CLAUDE BOLLING BIG BAND

DVD - THE VICTORY CONCERT - PARIS, PLACE DE LA CONCORDE, 25 AOUT 1994

Plus de détails

Livret : ANGLAIS / FRANCAIS
Nombre de CDs : 1


25,99 € TTC

FA4004

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


2
-15%

Claude Bolling avec son Big Band devant 300 000 personnes. Un film historique.
Jacques Pessis - Le Figaro

“Très bonne idée que d’avoir publié un film qui regroupe le meilleur de ce répertoire. On retrouve entre autres, excellemment revitalisés, Begin The Beguine, Moonlight Serenade, Sing Sing Sing, Sentimental Journey, Skyliner, Flyin’ Home et l’inévitable In The Mood”.
Frank Ténot 1994, Jazz Magazine

St. Louis blues march • Skyliner • In the mood • Stormy weather • I’m beginning to see the light • Begin the beguine • Sing sing sing • Marie • Everyday I have the blues • Route 66 • Them there eyes • What is this thing called love • All of me • Moonlight serenade • Flying home • La Marseillaise

Droits : Groupe frémeaux Colombini SAS en accord avec Claude Bolling."

DVD The Victory Concert

The Victory Concert
Claude Bolling Big Band
PARIS, PLACE DE LA CONCORDE, 25 AOÛT 1994









St. Louis blues march • Skyliner • In the mood • Stormy weather • I’m beginning to see the light • Begin the beguine • Sing sing sing • Marie • Everyday I have the blues • Route 66 • Them there eyes • What is this thing called love • All of me • Moonlight serenade • Flying home • La Marseillaise

Claude Bolling avec son Big Band devant 300 000 personnes. Un film historique.
Jacques PESSIS - Le Figaro

St. Louis Blues March 4’14
William C. Handy © 1914/Glenn Miller 1942 
C’est avec St. Louis Blues March que Glenn Miller faisait joyeusement défiler les soldats de l’armée américaine. Les improvisations de trompette, de saxophone ténor et alto sont dues à nos solistes.
St. Louis Blues March : Glenn Miller had the American troops march to this catchy tune. The trumpet, tenor and alto saxophone solos are our own improvisations.

Skyliner 3’40
C. Barnet/B. Moore Atlantic Music Corp. © 1944
A été aussi fameux sur les ondes de l’American Forces Network que l’était “In the Mood”. Est également conforme à l’original de Charlie Barnet, excepté les quelques mesures de piano solo.
Just as famous on the American Forces Network as “In the Mood” is also true to the original Charlie Barnet tune, with the exception of a few bars in the piano solo.

In The Mood 4’56
J. Garland/A. Razaf  / Peter Music Corp. © 1935/Glenn Miller 1938 
Lancé par quelques mesures de piano “boogie-woogie” le plus grand succès de Glenn Miller est pratiquement conforme, hormis le solo de trompette.
Starting by few bars of piano “boogie”, Glenn Miller’s greatest hit is practically untouched, except for the trumpet solo.

Stormy Weather
 5’10
T. Koeler/H. Arlen - Mills Music Inc. © 1933 
Version personnelle de la chanson créée par Lena Horne dans ce fameux film de jazz, interprétée par “la voix de l’orchestre” : Laïka.
Here is a personal version of the song created by Lena Horne for the famous jazz movie, performed by “the voice of the band” : Laïka.

I’m Beginning To See The Light 3’39
D. Ellington/D. George/H. James/J. Hodges / Alamo Music Inc. © 1944 
Etait joué partout et par tous en France au lendemain de la Libération : dans les cabarets, dancings, pianos bars et à la radio. Ce n’est que plus tard que j’ai découvert que c’était une des chansons de Duke Ellington grâce auxquelles il avait pu maintenir son orchestre pendant 45 ans. Chanté par Laïka dans un arrangement libre et un son de voix “différent”.
Was played by everyone, everywhere in France after the Liberation. Cabarets, ballrooms, piano bars and the radio echoed this tune. It is only later that I discovered that it was one of Duke Ellington’s songs that enabled him to keep his orchestra going for 45 years. Sung by Laïka in an original arrangement, and a “different” sound voice treatment.

Begin The Beguine
 3’03
Cole Porter - Warner Brothers Inc. © 1935/Artie Shaw 1938 
L’énorme succès de l’arrangement du clarinettiste Artie Shaw est repris intégralement, y compris les solos.
This great hit by clarinettist Artie Shaw’s arrangement is strictly played as written, solos included.

