VICTORY CONCERT - ECHOES OF 1944 (1994)

CLAUDE BOLLING

Plus de détails

Livret : 24 PAGES
Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA450

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Les cérémonies commémoratives du 50e anniversaire du Débarquement ont donné l’occasion à Claude Bolling d’illustrer avec son prestigieux grand orchestre les manifestations de Caen et Paris. Il jouera les thèmes en vogue à l’époque, notamment ceux de Glenn Miller. Très bonne idée que d’avoir publié un CD qui regroupe le meilleur de ce répertoire. On retrouve entre autres, excellemment revitalisés, Begin The Beguine, Moonlight Serenade, Sing Sing Sing, Sentimental Journey, Skyliner, Flyin’ Home et l’inévitable In The Mood. Les arrangements sont soit à l’identique, soit rajeunis, les solos permettent d’apprécier – une fois de plus – les qualités des musiciens que Bolling dirige avec l’amour du travail bien ficelé. Nostalgiques de l’époque et fanatiques du big band, ce “compact” ne peut que vous séduire.
Frank Ténot • 1994 Jazz Magazine

Droits audio : Frémeaux & Associés en accord avec Claude Bolling et le Mémorial de Caen

CD Bolling The Victory Concert

Claude Bolling Big Band
The Victory Concert
Echoes of 1944-45
Recorded in 1994






 

Le concert donné par Claude Bolling et son Big Band pour le Mémorial de Caen, le 14 Mai 1994, a obtenu un tel succès, que l’enregistrement de ce programme s’est imposé de toute évidence. A la demande du public, cette soirée musicale a été réitérée le 26 Juillet suivant. Par un hasard favorable et prémonitoire, l’enregistrement  s’est effectué notamment le 6 Juin 1994, le jour même des festivités commémoratives. Il faut rappeler  que le Mémorial offre à ses 500 000 visiteurs annuels un voyage historique de 1918 à nos jours au travers d’une scénographie suggestive, originale et émouvante. La Seconde Guerre Mondiale et notamment le Débarquement des forces alliées en Normandie y sont tout particulièrement évoqués. Avec le Débarquement, profond choc culturel entre les nations, est arrivée cette musique américaine au son nouveau, à laquelle ce disque rend un vivant hommage. Claude Bolling a sélectionné les succès des grands orchestres de jazz de cette époque qui ont suscité sa vocation musicale au moment où, petit garçon de 14 ans, il venait de commencer le piano et jouait déjà en public !

Jacques Belin

On dit que le bonheur est la réalisation d’un rêve d’enfant. Quand avec mes camarades de classe nous écoutions les précieux disques 78 tours cassables sur des phonographes à manivelle les musiques des grands musiciens et orchestres de jazz américains et français, j’étais loin de penser que je vivrais ce bonheur de pouvoir les jouer moi-même. Aujourd’hui, je suis heureux de faire partager la joie que nous avons eue à faire revivre ces grands succès, soit en les réinterprétant scrupuleusement tout en y apportant notre touche personnelle, soit en les relisant dans des versions nouvelles. Enfin, il faut féliciter les musiciens, vocalistes et techniciens de la petite famille qu’est notre big band, depuis les plus anciens jusqu’aux nouveaux venus, pour s’être investis avec autant de talent et de chaleur dans l’interprétation de ces musiques qui sont les bases du jazz de toujours.
Claude Bolling

english notes
The concert given by Claude Bolling and his « Big Band » for the Caen Memorial on the 14th of May 94 was such a success that the program just had to be recorded. Back by popular demand, the Big band musical performance was repeated the following 26th of July. By a happy coincidence, the very day of the 50th anniversary celebration June 6th 1994 was one of the dates on which the actual recording took place. The Memorial gives it 500 000 annual visitors a historical journey that brings them from 1918 to the present an evocative, original and moving scenography makes the trip unforgettable. The Second World War, and the Allied Landings in Normandy, are particularly emphasized. Along with the D-Day Landings, that profound culture clash between nations, came an American music that this record pays homage to ; an entirely new conception of music : Jazz. Claude Bolling has selected here, for your enjoyment, the greatest hits of the Jazz Bands that led him to his musical career. Claude was at that time fourteen, and had only just started playing the piano, already giving public performances.
Jacques Belin

