A BANJO FROLIC - DOCUMENTARY FILM IN ENGLISH - NTSC

BY GERARD DE SMAELE & PATRICK FERRYN

Plus de détails

Nombre de CDs : 0


25,99 € TTC

FA4020

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Attention : Film anglophone non doublé et non sous-titré en Français pouvant être lu sur tous les téléviseurs et lecteurs DVD.

 

Frémeaux & Associés Télévisions met à la disposition du public anglophone la version originale du film de Gérard De Smaele et Patrick Ferryn “A Banjo Frolic”, réalisé avec le soutien de l’ambassade des États-Unis à Bruxelles, pour le propos d’une grande exposition sur le Banjo présentée par Gérard De Smaele en 2003.

L’intérêt de ce film documentaire sur l’ensemble de la musique populaire américaine vu par le prisme du Banjo (Bluegrass, Old-time music, “Folk Music”), avec la participation de tous ses acteurs étant supérieur à l’économie du documentaire sur DVD, nous avons décidé de faire paraî tre ce film extraordinaire, en distribution internationale (format NTSC), dans sa version anglaise originale non sous-titrée et non doublée en Français.
Benjamin Goldenstein

English only - no subtitle

From Atlanta (Georgia) to Washington, DC (home of the Library of Congress and the Smithsonian Institution), and throughout western North Carolina and Virginia, the Blue Ridge and the Smoky Mountains: A Banjo Frolic provides a testimony about the present vitality and meaning of traditional (old-time and bluegrass) music in the United States of the third millennium.
Patrick Frémeaux
  
We have seen the films “Bonnie and Clyde”, “Deliverance”, and more recently “Oh Brother! Where Art Thou”. These movies took Appalachian music and the five-string banjo to a broader international audience.
A Banjo Frolic addresses the same subject, providing testimony about the present vitality and meaning of traditional music in the United States. We drove from Atlanta GA to Washington DC (home of the Library of Congress and the Smithsonian Institution, two huge folk-music repositories), and throughout western North Carolina and Virginia, the Blue Ridge and the Smoky Mountains.
The Appalachian areas we visited are in the nest of old-time music (also bluegrass), which is distinct from the usual commercial trends of the country music. A Banjo Frolic raises several issues like conservation, transmission, and transformation of the Southern musical heritage. It surely could be used as a basis for reflecting on the meaning of our own European traditional music, its use and value within the present-
day world. The context presented is an America distant from the usual clichés.”
Gérard De Smaele & Patrick Ferryn

A Banjo Frolic
Script by Gérard de Smaele
Filmed by Patrick Ferryn
Editing: Patrick Ferryn assisted by Olivier Burlet & Nicolas de Seny
Mixing: Etienne Dontaine (Studio Dame Blanche, Brussels)
Technical Adviser: Damien Pesesse (DiXiT MEDIA)
The Pete Seeger sequences were filmed by Michel Baudour & Richard Verthé for Patrick Ferryn’s film: “I Was Born in Portland Town”. Used by permission.
“A Banjo Frolic” was filmed in the States of Georgia, North Carolina, Maryland and in Washington DC, in May 2003.
Produced by Caboose Productions (a subsidiary of Video Formation), Belgium

