VIVE LA POLITIQUE?

EDGAR MORIN ET CLAUDE LEFORT

Plus de détails

Nombre de CDs : 2


19,99 € TTC

FA5195

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Grand come-back à Grenoble : Edgar Morin, philosophe de la complexité, et Claude Lefort, pionnier de l'antitotalitarisme, grand réhabilitateur de la théorie démocratique, se retrouvent après des décennies. Tous deux avaient défriché la pensée de la gauche anti-stalinienne au sein de la revue culte «Socialisme ou Barbarie» puis théorisé Mai 68 dans «La Brèche» - une pensée réactualisée à l'occasion du Forum de Libération.
Laurent Joffrin – Libération

La radio ou la télévision proposent en général des débats duels, où le formatage du média et le nombre de questions posées empêchent quasi systématiquement les intervenants de développer des idées parfois complexes. Tout l’intérêt du Forum Libération de Grenoble est de proposer un débat sur une seule problématique, qui donne aux interlocuteurs la liberté de s’exprimer totalement, d’approfondir et de donner au public tout l’enjeu intellectuel de la question et parfois même de la réponse. 
Patrick Frémeaux

Les débats proposés dans ces CDs ont été enregistrés en public, leur qualité sonore est donc inférieure à celle obtenue en studio.

Le grand succès du Forum de Grenoble découle de la qualité des intervenants, plus de cent personnalités venues de tous les horizons pour restaurer la légitimité du débat politique en France. Nous leur exprimons notre gratitude. Mais cet événement n’aurait pas pu avoir lieu sans le dévouement de l’équipe de Libération réunie autour de Max Armanet et sans l’engagement de la rédaction toute entière. Merci aussi à ceux qui, sur place, ont rendu ce Forum possible : la MC2 de Grenoble et la Bifurk, la municipalité dirigée par Michel Destot, le Conseil Général de l’Isère présidé par André Vallini et la Région Rhône-Alpes dirigée par Jean-Jack Queyranne.

Droits : Coffret 2 CDs – enregistré en direct du Forum Libération de Grenoble, sept. 2007. Restauré, masterisé, fabriqué et commercialisé par le Groupe Frémeaux Colombini SAS, en accord avec les ayants-droit (Edgar morin & Claude Lefort), pour le compte des coéditions Libération – Frémeaux & Associés.

"

VIVE LA POLITIQUE

VIVE LA POLITIQUE
Avec Edgar Morin & Claude Lefort








Vive la politique ?
Edgar Morin et Claude Lefort
Animé par Eric Aeschimann
Deux grandes figures du monde intellectuel français pour une question qui est aussi celle de notre forum : comment faire vivre la politique ? Après avoir rappelé que la démocratie est d’abord un système où «le» politique reste séparé de la société civile, Claude Lefort a mis l’accent sur les capacités d’«auto-mobilisation de la société» en dehors des circuits politiques : syndicats, associations, etc. «Il ne faut pas dire qu’il n’y a pas de débats dans cette société !»

Edgar Morin s’est inquiété du « désert culturel » de la vie politique, soulignant la double mort du projet révolutionnaire et de l’idée social-démocrate. «On nous dit qu’il faut moderniser, mais, justement, ce qui est en crise, c’est la modernité et ses valeurs : le progrès, la croissance, etc. Il faut s’interroger sur ces notions fondamentales», sinon il y a risque «de lendemains qui déchantent», a jugé Morin, en insistant sur l’enjeu éco­logique.

Claude Lefort a dénoncé la « démagogie » de son interlocuteur, en estimant que «l’enchantement de la politique a conduit aux pires atrocités du XXe siècle : le nazisme et le stalinisme». Pour autant, les deux penseurs sont tombés d’accord pour souligner la «vitalité au niveau local» de la vie politique et associative française : oui, la politique continue de vivre.
Eric AESCHIMANN – article paru dans Libération (15/09/2007)
© 2008 Libération - Frémeaux & Associés

