JAZZ ON BIGUINE VOL 2

DAVID FACKEURE AVEC JENNY ALPHA ET THOMAS DUTRONC

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA488

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


2
-15%
“Tu as tout compris ! Ta musique est riche des subtilités de notre biguine. Mais tu as réussi à la transcender par ta science de l’harmonie et ton art de l’improvisation. Les vrais connaisseurs de jazz sauront l’apprécier à sa juste valeur.”
Al Lirvat

Avec Xavier Richardeau (saxes) - Silvio Marie (b) - David Gore (dm). Avec la participation de : Jenny Alpha (voc), Thomas Dutronc (g)

Droits audio : Catalogue Jazz & Biguine de Groupe Frémeaux Colombini SAS.(Collection biguine antilles patrimoine créole, French west indies, Cultures caribéennes, caraîbes, jazz antillais, swing). Site David Fackeure sur My space.com. management : Marina Chassé 06 81 98 90 95.
Jazz on Biguine vol. 2

JAZZ ON BIGUINE
"C’est peut-être une banalité de le dire mais il n’est pas inutile de le répéter : la musique – de jazz en particulier – est une histoire de rencontres, d’échanges, d’amitié. Le chemin de la création est un itinéraire sans fin pour se bâtir un monde intérieur et trouver le langage universel pour l’exprimer : celui par lequel les émotions les plus insaisissables prennent l’évidence la plus limpide. Tous les musiciens, artistes parmi les autres, ont en commun cette quête et n’ont de cesse de l’accomplir en confrontant et réunissant leurs expériences. Le nouveau disque “Jazz on Biguine” du pianiste David Fackeure est bien l’illustration de cette idée.
On se rappelle le succès remporté par le premier CD du “David Fackeure Trio”, et surtout la surprise créée dans le milieu musical et antillais par ce jeune pianiste métropolitain entré avec une rare maestria dans l’univers du jazz caraïbe où ne se rencontraient que les originaires des îles nourries du swing ancestral de la biguine. Les musiciens antillais de l’ancienne et de la nouvelle génération ont accordé un accueil chaleureux à David, aujourd’hui reconnu comme l’un des leurs. En l’espace de cinq années, le public amateur de jazz et de musique antillaise a pu apprécier la couleur harmonique et l’impulsion communicative du piano de David Fackeure dans tous les lieux où il s’est produit en province et dans la Capitale : “Petit Opportun”, “Fête des Jazz” de la Foire de Paris, “Baiser Salé”, “Canotier de la Butte”, “Autour de Midi”, “Le Houdon”, le “Duc des Lombards”… et tout récemment le “Franc Pinot” où David a présenté un quartet chaque mercredi durant trois mois.
Car c’est la grande nouveauté : le trio du départ s’est enrichi de la sonorité généreuse et efficace du saxo baryton Xavier Richardeau, musicien phare sur son instrument en France, bien connu pour ses arrangements et ses interprétations du grand jazz américain des années bop. Rencontré au hasard d’un concert dans un club de jazz, conquis d’emblée par la richesse et la subtilité des mille et une facettes de la biguine, Xavier apporte au groupe une touche originale et personnelle, élargissant la palette sonore avec son baryton qui est une première en matière de biguine. Mais Xavier ne dédaigne pas non plus l’éloquence et la flexibilité du saxo alto, porté jadis à des sommets par les Antillais Robert Mavounzy et Émilien Antile. Autre nouveauté : voici le bassiste guadeloupéen Silvio Marie, un routard de toutes les musiques, accompagnateur d’Eddy Louiss et de Ray Charles sur l’un de ses derniers disques. Il possède à fond le battement de la biguine traditionnelle et sait découvrir les ressources d’une mélodie pour stimuler les musiciens dans leurs chorus. Il se montre aussi soliste inspiré dans la mazurka “Jade et Baptiste”, une composition de David Fackeure. Quant au batteur David Gore, nous le connaissons déjà puisqu’il fait partie du groupe depuis sa création. Précision, finesse, pureté de style sont les maîtres mots qui caractérisent son jeu.
Avec ce deuxième disque, David Fackeure pousse encore plus loin, pour notre plus grand plaisir, son exploration de la biguine essentielle, née il y a cent cinquante ans dans la ville de Saint-Pierre, transportée hors des Antilles à partir des années 1920, développée, modernisée dans les années 1950 mais toujours messagère d’une histoire lourde de trois siècles. Cinq titres sont des classiques du répertoire antillais composés par Albert Lirvat, Édouard Pajaniandy, Francisco, Sylvio Siobud, Léona Gabriel... David en retire la quintessence sur son piano, dans des arrangements très personnels qui témoignent de l’intensité du travail de recherche auquel il s’est livré. Les autres morceaux sont des compositions de David ou de Xavier, dans le pur esprit de la biguine ou de la mazurka créole avec aussi une incursion très réussie dans la bossa nova.
David Fackeure nous offre de plus un cadeau d’exception avec la participation d’invités prestigieux. On ignore souvent que la comédienne martiniquaise Jenny Alpha fut autrefois chanteuse de variétés typiques et qu’elle dirigea un orchestre de danse. En avant-première d’un album qui lui sera entièrement consacré, elle recrée pour nous, avec toute la charge émotionnelle de ses quatre-vingt-quinze printemps, une mélodie de Sylvio Siobud qu’elle avait enregistrée au début des années cinquante. Quant à Thomas Dutronc, devenu l’un des guitaristes les plus en vue du jazz manouche, il a accompli dans sa spécialité la même performance que David dans le jazz caraïbe. Rien ne les prédestinait tous deux à des genres musicaux si éloignés de leurs origines. Leur rencontre fusionnelle, alliant tradition, passion et virtuosité dans un vieux standard de la biguine, représente d’une certaine manière la réunion possible de deux avatars d’une même musique nomade ayant parcouru des chemins différents et revenue métamorphosée après des siècles d’exil et d’emprunts à des cultures multiples à travers le monde."
Jean-Pierre MEUNIER
© 2007  GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA

 


"A commonplace fact, but we feel it worth repeating once again :  music – jazz in particular – results from encounters, exchange and friendship.  Creation is a never-ending path for the fashioning of an interior world and for finding a universal language to express it:  a voice which can communicate manifold forms of emotion and translate them for all to hear.  All musicians, artists among the others, share this same quest and continue to accomplish their ambitions through the confrontation and reuniting of their various experiences.  The new album, ‘Jazz on Biguine’ by pianist David Fackeure is a fine illustration of this idea.

 

We can remember the success of the debut album made by the ‘David Fackeure Trio’ and the resulting surprise in the music and French West Indian world through this young pianist from mainland France who had entered the universe of Caribbean jazz with a rare flourish – a sphere housing only those from the islands, brought up with the ancestral swing of the biguine.  West Indian musicians from the old and new generation gave David a warm welcome and he is now recognized as one of them.  Over a five-year span, lovers of jazz and West Indian music came to appreciate the harmonic shades and communicative impulsion offered by David Fackeure’s piano each time he was billed either in the French provinces or in the capital:  in the ‘Petit Opportun’, ‘Fête des Jazz’ in the Paris trade fair, ‘Baiser Salé’, ‘Canotier de la Butte’, ‘Autour de Midi’, ‘Le Houdon’, the ‘Duc des Lombards’ and recently in the ‘Franc Pinot’ where David headed a quartet every Wednesday for three months.
And this was the great innovation:  the original trio boasted the additional rich and efficient sound of the baritone saxist Xavier Richardeau, a prominent figure in France, reputed for his arrangements and renditions of the best American jazz during the bop era.  After a chance meeting in a jazz club on the night of a concert, Xavier was immediately captivated by the richness and subtleness of the biguine’s countless facets and brought his original and personal touch to the group, adding to its palette of sound with his baritone – an all-time first for the biguine.  But Xavier also enjoys the eloquence and flexibility of the alto sax, an instrument which had previously held sway in the hands of the French West Indians Robert Mavounzy and Emilien Antile.  Another inclusion was Guadeloupian bassist Silvio Marie, well-versed in all musical genres and who accompanied Eddy Louiss and Ray Charles on one of his last albums.  He masters the beat of the traditional biguine and is able to reveal the aspects of a tune to stimulate the musicians in their choruses.  He also shines as an inspired soloist in the mazurka ‘Jade et Baptiste’, a composition signed by David Fackeure.  And we already know David Gore as he is an original member of the band.  His playing is characterized by precision, finesse, and a pureness of style.

