CANADA FOLKSONGS 1951-1957

FRENCH & ENGLISH SONGS, COUNTRY, NATIVE MUSIC

Plus de détails

Nombre de CDs : 2


29,99 € TTC

FA5191

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


Le Canada est un territoire politique qui n’a pas une culture identitaire le représentant, mais une diversité de patrimoines relatifs à l’histoire des migration de ce pays. Ce coffret de 2 CDs, réalisé sous la direction de Martin Duchesne, en exprime les multiples facettes. Il présente les versions québécoises des vieilles chansons venues de France, les versions anglophones en provenance du Royaume-Uni et des Etats-Unis, ainsi que des chansons purement canadiennes. Ce portrait du Canada folklorique est complété par la culture des First Nations, les premières nations indiennes dont la culture linguistique marque ce territoire aussi fortement que la culture francophone ou anglophone (Ottawa, Toronto…). Avec ce coffret de 57 chansons, Frémeaux & Associés offre un regard historiographique sur les diversités culturelles, une vision transversale entre toutes les expressions – tant savantes que populaire, rurales qu’urbaines – et donne à entendre son extraordinaire richesse.”
Patrick Frémeaux

“Contrairement à la vision anthropologique française qui consiste généralement à étudier des cultures extérieures qui correspondent souvent aux pays colonisés, l’anthropologie canadienne doit faire face à la multiplicité de sa propre culture, partagée entre l’héritage occidental et l’art coutumier indien des « First Nations ». Ainsi, c’est sur la diversité des origines que se fonde l’esprit canadien comme l’illustre ce coffret.”
Lola Caul-Futy Frémeaux (Anthropology student at Simon Frazer University of Vancouver)

Canada is a political entity which is not represented by one individual culture, but by various traditions transmitted through immigration during the history of the country. This double boxed set, directed by Martin Duchesne, portrays the multiple aspects.  It features Quebec versions of old songs from France, English versions from the United Kingdom and the US as well as bona fide Canadian songs.  This perspective of Canadian folklore equally covers the culture of the First Nations, the first Indian nations with a linguistic culture which marked the land as much as French or English-speaking culture (Ottawa, Toronto, etc.).  With this set of 57 songs, Frémeaux & Associés presents a historiographical panorama of cultural diversity, a cross-sectional view of all forms and every level of expression, and affirms the country’s extraordinary richness.” 
Patrick Frémeaux

“Contrary to the French anthropological vision which generally consists of studying external cultures often corresponding to the colonized countries, the Canadian anthropology must face the multiplicity of its own culture, shared between the Western heritage and the Indian usual art of “First Nations”. This 2CD set evidently represents the individuality of Canadian’s spirit, based on the diversity of its origins.”
Lola Caul-Futy Frémeaux (Anthropology student at Simon Frazer University of Vancouver)

Lord Gordon Reel • The Squid-Jiggin' Ground • I'm Going To Get Married • The Bad Girl's Lament • Chin Music • À la claire fontaine • Le petit moine • Boys Of The Island • The False Knight Upon The Road • Lots Of Fish In Bonavist' Harbor • Anti-Confederation Song • Pretty Susan • The Welcome Table • Old Tune • Galop de la Malbaie • Laquelle marierons-nous ? • Chanson de mensonges • Auprès de ma blonde • Violon en discorde • Tous les gens du plaisir • À la claire fontaine - Ah ! Tu danses bien Madeleine • Vive la Canadienne • She Was Poor But She Was Honest • A Young Man Lived In Belfast Town • The Wee, Wee German Lairdie • Pastoral (d'Auvergne) • À Paris sur le petit pont • Danse carrée • Shining Birch Tree • The Shantyboys' Alphabet • The Franklin Expedition • The Murder Of F.C. Benwell • The Poor Little Girls Of Ontario • The Black Fly Song • An Indian Sat In His Little Bark Canoe • The Northern Trappers Rendez Vous • The Little Old Sod Shanty • Un Canadien errant • The Alberta Homestead • A Poor Lone Girl In Saskatchewan • The Klondike Gold Rush • The Lookout In The Sky • The Story Of Weldon Chan • Lake Of Crimson • War Dance [Micmac] • Hunting Black Bear [Algonkian] • Victory Song [Cree] • War Song (World War II) [Cree] • Warrior's Death Song [Blackfoot] • Grass Dance [Blood] • Owl Dance [Blood] • Lucky Stone Song [Blackfoot] • War Song [Blackfoot] • Children's Game [Inuit] • I Sing About The Dance [Inuit] • Before We Came To This Religion [Inuit] • Girl's Game [Inuit].

Droits : Droits : XXI productions (Universal quebec) licencié à Frémeaux & Associés /Groupe Frémeaux Colombini - The Frémeaux Music Store (patrimoine des musiques traditionnelles sur CD à écouter / The Canadian Frémeaux heritage).

"

Canada Folksongs

Canada Folksongs
1951-1957








MOT DU DIRECTEUR ARTISTIQUE
Selon des statistiques récentes, la population du Canada est composée à plus de 36% de Canadiens d’ori­gine britannique, 29% d’origine française et 32% dont les ancêtres sont venus des quatre coins du globe, particulièrement des pays d’Europe. La dernière fraction de 3% représente les “Premières nations”. Au Canada, la table est donc mise depuis plusieurs siècles pour accueillir la diversité culturelle et ce sera en musique que cette magnifique courtepointe de traditions orales et instrumentales sera dévoilée. Les Français, on le sait, commencèrent à coloniser la partie est du Canada, ainsi que la côte du fleuve Saint-Laurent dès le début du XVIIIe siècle. Les premiers colons européens, venus de toutes les provinces de France, apportèrent avec eux leurs connaissances, leurs métiers, leurs coutumes et traditions, sans oublier leurs contes, leurs danses et leurs chansons. En 1760, après bien des guerres, ce Canada d’alors passa sous la domination anglaise. Venus en majorité des Îles Britanniques, les nouveaux arrivants s’installèrent dans ce pays qu’ils adoptèrent, comme les Français l’avaient fait un siècle et demi auparavant, et ensemble, ces deux groupes ethniques bâtirent le Canada d’aujourd’hui. L’évolution de la chanson folklorique de langue française dut se faire en vase clos, pour ainsi dire. En effet, à partir de la conquête, les contacts avec la France furent interrompus et seule la tradition orale conserva les chansons venues avec les premiers colons français, formant ainsi la plus grande partie de notre folklore chanté. En langue anglaise, la chanson traditionnelle canadienne puisa sa source dans les Îles Britanniques, mais a été grandement influencée par nos voisins du Sud, les États-Unis, et ce principalement dans les provinces centrales. Étant de même langue, il semblerait que la chanson ne se soit guère souciée des douaniers et des frontières, et qu’elle ait traversé gaiement d’un pays à l’autre. Dans les provinces de l’Est, sur l’Atlantique, elle a fleuri de façon plus autonome et, comme la chanson de langue française, elle s’est adaptée au pays avec les années, pour devenir canadienne, comme ses habitants.

