I WANT TO BE HAPPY - MARC FOSSET TRIO

MARC FOSSET, PHILIPPE PETIT, ERIC DERVIEU

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA498

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Sous la houlette de Marc Fosset, les excellents Philippe Petit et Eric Dervieu offrent un trio plein de cohésion.
Forgée par des années de pratique en club, leur complicité éclate dans un répertoire original et diversifié mêlant standards parfois oubliés et compositions personnelles. Le son est bop, l’ambiance seventies, avec un Bebop à Lulu à l’évocation fugitive de René Thomas et un orgue à la Lou Bennett ; mâtiné d’échos bluesy (un extraordinaire Black coffee épuré et aérien) ; rebondissant aux contretemps « samba » d’une Béarnaise signée Fosset ; se lovant dans des ballades où Marc nous rappelle ses talents de chanteur.
Depuis ses quinze années aux côté de Stéphane Grappelli, ses disques avec Patrice Caratini puis Marcel Azzola, Marc Fosset est considéré comme l’un des meilleurs guitaristes de jazz avec un swing digne de Wes Montgomery et Georges Benson réunis, le travail harmonique d’un Joe Pass ou d’un Tal Farlow. Ses disques étant rares, chacune de ses productions est attendue et ce nouveau trio guitare-orgue-batterie d’une complicité exemplaire, plonge aux racines mêmes du groove, pour donner – sans prendre de faux airs – une magistrale leçon de jazz.
Benjamin Goldenstein & Patrick Frémeaux

Marc FOSSET : Guitare, chant - Philippe PETIT : Orgue Hammond - Eric DERVIEU : Batterie

Droits audio : Groupe Frémeaux Colombini SAS
Marc Fosset Trio

Marc Fosset Trio
Philippe Petit
Éric Dervieu


“I want to be happy” 






Marc Fosset Trio - I Want to be Happy 
01. I Want to be Happy (V. Youmans) 3’07
02. Deffay’s Walk (Ph. Petit) 4’36
03. Never Let Me Go (J. Livingston, R. Evans) 4’08
04. C’est si facile de vous aimer (“Easy to love” - C. Porter - adapt. Louis Hennevé & L. Palex © Chappell S.A.) 3’43
05. Néné’s Tune (M. Fosset) 4’37
06. La Béarnaise (M. Fosset) 3’08
07. Black Coffee (S. Burke) 4’43
08. Bebop à Lulu (Ph. Petit) 4’42
09. Tendrement (“Tenderly” - W. Gross / J. Lawrence - adapt. Jacques Plante © Edwin H. Morris & Co) 5’28
10. Tangerine (V. Schertzinger) 5’53
11. Reste encore un peu (When Sunny Gets Blue) (Jack Segal & Marvin Fisher © SONY/ATV Tunes IIc)* 5’23
12. Will You Still be Mine ? (M. Dennis) 5’43
13. Groovy Trio Blues (Marc Fosset) 5’07
14. On Green Dolphin Street (B. Kaper, N. Washington) 4’19
15. The Break (Ph. Petit) 3’38

* avec l’aimable autorisation de SONY/ATV Music Publishing (France)  

Marc FOSSET : Guitare, chant
Philippe PETIT : Orgue Hammond
Eric DERVIEU : Batterie 
Enregistré les 25 et 26 avril 2006 à Paris – Studio Piccolo (prise de son : Vincent Bruley)
 

Marc Fosset
Guitariste au jeu raffiné, Marc Fosset fut pendant plus de vingt ans le partenaire fidèle de Stéphane Grappelli et également celui de la plupart des grands musiciens de jazz français et américains. Il est sans conteste un des meilleurs guitaristes de sa génération et son talent de mélodiste et de chanteur trouve aujourd’hui un écrin de choix avec ce trio où règne la plus grande complicité.  

Philippe Petit
Tout d’abord influencé par Jimmy Smith et Mel Rhyne, Philippe Petit s’est progressivement démarqué de ses maîtres pour s’orienter vers un style percutant, vif et délié, privilégiant le swing. Il s’est produit aux côtés de nombreux musiciens américains : Arnett Cobb, Bud Shank, Eric Alexander, Houston Person – ou français : Sylvain Beuf, Jean-Claude Fohrenbach…  

Eric Dervieu 
Entièrement au service de ses partenaires et du swing, Eric Dervieu est une figure incontournable du jazz parisien. Associé au pianiste René Urtreger depuis 1981, il joue avec Steve Grossman, Johnny Griffin, Sonny Stitt, N.H.O.P. ou encore Jean-Louis Chautemps, Pierre Michelot.

