L'AFRIQUE LITTERAIRE - POETES, ROMANCIERS ET DRAMATURGES

50 ANS D'ECRITURES / ARCHIVES RFI - INA

Plus de détails

Nombre de CDs : 3


29,99 € TTC

FA5236

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


L’AFRIQUE DES CULTURES
Poètes, romanciers et dramaturges : 34 grands auteurs pour une littérature de combat


La littérature africaine est très largement méconnue. Elle ne le mérite pas. Sinon comment expliquer qu’en moins de 25 ans, trois écrivains et une écrivaine du continent (Mahfouz, Soyinka, Gordimer et Coetzee) se sont vu attribuer le Nobel de littérature ?
Le moment est donc venu de faire entendre la voix de ces poètes, romanciers et dramaturges de l’Afrique noire, en faisant appel aux riches archives sonores de RFI et L’INA.
Pourquoi faut-il qualifier cet ensemble de témoignages de littérature de combat ? Quelque soit leur génération et leur mode d’expression, les 34 auteurs réunis dans ces trois CDs ont bien des choses en commun. Et notamment : la virulente dénonciation de l’ordre colonial, l’impitoyable procès du despotisme local et de la corruption, l’évocation souvent douloureuse de l’exil forcé, la lancinante interrogation du choix de la langue dans laquelle s’exprimer. Voilà bien le socle sur lequel se construit une puissante, dérangeante, et passionnante « littérature de combat ».
Elikia M’Bokolo & Philippe Sainteny

Droits audio : RFI en accord avec l'INA - Conception : Philippe Sainteny et Elikia M'Bokolo - Chargé de production :Théogène Karabayinga - Coordination : Thierry Perret. Représentant Ina : Béatrice Montoriol
L’Afrique littéraire

L’Afrique littéraire
50 ans d’écritures

L’Afrique des cultures
1960 – 2008

L’AFRIQUE LITTERAIRE – 50 ANS D’ECRITURES
Poètes, romanciers et dramaturges : 34 grands auteurs pour une littérature de combat
Une production de Radio France Internationale, avec l’Institut national de l’audiovisuel, conçue par  Elikia M’Bokolo et Philippe Sainteny *

La parution, en avril 2002, du coffret Afrique, une histoire sonore,  coédité par Radio France Internationale avec l’Institut national de l’audiovisuel (aux éditions Frémeaux et associés), a été saluée comme un événement. Pour la première fois étaient restituées au public, en  un coffret de 7 CD,  des archives audiovisuelles indispensables  à la compréhension de l’histoire politique de l’Afrique contemporaine. Ce fut également un succès commercial, attestant de la réception de l’œuvre. Radio France Internationale et l’INA proposent aujourd’hui une suite à cette Afrique sonore, dévolue cette fois à la culture et au mouvement des idées. A l’heure de la défense et de l’illustration de la Diversité Culturelle, cette initiative est de nature à donner un ancrage historique à la volonté actuelle de promotion de la culture en tant que telle, mais tout autant  comme enjeu économique et politique de premier ordre pour l’Afrique. Centré, comme son prédécesseur sur le demi-siècle, des années cinquante à nos jours, cet ouvrage sur l’Afrique des cultures est conçu selon un double mouvement chronologique et thématique, permettant ainsi d’embrasser les grands domaines de la création artistique et de la pensée sous l’éclairage  de leur évolution respective. Radio France Internationale et l’INA entendent ainsi poursuivre dans la voie d’une mise en valeur du patrimoine sonore de l’Afrique, et se réjouissent du soutien des partenaires qui ont manifesté leur intérêt pour cette entreprise et pour son ambition. Tout particulièrement l’Organisation internationale de la Francophonie, et son secrétaire général, Abdou Diouf, dont l’engagement a rendu possible la mise en œuvre de ce projet. 

* Elikia M’Bokolo est directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Ses travaux sur l’histoire de l’Afrique font autorité. Il est  producteur de la célèbre émission de RFI, Mémoire d’un continent.
Philippe Sainteny est journaliste ; ancien rédacteur en chef à Radio France Internationale où il fut directeur de l’information et des programmes, il a notamment produit et animé  l’émission Livre d’Or (les Grands entretiens de RFI).

Message
Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie
La publication de cette seconde série de l’Histoire sonore de l’Afrique, initiée par Radio France Internationale, avec l’Institut national de l’audiovisuel, est un événement à plusieurs titres. Tout d’abord, elle démontre, une fois de plus, l’importance des archives, ici audiovisuelles, pour la restitution d’une histoire africaine dont la richesse et la profondeur sont trop souvent masquées par les péripéties de l’actualité. S’il est communément admis que la préservation et l’exploitation de la mémoire documentaire constituent un enjeu pour l’avenir, cette observation revêt une tonalité particulière pour l’Afrique dans sa recherche, parfois malaisée, d’identité, à une époque de troubles et d’interrogations multiples. Par ailleurs, tout en se félicitant d’une telle mise à disposition du plus large public de l‘important fonds d’archives sur l’Afrique constitué par la radio publique française, on ne perdra pas de vue également le fait que cette démarche est propre à sensibiliser les acteurs africains sur la grande nécessité de protéger et mettre en valeur les éléments concrets de leur mémoire, par delà les vicissitudes du quotidien.  Il faut ensuite saluer le choix qui a été fait par Elikia Mbokolo et Philippe Sainteny de consacrer, après l’évocation de l’histoire politique, ce second volet à l’histoire culturelle de l’Afrique subsaharienne. On sait les ressources culturelles exceptionnelles détenues depuis des siècles par cette partie du monde où tous les arts ont trouvé à s’exprimer, sous des formes puissamment originales ; on sait moins que la culture contemporaine a aussi, en Afrique, une histoire riche et complexe, qui s’est épanouie à la fois en puisant dans la plus haute tradition, et en se confrontant aux défis les plus actuels ; les créateurs, plus que d’autres peut-être, ont eu à réaliser des synthèses audacieuses, ont su indiquer des pistes de renouveau et proposer des réponses singulières à la question fondamentale : dans quel monde voulons-nous vivre ? En retraçant le fil d’une histoire moderne de la culture en Afrique,  et spécialement en donnant la parole aux écrivains, artistes et intellectuels qui œuvrent depuis plus d’un demi-siècle pour l’inscrire dans une culture commune, cette Histoire sonore nous aide à percevoir comment des personnalités d’exception ont contribué à conférer à l’Afrique une présence et un dynamisme propres à éclairer et guider les jeunes générations, aujourd’hui et demain. Pour une institution telle que l’Organisation internationale de la Francophonie, dont on sait à quel point elle a œuvré sur la scène mondiale pour valoriser et promouvoir la notion de diversité culturelle, un tel projet donne à son engagement une traduction concrète, fortement illustrative : la diversité culturelle, loin d’être une abstraction,  est une réalité pour tous ceux, hommes et femmes, qui ancrent la culture dans des parcours de vie singuliers ; c’est en pensant à eux, c’est en considération de leur mémoire et de leur inestimable apport à l’universel, qu’il faut considérer quelle est l’essence de notre combat pour une culture de la diversité, porteuse de liberté et d’espoir.
Abou Diouf

