SANDRINE MALLICK - LUDOVIC BEIER "LUCIOLES"""


19,99 € TTC

FA517

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


2
-15%
PARTENARIAT JAZZ RADIO

Une nouvelle venue dans la famille de la chanson swing ?
Si Sandrine Mallick n’en est pas à ses premiers pas artistiques, c’est bien d’une histoire de famille qu’il s’agit avec la réunion des grands représentants du swing, du scat et de la chanson : Ludovic Beier, Doudou Cuillerier, Antonio Licusati, et l’ombre tutélaire d’Angelo Debarre.
Sandrine Mallick signe les titres pleins d’entrain de Lucioles chatoyantes enregistrées avec le soutien complice et créatif de City Record et de Ludovic Beier, à qui l’on doit la majorité des musiques. Un album réconciliant chanson française, show déjanté sensuel et cynique, et swing ravageur de la Bande à Beier !
Benjamin Goldenstein & Patrick Frémeaux


Sandrine Mallick : Chant - Philippe "doudou" Cuillerier : Guitare - Antonio Licusati : Contrebasse - Ludovic Beier : Accordéon, accordina, claviers, piano
Invités : Frédéric Rottier (sur 1, 5, 7, 8 et 13) : Batterie, percussions - Jean-Paul Jamot (sur 1, 5 et 10) : Banjo, mandoline et guitare électrique - avec la participation amicale d'Angelo Debarre (guitare sur 3)

Droits audio : Frémeaux & Associés en accord avec City Record (Ludovic Beier & Sebastien Smits)
Sandrine Mallick Lucioles

Sandrine Mallick
Lucioles












1. Lucioles  (S. Mallick, L. Beier)    4’22    
2. Incognito  (T. Sauvage, F. Martin)    1’07    
3. Pas touche au Manouche  (S. Mallick - L. Beier - A. Debarre)    3’15    
4. Les p’tits moineaux  (S. Mallick - L. Beier)    3’18    
5. Swing à la Villette  (S. Mallick - J.P. Jamot, L. Beier)    3’27    
6. Intermittite aigüe  (S. Mallick - L. Beier)    3’57    
7. Chinoiseries  (S. Mallick - L. Beier)    3’50    
8. Dans l’ombre de ma diva  (S. Mallick - L. Beier)    4’14    
9. L’évidente  (S. Mallick - L. Beier)    2’28
10. Volutes de fumée  (S. Mallick - P. Cuillerier)    3’00
11. Cœur de puma  (S. Mallick - L. Beier)    2’46
12. Matin d’hiver  (S. Mallick - L. Beier)    0’44
13. Job alimentaire  (S. Mallick - L. Beier)    3’44
14. Le jazz band  (Léo Ferré)    3’46

Titres 1 à 13 : éditions Frémeaux & Associés / City Record Sauf 9 : éditions Le Chant du Monde
Titre 14 : Méridian Editions / Mathieu Ferré et Cie

Sandrine Mallick : Chant
Philippe “Doudou” Cuillerier : Guitare
Antonio Licusati : Contrebasse
Ludovic Beier : Accordéon, accordina, claviers, piano
Avec : Frédéric Rottier : Batterie, percussions (sur titres 1, 5, 7, 8 et 13)
Jean-Paul Jamot : Banjo, mandoline et guitare électrique (sur titres 1, 5 et 10)
Avec la participation amicale d’Angelo Debarre (guitare)

Production 2009 : City Record
Réalisation, arrangements, prise de son, mixage & mastering (février 2009 à City Record Studio) : Ludovic Beier

Photos :
Sandrine Mallick : Emilien Blond
Ludovic Beier : Jerry Lacay
Doudou : Jean-Claude Rava
Antonio Licusati : Bruno Abadie

Remerciements : Ludovic BEIER, Sébastien SMITS
Frédéric PERAT (conception graphique)
Emilien BLOND (photos couverture)
Anne-Laure SANOUDJ (maquillage-coiffure)

Contact, management : Sébastien Smits +33 (0)6 26 94 26 89 / [email protected] / www.cityrecord.fr  