Nos ancêtres ont naturalisé leurs chansons graduellement, en les chantant là où ils en avaient besoin, en changeant parfois les airs, parfois les paroles ou encore en adoptant le rythme à leurs divers travaux. Le ca­notier qui prit les paroles d’une chanson de cour prétentieuse du XVIIIe siècle, avec son air insignifiant, pour en faire une chanson à avironner, ne se doutait pas que quelques générations plus tard, sa chanson serait complètement transformée par la propagation orale, qu’elle s’appelerait “À la claire fontaine”, et qu’après avoir parcouru toutes les rivières du Canada, elle deviendrait l’une des plus belles chansons connues en langue française. Dans ce cas, comme dans bien d’autres, non pas un homme, mais la tradition orale est devenue un grand compositeur et le temps, en grand orfèvre qu’il est, s’est amusé à ciseler finement une chanson qu’un marin, un paysan ou un bûcheron lui avait confiée. Cette anthologie est un reflet de l’héritage culturel de nos ancêtres canadiens A Mari usque ad Mare et des Premières Nations qui peuplèrent le pays. On y trouve des versions canadiennes de vieilles chansons venues de France, du Royaume-Uni et des États-Unis, ainsi que des chansons purement canadiennes. Le portrait du Canada folklorique ne saurait être complet sans ce détour impératif chez les Premières Nations, que nous connaissons toujours très peu. Dans les années cinquante et soixante,  le distributeur canadien du catalogue Folkways Records de New York, Samuel Gesser (Montréal, 7 janvier 1930), réalise combien était riche l’héritage folklorique du Canada. Le propriétaire de Folkways, Moses Asch, l’encouragea à faire ses propres enregistrements de ce qu’il appelait “le grand pays nordique méconnu”. Ces paroles l’incitèrent à parcourir le Canada et à dénicher les nombreux collectionneurs et interprètes de folklore canadien et à graver sur disque leurs prestations intemporelles. Il lui semblait qu’ils n’étaient pas reconnus à leur juste valeur.

Quelques-uns de ces collectionneurs de chansons folkloriques avaient déjà commencé à enregistrer, notamment : Ken Peacock de Terre-Neuve, helen Creighton de Nouvelle-Écosse, Louis Manny du Nouveau-Brunswick, Marius Barbeau du Québec, Edith Fowke de l’Ontario et Barbara Cass-Beggs de la Saskatchewan. Marius barbeau, dont la collection à l’époque regroupaient plus de 13 000 titres, avait commencé à collectionner en 1912 pour le compte du Musée national du Canada, et Helen Creighton, qui avait commencé en 1928, avait réussi à amasser plus de 4 000 chansons. Samuel Gesser souhaitait à l’époque que l’on trouve dans ses nombreux enregistrements l’esprit de ce pa­trimoine magnifique, diversifié, mais aussi négligé, mais surtout des gens qui le composent et qui l’ont rendu vivant... encore aujourd’hui. Samuel Gesser fut intrônisé en 2006 au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens, pour son apport patrimonial extraordinaire à l’histoire de la chanson du Canada et ainsi qu’à l’histoire de l’enregistrement sonore canadien. Ce corpus de 2 CD met en exergue une sélection de gravures des années cinquante réalisées par Samuel Gesser, puisées dans l’imposante réalisation discographique de près de cent disques qu’il a laissé en héritage. Frémeaux & Associés nous fait l’honneur aujourd’hui d’éditer le travail de XXI-21 Productions pour une diffusion mondiale du patrimoine des musiques canadiennes.
Martin DUCHESNE
© 2008 XXI-21 PRODUCTIONS - FRÉMEAUX & ASSOCIÉS


NOTE FROM THE PUBLISHERS
According to recent statistics, the population of Canada is composed of more than 36 % Canadians of British origin, 29 % of French origin and 32 % whose ancestors came from the four corners of the world, specially from Europe. The last 3 % represents the First Nations.  In Canada, the stage is therefore set since many centuries to welcome this whole cultural interbreeding and music will reveal this wonderful quilt of oral and instrumental traditions. The Frenchmen, as everyone knows, began to colonize the eastern part of Canada, as well as the St-Lawrence coast since the early Eighteenth Century. The first European settlers who came from all the provinces of France brought along their knowledge, trades, customs and traditions, as well as their legends, dances and songs. In 1760, after many battles, Canada came under English rule. The newcomers who were mostly from British Isles, settled in this country of adoption as the French had done a century and a half before them. Together, these two ethnic groups built today’s Canadian country. The evolution of French folk song occurred in isolation as it were. For ever since the British conquest, all communication with France was cut off. It was only through oral tradition that the songs brought by the first French settlers remained alive to form the greater part of our folk songs. English traditional songs took inspiration from the British Isles, but were greatly influenced by our southern neighbours, namely the United States. This was mainly so in the central provinces. Since they shared a common language, it seems that English songs didn’t care much about borders and customs officers. Happily they went from country to country. In the Eastern provinces of the Atlantic shores, they flourished independently and like their French counterparts, adapted to the country as years went by to become as Canadian as the people of the land.

Our ancestors absorbed these songs gradually by singing them where there must be song, sometimes  changing the melody or the lyrics, or by adopting the rhythm to their different jobs. The boater who took the lyrics to a pretentious song from the Eighteenth Century with its insignificant melody to turn it into a boat song had no way of knowing that after a few generations, his song would be totally transformed by oral propagation and be known as ’’À la claire fontaine’’. After having travelled all the rivers of Canada, it would become one of the most beautiful French songs. In this case, as in many others, it wasn’t man but oral tradition that turned into a great composer and time, that great expert, played at polishing the song that a sailor, a peasant or a lumberjack had entrusted him with. This anthology is a reflection of the cultural heritage of our A Mari usque ad Mare Canadian ancestors and the First Nations who populated our country. Therein are to be found Canadian versions of old songs from France, the United Kingdom and the United States, as well as purely Canadian songs. No picture of Canadian folklore would be complete without an imperative detour to the First Nations which still remain quite unknown to us. In the Fifties and Sixties, the Canadian distributor of the New York Folkways Records catalog, Samuel Gesser (Montreal January 7, 1930), realized how rich was Canada’s folk heritage. Folkways owner Moses Asch encouraged him to make his own recordings of what he called ’’the great unknown Northern country’’. These words drove him to travel all over Canada to unearth the many collectors and performers of Canadian folklore and record their timeless performances. It seemed to him that they weren’t recognized for their worth.

