SAINT GERMAIN DES PRES (PATCHWORK)

MARCEL ZANINI FEATURING SAM WOODYARD

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA479

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Zanini, un grand musicien qui par la grâce d’une chanson et d’un petit chapeau a connu la gloire du jour au lendemain avec un million de disques vendus. Sa popularité ne doit pas pour autant faire oublier sa carrière de Jazzman. Connu du monde entier, il vit à New York de 1954 à 1958 et y rencontre Louis Armstrong, Charlie Parker, John Coltrane, Art Tatum, etc.
Saint-Germain-des-Prés avec la participation de Sam Woodyard est la synthèse du genre Zanini, un jazz chanté avec swing et bonne humeur
Patrick Frémeaux

Droits audio : Cessionnaire propriétaire : Groupe Frémeaux Colombini, Producteur initial : Culture Press
Saint-Germain-des-Prés Zanini FA 479

Saint-Germain-des-Prés
Marcel Zanini
featuring Sam Woodyard










01. My baby ne pense qu’à moi
(My Baby just cares for me) 4’26
(W. Donaldson - M. Zanini)
02. Do you want to dance mamzelle 2’42
(J. Giordino - M. Zanini)
03. Marc 3’58
(M. Zanini)
04. C’est la barque du rêve
(When my dream boat comes home) 3’09
(C. Friend - D. Franklin - L. Henneve - L. Palex)
05. Femme du monde 3’13
(M. Zanini)
06. Tant que la lune brille 4’23
(M. Zanini)
07. La fille sur la colline 3’59
(M. Zanini)
08. Pas là 3’15
(M. Zanini)
09. Le bon temps 4’32
(M. Zanini)
10. Black 6’28
(M. Zanini)
11. ‘Round midnight 4’01
(T. Monk - Williams)
12. Body and soul 2’35
(Green - Sour - Heyman)
13. Rose loukoum 3’04
(M. Zanini)
14. One two 3’24
(M. Zanini)
15. Janvier le sept 6’33
(M. Zanini)
16. Suivez le président 3’36
(M. Zanini)
17. J’en peux plus 3’01
(M. Zanini)
18. Una piccola tazza di caffe 3’30
(M. Casanova - H. Pagani - M. Zanini)
P & © 1997 Culture Press Records

11  Enregistré à Marseille en 1966. M. Zanini (ts) - C. Djaoui (g)           G. Gambus (b).
8         Enregistré le 9 novembre 1972. Direction : G. Gambus.
2           Enregistré à Paris en 1977.          M. Zanini (ts) - G. Gustin (p)       M. Gaudry (b) - S. Woodyard (dm)    X. Chambon (tp) - M. Camicas (tb)    G. Badini (ts).    Direction : D. Barda.
10       Enregistré à Paris en 1978.       Groupe Africain Bozambo - Al Sanders (b) et l’aimable autorisation de J. Guieraud..
12     Enregistré à Paris en 1982.
3, 7, 8,      Enregistré à Paris le 7 janvier 1980.
9, 13, 14,     M. Zanini (tcl) - M. Hemmeler (p)
15, 16, 17       J. Gregg (b) - M.E. Nabe (g)   Sam Woodyard (dm) - C. Gousset (tb)    X. Chambon (tp) - G. Badini (ts).          Arrangements : M. Zanini et C. Gousset.
1, 4, 5, 6        Enregistré à Paris le 30 mars 1989.          M. Zanini (tcl) - P. Milanta (p) P. Chebel (b) - M. Denis (dm) - M.E. Nabe (g)  C. Gousset (tb) - S. Belmondo (tp).   Arrangements : M. Zanini et P. Milanta       Choristes : Hélène Hotfiaux, Ariane Kah.


Marcel Zanini
Saint-Germain-des-Prés
Un drôle de personnage ce Zanini. Par la grâce d’une chanson et d’un petit chapeau,il connaît la gloire du jour au lendemain ; un million de disques vendus ! Pour quelqu’un qui a consacré sa vie au Jazz, “C’est un miracle” comme il le souligne malicieusement.Sa popularité, il la doit en grande partie à sa silhouette et à ses nombreux passages T.V.Mais à l’exception de quelques amateurs, peu de gens savent que Marcel Zanini joue de la clarinette et du sax-ténor dans la pure tradition du Jazz.De 1954 à 1958, il vit à New York où il a la chance de rencontrer les plus grands :Armstrong, Parker, Coltrane, Young... Tatum, la liste serait trop longue.Dans ce “Saint-Germain-des-Prés” on retrouve l’irremplaçable Sam Woodyard en très grande forme, en compagnie de musiciens de première classe.