Poètes, romanciers et dramaturges : 34 grands auteurs pour une littérature de combat*
« Au printemps 2002 paraissait le coffret de disques compacts (7 CDs) réalisé par Elikia M’Bokolo et Philippe Sainteny sous le titre Afrique, une histoire sonore (1960-2000). L’ouvrage a été immédiatement remarqué et salué par la presse. Plusieurs prix - dont celui de l’Académie française en 2002- ont récompensé ce qui représente une entreprise originale dans le paysage audiovisuel comme dans le champ de la production historique. Ainsi l’ouvrage se présente-t-il à la fois comme une compilation documentaire, une anthologie raisonnée et une étude historique au sens plein, proposant analyses et pistes de réflexion neuves pour une histoire du temps présent en Afrique ». Ces quelques lignes de Catherine Atlan, l’une des meilleures spécialistes  de l’histoire de l’Afrique contemporaine (in Afrique et Histoire, Revue Internationale, n°3/2005) ne pouvaient, par leur stimulante compréhension et leur enthousiasme, qu’encourager tous les acteurs du premier coffret RFI - INA sur l’histoire politique de l’Afrique à proposer la réalisation du second, cette fois-ci dédié à l’histoire culturelle, intellectuelle et artistique du continent. Et, de fait, il s’agit ici d’un parfait jumeau, en tout cas dans la forme et l’intention. Même approche, en effet, dans la présentation et la mise en perspective d’une mémoire sonore qui restitue plus d’un demi-siècle de témoignages et d’événements artistiques et culturels, dont l’Afrique peut revendiquer la singulière richesse. Du Congrès des écrivains et artistes noirs à Paris en 1956, à l’attribution de l’Etalon d’Or du Fespaco 2007 au cinéaste nigérian Newton Aduaka (pour son film Ezra), en passant par les contributions marquantes de penseurs comme Joseph Ki-Zerbo ou Achille Mbembe, des centaines d’archives sont donc ainsi  « convoquées » pour  jalonner un parcours thématique et chronologique devant s’articuler de la façon suivante :
Volume 1 : Poètes, romanciers et dramaturges : 34 grands auteurs pour une littérature de combat.
Volume 2 : Le mouvement des idées : floraison des idéologies et vitalité des productions intellectuelles
Volume 3 : Du local à l’universel : le cinéma et son demi-siècle d’existence ; les arts vivants (arts de la scène et arts plastiques).

En embrassant un si vaste panorama, le propos ne prétend pas à l’exhaustivité. Mais répond à une double volonté : rendre l’essentiel d’une aventure intellectuelle et artistique très foisonnante mais injustement méconnue. Dans le même mouvement, il s’agit de proposer aux Africains de riches éléments sonores qui, pour de multiples raisons, sont le plus souvent absents du continent et ne peuvent donc être mis à la disposition des chercheurs, universitaires ou simples citoyens. Tous étant ainsi privés d’une part importante de leur mémoire contemporaine. L’ensemble devant être envisagé dans un cadre large, car s’il va de soi que l’« aire » francophone a été privilégiée (ne serait-ce qu’en raison de sa position dominante dans les fonds d’archives disponibles en France), une histoire intellectuelle et artistique de l’Afrique du milieu du XXème siècle à nos jours ne pourrait être sérieusement abordée sans prise en compte des apports essentiels de créateurs et de penseurs venus des pays anglophones ou lusophones. « Monumental et historique », « un coffret d’anthologie », « un condensé essentiel d’une histoire toujours brûlante », écrivait la presse à la sortie d’Afrique, une histoire sonore en 2002. Voilà précisément à quel niveau d’exigence s’est située notre démarche pour ce nouvel ouvrage. 
Elikia M’Bokolo & Philippe Sainteny

*Note des auteurs : Chacun s’accorde à reconnaître que Léopold Sédar Senghor occupe une place de première grandeur dans la littérature de l’Afrique sub-saharienne ; mais le Poète-président ayant fait l’objet de deux récentes productions de RFI (L.S. Senghor, enregistrements historiques & Les Grandes voix du Sud, vol 1), c’est volontairement que les auteurs de ce dernier coffret ne lui ont pas accordé toute l’attention que mérite son génie créateur.

Poètes, romanciers et dramaturges : 34 grands auteurs pour une littérature de combat

Sauf mention contraire, les documents d’archives sont issus des fonds de l’Institut National de l’Audiovisuel (© INA).

Les dates-clés de la littérature en Afrique subsaharienne
1947
Novembre : fondation de la revue Présence Africaine à l’initiative d’Alioune Diop. Dans son éditorial, « Niam n’goura  ou les raisons d’être de Présence Africaine », Alioune Diop assigne ses objectifs à la revue. Il s’agit de « définir l’originalité africaine et de hâter son insertion dans le monde moderne. » La Philosophie bantoue du R.P Placide Tempels est le premier ouvrage publié par les Editions Présence Africaine, créées en 1949.

1948
Publication de L’Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française de Léopold Sédar Senghor aux Presses Universitaires de France.
Publication du premier roman de l’écrivain sud-africain Alan Paton (1903-1988), Cry the Beloved Country (Pleure mon pays bien aimé).