 

In this second disc, we can enjoy David Fackeure delving even further into essential biguine, a genre born a hundred and fifty years ago in Saint-Pierre, and which ventured away from the French West Indies in the 1920s to be developed and modernized in the fifties, but still acting as messenger of three centuries of loaded history.  Five titles are classics of the West Indian repertory, composed by Albert Lirvat, Edouard Pajaniandy, Francisco, Sylvio Siobud and Léona Gabriel.  David presides on the piano, in the very personal arrangements which portray his intense research.  The other pieces are signed by David or Xavier and capture the essence of the biguine or Creole mazurka, and also include a very successful excursion into the realm of the bossa nova.

 

Furthermore, David Fackeure treats us with the participation of prestigious guests.  Many of us are unaware that the Martinique actress Jenny Alpha used to be a typical variety singer and headed a dance band.  As a preview to an album entirely dedicated to this lady, she interprets, using the bounteous emotion from her ninety-five years of experience, a tune by Sylvio Siobud which she had recorded in the early fifties.  And then we find Thomas Dutronc, one of the leading guitarists in gypsy jazz and whose role in his particular speciality can be compared to David’s in Caribbean jazz.  Both excel in musical genres so removed from their origins.  Their coalescent encounter, combining tradition, passion and virtuosity in an old biguine standard, represents in a way the possible reunion of two avatars of the same nomadic music, having followed different paths to return transformed after centuries of exile and marked by numerous forms of culture from across the planet."
English adaptation by Laure WRIGHT
 © 2007  GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA

 


JAZZ ON BIGUINE  -  Vol. 2
01. PARFUM DES ÎLES (Édouard Pajaniandy) 5’21
02. FANM MATNIK DOU (Frantz Charles-Denis) 5’39
03. DOUVAN POTE DOUDOU (Sylvio Siobud) 5’15
04. BROUSSANOVA (Xavier Richardeau, Éd. Taxi Records) 6’51
05. K DANSÉ (David Fackeure) 3’23
06. JADE ET BAPTISTE (David Fackeure) 5’18
07. TÊTE A MONE LA (Al Lirvat) 4’05
08. A CARIBBEAN THING (Xavier Richardeau, Éd. Taxi Records) 4’16
09. TI FILLE LA (David Fackeure) 4’41
10. OUÉ OUÉ (A. Stellio, E. Léardée, L. Gabriel) 3’34
Arrangements : David Fackeure (1, 2, 3, 5, 6, 7, 9, 10), David Fackeure et Xavier Richardeau (4, 8)
Enregistré et mixé de décembre 2005 à janvier 2006 (Hardelot, Paris).
David Fackeure (piano)
Xavier Richardeau  (sax alto 1, 8, baryton 2, 3, 4, 7, 9)
Silvio Marie (guitare basse)
David Gore (batterie)
Avec la participation de :
Jenny Alpha (chant dans 3)
Thomas Dutronc (guitare acoustique dans 10)
Théophile Renia (guitare rythmique dans 1)

 

Site Internet : www.davidfackeure.com
Tableau de couverture : “Solo sur oiseau vert” Chica 2005.

 


Remerciements :
Je dédie cet album à ma compagne Christine et à mes deux enfants Jade et Baptiste.
Aux musiciens, mes complices de la biguine, qui ont permis la réalisation de ce projet :
Xavier Richardeau, David Gore, Silvio Marie et Théophile Rénia.
Aux merveilleux invités : Merci Jenny Alpha pour ton swing inaltérable et ton éternelle jeunesse ! Merci Thomas Dutronc pour ta simplicité et surtout ton talent !
A Albert Lirvat et son art prodigieux de la mélodie. Merci pour tout ce que tu m’apportes !
A Alain Jean-Marie qui m’a permis de trouver ma voie.
A Flyy Lerandy (France Ô), pour son travail et son soutien.
A Jean-Marc (Franc Pinot) pour son accueil et ses bonnes histoires.
A Jean-Pierre Meunier, pour son aide et sa passion indéfectible pour la belle musique des Antilles.
A mes compagnons de scène et de fête : Greg Reynaert, Seb Deplanque, Thierry Fanfant, Olivier Defaye, Régis Thérèse, Hervé Laval, Kléber Wandji, Thomas Faye, Seb Dewaele, Laurent Courtalliac, Jean-Philippe Bordier, Mourad Benhammou, Alice Dalle, Maxime Plisson, Alain Raman, Dano Haider, Fabien Marcoz, Virtual Mike, Melanco Stéphane, Henri Cétout…
A Muriel, Simon, Emma, Agathe, Jesse, Maxence, Lexane et Humbert pour leur accueil.