Marcel Zanini is a funny character, wearing a funny hat and singing funny songs.In 1970, he records an adaptation of a Brazilian song, that soon becomes a hit sold overone million copies. For a jazzman, “it’s a miracle !”, he says. M.Z. is best known as a singer but a few only knows that he also plays clarinet and tenor sax in the purestJazz tradition.New York is “the place”, From 1954 to 58, Zanini is there and he meets the best artists the world has to offer : Armstrong, Parker, Coltrane, Young... Tatum, just to name a few !“Saint-Germain-des-Prés” is a selection of tunes recorded with some marvellous musicians and the great Sam Woodyard at his very best.

01. My baby ne pense qu’à moi : Version française de “My baby just cares for me”, le tube de Nina Simone qui ne se doutait pas de ce succès lorsqu’elle l’enregistra, il y a un peu plus de trente ans.
02. Do you want to dance Mamzele : Seulement sept musiciens et ça sonne comme un big band (enfin presque) grâce à l’astucieux arrangement de Daniel Barda et le “drive” de Sam Woodyard. Paris en 1977.
03. Marc : Magnifique. Entièrement improvisé, tempo idéal. Formidable introduction de Marc Hemmeler.
04. C’est la barque du rêve : Une autre “chansonnette” des années trente chantée par des artistes aussi divers que Tino Rossi, Léo Marjane et... Jimmy Rushing avec l’orchestre de Count Basie.
05. Femme du monde : Ecoutez la rythmique ! et Belmondo... et Gousset... et Zanini et tout le monde...
06. Tant que la lune brille : Blues en mi-bémol sur un tempo médium leste (comme les paroles). Tout le monde “chorusse”. Milanta plus Basie que le Count et Nabe faisant revivre avec bonheur Freddie Green. Aux voix, l’exceptionnelle et ô combien gracieuse collaboration de Arian Kah et Hélène Hottiaux.
07. La fille sur la colline : Un blues chanté par Marcel Zanini dans la plus pure tradition négro-américaine. Interventions de trombone de Claude Gousset, solos Zanini et Xavier Chambon.
08. Pas là : On retrouve ici le Zanini qui s’amuse avec les mots. Le message est une fois de plus dans le rythme. La rythmique est absolument fantastique. Sam Woodyard en pleine forme (on l’entend glousser de plaisir). Solos de Xavier Chambon et Marc Hemmeler swinguant comme des fous. Très bonne partie de basse de Jack Gregg.
09. Le bon temps : La clarinette de Zanini nostalgique évoque le bon vieux temps qui peut-être reviendra. Excellents solos de Marc Hemmeler et Xavier Chambon.
10. Black : Enregistré à Paris en 1978 avec le Bozambo, groupe de musiciens africains et quelques percussionnistes cubains, brésiliens et martiniquais et un ami de longue date Al Sanders, français d’origine africaine, excellent bassiste. Cet enregistrement a été réalisé grâce à l’initiative de Jacques Guiraud. Un grand merci à lui et à son père.
11. ‘Round Midnight : Zanini raconte : “C’était à Marseille en 1966. Fous de Monk, nous avons osé jouer ce chef-d’œuvre avec mes amis Claude Djaoui à la guitare et Gérard Gambus à la contrebasse”.
12. Body and Soul : Cheval de bataille de tous les saxophonistes ténor. Ici, joué sans accompagnement, “à capella”. Paris en 1982.
13. Rose Loukoum : Tout en douceur. Jolie intro de Zanini dans le grave de la clarinette. Exposé du thème par un Claude Gousset très inspiré. Très bon solo de Marc Hemmeler.
14. One two : Solos de Marcel Zanini et Claude Gousset sur un rythme shuffle avec un Sam Woodyard éblouissant.
15. Janvier le sept : Deux raisons pour le choix de ce titre : jour de l’enregistrement et anniversaire de Sam Woodyard. Sam nous offre un solo de trois minutes magistralement construit et d’un swing renversant. Excellent chorus de contrebasse de Jack Gregg.
16. Suivez le président : Les présidents se suivent... Celui-là, c’est pour l’éternité. Zanini rend hommage à Lester Young. Une section rythmique de rêve. Ecoutez la guitare de Marc Edouard Nabe. Solos de Zanini, Gousset, Hemmeler et Chambon.
17. J’en peux plus : Une autre chanson basée sur le blues sur un rythme shuffle qui semble avoir été inventé par Sam Woodyard. Solos Chambon, Zanini.
18. Una piccola tazza di caffe : Bossa-nova chantée en italien. L’arrangement de Gérard Gambus est magnifique. Paris 1972.

