PINK TURTLE - BACK AGAIN

DIDIER LOCKWOOD, JEAN-JACQUES MILTEAU, ANDRE MINVIELLE

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA528

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Partenariat Jazz Radio

Après deux années triomphales de tournée internationale (200 concerts), les inlassables prêcheurs de la pop qui swingue sont de retour.
Retrouvez 13 nouveaux titres légendaires dans le savoureux travestissement des princes du swing.
Meilleure vente jazz de Frémeaux & Associés, Pink Turtle s’est entouré d’invités prestigieux : Morgane Imbeaud, Didier Lockwood, Jean-Jacques Milteau, André Minvielle, pour un véritable péché original !
Patrick Frémeaux & Benjamin Goldenstein

Management concerts : Artistic Production : + 33 (0)5 56 32 40 78
Droits audio : Frémeaux & Associés / Groupe Frémeaux Colombini SAS

Pink Turtle 2

Pink Turtle
Back Again

 

 

 

 

 

 

 

 




"Sous les carapaces roses, sept musiciens créatifs de talent qui, sans jamais se prendre au sérieux, avec une facilité déconcertante et des trouvailles mélodiques implacables, nous font oublier les versions pop ou rock de titres universels : Un style impeccable de French touch du swing pour un effet euphorisant garanti.
Maniac, Everybody’s got to learn sometime, Money, Money, Money, Satisfaction, Roxanne, Born to be alive, Black Magic woman, Sir Duke, Fifty Ways to leave your, We will rock you, Nights in white, Billie Jean, Hey Jude, des mélodies réinterprétées par le savoir faire harmonique du jazz. et l’essence même du swing : l’entertainment !
C’était il y a trois ans, un retour de tournée au coeur de l’été, une panne sur une départementale au milieu de nulle part. Une vieille dame, professeur de piano à la retraite, accueillit gentiment le groupe dans sa grande demeure et offrit le gîte et le couvert. Les musiciens étaient à la recherche d’un nouveau son, un peu lassés de la musique qu’ils pratiquaient à l’époque, la veille dame les écoutait discrètement après le dîner se morfondre et refaire leur monde musical.
« Attendez-moi cinq minutes » dit-elle soudain. Dans un silence impressionnant, la maîtresse de maison s’éclipsa. A son retour, elle posa sur le sol, devant les yeux interloqués de l’équipe, une vieille valise en prononçant cette seule phrase énigmatique : « J’ai ce qu’il vous faut ». Cette malle renfermait un monceau de partitions originales et des documents sur un groupe méconnu des années 60 : Pink Turtle. Avec entre autre des dizaines de chansons popularisées depuis par les plus grands groupes de rock et de pop... Leur histoire incroyable ! Elle leur confiait par là même le soin de faire découvrir les versions originales de ces tubes  internationaux qu’elle composa pour ce groupe des années 60 qui n’obtint à l’époque qu’un succès d’estime. Ils font revivre depuis le nom et le répertoire de ces artistes oubliés et de cette vieille dame disparue aujourd’hui.
Il y a deux ans, un premier album coup de coeur FNAC est classé comme une des meilleures ventes jazz album et single en téléchargement, Deuxième place des téléchargements des radios membres de Francophonie Diffusion et au top des charts au Canada. Pink Turtle n’en fini pas de séduire. Cinq compilations sorties récemment ont déjà repris leurs titres et les radios accumulent les rotations en play-list."
Muriel Vandenbossche
© Frémeaux & Associés - libre de droits pour la presse


Patrick Bacqueville (lead vocal & chœurs, trombone)
Michel Bonnet (trompette, bugle, guitare sur 3, flûte à bec, chœurs)
Pierre-Louis Cas (saxophone ténor & baryton, clarinette, flûte traversière, chœurs)

Christophe Davot (lead vocal & chœurs, guitares, cavaquinho)
Jean-Marc Montaut (piano, keyboards, crotales, vocal)
Stéphane Roger (batterie, saxophone baryton sur 12 & 13, vocal)
Laurent Vanhée (contrebasse, vocal) 


