PENSEE DE MARCEL GAUCHET

PHILOSOPHIE DE LA DEMOCRATIE - ECRITURE DE L’HISTOIRE

Plus de détails

Nombre de CDs : 3


29,99 € TTC

FA5241

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


En occident, la démocratie est devenue une évidence aujourd’hui, au point que nous finissons par oublier les principes qui la fondent, que nous semblons assister à l’étiolement de son essence. Comment peut-on définir la démocratie des droits de l’homme ? Quand peut-on dater son origine ? Quelle est sa relation au religieux ? Quelle est la distinction entre le politique et la politique ?… Autant de questions auxquelles répond avec une grande clarté l’un des plus grands observateurs du monde contemporain, Marcel Gauchet, dans un entretien introductif à sa pensée et à son oeuvre.

Claude Colombini & Patrick Frémeaux

L’auteur du Désenchantement du monde est historien et philosophe. Il est actuellement directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, au Centre de recherche politique Raymond-Aron et rédacteur en chef de la revue Le Débat.

Interview menée par Alexandre Wong

CD 1 : Présentation générale de la pensée de Marcel Gauchet
CD 2 : Présentation générale de la pensée de Marcel Gauchet (suite) / Religion et Politique
CD 3 :
Écrire l’histoire

Droits : Frémeaux & Associés - Groupe Frémeaux Colombini (Entretiens philosophiques - Livres audio)."

PENSÉE DE MARCEL GAUCHET

PENSÉE DE MARCEL GAUCHET
PHILOSOPHIE DE LA DÉMOCRATIE
ÉCRITURE DE L’HISTOIRE










CD 1
: Présentation générale de la pensée de Marcel Gauchet
?1. Question : la démocratie en occident  0’15
?2. La crise démocratique 5’33
?3. Le pouvoir religieux 4’32
?4. L’État moderne 5’44
?5. L’individu libre et égal en droit 3’25
?6. L’entrée dans l’histoire 4’55
?7. Le régime mixte (politique, juridique, historique) 5’11
?8. La crise contemporaine de la démocratie 3’09
?9. Question : le retour du religieux dans les sociétés démocratiques 0’12
10. Sortie de la religion/retour du religieux 7’21
11. L’exception européenne 3’25
12. Religion et raison 4’57
13. Question : société religieuse/société politique, le politique/la politique 0’10
14. Sociétés religieuses/sociétés politiques  4’52
15. Sécularisation du politique 4’09
16. Le politique/la politique 4’30
17. Le christianisme à l’origine de la démocratie 6’32

CD 2 : Présentation générale de la pensée de Marcel Gauchet (suite)/Religion et politique
?1. L’origine de notre démocratie 0’07
?2. La démocratie athénienne 3’52
?3. La démocratie des modernes 5’16
?4. Question : sortie de la religion/sortie du politique et de l’histoire 0’11
?5. Sortie de la religion, du politique, du droit 4’36
?6. Question : culte des ancêtres/commémoration des morts 0’09
?7. Culte des ancêtres/culte des morts 3’57
?8. Question : lien religieux/lien politique 0’10
?9. Lien religieux/lien politique 4’27
10. Question : État/divin 0’06
11. État médiateur/État dominateur 2’36
12. Question : l’institution/l’intemporelle religieux 0’09
13. L’institution 4’41
14. Question : totalitarisme/démocratie 0’09
15. L’illusion politique 3’11
16. Totalitarisme/démocratie libérale 5’34
17. Question : la vie démocratique 0’08
18. La souveraineté démocratique 6’49
19. Question : la crise actuelle de la démocratie 0’14
20. Les autres : les ancêtres, les dieux, les rois… 4’03
21. La représentation politique 5’17
22. Question : identité collective/identité personnelle 0’14
23. Identité collective/identité personnelle 3’20
24. Identité de fait 5’58
25. Question : l’égalité/différences entre les individus 0’07
26. L’égalité comme travail de la différence 7’04
27. Question : rapport à l’autre/rapport à soi 0’06
28. Rapport à l’autre/rapport à soi 4’08