It is said that happiness is the fulfilment of childhood dreams. I used to listen with school-friends to those precious, breakable, 78 RPM records on old crank-operated phonographs. I was then far from realizing that I would too, one day, experience the joy of playing the tunes of those great American and French Jazz bands and musicians. Today, I am happy to share with you the joy we experienced reviving these great hits. We have either scrupulously respected the musical scores (with, however, a personal touch) or « re-read » them in rejuvenated versions. And last but not least, all my thanks to the musicians, vocalists and technical crew of our big band family, old timers and new-comers, for their talent and lifelong dedication to the roots of jazz.
Claude Bolling


1. La Marseillaise 2 :55
Rouget de l’Isle - Arrangement Claude Bolling © 1991
A la veille d’un 14 juillet pendant une période où nous jouions au Jazz Club du Méridien Etoile de Paris, il m’était apparu indispensable de jouer notre Hymne National à la clientèle cosmopolite de l’hôtel, principalement américaine. D’où cette version swinguée qui se veut anticonformiste, mais respectueuse !
Once, on the eve of a 14th of July, while we were playing at the Méridien Etoile Jazz Club in Paris, it seemed appropriate to play our national anthem. A cosmopolitan crowd was assembled there, mostly Americans. That explains this swinging version that tries to be non conformist, yet respectful !
(P. Schirrer Tenor Sax / M. Delakian Trumpet)

2. St. Louis Blues March 4 :18
William C. Handy © 1914/Glenn Miller 1942
C’est avec St. Louis Blues March que Glenn Miller faisait joyeusement défiler les soldats de l’armée américaine. Les improvisations de trompette, de saxophone ténor et alto sont dues à nos solistes.
St. Louis Blues March : Glenn Miller had the American troops march to this catchy tune. The trumpet, tenor and alto saxophone solos are our own improvisations.
(V. Cordelette Drums / Cl. Egéa Trumpet / P. Schirrer Tenor Sax / Ph. Portejoie Alto Sax)

3. Paris en colère 2:44
Maurice Jarre – Famouse Music Corp. © 1967
Chanson du film de René Clément “Paris Brûle t-il ? » écrite par Maurice Jarre, le compositeur français qui a réalisé le plus de musiques pour des films américains. Ce thème est traité d’une façon entièrement personnelle. La présence de cette musique dans le programme se justifie par l’image de ce film qui symbolise la Libération de Paris en 1944.
Is the theme of René Clément’s movie “Is Paris burning?” written by Maurice Jarre, the French composer four times Oscar winner for his musical scores. This theme is treated here in an entirely personal manner. This music is here included because the image of his film symbolizes the Liberation of Paris in 1944.
(Ph. Portejoie Soprano Sax)

4. In The Mood
4 :15
J. Garland/A. Razaf  / Peter Music Corp. © 1935/Glenn Miller 1938
Lancé par quelques mesures de piano “boogie-woogie” le plus grand succès de Glenn Miller est pratiquement conforme, hormis le solo de trompette.
Starting by few bars of piano “boogie”, Glenn Miller’s greatest hit is practically untouched, except for the trumpet solo.
(P. Schirrer / R. Foy – Tenor Sax / M. Delakian Trumpet)

5 .Stormy Weather 4:47
T. Koeler/H. Arlen - Mills Music Inc. © 1933
Version personnelle de la chanson créée par Lena Horne dans ce fameux film de jazz, interprétée par “la voix de l’orchestre” : Laïka.
Here is a personal version of the song created by Lena Horne for the famous jazz movie, performed by “the voice of the band” : Laïka.