Guests:
Didier Lockwood : Violon dans Money Money Money – Avec l’aimable autorisation du label AMES. 
Morgane Imbeaud : Chant lead dans Born to be Alive
André Minvielle : Improvisation vocale dans Sir Duke 
Jean-Jacques Milteau : Harmonica dans Billie Jean
Marco Glomeau : Percussions sur titres 2, 4, 6, 7
Trio Vocal Satin Dolls : Roxane Terramorsi / Audrey Thémista / Marsu (chœurs sur titres 5, 7, 9) 


Franck Jaccard : Supervision artistique
Pascal “Gigi” Ginard : Coach linguistique  

Arrangements - Pinkturtlelisation :
Christophe Davot (1, 2, 5, 6, 7, 8, 9, 12, 13) - Michel Bonnet (3, 10) - Patrick Bacqueville, Jean-Marc Montaut, Marco Glomeau (4) - Pierre-Louis Cas (11)


Discographie
01 Maniac (Michael Sembello / Dennis Matkovsky) 3’09 © Warner Chappell
02 Everybody’s got to learn sometime (James Warren) 4’04 © Warner Chappell
03 Money, Money, Money (Benny Goran Bror Andersson/Bjoern K.Ulvaeus) 4’14 © Universal Union Songs Musikforlag AB
04 (I can’t get no) Satisfaction (Mick Jagger / Keith Richards) 4’18 © ABKCO Rolling Music / Westminster Music LTD
05 Roxanne (Sting) 5’04 © GM Summer
06 Born to be alive (Patrick Hernandez) 3’36 © Saturn PHL
07 Black Magic woman (Charles Peter Green) 5’00 © Bourne Music LTD
08 Sir Duke (Stevie Wonder) 4’05 © Black Bull Music Inc / Jobete Music Co Inc
09 Fifty Ways to leave your Lover (Paul Simon) 5’05 © Paul Simon Music
10 We will rock you (Brian Harold May) 3’59 © Queen Music LTD
11 Nights in white satin (David Justin Hayward) 3’51 © Tyler Music LTD / Cromwell Editions SARL
12 Billie Jean (Michael Jackson) 4’57 © Mijac Music
13 Hey Jude (John Winston Lennon / Paul James McCartney) 5’20 © Northern Songs LTD / Maclen Beatles


Remerciements :

Franck Jaccard pour sa musicalité, François Gaucher pour ses oreilles et toute l’équipe du studio de l’Alhambra Colbert pour leur accueil, Pascal “gigi” Ginard, Didier Pallagès, la famille Houillon, William Bonnet, Jérôme Etcheberry, Nicolas Peslier, Aurélie Tropez, Nicolas Montier, Esther Le Bars, Jean-François Chevais, Michel Violet, Nathalie Violet, Pascal Pueyo, Thimothée Buisson, Bernard Isaac, Florence Assouline, Madame Cancans, Feeling Music, Michel Delage, Pascal Combeau, Jean-Pierre Vignola, Didier Lockwood, Morgane Imbeaud de Cocoon, André Minvielle, Jean-Jacques Milteau, Marco Glomeau, allistair Chevillard.  Remerciement tout spécial à Colombe Guellerin qui nous a permis de faire notre photo dans ce fabuleux cadre qu’est “l’HOTEL” 13 rue des beaux arts Paris 6ème. Special thanks to : Bertrand Henrion, notre manager, agent et tutti quanti, ainsi que Fabien Lefort, notre “si précieux” ingénieur du son, qui partagent notre quotidien... au quotidien ! 


Prise de son :

Enregistrement du 6 au 14 janvier 2010 par François Gaucher au Studio Alhambra Colbert à Rochefort (Cristal Records). Assistant : Pierre Louis Rougier.
“Money Money Money” Enregistré par J.P. Badoui le 16 janvier 2010 au studio de la Forêt à Macherin.
Enregistrements d’André Minvielle et de Jean-Jacques Milteau par Dominique Samarcq et Julien Clarac  au Studio Sysmo Records les 18 janvier, 16 et 19 mars 2010.
Enregistrement live de “Hey Jude” par Fabien Lefort à Belo Horizonte (Brésil) le 25 septembre 2009.
Enregistrement additionnels par Christophe Davot au Garage Studio à Brunoy : trio vocal “Satin Dolls”,  Percussions, Chant lead, Choeurs, Guitares, Cavaquinho. 


