FATS WALLER - QUINTESSENCE

NEW YORK - CAMDEN - LOS ANGELES 1929 - 1943

Plus de détails

Livret : 24 PAGES - ENGLISH NOTES
Nombre de CDs : 2


29,99 € TTC

FA207

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


2
-15%

... Son rire comme un seau d'eau sur les traces de ses illusions perdues.
Alain Gerber

Les coffrets « The Quintessence » jazz et blues, reconnus pour leur qualité dans le monde entier, font l’objet des meilleurs transferts analogiques à partir des disques sources, et d’une restauration numérique utilisant les technologies les plus sophistiquées sans jamais recourir à une modification du son d’origine qui nuirait à l’exhaustivité des informations sonores, à la dynamique et la cohérence de l’acoustique, et à l’authenticité de l’enregistrement original. Chaque ouvrage sonore de la marque « Frémeaux & Associés » est accompagné d’un livret explicatif en langue française et d’un certificat de garantie.
Edition sous la direction d'Alain Gerber et Patrick Frémeaux, Notice discographique par Alain Tercinet, Discographie par Daniel Nevers, Editorialisation par Claude Colombini. 


Les "incontournables" de l'Histoire du jazz, une présentation sobre, de bon goût, des livrets opulents (personnels, dates et lieux d'enregistrement, noms et références des labels d'origine, etc..), une " direction artistique" assurée par l'un des meilleurs écrivains du jazz, Alain Gerber (magnifique liner notes).
Frédéric Goaty - Jazz Magazine


Droits audio : Groupe Frémeaux Colombini SAS

EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 HANDFUL OF KEYS - WALLER02'44
02 A PORTER S LOVE SONG TO A CHAMBERMAID - WALLER03'17
03 HOW CAN YOU FACE ME - WALLER02'47
04 NUMB FUMBLING - WALLER02'50
05 YOU RE NOT THE ONLY OYSTER IN THE STEW - WALLER03'13
06 HONEYSUCKLE ROSE - WALLER02'38
07 AIN T MISBEHAVIN - WALLER02'57
08 I M A HUNDRED PER CENT FOR YOU - WALLER03'02
09 BABY BROWN - WALLER02'34
10 SWEET SAVANNAH SUE - WALLER02'57
11 SWEET AND SLOW - WALLER03'32
12 I M GONNA SIT RIGHT DOWN AND WRITE MYSELF A LETTER - WALLER03'29
13 I VE GOT A FEELING AM FALLLING - WALLER02'46
14 CHRISTOPHER COLUMBUS - WALLER03'02
15 IT S A SIN TO TELL A LIE - WALLER02'53
16 VALENTINE STOMP - WALLER03'12
17 UNTIL THE REAL THINGS COME ALONG - WALLER03'23
18 SWINGIN THEM JUNGLE BELLS - WALLER02'57
CD 2
01 SMASHING THIRDS - WALLER03'05
02 YOU SHOWED ME THE WAY - WALLER02'56
03 BLUE TURNING GREY OVER YOU - WALLER04'19
04 AFRICAN RIPPLES - WALLER03'06
05 THE JOINT IS JUMPING - WALLER02'45
06 TWO SLEEPY PEOPLE - WALLER03'00
07 ALLIGATOR CRAWL - WALLER02'40
08 HOLD TIGHT - WALLER02'14
09 HONEY HUSH - WALLER03'13
10 VIPER S DRAG - WALLER02'54
11 SQUEEZE ME - WALLER03'07
12 YOUR FEET S TOO BIG - WALLER03'00
13 KEEPIN OUT OF MISCHIEF NOW - WALLER03'08
14 I CAN T GIVE YOU ANYTHING BUT LOVE - WALLER03'04
15 FATS WALLER ORIGINAL E FLAT BLUES - WALLER03'19
16 I AIN T GOT NOBODY - WALLER03'04
17 STAYIN AT HOME - WALLER03'30
18 MOPPIN AND BOPPIN - WALLER04'27
"Fats Waller" par Jazz Man

“Si le jazz était un éclat de rire, il aurait la voix de Fats Waller.“ TOP 100 JAZZ MAN

“Si le jazz était un éclat de rire, il aurait la voix de Fats Waller.“ TOP 100 JAZZ MAN




* * * * Jazzman

 « L’ensemble de ces pièces permet de juger les qualités de pianiste de Fats, de son talent hors pair de compositeur et de la classe avec laquelle il savait donner vie à force d’humour et de bonne humeur aux rengaines les plus insipides. » Alain TOMAS – JAZZMAN (distinction 4 étoiles JAZZMAN * * * *)