Music:
(*) means recorded live and used with the kind permission of the performers
A Banjo Frolic - (Joe Morley) performed by Mr William Ball, in Pompadour, Self Produced CD, ed. Turner, used with permission by Phil Spiers
I’ll never get drunk anymore (*) - (Trad.) performed by Gérard De Smaele
“Turkey in the Straw” - (Trad.) by Larry Richardson, Sonny Miller, and Johnny Jackson from the recording entitled Galax, Virginia Old Fiddler's Convention, Folkways 02435, provided courtesy of Smithsonian Folkways Recordings. © 1964. Used by Permission.
“Introduction remarks” by H.P. Van Hoy from the recording entitled 37th Annual Old Time Fiddler's Convention at Union Grove North Carolina, Folkways 02434 provided courtesy of Smithsonian Folkways Recordings. © 1962. Used by Permission.
Oh Mule (*) - (Trad.) performed by Doc Watson
Blue Skies (*) - (Irving Berlin © Emi Music Publishing) performed by  Pete Seeger – with permission by Emi Music Publishing
Lost Gander (*) - (Trad.) performed by Mike Seeger
Molly and Tenbrooks (*) - (Bill Monroe) performed and arranged by Mike Seeger – ©  Peer international Corp. (PIC). Avec l’autorisation de S.E.M.I.
Minstrel Banjo Tune (*) - (Trad.) performed by George Wunderlich
Pretty Polly (*) - (Trad.) performed by Mike Seeger 
Worried Life Blues - performed by  David “Honeyboy” Edwards, Library of Congress Recording (recorded by Alan Lomax in 1942), with the kind permission by Michael Frank and Mr. Edwards.
I Wish I was a Mole in the Ground - (Trad.), performed by Bascom Lamar Lunsford, Library of Congress, AFS 3167 (recorded in 1936), with the kind permission of the successors of Bascom Lamar Lunsford.
Billy in the Lowground (*) - (Trad.) performed by Laura Boosinger
The Wearing of the green (*) - (Trad.) performed by Barbara Kuhn (fiddle) & Will Keys (banjo)
West Virginia Highway (*) - (Trad.) performed by Alan Jabbour
East Virginia (*) - (Trad.) performed by Frank Hamilton
Down by the Riverside (*) - (Trad.) performed by Frank Hamilton
Roustabout (*) - (Trad.) performed by Bill Mansfield
Round Peak style demo (*) - (Trad.) performed by Bill Mansfield
Sourwood Mountain (*) - (Trad.) performed by Lo Gordon
Cattle in the Lane (*) - (Trad.) The Reed Island Rounders (Diana Jones-banjo, Betty Wornbrock-fiddle, Billy Cornette-guitar) 
Camp Chase (*) - (Trad.) performed by Robert Morrison
Goodbye old Paint - (Trad. ) performed by  Jess Morris, Library of Congress Recording (recorded by Alan Lomax in 1942)
Barbara's Tune (*) - (Reed Martin) performed by Reed Martin
Coal Creek March (*) - (Trad. - Pete Steele) performed by Reed Martin 
At a Georgia Camp Meeting (*) - (Mills © Emi Music Publishing) performed by Bill Rutan (tenor banjo), Frank Hamilton (guitar) & Morris Hirsch (fiddle) – with the kind permission of Emi Music Publishing
Ducks on the Millpond - (Trad.) performed by Tommy Jarrell-fiddle, Kyle Creed-banjo, Audine Linberry-bass & Bobby Patterson-guitar, in June Apple, Old Time and Clawhammer Banjo, Heritage Records, HRC CD 038, 1993 . With the kind permission of Bobby Patterson 
Rubin - (Trad. ) performed by Tommy Jarrell-fiddle, Kyle Creed-banjo, Audine Linberry-bass & Bobby Patterson-guitar, in June Apple, Old Time and Clawhammer Banjo, Heritage Records, HRC CD 038, 1993 . With the kind permission of Bobby Patterson
Ruby – (Trad.) performed by Geoffrey Stelling, in Hard Driving!, Geoff Stelling’s Hard Times Bluegrass Band, Stelling Banjo Works, 1974. With the kind permission of Geoffrey Stelling
The Worried Blues (Going Down the Road Feeling Bad) - (Trad.) performed by Samantha Bumgardner (recorded in New York, NY, for Columbia Records, 1924) 
Fourteen days in Georgia - (Trad.) Reid Ringer-fiddle & Robert Morrison-banjo, in Camp Chase, Camp Chase Music, 2001
“Closing Remarks” by H. P. Van Hoy by H.P. Van Hoy from the recording entitled 37th Annual Old Time Fiddler's Convention at Union Grove North Carolina, Folkways 02434 provided courtesy of Smithsonian Folkways Recordings. © 1962. Used by Permission.
A Banjo Frolic - (Joe Morley) performed by Mr William Ball, in Pompadour, Self Produced CD, ed. Turner, used with permission by Phil Spiers
Banjo Makers :
Kevin Enoch (Enoch Banjos), lo Gordon (Cedar Mountain Banjos) , Peter Ross (Jubilee Banjos), Geoff Stelling (Stelling Banjo Works), George Wunderlich (Wunder Banjo Co)

Droits : Frémeaux & Associés Télévision.
"

A banjo frolic

Frémeaux & Associés Télévisions presents 
A banjo frolic
by Gérard De Smaele & Patrick Ferryn 









