé durant les dernières années de sa vie, alors qu’il résidait en France, Bechet a fait l’objet d’une sorte d’amnésie ou d’une révision de l’histoire, pensant cerner le musicien dans le périmètre de Petite Fleur ou Dans les rues d’Antibes et abandonnant à l’affection des seuls traditionalistes ce musicien solaire et majestueux, comme un chêne qui se serait mis à chanter. La meilleure réhabilitation de Sidney Bechet a sans doute été la réédition (dans plusieurs éditions) de ses œuvres depuis les années 30 jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. » (…) Paul BENKIMOUN – DIAPASON (Distinction DIAPASON HISTORIQUE)





Sélection "La discothèque idéale" Télérama

« Si le "niouorlinsse" (orthographe de Boris Vian) est la musique la plus galvaudée du siècle, c’est aussi l’une des plus vivantes et chaleureuses, jouée par celui qui l’a le mieux incarnée. » TELERAMA (Sélection La discothèque idéale Télérama)



« Si le "niouorlinsse" (orthographe de Boris Vian) est la musique la plus galvaudée du siècle, c’est aussi l’une des plus vivantes et chaleureuses, jouée par celui qui l’a le mieux incarnée. Né avant le siècle à la Nouvelle-Orléans, Sidney Bechet a toujours joué aussi hot que dans les bouges créoles de sa cité tropicale. Son génie, proclamé dès 1919 par le grand chef d’orchestre Ansermet, était incandescent. Qu’on le préfère à la clarinette ou au soprano, bluesman déchirant ou agitateur déchaîné, on l’entendra ici dans tous ses états et au faîte de son inspiration, donnant toujours au mot improvisation sa dimension de mystère et de création démiurgique. » TELERAMA (Sélection La discothèque idéale Télérama)




« An introduction to the middle-period Bechet » by Jazz Journal

« (...) il signe quelques-uns des chefs-d’œuvre de son temps et de son histoire. » JAZZMAN (Sélection La discothèque idéale Jazzman)



It has to be admitted that, to anyone except the fanatical enthusiast, the bulk of Sidney Bechet’s Victor recordings can be rather daunting, so there may be a good case there for a selection, at least for those dipping a foot in the water. This selection is probably as good as any from that area, althoug many different tracks also have their own virtues. None of the earlier items give much cause for contention either, although to call a selection which covers only 1932 to 1941 quintessential is somewhat misleading and may have something to do with the fact that the proprietors of this new organisation seem to be in some way related to the old RCA Black & White series. Althoug the earlier Clarence Williams recordings may be inapropriate here, surely some of the things that Bechet did after 1941 are worthy of inclusion in an unbiased choice. This does probably make as good an introduction to the middle-period Bechet, when he has at his peak of inventiveness and in good company, as any. The sound, unfortunately, is over-bright and often edgy. Christopher HILLMAN-JAZZ JOURNAL