Some folk song collectors had already begun recording, namely Newfoundland’s Ken Peacock, Nova Scotia’s Helen Creighton, New Brunswick’s Louis Manny, Québec’s Marius Barbeau, Ontario’s Edith Fowke and Saskatchewan’s Barbara Cass-Beggs. Marius Barbeau had begun to collect more than 13,000 songs in 1912 for the Canadian National Museum while Helen Creighton had gathered more than 4,000 songs since 1928. Samuel Gesser wished at the time that his many recordings preserve the spirit of this wonderful and varied but neglected heritage; he moreover hoped to find the people who composed and brought it alive… even today. Samuel Gesser was inducted in 2006 into the Canadian Hall of Fame for his extraordinary national contribution to the history of Canadian song and sound recordings. This 2 CD corpus (now at Frémeaux & Associés) brings out a selection of recordings from the fifties produced by Samuel Gesser, taken from the great record production of nearly one hundred recordings he left us.
Martin DUCHESNE
© 2008 XXI-21 PRODUCTIONS - FRÉMEAUX & ASSOCIÉS


CD1
01  Lord Gordon Reel  1’13 - Kenneth Faulkner, violin / violon - (NS) FM 4006 - 1956
Cette polka nous vient des Îles Britanniques.
This tunes comes from the British Isles and is played for the polka.

02  The Squid-Jiggin’ Ground  3’00 - Alan Mills and / et Gilbert Lacombe, guitar / guitare - (NF) FM 6831 - 1953
Peut-être la plus populaire de toutes les chansons terre-neuviennes; elle a été écrite par un professeur d’école, Arthur R. Scammell. Elle décrit les entourloupettes qui se produisent lorsque les pêcheurs vont aux calmars. Ceux-ci ont la méchante habitude de projeter un jet de liquide noirâtre lorsqu’on les dérange ou qu’on les attrape.
Perhaps the most popular of all Newfoundland songs, it is one written by a school teacher, Arthur R. Scammell. It describes the shenanigans that go on when the fishermen go “squid-jiggin’”. The squid have a nasty habit of squirting forth a dark, gooey liquid when disturbed or caught.

03  I’m Going To Get Married  2’56 - Mrs. Edward Gallagher - (NS) FM 4006 - 1956
Chaque jeune fille envisage son mariage avec en­thousiasme, et quelques-unes d’entres elles expriment leurs heureuses pensées en chanson.
Every young girl looks forward to her marriage and some express their happy thoughts in song.

04  The Bad Girl’s Lament  2’47 - Wade Hemsworth, guitar / guitare - (NS) FW 6821 - 1955
Cette chanson triste est évidemment une version antérieure de la vieille ballade qui engendra « The Streets of Laredo » et « St. James Infirmary ». D’après le refrain, il semble que toutes trois viennent d’une chanson irlandaise de régiment.
This sad song is obviously an earlier version of the old ballad that begat “The Streets of Laredo” and “St. James Infirmary”. From the chorus it is assumed that all three came from an Irish regimental song.

05  Chin Music  0’37  - Angelo Dornan - (NB) FM 4006 - 1956
Dans les provinces maritimes, jamais une danse ne tombe à l’eau pour cause de manque d’instrument de musique. Quand une telle situation se présente, quelqu’un chante une mélodie dansante tandis que les pieds de l’assemblée battent la mesure.
A dance in the Maritime Provinces is never spoiled because no musical instrument is available. When this happens somebody sings a dance tune while he and others keep time with their feet.

06  À la claire fontaine  2’27 - Hélène Baillargeon and / et Alan Mills ; Gilbert Lacombe, guitar / guitare 
(NB) FW 6923 - 1957

Une des chansons folkloriques préférées, non seulement des Acadiens, mais aussi de tous les Canadiens-Français; c’est la complainte d’un amoureux causée par une querelle avec sa bien-aimée parce qu’il avait refusé de lui donner un bouquet de roses.
One of the favorite folk songs, not only of Acadians, but of all French-speaking Canadians, is a lover’s lament occasioned by a quarrel with his sweetheart because he refused to give her a bouquet of roses.

07  Le petit moine  1’51 - Allan Kelly - (NB) FM 4053 - 1957
Cette comique chanson française raconte l’amusante histoire d’un moine bien pensant qui tente d’aider une fille de laiterie à traire une vache.
This comical French song tells the amusing story of a well-meaning monk who tries to help a dairymaid milk a cow.

08  Boys Of The Island  1’46 - Allan Mills ; Gordon Fleming, accordion / accordéon - (PE) FW 8744 - 1957
La victime de cette chanson fut enterrée dans un petit cimetière catholique à l’extérieur de Boiestown, où on peut lire sur sa tombe bien entretenue : « Peter Amberly. Décédé 1881 ».
The victim described in this song was buried in a small Catholic cemetry just outside of Boiestown, where his neatly-kept grave simply reads: Peter Amberly. Died 1881.

09  The False Knight Upon The Road  1’54 - Edmund Henneberry ; Kenneth Faulkner, violin / violon 
(NS) FM 4006 - 1956

Cette ballade est une des plus anciennes versions de toutes les ballades populaires anglaises ou écossaises qui soient. Un excellent exemple de ballade devinette.
This ballad is one of the oldest versions of any English or Scottish popular ballad found anywhere. It is an excellent example of the riddle ballad.

10  Lots Of Fish In Bonavist’ Harbor  1’22 - Ken Peacock, guitar / guitare - (NF) FG 3505 - 1956
Une chanson locale sur laquelle on danse souvent. La chanson est également connue sous le titre de «The Feller from Fortune», le héros qui apparaît dans cette version. Il en existe aussi d’autres versions dont certaines sont obscènes.
A local song often used for dancing. The song is also known as “The Feller from Fortune”, the hero who appears in this version. There are also similar versions, some printable, others not.

11  Anti-confederation Song  1’38  - Alan Mills ; Gilbert Lacombe, guitar / guitare - (NF) FW 6831 - 1953
Bien que le vote confédéré de Terre-Neuve en 1949 était en faveur de l’annexion au Canada, les archives historiques font état de plusieurs occasions antérieures où les Terre-Neuviens refusèrent cette union.
Although Newfoundland’s “confederate vote” in 1949 was in favour of joining Canada, history records several other earlier occasions when Newfoundlanders turned down the proposition of union with Canada.

12  Pretty Susan  2’47 - Angelo Dornan - (NB) FM 4053 - 1957
Cette charmante version canadienne d’une an­cienne ballade irlandaise est chantée avec panache, avec des notes d’agrément traditionnelles.
This charming Canadian version of an old Irish ballad is sung in fine style, with traditional “grace-note” embellishments.