De formation pluridisciplinaire, Sandrine Mallick reste une artiste “évolutive”, toujours ouverte à de nouvelles expériences professionnelles... Au théâtre musical en 1996, elle était l’une des “Z’Acoustiques” dans un spectacle qui consacre en elle la fusion des expressions artistiques : chanson, théâtre, show, sont autant de facettes de son art, et rejaillissent dans ses chansons. Premier rôle féminin dans “La Crise Est Finie!”  (comédie-chansons années 30 donné au Tambour-Royal en 1998-99), elle participe au “Chantons Sous La Pluie” du Théâtre de la Porte Saint-Martin qui obtient en 2001 le Molière du Meilleur Spectacle Musical. On l’entend l’année suivante dans “Frou-Frou Les Bains” – auréolé du même Molière en 2002 ! hanteuse-meneuse du show “Broadway Melodies” à l’hôtel New-York de Disneyland Paris, elle s’est également produite en concerts jazz avec le pianiste Fabrice Eulry et diverses formations (Jacques Doudelle Orchestra, Alexandre Adler Big-Band, Middle-Jazz Quintet...).  Au sein du trio vocal swing “Les Dolly Frenchies”, qui tourne en France et à l’étranger depuis 1998, Sandrine a ouvert le gigantesque spectacle de Jérôme Savary donné à Paris, place de la Bastille en août 2004, à l’occasion du 60ème anniversaire de la Libération. A cette même occasion, Marianne Mélodie produit son premier album solo : “C’est Loin Tout Ca. Les chansons de la Libération”. Pour la télévision, Sandrine Mallick a repris le répertoire français dans les émissions de Pascal Sevran. Au cinéma, elle apparaît comme la chanteuse de radio-crochet dans le long-métrage de Patrice Leconte “Rue Des Plaisirs”, et fait des claquettes dans “Agathe Cléry” d’Etienne Chattiliez. Elle signe la quasi-totalité des titres de Lucioles, enregistré avec le soutien complice et créatif de City Record et de l’immense accordéoniste Ludovic Beier, à qui l’on doit la majorité des musiques originales de cet album réconciliant chanson française, show déjanté, sensuel et cynique, sur fond de swing ravageur de la Bande à Beier !

Né en 1978, musicien de jazz dans l’âme depuis sa plus tendre enfance, Ludovic Beier se passionne pour le son “West-Coast”, découvre ses idoles (Chick Corea, George Duke, Charlie Parker, Miles Davis, George Benson…), commence à composer très jeune et glisse au fil de ses albums quelques-uns de ses thèmes, des ballades au be-bop…  La rencontre d’Angelo Debarre, marquera le début de sa carrière de musicien de jazz. En quelques mois, son nom associé à celui d’Angelo prend une dimension internationale avec, consécration ultime, une série de concerts triomphale au célèbre Birdland de New York. Les albums qu’ils publient sous leurs deux noms au Chant du Monde/Harmonia Mundi (Swing Rencontre, Come Into My Swing…) sont accueillis avec enthousiasme par le public et par la presse. Ludovic croise alors, en jam ou pour des concerts, les plus grands noms du jazz : James Carter, Paquito D’Rivera, Frank Wess…En mars 2006, on retrouve Ludovic au Carnegie Hall de NYC pour le concert “Magic Of Toots” avec Toots Thielemans, Herbie Hancock, Eliane Elias, Ivan Lins, Oscar Castro-Neves, Paquito D’Rivera, Joe Lovano, Ari Honig, Scott Colley et Kenny Werner. Ludovic Beier a reçu en 2005 le grand Prix Gus Viseur, et a été récompensé en 2007 par les Prix de Printemps de la SACEM en recevant le Prix Francis Baxter.  Il sort en mai 2009 un nouveau CD en quartet “Django Brasil” où il réarrange les standards de Django Reinhardt à la façon brésilienne. Il fait également partie de la grande tournée “Manoir de mes Rêves” avec Angelo Debarre, Stochelo Rosenberg, Dorado Schmitt, Thomas Dutronc… pour célébrer le centenaire de la naissance de Django Reinhardt. A la croisée des traditions musicales de notre Ancien Monde et du Nouveau Continent, sachant marier le jazz à la java, Ludovic reconnait dans l’énergie créatrice de Sandrine Mallick une fusion s’accordant à son parcours musical et apporte son concours à l’ensemble de la production du disque.