CD 3 : Écrire l’histoire
?1. Question : l’histoire comme récit 0’13
?2. Histoire objective/histoire subjective  5’30
?3. Question : le contemporain de son temps 0’08
?4. Conscience du passé/conscience du présent 5’58
?5. Question : la tyrannie du présent 0’08
?6. La tyrannie actuelle du présent 5’25
?7. Question : sens de l’histoire/psychologique 0’07
?8. Histoire collective/histoire individuelle 4’41
?9. Question : évolution du cerveau/histoire des représentations humaines 0’13
10. Évolution et histoire 4’52
11. Question : le réductionnisme 0’12
12. Le dilemme de l’âme et du corps 2’51
13. Naturalisation de l’esprit 5’41
14. Question : histoire de l’histoire 0’12
15. Histoire symbolique 6’07
16. Histoire de l’histoire 3’31
17. Question : l’ouverture à l’avenir 0’11
18. Le possible dans l’histoire 4’09
19. Premier exemple : le passé 3’25
20. Second exemple : l’avenir  4’24
21. Question : la civilisation mondiale 0’08
22. La civilisation mondiale 6’18
23. Culture universelle/culture particulière 5’49
24. Universalisme/relativisme 2’56

Parcours de Marcel Gauchet
L’histoire des religions, l’histoire de la démocratie, l’histoire de la psychiatrie répondent, dans la philosophie de Marcel Gauchet, à une préoccupation centrale, celle de décrire l’histoire du sujet, tant collectif que particulier. Cela de manière à montrer comment les sociétés ou l’individu sont structurés et se construisent dans le temps – des sociétés dites primitives aux sociétés démocratiques –, comment ils gèrent leur folie, un rapport à soi qui passe par un rapport à l’autre (aux Ancêtres, aux Dieux, à l’inconscient…). Cette histoire générale et politique de la folie met à mal l’ensemble des productions académiques : elle « s’autorise », trahit une décision à la première personne, nette, sans repentirs, qui allie l’envie de faire bouger fondamentalement les manières de se représenter l’histoire, prise dans sa totalité, et une pratique exigeante de l’érudition.

1946 Naissance de Marcel Gauchet.
1961 Entrée à l’École normale d’instituteurs de Saint-Lô suivie d’une formation de professeur des collèges. Il y rencontre le fait syndical et politique. Il enseigne deux ans en collège près de Caen, puis prend une disponibilité pour entreprendre des études universitaires. Un intérêt intellectuel pour le marxisme lui donne le goût de l’histoire ; il passe ainsi de la philosophie à l’histoire par la politique en un temps où l’université n’obéit pas encore au compartimentage disciplinaire. Préparation de trois licences : en philosophie, en histoire et en sociologie.
1966 Il fait la connaissance de Claude Lefort, professeur de sociologie à l’Univer­sité de Caen. Sous sa direction, il rédige un mémoire de DES sur Freud et Lacan. De cette rencontre, il retient l’irréductibilité de la démocratie, la centralisé du politique, la nécessité de penser ensemble la démocratie et le totalitarisme dans leur lien et leur opposition. Ce n’est pas, comme le pense Marx, l’économie, mais le politique qui commande l’existence de la société.
1968 Il se reconnaît coincé entre un rejet de la société bourgeoise et une hostilité à l’égard du régime soviétique, entre un soutien à la lutte du peuple vietnamien et l’espoir avoué que les Américains écrasent un régime à l’égard duquel il n’a aucune sympathie. Il participe à la révolution de 68 en transportant des centaines de kilos de tracts, de manifestes, d’affiches entre Paris et la province, puis de ville à ville.
1970 Il fait la connaissance de Marc Richir qui s’occupe d’une petite revue d’étudiants de l’Université de Bruxelles, Textures. Ils décident ensemble de la relancer avec Claude Lefort, Cornelius Castoriadis et Pierre Clastres, dont le travail ethnologique est à la base de sa réflexion sur l’histoire politique de la religion. Elle paraît jusqu’en 1976.
1971 Publication dans un numéro de la revue L’Arc de son premier article consacré à Merleau-Ponty (« Lieu de la pensée »), et dans Textures d’un article intitulé « Sur la démocratie : le politique et l’institution du social », texte rédigé d’après un cours donné par Claude Lefort à l’Université de Caen en 1966-1967.
1977 Il participe avec Claude Lefort, Cornelius Castoriadis, Miguel Abensour, Pierre Clastres et Maurice Lucciani au lancement du premier numéro d’une nouvelle revue, Libre, sous-titrée « politique-anthropologie-philosophie ». Huit numéros sont publiés jusqu’en 1980, aux Éditions Payot (Petite bibliothèque).
1980 Il publie son premier livre avec Gladys Swain, La Pratique de l’esprit humain chez Gallimard. Y sont critiquées certaines thèses soutenues par Michel Foucault dans l’Histoire de la folie. En mai 1980, Pierre Nora demande à Marcel Gauchet de participer à sa nouvelle revue Le Débat, dont il devient le rédacteur en chef. Dans son éditorial intitulé « Que peuvent les intellectuels ? », Pierre Nora semble attaquer tous les auteurs structuralistes de ses propres collections aux éditions Gallimard, et au premier chef, Michel Foucault, le plus gros succès de la « Bibliothèque des sciences humaines ». Marcel Gauchet conserve néanmoins du projet structuraliste l’idée d’une science unifiée de l’homme, du langage, de l’inconscient et de l’histoire tout en remettant en cause la critique de la subjectivité.
1985 Publication du Désenchantement du monde, son œuvre programmatique.
1989 Il entre au Centre de recherches politiques Raymond Aron, le département d’études politiques de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.
Alexandre WONG
© 2009 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS - Groupe Frémeaux Colombini SAS

