UNE AFRIQUE EN RADIO

ARCHIVES DE ROBERT ARNAUT, LE GRIOT BLANC (DIRECTION : THOMAS BAUMGARTNER,FRANCE INTER, INA, MUSEE DU QUAI BRANLY)

Plus de détails

Nombre de CDs : 3


29,99 € TTC

FA5288

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


Le présent coffret délivre une approche sonore de l’Afrique par le biais d’une sélection des archives qui ont incarné pour des générations d’auditeurs le continent Africain tout entier. Les émissions de Robert Arnaut sur France Inter ont pénétré notre mémoire et dessiné les contours d’une Afrique sensible : pour des millions d’auditeurs, sa voix est celle du “griot blanc” qui a su raconter ces cultures africaines souvent trop ignorées, recueillir à la source des paroles et des sons inouïs, diffuser des musiques méconnues.
Thomas Baumgartner, jeune et talentueux producteur de France Culture a sélectionné la quintessence des archives sonores de Robert Arnaut, qu’il présente en trois temps : Médecins et guérisseurs, Religions et croyances, La vie quotidienne.
En coédition avec Radio France et l’Ina, avec le soutien de la SCAM  et du Musée du Quai Branly, Robert Arnaut et Thomas Baumgartner nous invitent à un voyage sonore, parfois drôle, parfois mystérieux, toujours respectueux et passionné d’une Afrique présente et vivante.
Marie-Annick Huet & Patrick Frémeaux

CD1 : MÉDECINS ET GUÉRISSEURS
CD2 : RELIGIONS ET CROYANCES 
CD3 : LA VIE QUOTIDIENNE

Production : Radio-France avec le soutien de la Scam.
Droits / Commercialisation : Frémeaux & Associés - La Librairie Sonore sous licence de Radio-France (France Inter) en accord avec l'Ina et le soutien de la Scam et en partenariat avec le Musée du Quai Branly.

"

Une Afrique en radio Archives de Robert Arnaut, le griot blanc

Une Afrique en radio
Archives de Robert Arnaut, le griot blanc
Échos de la  vie africaine  (1967-1995) sélectionnés et présentés par Thomas Baumgartner et Robert  Arnaut








L’Afrique du Jour et de la nuit
Ma vie professionnelle est partagée en trois parties : celles de l’écrivain, du chercheur et du reporter, mais ma  démarche de collecteur de la tradition orale de l’Afrique a commencé au moment même où arrivait le magnétophone  autonome qui offrait une totale liberté d’action. Je suis donc parti à la manière d’Albert Londres ou de Joseph Kessel, non pas à l’aventure, mais sur des terrains où se trouvaient des gens qui m’ont enveloppé dans leurs traditions, leur culture, leurs croyances. Je découvrais un monde sonore. L’Afrique devenait mon continent de prédilection.  Qui donc remercier pour cette longue quête de vingt-cinq années ? L’enfant congolais hurlant de peur en voyant pour la première fois un Blanc, ou le dernier roi Makoko, mort quelques semaines après mon passage  ? Le vieux Touareg écrivant dans le sable mon nom en tifinah, ou le guérisseur-devin lisant ma vie à livre ouvert ? Le marabout bluffeur ou le paysan qui m’a donné la pierre noire contre les morsures de serpents ? Des milliers d’images sonores résonnent dans ma tête et provoquent des images visuelles immédiates. L’Afrique est entrée en moi par tous les pores de ma peau. Qui donc dois-je remercier ? Ceux qui m’ont permis de partir ou ceux qui m’ont reçu ? Ma gratitude à tous. J’ai connu, grâce à eux, ce que peu d’hommes ont l’occasion de connaître : des sociétés, des cultures, des traditions, des religions, aussi éloignées de nous que possible, des groupes humains parfois en voie de disparition, des témoins de la Terre. Les documents présentés ici ont été collectés entre 1967 et 1995. Les musiques traditionnelles et les ambiances que je n’ai pas enregistrées moi-même ont été captées par des réalisateurs et  techniciens de Radio France et des radios africaines. Les musiques non traditionnelles ont été inspirées par la tradition à des compositeurs contemporains parmi lesquels figurent les noms de Martin Saint-Pierre, Alphonse-Marie Toukas ou Pascal N’Zonzi. Merci à ceux-là et à tous ceux que j’oublie.  Merci surtout à Thomas Baumgartner de m’avoir permis de retrouver cet univers magique qui fut une partie de ma vie.
Robert Arnaut