CD Marc Fosset Trio © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 I Want To Be Happy03'08
02 Deffa's Walk04'38
03 Never Let Me Go04'10
04 C'est si facile de vous aimer (Easy To Love)03'44
05 Nene's Tune04'39
06 La Béarnaise03'10
07 Black Coffee04'44
08 Be bop a Lulu04'44
09 Tendrement (Tenderly)05'29
10 Tangerine05'55
11 Reste encore un peu (When Sunny Gets Blue)05'24
12 Will You Still Be Mine05'44
13 Groovy Trio Blues05'09
14 On Green Dolphin Street04'21
15 The Break03'38
« Des compositions originales » par Classica Répertoire

Celui qui fut de longues années le guitariste de Stéphane Grappelli présente ici une formation orchestrale assez courante avec orgue Hammond et batterie. Mais alors que le répertoire est habituellement basé sur le blues, ici ce sont des compositions originales qui en occupent la majorité, agrémentée de standards revisités avec légèreté et souplesse. On peut même y entendre les paroles françaises de Tenderly (Tendrement) interprété par Marc Fosset lui-même. Un joli disque, frais comme un beau matin de printemps. CLASSICA REPERTOIRE





"Swing infernal, travail harmonique hors pair et improvisation toujours inspirées" Etudes Tziganes

"Les disques de Marc Fosset en leader sont rares; est-ce parce que le guitariste est largement sous-estimé, ou parce que l'esthétique très formatée années 60 dans laquelle il s'exprime n'intéresse guère les labels ? Fais de la manoucherie Marc ; sors un hommage à Jacques Montagne, par exemple ! Enregistré en avril 2006, ce disque ne sort curieusement que maintenant; sans Frémeaux peut-être n'aurait-il d'ailleurs jamais vu le jour ?! Entouré par P. Petit, organiste dont le style percutant privilégie le swing, et par Eric Dervieux, batteur efficace et musical, Marc nous donne une formidable leçon de jazz, à travers un répertoire qui alterne standards (On green Dolphin street, Never let me go, sublime ballade où sa guitare arienne et lumineuse fait merveille) et compositions originales (3 de P. Petit et 3 de Marc). Sur quelques standards avec paroles en français (Easy to love, Tenderly, When sunny gets blue), Marc joue les crooners et on pense alors à Michel Legrand; s'il n'a pas une grande voix, il chante très juste; à la guitare, c'est un styliste raffiné à la virtuosité tranquille ; il ne fut pas sans raison le compagnon de route de Stéphane Grappelli pendant près de 15 ans ! Son phrasé linéaire à l'articulation parfaite et à la légèreté exemplaire combine swing infernal, travail harmonique hors pair et improvisation toujours inspirées. Ajoutez à cela une grande complicité (ces trois là écument les clubs depuis des années), un plaisir de jouer et une formidable cohésion de l'ensemble et vous obtenez un excellent disque de jazz qui manque peut-être juste d'un petit grain de folie."
par Francis COUVREUX - ETUDES TZIGANES




« D’excellentes compositions originales » par Jazzman

Nostalgiques des trios conduits par Lou Bennet ou Eddy Louiss, réjouissez-vous ! Pour votre plus grand bonheur - et le nôtre - voici la réunion de Marc Fosset, Philippe Petit et Eric Dervieu. Bien connus des amateurs, est-il nécessaire de rappeler leurs palmarès respectifs, dans lesquels figurent en bonne place Stéphane Grappelli, Jean-Claude Fohrenbach et René Urtreger ? Aucun des trois protagonistes n’ayant pour habitude de couper les cheveux en quatre, ils affichent pour seule ambition de se conformer à la dénomination de leur album, « I want to be happy ». Et y réussissent parfaitement. D’excellentes compositions originales – Deffay’s Walk, La Béarnaise ou Le Bop à Lulu – quelques standards éprouvés – Black Coffee, Tangerine, On Green Dolphin Street – et le tour est joué. Si bien joué que tout semble facile. Seule réserve, la traduction des standards chantés par Marc Fosset : l’adaptation de Tenderly due à Jacques Plante ne risque pas de faire de l’ombre aux œuvres de Brassens ou de Gainsbourg… Alain TERCINET - JAZZMAN