Mixage : Mixé par François Gaucher au studio Alhambra Colbert (Cristal Records).
Mastering : Masterisé à Clichy par Raphaël Jonin au studio JRAPH.
Conception design maquette : Patricia Lasnier, Jean-Marc Montaut.

Contact, management :
Bertrand Henrion : + 33 (0)6 07 15 98 97 / bertrandhenrion@orange.fr - www.pinkturtle.fr www.myspace.com/pinkturtlemusic

Photos :
Didier Pallagès (pochette), Thimotée Buisson, Michel Bonnet, Fabien Lefort, Jérôme Macé.

Distribution :
Frémeaux & Associés – Socadisc – www.fremeaux.com 


Pink Turtle Back Again© Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 Maniac - Pink Turtle03'09
02 Everybody's Got To Learn Sometimes - Pink Turtle04'05
03 Money Money Money - Pink Turtle04'16
04 I Can't Get No Satisfaction - Pink Turtle04'20
05 Roxanne - Pink Turtle05'07
06 Born To Be Alive - Pink Turtle03'37
07 Black Magic Woman - Pink Turtle05'00
08 Sir Duke - Pink Turtle04'06
09 Fifty Ways To Leave Your Lover - Pink Turtle05'06
10 We Will Rock You - Pink Turtle03'59
11 Nights In White Satin - Pink Turtle03'51
12 Billie Jean - Pink Turtle04'58
13 Hey Jude - Pink Turtle05'20
« Avec malice et bonheur communicatif » par La République du Centre

"3.400 spectateurs sont venues goûter aux folles ultimes saveurs du jardin de l’Evêché, samedi. Froid glacial mais chaleureuse ambiance.  « On fait du jazz, on se trompe, on joue comme des patates mais on rends hommage à Count Basie sans avoir besoin de trente-neuf amplis de six cent mille watts » Tels sont les mots du pianiste René Urtreger, pratiquant la souriante autodérision lors d’un set au swing à l’élégance infinie. Enthousiasmante seconde partie de concert où les sept compères de Pink Turtle revisitent façon jazz, avec humour et redoutable efficacité, les succès pop des trente dernières années. Roxan, Love il all, Highway to Hell, Alexandrie, Venus ou We are the champions ( !) s’enchaînent avec malice et bonheur communicatif. Lorsque Christophe Davot joue même les Lucky Peterson au cœur du public, c’est un régal."
Par Jean-Dominique Burtin — LA REPUBLIQUE DU CENTRE




"Même le grandiloquent We Will Rock You, de Queen, prend des ailes..." par Le Monde

« Après Pop in Swing, en 2007, le septette Pink Turtle est Back Again (« à nouveau de retour ») avec un album de reprises de chansons pop dans la même veine, mais plus réussi que le précédent. Le décalage par rapport aux originaux donne de belles fantaisies, les arrangements sont bien trouvés et le clin d’oeil ne vire pas à la farce.
Satisfaction, des Rolling Stones, est joué salsa ; les deux slows parmi les plus mémorables du genre, Nights in White Satin, des Moody  Blues, et Hey Jude, des Beatles, virent l’un à la poussée swing, l’autre au rock de la Nouvelle-Orléans ; Même le grandiloquent We Will Rock You, de Queen, prend des ailes dans une ambiance à la Ellington... »
par Sylvain SICLIER - LE MONDE




« Le talent de Pink Turtle » par la Revue des médiathèques et des collections musicales

"200 concerts, une tournée internationale, un best-seller des éditions Frémeaux : voilà qui confirme le talent de Pink Turtle, le groupe de pop qui swingue. Un tel succès a permis, pour cet album, la présence d’invités de grand talent : Didier Lockwood, Morgane Imbeaud, Jean-Jacques Milteau et André Minvielle. Treize nouveaux titres qui travestissent la pop en swing. Ou est-ce le contraire ? Money, Money, Money, Black Magic Woman, We Will Rock You, Hey Jude, etc… Très sympa, vraiment !"
par Lucas FALCHERO - REVUE DES MEDIATHEQUES ET DES COLLECTIONS MUSICALES