6. I’m Beginning To See The Light 3:07
D. Ellington/D. George/H. James/J. Hodges / Alamo Music Inc. © 1944
Etait joué partout et par tous en France au lendemain de la Libération : dans les cabarets, dancings, pianos bars et à la radio. Ce n’est que plus tard que j’ai découvert que c’était une des chansons de Duke Ellington grâce auxquelles il avait pu maintenir son orchestre pendant 45 ans. Chanté par Laïka dans un arrangement libre et un son de voix “différent”.
Was played by everyone, everywhere in France after the Liberation. Cabarets, ballrooms, piano bars and the radio echoed this tune. It is only later that I discovered that it was one of Duke Ellington’s songs that enabled him to keep his orchestra going for 45 years. Sung by Laïka in an original arrangement, and a “different” sound voice treatment.

7. Begin The Beguine 3:25
Cole Porter - Warner Brothers Inc. © 1935/Artie Shaw 1938
L’énorme succès de l’arrangement du clarinettiste Artie Shaw est repris intégralement, y compris les solos.
This great hit by clarinettist Artie Shaw’s arrangement is strictly played as written, solos included.
(Cl. Tissendier Clar. / P. Schirrer Tenor Sax)

8. Moonlight Serenade 4 :23
Mitchell Paris/Glenn Miller - Robbins Music Corp. © 1939
Il n’y a rien de mieux à faire que de reprendre tel quel ce chef-d’œuvre du genre qu’est Moonlight Serenade. Une introduction de piano différencie notre version de celle de Glenn Miller.
As for Moonlight Serenade, one could only remaked “as is” such a masterpiece of its genre. A piano intro differentiates our version from that of Glenn Miller’s.
(J. Etève Clarinet)

9. Sing Sing Sing 7:47
Louis Prima - EMI Robbins Inc. © 1936/Benny Goodman 1937
Sing Sing Sing est conforme à la version originale de Benny Goodman. Le beau solo d’Harry James est repris intégralement par notre premier trompette, tandis que celui de clarinette est entièrement improvisé par le saxophoniste baryton, aussi talentueux sur les deux instruments.
Sing Sing Sing is true to Benny Goodman’s original version. Harry James’ magnificent solo is taken up again by our lead trumpet, whereas the clarinette solo is entirely improvised by the baritone saxophone player, just as talented on both instruments.
(V. Cordelette Drums / Chr. Martinez Trumpet / J. Etève Clarinet)

10. Sentimental Journey 4 :15
L. Brown / B. Green / B. Homer – Edwin Morris co Inc © 1944
Est une version libre de ce grand succès qui a tant marqué cette période d’après guerre, traité dans les couleurs de Glenn Miller.
Is a freely inspired version of the great hit that marked the post war period and is played here in Glenn Miller’s sound’s.

11. Skyliner 3 :40
C. Barnet/B. Moore - Atlantic Music Corp. © 1944
A été aussi fameux sur les ondes de l’American Forces Network que l’était “In the Mood”. Est également conforme à l’original de Charlie Barnet, excepté les quelques mesures de piano solo.
Just as famous on the American Forces Network as “In the Mood” is also true to the original Charlie Barnet tune, with the exception of a few bars in the piano solo.
(P. Portejoie Alto Sax)

12. Nuages 3:53
Django Reinhardt / Jacques Larue – EMI Music Pub. France © 1941
C’est la belle mélodie de Django Reinhardt que toute la France avait sur les lèvres pendant l’occupation, au moins deux ans avant la Libération. L’exposition du thème par la clarinette d’Hubert Rostaing avait fortement contribué à son succès, c’est pourquoi le début de notre interprétation reprend ce début conformément à la version de Django.
Is Django Reinhardt’s melody that French people hummed during the Occupation before the Liberation. The theme played by Hubert Rostaing’s clarinet strongly contributed to its success, that’s why the beginning of our performance is true to that of Django’s version.
(Cl. Tissendier Clar. / J.P. Charlap Guitar)