Sing Sing Sing
 8’07
Louis Prima - EMI Robbins Inc. © 1936/Benny Goodman 1937 
Sing Sing Sing est conforme à la version originale de Benny Goodman. Le beau solo d’Harry James est repris intégralement par notre premier trompette, tandis que celui de clarinette est entièrement improvisé par le saxophoniste baryton, aussi talentueux sur les deux instruments.
Sing Sing Sing is true to Benny Goodman’s original version. Harry James’ magnificent solo is taken up again by our lead trumpet, whereas the clarinette solo is entirely improvised by the baritone saxophone player, just as talented on both instruments.

Marie
 3’20
Irving Berlin - Irving Berlin Music Corp. © 1928/Tommy Dorsey 1937 
Cette très jolie mélodie doit toute sa valeur à la sonorité du trombone de Tommy Dorsey dont le digne émule est le “leader” de notre prestigieuse phalange (de trombones).
This sweet melody owes its beauty to the sound of Tommy Dorsey’s trombone, whose emulator here is the leader of our prestigious trombone ensemble.

Route 66
 3’49
Bobby Troup - Burkevan Heusen Inc. © 1946 
A révélé Nat King Cole dans sa période trio. Cette chanson basée sur les 12 mesures du “blues” est interprétée par le “bluesman de l’orchestre” Jeffery Smith, dans un arrangement original.
Was the revelation for Nat King Cole in his “trio period”. This song based on the twelve bars blues, is performed by the “bluesman of the band” Jeffery Smith, in an original arrangement.

Moonlight Serenade 4’43
Mitchell Paris/Glenn Miller - Robbins Music Corp. © 1939
Il n’y a rien de mieux à faire que de reprendre tel quel ce chef-d’œuvre du genre qu’est Moonlight Serenade. Une introduction de piano différencie notre version de celle de Glenn Miller.
As for Moonlight Serenade, one could only remaked “as is” such a masterpiece of its genre. A piano intro differentiates our version from that of Glenn Miller’s.

Flying Home 8’52
L. Hampton/B. Goodman - Regent Music Corp. © 1940 
C’est Flying Home qui a certainement le plus marqué la carrière de Lionel Hampton. Ce grand classique permet à l’orchestre un feu d’artifice de solos et d’ensembles dans un bouquet final.
It is Flying Home that no doubt the most influenced Lionel Hampton’s career. This great classic enables the whole orchestra to burst out in fireworks of solos and ensembles join for a final bouquet.

La Marseillaise 1’23
Rouget de l’Isle - Arrangement Claude Bolling © 1991 
A la veille d’un 14 juillet pendant une période où nous jouions au Jazz Club du Méridien Etoile de Paris, il m’était apparu indispensable de jouer notre Hymne National à la clientèle cosmopolite de l’hôtel, principalement américaine. D’où cette version swinguée qui se veut anticonformiste, mais respectueuse !
Once, on the eve of a 14th of July, while we were playing at the Méridien Etoile Jazz Club in Paris, it seemed appropriate to play our national anthem. A cosmopolitan crowd was assembled there, mostly Americans. That explains this swinging version that tries to be non conformist, yet respectful !

Claude Bolling avait célébré le cinquantenaire de la Libération de Paris en donnant, avec son Big Band, un concert place de la Concorde devant un public estimé à 300000 personnes. Dix-sept mélodies, dont “La Marseillaise” qui viennent de sortir en vidéo. Un film historique.  
Jacques PESSIS, Le Figaro

This is a film of the Victory Concert performed by Claude Bolling’s Big Band before more than 300,000 people at the Place de la Concorde in Paris on August 25, 1994, the 50th anniversary of the liberation of Paris. With a stage erected on scaffolding in the very centre of Paris and the band heavily miked up, the musicians all rise to the occasion handsomely on this terrific video; led by Bolling at the piano they give a rousing, swinging performance including a jazzy version of La Marseillaise, incredible though that may seem. This is certainly one of the greatest big band jazz videos I have seen and it will be appreciated by all swing band enthusiasts. The sound and picture are excellent and the soloists first class. Two vocalists, the Rushing-structured Jeffery Smith and “Laika”, a young lady previously unknown to me (no correspondence please) also give of their best in a highly entertaining manner with none of the twee cooing between them as one sees so often from other singers at festivals particularly. I have always admired this band and all in all this is a highly swinging affair and recommended. You should find this at your usual specialist jazz record shop. Just quote the catalogue number. It would make and ideal Christmas present. 
Eddie COOK, Video View