13  The Welcome Table  2’13 - Charles Owen ; Isabel Owen, guitar / guitare, and Family / et famille - (NS) FM 4006 - 1956
Il existe des hameaux noirs en périphérie de plusieurs villages de Nouvelle-Écosse. Les documents font état de la présence des Noirs aussi tôt que 1750. Après la guerre de 1812, quelque 2 000 esclaves y demandèrent et y obtinrent leur liberté.
There are Black settlements on the fringe of many Nova Scotian towns. Blacks are mentioned in documents as early as 1750. After the War of 1812, some 2,000 slaves sought and obtained freedom there.

14  Old Tune  0’31 - Edmund Henneberry, harmonica - (NS) FM 4006 - 1956
Il arrive fréquemment qu’un musicien apprenne une chanson d’un autre musicien sans pour autant en apprendre le titre.
It frequently happens that a player learns a tune from another musician, without ever learning the name of this tune.

15  Galop de La Malbaie  1’15 - Joseph and / et Alfred Jean, violins / violons - (QC) FE 4482 - 1957
Cet air est chanté sur un pas de danse rapide et est célèbre au Nord du Québec.
This tune is sung to a quick-dance step and is well-known in northern Quebec.

16  Laquelle marierons-nous ?  1’59 - Jacques Labrecque  - (QC) FG 3560 - 1957
L’une des nombreuses chansons de mariage amenées de France par les premiers colons dans laquelle une jeune fille choisit un mari suite à un baiser mémorable.
One of the many marrying songs brought over from France by the early settlers in which the girl chooses a husband because of a memorable kiss.

17  Chanson de mensonges  1’30 - Mme Beavan and / et Monique Beauchamps - (QC) FE 4482 - 1957
Cette « chanson de mensonges » traite de la vie d’un fermier et est habituellement chantée pour la danse, alors que les danseurs entrent dans la mêlée au refrain.
This “song of lies” is about the life of a farmer and is usually sung for dancing where the dancers join in on the chorus.

18  Auprès de ma blonde  4’00 - Hélène Baillargeon and / et Alan Mills ; Gilbert Lacombe, guitar / guitare - (QC) FW 6918 - 1952
Cette chanson venue de France, rendue célèbre par les soldats de la Grande Guerre, chante la joie de dormir auprès de sa bien-aimée au grand air, tandis que chantent les oiseaux.
Made famous by the soldiers during WW1; this song from France extolls the joys of sleeping next to a loved one in the open air while the birds are singing.

19  Violon en discorde  2’24 - Jean Carignan, violin solo with foot-clogging / violon solo et tapements de pied - (QC) FW 6951 - 1956
Le violon est accordé d’une manière différente sur cette chanson, une pratique commune de plusieurs violoneux canadiens.
The violin is tuned in a different manner for this song, a feature that often varies with many Canadian fiddlers.

20  Tous les gens du plaisir  1’25 - Mme William Beavan - (QC) FE 4482 - 1957
This drinking song tells of the pleasures of a well-laid table and of agreeable company.
Cette chanson de beuverie parle des plaisirs d’une table bien garnie et de la bonne compagnie.

21  À la claire fontaine - Ah ! Tu danses bien Madeleine  0’45 - Mme Jean-Louis Audet and her pupils / et ses élèves - (QC) FC 7214 - 1956
Cette chanson est utilisée comme une chanson de jeu qui est très souvent entendue au Québec lors de la récréation à l’école.
This song is used as a game song which is heard many times in Quebec, during recess at school.

22  Vive la Canadienne  1’36 - Alan Mills ; Gilbert Lacombe, guitar / guitare - (QC) FW 6929 - 1952
Cette chanson peut être chantée lors de presque n’importe laquelle prestation festive. La mélodie est empruntée d’une ancienne ballade française décrivant les trois filles d’un prince. Les paroles rendent maintenant hommage à la féminité et relatent les événements heureux d’une noce.
This song can be sung on almost any festive occasion. The melody is that of an ancient French ballad describing a Prince’s three daughters. The words now pay tribute to womanhood and tell of a happy time at a wedding party.

23  She Was Poor - But She Was Honest  3’35 - Derek Lamb, guitar / guitare with Jean Carignan, violin / violon ; Peter Weldon, banjo and Jack Nissenson, vocal / chanteur. (QC) FW 8707 - 1956
Cette chanson du London Music Hall fut importée au Canada par des immigrants britanniques ; elle raconte la situation pénible de la classe ouvrière, qui est « pareille partout au monde ».
This London Music Hall song was brought over to Canada by British immigrants and tells of the plight of the working class, that “it’s the same the whole world over”.

24  A Young Man Lived - In Belfast Town  2’19 - Tom Kines, guitar / guitare - (QC) FW 3522 - 1957
Cette chanson d’origine irlandaise décrit les aventures d’une jeune demoiselle et d’un jeune homme, alors que ce dernier « s’enfarge » dans les chaudrons.
This song of Irish origin describes the adventures of a young man with a young maid. He got into trouble by tumbling into crockery ware.

25  The Wee, Wee German Lairdie  1’13 - Max Dunbar, guitar / guitare - (QC) FG 3006 - 1956
Cette chanson écossaise vit le jour après l’union du Parlement en 1707 et les débuts de la royauté de Hanovre avec Georges 1er.
This song from Scotland has its origins after the union of Parliament in 1707 and the beginning of the Hanoverian royalty with George I.

26  Pastoral (d’Auvergne)  2’52 - Lucie de Vienne Blanc ; J.P. Vinay, oboe / hautbois - (QC) FW 8778 - 1957
Le berger blague avec un compagnon : « N’as-tu point vu le lièvre que nous pourchassions ? » Et le compagnon de répliquer: « J’ai fait mieux, je l’ai attrapé et en ai fait de bien bonnes choses. »
The shepherd is joking with a distant companion: “Have you seen the hare we chased?” The companion answers “I did better, I caught it and made many things of it”.

27  À Paris sur le petit pont  1’14 - Jacques Labrecque - (QC) FG 3560 - 1957
Les habitants du 4ème arrondissement de Paris, connus comme celui de l’Hôtel de ville, sont tous familiers avec le Petit Pont. Il s’agit ici d’une chanson de danse à propos de ce pont, où un père a construit une maison.
The people of the 4th district in Paris, the one known as the ’’City Hall’’ ward, all know the Little Bridge. This is a dance song about this same bridge where a father built a house.

28  Danse carrée  2’39 - Aldor Morin, harmonica with / avec Jean Carignan, violin / violon ; Edgar Morin, jigs and calls / gigues et « calleur » ; Bob Hill, guitar / guitare and / et Madame Richard, Gérard Delorier, singers / chanteurs. (QC) FW 6951 - 1951
Ce reel, accompagné des tapements de pieds du joueur d’harmonica, ressemble à une danse carrée américaine.
This reel, complete with foot tapping by the harmonica player is similar to the American barn dance or square dance.