« An artist of genius » by Thirteenth Moon Magazine

Sidney Bechet made a strong impression on those around him, not only for his wonderful clarinet and soprano saxophone playing but also for his antagonistic, mean-spirited personality ; Born in New Orleans  sometime before the turn of the century, he was proclaimed « an artist of genius » as early as 1919 by conductor Ernest Ansermet. Bechet was on the move for much of his career, and the Creole musician made nearly as many enemies as he did records. He performed with contemporaries such as Louis Armstrong and Jelly Roll Morton as well as formed his own group, The New Orleans Feetwarmers. Sadly, he felt misunderstood and could only articulate himself through his music. Before his death in 1960, he wrote, « Me, I want to explain myself so bad. I want to have myself understood. And the music, it can do that. The music, it’s my whole story. » Sidney Bechet : The Quintessence (1932-43) is yet another very fine and comprehensive two-disc collection in Frémeaux & Associés’ The Quintessence series spotlightting the careers of major jazz artists. Like many great jazz musicians, Sidney Bechet was a virtuoso on his instrument(s) as well as a top-flight composer. A compositiion he co-wrote, entitled « When The Sun Sets Down South, » begins the first disc. From the bouncing piano to the superb horn section with « Pops » Bechet leading the way on soprano sax, you know you are in for a swinging good time. On « Blackstick », Bechet takes his turn on clarinet with the amply named Noble Sissle & His Swingsters. Although Bechet may have had a reputation for being a difficult man, there is an undenialble beauty and joyous quality to his music. Songs such as « Jungle Drums, » with its wild loud drums and strong raspy blend of soprano and baritone saxophones, and « Chant in the Night » are brimming over with infectious rhythm. He was also aqually adept with other misicians’ compositions, from the melodic slow blues of fellow clarinet player Milton « Mezz » Mezzrow’s « Really the Blues » to « Indian Summer », wich brings to mind a feeling of nostalgia on a lazy summer afternoon, and finally « Dear Old Southland ». This beautifull rendition of a classic jazz standard is a luminous ballad featuring a shimmering soprano saxophone solo that at the very conclusion becomes an upbeat foot stomper. The exhilarating « China Boy » begins the second half of the collection. Bechet’s mastery is further illustrated here with his complex rapid-fire delivery which is interrupted briefly with a soft bass solo and an ever-so-delicate guitar. Also of note are Billie Holiday’s timeless « Strange Fruit », wherein Bechet’s soprano saxophone deftly  susbstitutes fot the great singer’s melancholy voice, the self-penned and very soulful « Blues in the Air », a rare vocal turn  from Bechet on « Make Me a Pallet on the Floor », « Rose Room », and Cole Porter’s «  What is this Things Called Love ». Winding up the sets is « After You’ve Gone », a tune that starts as the slow lament of a broken-hearted lover and changes midway into a celebration of new-found freedom, and Louis Armstrong’s famous « When It’s Sleepy Time Down South », with conjures up images of Southern folks dozing of on the front porch on a hot day. Even though Sidney Bechet : The Quintessence covers the years 1932-1943, the bulk of the recordings were made during the period 1938-1941. Nevertheless, these compact discs exemplify his musical gifts and lasting impact on the jazz world. Duncan REID-THIRTEENTH MOON MAGAZINE




« The Quintessence, 1932-1943 » par Répertoire

Une sélection arbitraire mais inattaquable. Vraiment un « best of Bechet ».
RÉPERTOIRE




« Je joue comme je vis » par L’Express – La discothèque Idéale

Sidney Bechet appartient au petit cercle des géants : ceux qui ont porté le jazz à son degré d’incandescence maximum. « Je joue comme je vis . » C’est-à-dire avec excès et passion.
Tout Bechet est dans le jaillissement naturel de la phrase, voluptueusement ondulante qui se dévide selon une logique toujours exubérante. Tout Bechet est dans sa sonorité de saxophone soprano, incisive, autoritaire, pulpeuse, qui aime à se gonfler d’un vibrato enfiévré ou s’exaspérer d’un growl âpre et vital. Ce florilège fait entendre le Louisianais de retour au pays après une décennie sur le Vieux Continent. Il retrouve le chemin des studios à la tête de petites formations directement inspirées du style de La Nouvelle-Orleans et d’autres combos d’une facture plus « moderne » avec le pianiste Earl Hines ou le trompettiste Muggsy Spanier.
Par P.A.-L’EXPRESS – LA DISCOTHEQUE IDEALE




« Parmi les indispensables de toute discothèque jazz idéale» par L’Alsace

« Éminent spécialiste du jazz, Alain Gerber (natif de Belfort) dirige pour le label Frémeaux &Associés, la superbe collection The Quintessence, qui réunit la plupart des grands noms du jazz et du blues. Ces rééditions traversent le couloir du transfert analogique et subissent l’opération de restauration numérique avec un soin maniaque. Le double CD consacré à Sidney Bechet est d’ailleurs un modèle du genre, souvent cité parmi les indispensables de toute discothèque jazz idéale qui se respecte. L’objet regroupe des enregistrements effectués entre 1932 et 1943 à New York, Glovesville et Chicago. 36 morceaux en tout où explose tout le talent de Bechet. Son swing pétille d’une fraîcheur qui transcende l’inévitable patine sonore. Rendez vous compte : la plupart de ces choses ont entre 70 et 80 ans d’âge. Mais comment ne pas taper du pied et hocher la tête d’un irrésistible plaisir ? Les bonnes vibrations ne meurent jamais. »

Par Thierry BOILLOT – L’ALSACE





Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...