« Une tradition parfaitement assimilée » par Jazz Magazine

Ancien accompagnateur de Stéphane Grappelli et co-leader de formations avec Patrice Caratini et Marcel Azzola, le guitariste Marc Fosset affiche une discographie respectable, mais qui comptent peu d’albums sous son seul nom. Une aubaine pour ses fans : le voici à la tête d’un trio classique avec orgue Hammond et batterie. De par leur riche expérience de sidemen auprès de grandes pointures internationales, les trois compères sont parfaitement à l’aise dans l’idiome assez formaté des célèbres Organ Combos des années 50 et 60 : une musique accessible et toujours swinguante (avec Eric Dervieu, efficace et musical). Les standards sont à l’honneur (On green Dolphin Street, Never Let Me Go, Black Coffee) en alternance avec des compositions signées du guitariste ou de l’organiste, mais fonctionnant sur les canevas structurels et harmoniques des standards. Ce n’est donc pas l’originalité en soi qui est visée ici, mais plutôt le plaisir de s’exprimer au sein d’une tradition parfaitement assimilée. Du bel artisanat, sans les fulgurances ni le grain de folie d’Eddy Louiss avec René Thomas et Kenny Clarke, et avec un son moins sale que les enregistrements Blue Note – l’orgue de Philippe Petit évitant à la fois les effets vulgaires et la joliesse […]. Pascal  SEGALA – JAZZ MAGAZINE




«Ses auditeurs, en tout cas, sont heu-reux ! » par Jazz Hot

« Ils sont trois et jouent comme un sextet. Il faut dire que ce ne sont pas les trois derniers venus : Marc Fosset, le guitariste de monsieur Grappelli, Philippe Petit et son orgue Hammond, un B3 qu’il fait swinguer comme un Lou Bennett et Éric Dervieu, pas manchot à la batterie. Et pour swinguer, ça swingue. Marc Fosset pousse de temps en temps la chansonnette, si l’on peut dire, disons qu’il la suggère, la susurre, l’évoque, la murmure, en français, même les standards américains, comme « When Sunny Gets Blue» devenant « Reste encore un peu ». Cela n’empêche nullement les audaces, rythmiques, bebop, sonores. Ainsi un « Black Coffee » superbe, un «  Bebop a Lulu » où Philippe Petit offre à Marc Fosset l’occasion de rendre hommage à René Thomas ou un « Néné’s Tune », pour Néné Mailhes sans doute, à moins que ce ne soit pour les nénés d’une nana (avec Marc Fosset, on ne sait jamais). I Want to Be Happy est plus qu’un titre d’album, pour ce guitariste exceptionnel. C’est presque un résumé de ce qu’il est, un traité de philosophie, un art de vivre. Ses auditeurs, en tout cas, sont heu-reux ! »
Par Michel Bedin – JAZZ HOT




« C’est un régal ! » par Jazz Classique

« Marc Fosset livre ici un disque cent pour cent swing. C’est un régal !  Les originaux sont joués avec nuances grâce, notamment, à l’accompagnement subtil et toujours à-propos du batteur et de l’organiste. Les standards sont interprétés dans la tradition, avec conviction et swing mais aussi originalité. La qualité de la prise de son ajoute à notre plaisir. Le jeu de Marc Fosset est à la hauteur de celui d’un George Benson, sa vélocité, sa sonorité, raviront l’auditeur. Son chant n’a rien à envier à Michel Legrand. Toutefois, je dois dire – ce sera mon seul « bémol » - que certains vocaux (titres 4 et 9) tirent le disque du côté de la «variété». Philippe Petit, dont le jeu respire, fournit une forte assise rythmique. L’orgue nous émerveille, surtout quand il est ainsi joué avec dextérité : utilisation des registres, jeu de basse…Eric Dervieu, formidablement présent, tout particulièrement par son jeu aux balais, contribue grandement à faire swinguer la musique. Ce CD éminemment recommandable complètera avec bonheur le rayon «trios orgue, guitare, batterie» de votre discothèque. »
Par Emmanuel de Montalembert – JAZZ CLASSIQUE




« La dernière création d’un maître joaillier » par Guitar Acoustic

« Le trio avec orgue et batterie demeure un des grands « jokers » de la guitare jazz (voyez, par exemple, la réussite de l’album d’un David Reinhardt). Aussi, la Guidon de Marc Fosset a-t-elle été fort bien inspirée de s’entourer, pour cet enregistrement daté de 2006, des touches du clavier de Philippe Petit et des balais (et autres baguettes) d’Eric Dervieu. L’ex accompagnateur de Grappelli y fait valoir la précision de son articulation et son impeccable musicalité, mâtinées de bon goût, tandis que ses compères swinguent joyeusement. Deux ou trois pauses vocales, au cours desquelles le leader risque son joli filet de voix, viennent ponctuer un répertoire par ailleurs judicieusement troussé (standards triés sur le volet et compositions bien senties). La dernière création d’un maître joaillier. »
Par Max Robin — GUITAR ACOUSTIC




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...