From Atlanta (Georgia) to Washington, DC (home of the Library of Congress and the Smithsonian Institution), and throughout western North Carolina and Virginia, the Blue Ridge and the Smoky Mountains: A Banjo Frolic provides a testimony about the present vitality and meaning of traditional (old-time and bluegrass) music in the United States of the third millennium.
Patrick Frémeaux 

Attention : Film anglophone non doublé et non sous-titré en Français 

Le marché du disque et du film musical ayant perdu plus de 50 % de son chiffre d’affaires en 5 ans, l’édition de disques et de films dédiés à la musique et à son histoire s’inscrivent dans une situation économique extrêmement difficile.  Frémeaux & Associés s’est trouvé devant une situation cornélienne : ne pas éditer ce film documentaire non sous-titré en Français ou le faire paraître pour le public anglophone, et donner à voir l’unique témoignage historique sur la puissance actuelle du folklore américain, à travers l’un de ses instruments emblématiques : le Banjo.  

We have seen the films “Bonnie and Clyde”, “Deliverance”, and more recently “Oh Brother! Where Art Thou”. These movies took Appalachian music and the five-string banjo to a broader international audience. A Banjo Frolic addresses the same subject, providing testimony about the present vitality and meaning of traditional music in the United States. We drove from Atlanta GA to Washington DC (home of the Library of Congress and the Smithsonian Institution, two huge folk-music repositories), and throughout western North Carolina and Virginia, the Blue Ridge and the Smoky Mountains. The Appalachian areas we visited are in the nest of old-time music (also bluegrass), which is distinct from the usual commercial trends of the country music. A Banjo Frolic raises several issues like conservation, transmission, and transformation of the Southern musical heritage. It surely could be used as a basis for reflecting on the meaning of our own European traditional music, its use and value within the present-day world. The context presented is an America distant from the usual clichés. Though the banjo’s roots are in West Africa and in the southern US, the five-string banjo world today is not restricted by regional boundaries but can be found throughout the US. The repertoire, often mixed with fiddle music and ancient ballads, is broad. Thus all banjoists don’t play the same music or use the same style.

In America during the late 1950s and 1960s, the folk revival took different shapes, more or less progressive or conservative. A strong interest in traditional music, idealized by young urban intellectuals of northern cities like New York, Chicago, Philadelphia and also western cities like Los Angeles, attracted the “city-billies”  to the roots. They searched for original oldtime “country” music recordings and headed to the rural South. More and more young enthusiasts could be found in local festivals like the Mountain Dance and Folk Festival organized by Bascom Lamar Lunsford in Asheville NC, the Old Fiddler’s Convention in Galax VA, or the Old-Time Fiddlers’ Convention in Union Grove NC. They also looked for the field recordings preserved in the Archive of Folk Song at the Library of Congress. Some revivalists, like Alan Jabbour, discovered unrecorded talents in the Appalachians. In the non-English-speaking world, the American banjo is not well known and is a victim of musical prejudices. We hope that A Banjo Frolic will help people understand that the instrument is at the heart of a musical fusion with an impact on many contemporary musical styles and an influence on the American consciousness. This musical journey will reflect the vitality of the banjo in the United States. We hope that viewers will understand that the five-string banjo is part of a vast international musical heritage. The exhibition will lead you to a broader approach to the folk culture that is so important as a way of understanding people. With the gracious participation of musicians, scholars, instrument makers… (see list inside). A Banjo Frolic has been made possible by a generous grant given by the Embassy of the United States in Brussels. It was intended to accompany the “Banjo!” exhibi­tion at the Musical Instruments Museum in Brussels from October 15, 2003, to February 15, 2004. 
Gérard De Smaele, 2003
© Frémeaux & Associés Télévisions

A BANJO FROLIC 
Script by Gérard De Smaele.
Filmed by Patrick Ferryn.
Editing: Patrick Ferryn assisted by Olivier Burlet & Nicolas de Seny.
Mixing: Etienne Dontaine (Studio Dame Blanche, Brussels).
Technical Adviser: Damien Pesesse (DiXiT MEDIA). 
The Pete Seeger sequences were filmed by Michel Baudour & Richard Verthé for Patrick Ferryn’s film: “I Was Born in Portland Town”. Used by permission. 
“A Banjo Frolic” was filmed in the States of Georgia, North  Carolina, Maryland and in Washington DC, in May 2003. 
Photos: Gérard De Smaele, Patrick Ferryn
Produced by Caboose Productions  (a subsidiary of Video Formation), Belgium. 