1950
Première édition du Discours sur le colonialisme (Paris, Ed. Reclame), d’Aimé Césaire (Martinique, 1913).

1952
Publication du premier roman de l’écrivain nigérian Amos Tutuola (1920-1997), The Palm-wine Drinkard, and his Dead Palm-Wine Tapster in the Dead’s Town chez Faber & Faber (Londres), traduit l’année suivante en français par Raymond Queneau (L’Ivrogne dans la brousse).

1953
Publication du premier roman de l’écrivain sud-africain, Nadine Gordimer (née en 1923 à Springs, Johannesburg), The Lying Days (Londres, Gollancz ; New York, Simon & Schuster). 
Publication du roman de l’écrivain guinéen Camara Laye, L’Enfant noir.

1954
Publication du premier roman de Mongo Béti, sous le pseudonyme d’Eza Boto, Ville cruelle (Paris, Présence Africaine) qui dénonce violemment le colonialisme.

1955
Publication du premier recueil de poèmes du poète, dramaturge et écrivain congolais (RD), Tchicaya U Tam’si (1931-1388), Le Mauvais sang (Honfleur, P.J Oswald).
Amadou Hampaté Bâ (1900-1991) publie L’Empire peul du Macina (Paris, Mouton).

1956
Septembre (19-22) : Premier Congrès mondial des écrivains et artistes noirs à Paris. Il réunit des personnalités du monde littéraire et intellectuel venues des Antilles françaises et britanniques, des Etats-Unis (Richard Wright), des diverses régions d’Afrique (AOF et AEF, Afrique du Sud, Angola, Congo belge, Mozambique…) et de Cuba. Le discours inaugural est prononcé par Alioune Diop, principal instigateur du Congrès : « Il revient aux écrivains et aux artistes de traduire pour le monde la vitalité morale et artistique de nos compatriotes, et en même temps de communiquer à ceux-ci le sens et la saveur des oeuvres étrangères ou des événements mondiaux. »
Publication du roman de l’écrivain camerounais Ferdinand Oyono (1929-), Une vie de Boy (Paris, Julliard).
Publication du premier roman de l’écrivain sénégalais Sembène Ousmane, Le Docker noir, dans lequel il s’inspire de sa propre expérience de docker sur le port de Marseille à la fin des années 1940. Militant syndicaliste à la CGT et politique au Parti communiste, son œuvre est marquée par son engagement et s’attache à la dénonciation des injustices sociales et coloniales.
Publication du recueil de poèmes de Léopold Sédar Senghor, Ethiopiques (Paris, Seuil) dans lequel figure entre autres le fameux poème Chaka.
José Craveirinha (1922-2003) publie son premier poème dans la revue mozambicaine O Brado Africano.  José Craveirinha est considéré comme le père de la poésie mozambicaine.

1957
Fondation de la revue Black Orpheus. Elle est éditée par Ezechiel Maphahlele, Wole Soyinka et Ullis Beier à Ibadan (Nigéria).
Publication du deuxième roman de Ferdinand Oyono, Le Vieux nègre et la médaille
Publication de Vie et enseignement de Tierno Bokar : Le Sage de Bandiagara (Paris, Présence Africaine)  de Amadou Hampaté Bâ.

1958
Publication du roman de Chinua Achebe (né en 1930), The Things Fall Apart (Londres, Heinemann) – Le Monde s’effondre, en français.

1959
Mars-Avril (29-1er) : deuxième Congrès des écrivains et artistes noirs à Rome. Il permet une double ren­contre : celle des diasporas africaines (anglophone, lusophone et francophone) et celle des générations (René Maran côtoie ainsi la génération montante de Mongo Béti à Sembène Ousmane ou Cheikh Anta Diop). Les grandes figures du Congrès sont Cheikh Anta Diop, Frantz Fanon et Aimé Césaire. L.S Senghor est en campagne électorale au Sénégal et Sékou Touré est devenu président de la Guinée. Tous deux envoient cependant des messages de soutien et de longues communications.

1960
Publication de Soundjata ou l’épopée mandingue (Paris, Présence Africaine) de l’écrivain et historien guinéen Djibril Tamsir Niane (1932-). Cette épopée de l’empire du Mali est considérée comme un grand classique de la littérature et de l’historiographie africaine, au point qu’il est inscrit au programme dans les manuels scolaires. (V. Lilyan Kesteloot, Histoire de la littérature négro-africaine, Paris, Karthala-Universités francophones, 2001, p.230)
Wole Soyinka (né en 1934) fonde sa troupe de théâtre, 1960 Masks à Ibadan. Première représentation de sa pièce majeure, A Dance of the Forests.
Publication du roman de l’écrivain ivoirien Bernard Dadié, Un nègre à Paris (Paris, Présence Africaine).

1961
Fondation de Transition Magazine par Rajat Neogy (1938-1995, Ouganda) à Kampala, Ouganda. La revue se veut l’organe d’expression des écrivains et intellectuels est-africains. Mais très vite elle s’impose comme l’une des revues majeures en Afrique en ouvrant ses pages à Julius Nyerere, Nadine Gordimer, Chinua Achebe, ou encore aux Américains James Baldwin et Paul Theroux.
Publication du roman fameux et très populaire de l’écrivain nigérian Cyprian Ekwensi (né en 1921), Jagua Nana.
Publication du roman de Cheikh Hamidou Kane, L’Aventure ambiguë (Paris, Julliard). Il s’agit du récit initiatique de Samba Diallo tiraillé entre son attachement à la culture peule et la soif d’ouverture pour la vie intellectuelle occidentale, notamment pour la philosophie.
L’écrivain angolais José Luando Vieira (né au Portugal en 1935) est condamné à 14 ans de prison pour avoir soutenu le mouvement de libération angolais. Il est interné au camp de Tarrafal au Cap Vert. Il y écrit la majeure partie de son œuvre.

1962
Publication du premier roman de l’écrivain sud-africain Alex La Guma (1925 Le Cap-1985 Cuba), A Walk in the Night.
Première Conférence des écrivains africains de langue anglaise (African Writers Conference) à l’université de Makerere, à Kampala en Ouganda. Elle est organisée par quelques uns des écrivains anglophones les plus fameux du continent.
Publication du premier roman de l’écrivain kenyan Ngugi wa Thiong’o (1938-), Weep not Children (Londres, Heinemann).
Publication du recueil de poèmes de Tchicaya U Tam’si, Epitomé (Tunis, SNED).