– Rêve ? –
Drôle d’endroit, on dirait une salle de bal : un vaste parquet, autour, des guichets, des bureaux... Pas le grand luxe, vieillot, ordinaire, et pourtant... une multitude de personnages, plus ou moins bizarrement vêtus, entrent, sortent, solitaires ou en groupes, s’interpellant avec de larges sourires. Pour ma première visite, j’ai pris un guide ; il connait tout le monde.     
– Tu as vu ce type, là devant, tu l’as reconnu ?
– Heu... non.
– Mozart.
– Mozart ! Wolfgang ?
– Amadeus, oui, il fait la causette avec La Callas.
– Ah elle je l’ai reconnue. Ils ont l’air de bien s’entendre.
– Tu parles. Tiens Ludwig Van B.
– Beethoven ?
– Evidemment.
– Et celui qui vient d’arriver là, c’est Jean-Sébastien ?
– Exact.
– Ce barbu ressemble à Tchaïkovski.       
– C’est lui. Voilà Debussy en tête à tête avec Ravel.
– Je croyais qu’ils étaient fachés.
– Jamais de la vie.
– Oh ! ça alors ! Paganini, Chopin, Bartok, Stravinski, Fauré, Grieg. Ma parole ils sont tous là.
– Oh non, il y en a encore beaucoup d’autres.
– C’est pas possible, je rêve.
Rêve ? Pas vraiment ; à un petit détail près tout est vrai. Aux Mozart, Bach, Wagner et Co., se substituent Ellington, Parker, Lester, Monk, Billie, Sarah, Kenny, Coltrane, Clifford, Benny, Ella... Tous ces génies se retrouvaient au Local 802 - 261 West - 52e rue dans le décor tel que je l’ai décrit. Un ancien Balroom, devenu le Syndicat des musiciens de New York ; lieu de rencontres, de rendez-vous, à la recherche d’un remplaçant, d’un nouveau contrat, pour se mettre à jour de sa cotisation... ou simplement flâner. J’y allais le plus souvent possible, une ou deux fois par semaine, et chaque fois, abasourdi par ce que je voyais. Ces artistes dont je ne connaissais le visage que par les pochettes de disques, ils étaient là, tous, en chair et en notes.Je n’oublierai jamais dans cette foule, Sonny Rollins et Ben Webster, bras dessus bras dessous riant aux éclats...
Marcel Zanini
Marcel Zanini a vécu à New York de 1954 à 1958.  
© 2005 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS

CD Marcel Zanini Saint-Germain-des-Près © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)





EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 MY BABY NE PENSE QU A MOI (MY BABY JUST CARES FOR - ZANINI04'31
02 DO YOU WANT TO DANCE MAMZELLE - ZANINI02'45
03 MARC - ZANINI04'02
04 C EST LA BARQUE DU REVE (WHEN MY DREAM BOAT COMES - ZANINI03'12
05 FEMME DU MONDE - ZANINI03'15
06 TANT QUE LA LUNE BRILLE - ZANINI04'26
07 LA FILLE SUR LA COLLINE - ZANINI04'03
08 PAS LA - ZANINI03'19
09 LE BON TEMPS - ZANINI04'34
10 BLACK - ZANINI06'27
11 ROUND MIDNIGHT - ZANINI04'05
12 BODY AND SOUL - ZANINI02'39
13 ROSE LOUKOUM - ZANINI03'07
14 ONE TWO - ZANINI03'28
15 JANVIER LE SEPT - ZANINI06'38
16 SUIVEZ LE PRESIDENT - ZANINI03'40
17 J EN PEUX PLUS - ZANINI03'05
18 UNA PICCOLA TAZZA DI CAFFE - ZANINI03'34
"Ca swingue d'un bout à l'autre" par Jazz Magazine