St. Louis blues march (W.C. Handy) 4’14 • Skyliner (Ch. Barnet/B. Moore) 3’26 • In the mood (Joe Garland/A. Razaf) 4’56 • Stormy weather (T. Koeler/H. Arlen) 5’10 • I’m beginning to see the light (Ellington/George/James/Hodges) 3’39 • Begin the beguine (Cole Porter) 3’03 • Sing sing sing (Louis Prima) 8’07 • Marie (Irving Berlin) 3’20 • Everyday I have the blues (P. Chatman/W. York) 4’46 • Route 66 (Bobby Troup) 3’49 • Them there eyes (Pinkard/Tracey/Tauber) 2’15 • What is this thing called love (Cole Porter) 1’13 • All of me (Marks/Simons) 3’54 • Moonlight serenade (M. Parish/G. Miller) 4’43 • Flying home (L. Hampton/B. Goodman) 8’52 • La Marseillaise (Rouget de l’Isle - Arr. Claude Bolling) 1’23.

DVD The Victory Concert - Claude Bolling Big Band - Paris, Place de la Concorde, 25 août 1994 © Frémeaux & Associés(frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)

------------------------------------------------------------------------------
VICTORY CONCERT (Bolling Story)

L’orchestre, paquetage aux pieds était fin prêt en Juin 1994 pour fêter le cinquantième anniversaire de la Libération. L’occasion était rêvée pour reprendre les musiques de Glenn Miller ainsi que le fameux Skyliner créé par l’orchestre de Charlie Barnet qui avait enchanté les ondes de la radio à la Libération. Il m’a paru évident de reprendre Nuages, cette belle mélodie créée par Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, et reprise pendant l’Occupation par le même Quintette du Hot Club de France, avec la clarinette d’Hubert Rostaing qui succédait à Stéphane exilé à Londres. L’ensemble des succès de l’époque de la Libération et de la Victoire a constitué le programme du Victory Concert que nous avons joué pour la première fois le 14 mars 1994 au Mémorial de Caean dont le directeur était Jacques Belin. Hasard du calendrier, il fut enregistré le 6 et 7 juin 1994 au Théâtre Dejazet qui nous fut aimablement prêté par Jean Bouquin jadis couturier ‘‘hippie’’.

En août, je réalise que nous approchons de la date anniversaire de la Libération de Paris et que notre programme du Victory Concert tombe à point. J’arrive chez le grand Manitou des évènements à la Mairie de Paris, Bernard Bled qui me reçoit par ces mots : ‘‘nous sommes deux imbéciles ; vous de ne pas vous être manifesté plus tôt, et moi, de ne pas avoir pensé à vous, mais il est encore temps.’’ Et c’est ainsi qu’ayant réussi à rassembler tout mon monde, le 25 août 1994, Place de la Concorde, une foule énorme envahissait la place dès les premiers sons de notre musique. Du haut de l’estrade, je l’avais évaluée à trois ou cinq mille personnes. Mon impression était loin de la réalité puisque le service de sécurité m’a affirmé en sortant de scène : ‘‘Vous avez joué pour 350.000 personnes !’’

Placés de chaque côté du podium, deux écrans géants installés par la société Euromédia de Jean-Pierre et Chantal Barry, transmettaient nos images sur la place de la Concorde. Si nous en avons aujourd’hui un document-vidéo, c’est grâce à Chantal qui, au dernier moment, a appuyé sur le bouton du magnétoscope et a enregistré le concert, ce qui n’était pas prévu. Cela a été une chance inespérée car la qualité de l’image et du son en ont fait une superbe vidéo de l’orchestre.

Extrait de "Bolling Story" de Jean-Pierre Daubresse et Claude Bolling édité par Jean-Paul Bertrand - Editions Alphée (avec l'autorisation de Claude Bolling)




"The Victory Concert Paris" Bolling par Le Figaro

Claude Bolling avait célébré le cinquantenaire de la Libération de Paris en donnant, avec son Big Band, un concert place de la Concorde devant un public estimé à 300 000 personnes. Dix-sept mélodies, dont "La Marseillaise" qui viennent de sortir en vidéo. Un film historique. Jacques PESSIS - LE FIGARO




"The Victory Concert Paris" Bolling par Jazz Magazine

“Très bonne idée que d’avoir publié un film qui regroupe le meilleur de ce répertoire. On retrouve entre autres, excellemment revitalisés, Begin The Beguine, Moonlight Serenade, Sing Sing Sing, Sentimental Journey, Skyliner, Flyin’ Home et l’inévitable In The Mood”. Frank TÉNOT 1994, JAZZ MAGAZINE