Robert Arnaut est entré à la radio en 1953. Parmi les nombreuses émissions qu'il a produites et écrites pendant plus de 50 ans, essentiellement sur France Inter, on peut citer Balcon sur le rêve, Le Cabaret de l'absurde, Paroles d'hommes, Chroniques sauvages, Histoires possibles et impossibles... Il a aussi produit pendant quinze ans des reportages pour L'Oreille en coin, l'émission du week-end de France Inter.  

Rabelais avait imaginé un jour une machine qui gèlerait les paroles pour mieux les conserver, celles-ci se faisant à nouveau entendre une fois “réchauffées”. Aujourd’hui évidemment rien n’est plus simple, et l’époque a  rattrapé les rêves de Rabelais. Et si l’enregistrement n’a pas forcément à voir avec la congélation, la réécoute s’accompagne volontiers d’une chaleur familière : celle de notre mémoire. Radio et mémoire ont tout pour s’entendre. La radio, ses voix, ses sons, ses histoires… accompagnent nos vies et se mêlent à nos souvenirs personnels. Quand l’homme ou la femme de radio possède tout son art, ses productions nous touchent au plus profond et nous emportent au plus loin. C’est ce qui se passe avec Robert Arnaut.

Ouvrir les boîtes pleines de sons
“Producteur” hors normes possédant une des voix les plus marquantes, Robert Arnaut a pratiqué toutes les formes radiophoniques (fictions, jeux, interviews, reportages…), et parcouru une bonne partie du globe pour les auditeurs de France Inter.  Lors d’une de nos premières rencontres, j’appris qu’il avait conservé une multitude de bandes magnétiques, traces de toutes ses vies radiophoniques. Deux pièces sous les toits où des boîtes pleines de sons, entreposées, attendaient le projet qui saurait les ouvrir. Robert Arnaut n’est pas homme à construire un monument à sa gloire, il les laissait dormir. Et puis ses émissions et son intense activité d’écriture l’occupaient bien assez. Je lui ai exposé l’idée d’un recueil sonore de ses productions. Après l’avoir repoussée à plusieurs reprises, il l’a finalement accueillie avec bienveillance, avant d’y mettre toute son énergie. 

Vingt-cinq ans de fidélité africaine
Pourquoi consacrer ce premier coffret à l’Afrique ? Pendant plus de 25 ans, Robert Arnaut a passé jusqu’à six mois par an sur le continent. Il explique au début du premier CD les circonstances qui l’ont placé sur les routes africaines, micro en main, magnétophone Nagra en bandoulière, à partir de 1958 – en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Congo… Les techniques d’enregistrement devenaient alors nettement plus légères, on pouvait parcourir le monde pour récolter ses sons dans une bonne qualité. L’évocation des pays lointains devenait alors un genre moins littéraire que documentaire. Une révolution douce pour les oreilles des auditeurs, dont Robert Arnaut fut l’un des premiers acteurs. Il fait entendre l’Afrique et les Africains. 