MUSIC  
A BANJO FROLIC - (Joe Morley) performed by Mr William Ball, in Pompadour, Self Produced CD, ed. Turner, used with permission by Phil Spiers. [1’10’’]

I’LL NEVER GET DRUNK ANYMORE (*) - (Trad.) performed by Gérard De Smaele. [45’’]

“TURKEY IN THE STRAW” - (Trad.) by Larry Richardson, Sonny Miller, and Johnny Jackson from the recording entitled Galax, Virginia Old Fiddler’s Convention, Folkways 02435, provided courtesy of Smithsonian Folkways Recordings. © 1964. Used by Permission. [58’’]

“INTRODUCTION REMARKS” by H.P. Van Hoy from the recording entitled 37th Annual Old Time Fiddler’s Convention at Union Grove North Carolina, Folkways 02434 provided courtesy of Smithsonian Folkways Recordings. © 1962. Used by Permission. [20’’]

OH MULE (*) - (Trad.) performed by Doc Watson. [16’’]

BLUE SKIES (*) - (Irving Berlin © Emi Music Publishing) performed by Pete Seeger – with permission by Emi Music Publishing. [30’’]

LOST GANDER (*) - (Trad.) performed by Mike Seeger. [2’12’’]

MOLLY AND TENBROOKS (*) - (Bill Monroe) performed and arranged by Mike Seeger – ©  Peer international Corp. (PIC). Avec l’autorisation de S.E.M.I. [30’’]

MINSTREL BANJO TUNE (*) - (Trad.) performed by George Wunderlich. [1’30’’]

PRETTY POLLY (*) - (Trad.) performed by Mike Seeger. [25’’]

WORRIED LIFE BLUES - played by  David “Honeyboy” Edwards, Library of Congress Recording (recorded by Alan Lomax in 1942), with the kind permission by Michael Frank and Mr. Edwards. [2’’]

I WISH I WAS A MOLE IN THE GROUND - (Trad.), performed by Bascom Lamar Lunsford, Library of Congress, AFS 3167 (recorded in 1936), with the kind permission of the successors of Bascom Lamar Lunsford. [3’]

BILLY IN THE LOWGROUND (*) - (Trad.) performed by Laura Boosinger. [1’20’’]

THE WEARING OF THE GREEN (*) - (Trad.) performed by Barbara Kuhn (fiddle) & Will Keys (banjo). [1’10’’]

WEST VIRGINIA HIGHWAY (*) - (Trad.) performed by Alan Jabbour. [1’05’’]

EAST VIRGINIA (*) - (Trad.) performed by Frank Hamilton. [50’’ + 1’]

DOWN BY THE RIVERSIDE (*) - (Trad.) performed by Frank Hamilton. [15’’]

ROUSTABOUT (*) - (Trad.) performed by Bill Mansfield. [2’30’’]

ROUND PEAK STYLE DEMO (*) - (Trad.) performed by Bill Mansfield.  

SOURWOOD MOUNTAIN (*) - (Trad.) performed by Lo Gordon. [30’’] 

CARRLE IN THE LANE (*) - (Trad.) The Reed Island Rounders (Diana Jones-banjo, Betty  Wornbrock-fiddle, Billy Cornette-guitar). [1’30’’] 

CAMP CHASE (*) - (Trad.) performed by Robert Morrison. [1’55’’]

GOOD BYE OLD PAINT - (Trad. ) performed by  Jess Morris, Library of Congress Recording (recorded by Alan Lomax in 1942). [15’’]

BARBARA’S TUNE (*) - (Reed Martin) performed by Reed Martin. [1’15’’]

COAL CREEK MARCH (*) - (Trad. - Pete Steele) performed by Reed Martin. [30’’]

AT A GEORGIA CAMP MEETING (*) - (Mills © Emi Music Publishing) performed by Bill Rutan (tenor banjo), Frank Hamilton (guitar) & Morris Hirsch (fiddle) – with the kind permission of Emi Music Publishing. [1’10’’]

DUCKS ON THE MILLPOND - (Trad.) performed by Tommy Jarrell-fiddle, Kyle Creed-banjo, Audine Linberry-bass & Bobby Patterson-guitar, in June Apple, Old Time and Clawhammer Banjo, Heritage Records, HRC CD 038, 1993. With the kind permission of Bobby Patterson.  [1’30’’]