 


“Tu as tout compris ! Ta musique est riche des subtilités de notre biguine. Mais tu as réussi à la transcender par ta science de l’harmonie et ton art de l’improvisation. Les vrais connaisseurs de jazz sauront l’apprécier à sa juste valeur.” (Al Lirvat)
You’ve understood!  Your music is filled with the subtlety of our biguine.  But you’ve managed to go beyond it through your harmonic science and improvisation skills.  True jazz connoisseurs will appreciate it for all its worth.”   (Al Lirvat)

 

CD JAZZ ON BIGUINE © Frémeaux & Associés. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 PARFUM DES ILES - DAVID FACKEURE TRIO05'21
02 FANM MATNIK DOU - DAVID FACKEURE TRIO05'39
03 DOUVAN POTE DOUDOU - DAVID FACKEURE TRIO05'15
04 BROUSSANOVA - DAVID FACKEURE TRIO06'51
05 K DANSE - DAVID FACKEURE TRIO03'23
06 JADE ET BAPTISTE - DAVID FACKEURE TRIO05'18
07 TETE A MONE LA - DAVID FACKEURE TRIO04'05
08 A CARIBBEAN THING - DAVID FACKEURE TRIO04'16
09 TI FILLE LA - DAVID FACKEURE TRIO04'41
10 OUE OUE - DAVID FACKEURE TRIO03'34
"L’entente des musiciens fait merveille" par CitizenJazz

"Cinq années après un premier volume remarqué, David Fackeure propose ici le second opus de son Jazz on Biguine, dans une formation étoffée par la présence de Xavier Richardeau aux saxophones baryton et alto. Avec la même approche : mêler intimement le balancement de la biguine à l’harmonie et au swing du jazz.
Le baryton - instrument inédit en biguine - apporte une sonorité nouvelle au travail du groupe, et cette modernité est encore renforcée par quelques compositions de Fackeure ou Richardeau qui se hasardent en dehors des sentiers que le titre de l’album semble baliser. Outre de vieux standards antillais, on entendra en effet une mazurka, une bossa-nova et une quasi-salsa au sein desquelles l’entente des musiciens fait merveille.
Les morceaux sont irrésistiblement entraînants, soutenus par un solide socle rythmique : David Gore à la batterie, présent dans le groupe depuis sa création, et le bassiste guadeloupéen Silvio Marie. David Fackeure parvient à trouver l’équilibre idéal entre le couple basse/batterie qui insuffle l’essentiel de la pulsation chaloupée de la biguine, et le couple piano/saxophone qui, s’il a intégré l’âme de la musique antillaise, tire le tout vers le jazz.
Un bel exemple de métissage, où l’on ne sera pas surpris de retrouver, en invité sur un morceau, à la guitare, Thomas Dutronc - sorte d’alter ego de David Fackeure dans le domaine du jazz manouche : un musicien pris de passion pour une musique qui lui était initialement étrangère." Arnaud Stefani - CitizenJazz




"A real success!" par Bluesartstudio.com

"A fusion album, a real success! French jazz pianist David Fackeure here tackles the biguine, the classic mix of African and European music of the French Caribbean which attained its height of popularity between the twenties and the fifties and which is related to New Orleans jazz in some ways but came under the influence of bebop in the fifties. It is a rich and beautiful style, which David has mastered completely, resulting in an eminently listenable album for all those interested in the music of the African Diaspora or just fine swinging sounds.
Helping out on this set are the saxman Xavier Richardeau, who impresses on baritone but even more so with his alto sax on two titles, bassist Silvio Marie from the island of Guadeloupe who has recorded with Ray Charles, and regular drummer David Gore. Thomas Dutronc adds some wonderful ‘gypsy jazz’ styled acoustic guitar playing to the final number, and the veteran (in her nineties!) singer Jenny Alpha lends her sprightly vocal talents to ‘Douvan Pote Doudou’ – more please! The material is split 50:50 between beguine classics and originals in that style. If what you have read interests you – then go ahead and buy!" Norman Darwen - Bluesartstudio.com