29  Shining Birch Tree  2’45 - Wade Hemsworth, guitar / guitare - (ON) FW 6821 - 1955
M. Hemsworth dit : « J’ai eu l’idée de cette chanson alors que j’arpentais la Côte-Nord du Québec et le chemin de fer du Labrador. » Le thème est connu de tous ceux qui ont travaillé dans la brousse.
Mr. Hemsworth says: “I got the idea for this song when I was surveying for the Quebec North Shore and Labrador Railroad.” The theme is familiar to anyone who has worked in the bush.

30  The Shantyboys’ Alphabet  2’45 - Sam Campsall - (ON) FM 4052 - 1956
Cette chanson de bûcheron provient du plus vieux « Sailor’s Alphabet » et sa mélodie est similaire à celle de « Villikens and His Dinah ».
This lumberjack song comes from the older “Sailor’s Alphabet” and the tune here is similar to “Villikens and His Dinah”.


CD2
01  The Franklin Expedition  1’22 - Wade Hemsworth, guitar / guitare - (ON) W 6821 - 1955
Cette chanson fut écrite en Angleterre. Son sujet tragique est étroitement lié à l’histoire du Nord canadien.
This song was written in England. Its tragic subject is closely linked with the history of Canada’s north.

02  The Murder of F.C. Benwell  1’55 - Lamon Tilden, guitar / guitare - (ON) FM 4005 - 1956
Cette ballade retrace le meurtre le plus célèbre de l’histoire de l’Ontario. En 1890, James Reginal Birchall fut condamné et pendu pour le meurtre de Frederick C. Benwell, dont le cadavre fut retrouvé dans un marécage.
This ballad recalls the most famous murder case in Ontario’s history. In 1890, James Reginal Birchall was tried and hanged for the murder of Frederick C. Benwell, whose body was found in a swamp.

03  The Poor Little Girls  - Of Ontario  1’50 - Mrs. / Mme Hartley Minniefie - (ON) FM 4005 - 1956
Cette chansonnette a circulé en Ontario à la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième. Elle fut bientôt reprise par d’autres et se transforma en voyageant vers l’Ouest.
This little ditty circulated in Ontario in the latter part of the 19th century and the beginning of the 20th century. It was soon adopted by others and changed as it went west.

04  The Black Fly Song  2’58 - Wade Hemsworth, guitar / guitare - (ON) FW 6821 - 1955
Quiconque a passé un été dans le Grand Nord canadien sympathisera avec le sentiment exprimé dans cette chanson de M. Hemsworth. Il l’a composée alors qu’il travaillait pour la Ontario Hydro Electric Commission.
Anyone who spent a summer in the northern bush country will sympathize with the sentiment of Mr. Wade Hemsworth’s song. He wrote it while working for the Ontario Hydro Electric Commission.

05  An Indian Sat - In His Little Bark Canoe  3’05 - Mrs. / Mme Tom Sullivan - (ON) FM 4005 - 1957
Parfois appelée « The Indian’s Lament », cette chanson peint une triste image de l’effet de l’homme blanc sur les autochtones. Elle était très souvent chantée dans les bois de la région des Grands Lacs.
Sometimes called ’’The Indian’s Lament’’, this song paints a sad picture of the effect of the white man on the Indians. It was widely sung in the woods of the Great Lakes region.

06  The Northern Trappers - Rendez vous  2’56 - The Loewen Orchestra, Jack Loewen, Martha Loewen, Marvin Loewen, Anne Loewen, Shirley Davidson and / et George Davidson. (MB) FW 8764 - 1957
Cette chanson fut composée par Jack Loewen et est très populaire, spécialement lors de la saison des trappeurs.
This song was composed by Jack Loewen and is ever popular especially during the trappers’ season.

07  The Little Old Sod Shanty  2’28  - Alan Mills ; Gilbert Lacombe, guitar / guitare - (AB) FW 3000 - 1956
Dans les années 1880, le gouvernement canadien offrait des terres gratuites (160 acres) à quiconque s’engageait à y vivre pour une période de trois ans. En une seule année, plus de 60 000 personnes s’établirent au Manitoba en réponse à cette offre.
In the 1880s, the Canadian government offered a free grant of a land (160 acres), provided the settler lived on it for a period of three years. In one year alone some 60,000 people entered Manitoba to take advantage of this offer.

08  Un Canadien errant  2’25 - Alan Mills ; Gilbert Lacombe, guitar / guitare - (MB) FW 3000 - 1956
La triste époque de la rébellion de Riel a poussé un jeune étudiant, M.A. Gérin-Lajoie, à composer cette chanson, utilisant une mélodie française familière.
The unhappy days of the Riel rebellion inspired a young student, M.A. Gérin-Lajoie, to write this song, setting it to the tune of a familiar French chanson.

09  The Alberta Homestead  2’32 - Alan Mills ; Gordon Fleming, accordion / accordéon - (AB) FW 3000 - 1956
Comme « The Little Old Sod Shanty », cette chanson s’inspire d’une complainte américaine, « The Greer County Bachelor ». Les couplets s’accordent à la mélodie de « The Irish Washerwoman ».
Like “The Little Old Sod Shanty”, this song was inspired by an American complaint, “The Greer County Bachelor”. The verses go to the tune of “The Irish Washerwoman”.

10  A Poor Lone Girl - In Saskatchewan  3’28 - Anne Halderman - (SK) FE 4312 - 1957
Cette chanson fut d’abord chantée en Ontario par la mère de Anne sous le titre « The Poor Little Girl of Ontario » et voyagea vers le Manitoba en 1882 quand Anne s’établit dans l’Ouest. Lorsque cette dernière déménagea en Saskatchewan pour enseigner, elle en modifia les paroles.
This song was first sung by Anne’s mother in Ontario as “The Poor Little Girl of Ontario” and brought to Manitoba in 1882 when Anne came west. When she moved to Saskatchewan to teach, she changed the words.

11  The Klondike Gold Rush  1’26 - Alan Mills ; Gordon Fleming, accordion / accordéon - (YK) FW 3000 - 1956
En 1896, un prospecteur de l’Alaska traversa au Yukon et trouva de l’or le long d’un affluent du haut Yukon, appelé le Klondike. Cette chanson concerne la célèbre « ruée vers l’or ».
In 1896, a prospector from Alaska crossed over into the Yukon and found gold along a tributary of the Upper Yukon river, called the Klondike. This song is about the famous ’’gold rush’’.

12  The Lookout In The Sky  1’56 - Stanley G. Triggs, mandoline - (BC) FG 3569 - 1956
M. Triggs a mis en musique un poème du trappeur Harold Smith. C’est l’histoire de Bob Wallace de Shutty Bench, près de Kaslko, Colombie-Britannique, qui était le surveillant du promontoir forestier de Duncan pendant 9 saisons.
Mr. Triggs put music to a poem by the trapper Harold Smith. It is the story of Bob Wallace of Shutty Bench, near Kaslko, BC, who was a lookout-man on the Duncan Lookout for nine seasons.