RUBIN - (Trad. ) performed by Tommy Jarrell-fiddle, Kyle Creed-banjo, Audine Linberry-bass & Bobby Patterson-guitar, in June Apple, Old Time and Clawhammer Banjo, Heritage Records, HRC CD 038, 1993. With the kind permission of Bobby Patterson. [35’’]

RUBY – (Trad.) performed by Geoffrey Stelling, in Hard Driving!, Geoff Stelling’s Hard Times Bluegrass Band, Stelling Banjo Works, 1974. With the kind permission of Geoffrey Stelling. [2’50’’]

THE WORRIED BLUES (Going Down the Road Feeling Bad) - (Trad.) performed by Samantha Bumgardner (recorded in New York, NY, for Columbia Records, 1924). [3’ in background]

FOURTEEN DAYS IN GEORGIA - (Trad.) Reid Ringer-fiddle & Robert Morrison-banjo,in Camp Chase, Camp Chase Music, 2001. [40’’]

“CLOSING REMARKS” by H. P. Van Hoy by H.P. Van Hoy from the recording entitled 37th Annual Old Time Fiddler’s Convention at Union Grove North Carolina, Folkways 02434 provided courtesy of Smithsonian Folkways Recordings. © 1962. Used by Permission. [30’’]

A BANJO FROLIC - (Joe Morley) performed by Mr William Ball, in Pompadour, Self Produced CD, ed. Turner, used with permission by Phil Spiers. [3’]
(*) means recorded live and used with the kind permission of the performers 

BANJO MAKERS  
Kevin Enoch (Enoch Banjos), lo Gordon (Cedar Mountain Banjos), Peter Ross (Jubilee Banjos), Geoff Stelling (Stelling Banjo Works), George Wunderlich (Wunder Banjo Co). 

A special thanks to:  All the artists filmed and interviewed Marc Hellemans (cultural attaché, US Embassy in Belgium)  M.I.M. Musical Instrument Museum in Brussels  Public Affairs Office at the Library of Congress in Washington, DC American Folklife Center staff: Sheryl Cannady, Jennifer A. Cutting, Judith A. Gray & Ann Hoog  Karen & Alan Jabbour  Pearl & Joel Bailes (Washington DC) Mary & Lo Gordon (Brevard, NC) Mary & Frank Hamilton (Atlanta, GA) Alexia Smith & Mike Seeger (for their warm hospitality, delicious meals… and music !)  Peggy Seeger Fran & Homer C. Myer (for a wonderful stay at Myer’s farm, Union Grove NC)  Dr Lynn White, Peggy Harmond & Richard Dillingham, Southern Appalachian Center, Mars Hill College, Mars Hill NC Jean Leroy (for the design of the initial projet)  

CD A banjo frolic © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)

***
PRESSE

Gérard de Smaele s'entretient avec Marc BAUDUIN - LE CANARD FOLK
Le Canard Folk : Né à Jemappes dans une famille flamande en 1951, Gérard De Smaele découvre en 1966 le banjo-guitare grâce à un musicien d'un skiffle band. Les rares disques  folk américains qu'on trouvait en Belgique, notammentde Pete Seeger, étaient cependant joués au banjo à 5 cordes : c'est donc cet instrument qu'il s'achète à Bruxelles l'année suivante, pour l'apprendre en autodidacte et, au fil de ses voyages (cours avec Roger Sprung à New York, ...) et rencontres (l'incontournable Derroll Adams à Anvers), en devenir "le" spécialiste belge. (...) Gérard De Smaele sera partiellement détaché au MIM (qui dépend du même ministère que l'Albertine) pendant environ un an pour s'occuper de l'expo. Cette première expérience pour le MIM ne fut pas une sinécure ! Le musée n'ayant pas encore beaucoup d'expérience en ce domaine et peu de budget pourexposer d'anciens instruments, Gérard propose que des luthiers contemporains qui s'inspirent d'anciens instruments exposent leurs réalisations. C'était l'occasion rêvée d'inviter des maîtres comme Mike Seeger, Bob Carlin, Tom Paley, Ulf Jagfors (un chercheur suédois assisté de Daniel Jatta) ... et peut-être prévoir un documentaire ?
Gérard de Smaele : J'avais déjà été plusieurs fois dans des festivals américains, et j'ai au fil du temps eu beaucoup de contacts là-bas depuis 1976. Alors que je lui téléphonais depuis Union Grove NC, le réalisateur Patrick Ferryn (qui n'est pas spécialisé en musique) me dit : "au fond, j'aimerais y aller avec toi pour filmer". C'était ce qu'il fallait pour l'expo, mais je ne savais pas encore tout ce que cela nécessiterait comme travail.