1963
Création de la maison d’édition CLE (Centre de littérature évangélique) par les Eglises Protestantes du Cameroun, du Bénin, de la R.D.C, du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Rwanda et du Togo, ainsi que la Conférence des Eglises de Toute l’Afrique (CETA).
Aimé Césaire écrit et publie La Tragédie du roi Christophe (Paris, Présence Africaine) et inaugure ainsi la vague du théâtre historique qui inspire de nombreux écrivains en Afrique. La pièce raconte les heurts qui marquent l’indépendance d’Haïti en 1804.

1964
Publication du premier recueil de poèmes de l’écrivain sud-africain Breyten Breytenbach d’expression afrikaans, Die Ysterkoei Moet Sweet.
Publication du premier roman de l’écrivain et poète camerounais René Philombe (1930-2001), Les Lettres de ma cambuse (Yaoundé, CLE).

1966
Avril : Kongi’s Harvest, la pièce de Wole Soyinka écrite et montée un an plus tôt au Nigéria est présentée au Festival des arts nègres de Dakar.
Publication de la nouvelle de Sembène Ousmane, Le Mandat (Paris, Présence Africaine).
Publication de la pièce d’Amadou Cissé Dia, Les Derniers jours de Lat Dior (Paris, Présence Africaine).

1967
Publication du roman A Grain of Wheat (Et le blé jaillira, 1969) de Ngugi wa Thiong’o.
Octobre (4) : première création de la pièce d’Aimé Césaire, Une saison au Congo au théâtre de l’Est parisien par la troupe Serreau-Perinetti. La pièce s’inspire de l’assassinat de Patrice Lumumba.

1968
Publication du roman de l’écrivain malien Yambo Ouologuem, Le Devoir de violence (Paris, Seuil). Il est considéré par la critique comme le roman de la rupture avec la Négritude. Son accueil, assorti d’accusations de plagiat, a été particulièrement mauvais chez les tenants d’une littérature africaine axée sur la valorisation du passé.
Publication du Soleil des indépendances (Montréal, Presse de l’université de Montréal, Paris, éditions du Seuil en 1970) de l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma (1927-2003).

1969
Octobre : Wole Soyinka est libéré au Nigeria après deux années de détention. Son expérience en prison et de la guerre du Biafra lui inspirent un recueil de poèmes, A Shuttle in the Crypt (Londres, 1972) et un récit : The Man Died (Londres, 1972), traduit en français en 1986 sous le titre : Cet homme est mort (Arles Actes Sud).
Le poète angolais Mario de Andrade (1928-1990) publie une anthologie de la poésie africaine d’expression portugaise (Honfleur, PJ. Oswald). Il s’agit de la première présentation en français de la poésie originaire des pays sous tutelle portugaise.

1970
Publication du premier roman de Nuruddin Farah (1945, Somalie), From a Crooked Rib (Londres, Heinemann), en français Née de la Côte d’Adam (Paris, Hatier). Farah pose ici d’emblée l’un des thèmes fort de son œuvre : la condition féminine.

1971
Publication du recueil de nouvelles  Tribaliques (Yaoundé, éditions CLE) d’Henri Lopès (1937-).

1972
Publication du premier roman, largement autobiographique, de l’écrivain nigérian Buchi Emecheta (née en 1944), In the Ditch (Londres).
Création des Nouvelles éditions africaines (NEA) à l’initiative de Léopold Sédar Senghor. La maison-mère est basée à Dakar, mais les NEA possèdent un bureau à Abidjan et Lomé. Soutenues financièrement par l’activité éditoriale scolaire, les NEA se lancent dans la publication de nombreux romans.
Après 14 ans de silence littéraire, Mongo Béti renoue avec l’écriture en publiant un essai retentissant, Main basse sur le Cameroun : autopsie d’une décolonisation (Paris, Maspéro). L’ouvrage est censuré dès sa parution.

1973
Publication du roman d’Amadou Hampaté Bâ, L’Etrange destin de Wangrin (Paris, Presses de la Cité, coll. « 10/18 »).
Publication du premier roman de l’écrivain Williams Sassine (1944-1997), Saint Monsieur Baly (Paris, Présence Africaine).
Première pièce de Sony Labou Tansi (1947-1995), Conscience de tracteur, couronnée lors du concours théâtral interafricain RFI et présentée à Brazzaville avec sa troupe La vérité Ngongi.

1974
Publication du premier roman d’Emmanuel Dongala, (né en Centrafrique d’un père congolais (Brazzaville) et d’une mère centrafricaine en 1941, Un fusil dans la main, un poème dans la poche (Paris, Albin Michel).

1975
Janvier : fondation de la revue littéraire et philosophique Ethiopiques, « revue socialiste de culture négro-africaine », par Léopold Sédar Senghor.
Le poète Agostinho Neto devient le premier président de l’Angola indépendant.

1976
Le roman de l’écrivain sud-africain André Brink, Looking on Darkness (Au plus noir de la nuit), publié la même année est interdit par les autorités de son pays.
Deuxième pièce de Sony Labou Tansi, Je soussigné cardiaque qu’il présente à Brazzaville avec la troupe La Vérité Ngongi.
Publication du premier roman d’Aminata Sow Fall (1941, Saint Louis, Sénégal), Le Revenant (Dakar, NEA).

1977
Publication du roman Petals of Blood (Pétales de sang), de Ngugi wa Thiong’o.
Publication du recueil de poèmes Elégies majeures (Paris, Seuil) de Léopold Sédar Senghor.

1978
Mongo Béti, en collaboration avec sa femme, Odile Tobner, fait paraître le premier numéro de la revue bimensuelle Peuples Noirs Peuples Africains.