"Un album hautement conseillé, comme le précédent." par Citizen Jazz

"La liste des « saucissons » universels de la pop et du rock est longue. Les passer à la moulinette du swing est un travail considérable qui ne semble pas effrayer les Pink Turtle : deux ans après leur premier album Pop in Swing, les revoilà avec Back Again et la métamorphose de treize autres illustrissimes morceaux. « Money Money Money » de ABBA à la sauce manouche ? pas de problème. « (I Can’t Get No) Satisfaction » sur des rythmes cubains ? Ils osent. Le kitsch « Born To Be Alive » tel que l’aurait peut-être écrit Patrick Hernandez s’il était né à Rio de Janeiro ? Allons-y. Ce côté foutraque séduit quelques invités de passage, comme André Minvielle qui pose son scat sur « Sir Duke » (Stevie Wonder), Didier Lockwood, Jean-Jacques Milteau ou Morgane Imbeaud du groupe Cocoon. Si la démarche est délibérément humoristique, les Pink Turtle n’en sacrifient pas pour autant une indéniable exigence musicale : les arrangements vocaux comme instrumentaux sont toujours aussi élaborés et efficaces, dans les morceaux les plus dynamiques comme dans les titres interprétés de façon plus posée (« Roxanne », « Nights in White Satin »). Un album hautement conseillé, comme le précédent."
par Arnaud STEFANI - CITIZENJAZZ




"Tout est à écouter en boucle (...). Indispensable." par Jazz Hot

"Après le succès largement mérité de leur premier album, on les attendait un peu au tournant « les Pink Turtle », pour leur deuxième comparution discographique en différé, réforme judiciaire ou pas à la clef ! Le pari de faire mieux, une gageure ! En comparution immédiate, oui ! Z’allez voir ce qu’ils allaient voir, mon bon monsieur. Non mais ! Ne pas se prendre la tête, tout en restant exigeant et swinguant. Ne pas s’examiner le nombril en rond, indécent ! Ne pas proposer de la créativité « bobo la hure », impardonnable ! Et puis être populaire ! Vous imaginez la juste indignation de Téléravage ! On en a condamné pour moins que çà.
Et bien tant pis et tant mieux pour nous. Les pisse-vinaigre de « la création sinon rien » en seront pour leurs frais. Sans compter, au passage, que cette dernière n’est pas du tout absente, tant s’en faut, des préoccupations du superviseur artistique Frank Jaccard et autre Christophe Davot, directeur musical du groupe. Ecoutez, par exemple, "I Can’t Get No Satisfaction " en salsa, citation-collage à l’appui d’ "Armando’s Rhumba ", vous verrez qu’il y en a à revendre au détour de chaque sillon. De quoi satisfaire les oreilles les plus intransigeantes. En un mot, qu’on se le dise, cette fournée issue de la pop des années 60 et bien au delà, est tout aussi excellente que la précédente. Mise intelligemment en musique, agrémentée par une série d’invités prestigieux de Morgane Imbeaud à André Minvielle en passant par Didier Lockwood, Jean-Jacques Milteau etc. servie par des arrangements soignés aux tuttis impeccablement interprétés, rehaussée de quelques soli bien sentis, elle se dévore goulument à pleines oreilles. Du début à la fin. Une délectation assez rare aujourd’hui ! Festif au delà de l’entendement ! Ajoutons, ce qui ne gâte rien, la remarquable prise de son assurée comme toujours par François Gaucher du studio l’Alhambra de Rochefort. Tout est à écouter en boucle comme notamment ce "Hey Jude" des Beatles – une autre « pinkturtlelisation » d’enfer ! – joué à la manière de Fats Domino... A vous donner des fourmis dans les jambes. Poussez vos tables et vos chaises ! Mais surtout faites encore mieux, allez les voir en concert. Ne les ratez sous aucun prétexte. A l’humour, au swing débridé, s’ajoute une générosité de tous les instants portée par un réel plaisir de jouer ensemble. Attention, les nouveaux collégiens d’un autre Ray Ventura sont de retour ! Indispensable."
par Jean-Jacques TAÏB - JAZZ HOT