L.C.F. : Mais faire un tel documentaire coûte cher. Le MIM n'avait pas la possibilité d'intervenir financièrement, et Gérard ne trouve personne en Belgique pour le subsidier ... excepté, finalement, le service culturel de l'ambassade américaine. Cela permet de payer les déplacements, quelques hôtels et les frais de studio. Gérard fait le plan du voyage, planifie les visites, prépare les questions. Au retour en Belgique, il liste et décrit les séquences, et les choisit. Patrick Ferryn les assemble, et un travail de studio est encore nécessaire pour synchroniser le son et les images. (...)
G.d.S. : Le but de ces publications est que le public de chez nous dispose enfin de suffisamment de repères, de points de comparaison pour cet instrument. Qu'on ne vienne plus nous embêter avec tous ces gens qui jouent au cowboy. Qu'on sache que cette musique est profonde humainement et qu'elle véhicule un certain état d'esprit, une mentalité qui peut aider l'homme moderne. Qu'on ne se limite pas à ceux qui jouent en costume cravate dans les hôtels 4 étoiles. Elle nous montre de quoi sont capables des hommes ordinaires éloignés du show business, ce qu'était la musique populaire avant la radio et les disques ... Il y a tant d'émotion chez ces gens. Cela nous éloigne aussi de tant de clichés sur les Etats- Unis... (...) Les premiers enregistrements de banjo étaient d'une part des collectages à fins didactiques (la Library of Congress et l'université de Chappel Hill en conservent heureusement une collection fort importante), d'autre part de la musique de la campagne sélectionnée pour attirer les acheteurs et promouvoir les spectacles. Cela a pris de l'extension, et est devenu l'industrie de la musique country vers la guerre de 40. Le bluegrass est resté un peu l'esprit artisanal de cela,une niche à part. Mais il y a un peu de tout, du bon et du moins authentique. Personnellement je pratique essentiellement le Old Time. Le monde est malheureusement divisé. Ce qui importe c'est les bons sentiments et l'émotion qui touche le public? Il faut idéalement voir les artistes sur place, devant leur auditoire, aux Etats-Unis. On y ressent un courant difficile à expliquer ici en Belgique. Et rappelons quand même que dans le country commercial moderne il n'y a quasi pas de banjo.

L.C.F. : Bon, Gérard, mais pourquoi diable fallait-il une cinquième corde ? Est-ce qu'avec un autre instrument on aurait pu imaginer arriver au même résultat ?
G.d.S. : Ah non, il faut cette corde à part, plus courte, plus aigüe, qui fait toute la différence. Cette configuration vient de ces cirques, ces théâtres, l'Afrique, et s'est transmise aux musiciens blancs qui se sont inspirés des Noirs des plantations, et il a donné une couleur africaine à leur manière de jouer. Au début du Minstrel Show, des musiciens se sont même grimés en noir et africanisaient des musiques européennes. Grâce à ces troupes ambulantes, c'est la première fois aux USA qu'une musique devenait tellement populaire, suscitait un tel engouement. Ces troupes ont joué dans des régions plus isolées du Sud, dans des communautés d'origine européenne (Grande-Bretagne, Irlande, ...) qui mettaient alors leurs ballades et leur répertoire dans ce moule, provoquant un mélange extraordinaire. Pour revenir à l'instrument : le banjo classique, en vogue après la guerre de Sécession et jusqu'à la première guerre mondiale, a une autre couleur. Le banjo ténor à 4 cordes peut être utilisé par les violonistes car il s'accorde en quintes, il parle plus aux Européens. Et quand on a mis des manches de guitare sur des banjos (les banjos-guitares) pour avoir un manche un peu moins mystérieux, cela avait aussi une autre couleur. En fait le banjo américain est à l'origine conçu avec une chanterelle. Il existe une série de techniques de jeu qui fonctionnent uniquement avec 5 cordes. Quand on frappe par exemple les cordes, le pouce suit automatiquement et tombe sur la cinquième, qui fait bourdon.
LE CANARD FOLK