"The Victory Concert Paris" Bolling par Viceo View

This is a film of the Victory Concert performed by Claude Bolling’s Big Band before more than 300,000 people at the Place de la Concorde in Paris on August 25, 1994, the 50th anniversary of the liberation of Paris. I have always admired this band and all in all this is a highly swinging affair and recommended. You should find this at your usual specialist jazz record shop. Just quote the catalogue number. It would make and ideal Christmas present. Eddie COOK, VIDEO VIEW




"Comme à son habitude, l’orchestre de Bolling est impeccable" par Jazz Classique

« Vous connaissez peut-être déjà l’édition vidéo de ce film (très bien réalisé) du concert monumental que le big band de Claude Bolling donna le 25 août 1994 à Paris, sur la place de la Concorde, devant près de 300 000 spectateurs (oui, vous avez bien lu) ! ... » Guy CHAUVIER – JAZZ CLASSIQUE


« Vous connaissez peut-être déjà l’édition vidéo de ce film (très bien réalisé) du concert monumental que le big band de Claude Bolling donna le 25 août 1994 à Paris, sur la place de la Concorde, devant près de 300 000 spectateurs (oui, vous avez bien lu) ! Par rapport au CD du même nom, enregistré deux mois et demi plus tôt, le répertoire est légèrement différent mais toujours basé sur les airs à la mode au moment de la libération. Ce programme remporte toujours un grand succès auprès du public… Comme à son habitude, l’orchestre de Bolling est impeccable. Mon seul reproche, je l’adresserai à l’éditeur qui a négligé de mentionner l’identité des solistes (la composition de l’orchestre ne figure que dans le générique de fin). Comme il s’agit de musiciens de premier plan, nous comblerons cette lacune. St louis Blues March : Vincent Cordelette (dms), Claude Egéa (tp), Pierre Schirrer (ts), Philippe Portejoie (as). Skyliner : Philippe Portejoie (as). In The Mood : Jean-Paul Charlap (g), Pierre Schirrer / Richard Foy (ts), Michel Delakian (tp). Stormy Weather : Benny Vasseur (tb). Begin The Biguine : Claude Tissendier (cl), Pierre Schirrer (ts). Sing Sing Sing : Jean Eteve (cl), Christian Martinez (tp). Marie : André Paquinet (tb), Christian Martinez (tp). Moonlight Serenade : Jean Eteve (cl). Flying Home : Jean-Paul Charlap (g), Claude Tissendier (cl), Pierre Schirrer / Richard Foy (ts), Michel Delakian / M. Bonnet / Claude Egéa / Christian Martinez (tp). Les autres titres sont essentiellement des morceaux chantés par Laïka et Jeffery Smith. Vous n’aurez plus aucune raison de bouder cette réédition DVD. » Guy CHAUVIER – JAZZ CLASSIQUE




"Un grand bonheur!" par le Journal du Dimanche

Voici dix ans, le 25 août 1994, le big band de Claude Bolling donnait un gigantesque concert place de la Concorde devant trois cent mille personnes! Cet évènement historique a donné lieu à une vidéo qui existe maintenant en version DVD, distribuée par la firme Frémeaux et Associés : un vrai régal. Le somptueux grand orchestre national tourne à plein régime pendant plus d'une heure, encouragé par un public enthousiaste. Quelle puissance! Quelle souplesse! Quelle précision! Les dix-huit musiciens de la formation démarrent au quart de tour avec le Saint Louis Blues, le thème de Handy. Suivent ensuite une quinzaine de standards, fleurons du jazz américain de l'époque swing, interprétés avec brio et fidélité, tels que Stormy weather, Begin the begin, le tube de clarinettiste Artie Shaw, Monnlight serenade de Glen Miller et son immortel chef-d'oeuvre In the mood, lancé par quelques mesures de piano boogie du chef Bolling en super forme. D'un simple geste de la main, à l'image de Count Basie, il galvanise ses amis solistes. Quelle joie de savourer les chorus de ces talentueux artistes que nous avons applaudis à St Gilles en juin 2001! Les Benny Vasseur, André Paquinet, Pierre Schirrer et Claude Tissendier sont les artisans les plus inspirés de cette fête du jazz organisée pour le centenaire de la libération de Paris. Le concert s'achève par la Marseillaise dans une version swinguy que Claude Bolling a voulu "anticonformiste mais respectueuse". Un grand bonheur! LE JOURNAL DU DIMANCHE