CLAUDE BOLLING & GUY MARCHAND

CROONER'S DREAM

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA463

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


2
-15%

Troublé par le décolleté vertigineux de la délicieuse créature qui m’accompagne, je ne sais plus si je dois applaudir le swing rutilant du Grand Orchestre de Claude Bolling ou la charmeuse désinvolture de Guy Marchand...
Jean-Baptiste Tuzet, France Inter

Saxophones, Clarinettes : Jean “Poppy” Aldegon, Jean Etève (Sax Alto), Pierre Schirrer (T.S. Flûte), Philippe Portejoie (Sax Ténor), Claude Tissendier (Sax Baryton, Clarinette) - Trompettes : Jacques “Kako” Bessot ou Maurice Thomas, Jean-Claude Verstraete, Michel Delakian ou Guy Bodet, Fernand Verstraete - Trombones : André Paquinet, Benny Vasseur, Michel Camicas, Emile Vilain - Guitare : Jean-Paul Charlap - Contrebasse : Pierre-Yves Sorin - Batterie : Vincent Cordelette - Piano, Direction : Claude Bolling.

Droits audio : Frémeaux & Associés pour Claude Bolling et Groupe Frémeaux Colombini SAS

CROONER’S DREAM fa463

CROONER’S DREAM
Claude Bolling
Guy Marchand









Claude Bolling, premier musicien français à avoir obtenu un disque d’or aux USA et à avoir été nommé plusieurs fois aux “Grammy Awards” pour ses compositions instrumentales, a entre autre le mérite de permettre à un grand orchestre d’exister et de se produire régulièrement sur les scènes internationales. C’est une des raisons pour laquelle le “Bolling Big Band” possède une telle unité et une telle sonorité. Claude Bolling, disciple et ami de Duke Ellington, a bien assimilé les leçons de son maître, c’est pourquoi ses compositions ont cette rondeur exquise et cette rigueur mélodique qui font les grands succès.“Sanctionner nos soirées par un disque «souvenir»” tels sont les propos délibérement désinvoltes de Guy Marchand au sujet du présent enregistrement.“Le Crooner, pour moi, c’est le clown blanc, celui qui ne fait pas rire... C’est le perdant, le malheureux, l’abandonné, celui qui chante des choses apparemment très simples mais en fait très compliquées. Le Crooner, c’est le type qui arrive sur scène et qui avec une très jolie voix dit au public : Voilà... ma femme est partie, j’approche de la cinquantaine, je suis sans le sou et pourtant je vais vous chanter une chanson d’amour...”

Claude Bolling, the first French musician to be awarded with a gold record in the USA and to be nominated on several occasions for the Grammy awards for his instrumental compositions, is responsible for the existence of a big band and regularly performs throughout the world.  This is one of the reasons why the Bolling Big Band is so united and boasts such colored sound.  Claude Bolling, a disciple and friend of Duke Ellington, assimilated the lessons of his master, resulting in the exquisite roundness and melodic exactitude of his compositions, making them so successful.‘Let a souvenir disc spoil our evenings’, was Guy Marchand’s deliberately brash comment regarding this recording.‘As far as I’m concerned, a Crooner is the whitefaced clown, the one who doesn’t make us laugh...He’s the loser, the unhappy fellow, the abandoned one, the man who sings of things which may seem very simple but which are in fact very complicated.  A Crooner is the guy who gets up on stage and with his very pleasant voice, says to the punters :  Well ... my wife has left me, I’m coming up to fifty, I haven’t got a dime and yet I’m going to sing you a love song ...’

Enregistrement public au Petit Journal MONTPARNASSE chez André DAMON
01  Fly me to the moon 3’06
d’après Quincy Jones (B. Howard) Ed. : Francis Day
02  Chicago          2’25
d’après Quincy Jones (D. Fisher - A. Roberts) Ed. : Salabert
03  Blue Moon   4’06
(L. Hart - R. Rodgers) Ed. : Francis Day
04  I’ve got you under my skin  3’39
d’après Nelson Riddle et Quincy Jones (C. Porter) Ed. : Chappell
05  Change partners   3’41
(I. Berlin) Ed. : Salabert
06  Some of these days          3’25
(S. Brooks) Ed. : Salabert
07  On the sunny side of the street      3’25
(D. Fields - J. Mac Hugh) Ed. : Francis Day
08  Let’s face the music and dance 3’20
(I. Berlin) Ed. : Francis Day
09  I can’t give you anything but love       5’01
(D. Fields - J. Mac Hugh) Ed. : Francis Day
10  Besame mucho        3’56
chorus instrumental d’après Ray Coniff(C. Velasquez) Ed. : S.E.M.I.
11  I cover the waterfront 4’33
(E. Heyman - J.W. Green) Ed. : Chappell
12  September in the rain  2’53
(A. Dubbin - H. Warren) Ed. : Chappell
13  Bill Bailey (won’t you please come home ?)     5’04
(Traditionnel - arrangement : C. Bolling)
14 Singin’in the rain   3’57
(A. Freed - N.H. Brown) Ed. : Francis Day
15 Bill Bailey (reprise)           2’01