Marcel Gauchet se décrit dans La Condition historique comme un observateur du contemporain, un scrutateur du mouvement du présent, source inépuisable d’inspiration et de questionnements. C’est dans le miroir de l’histoire des religions et de la Révolution française qu’il tente d’éclairer le présent de notre démocratie. Aussi, il passe par l’histoire pour asseoir ce qu’il appelle une anthroposociologie transcendantale, c’est-à-dire une théorie qui interroge les conditions de possibilité de l’humain en société.  Il cherche à comprendre l’articulation entre ce qui fait que l’homme est social par nature et l’organisation psychique qui est la nôtre. La sociologie ne peut selon lui ignorer ce qui se passe dans la tête des individus singuliers. De même, une philosophie qui se tiendrait à l’écart des savoirs positifs, et en particulier du savoir historique, en évitant de prendre en compte l’existence des sociétés concrètes, ne proférerait que des platitudes sur les problèmes avec lesquels nous sommes aux prises. À l’apparente objectivité d’une certaine sociologie et d’une philosophie en chambre, il oppose une objectivité du travail de la réflexion qui repose sur le partage d’une même matière connaissable, ligne de fuite des différents objets scientifiques à une époque déterminée, par exemple de l’objet société et de l’objet psychisme au XIXe quand la sociologie marxisme et la psychiatrie convergeait vers une même question : celle de l’histoire de la société démocratique.

Bibliographie
- Étienne de La Boétie, Discours de la servitude volontaire, 1976.
- La Pratique de l’esprit humain : L’institution asilaire et la révolution démocratique (en collaboration avec Gladys Swain), Gallimard, Paris, 1980.
- Le Désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Gallimard, Paris, 1985.
- La Révolution des droits de l’homme, Gallimard, Paris, 1989.
- L’Inconscient cérébral, Éditions du Seuil, « La Librairie du XXe siècle »,
Paris, 1992.
- Dialogue avec l’insensé – À la recherche d’une autre histoire de la folie (en collaboration avec Gladys Swain), Gallimard, Paris, 1994.
- La Révolution des pouvoirs : la souveraineté, le peuple et la représentation 1789-1799, Gallimard, Paris, 1995.
- Benjamin Constant, Écrits politiques, Gallimard, « Folio essais », Paris, 1997.
- Le Vrai Charcot : Les chemins imprévus de l’inconscient (en collaboration avec Gladys Swain), Calmann-Lévy, Paris, 1997.
- La Religion dans la démocratie : Parcours de la laïcité, Gallimard, Paris, 1998.
- La Démocratie contre elle-même, Gallimard, Paris, 2002.
- Philosophie des sciences historiques, Éditions du Seuil, Paris, 2002.
- La Condition historique, Gallimard, « Folio essais », Paris, 2003.
- Un monde désenchanté ?, Éditions de l’Atelier, 2004.
- La Condition politique, Gallimard, Paris, 2005.
- La Démocratie d’une crise à l’autre, Cécile Defaut, Paris, 2007.
- L’Avènement de la démocratie, T.1 La Révolution moderne, T.2 La crise du libéralisme, Gallimard, Paris, 2007.