Le jour et la nuit
Robert Arnaut a la curiosité des gens sans dogme. La science bien comprise et le surnaturel, l’histoire et la légende, le clair et l’occulte, la terre ferme et la magie, le jour et la nuit, il fait radio de tout cela, avec une dose parfois nécessaire d’humour et d’ironie, mais sans jamais juger.  Dans le parcours africain auquel nous vous convions, Robert Arnaut fait une belle place aux mystères auxquels il a été confronté. Jamais il ne se permet de dire sa vérité, toujours ses doutes. Comme tous les grands documentaristes, il se rappelle, à plus de trente ans de distance, les visages rencontrés, les amitiés nouées, les grandes et les petites histoires… Avant de proposer à vos oreilles chaque archive, il les évoque au présent, explique le moment, plante le décor. Nous voilà pris par la main et par l’oreille par l’un des plus grands  “raconteurs” de la radio, aux frontières du réel et de l’imaginaire. 
Thomas Baumgartner

Thomas Baumgartner est producteur de l’émission Les Passagers de la Nuit, sur France Culture. 

Ce coffret n’aurait pas vu le jour sans le soutien et l’implication de Marie-Annick Huet  et Marie-Laure Pauly, des éditions sonores de Radio France, ni évidemment l’oreille avisée et la confiance de Patrick  Frémeaux, éditeur du présent coffret. Qu’ils soient ici remerciés. Ainsi qu’Eve-Marie Cloquet, responsable de l’action culturelle de la SCAM, et Béatrice Montoriol, responsable des éditions sonores de l’INA.  Enfin ce projet doit énormément à la sensibilité et au soin de Philippe Thibaud, ingénieur du son à Radio France, qui a accompli tout le travail sonore du présent coffret. Merci à lui.
T. B.  

Discographie
CD1 : Médecins et guérisseurs 
1. Introduction. 2’32’’
“On s’est aperçu très vite qu’il aurait fallu des siècles” 

2. Médecins et guérisseurs : pourquoi ? 1’13’’
“Il serait utile de respecter ces gens-là” 

3. NIGER & ZAÏRE. Sur une rive du fleuve Niger, près de Niamey, chez le guérisseur Sarkin Roua Kpenda (1976) [point carte 1]. Puis au Zaïre, au village de Tshigundagunda, chez le voyant-guérisseur Tshisongo. [point carte 2] 18’24’’ 
“Personne ne connaîtra jamais le contre-poison administré par le vieux” 

4. CÔTE D’IVOIRE. A Bingerville, non loin d’Abidjan, dans la communauté du prophète-guérisseur Albert Atcho. Son infirmier, Jean, vient de faire l’expérience de la médecine occidentale moderne pour soigner un panaris. 3’46’’ (1976) [point carte 3]
“La brûlure descendait” 

5. CONGO. Sur le fleuve Oubangui, à l’hôpital d’Impfondo avec le docteur Michel Voukissa-Vouka, le seul hôpital sur 600 km de fleuve. 6’44’’ (1984) [point carte 4]
“La chair, les os… Tout est broyé” 

6. CAMEROUN. A Douala, le père Eric de Rosny parle de ses relations avec les guérisseurs. 9’44’’ (1980) [point carte 5]
“Je suis pour une coopération des deux médecines” 

7. CÔTE D’IVOIRE. Doutes et mystères. Village de Niangui sur le fleuve Oubangui, visite avec le Dr. Voukissa-Vouka d’une vieille femme qui a bénéficié d’une étrange guérison. 3’35’’ (1984)
“Il y a sans doute des raisons médicales qui nous échappent, mais il y a peut-être aussi… d’autres choses”. 

8. SENEGAL. Avec le professeur Henri Collomb, médecin psychiatre, qui dirigeait l’hôpital psychiatrique de Fann, à Dakar. 17’21’’ (1975) [point carte 6]
“On a constaté très vite que la vraie psychiatrie ne se faisait pas à l’hôpital…”

9. Conclusion. La légende de l’arbre à deux branches. 1’52’’     

CD2 : Religions et croyances 
1. Introduction. Pour qui, ces reportages ? Pour qui, ces rencontres ? 7’19’’
“Je refuse le titre d’aventurier” 

2. GABON. Eglise St-Michel à Libreville, la messe fang, avec le père Morel. 1’25’’ (1971) [point carte 7]
“Une église inachevée, faite d’un toit de tôle et de piliers sculptés”.  