Edgar Morin, Sociologue – paru dans Libération, Cahier spécial du 14/09/2007
Il faut d’abord considérer les concepts myopes pour les dépasser.
1. LA gauche. Le LA qui unifie la gauche est aveugle aux diversités et antagonismes entre gauche réformiste et gauche révolutionnaire.
2. Social-démocratie. Cette solution du passé est sans avenir. Elle a réussi à instituer un Etat réformateur inhibant les pires effets du capitalisme et assurant des protections sociales pour les travailleurs. Là où elle a réformé, elle ne peut que conserver difficilement ses acquis.
3. Révolution. Le communisme du XXe siècle a souillé le mot. La violence révolutionnaire a suscité la violence totalitaire. Le projet d’une société vraiment humaine éradicant capi­talisme et bourgeoisie a déterminé une société monstrueuse et finalement le retour d’un capitalisme pire que celui qui avait été éliminé.
4. Liberté, Egalité, Fraternité. La liberté instituée rétrécit dans les media. L’inégalité progresse. La fraternité est au point mort. On ne peut s’y résigner.
5. Démocratie. La démocratie suppose débat, pluralité et conflits d’idées. Elle nécessite une participation des citoyens au-delà des élections. Les problèmes sont de plus en plus traités par experts, spécialistes, technocrates. D’où le besoin d’une démocratie cognitive.
6. Etat-administration. La réforme de l’Etat ne consiste pas à diminuer ou augmenter les fonctionnaires. Il consiste à décompartimenter les administrations les assouplir et à per­mettre des initiatives.
7. Economie. Il s’agit de concevoir et développer une économie plurielle .
8. Ecologie. Les dégradations de la biosphère mettent en cause le mode de vie produit par notre civilisation. Il faut transformer le toujours plus en toujours mieux. Plus amplement c’est le développement scientifique / technique / économique qui a produit les dangers mortels sur notre planète. Ce n’est pas la croissance mais l’épanouissement humain qui doit devenir le mot-clé.
9. Le développement même dit « durable » garde en son noyau science/technique/ économie. Il faut conserver les effets bénéfiques de sciences, des techniques, de l‘économie mondialisée et les intégrer dans une politique de civilisation. S’il est vrai que nous vivons une crise non seulement de société  mais de civilisation et que cette civilisation doit changer de voie, alors une politique de civilisation telle que je l’ai formulée peut être proposée de l’internationalisme au planétarisme : la communauté de destin de l’humanité qu’a créé l’ère planétaire impose une politique de l’humanité qui vise à traiter les problèmes vitaux communs et à créer les institutions ad hoc ; elle appelle la notion de Terre-patrie qui ne se substitue pas aux patries mais les enveloppe.
10. Régression ou métamorphose. La crise planétaire peut-être génératrice du pire comme du meilleur. Quand un système ne peut traiter ses problèmes vitaux, il se désintègre ou se métamorphose. La nouvelle perspective politique est celle de la métamorphose.
Edgar Morin, Libération, Cahier spécial du 14/09/2007
© 2008 Libération - Frémeaux & Associés

Claude Lefort, Philosophe – paru dans Libération, Cahier spécial du 14/09/2007
L’exigence de distinguer le politique et la politique et d’examiner leurs relations s’impose dans la conjoncture actuelle, au lendemain d’élections qui ont fait apparaître un nouveau mode de gouvernement. Tant une tradition socialiste qu’une tradition libérale tendent à nous faire méconnaître le sens de cette distinction. Penser le politique, dans le sillage d’une conception inaugurée dans l’Antiquité, en Grèce, et reprise après les Révolutions du XVIIIe siècle, c’est discerner des formes de société, des régimes différents, dont la nature dépend des caractéristiques du pouvoir, des conditions de sa formation et de l’étendue de ses prérogatives. Quelles soient monarchique, aristocratique ou démocratique, le fait est qu’à l’exception des sociétés dites “sauvages”, il n’est pas de société qui ne soit politique. Chacune l’est en ce sens que les rapports entre les catégories sociales et les moeurs se voient dépendre d’un ordre garanti par le pouvoir en place. L’industrialisation, la polarisation des intérêts collectifs ont suscité l’idée d’une infrastructure constituée par les rapports de production et d’une superstructure politique. Ni le nazisme, qui s’est développé avec l’appui des dirigeants de l’industrie, ni le système soviétique, qui s’est défini comme socialiste, ne trouvent leur origine dans une transformation des rapports de production. À considérer le système soviétique, il faut reconnaître que ses traits se sont dessinés du temps de Lénine avant l’ère de la planification et de la main-mise de l’État sur l’ensemble de la production. Que le terme de capitalisme d’Etat convienne ou non, il est sûr que la division des moyens de production détenus par le Parti et de la masse des exécutants persiste et que ces derniers en outre se voient interdits toute résistance. Le nazisme et le stalinisme ont engendré un nouveau type de société politique, dont la principale caractéristique est la formation d’un pouvoir qui condense en lui le droit et le principe de toute connaissance. La question, qu’est-ce que la politique ? mérite à son tour d’être clarifiée. Ne nous arrêtons pas à l’usage courant du terme qui s’applique à tout domaine : un ensemble de mesures concertées pour atteindre à une fin publique ou non. Arrêtons-nous plutôt sur la déli­mitation de la politique telle que l’opèrent dans la société libérale la science politique, tous ceux qui se nomment politologues. La politique est alors conçue comme un secteur particulier et devient l’objet d’enquêtes, par exemple sur la répartition des opinions en fonction du statut social, de l’âge des intéressés, de leur implantation géographique. Autant de données instructives. On sait quel a été son essor et le rayonnement de l’École des sciences politiques dans laquelle se forment nombre de grands commis de l’État. Néanmoins, la science politique risque de se fermer à la pensée du politique, car penser le politique, dans la démocratie, c’est d’abord reconnaître l’irréductibilité des domaines d’activités et de connaissance à des normes imposées par le pouvoir et, en chacun de ces domaines, la légitimité du débat dont les enjeux sont d’intérêt public. Telle est la carac­téristique de la démocratie vivante : elle s’entretient à la faveur de multiples foyers de débat en quête d’un consensus. Nul doute qu’elle devienne pervertie si le premier détenteur du pouvoir décide de définir ce qu’est le droit ou ce qu’est l’éducation du citoyen.
Claude Lefort, Libération, Cahier spécial du 14/09/2007
© 2008 Libération - Frémeaux & Associés