Ecouter PENSÉE DE MARCEL GAUCHET - PHILOSOPHIE DE LA DÉMOCRATIE - ÉCRITURE DE L’HISTOIRE (livre audio)
© Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 Question: la démocratie en occident - Marcel00'15
02 La crise démocratique - Marcel05'33
03 Le pouvoir religieux - Marcel04'32
04 L'état moderne - Marcel05'44
05 L'individu libre et égal en droit - Marcel03'25
06 L'entrée dans l'histoire - Marcel04'55
07 Le régime mixte - Marcel05'11
08 La crise contemporaine de la démocratie - Marcel03'09
09 Question: le retour du religieux - Marcel00'12
10 Sortie de la religion/retour du religieux - Marcel07'21
11 L'exception européennne - Marcel03'25
12 Religion et raison - Marcel04'57
13 Question: société religieuse/société politique - Marcel00'10
14 Sociétés religieuses/sociétés politiques - Marcel04'52
15 Sécularisation du politique - Marcel04'09
16 Le politique/la politique - Marcel04'30
17 Le christianisme a l'origine de la démocratie - Marcel06'32
CD 2
01 L'origine de notre démocratie - Marcel00'07
02 La démocratie athénienne - Marcel03'52
03 La démocratie des modernes - Marcel05'16
04 Question: sortie de la religion/ sortie de la politique - Marcel00'11
05 Sortie de la religion, de la politique, du droit - Marcel04'36
06 Question: culte des ancêtres, commemoration des morts - Marcel00'09
07 Question: lien religieux/lien politique - Marcel03'57
08 Lien religieux/lien politique - Marcel00'10
09 Question: Etat divin - Marcel04'27
10 Etat médiateur/Etat dominateur - Marcel00'06
11 Question: l'institution, l'intemporelle religieux - Marcel02'36
12 L'institution - Marcel00'09
13 Question: totalitarisme/démocratie - Marcel04'41
14 L'illusion politique - Marcel00'09
15 Totalitarisme/démocratie libérale - Marcel03'11
16 Question: la vie démocratique - Marcel05'34
17 La souveraineté démocratique - Marcel00'08
18 Idendité collective/idendité personnelle - Marcel06'49
19 Question: la crise actuelle de la démocratie - Marcel00'14
20 Les autres, les ancêtres, les dieux, les rois - Marcel04'03
21 La représentation politique - Marcel05'17
22 Question: identité collective/identité personnelle - Marcel00'14
23 Identité de fait - Marcel03'20
24 Question: l'égalité, différence entre les individus - Marcel05'58
25 L'égalite comme travail de la différence - Marcel00'07
26 Question: rapport à l'autre/rapport à soi - Marcel07'04
27 Rapport à l'autre/rapport à soi - Marcel00'06
28 Question: l'histoire comme récit - Marcel04'08
CD 3
01 Culte des ancêtres, culte des morts - Marcel00'13
02 Histoire objective, histoire subjective - Marcel05'30
03 Question: le contemporain de son temps - Marcel00'08
04 Conscience du passé/conscience du present - Marcel05'58
05 Question: La tyrannie du présent - Marcel00'08
06 La tyrannie actuelle du présent - Marcel05'25
07 Question: sens de l'histoire psychologique - Marcel00'07
08 Histoire collective/histoire individuelle - Marcel04'41
09 Question: évolution du cerveau/histoires des représentations - Marcel00'13
10 Evolution et histoire - Marcel04'52
11 Question: le réductionnisme - Marcel00'12
12 Le dilemne de l'âme et du corps - Marcel02'51
13 Naturalisation de l'esprit - Marcel05'41
14 Question: histoire de l'histoire - Marcel00'12
15 Histoire symbolique - Marcel06'07
16 histoire de l'histoire - Marcel03'31
17 Question: ouverture à l'avenir - Marcel00'11
18 Le possible dans l'histoire - Marcel04'09
19 Premier exemple: le passé - Marcel03'25
20 Second exemple: l'avenir - Marcel04'24
21 Question: la civilisation mondiale - Marcel00'08
22 La civilisation mondiale - Marcel06'18
23 Culture universelle/culture particulière - Marcel05'49
24 Universalisme/relativisme - Marcel02'56
« Pensée de Marcel Gauchet – Philosophie de la démocratie – Ecriture de l’histoire » Xavier Darcos

