CLAUDE BOLLING JOUE BRASSENS, BECHET, VIAN, BECAUD


19,99 € TTC

FA482

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


2
-15%

Il y eu une époque où Georges Brassens, Boris Vian et Gilbert Bécaud représentaient la musique populaire écoutée par tous. La rencontre du répertoire de variété avec la facture du jazz était naturelle et légitime. Claude Bolling, – comme Fats Waller avec les mélodies américaines –, rendait hommage à ce que l’on appelle maintenant le patrimoine de la chanson française.
Patrick Frémeaux

Droits audio : Groupe Frémeaux Colombini SAS - Frémeaux & Associés en accord avec Claude Bolling

Claude BOLLING joue Brassens... fa482

Claude BOLLING
joue…Brassens, Vian, Bechet, Bécaud









“C’est en 1944, au cours d’un tournoi de Jazz amateur qu’on vit pour la première fois Claude Bolling. Il était alors âgé de 14 ans et portait encore des culottes courtes, aussi son apparition sur la grande scène de la salle Pleyel fut-elle accueillie avec quelque scepticisme jusqu’au moment où, avec une autorité étonnante pour un garçon de son âge, il stupéfia l’auditoire et enleva une mention spéciale qu’il confirmait l’année suivante, en remportant la coupe du meilleur pianiste du tournoi.Encouragé par ce succès, il se consacrait définitivement au jazz et formait bientôt son propre orchestre, avec lequel il fit en 1948 une tournée à travers la France.Ses premiers disques, dans la meilleure tradition Nouvelle-Orléans lui valurent une audience plus grande encore auprès des amateurs de jazz.Ici, Claude Bolling nous montre qu’il sait interpréter des mélodies de Brassens, de Gilbert Bécaud, de Boris Vian ou Sidney Bechet, sans jamais entacher la spontanéité et la fraîcheur de son jeu.C’est là un tour de force que peu de pianistes de jazz ont accompli jusqu’ici…”

Texte paru en 1955 à l’occasion de la sortie de ces enregistrements

CD Claude Bolling joue... Brassens, Vian, Bechet, Bécaud © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 LE PARAPLUIE / Les Bancs publics / Mauvaise reputation - BOLLING03'49
02 J AI RENDEZ VOUS AVEC VOUS/ La Chasse aux papillons - BOLLING03'47
03 J SUIS SNOB / SOPHIE - BOLLING03'23
04 J AIME PAS / CINEMATOGRAPHE - BOLLING03'59
05 MES MAINS / PAUVRE PECHEUR - BOLLING03'29
06 QUAND TU DANSES / VIENS - BOLLING03'41
07 AS TU LE CAFARD / JACQUELINE - BOLLING04'41
08 PROMENADE AUX CHAMPS ELYSEES - BOLLING02'40
09 JOUE ENCORE LE BLUES - BOLLING02'56
10 LE PIEGE - BOLLING03'36
11 BOUCING IN THIRD - BOLLING03'05
12 OR BLEU - BOLLING03'18
"Bolling joue Brassens, Vian, Bechet, Bécaud" par Classica Répertoire

(...) "un document sympathique précurseur à l’authenticité indiscutable." CLASSICA REPERTOIRE

« Mais le document est pur jus. Si l’on veut bien rappeler ici le souvenir de ce qui faisait sous le président Coty le quotidien des radios et des music-halls en évoquant Tino Rossi, André Claveau, André Dassary, Gloria Lasso ou Yvonne Blanc, on devra reconnaître que Monsieur Bolling a choisi heureusement ses inspirations (Boris Vian n’était pas vedette de la chanson en 1955), et que ces faces, qui furent alors presque scandaleuses (surtout pour les amateurs de jazz) constituent un document sympathique précurseur à l’authenticité indiscutable. » CLASSICA REPERTOIRE




"Bolling joue Brassens, Vian, Bechet, Bécaud" par Jazz Man

"Il y a là un sens du clavier qui s’épanouit en toute liberté, un art de renouveler les tournures sur l’archétype du blues (Claude Bolling joue encore le blues), une façon de tirer le lien entre la fantaisie swinguée du jazz et la gravité de l’héritage classique (Le Piège), une approche du stride pleine d’esprit (Bouncin’ in Third), une façon de s »’abandonner au drive sans jamais perdre de vue les préoccupations formelles." Franck BERGEROT – JAZZ MAN

(…) « On adhère sans réserve aux quatre pièces solo qui concluent cette réédition. Il y a là un sens du clavier qui s’épanouit en toute liberté, un art de renouveler les tournures sur l’archétype du blues (Claude Bolling joue encore le blues), une façon de tirer le lien entre la fantaisie swinguée du jazz et la gravité de l’héritage classique (Le Piège), une approche du stride pleine d’esprit (Bouncin’ in Third), une façon de s »’abandonner au drive sans jamais perdre de vue les préoccupations formelles. » Franck BERGEROT – JAZZ MAN




"Bolling joue Brassens, Vian, Bechet, Bécaud" par Jazz Notes

"Tout cela sonne parfaitement et sa démarche musicale était, dans un certain sens, audacieuse" JAZZ NOTES

"Tout cela sonne parfaitement et sa démarche musicale était, dans un certain sens, audacieuse" JAZZ NOTES




"Première édition sur CD" par le Bulletin du Hot-Club de France

« Au total, c’est un recueil qui met bien en valeur le talent d’interprète et de compositeur de Claude Bolling, un des très grands pianistes de la scène du jazz dont on ne dispose en définitive que d’un nombre trop restreint d’enregistrement dans cet ordre. »  BULLETIN DU HOT CLUB DE FRANCE



« Nous avons ici la première édition sur CD d’une série d’enregistrements réalisés par Claude Bolling, comportant quatre faces en piano solo (que les discographes datent du 13 janvier 1955) qui sont des compositions de Bolling – le titre de l’album est donc incomplet puisque Bolling joue également… Bolling – et huit autres en trio (que les discographes situent au 26 février 1956) avec Guy Pedersen à la basse et Japy Gauthier à la batterie. Dans ces dernières sont interprétées des chansons ou thèmes de Brassens, Vian, Bécaud et Béchet. Dans le répertoire choisi pour Brassens, le jeu de Bolling est, plus qu’ailleurs inspiré d’Earl Hines, tandis que Bécaud nous vaut un sensationnel Quand tu danses/Viens avec une entrée en matière à la Tatum. Des deux des morceaux consacrés à Bechet, le premier a un fort accent mélancolique, tandis que le second (Promenade aux Champs-Elysées) en tempo rapide, où Bolling joue à la façon de Teddy Wilson, est particulièrement swinguant. Les quatre compositions de Bolling sont superbes : Joue encore le blues – un blues – fait penser à Sammy Price. Le Piège, délicatement ornementé, est plus recueilli. Or bleu est d’une veine proche et, comme Bouncing in Third, se rapproche du climat ellingtonien. L’enregistrement est satisfaisant, même si les aigus du piano souffrent d’une légère distorsion dans quelques plages en trio. Au total, c’est un recueil qui met bien en valeur le talent d’interprète et de compositeur de Claude Bolling, un des très grands pianistes de la scène du jazz dont on ne dispose en définitive que d’un nombre trop restreint d’enregistrement dans cet ordre. »  BULLETIN DU HOT CLUB DE FRANCE





Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...