3. GABON. Zéphirin Lendogno sculpte les piliers de l’église. 8’18’’ (1971)
“L’ancien et le nouveau Testaments vus par un bantou” 

4. CÔTE D’IVOIRE. Communauté de Bregbo, chez le prophète Albert Atcho. Procession d’accueil, puis discussion avec Jean, le gardien des gri-gris confisqués. Et enfin, rencontre avec Albert Atcho. 6’01’’ (1976) [point carte 8]
“… La misère, la mort, la souffrance, le bonheur. Le tout mélangé fait l’homme et le monde” 

5. CÔTE D’IVOIRE. Confession “diabolique” publique chez le prophète Atcho. Et l’aube sur la lagune de Toukouzou Ozalem, chez Papa Nouveau. 4’31’’ (1976) [point carte 3]
“Je me suis levé de très bonne heure pour pouvoir saluer la mer”  

6. CÔTE D’IVOIRE. Cérémonie avec le prophète Papa Nouveau. 4’29’’ (1976) [point carte 3]
“Je l’avais annoncé, le Français est venu !” 

7. CÔTE D’IVOIRE. A Akradio, chez Josué Edjro. 9’13’’ (1977) [point carte 3]
“Penchez-vous, penchez-vous sur l’eau ! Vous voyez quelque chose ?”

8. ZAÏRE. A Kinshasa, avec Joseph Diangienda, chef spirituel du mouvement kimbanguiste, fils du prophète Simon Kimbangu. 3’19’’ (1978) [point carte 9]
“Si je n’étais pas protégé, peut-être serai-je battu…” 

9. HAUTE-VOLTA. La mort au Yatenga, cette province qui n’est sur aucune carte. 13’51’’ (1979) [point carte 10]
“Une fête un jour de funérailles ? Eh oui !” 

10. GABON. Au coeur de la forêt, chez les Mitsogo. Rituel du Mbwiti, l’une des sectes les plus importantes d’Afrique. 12’51’’ (1995) [point carte 11]
“Vous verrez des films dans vos têtes, comme des cauchemars, des rêves… Si vous êtes parti en profondeur, vous pouvez même découvrir vos parents qui sont morts”   

CD3 : La vie quotidienne 
1. Introduction. La révolution “Nagra”, le magnétophone autonome.
“Une nouvelle forme de radio” 

2. TCHAD. Région du Tibesti. La messe et la guerre. 2’27’’ (1979) [point carte 12]
“On vient demander du secours au ciel” 

3. MALI. Le marché d’Ayrou. Et la découverte d’Assambours, la joueuse d’inzad. 8’24’’ (1973) [point carte 13]
“Arnaut ! Arnaut ! Assambours est là !” 

4. NIGER. Germaine Tillion parle de la beauté des femmes Touaregs. 3’45’’ (1975)
“Il l’épouse parce qu’elle est noble, pas parce qu’elle est énorme” 

5. NIGER. La lutte traditionnelle au Sahel, à Arlit. 3’39’’ (1976) [point carte 14]
“Ils ont peur de lui…” 

6. BENIN. En compagnie des pêcheurs akadjas. 3’42’’ [point carte 15]
“Chaque pirogue a son rôle”

7. CONGO. Sur le fleuve Oubangui, à Epéna dans un campement, un enfant de trois ans voit pour la première fois un Blanc. 4’36’’ (1985) [point carte 4]
“Le Blanc risque de me prendre” 

8. CONGO. A Liranga. A la recherche du vieux Papa Swengué, doyen de la région et témoin de l’arrivée des premiers colons. 13’55’’ (1984) [point carte 16]
“Cet homme qui est devant nous a plus de 100 ans, cet homme qui est parti à la pêche à 3 h du matin !” 