1979
Publication de la pièce de théâtre de Tchicaya U Tam’si, Le Destin glorieux du maréchal Nnikon Nniku, prince qu’on sort, Présence Africaine, 1979.
Publication du roman de l’écrivain et dramaturge congolais (Brazzaville) Sony Labou Tansi  (Kinshasa 1947-Brazaville 1995), La Vie et demie (Paris, Seuil). Sony Labou Tansi prend la tête du Rocado Zulu théâtre de Brazzaville.
Publication du roman de V.Y. Mudimbe, L’Ecart (Paris, Présence Africaine).
Publication de Une si longue lettre de Mariama Bâ (Abidjan, NEA).
Publication du roman d’Aminata Sow Fall, La Grève des bàttus (Dakar, NEA). Ce roman sera porté à l’écran par Cheick Oumar Sissoko.
Publication du premier roman de Tierno Monénembo (1947, Guinée, de son vrai nom Diallo Thierno Seïdou), Les Crapauds-brousse (Paris, Seuil).
Le roman Sweet and Sour Milk (Du lait aigre doux, 1995) inaugure la trilogie de Nurrudin Farah intitulée  Variation on the Theme of an African Dictatorship.

1980
Publication du roman de J.M. Coetzee, Waiting for the Barbarians (En attendant les barbares). Cet ouvrage rencontre rapidement une audience internationale.
Publication du premier roman de l’écrivain nigérian Ben Okri (1959-), Flowers and Shadows (Londres).
Publication du premier volet de la saga romanesque de Tchicaya U Tam’si, Les cancrelats (Paris, Albin Michel).
Publication des poèmes écrits en prison du poète mozambicain José Craveirinha, Cela 1 (Lisbonne, Ediçoes 70).
Publication du roman de l’écrivain angolais Pepetela (Angola, 1941), Mayombe (Lisbonne, Ediçoes 70, Luanda, UAE) qui connaît un grand succès populaire (il se vend à 300.000 exemplaires en Angola).

1981
Publication du premier volet des mémoires de Wole Soyinka, Aké : the Years of Chilhood (Aké, les années d’enfance, 1984). 
Publication du roman L’Etat honteux (Paris, Seuil) de Sony Labou Tansi.
Publication du premier roman de Boubacar Boris Diop (1946, Sénégal), Le Temps de Tamango (Paris, L’Harmattan, coll. « Encres Noires »).

1982
Publication du roman de Henri Lopès, Le Pleurer-rire (Paris, Présence Africaine).
Publication du premier roman de Ken Bugul (1948, Sénégal, de vrai nom Mariétou Mbaye), Le Baobab fou (Abidjan, NEA).
Publication du recueil de nouvelles d’Emmanuel Dongala (Congo-Brazzaville, 1941), Jazz et vin de palme (Paris,Hatier coll. « Monde noir »).
Ngugi wa Thiong’o traduit son roman Caitaani-Mutharabaini du kikuyu à l’anglais sous le titre Devil on the Cross.

1983
Publication du roman de Sony Labou Tansi, L’Anté-peuple (Paris, Seuil). Il reçoit le Grand prix littéraire d’Afrique noire pour ce roman.

1984
Publication du premier recueil de poèmes de Tanella Boni (Abidjan), Labyrinthe (Lomé, éditions Akpagnon).
Publication du premier roman d’Etienne Goyémidé (Centrafrique, 1942-1997), Le Silence de la forêt (Paris, Hatier, coll. « Monde Noir »).
La pièce de Sony Labou Tansi, Je soussigné cardiaque (Hatier, coll. »Monde Noir », 1981) est mise en scène par Gabriel Garran au théâtre national de Chaillot sous la direction d’Antoine Vitez.

1985
Publication du premier roman du journaliste, écrivain et producteur de télévision nigérian, Ken Saro-Wiwa (1941-1995) [Kenule Beeson Saro-Wiwa], Sozaboy (Londres, Addison Wesley Longman Ldt).
Publication du roman de Williams Sassine, Le Zéhéros n’est pas n’importe qui (Paris, Présence Africaine).
La pièce de Tchicaya U Tam’si, Le Bal de N’Dinga est mise en scène par Gabriel Garran au Théâtre international de langue française (TILF) à Paris.

1986
Octobre : Wole Soyinka reçoit le Prix Nobel de littérature. Il est le premier écrivain africain récompensé par l’Académie suédoise.
Premier volet de la nouvelle trilogie Blood in the Sun, de Nuruddin Farah, Maps (Londres, Picador).

1987
Publication du travail majeur de Ngugi wa Thiong’o en Kikuyu, Matigari.
Publication du dernier volet de la saga romanesque de Tchicaya U Tam’si, Ces fruits si doux de l’arbre à pain (Paris, Seghers).
Publication du premier roman de Calixthe Beyala (1961, Douala), C’est le soleil qui m’a brûlée (Paris, Stock).

1988
L’écrivain égyptien Naguib Mahfouz reçoit le Prix Nobel de littérature.

1989
Une saison blanche et sèche, le roman de l’écrivain sud-africain André Brink est porté à l’écran par la réalisatrice martiniquaise Euzhan Palcy.
Publication de L’obscène pensée d’Alice (La Différence, Paris), premier recueil de poèmes en français de Virgilio de Lemos : écrivain mozambicain réfugié en France depuis 1964, il écrit en français et en portugais.

1990
Publication du deuxième roman d’Ahmadou Kourouma, Monnè, outrages et défis (Paris, Seuil) qui reçoit alors plusieurs prix, celui des Nouveaux Droits de l’homme et le Grand Prix de littérature d’Afrique noire.
Publication du premier roman de Tanella Boni, Une vie de crabe (Dakar, NEA).
Publication par le Mozambicain Ba Ka Khosa de Orgia dos loucos (Maputo, Associaçao dos escritores Moçambicanos).

1991
Février : retour de Mongo Béti au Cameroun après 32 ans d’exil.
Nadine Gordimer reçoit le Prix Nobel de littérature.
Mai (15) : mort d’Amadou Hampaté Bâ à Abidjan où il a passé les dernières années de sa vie.
Publication de The Flamished Road (La route de la faim) de l’écrivain nigérian Benjamin Okri.
Publication du roman de Boubacar Boris Diop, Les Tambours de la mémoire (Paris, L’Harmattan, coll. « Encres Noires »). Le livre est couronné par le Grand prix de la République du Sénégal pour les lettres.