 « En rassemblant des titres gravés entre 1929 et 1943, la compilation intitulée « The Quintessence » couvre dans le temps la quasi-intégralité de la carrière de Fats Waller. On y trouve des pianos solos et des faces enregistrées par le pianiste à la tête du Rhythm, son groupe régulier depuis 1934. Volontairement, Alain Gerber a écarté de sa sélection les enregistrements de Fats à l’orgue, ses participations à des formations telles que l’orchestre de Fletcher Henderson, les McKinney’s Cotton Pickers et les Chocolate Dandies, ainsi que les faces où il n’est qu’accompagnateur de chanteuses de blues. L’ensemble de ces pièces permet de juger les qualités de pianiste de Fats, de son talent hors pair de compositeur et de la classe avec laquelle il savait donner vie à force d’humour et de bonne humeur aux rengaines les plus insipides. On peut aussi pleinement apprécier la cohérence du Rhythm et les prestations de musiciens de la classe d’Al Casey, Gene Sedric, Bill Coleman et Herman Autrey. » (…) Alain TOMAS – JAZZMAN (distinction 4 étoiles JAZZMAN * * * *)





Diapason Historique

"L’un des mérites de cette judicieuse édition, outre de rassembler en bouquet les roses mais aussi les fleurs des champs semées par Fats, est de restituer une image fidèle du bonhomme Waller : un formidable musicien que ses pairs admiraient et aux yeux de qui il n’avait rien d’un bouffon." Paul BENKIMOUN – DIAPASON (Disctinction : DIAPASON HISTORIQUE)

« Après Louis Armstrong, Count Basie, Sidney Bechet, Duke Ellington, Jelly Roll Morton et Django Reinhardt, c’est au tour de Thomas "Fats Waller" de faire son entrée dans la collection dirigée par Alain Gerber. Qui s’en plaindrait ? Le problème pour Fats Waller n’est pas de ne pas être aimé, mais d’être victime d’un malentendu : sous le prétexte que sa musique rayonne d’une indolente joie de vivre, qui se soucie de l’humeur véritable du pianiste, chanteur et compositeur entre les moments où il amuse la galerie. Bien sûr, évoquer le clown triste est un cliché et Waller bénéficia d’une popularité à laquelle il se conforma. Mais, il n’en poursuivit pas moins avec ténacité l’expérience de savoir si son image de joyeux drille à l’appétit vorace était soluble dans l’alcool. Au point qu’il mourut avant d’atteindre quarante ans, lui qui avait l’apparence d’un vieux briscard. Là où Charlie Parker (décédé avant son trente cinquième anniversaire) laisse le sillage sulfureux d’un mythe romantique, Waller ne ferait entendre qu’éclats de rires ponctués de bruits de bouteilles que l’on débouche et de cuisses de poulet que l’on engloutit… L’un des mérites de cette judicieuse édition, outre de rassembler en bouquet les roses mais aussi les fleurs des champs semées par Fats, est de restituer une image fidèle du bonhomme Waller : un formidable musicien que ses pairs admiraient et aux yeux de qui il n’avait rien d’un bouffon. » Paul BENKIMOUN – DIAPASON (Disctinction : DIAPASON HISTORIQUE)





"Irrésistible de bonne humeur et de folie douce" par Centre Presse

« (…) En écoutant ces deux disques irrésistibles de bonne humeur et de folie douce, dans lesquels l’insouciance du swing sert de vision du monde, il faut lire le texte bouleversant d’Alain Gerber dans le livret : le « bon gros » du jazz ne rêvait que de minceur classique ! Le rond Waller enviait la silhouette squelette d’Horowitz et pensait avoir raté sa vie (…) » CENTRE PRESSE – LE COURRIER DE L’OUEST – PRESSE OCEAN – LE MAINE LIBRE – LA LIBERTE DU MORBIHAN – L’ECLAIR





«Handful Of Keys–Fats Waller» par Muziq (Sélection : L’Afro-amérique en 100 morceaux)

Fats Waller, on le connaît surtout pour sa bouille « cartoonesque » et sa mémorable apparition dans le Stormy Weather d’Andrew Stone (1943, l’année de sa mort). Mais n’oublions pas que ce natif de New York a aussi été l’un des grands maîtres du piano jazz. Ses morceaux sont influencés par le style stride des dévoreurs de claviers de Harlem, mais sa verve  mélodique et son swing contagieux  sont uniques. Fasciné par l’improvisation, Fats Waller a enregistré des œuvres en piano solo qui ont marqué l’histoire de l’instrument. Handful Of Keys est de celle-ci, qui concerne en à peine trois minutes tout son art. Saisissant. MUZIQ (SELECTION : L’AFRO-AMERIQUE EN 100 MORCEAUX)




« Quelle tendresse ! » par Jazz Magazine

Est-il pianiste ou est-il chanteur ? Il est aussi grand dans les deux disciplines et également  intimement blessé quant à la place qu’il occupa dans l’une et l’autre, les exerçant comme il convenait à un artiste noir de son époque à peine sortie de l’ère des minstrels. Pianiste ou chanteur, il fallait amuser et il prenait un plaisir non dissimulé. Il fut ainsi le premier grand chanteur-amuseur jazz sur disque, ancêtre des ces fantaisistes que furent Cab Calloway et Slim Gaillard. Et il faut avoir vu sur YouTube le soundie du fameux The Joint Is Jumpin’ qui amène la nécessité de divertissement jusqu’à un génial délire. Mais écoutez le chanter les fameux Honeysuckle, Sweet and Slow et Two Sleepy People… Derrière la pudeur obligée en forme de pied de nez, quelle tendresse !
Par F.B.- JAZZ MAGAZINE