"[…] Sachez que c’est avec le plus grand intérêt que j’ai pris connaissance de cet entretien donné par un des plus grands observateurs du monde contemporain."
Xavier Darcos – Le Ministre de l’éducation nationale




« La démocratie occidentale » par La Revue des médiathèques et des collections musicales

Marcel Gauchet est surtout connu pour son best-seller : Le Désenchantement du monde. Il est par ailleurs historien et philosophe. Ce coffret de trois CDs et un livret de 8 pages, est un entretien introductif à sa pensée et à son œuvre. Il aborde la question de l’évidence de la démocratie occidentale, des principes qui la fondent que nous finissons par oublier au point d’assister sensiblement à son étiolement. Il aborde aussi les droits de l’homme, la religion. Il essaie de distinguer la politique et la politique. Une multitude de questions diablement intéressantes. Lucas FALCHERO - REVUE DES MEDIATHEQUES ET DES COLLECTIONS MUSICALES




"Aujourd’hui, l’individualisme n’est plus une caractéristique occidentale" par Sciences Humaines

Enorme problème ! Il me semble que ce que vous appelez un peu vite « histoire globale », et qui n’est en réalité qu’un courrant idéologique particulier de cette histoire large, nous fait tomber d’une erreur dans une autre. Longtemps l’histoire occidentale moderne s’est conçue, dans la philosophie hégélienne puis marxiste, comme un sommet et un aboutissement de l’histoire universelle. Elle se voulait le terme vers lequel toutes les sociétés étaient destinées à converger. Cette idée a été soumise à une critique impitoyable, à juste titre. On peut la tenir aujourd’hui pour à peu près morte. Mais passer d’une extrémité à l’autre, comme le font les thèses que vous évoquez, ne nous fait pas plus avancer. Il est aussi absurde et faux, à mon sens, de soutenir que l’Occident moderne est sans aucune spécificité et que toutes les civilisations ont suivi une marche en gros analogue. Il y a une singularité forte de ce qui s’est passé en Europe, puis aux Etats-Unis depuis le XVIe siècle, une singularité qui n’est portée par aucune nécessité historique, qui n’est pas le but vers lequel toute l’histoire était destinée à tendre, mais qui n’en a pas moins des capacités très spéciales de se diffuser hors de son aire d’invention.

Aujourd’hui, l’individualisme n’est plus une caractéristique occidentale…

Il l’est encore largement au degré qu’il a atteint chez nous, mais il tend à se répandre dans le monde entier. Il se diffuse en même temps que la science, la technique, les modèles de consommation et les valeurs propres à l’Occident, dont il faut bien constater qu’elles avancent partout. Le pouvoir d’attraction du modèle occidental est quasi irrésistible car la puissance, la richesse et le confort matériel – le fait de vivre plus longtemps ou de manger à sa faim – cela ne se refuse pas. Mais on a conclu trop vite que les valeurs qui l’accompagnaient étaient universelles. Les tension culturelles de la mondialisation ne peuvent se comprendre qu’en prenant en compte cette spécificité des valeurs de l’Occident. Le sentiment de « viol culturel » qui va avec la diffusion de ses marchandises vient de là. Parce qu’il tend à imposer au reste du monde sa culture et ses valeurs (qui n’ont rien d’universelles), l’Occident sécrète aussi un front du refus. La mondialisation culturelle demande donc de bien comprendre ce qu’il y a de singulier dans le devenir occidental.
Par Marcel GAUCHET – SCIENCES HUMAINES





Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...