Ecouter Vive la politique - Edgar Morin & Claude Lefort (livre audio) © Frémeaux & Associés. Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Frémeaux & Associés - La Librairie Sonore est partenaire de Radio France, Radio France Internationale, L’Institut National de l’Audiovisuel, l’Assemblée Nationale, l’Historial de la Grande Guerre, le Mémorial de Caen et assure l’édition sonore d’ouvrages en accord avec les ayants droit ou les successions ainsi que les grands éditeurs (les éditions Gallimard, Grasset, Plon, Le Seuil,…). Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires, dans les fnac et virgin, en VPC chez La Librairie Sonore, Audio-archives, Livraphone, Lire en tout sens, Livre qui Parle, Mots et Merveilles, Alapage, Amazon, fnac.com, chapitre.com etc.....Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écouter par téléchargement auprès d'Audible (Audio direct - France loisirs) et d'iTunes (iStore d'Apple) et musicaux sur Fnacmusic.com, Virginméga et iTunes.




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 Vive La Politique 1 - Edgar Morin / Claude Lefort06'12
02 Vive La Politique 2 - Edgar Morin / Claude Lefort03'09
03 Vive La Politique 3 - Edgar Morin / Claude Lefort03'32
04 Viva La Politique 4 - Edgar Morin / Claude Lefort03'15
05 Vive La Politique 5 - Edgar Morin / Claude Lefort03'15
06 Vive La Politique 6 - Edgar Morin / Claude Lefort02'51
07 Vive La Politique 7 - Edgar Morin / Claude Lefort03'07
08 Vive La Politique 8 - Edgar Morin / Claude Lefort03'35
09 Vive La Politique 9 - Edgar Morin / Claude Lefort05'19
10 Vive La Politique 10 - Edgar Morin / Claude Lefort04'03
11 Vive La Politique 11 - Edgar Morin / Claude Lefort04'15
12 Vive La Politique 12 - Edgar Morin / Claude Lefort05'07
13 Vive La Politique 13 - Edgar Morin / Claude Lefort05'00
14 Vive La Politique 14 - Edgar Morin / Claude Lefort02'52
CD 2
01 Vive La Politique 15 - Edgar Morin / Claude Lefort04'28
02 Vive La Politique 16 - Edgar Morin / Claude Lefort03'33
03 Vive La Politique 17 - Edgar Morin / Claude Lefort04'04
04 Vive La Politique 18 - Edgar Morin / Claude Lefort05'16
05 Vive La Politique 19 - Edgar Morin / Claude Lefort03'15
06 Vive La Politique 20 - Edgar Morin / Claude Lefort02'48
07 Vive La Politique 21 - Edgar Morin / Claude Lefort03'26
08 Vive La Politique 22 - Edgar Morin / Claude Lefort04'33
« Vive la politique ? » par La Revue des médiathèques et des collections musicales

Animé par Eric Aeschimann. Edgar Morin, faut-il le présenter, est sociologue et Claude Lefort, philosophe. Ces deux grandes figures du monde intellectuel français se posent la question : comment faire vivre la politique ? Comment ranimer le débat politique dans la société et comment faire pour que les questions portent- la parole politique ? Edgar Morin revient au concepts « myopes » qui sous-tendent à notre démocratie : la gauche, la social-démocratie, l’idée de révolution et de modernité, les  Fameux «Liberté, égalité, fraternité»,  au point mort, l’état administration, la part de l’Économie, la régression, et l’écologie, et le développement durable. On reste séduit par tant de clairvoyance, moins convaincu peut-être par l’approche philosophique de la chose politique et de la relation. Un débat réactif et haute tenue.
REVUE DES MEDIATHEQUES ET DES COLLECTIONS MUSICALES




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...