"Bigrement efficace" par So Jazz

“Succès surprise de ces dernières années, les sept compères de Pink Turtle persistent et signent dans une formule simple mais bigrement efficace : Délivrer une bonne dose d’insouciance et de plaisir coquin en détournant avec swing et légèreté moult tubes, du « Billie Jean » de Michael Jackson au « Roxane » de Police. Mention spéciale pour leur version bossa d’ «Everybody’s Got to Learn Sometimes » et pour la performance d’un André Minvielle en grande forme sur l’éternel « Sir Duke » de Steve Wonder.”
par SO JAZZ




« Dynamique, coloré et délicieux » par Le Soleil (Montréal)

"Et swingue la tortue rose ! Sept musiciens français issus d’un groupe éphémère des années 60 et qui avaient repris du service en 2008 remettent ça avec un album de la même monture que leur premier disque, il y a deux ans. Comme la formule de puiser dans la pop et le rock des années 70 et 80 fait fureur, pourquoi s’en passer ? Les revoici donc avec des relectures de titres comme Maniac, Roxanne, (I can’t Get No) Satifaction - avec un rythme latin et quelques couplets en espagnol ! -, We Will Rock You, Billie Jean et Hey Jude des Beatles, entre autres. Swing et jazz remplacent audacieusement les arrangements d’origine, avec des solos éblouissants. Parmi les sept musiciens, Patrick Bacqueville et Christophe Davot assurent la partie vocale avec un savoureux accent qui ajoute à la french touch qu’ils cultivent avec ce qu’on pourrait appeler le son Pink Turtle. Un disque sympathique, dynamique, coloré et délicieux."
par Michel TRUCHON (collaboration spéciale) - LE SOLEIL (MONTREAL)




« Que de grands standards... » par Le Journal de Montréal

"Un ensemble néo-swing, jazz et lounge qui excelle dans le pastiche ; combo élargi et cuivré qui fait dans l’humour et la reprise, avec un goût certain. Que de grands standards, tels que Money, Satisfaction, Roxanne, Black Magic Woman, Billy Jean, Nights in white Satin, Hey Jude, etc., revisités, détournés et retournés sauce salsa, mambo et cool jazz, de manière très intelligente et efficace. Sans dénaturer la version originale et froisser les créateurs. Compétent et amusant. Pour les fans de The Lost Fingers."
par le JOURNAL DE MONTREAL




« On ne peut faire autrement que d’en croire ses oreilles… » par Le Républicain Lorrain

"Satisfaction : tout est dans tous et réciproquement, ce pourrait être la devise des Pink Turtle. Ce septet d’impeccables musicos est capable de transformer n’importe quel tube pop en, au choix, salsa, bossa, swing ou new orleans. Ainsi leur Satisfaction, de Jagger et Richards bien sûr, qu’on croirait joué par un orchestre de mariachis ! Il faut écouter, aussi, André Minvielle scatter en occitan sur Sir Duke de Steve Wonder. On ne peut faire autrement que d’en croire ses oreilles…"
par LE REPUBLICAIN LORRAIN




« Après le succès de leur premier album » par Le Quotidien du médecin

"Peut-on tout swinguer ? Assurément. Après Moustache, qui avait repris du Brassens ou Jacques Loussier et J.S. Bach, revoici le groupe Pink Turtle, qui réinvente la pop et le rock swing. Après le succès de leur premier album voici deux ans, les sept mercenaires, conduits par le tromboniste et chanteur Patrick Bacqueville, récidivent avec un nouveau CD, «Back Again» (Frémeaux et Associés). Recette identique : reprendre des tubes du rock («(I can’t get no ) Satisfaction», «We Will Rock You»), de la pop («Nights in white satin», «Hey Jude»), de la soul («Billie Jean»), voire du disco («Born To Be Alive», «Money, Money, Money»), et les réinterpréter avec des harmonies et le swing du jazz. Le tout augmenté de quelques invités comme Didier Lockwood, Jean-Jacques Milteau et André Minvielle. Résultat garanti : du divertissement à l’état pur, si typiquement français. [...]"
par Didier PENNEQUIN - LE QUOTIDIEN DU MEDECIN