9. ZAÏRE. A Lokoléla sur la boucle du fleuve Zaïre. Le grand tambour de la forêt appelle les habitants lointains de la fête. 2’13’’ (1984)
“Les jeunes ne savent plus interpréter les messages de ce téléphone africain” 

10. ZAÏRE. Région de Kisangani, mariage chez les Lokélé. Rite de la dot, en public. 3’28’’ (1984) [point carte 17]
“Croyez-vous que mon fils soit en âge de se marier ?” 

11. GABON. A Makokou, sur le fleuve Ivindo, s’est installé le Laboratoire de primatologie et d’écologie équatoriale du CNRS. Dans l’île des primates, avec M. Hugot. 4’37’’ (1973) [point carte 18]
“C’est la première fois qu’un gorille renifle mon pantalon” 

12. REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE. A Mongoumba, avec l’équipe du Laboratoire de langues et civilisations à traditions orales du CNRS. A l’écoute des Pygmées Aka. 7’50’’ (1983) [point carte 19]
“Ce peuple de la forêt est un peuple merveilleux” 

13. ZAÏRE. A Guéména, région de l’Equateur. Le “Bugaza”, rituel de l’excision. 6’35’’ (1973) [point carte 20]
“Et là, tout se tait…”  

14. Bouquet d’ambiances africaines. 5’17’’  

«Une Afrique en Radio – Voyages radiophoniques avec Robert Arnaut, le ’griot blanc’» est un projet coordonné par Thomas Baum­gartner.  

Ecouter Une Afrique en radio Archives de Robert Arnaut, le griot blanc  (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




PisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 Introduction - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner02'32
02 Médecins et guérisseurs, pourquoi ? - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner01'13
03 Niger et Zaïre: chez les guérisseurs - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner18'24
04 Côte d'Ivoire: communauté du prophète-guérisseur - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner03'46
05 Congo: l'hopital d'Impfondo - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner06'44
06 Cameroun: Douala, chez le père Eric de Rosny - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner09'44
07 Cote d'Ivoire: visite d'une vieille femme - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner03'35
08 Séneégal: le Dr Collomb, médecin psychiatre - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner17'21
09 Conclusion: la légende de l'arbre à deux branches - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner01'52
CD 2
01 Introduction: pour qui ces reportages ? - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner07'19
02 Gabon: messe Fang avec le Père Morel - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner01'25
03 Gabon: Zéphirin Lendogo, sculpteur - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner08'18
04 Côte d'Ivoire: communauté de Bregbo, chez le prophète - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner06'01
05 Côte d'Ivoire: confession publique chez le prophète Atcho - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner04'31
06 Côte d'Ivoire: cérémonie avec le prophète Papa Nouveau - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner04'29
07 Côte d'Ivoire: A Akradio, chez Josué Edjro - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner09'13
08 Zaïre: Joseph Diangienda, chef du mouvement kimbanguiste - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner03'19
09 Haute Volta: la mort au Yatenga - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner13'51
10 Gabon: au cœur de la forêt, chez les Mitsogo - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner12'51
CD 3
01 Introduction: La Révolution Nagra - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner02'34
02 Tchad: Région du Tibesti. La mese et la guerre - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner02'27
03 Mali: Le marché d'Ayrou - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner08'24
04 Niger: Germaine Tillon et les femmes Touaregs - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner03'45
05 Niger: La lutte traditionnel au Sahel - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner03'39
06 Benin: En compagnie des pêcheurs akadjas - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner03'42
07 Congo: Sur le fleuve Oubangui - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner04'36
08 Congo: A la recherche du vieux Papa Swengué - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner13'55
09 Zaire: A Lokoléla sur la boucle du fleuve Zaïre - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner02'13
10 Zaire: Région de Kisangani, mariage chez les Lokélé - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner03'28
11 Gabon: Le laboratoire de primatologie et d'écologie équatorial du CNRS - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner04'37
12 République Centrafricaine: Le laboratoire de langues et civilisations de tradition orale du CNRS - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner07'50
13 Zaire: A guéména, le Bugaza , rituel de l'excision - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner06'35
14 Bouquets d'ambiances africaines - Robert Arnaut / Thomas Baumgartner05'17
« Impossible de quitter ces enregistrements » par Lire