Né à Versailles en 1961 dans une famille de musiciens. Philippe “Doudou” Cuillerier débute son apprentissage musical par le tambour de fanfare et le saxophone. Il s’éprend ensuite de la guitare picking à l’écoute des disques de Marcel Dadi. De cet enthousiasme découle naturellement l’envie d’étudier la guitare jazz et l’harmonie. Sa collaboration avec Angelo Debarre, débutée en 1984, est déterminante dans l’aboutissement de ses projets. Il devient la “pompe” de renom dans le milieu du swing manouche. Il est alors sollicité par les grands du style : Romane, Babik Reinhardt, Christophe Lartilleux, Florin Niculescu, Rodolphe Raffalli, Christian Escoudé, Biréli Lagrène, Tchavolo Schmitt, Marcel Azzola, Didier Lock­wood, Patrick Saussois, Lemmy Cons­tantine, Dorado Schmitt, Ludovic Beier, Marcel Loeffler, David Reinhardt… A leurs côtés, Doudou a l’occasion de dévoiler son talent de chanteur et, fait plutôt rare dans le swing manouche, les leaders lui demandent régulièrement d’épicer leurs shows de chansons manouches et de scats rageurs.  Il fond en 2001 le groupe Doudou Swing, avec Victorine Martin, Antonio Licusati, puis Emy Dragoï, qui signe en 2004 chez Iris Music le disque Doudou à feu doux (aujourd’hui chez Frémeaux & Associés) puis le spectacle musical et interactif pour enfants “Mister Django et Madame Swing”, également édité en CD chez Frémeaux & Associés. Swing, scat, chanson et pure énergie sont la marque de fabrique de Doudou. Nulle surprise de le retrouver parmi ceux qui, aux côtés de Sandrine Mallick, font briller ses Lucioles de mille feux.

Antonio Licusati voit le jour en 1964 à Salerne, dans le sud de l’Italie. Ses premiers repères musicaux sont ceux de son grand-père : les fanfares, l’opéra et les musiques de films. Son conte de fée, à lui, s’écrit à travers la guitare que sa mère lui offre en 1978, puis à travers Paul Mc Cartney. Jeune bassiste aux goûts éclectiques (rock, blues et jazz), Antonio découvre un maître en la personne de Jaco Pastorius. A 19 ans, autodidacte, il embrasse la carrière de musicien professionnel et accompagne des chanteurs de variétés italiennes. Après un service militaire au cours duquel il passera maître à la contrebasse, Antonio s’installe à Paris où il multiplie les jam sessions avec les héritiers de Django Reinhardt. Il connaît vite le répertoire et les plus grands musiciens du style, qui réclament ses services : Biréli Lagrène, Florin Niculescu, Rodolphe Raffalli, Babik Reinhardt, Angelo Debarre... Les palmarès de tous ces musiciens ont un air de famille ! D’amitié, également. Celle de Doudou se matérialise dans l’orchestre Doudou Swing, dont Antonio est un pilier fondateur. Autour des charismatiques et audacieux Angelo Debarre et Ludovic Beier, Antonio rencontre la fougue de Sandrine Mallick.  

© CITY RECORD – FRÉMEAUX & ASSOCIÉS / LUCIOLES, SANDRINE MALLICK © Frémeaux & Associés(frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)


CE QUE DIT LA PRESSE :

"Sandrine Mallick" par New Folk Sounds
De swingende jazz-muziek zoals we die kennen van grootmeester Django Reinhardt blijft Franse chansonniers inspireren. Denken we maar aan Brassens, Aznavour en meer recent aan Marie-Laure Béraud en Sanséverino. Nu is er Sandrine Mallick. Zelf schrijft ze de teksten van haar chansons waarop accordeonist  Ludovic Beier muziek zette. Allebei zijn ze niet nieuw in het vak maar de cd Lucioles is de eerste waarop ze eigen werk brengen. Mallick is een veelzijdige theatervrouw die al meerdere onderscheidingen kreeg voor haar zang in muziektheater. Ook Beier kaapte al prijzen weg, ondermeer de Prix Gus Viseur in 2005. De zang van Mallick is bijzonder sterk en gevoelig. De begeleiding door Beier en nog wat andere muzikanten  is levendig en meeslepend. In het openingsnummer Lucioles zingt ze dat zij de lichtkevers zijn van de music-hall. In Pas touche au manouche, dat door Beier, samen met gitarist Angelo Debarre op muziek werd gezet, speelt ze op een leuke manier met de ch-klanken. Een paar tragere nummers tussendoor zorgen voor de afwisseling.  Mallick sluit deze cd af met een spetterende cover van een oud lied van de grote Léo Ferré: Le Jazz Band. Deze eerste cd van Mallick als chansonauteur is een schot in de roos die veel chansonliefhebbers zal bekoren.
Dries DELRUE – NEW FOLK SOUNDS