"Courez chez votre marchand de musique acheter ce DVD" par Trad Mag

"Amis lecteurs, banjoïstes ou non, anglophones ou non, courez chez votre marchand de musique acheter ce DVD. Oui, je sais, il est en anglais non sous-titré… Oui je sais, il parle pendant près de deux heures d’un instrument que nous autres francophones avons trop vite tendance à classer dans la catégorie des instruments de pedzouilles attardés et conservateurs. Passez outre tous vos préjugés et regardez ces hommes ou ces femmes – quelle clarté illumine leurs regards ! - évoquer leur passion pour un instrument unique. Admirez leur pays, leurs maisons, leurs ateliers. Ecoutez les jouer seuls ou en groupe dans ces rassemblements où banjoïstes de tous poils croisent les joueurs de fiddle, guitare, mandoline ou contrebasse dans une atmosphère unique où le temps semble suspendu, hier se confondant avec demain parce que la musique folk c’est toujours une musique en devenir dans le temps, mais aussi dans l’espace : la banjo n’est-il pas le plus métissé de tous les instruments ?
Bien sûr vous y retrouverez la famille Seeger (Pete, Mike et Peggy) parler de banjo et de folk music dans un anglais tellement impeccable qu’un débutant s’y retrouverait presque. Mais découvrez aussi Frank Hamilton compagnon de route de Pete Seeger du temps des Weavers recommandant de jouer Your own way, à votre façon, pour ne pas voir la musique folk se scléroser dans des traditions mortifères. J’avoue avoir eu un faible pour une courte séquence banjo/fiddle avec Will Keys, un des banjoïstes les plus subtils : minimum de notes et maximum d’émotions.
Ne ratez pas non plus les nombreux luthiers convoqués à ces folâtreries ; même si vous ne comprenez pas toujours ce qu’ils disent, entrez dans leurs ateliers avec leurs outils bien alignés et observez de près les détails des banjos qu’ils vous présentent presque amoureusement ; il manque presque l’odeur des bois et des vernis ! Croyez moi, vous en verrez des banjos depuis les gourd-banjos avec leurs caisses en calebasse jusqu’aux Mastertones de chez Gibson en passant par de nombreux banjos sans frettes et cet objet unique dont le manche est fait … dans un pied de table !
Gérard De Smaele – auteur de ce DVD filmé en mai 2003 – est déjà « « bien connu de nos services » pour avoir réalisé au MIM de Bruxelles une exposition passionnante sur le banjo et pour avoir édité – toujours chez l’incomparable Frémeaux & Associés en 2009 – le CD : Banjo : An American Five-String History 1901-1956.
Le titre Banjo Frolic pourrait être traduit par les badineries ou les folâtreries du banjo et n’a rien à voir avec un quelconque aliment pour chien ou chats bien que ces derniers, par leurs peaux ou leurs boyaux, aient contribué à l’histoire du banjo !
Ce DVD est dédié à Mike Seeger décédé en août 2009. Issu d’une étonnante famille de musiciens et de folkloristes, on ne se lasse pas de l’écouter réfléchir à haute voix sur la musique folk, son origine, ses métissages, ses résurgences et son avenir. Parce que, contrairement à ce que croient les pisses-froid, le banjo est porteur d’avenir : il suffit qu’un film le mette en avant (Délivrance, Bonnie & Clyde, Cat Ballou, Les Tontons Flingueurs, Le sortilège du Scorpion de Jade, etc.) pour que tout le monde en cause ; étonnant n’est-il pas ?"
par Nicolas BARDINET - TRAD MAGAZINE




« Le banjo sous toutes ses formes » par Soulbag

Ce long (110min) documentaire nous entraîne à la recherche de toutes les formes anciennes et contemporaines du banjo dans les pas de deux cinéastes passionnés de cet instrument. Dans une ambiance très road movie ponctuée de tranches de vie de l’Amérique profonde et des magnifiques paysages du massif des Appalaches, Gérard de Smaele et Patrick Ferryin rencontrent et interviewent musiciens, historiens, facteurs d’instruments, archivistes qui reconstituent l’histoire du banjo, ses différentes formes, la manière d’en jouer et d’en fabriquer. On a ainsi le privilège de voir et d’entendre de grandes figures comme Pete Seeger et son regretté demi-frère Mike, Doc Watson, Will Keys, Allan Jabbour et des gens moins connus mais tout aussi talentueux tels que Laura Boosinger et Lo Gordon. Pour des raisons financières, le film – très chargé en dialogues et monologues explicatifs – est présenté en anglais sans sous-titres, ce qui rendra certainement difficile sa vision par le public francophone. Un DVD fort recommandable si vous êtes intéressé par le banjo sous toutes ses formes. Gérard HERZHAFT – SOULBAG