1992
Publication du premier volume des Mémoires d’Amadou Hampaté Bâ, Amkoullel, l’enfant peul (Arles, Actes Sud).
Novembre (26) : création des Nouvelles éditions ivoiriennes (NEI), nées des cendres des NEA.
La pièce de Koffi Kwahulé (Côte d’Ivoire 1956), Cette vieille magie noire (Belgique, Lansman éditions 1993) reçoit le Grand Prix Tchicaya U Tam’si, RFI/ACCT. Elle est mise en scène par le Ubu Theater de New York l’année suivante.
Publication du roman du Mozambicain Mia Couto, Terra sonambula (Terre somnambule, Paris, Albin Michel, 2000) dans lequel il retrace la longue histoire du peuplement très divers de son pays.

1993
Juin (2) : Léopold Sédar Senghor est élu membre de l’Académie française.
Mongo Béti publie La France contre l’Afrique : Retour au Cameroun (Paris, La Découverte).
Henri Lopès reçoit le Grand prix de la francophonie de l’Académie française.
Création du festival artistique et littéraire Fest’Africa à Lille par deux anciens étudiants de l’Ecole de journalisme, Nocky Djedanoum, originaire du Tchad, et Maïmouna Coulibaly, originaire de Côte d’Ivoire.

1994
Publication du deuxième volet des mémoires de Wole Soyinka, Ibadan.
Mongo Béti ouvre à Yaoundé la Librairie des peuples noirs. Il publie également la même année un roman, L’Histoire du fou (Paris, Julliard).
Publication du premier recueil de nouvelles de l’écrivain franco-djiboutien Abdourahmane Waberi (1965 à Djibouti), Pays sans ombre (Paris, Le Serpent à Plumes).

1995
Juin (14) : Sony Labou Tansi meurt au Congo Brazzaville. La même année, les éditions Lansman (Belgique) publient les deux tomes de son œuvre de dramaturge, Théâtre complet.
Ken Saro-Wiwa est condamné à mort et exécuté par pendaison le 10 novembre.

1996
Publication du premier roman de l’écrivain anglo-soudanais Jamal Mahjoub (né en 1960 à Londres), The Hour of Signs. Tous ses romans sont traduits en français et publiés par Actes Sud.
L’écrivain camerounais Calixthe Belaya reçoit le Grand Prix de l’Académie française pour son roman paru la même année chez Albin Michel, Les Honneurs perdus.
Publication du recueil de nouvelles d’Abdourhamane Waberi, Cahier nomade. Il reçoit le Grand prix littéraire d’Afrique noire et publie l’année suivante son roman Balbala (Paris, Le Serpent à Plumes).
Publication du premier recueil de textes de l’écrivain et dramaturge malgache Jean-Luc Raharimanana (1967), Lucarne (Paris, Le Serpent à Plumes).

1997
Février (9) : Williams Sassine décède à Conakry. La même année voit paraître Les indépendan-tristes. Il s’agit d’un montage de textes écrits par Williams Sassine réalisé par Jean-Claude Idée, (théâtre, Paris, Le Bruit des autres).
Publication du roman de Boubacar Boris Diop, Le Cavalier et son ombre (Paris, Stock).
Publication du premier roman de l’écrivain et dramaturge togolais exilé en France Kossi Efoui (1962), La Polka (Paris, Seuil).

1998
Publication de l’essai (rédigé en anglais) de l’écrivain et poète sud-africain d’expression afrikaans, Antjie Krog (1952 Kroonstad), The Country of my Skull (La Douleur des mots, traduction Georges Lory, Arles, Actes Sud), d’après les audiences de la Commission Vérité et réconciliation.
Publication du deuxième roman de Jamal Mahjoub, The Carrier (Le Téléscope de Rachid).
Juillet : dix écrivains africains se rendent au Rwanda dans le cadre de l’opération « Ecrire par devoir de mémoire » organisée par Fest’Africa. Parmi ces écrivains figurent : Boubacar Boris Diop, Tierno Monénembo, Véronique Tadjo, Monique Ilboudo, Abdourahman Waberi, Koulsy Lamko et Nocky Djedanoum. Le projet naît de la volonté de faire entendre une voix africaine sur le génocide des Tutsi de 1994.
Octobre : Wole Soyinka, parti en exil en 1994,  rentre au Nigeria après la mort  du président  Sani Abacha.
Publication du roman d’Ahmadou Kourouma, En attendant le vote des bêtes sauvages (Paris, Seuil, prix Tropiques).
L’œuvre de Nuruddin Farah est couronnée par le Neustadt International Prize for Literature décerné par la revue World Literature Today de l’université d’Oklahoma. Il publie la même année le roman qui achève sa trilogie sur la guerre en Somalie, Secrets (New York, Arcade).
Publication du premier roman d’Alain Mabanckou (Congo-Brazzaville, 1966), Bleu-Blanc-Rouge (Paris, Présence Africaine).
Publication du roman d’Emmanuel Dongala, Les Petits garçons naissent aussi des étoiles (Paris, Le Serpent à Plumes), prix RFI Témoin du monde.

1999
Publication du roman de Mongo Béti, Trop de soleil tue l’amour (Paris, Julliard).
Publication du roman de Ken Bugul, Riwan ou le chemin de sable (Paris, Présence Africaine), troisième volet de sa trilogie autobiographique.

2000
Novembre : le metteur en scène britannique Peter Brook propose une adaptation théâtrale de la nouvelle du Sud-africain Can Themba, Le Costume, au théâtre des Bouffes du Nord.
Publication du roman d’Ahmadou Kourouma, Allah n’est pas obligé (Paris, Seuil).
Publication du roman de Boubacar Boris Diop Murambi le livre des ossements (Paris, Stock). C’est, avec L’Aîné des Orphelins (Paris, Seuil), de Tierno Monenembo, et L’Ombre d’Imana. Voyages jusqu’au bout du Rwanda (Arles, Actes Sud), de Véronique Tadjo, le livre le plus abouti de la dizaine d’ouvrages publiés dans le cadre du projet de Fest’Africa « Rwanda : écrire par devoir de mémoire ».
Publication du texte de Koulsy Lamko (Tchad), La Phalène des collines (Paris, Le Serpent à Plumes).
La pièce de Koffi Kwahulé Jazz (Paris, Editions Théâtrales, 1999) est mise en scène par Daniela Giordano au Teatro del Fontanone à Rome.