Musiciens :          
Saxophones, Clarinettes : Jean “Poppy” Aldegon, Jean Etève (Sax Alto), Pierre Schirrer (T.S. Flûte), Philippe Portejoie (Sax Ténor), Claude Tissendier (Sax Baryton, Clarinette) - Trompettes : Jacques “Kako” Bessot ou Maurice Thomas, Jean-Claude Verstraete, Michel Delakian ou Guy Bodet, Fernand Verstraete - Trombones : André Paquinet, Benny Vasseur, Michel Camicas, Emile Vilain - Guitare : Jean-Paul Charlap - Contrebasse : Pierre-Yves Sorin - Batterie : Vincent Cordelette - Piano, Direction : Claude Bolling.

CD Crooner´s Dream - Claude Bolling - Guy Marchand © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)





EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 FLY ME TO THE MOON - MARCHAND03'06
02 CHICAGO - MARCHAND02'25
03 BLUE MOON - MARCHAND04'05
04 I VE GOT YOU UNDER MY SKIN - MARCHAND03'38
05 CHANGE PARTNERS - MARCHAND03'40
06 SOME OF THESE DAYS - MARCHAND03'26
07 ON THE SUNNY SIDE OF THE STREET - MARCHAND03'24
08 LET S FACE THE MUSIC AND DANCE - MARCHAND03'21
09 I CAN T GIVE YOU ANYTHING BUT LOVE - MARCHAND05'02
10 BESAME MUCHO - MARCHAND03'56
11 I COVER THE WATERFRONT - MARCHAND04'33
12 SEPTEMBER IN THE RAIN - MARCHAND02'53
13 BILL BAILEY (WON T YOU PLEASE COME HOME ) - MARCHAND05'04
14 SING IN THE RAIN - MARCHAND03'56
15 BILL BAILEY (REPRISE) - MARCHAND02'01
"Crooner's Dream" Bolling Guy Marchand par Jazz Classique

“Ce CD est une réédition (remasterisée) d’un enregistrement de 1988, réalisé en public au Petit Journal Montparnasse. Le son est excellent.“ JAZZ CLASSIQUE

“Ce CD est une réédition (remasterisée) d’un enregistrement de 1988, réalisé en public au Petit Journal Montparnasse. Le son est excellent.“ JAZZ CLASSIQUE




« Un des meilleurs professionnels du grand orchestre » par Télérama

Serait-on injuste, en France, avec Claude Bolling ? On en parle rarement et quand on le chronique, c’est le plus souvent avec une sorte de paternalisme un peu agaçant. Pourtant Bolling est l’un des meilleurs professionnels du grand orchestre dans la tradition du middle-jazz. Tout est admirablement mis en place. Si le bât blesse quelque part, c’est peut-être justement dans sa fidélité à ses modèles, Basie ou Ellington : on ne trouve pas toujours ce qui pourrait créer la marque Claude Bolling. Il n’empêche que l’ensemble swingue avec bonheur, que la sincérité du chef comme des solistes ne fait pas de doute et qu’on aimerait que tous les jazzmen français soient aussi convaincants. Où il réussit à nous surprendre, c’est en nous présentant un des meilleurs comédiens de sa génération, Guy Marchand, comme chanteur de son orchestre. Quelques standards, de On The Sunny Side Of The Street à I Cover The Waterfront en passant par Some Of These Days, sont repris par Guy Marchand avec une maîtrise surprenante. Que ce soit dans la technique vocale, dans le swing, dans l’accent anglais, dans le feeling, Marchand peut rivaliser avec nombre d’Américains.
Jean WAGNER - TELERAMA




« Soirée chic et chaude » par Jazz Notes

Le digne représentant des grands orchestres français, Claude Bolling, comprenant 16 musiciens plus celui que l’on considère comme l’élégant crooner, lui aussi français, Guy Marchand enregistrent au Petit Journal Montparnasse. Une soirée chic et chaude devant un public conquis d’avance. Certes les puristes vont rigoler, mais cela vaut bien les concerts d’invertébrés néo free où les gens applaudissent en se tirant en douce à l’entracte. Heureusement qu’il nous reste des ensembles de ce genre pour continuer la tradition du jazz éternel, en plus Marchand avec sa décontraction et sa chaleur est loin d’être ridicule.
JAZZ NOTES