13  The Story Of Weldon Chan  2’17 - Karen James, guitar / guitare - (BC) FG 3549 - 1957
Cette chanson fut écrite par Arthur Hughes pour M. Chan, un immigrant chinois « illégal » qui était recherché par le service de l’Immigration et qui ne fut apparemment jamais retrouvé.
This song was written by Arthur Hughes for Mr. Chan, an “illegal” Chinese immigrant, who was being sought by the department of immigration and was apparently never found.

14  Lake Of Crimson  1’03 - Stanley G. Triggs, mandoline solo - (BC) FG 3569 - 1956
Cet air de danse fut composé par un homme de Flatbush, Alberta, et fut amené à Lardeau Valley, Colombie-Britannique, par le violoneux Roy Collier.
This dance tune was written by a man in Flatbush, Alberta and was brought to the Lardeau Valley, BC, by fiddler Roy Collier.

15  War Dance / Danse De Guerre - Micmac / chanson micmaque  2’42 - William Paul, Martin Sack, John Knockwood - (NS) FE 4006 - 1956
Une danse de guerre micmaque chantée par le chef Paul accompagné d’autres Micmacs. Il s’agit d’une chanson à propos de Stephen Joseph, qui est décrit comme un grand guerrier.
A Micmac Indian war dance sung by Chief Paul and joined by other Micmacs. This is a song about Stephen Joseph, who is described as a great warrior.

16  Hunting Black Bear / La chasse à l’ours noir - Algonkian / chanson algonquine  1’42 - Sebastien MacKenzie - (QC) FE 4253 - 1957
Cette chanson parle de la chasse à l’ours noir durant l’hiver. Un bâton pointu est enfoncé dans la neige et réveille l’ours hibernant qui, comme il émerge, est abattu.
This song is about hunting black bear in the wintertime. A sharpened pole is poked through the snow and wakes the sleeping bear who, as he emerges, is shot.

17  Victory Song / Chanson de victoire - Cree / chanson crie  0’41 - Mrs. / Mme Roderick Thomas - (SK) FE 4312 - 1957
Il s’agit d’une chanson dont Mme Thomas se rappelle de l’époque de ses grands-parents.
This is a song which Mrs. Thomas remembered from her grandparents’ time.

18  War Song (World War II) /  Chanson de Guerre  (Seconde Guerre mondiale) -  Cree / chanson crie  1’33 - George Nicotine and group / et son groupe - (AB) FE 4464 - 1955
Cette chanson de guerre avec une combinaison de paroles anglaises et de musique autochtone présente d’intéressantes accentuations arythmiques. Les paroles sont: « O brave soldat, sur la terre, sur la mer et dans le ciel, au Japon, Tokyo-o-o, je reste tout de même avec toi. »
This war song with a combination of English words and Indian music, creates interesting off-beat accents. The words are: “Oh brave soldier boy, on the land, on the sea, and in the air, in Japan, Tokyo-o-o, just the same I’m staying with you.”

19  Warrior’s Death Song (For Sitting Bull) / Chant de Mort du Guerrier (Pour Sitting Bull) - Blackfoot / chanson pied-noir  1’57 - Male voices with bass drum / voix masculines et tambour basse - (AB) FE 4464 - 1955
Les rumeurs des exploits de Sitting Bull avaient atteint les tribus des plaines canadiennes bien avant sa visite au Saskatchewan en 1877. Cette chanson fut enregistrée lors d’une reconstitution historique indienne à Fort Qu’Appelle près du site de la visite de Sitting Bull.
News of Sitting Bull’s exploits had reached the Canadian Plains tribes long before his visit to Saskatchewan in 1877. This song was recorded at an Indian pageant in Fort Qu’Appelle near the site of Sitting Bull’s visit.

20  Grass Dance / Danse de l’herbe - Blood  2’09 - Male voices with bass drum / voix masculines et tambour basse - (AB) FE 4464 - 1955
La « danse du Soleil » blood est l’une des plus spectaculaires du Canada et dure de trois à quatre semaines. Pendant cette période, de titanesques festivals et danses sont mis sur pied et plusieurs personnalités du monde sont faites chefs honoraires.
The Blood “Sun Dance” is one of the most spectacular in Canada and lasts three to four weeks. During this period mammoth festivals and dances are staged and many prominent figures in the world are made honorary chiefs.

21  Owl Dance /  Danse du Hibou - Blood  1’14 - Adam and / et Wallace Delaney - (AB) FE 4464 - 1955
Cette chanson de la danse du hibou est chantée en harmonie à deux voix, ce qui était très inhabituel dans la musique autochtone.
This Owl Dance song is sung in two-part harmony, which was quite unusual in native music.

22  Lucky Stone Song / Chanson de la pierre porte-bonheur - Blackfoot / chanson pied-noir  1’07 - One Gun - (AB) FE 4464 - 1955
Cette chanson relate l’histoire d’une femme égarée qui trouve une pierre porte-bonheur, qui la ramène vers son village en chantant.
This song tells the story of a woman who is lost and finds a lucky stone that leads her back to her camp by singing the way.

23  War Song / Chanson de Guerre -  Blackfoot / chanson pied-noir  0’46 - Wilfred Calf Robe and / et Albert Scalp Lock - (AB) FE 4464 - 1955
Cette chanson est interprétée par deux enfants âgés de neuf et dix ans. Ils ont appris cette chanson traditionnelle de leurs aînés.
This song is sung by two youngsters who are 9 and 10 years old. They learned this traditional song from their Elders.

24  Children’s Game / Jeu d’enfant -  Inuit  1’46 - Kasugat and / et Ishmatuk - (NW) FE 4444 - 1954
Deux petites filles, âgées d’environ six ans, se tiennent par la main et jouent en chantant, essayant de ne pas pouffer de rire. Finalement, l’une d’elles ne peut plus se retenir et elles s’esclaffent toutes deux.
Two little girls, about six years old, hold hands and sing a game song, trying to keep from laughing. Finally one of them can hold back no longer, they both burst into laughter.

25  I Sing About The Dance /  Je chante de la danse - Inuit  2’35 - Uluyok and / et Tutinat - (NW) FE 4444 - 1954
Les paroles de cette chanson peuvent tourner une danseuse au ridicule : « Regarde la femme, elle est maladroite comme un ours », ou encore elles peuvent en faire son éloge.
The words to this song may ridicule a dancer: ’’Look at the woman, she is clumsy like a bear’’ or they may praise her.