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 Lucioles - Sandrine Mallick04'23
02 Incognito - Sandrine Mallick01'08
03 Pas Touche au Manouche - Sandrine Mallick03'17
04 Les P'Tits Moineaux - Sandrine Mallick03'19
05 Swing à La Vilette - Sandrine Mallick03'29
06 Intermittite Aigue - Sandrine Mallick03'59
07 Chinoiseries - Sandrine Mallick03'51
08 Dans L'ombre de ma Diva - Sandrine Mallick04'15
09 L'Evidente - Sandrine Mallick02'30
10 Volutes de fumée - Sandrine Mallick03'02
11 Coeur de puma - Sandrine Mallick02'47
12 Matin d'hiver - Sandrine Mallick00'45
13 Job alimentaire - Sandrine Mallick03'46
14 Le Jazz band - Sandrine Mallick03'45
"Sandrine Mallick écrit ses textes, ils sont brillants" par Studiopressdigital

"Ce CD de la chanteuse Sandrine Mallick est aussi, et c’est un très joli compliment, un excellent disque de swing manouche. Il faut dire qu’avec Antonio Licusati (b) et Doudou Cuillérier (g), les compères habituels de Rodolphe Raffalli, avec Ludovic Beier et, (comment ont-ils dit, déjà, sur la pochette ?), «l’ombre tutélaire d’Angelo Debarre» (écoutez «Pas touche au Manouche»), on est fatalement dans le grand swing manouche. Sandrine Mallick écrit ses textes, ils sont brillants, incisifs parfois («Intermittite aiguë»), bien adaptés au style. On est en même temps dans la grande chanson française traditionnelle, à la Gréco ou Brassens. Les musiques (Doudou, Angelo, mais surtout Ludovic Beier) sont délicieuses. Et avoir terminé par «le Jazz Band» de Léo Ferré, une chanson anti-jazz servant le jazz, est une belle trouvaille. La voix de Sandrine Mallick est agréable, sa diction est excellente. Un beau disque."
par Michel BEDIN - STUDIOPRESSDIGITAL




«Un album entraînant, coloré et récréatif.» par revue des médiathèques et des collections musicales

« Une réunion des ténors du swing, du scat et de la chanson : Ludovic Beier, Doudou Cuillerier et Antonio Licusati composent à Sandrine Mallick un album entraînant, coloré et récréatif. Avec des échos appuyés de manouche, de swing et de chanson française évidement. Vivifiant ! »
Par Jeanne-Marie Belledejour — REVUE DES MEDIATHEQUES ET DES COLLECTIONS MUSICALES




« Une musique vitaminée ! » par Pages Culturelles Lion

« Chanteuse, actrice de théâtre et de comédies musicales, parolière, Sandrine Mallick est une personnalité aux talents multiples. On retient sa présence dans Chantons sous la pluie (Molière de la meilleure comédie musicale en 2001), dans Frou Frou les bains (Molière de la meilleure comédie musicale 2002) et sa participation au trio vocal swing « Les Dolly Frenchies ». Elle a écrit les paroles de presque toutes les chansons de ce disque Luciole. Des chansons aux textes piquants, humoristiques ou sensuels sur des musiques signées par Ludovic Beier, merveilleux accordéoniste qui l’accompagne avec Philippe Cuillerier à la guitare et Antonio Licusati à la contrebasse. Un dynamisme décoiffant, un swing ravageur, une ambiance bon enfant : une musique vitaminée ! »
Par PAGES CULTURELLES LION