« La touche d’authenticité qui fait la différence » par Jazzman

Le déterminisme en matière de musique toucherait-il à sa fin ? Le pianiste David Fackeure est originaire de Dunkerque. Pourtant, il joue la musique des Antilles comme s’il était né sous les Tropiques. Il s’est choisi ce territoire musical, comme d’autres le be-bop ou la salsa. Son « Jazz on Biguine » évoque les « Biguine Reflections » d’Alain Jean-Marie, qu’il se reconnaît comme maître. Le vétéran du jazz antillais, le tromboniste Al Lirvat, a ces mots à son égard : « Mon cher David, tu as tout compris ! » Une autre grande voix de la Caraïbe vient lui apporter sa caution, l’actrice et chanteuse Jenny Alpha, venue interpréter un vieil air de Sylvio Siobud. Son disque sort de chez Frémeaux, qui a déjà publié plusieurs anthologies du jazz caraïbe. Autant dire que, si l’on est sur un terrain qui peut paraître connu, la musique de David Fackeure possède cette touche d’authenticité qui fait la différence entre l’appropriation réussie et l’exotisme de pacotille. Sur une musique si prompte au cliché et si exigeante au plan du groove (la rythmique tourne sur un bassiste guadeloupéen, Silvio Marie), il est difficile de faire illusion ; Fackeure passe la barre de la biguine avec brio. Et à ses côtés, avec un baryton de plongée, Xavier Richardeau évolue sur ce répertoire comme un poisson dans l’eau (tropicale).
Vincent BESSIERES – JAZZMAN




« En effet irrésistible » par Jazzman

Cela s’appelle de l’acculturation ! David Fackeure depuis deux albums déjà marche sur les traces du jazz antillais au point d’en adopter par mimétisme parfait les codes et le phrasé. On entend donc un pianiste de grand talent qui se hisse au niveau des Alain Jean-Marie ou des Mario Canonge. C’est dire ! Même attaque puissante et chaloupée. Même sens du contretemps. Mais si David Fackeure sait faire aussi bien (ce qui importe peu au fond), l’album en revanche propose, dans la lignée de cette collection proposée par Frémeaux et dédiée au jazz antillais, une musique aux limites de la momification. Comme si depuis le fameux album d’Alain Jean-Marie « Reflections », le jazz créole n’avait pas évolué. Ce qui n’est évidemment pas le cas. Risque de momification assumé et même accentué par les interventions de l’actrice Jenny Alpha ou par la (non) intervention de Thomas Dutronc. Heureusement Xavier Richardeau qui partage l’amour de cette musique apporte quelques-unes de ses (anciennes) compositions et surtout le son de son baryton (et quel son !) qui ne cesse de nous enchanter. Et c’est là la réussite de cet album : son association avec le pianiste y est en effet irrésistible. 
Jean-Marc GELIN – JAZZMAN




« Petite merveille » par Les Alizés

Jean-Pierre Meunier qui œuvre à la réédition des ouvrages de notre patrimoine mélodique, dit de David Fackeure « Voici un jeune pianiste de jazz biguine, un artiste antillais bourré de talent qui ne sera, à n’en pas douter, la révélation des prochains mois ». Cet album Jazz on Biguine est une petite merveille. Les harmonies et subtilités sont un prodige. Le mélange de genres est parfaitement maîtrisé. Jazz on Biguine est une approche innovante du Jazz Caraïbes. Une virtuosité qui étonnera les amateurs de swing et de biguine. Avec délectation, nous frémissions à entendre les ballades de Jenny Alpha. En attendant de voir David Fackeure en concert avec ses talentueux et brillants artistes accompagnateurs, vous pouvez déjà l’écouter. Jazz on Biguine : des mélodies joyeuses, fraîches et colorées dans un équilibre parfaitement rythmé et maîtrisé. Une vraie révolution pour moi. Un coup de foudre !
Hermann MOLONGO – LES ALIZÉS