"Pink Turtle ne cesse d’accumuler les triomphes publics" par Classica

"Depuis leur premier album Pop in Swing, le groupe Pink Turtle ne cesse d’accumuler les triomphes publics au cours d’incessantes tournées. Il est presque populaire. Pourquoi cet engouement, cette allégresse contagieuse ? Parce qu’il redonne vie nouvelle à des succès des années 1970 en les réinterprétant à la manière des artistes ou des groupes qui connurent la gloire avant ces années pop. Il fallait pour rendre crédible cette renaissance et obtenir semblable consécration, que les musiciens tentant la chose fussent d’excellents instrumentistes. Ils le sont, tout comme leurs invités, tels Didier Lockwood, Jean-Jacques Milteau ou André Minvielle.
Il fallait aussi aimer sincèrement ces tubes de la pop music et du rock. C’est le cas. Dès lors, pour ne pas se précipiter et écouter I Can’t Get No Satisfaction en montuno, Roxane en ballade medium-lente, Born to Be Alive en bossa-nova, Nigths in White Satin à la manière de Wes Montgomery sur A&M, Billie Jean en shuffle à la Louis Prima ou Hey Jude à la Fats Domino et fanfare néo orléanaise, il faut être un bougon impénitent. Le fait est qu’assez peu de gens vont au concert ou achètent un disque afin de bouder."
par Jean-Pierre JACKSON - CLASSICA




« Une bien belle leçon de swing ! » par Keyboards

Construit autour de sept musiciens, le projet Pink Turtle a la particularité de rejouer des standards du rock mais en jazz. Ce sont en tout 13 morceaux qui sont revisités dont «Roxane» de Police, «Born to be alive» de Patrick Hernandez, «Satisfaction» des Stones, «Money, money, money» de ABBA, «Billie Jean» de Michael Jackson, «We will rock you» de Queen… Une bien belle leçon de swing ! KEYBOARDS




« Une presse unanime et une tournée triomphale » par l’Ena Hors les murs

[…] Ce ne sont pas à proprement parler de nouveaux talents, mais il nous semblait important de partager avec vous cette belle découverte d’été : Pink Turtle… Avec un nom comme cela, on peut deviner qu’humour et distanciation ne sont pas absent de l’entreprise ! En effet, à peine deux ans après le succès de leur premier album Pop in Swing, une presse unanime et une tournée triomphale de deux cents concerts à travers le monde, nos inlassables prêcheurs de la pop qui swingue nous proposent, avec ce nouvel opus, Back Again, de redécouvrir les standards pop rock qui ont déjà baigné plusieurs générations. Pink Turtle s’est entouré d’invités prestigieux : Morgane Imbeaud, Didier Lockwood, Jean-Jacques Milteau, André Minvielle… Et a engagé une nouvelle tournée, le menant des nombreux festivals de jazz français jusqu’au Brésil, l’Allemagne et la Suisse. Sous les carapaces roses se cachent sept musiciens expérimentés et talentueux qui, sans jamais se prendre au sérieux, avec une facilité déconcertante et des arrangements ciselés, nous font oublier les versions originales de ces titres universels. Maniac, Everybody’s got to learn sometimes, Money, Money, Money, Satisfaction, Roxanne, Born to be alive, Black magic woman, Sir Duke, Fifty ways to leave your lover? We will rock you, Nights in white satin, Billie Jean, Hey Jude, des mélodies connues de tous, réinterprétées par le savoir-faire harmonique du jazz et l’essence même du swing. C’était il y a trois ans, un retour de tournée au cœur de l’été, une panne sur une départementale au milieu de nulle part. Une vieille dame, professeur de piano à la retraite accueillit gentiment le groupe dans sa grande demeure et offrit le gîte et le couvert. Les musiciens étaient à la recherche d’un nouveau son, un peu lassés de la musique qu’ils pratiquaient à l’époque : la vieille dame les écoutait discrètement après le dîner se morfondre et refaire leur monde musical. « Attendez-moi cinq minutes » dit-elle soudain. Dans un silence impressionnant, la maîtresse de maison s’éclipsa. A son retour, elle posa sur le sol, devant les yeux interloqués de l’équipe, une vieille valise en prononçant cette seule phrase : « J’ai ce qu’il vous faut ». Cette malle renfermait un monceau de partitions originales et des documents sur un groupe méconnu des années 1960 : Pink Turtle… Avec entre autres des dizaines de chansons popularisées par les plus grands groupes de rock et de pop. Elle leur confiait par là-même le soin de faire découvrir les versions originales de ces tubes internationaux qu’elle composa pour ce groupe des années 1960 qui n’obtint, à l’époque, qu’un succès d’estime. Depuis, il font revivre le nom répertoire de ces artistes oubliés et de cette vieille dame, aujourd’hui disparue. En cette rentrée, la force euphorisante de ce remontant vitaminé est fortement recommandée, même à celles et ceux qui ont pu prendre de vraies grandes vacances ! Et l’hommage à Michael Jackson, avec l’universellement connu Billie Jean, saura séduire les fans les plus exigeants (dont nous faisons partie) ! Alors, vous n’avez plus qu’à vous précipiter chez votre disquaire préféré ! ENA HORS LES MURS