26  Before We Came To This Religion / Avant que nous en soyons arrivés à cette religion - Inuit  1’51 - Eevaloo - (NW) FE 4444 - 1954
À l’époque où cette chanson fut enregistrée, les chamans (sorciers) étaient ce qui ressemblait le plus aux officiers publics dans une tribu inuit. Ils étaient à la fois prêtre et médecin. Une chanson pour chasseurs est: « Que faire? Les animaux ne m’écoutent pas quand je chante. »
At the time this song was recorded, the shamans (medicine men) were the nearest to public officials in an Inuit group. They were both priest and physician. One song for hunters is: ’’How shall I do it? The animals were not influenced by my song when I sing it.’’

27  Girl’s Game / Jeu de la jeune fille - Inuit  2’48 - Angutnak and / et Matee - (NW) FE 4444 - 1954
Les enfants inuit ont d’innombrables jeux dont certains sont très ingénieux. Dans ce jeu deux filles d’environ quinze ans déposent une bouilloire résonante au sol et, se penchant, y chuchotent des mots. Leurs respirations aspirées rythmiques imitent les sons d’outils qu’elles ont entendus au poste de traite de la Baie d’Hudson.
Inuit children have innumerable games, some quite ingenious. In this game, two girls of about 15 years old, placed a kettle-resonator on the ground, bent down and whispered words into it. Their rhythmic aspirated breathing imitated tools they heard at the Hudson’s Bay trading post.

NF  [ Newfoundland ]  NS  [ Nova Scotia ]  PE  [ Prince Edward Island ]  NB  [ New Brunswick ]  NW  [ North West Territories ]  BC  [ British Columbia ] YK  [ Yukon ]  QC  [ Quebec ]  SK  [ Saskatchewan ]  AB  [ Alberta ]

CD Canada Folksongs - 1951-1957 © Frémeaux & Associés. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 Lord Gordon Reel - Kenneth Faulkner01'19
02 The Squid Jiggin Ground - Alan Mills03'05
03 I'M Going To Get Married - Edward Gallagher03'02
04 The Bad Girls Lament - Wade Hemsworth02'52
05 Chin Music - Angelo Dornan00'43
06 A La Claire Fontaine - Hélène Baillargeon02'31
07 Le Petite Moine - Allan Kelly02'01
08 Boys Of The Island - Allan Mills01'53
09 The False Knight Upon The Road - Edmund Henneberry02'01
10 Lots Of Fish In Bonavist Harbor - Ken Peacock01'29
11 Anti Confederation Song - Alan Mills01'43
12 Pretty Susan - Angelo Dornan02'51
13 The Welcome Table - Charles Owen02'20
14 Old Tune - Edmund Henneberry00'36
15 Galop de La Malbaie - Joseph Jean01'22
16 Laquelle Marierons-Nous - Jacques Labrecque01'36
17 Chanson de Mensonges - Mme beavan02'04
18 Auprès de Ma Blonde - Hélène Baillargeon02'07
19 Violon en Discorde - Jean Carigan02'32
20 Tous les Gens du Plaisir - Mme William Beavan01'31
21 A la Claire Fontaine, Ah! Tu Danses Bien Madeleine - Mme Jean-Louis Audet00'52
22 Vive la Canadienne! - Alan Mills01'44
23 She Was Poor But She Was Honest - Derek Lamb03'41
24 A Young Man Lived in Belfast Town - Tom Kines02'25
25 The Wee-Wee German Lairdie - Max Dunbar01'23
26 Pastoral d'Auvergne - Lucie De Vienne Blanc02'54
27 A Paris sur le Petit Pont - Jacques Labrecque01'20
28 Danse Carrée - Aldor Morin02'43
29 Shining Birch Tree - Wade Hemsworth02'46
30 The Shantyboys Alphabet - Sam Campsall02'49
CD 2
01 The Franklin Expedition - Wade Hemsworth01'29
02 The Murder Of Fc Benwell - Lamon Tilden01'56
03 The Poor Little Girls Of Ontario - Mme Hartley Minnnie01'57
04 The Black Fly Song - Wade Hemsworth03'05
05 An Indian Sat In His Little Bark Canoe - Mme Tom Sullivan03'09
06 The Northern Trappers Rendez-vous - Jack Loewen02'57
07 The Little Old Sod Shanty - Alan Mills02'35
08 Un Canadien Errant - Alan Mills02'31
09 The Alberta Homestead - Alan Mills02'38
10 A Poor Lone Girl in Saskatchewan - Anne Halderman03'35
11 The Klondike Gold Rush - Alan Mills01'32
12 The Lookout in The Sky - Stanley G.Triggs02'04
13 The Story Of Weldon Chan - Karen James02'23
14 Lake Of Crimson - Stanley G.Triggs01'14
15 War Dance - William Paul02'47
16 Hunting Black Bear - Sebastian Mac Kenzie01'49
17 Victory Song - Roderick Thomas00'49
18 War Song World War II - George Nicotine01'41
19 Warriors Death Song - Male voices02'03
20 Grass Dance Blood - Male voices02'15
21 Owl Dance Blood - Adam Delaney01'22
22 Lucky Stone Song - One Gun01'15
23 War Song Blackfoot - Calf Robe00'55
24 Children's Game Inuit - Kasugat01'53
25 I Sing About The Dance - Uluyok02'43
26 Before We Came To This Religion - Eevaloo02'00
27 Girls Game Inuit - Angutnak02'46
"Un double album fort complet" par Telerama

ÉVÉNEMENT ƒƒƒƒ TÉLÉRAMA
« Laquelle marierons-nous dans ce joli jardin d'amourette ? » chante le cousin canadien Jacques Labrecque avec une joie guillerette tout en roulant voluptueusement les « r ». Mais ce double album fort complet, sur les musiques traditionnelles de la Belle Province des années 50, ne se contente pas de butiner du côté de la franco­phonie, de pastorales auvergnates en chansons de beuverie, sans oublier Auprès de ma blonde et A la claire fontaine. Quelques mélancoliques ballades irlandaises ou écossaises y côtoient de malicieuses polkas et de vigoureux chants de trappeurs ou de bûcherons. Des récits sur la ruée vers l'or ou la chasse à l'ours noir, voilà notre curiosité piquée par des titres comme Chanson de mensonges ou Violon et discorde­. En fin de parcours arrivent les poignantes mélopées et les tambours lancinants des « premières nations » indiennes, ponctués d'étranges hululements et onomatopées.
Le tout provient de la collection de Samuel Gesser, distributeur canadien du catalogue Folkways Records de New York, qui fut couronné pour son engagement en faveur du patrimoine musical du « grand pays nordique méconnu ».
Eliane AZOULAY - TELERAMA