2001
Février : le Festival des Etonnants voyageurs fondé par Michel Le Bris en 1990 crée une édition à Bamako qui se tient chaque année en février et propose des rencontres littéraires et artistiques réunissant écrivains et artistes de tout le continent.
7 octobre : mort de Mongo Béti à Yaoundé.
Décembre (20) : mort de Léopold Sédar Senghor en Normandie. Son corps est rapatrié au Sénégal où il reçoit des obsèques nationales.
Publication du deuxième roman de Kossi Efoui, La Fabrique des cérémonies (Paris, Seuil).
Publication du roman de Jean-Luc Raharimanana, Nour 1947 (Paris, Le Serpent à Plumes).

2002
Février et mai : la nouvelle littérature africaine est mise à l’honneur lors du Festival des Etonnants voyageurs, à Bamako en février, et à Saint-Malo en mai.
Publication du roman d’Emmanuel Dongala, Johnny, chien méchant (Paris, Le Serpent à Plumes) dans lequel il raconte l’itinéraire d’un enfant soldat.
Publication du premier roman de l’écrivain, comédien et metteur en scène togolais Kangni Alem (1966), Coca-Cola Jazz (Paris, Dapper éditions, coll. « Littérature »).
Publication de Désir d’Afrique, recueil de textes critiques sur la littérature africaine en français de Boniface Mongo-Mboussa (Gallimard, coll. Continents Noirs).

2003
L’écrivain sud-africain J.M. Coetzee reçoit le Prix Nobel de littérature.
Décembre (11) : mort de l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma à Lyon.
Publication du roman en wolof de Boubacar Boris Diop, Doomi Golo (Les Enfants de la guenon, Dakar, Papyrus).

2004
Publication posthume du roman d’Ahamadou Kourouma, Quand on refuse on dit non (Paris, Seuil).
Publication du roman de Tierno Monénembo, Peuls (Paris, Seuil) dans lequel il retrace l’histoire des Peuls à la façon de l’épopée.
Rachat des éditions du Serpent à Plumes par les éditions du Rocher. Une partie des auteurs migrera vers la collection Continents Noirs créée aux éditions Gallimard.

2005
Publication du roman de Ken Bugul, Rue Felix Faure (Paris, Editions Hoëbeke, coll. « Etonnants voyageurs »).
Publication du roman d’Alain Mabanckou Verre cassé (Paris, Seuil).

2006
Publication du roman de Boubacar Boris Diop, Kaveena (Paris, Philippe Rey).
Publication du roman d’Alain Mabanckou, Mémoires de porc-épic (Paris, Seuil) pour lequel il reçoit le Prix Renaudot.
Publication du premier roman de Koffi Kwahule (Côte d’Ivoire, 1956), Babyface (Paris, Gallimard, coll. « Continents noirs »).

2007
Mars (16) : Tribune publiée dans Le Monde des livres et signée par 44 écrivains, pour plaider en faveur du concept de « littérature-monde » contre celui de « francophonie ».
Publication de l’essai de Boubacar Boris Diop, L’Afrique au-delà du miroir (Paris, Philipe Rey).
Publication du roman de Nuruddin Farah, Knots.

Production
Ce projet d’exploitation des archives sonores sur l’Afrique des cultures, initié par le département des Editions & produits dérivés de Radio France Internationale, n’aurait pas été possible sans l’engagement et la disponibilité de l’ensemble de la sonothèque de RFI. Une partie importante des archives ici mises en valeur provient du fonds « Coopération » de RFI (en particulier des émissions Mille Soleils et Mémoire d’un Continent) : la constitution, sur plusieurs décennies, de ce patrimoine sonore exceptionnel a été menée par de nombreux producteurs, journalistes, réalisateurs et responsables de service auxquels nous entendons rendre ici hommage. Citons parmi eux Françoise Ligier, Jacqueline Sorel, Bernard Schoeffer, Anne Blancard.

Conception et production de la série L’Afrique des cultures :  Elikia M’Bokolo, Théogène Karabayinga, Thierry Perret, Philippe Sainteny, Catherine Sournin
Présentation : Elikia M’Bokolo, Philippe Sainteny
Producteur exécutif : Théogène Karabayinga
Réalisation, mixage : Xavier Gibert
Numérisation des archives : Jean-Baptiste Voillemin
Prise de son et montage : Raphaël Cousseau
Voix générique : Sylvie Berruet
Sonothèque RFI : Manuela Bermudez, Françoise Bourgaut, Françoise Delignon, Eugénie Ducret, Karine Hardy, Catherine Sournin
Editions musicales (RFI) : Stéphane Poulin
Livret : Hélène Dumas (chronologie littérature)
Coordination : Thierry Perret (RFI), Béatrice Montoriol (INA)
Assistante de production : Sonia Bouketo
Administration : Evelyne Plancel
Remerciements : Jacqueline Sorel, Isabel Pinto-Machado, Odile Cazenave, Julie Tilman (OIF)
Interviews et productions d’origine : Dominique Baillard ; Maurice Baron ; Anne Blancard ; Daniel Brown ; Pascale Casanova ; Maryse Conde ; Virgilio de Lemos ; Hubert Dumas ; Soeuf Elbadawi ; Colette Godard ; Faiza Guene ; René Jentet ;  Théogène Karabayinga ; Sylvie Koffi ; Zéphyrin Kouadio ; Frédérique Leroux ; Bernard Magnier ; Edouard Maunick ; Elikia Mbokolo ; Madeleine Mukamabano ; Marie-Christine Navarro ; Jean Paget ; Catherine Pont-Humbert ; Michèle Rakotoson ; Madeleine Ricaud ; Pierre  Schaeffer ; Bernard Schoeffer ; Jacqueline Sorel ; Alphonse-Marie Toukas ; Georges Verissimo.