Pour la plupart des gens, moi compris, Zanini = Tu veux ou tu veux pas, tube certes amusant mais assez éloigné des mythiques interprétations qui font rêver les amateurs de jazz. Autant dire que c’est sans enthousiasme excessif j’ai glissé dans mon lecteur ce CD qui regroupe des enregistrements réalisés entre 1966 et 1989. Mea culpa. Au ténor ou à la clarinette, ça swingue d’un bout à l’autre, avec l’aide de Sam Woodyard, Stéphane Belmondo, Marc Hemmeler et quelque autres. Ce n’est pas du jazz d’avant-garde (même si certains morceaux, comme Marc, Black ou Body And Soul, enregistrés il y a quelque vingt-cinq ans, sonnent étonnement moderne), mais c’est agréable et varié : du solo au mini big band, de la ballade au rythme afro-cubain, en passant par des hommages à Basie et à Lester Young. Un mot sur les parties chantées ? Au début du premier thème, My Baby Ne Pense Qu’à Moi (sic !) on est…comment dire… quelque peu surpris. Puis on s’y fait, et tout cela ne manque pas d’un certain charme. Et puis c’est tellement agréable d’entendre quelqu’un qui travaille sérieusement sans se prendre au sérieux. Bref, un disque que l’on n’hésitera pas à recommander à ceux qui ne se laissent pas arrêter par les idées reçues." Patrick Pommier - Jazz Magazine




« Marcel Zanini peut être légitimement fier de ce CD » par Jazz Classique

Ce « Saint-Germain-des-Prés » s’intitulait précédemment « Patchwork » et ça lui allait mieux. C’est en effet un disque complexe, comme son auteur. Il rend compte, davantage peut-être que n’importe quel autre disque, de l’amour profond, de l’enthousiasme indéfectible de Marcel Zanini pour le jazz, sous toutes ses formes. Il y a un Round Midnight très monkien, un long solo modal sur des perçus africaines (Black, un truc imparable pour vos blindfold tests), un ténor sorti de chez Hampton, un autre (le même) au swing lestérien, un magnifique son de clarinette, beaucoup de blues, etc. On rencontre aussi dans cette anthologie une palanquée de musiciens singuliers, à commencer par Sam Woodyard. On n’est pas au local 802 mais, tout de même… Marcel Zanini peut être légitimement fier de ce CD. Il y a également pas mal de paroles en français et c’est drôle. Loin des noces et banquets, farces et attrapes, Bataille et Fontaine, l’humour zaninien joue de la distanciation… Marcel Zanini est une sorte de Buster Keaton, très décalé, tout de légèreté, pour ne pas parler de grâce. Mais il faudra que vous alliez le voir en scène pour sentir vraiment cette dimension du personnage.  
Guy CHAUVIER – JAZZ CLASSIQUE




"Zanini : ça balance terrible!" par La Nouvelle République

De nombreux puristes pardonnent difficilement à Marcel Zanini ses refrains loufoques des années 70, oubliant que derrière le chanteur burlesque au petit chapeau et à l'épaisse moustache, mélange de Chaplin et Groucho Marx se cache un authentique jazzman, l'un des rares artistes qui, à plus de quatre-vingts ans, marie toujours humour et swing, tendresse et folie, nostalgie et bonne humeur. Sa clarinette joyeuse évoque le gazouillis aérien de Benny Goodman, sa première idole tandis que son ténor chaleureux retrouve les accents du monchalant Lester Young. Pour s'en convaincre il suffit d'écouter le dernier album de Zanini intitulé "Saint Germain des Près". Il réunit dix huit titres enregistrés entre 1966 et 1989, en majorité des compositions originales ou adaptations de thèmes célèbres. Qu'il interprète le blues traditionnel -"La fille sur la colline" et "Le bon temps"-, adopte le tempo shuffle -"C'est la barque du rêve", "Femme du monde", "One two"- ou s'abandonne dans la balade -"Rose lokoum" - Marcel Zanini apparaît comme un mélodiste inspiré, un swingman redoutable et un crooner au scat le plus débridé. Les puristes apprécieront sa belle improvisation a capella sur "Body and soul", un thème immortalisé par Coleman Hawkins dans les années quarante et son émouvante version, en trio, de "round about midnight" de Theleonious Monk. Avec la complicité de solistes de haut niveau notamment Claude Gousset au trombone, Xavier Chambon et Stéphane Belmondo à la trompette, Marc Hemmler au piano, Mar Edouard Nab le fils de Zanini et, surtout, Sam Woodyard, l'inoubliable batteur de l'orchestre Ellington, avec ses compères triés sur le volet, Marcel Zanini nous offfre une heure dix de jazz sans âge comme on aimerait en entendre plus souvent ! LA NOUVELLE REPUBLIQUE