LOUIS ARMSTRONG - THE VOCALIST

QUINTESSENCE HORS SERIE

Plus de détails

Livret : 40 PAGES - ENGLISH NOTES
Nombre de CDs : 2


29,99 € TTC

FA230

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


2
-15%

"Cette voix qui unit le ciel et l'enfer".
Philippe Soupault

"I'm always ready to listen to Louis Armstrong, whether he's playing, singin, or talking"
Count Basie

Les coffrets « The Quintessence » jazz et blues, reconnus pour leur qualité dans le monde entier, font l’objet des meilleurs transferts analogiques à partir des disques sources, et d’une restauration numérique utilisant les technologies les plus sophistiquées sans jamais recourir à une modification du son d’origine qui nuirait à l’exhaustivité des informations sonores, à la dynamique et la cohérence de l’acoustique, et à l’authenticité de l’enregistrement original. Chaque ouvrage sonore de la marque « Frémeaux & Associés » est accompagné d’un livret explicatif en langue française et d’un certificat de garantie.
Edition sous la direction d'Alain Gerber et Patrick Frémeaux, Notice discographique par Alain Tercinet, Discographie par Daniel Nevers, Editorialisation par Claude Colombini. 


Les "incontournables" de l'Histoire du jazz, une présentation sobre, de bon goût, des livrets opulents (personnels, dates et lieux d'enregistrement, noms et références des labels d'origine, etc..), une " direction artistique" assurée par l'un des meilleurs écrivains du jazz, Alain Gerber (magnifique liner notes). 
Frédéric Goaty - Jazz Magazine

Droits audio : Frémeaux & Associés

EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 EVERYBODY LOVES MY BABY EXTRAIT - ARMSTRONG02'59
02 HEEBIE JEEBIES - ARMSTRONG03'01
03 GEORGIA BO BO - ARMSTRONG03'00
04 THE LAST TIME - ARMSTRONG03'27
05 SQUEEZE ME - ARMSTRONG03'21
06 WHAT DID I DO TO BE SO BLACK AND BLUE - ARMSTRONG03'07
07 SONG OF THE ISLANDS - ARMSTRONG03'29
08 I M CONFESSIN THAT I LOVE YOU - ARMSTRONG03'21
09 MEMORIES OF YOU - ARMSTRONG03'10
10 YOU RE DRIVIN ME CRAZY - ARMSTRONG03'06
11 JUST A GIGOLO - ARMSTRONG03'18
12 I SURRENDER DEAR - ARMSTRONG03'03
13 I LL BE GLAD WHEN YOUR DEAD YOU RASCAL YOU - ARMSTRONG03'14
14 LAZY RIVER - ARMSTRONG03'03
15 GEORGIA ON MY MIND - ARMSTRONG03'19
16 THE LONESOME ROAD - ARMSTRONG03'32
17 HOME - ARMSTRONG03'03
18 THAT S MY HOME - ARMSTRONG03'11
CD 2
01 MEDLEY :YOU RASCAL YOU... - ARMSTRONG08'49
02 I VE GOT THE WORLD ON A STRING - ARMSTRONG03'11
03 LAUGHIN LOUIE - ARMSTRONG03'24
04 SWEET SUE JUST YOU - ARMSTRONG02'41
05 I M IN THE MOOD FOR LOVE - ARMSTRONG03'05
06 OL MAN MOSE - ARMSTRONG02'30
07 I M SHOOTING HIGH - ARMSTRONG02'54
08 WAS I TO BLAME FOR FALLING IN LOVE WITH YOU - ARMSTRONG03'06
09 SOLITUDE - ARMSTRONG02'58
10 I HOPE GABRIEL LIKES MY MUSIC - ARMSTRONG03'12
11 IT S WONDERFUL - ARMSTRONG02'33
12 FLAT FOOT FLOOGIE - ARMSTRONG02'56
13 SHADRACK - ARMSTRONG02'27
14 GOING TO SHOOT ALL OVER GOD S HEAVEN - ARMSTRONG02'47
15 ON THE SUNNY SIDE OF THE STREET - ARMSTRONG05'18
16 ROCKIN CHAIR - ARMSTRONG03'14
17 LAZY BONES - ARMSTRONG03'12
18 2 19 BLUES 685 - ARMSTRONG02'48
« Cette voix qui unit le ciel et l’enfer » par Jazz News

Alain Gerber, qui a publié une biographie fictionnée à sa façon – Louie (Fayard) – avait déjà signé le livret épatant de cette anthologie en deux disques. « Cette voix qui unit le ciel et l’enfer », comme l’écrivait Philippe Soupault, l’alter ego swing d’André Breton, est ici dans tous ses états  et justifie l’autre jolie citation en exergue : « En permanence, je suis partant pour écouter Armstrong, qu’il joue, qu’il chante ou qu’il parle. » Signé Count Basie.
Jazz News




« La voix fut son premier instrument » par JazzMagazine-JazzMan

« Nous avons tous tendance a regretté que Louis Armstrong ait délaissé de plus ne plus la trompette au profit du seul chant. C’est pourtant lui faire un procès bien mal instruit  que de le considérer plus comme un trompettiste que comme un chanteur. La voix fut son premier instrument, qu’il pratiqua enfant dans les rues, avec un groupe de copains que Bunk Johnson signala à Sydney Bechet. Chez King Olivier, puis chez Fletcher, il n’eut de cesse d’obtenir l’autorisation de chanter, qui lui fut constamment refusée par ses employeurs. Mais dès qu’il enregistre pour son compte, il fait entendre la première grande voix noire masculine à s’élever dans l’histoire du jazz, nourrie de spiritual et de blues, portée par ce même feu du swing et de l’improvisation qui porte sa trompette. »
Franck Bergerot – JazzMagazine-JazzMan




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...