« Admirablement bien documenté » par Blues & Co

L’origine du mot banjo viendrait d’une déformation de l’espagnol bandoria ou mandore. Les noirs d’Amérique, qui utilisaient cet instrument à quatre cordes, l’appelaient banjar. La cinquième corde serait apparue en 1881 grâce à un musicien blanc dénommé Joël Sweeney. Ce personnage devenu célèbre aurait même donné un spectacle devant la reine Victoria. On pense que cet instrument à cordes vibrant sur une peau tendue serait originaire d’Afrique et importé par les esclaves noirs ; le bluesman Otis Taylor le revendique avec ferveur et le pratique avec enthousiasme lors de ses concerts. Depuis, des évolutions techniques et musicales sont apparues pour en faire un instrument typiquement américain avec les styles que l’on connaît : bluegrass, country music, folk music, old time, hillbilly et sans oublier le blues, bien entendu ! Ce DVD remarquable pour les fans de banjo est malheureusement réservé aux anglophones, car il n’y a pas de sous titres en français. Dommage ! Ce film de 110 minutes est raconté par le spécialiste européen Gérard de Smaele avec la coopération de Patrick Ferryn. Sont évoqués les fabrications artisanales, les interviews du chanteur folk Pete Seeger, Mike Seeger (membre du New lost city ramblers), d’Alan Jabbour qui officie à la direction de l’American folk life (Washington DC) Franck Hamilton (ex Weavers)… Nous assistons aussi à de courtes prestations de Doc Watson, Laure Boosinger, du duo Barbara Kums (violon) et will Keys (banjo)… Ce film a été réalisé principalement en Géorgie, Caroline de Nord, Maryland et l’état de Washington avec le soutien de l’ambassade des USA à Bruxelles. Si vous maîtrisez la langue de Shakespeare et que vous aimez le banjo et son histoire, ce DVD admirablement bien documenté est fait pour vous. Bruno MARIE – BLUES & CO




Entretien avec Marc Bauduin - Le Canard Folk

"Né à Jemappes dans une famille flamande en 1951, Gérard De Smaele découvre en 1966 le banjo-guitare grâce à un musicien d'un skiffle band. Les rares disques  folk américains qu'on trouvait en Belgique, notammentde Pete Seeger, étaient cependant joués au banjo à 5 cordes : c'est donc cet instrument qu'il s'achète à Bruxelles l'année suivante, pour l'apprendre en autodidacte et, au fil de ses voyages (cours avec Roger Sprung à New York, ...) et rencontres (l'incontournable Derroll Adams à Anvers), en devenir "le" spécialiste belge. (...)
G. d. S : - Le but de ces publications est que le public de chez nous dispose enfin de suffisamment de repères, de points de comparaison pour cet instrument. Qu'on ne vienne plus nous embêter avec tous ces gens qui jouent au cowboy. Qu'on sache que cette musique est profonde humainement et qu'elle véhicule un certain état d'esprit, une mentalité qui peut aider l'homme moderne. Qu'on ne se limite pas à ceux qui jouent en costume cravate dans les hôtels 4 étoiles. Elle nous montre de quoi sont capables des hommes ordinaires éloignés du show business, ce qu'était la musique populaire avant la radio et les disques ... Il y a tant d'émotion chez ces gens. Cela nous éloigne aussi de tant de clichés sur les Etats- Unis..."
Gérard de Smaele s'entretient avec Marc BAUDUIN - LE CANARD FOLK




"The music is great" par In the Groove MAPS-ITG

A Banjo Frolic from the Belgian directing team of Gerard De Smaele and Patrick Ferryn. In 2003 these two banjo enthusiasts come to the U.S. to learn about the banjo. They travel from Baltimore to North Carolina, visiting banjo makers, musicians like Mike Seeger (the best part) and former Weaver Frank Hamilton and attending the Old Time Fiddlers Convention in Union Grove. The music is great but when they show in detail the making of a banjo, things really slow down. Recommended for banjo players only. (Available on Amazon.com)
Par IN THE GROOVE MAPS-ITG