13. Marie 3:16
Irving Berlin - Irving Berlin Music Corp. © 1928/Tommy Dorsey 1937
Cette très jolie mélodie doit toute sa valeur à la sonorité du trombone de Tommy Dorsey dont le digne émule est le “leader” de notre prestigieuse phalange (de trombones).
This sweet melody owes its beauty to the sound of Tommy Dorsey’s trombone, whose emulator here is the leader of our prestigious trombone ensemble.
(A. Paquinet Trombone / Chr. Martinez Trumpet)

14. Concerto for cootie 3: 40
Duke Ellington – Tempo Music Inc. © 1940
Ecrit par Duke Ellington pour le trompettiste Cootie Williams. Plus tard, une chanson a été faite à partir de ce thème sous le titre de « Do nothing ‘till you hear from me ».
Written by Duke Ellington for the trumpettiste Cootie Williams. Later a song from this theme was made under the title “Do nothing ‘till you hear from me”.
(M. Bonnet Trumpet)

15. Route 66 3: 36
Bobby Troup - Burkevan Heusen Inc. © 1946
A révélé Nat King Cole dans sa période trio. Cette chanson basée sur les 12 mesures du “blues” est interprétée par le “bluesman de l’orchestre” Jeffery Smith, dans un arrangement original.
Was the revelation for Nat King Cole in his “trio period”. This song based on the twelve bars blues, is performed by the “bluesman of the band” Jeffery Smith, in an original arrangement.

16. Blues in the night 6: 02
Harold Arlen / J. Mercer – Warner Brothers Inc. © 1941
C’est un des blues les plus marquants de l’histoire du jazz, notamment pour le très beau deuxième thème (verse) rarement interprété. La voix de Jeffery Smith à laquelle celle de l’orchestre donne la réplique, est particulièrement bien en situation dans cette version inspirée de celle de son créateur Jimmy Lunceford.
One of the most marking blues in the history of Jazz. This is in partly due to the very rarely performed, beautiful, second theme. Jeffery Smith’s voice is right for this dialogue with the orchestra, in a freely performance inspired from Jimmy Lanceford’s original version.
(P. Yves Sorin Bass)

17. Flying Home 7: 26
L. Hampton/B. Goodman - Regent Music Corp. © 1940
C’est Flying Home qui a certainement le plus marqué la carrière de Lionel Hampton. Ce grand classique permet à l’orchestre un feu d’artifice de solos et d’ensembles dans un bouquet final.
It is Flying Home that no doubt the most influenced Lionel Hampton’s career. This great classic enables the whole orchestra to burst out in fireworks of solos and ensembles join for a final bouquet.
(Cl. Tissendier Clar. / P. Schirrer Tenor Sax / J. Etève Baritone Sax and the four trumpets)

Saxophones : Philippe PORTEJOIE or Romain MAYORAL - Clarinets : Claude TISSENDIER, Pierre SCHIRRER, Richard FOY or Xavier COBO, Jean ETEVE - Trombones : André PAQUINET, Benny VASSEUR, Jean-Christophe VILAIN, Emile VILAIN - Trumpets : Christian MARTINEZ or Claude EGEA, Guy BODET, Michel DELAKIAN, Michel BONNET or Claude EGEA, Larry GILLESPIE (additional 16-17) - Guitar : Jean-Paul CHARLAP - Double Bass : Pierre-Yves SORIN - Drums : Vincent CORDELETTE or J.-Yves ROUCAN (12) - Vocalists : LAÏKA, Jeffery SMITH - Piano : Claude BOLLING. Recorded : June 5, 6, 7 - 1994 - Théâtre DEJAZET - PARIS, FRANCE - Special thanks to its owner Jean BOUQUIN, to Paco and Hubert - Mobile recording unit : FUTUR ACOUSTIC - Antoine CRESPIN - Recording and mix : Pierre JACQUOT assisted by Nicolas Djemane, Pascal Canville, Mathieu Jacquot and Stephane Reichart - Mixing : Studio DAVOUT - PARIS, FRANCE - Thanks to “DE PREFERENCE” - Olivier Garrat and Alain Français - Photos : Documents : MEMORIAL de CAEN - U.S. National Archives - Live : Stéphane Ouzounoff - Marc de Cagny - Cover illustration : Military band concert, July 14/1944 - Cherbourg - Photo : Piotr Trawinski - Executive coordination : Marc de CAGNY - Production : MEMORIAL de CAEN : Jacques BELIN, Claude BOLLING - Translation from French : Gordon Southam - Irène Bolling.