«  La première rencontre de Robert Arnaut avec l’Afrique date, comme il le raconte dans son introduction, de 1958. Les pays africains, avaient, lors d’un colloque qui se tenait à Yuaoundé, demandé aux pays riches de les aider à faire la collecte de leurs traditions orales. On pensa à tort que ce travail ne prendrait que quelques mois voire quelques années. Il y aura fallu des siècles. « Médecins et guérisseurs », « Religions et croyances », « La vie quotidienne » sont les trois volets qui composent cette sélection d’archives sonores. Cela commence par une visite à un guérisseur.  On est sur les bords du fleuve Niger où se trouve sa cabane, plantée au ras même de l’eau. Bocaux de racine ou de feuilles séchées entourent un vieillard édenté, la pipe aux lèvres, assis dans la pénombre. A la demande de guérison qui lui est faite, il répond par la consultation d’un fétiche qui lui indique quel arbre choisir… Impossible de quitter ces enregistrements. On est pris au piège d’un monde fascinant. »
Par J.S —  LIRE




« Le continent noir » par la Revue des médiathèques et des collections musicales

Attention, il ne s’agit pas ici d’une anthologie de musiques africaines, ou encore de contes issus de la tradition orale, mais d’une compilation de textes radiophoniques tirés des émissions de Robert Arnaut sur France Inter : l’Oreille en coin, Balcon sur le rêve, Paroles d’hommes et Chroniques sauvages entre 1980 et 1996 environ. Des émissions dans lesquelles il invitait presque systématiquement l’auditeur à découvrir des morceaux de musique africaine ou de poésie orale, qu’il allait chercher lui-même sur le continent noir, parfois durant six mois par an. Il expliquait les rites et les coutumes aussi, parfois inconnus ou tabous pour les Occidentaux. 3CDs et un livret de 12 pages. Pierre DENUIS - REVUE DES MEDIATHEQUES ET DES COLLECTIONS MUSICALES




"Une Afrique en radio m’a remis en mémoire ce que j’ai vécu avec passion" par L’inédit

Je ne sais comment qualifier le bel ensemble de voix proposées par la célèbre et si complète Encyclopédie sonore de amis Frémeaux en ce début d’année. Je commence par ce qui m’a touché le plus, au plus profond de mes souvenirs, lorsque pendant dix ans je me suis passionné (à Bruxelles) pour l’Afrique et le Congo qui n’était pas encore indépendant. Ce sont les archives de Robert Arnaut, que l’on appelait là-bas « le griot blanc » et qui a tant ramené d’échos de la vie africaine de la période 1967-1995. C’est un ensemble d’émissions radios où l’accompagne un fidèle Thomas Baumgartner. Arnaut aura presque tout vu de ce qui à l’époque était encore possible, car maintenant il aurait couru des dangers incroyables, comme lorsqu’il a interviewé Diane Fossey, dont les gorilles de montagne sont aujourd’hui chassés par des groupes de mutins des uns ou milice des autres. Et ce n’est qu’un exemple. La belle consolation, c’est la musique, traditionnelle enregistrée par lui ou par Radio France, contemporaine avec des compositeurs comme Martin Saint-Pierre, Alphonse-Marie Toukas ou Pascal N’Zonzi (à l’époque ils n’africanisaient pas encore totalement leurs noms). Une Afrique en radio m’a remis en mémoire ce que j’ai vécu avec passion sans jamais avoir mis le pied là-bas hélas !
Par L’INEDIT





Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...