« Highly recommended » by Rock’n’Reel

This two-CD set contains fifty-seven tracks recorded and produced for Folkways by the label’s Canadian distributor, Samuel Gesser. His aim was to document the incredible diversity of the music of the country’s peoples, and he succeeded admirably – even if Canada’s black population is represented by only a single recording What you do get, though, are plenty of English, Scottisch, Irish, French and indeed Canadian folksongs and ballads, political numbers, a little music-hall, comic songs in French or English, venerable dance tunes, a child ballad, fishing and hunting songs, play songs and some mouth music. Many of the tracks are a cappella, a good number have guitar accompaniment and some feature fiddle, accordion, harmonica or mandolin. Well represented is the first nation, several tribes of Native Americans, wich is unusual in itself. The only criticism I have is that some biographical details on the performers would be welcome ; nevertheless, this is deservedly a highly recommended introduction to a somewhat overlooked area. Norman DARWEN – ROCK’N’REEL




« Une mine d’informations sur notre folklore musical » par Big Bear

Là, les amis, on a du vrai, nous sommes gâtés ! Nous trouvons dans ce CD de véritables enregistrements d’époques de nos ancêtres partis au Canada. Ce sont de vieilles chansons, pour certaines françaises, que l’on chantait à l’époque de l’Ouest Sauvage. Après 1760, la chanson française se fit en cachette et cette tradition put se conserver là-bas. Nous avons là une mine d’informations sur notre folklore musical important qui n’a plus grand chose à voir avec ce que j’entends très souvent dans certaines manifestations… Ce document important est vivement conseillé à écouter, et grâce à Frémeaux, cette tradition orale devient un musée sonore. Nous avons aussi, chose exceptionnelle, de véritables chants Améridiens interprétés. Ces enregistrements de réels chanteurs que l’on entend ont très certainement connu des moments de l’histoire que j’essaie de revivre. Il s’agit là d’une véritable version d’époque. Nous avons aussi un livret dans lequel est expliquée l’histoire de chaque chanson pour les blancs, que se soit pour des ballades racontant des faits tristes ou des chansons à danser, ou pour des trappeurs qui chantent leur histoire et pour les Amérindiens, cela va d’une danse de guerre Micmaque, à un chant d’une partie de chasse à l’ours Algonquine, une chanson Crie ou Cree, les exploits de Sitting Bull chantés par les Pieds Noirs (Blackfoot) et pour finir deux jeunes filles Inuit chuchotent des mots dans une bouilloire, d’où leur aspiration rythmée comme savent le faire les Inuits et qui donne un son si particulier. Cette fois encore mes amis je tire mon chapeau à Frémeaux. Un bon document que j’écoute sans arrêt ! A avoir sans faute dans sa discothèque, pour cow-boys, trappeurs, Indianistes et passionnés d’histoire et de vieilles musiques du passé. CD1 : plus d’une heure avec 30 titres de vieilles chansons d’époque, surtout en français (très émouvant). CD2 : une heure avec 27 titres de vieilles chansons en anglais et français et aussi des champs Amérindiens authentiques, à vraiment écouter ! Yves GUSTIN – BIG BEAR




« The huge spectrum of Canadian folk music » by Dirty Linen

The music on this two-CD set covers an enormous range, from Native American ritual chants to Québécois fiddling or songs brought to the New World from England, Ireland, and France, to topical material written to describe local events. It was recorded by the late Samuel Gesser, who unusually managed to make important contributions as a folklorist while developing a career as a concert promoter. Gesser is credited with having produced material heard on more than 100 records, many of which appeared on Folkways, but only a very avid collector would be likely to have heard more than a smattering of what’s here. The performances vary enormously, from celebrated folk virtuosi like Jean Carignon to people of humbler talents for whom singing was a hobby. The very range covered makes the set a little difficult to recommend unreservedly, since lovers of sea chanteys wil like some few tracks while dance tune specialists will prefer others. But it affords an intriguing glimpse of the huge spectrum of Canadian folk music and should appeal to listeners with broad tastes, as well as spacialists interested in unusual topical songs. DB – DIRTY LINEN




"Grand cru 2008" par Télérama

Canada Folksongs 1951 – 1957 Les musiques traditionnelles de la Belle Province, de pastorales auvergnates en vigoureux chants de trappeurs ou de bûcherons.
TELERAMA




« Les styles sont très variés » par la Faculté des sciences sociales/Université de Laval

« Ce coffret très étoffé comprend 57 chansons sur deux disques et un livret bilingue de 24 pages ; toutes les pièces choisies ont été enregistrées durant les années 1950 par les différentes formations anglophones et francophones du Canada. Ces artistes ne sont pas des célébrités comme l’ont été Félix Leclerc et Gilles Vigneault, mais leur musique est représentative du folklore canadien. La plupart de ces pièces proviennent des régions rurales et n’avaient pas été rééditées depuis leurs enregistrements initiaux en 78 tours. Parmi les titres à retenir, signalons une traditionnelle danse carrée d’influence irlandaise, interprétée par le légendaire violoneux québécois Jean Carignan (1916-1988) et à la gigue un dénommé Edgar Morin (à ne pas confondre avec le célèbre sociologue français).  Les styles sont très variés. J’y reconnais plusieurs chansons populaires entendues durant des fêtes familiales de mon enfance : «  Ah ! Tu danses bien, Madeleine », « Auprès de ma blonde », « Vive la Canadienne ». On peut également entendre « Un Canadien errant », vibrant hommage à Louis Riel composé par M.-A. Gérin-Lajoie et interprété par Alan Mills et Gilbert Lacombe. Cette compilation comprend aussi deux pièces du folkloriste québécois Jacques Labrecque qui réfèrent à la France : « Laquelle marierons-nous ? », adaptée du folklore français, et « A Paris sur le Petit Pont », qui évoque le 4e arrondissement parisien. Les douze dernières pièces – danses et lamentations s’apparentant aux musiques ethniques ou « primitives » - sont interprétées par des autochtones de l’Ouest canadien. (Micmacs ; Algonquins, Blackfoot, Cris) ; la dernière pièce illustre la tradition des « chants de gorge » du peuple Inuit. Cette compilation assez unique intéressera autant les ethnologues, anthropologues, musicologues que les chercheurs en études comparées qui tenteront de situer des réseaux d’influences. En revanche l’amateur de musique de fond ou de chansons populaires risque de se sentir dérouté par la plupart de ces pièces. Les arrangements restent plutôt rudimentaires et les mélodies sembleront parfois assez primaires ; on consommera chaque CD à petite dose. Comme son titre l’indique, la sélection couvre le folklore canadien en général et comprend peu de pièces en français ou d’artistes québécois ; d’autres disques de l’excellente compagnie française Frémeaux & Associés ont déjà été consacrés spécifiquement à la chanson québécoise et même au « western québécois ». On se procurera ces disques à la Librairie sonore, à Paris ou sur Internet sur le site de l’éditeur. »
Par Yves Laberge —
FACULTE DES SCIENCES SOCIALES/UNIVERSITE DE LAVAL ETUDES CANADIENNES / CANADIAN STUDIES