"À écouter sans modération !" par Djangostation

"Sandrine Mallick n’en est pas à ses premiers pas dans les arts et la chanson. Très à l’aise dans la comédie musicale, on a pu la voir et l’écouter dans bon nombre de spectacles musicaux depuis une bonne quinzaine d’années : les "Z’Acoustiques" en 1996, "La crise est finie" en 1998, les moliérisés "Chantons sous la Pluie" et "Frou-frou les Bains" dans les années 2000, le show "Broadway Melodies" de l’Hôtel New-York de Disneyland, ou encore au sein du trio vocal "Les Dolly Frenchies" qui tourne depuis 1998. Rajoutez à ce CV déjà bien rempli quelques apparitions cinématographiques (Leconte, Chatiliez), un disque en solo ("C’est loin tout ça" sur les chansons de la Libération) et vous aurez une petite idée du caractère et du dynamisme de la jeune femme. Pour ses premiers pas dans le swing manouche, Sandrine Mallick a eu la bonne idée de faire appel à des cadors du style : l’ami Doudou Cuillerier pour une pompe de luxe (excellent aussi aux cœurs et quand il scate), Antonio Licusati, son comparse de Doudou Swing à la contrebasse, et surtout Ludovic Beier à l’accordéon, qui signe également la quasi totalité des musiques du disque (on imagine aussi des arrangements). Et qui dit Ludovic Beier dit forcément... Angelo Debarre qui a la gentillesse de déposer un chorus époustouflant sur Pas touche au manouche et expédie quelques notes sur Cœur de puma : c’est court, mais le clin d’œil est sympa. Qu’elle chante le désarroi de ses collègues intermittents (Intermittite aiguë), les grandes joies et petites souffrances des artistes qui ne sont pas des stars (Lucioles), les nécessités occasionnelles d’un Job alimentaire, les confessions amères du mari d’une diva d’opéra (Dans l’ombre de ma diva) ou les frustrations résignées d’avoir arrêté la cigarette (Volutes), l’humour, la tendresse et le swing sont toujours au rendez-vous : à l’écoute des textes admirablement chantés (et tous signés de sa main), on sourit souvent, on rit beaucoup. Les musiques de Ludovic Beier mettent particulièrement en valeur la qualité des chansons un peu sur tous les airs : swing, valse, tango, foro, csardas... et les contrechants d’accordéon sont toujours très inspirés. Lucioles est donc un excellent album varié, drôle et touchant, superbement interprété par une chanteuse qui connait parfaitement son métier et des musiciens de haute volée... À écouter sans modération !"
par STOCHE - DJANGOSTATION




« Une fraîche aisance » par Jazz Magazine-Jazzman

Sur « Lucioles », Sandrine Mallick chante des textes de son crû avec une fraîche aisance, entre cabaret et swing manouche en compagnie de Ludovic Beier, responsable d’arrangements et d’une production de belle facture. De la bonne chanson swinguée. JAZZ MAGAZINE-JAZZMAN




"Talent particulier pour peindre avec humour et tendresse les méandres de l’existence" Citizenjazz

"Le swing manouche est un petit monde où l’auditeur averti retrouve souvent de vieilles connaissances, des maîtres de la pompe aux solistes les plus vifs. Une poignée de noms dans un line-up suffit souvent à prédire la qualité sans faille d’un enregistrement. Ainsi, Lucioles affiche, outre quelques visites d’Angelo Debarre, un socle rythmique constitué de Doudou Cuillerier, accompagné de son contrebassiste habituel Antonio Licusati et de l’accordéoniste Ludovic Beier, qui compose la très grande majorité des morceaux.
L’intérêt supplémentaire de l’album est de faire découvrir la chanteuse Sandrine Mallick. Si cette artiste éclectique s’est fait remarquer depuis une quinzaine d’années dans différentes comédies musicales (dont Chantons sous la pluie et Frou-Frou-les-Bains, récompensés par un Molière en 2001 et 2002), quelques rôles au cinéma et un premier album solo, C’est loin tout ça, consacré aux chansons de la Libération, Lucioles marque sa première incursion dans l’environnement du swing. Sa manière de chanter est donc logiquement influencée par ces expériences de comédienne chanteuse, ce qui donne aux chansons un caractère particulièrement vivant et tonique.
Cette facette est encore renforcée par les textes eux-mêmes, qu’elle a presque tous signés. Mallick a un talent particulier pour peindre avec humour et tendresse les méandres de l’existence : la nécessité de ne pas se laisser ronger par un rythme de vie urbain effréné (« Swing à la Villette »), l’enfer de la vie de couple au quotidien, vue ici à travers le regard du mari d’une cantatrice internationale (« Dans l’ombre de ma diva »), la difficulté d’arrêter de fumer (« Volutes »), la nostalgie (« Les p’tits moineaux »)... Plusieurs titres « sentent le vécu », comme on dit, et sont consacrés aux difficultés des Intermittents et à la vie sur la route des artistes qui ne sont pas des célébrités. Mais elle a l’intelligence de ne jamais tomber dans le démonstratif et parvient à développer finement son propos sous un angle anecdotique. Cette habileté dans l’écriture, conjuguée aux grandes qualités de l’interprétation et de l’accompagnement, rendent ce disque attachant et vivifiant."
par Arnaud STEFANI - CITIZENJAZZ