ORIGINE DES ARCHIVES SONORES
L’INA, Institut National de l’Audiovisuel, est chargé de conserver et de valoriser les émissions de l’audiovisuel public depuis la seconde guerre mondiale. Il s’agit, notamment, de plus de 600 000 heures d’émissions de radio concernant l’actualité, la musique et la culture.
RFI, Radio France Internationale, société nationale de programmes chargée d’une activité radiophonique extérieure, est héritière de deux missions :
• celle des Programmes d’Outre Mer, nés le 10 décembre 1944, en même temps que la RDF, Radio Diffusion Française. Ils deviennent SORAFOM (Société de Radio diffusion de la France d’Outre-Mer) le 20 janvier 1955 (18 stations en 1956), puis OCORA (Office de Coopération radiophonique) le 14 avril 1962. A partir d’août 1969, ils sont gérés par la DAEC (Direction des Affaires Extérieures et Culturelles) jusqu’en 1975.

A l’éclatement de l’ORTF, ces programmes sont alors repris par :
- RFI, Radio France Internationale (filiale de Radio France jusqu’en 1986), pour les programmes produits et diffusés en France à destination de l’Afrique ;
- FR3, puis RFO en septembre 1982, pour les programmes produits et diffusés par les DOM-TOM.
• Celle du Programme International, créé en janvier 1945 à la RDF, sous le nom d’EVE (Emissions vers l’Extérieur). Il est ensuite appelé DRE en 1962, puis est géré lui aussi par la DAEC en avril 1969. Il revient enfin à RFI en 1975, société indépendante de Radio France depuis 1986.

Ecouter L’Afrique littéraire - 50 ans d’écritures (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




PisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 Introduction par Philippe Sainteny02'38
02 Naguib Mahfouz ( Egypte)02'34
03 Jacques Rabemananjara (Madagascar)04'52
04 Paul Lomami Tchibamba (Rdc)14'01
05 Amos Tutuola ( Nigéria )03'12
06 Nadine Gordimer ( Afrique du Sud )02'52
07 Ahmadou Kourouma ( Côte d'ivoire )05'29
08 Camara Laye ( Guinée )04'44
09 Cheikh Hamidou Kane ( Sénégal )07'03
10 Chinua Achebe ( Nigéria )07'09
11 Edouard Maunick ( Ile Maurice )04'59
12 Tchicaya U Tam Si ( Congo )07'52
13 Jean Pliya ( Bénin )05'20
CD 2
01 Wole Soyinka ( Nigéria )11'15
02 Maryse Conde ( Guadeloupe )06'09
03 Henri Lopes ( Congo )03'51
04 Ngugi Wa Thiongo ( Kenya )06'19
05 John M Coetzee ( Afrique Du Sud )03'13
06 Yambo Ouologem ( Mali )07'35
07 Pepetela ( Angola )08'19
08 Aminata Sow Fall ( Sénégal )06'29
09 Emmanuel Dongala ( Congo )03'45
10 Williams Sassine ( Guinée )07'06
11 Souleymane Koly ( Guinée Côte d'ivoire )05'58
CD 3
01 Nuruddin Farah ( Somalie )07'57
02 Sony Labou Tansi ( Congo )08'21
03 Boubacar Boris Diop ( Sénégal )11'33
04 Tierno Monenembo ( Guinée )04'32
05 Were Were Liking ( Cameroun Côte d'ivoire )06'21
06 Mia Couto ( Mozambique )05'09
07 Koffi Kwahule ( Côte d'ivoire )04'18
08 Abdourahman A Waberi (Djibouti )06'50
09 Alain Mabanckou ( Congo )06'13
10 Jean-Luc Raharimanana ( Madagascar )04'25
11 Dieudonne Niangouna ( Congo )05'10
"La littérature est souvent le lieu de départ pour la compréhension d’une culture" Touki Montreal

"Radio France Internationale (RFI) et l’Institut national de l'Audiovisuel (Ina) ont eu la bonne idée d’archiver les enregistrements sonores de nombreux auteurs africains. En 2002, l’éditeur Frémeaux et associés lançait le coffret Afrique, une histoire sonore. Touki Montréal vous fait découvrir la dernière édition "L’Afrique littéraire, 50 ans d’écritures" à travers une chronique présentée dans l’émission "Rencontre du troisième titre".
Trois Cds rassemblent les enregistrements sonores de 34 grands auteurs. Le tout est présenté par Elikia M’Bokolo, directeur de l’Ecole des hautes études en sciences sociales mais surtout reconnu pour ses travaux sur l’Histoire de l’Afrique. Il est aussi le producteur de l’émission "Mémoire d’un continent" sur RFI. Elikia M’Bokolo est aidé du journaliste Philippe Sainteny ancien rédacteur en chef à RFI où il fut directeur de l’information et des programmes.
On retrouve entre autres dans ces trois coffrets la voix de Wole Soyinke ( prix nobel de littérature), de Chinu Achebe, de la sénégalaise Aminata Sow Fall, et du congolais Henri Lopes. (...)
L’Afrique littéraire : 50 ans d’écritures s’adresse à la fois aux amoureux de la littérature africaine, aux universitaires mais aussi à ceux qui souhaiteraient découvrir les facettes de plusieurs pays africains. Car la littérature est souvent le lieu de départ pour la compréhension d’une culture et de l’Histoire d’un peuple. Ce coffret peut être aussi utilisé comme une sorte de bibliographie."
par Charles Mathon - TOUKI MONTREAL (L'Actualité africaine à Montréal)




« Véritable monument dédié aux littératures de ce continent » par La Cigogne

« L’Anthologie sonore L’Afrique littéraire, 50 ans d’écritures, réalisée par Frémeaux & Associés, composée de 3 CD, véritable monument dédié aux littératures de ce continent, porte le sous-titre « L’Afrique des Cultures, poètes, romanciers et dramaturges, 34 grands auteurs pour une littérature de combat ». Si les participants à ce document sonore exceptionnel viennent de tous les horizons d’Afrique, ils ont en commun de dire, de raconter, de dénoncer, des situations qui tristement leur sont communes : l’ordre colonial, le procès impitoyable du despotisme local et de la corruption, l’évocation souvent douloureuse de l’exil forcé. Suivons leurs débats, ils ont tant et tant de choses à nous dire et à nous transmettre. Chaque Cd est centré sur une thématique. CD 1 : Poètes, romanciers et dramaturges. CD 2 : Le mouvement des idées, floraison des idéologies et vitalité des productions intellectuelles. CD 3 : Du local à l’universel : le cinéma et son demi-siècle d’existence ; les arts vivants arts de la scène et arts plastiques. »
Par LA CIGOGNE




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...