« Des rythmes ensoleillés » par Le Droit (Ottawa)

Après avoir fait un tabac avec Pop in Swing il y a trois ans, les sept jazzmen français sont de retour avec un nouvel album rempli de reprises de classiques de la pop et du rock parfois fort surprenantes. C’est le cas de (I Can’t Get No) Satisfaction des Rolling Stones, qui prend une couleur latine avec rythmes ensoleillés et paroles en espagnol, et de Born To Be Alive de Patrick Hernandez, à laquelle l’interprétation éthérée de Morgane Imbeaud insuffle une belle légèreté. Parmi les autres réussites, mentionnons Sir Duke de Stevie Wonder, qui permet d’apprécier le talent d’improvisation vocale d’André Minvielle, et Billie Jean de Michael Jackson, qui propose un superbe solo d’harmonica de Jean-Jacques Milteau. Seul bémol : We Will Rock You, qui souffre de la comparaison avec la version de Queen, plus mordante et percutante. Back Again n’en est pas moins l’antidote parfait aux dimanches pluvieux. Annik CHAINEY - LE DROIT (OTTAWA)




"Des hits pop malicieusement repris à la manière swing" par Paris Capitale

"Des hits pop malicieusement repris à la manière swing, c’est ce que propose ce groupe qui fait entrer au Cotton Club Roxane (The Police), Billie Jean (Michael Jackson) ou encore Sir Duke (Stevie Wonder). Back again (Frémeaux & Associés)."
par PARIS CAPITALE




"Un subtil cocktail." par Le Figaro

"Voici un groupe qui réunit un large public. Composé de sept musiciens, il s'est spécialisé dans un domaine original, très prisé des spectateurs. En deux temps, trois mouvements, les artistes parviennent efficacement à transformer des tubes de la pop en morceaux jazz. Un subtil cocktail."
par LE FIGARO




« Always good fun » by Blues in Britain

With songs about money, black magic women, aspiration, paternity questions, being dissatisfied, leaving your woman, and prostitution, played in older styles, sometimes with a doo-wop bass and composer credits that include Peter Green and Jagger/Richards, French outfit Pink Turtle are indeed back again. Their brief  is to tackle well-known pop numbers – in addition to “Black Magic Woman” and “Satisfaction”, the band’s second album for the label offers Stevie Wonder’s “Sir Duke”, Abbas’s “Money, Money, Money”, The Police’s “Roxanne”, and Michael Jackson’s “Billie Jean”, among others, in ways that are never over-reverent and often subversive. The group’s general style is a jazzy swing, sometimes bluesy, sometime more gypsy jazz, occasionally with a Latin flavour – bur always good fun. There is some fine blues-rock guitar on “Black Magic Woman”, a big bluesy arrangement of Paul Simon’s “Fifty Ways To Leave Your Lover”, a knockabout  jazz arrangement of  “We Will Rock You”, and, best of all, “Billie jean” as a driving, contempory blues shuffle with a strong French accent and an excellent, extended blues harp solo from guest J. J. Milteau. The album closes out with a New Orleans marching band cover of  “Hey Jude”; different and always entertaining !
Norman Darwen – Blues in Britain