 

FRANKLY SPEAKING. Les cérémonies commémoratives du 50e anniversaire du Débarquement ont donné l’occasion à Claude Bolling d’illustrer avec son prestigieux grand orchestre les manifestations de Caen et Paris. Il jouera les thèmes en vogue à l’époque, notamment ceux de Glenn Miller. Très bonne idée que d’avoir publié un CD qui regroupe le meilleur de ce répertoire. On retrouve entre autres, excellemment revitalisés, Begin The Beguine, Moonlight Serenade, Sing Sing Sing, Sentimental Journey, Skyliner, Flyin’ Home et l’inévitable In The Mood. Les arrangements sont soit à l’identique, soit rajeunis; les solos permettent d’apprécier – une fois de plus – les qualités des musiciens que Bolling dirige avec l’amour du travail bien ficelé. Nostalgiques de l’époque et fanatiques du big band, ce “compact” ne peut que vous séduire.
Frank TENOT • 1994 Jazz Magazine

 

1. La Marseillaise • 2. St Louis Blues March • 3. Paris en Colère • 4. In the Mood • 5. Stormy Weather • 6. I’m Beginning to See the Light  • 7. Begin the Beguine • 8. Moonlight Serenade • 9. Sing Sing Sing  • 10. Sentimental Journey • 11. Skyliner • 12. Nuages  • 13. Marie • 14. Concerto for Cootie • 15. Route 66  • 16. Blues in the Night • 17. Flyin’ Home

 

CD Claude Bolling Big Band - The Victory Concert © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)

------------------------------------------------------------------------------
VICTORY CONCERT (Bolling Story)

L’orchestre, paquetage aux pieds était fin prêt en Juin 1994 pour fêter le cinquantième anniversaire de la Libération. L’occasion était rêvée pour reprendre les musiques de Glenn Miller ainsi que le fameux Skyliner créé par l’orchestre de Charlie Barnet qui avait enchanté les ondes de la radio à la Libération. Il m’a paru évident de reprendre Nuages, cette belle mélodie créée par Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, et reprise pendant l’Occupation par le même Quintette du Hot Club de France, avec la clarinette d’Hubert Rostaing qui succédait à Stéphane exilé à Londres. L’ensemble des succès de l’époque de la Libération et de la Victoire a constitué le programme du Victory Concert que nous avons joué pour la première fois le 14 mars 1994 au Mémorial de Caean dont le directeur était Jacques Belin. Hasard du calendrier, il fut enregistré le 6 et 7 juin 1994 au Théâtre Dejazet qui nous fut aimablement prêté par Jean Bouquin jadis couturier ‘‘hippie’’.
En août, je réalise que nous approchons de la date anniversaire de la Libération de Paris et que notre programme du Victory Concert tombe à point. J’arrive chez le grand Manitou des évènements à la Mairie de Paris, Bernard Bled qui me reçoit par ces mots : ‘‘nous sommes deux imbéciles ; vous de ne pas vous être manifesté plus tôt, et moi, de ne pas avoir pensé à vous, mais il est encore temps.’’ Et c’est ainsi qu’ayant réussi à rassembler tout mon monde, le 25 août 1994, Place de la Concorde, une foule énorme envahissait la place dès les premiers sons de notre musique. Du haut de l’estrade, je l’avais évaluée à trois ou cinq mille personnes. Mon impression était loin de la réalité puisque le service de sécurité m’a affirmé en sortant de scène : ‘‘Vous avez joué pour 350.000 personnes !’’

Placés de chaque côté du podium, deux écrans géants installés par la société Euromédia de Jean-Pierre et Chantal Barry, transmettaient nos images sur la place de la Concorde. Si nous en avons aujourd’hui un document-vidéo, c’est grâce à Chantal qui, au dernier moment, a appuyé sur le bouton du magnétoscope et a enregistré le concert, ce qui n’était pas prévu. Cela a été une chance inespérée car la qualité de l’image et du son en ont fait une superbe vidéo de l’orchestre.

Extrait de "Bolling Story" de Jean-Pierre Daubresse et Claude Bolling édité par Jean-Paul Bertrand - Editions Alphée (avec l'autorisation de Claude Bolling)




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 LA MARSEILLAISE - BOLLING02'55
02 SAINT LOUIS BLUES MARCH - BOLLING04'19
03 PARIS EN COLERE - BOLLING02'44
04 IN THE MOOD - BOLLING04'15
05 STORMY WEATHER - BOLLING04'47
06 I M BEGINNING TO SEE THE LIGHT - BOLLING03'04
07 BEGIN THE BEGUINE - BOLLING03'25
08 MOONLIGHT SERENADE - BOLLING04'24
09 SING SING SING - BOLLING07'47
10 SENTIMENTAL JOURNEY - BOLLING04'16
11 SKYLINER - BOLLING03'41
12 NUAGES - BOLLING03'54
13 MARIE - BOLLING03'19
14 CONCERTO FOR COOTIE - BOLLING03'41
15 ROUTE 66 - BOLLING03'36
16 BLUES IN THE NIGHT - BOLLING06'03
17 FLYIN HOME - BOLLING07'26
"Victory Concert" Bolling par Jazz Magazine

FRANKLY SPEAKING. Les cérémonies commémoratives du 50e anniversaire du Débarquement ont donné l’occasion à Claude Bolling d’illustrer avec son prestigieux grand orchestre les manifestations de Caen et Paris. Il jouera les thèmes en vogue à l’époque, notamment ceux de Glenn Miller. Très bonne idée que d’avoir publié un CD qui regroupe le meilleur de ce répertoire. On retrouve entre autres, excellemment revitalisés, Begin The Beguine, Moonlight Serenade, Sing Sing Sing, Sentimental Journey, Skyliner, Flyin’ Home et l’inévitable In The Mood. Les arrangements sont soit à l’identique, soit rajeunis; les solos permettent d’apprécier – une fois de plus – les qualités des musiciens que Bolling dirige avec l’amour du travail bien ficelé. Nostalgiques de l’époque et fanatiques du big band, ce “compact” ne peut que vous séduire. Frank TÉNOT, JAZZ MAGAZINE, 1994




"Victory Concert" Bolling par World-Herald Tribune

“The Victory Concert” by the 17-piece Claude Bolling Big Band is a re-creation of the music of D-Day. Pianit Bolling’s French ensemble sound like Glenn Miller and features undislinguished soloisis. WORLD-HERALD TRIBUNE




"Victory Concert" Bolling par Répertoire

“The Victory Concert. Evocateur des jours qui suivirent le débarquement américain du 6 juin 1944, cet hommage aux grands orchestres de Glen Miller, Benny Goodman, Artie Shaw, Charlie Barnet, Tommy Dorsey et Lionel Hampton est très bien fait, enthousiaste et à la hauteur. Vincent Cordelette est en pleine forme, les sections aussi : il serait dommage de bouder son plaisir.” J.P. JACKSON, RÉPERTOIRE