BILLIE HOLIDAY - LESTER YOUNG

LADY AND PRES 1937-1941

Plus de détails

Livret : 20 PAGES - ENGLISH NOTES
Nombre de CDs : 2


29,99 € TTC

FA013

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


Un trésor d'amoureux (Billie et Pres) pour amoureux (vous et moi). Lady Day incarne lumineusement la nuit du jazz, le Président laisse flotter le monde réel comme une bulle bleue de saxophone. Ce double album déroule trente-quatre chansons entre deux versions de All of me. Tout ce que Billie Holiday, jeune femme encore, battue déjà, défaite jamais, avait encore à offrir de meilleur : 'You took the part that once was my heart, now why don't you take all of me?' (Vous avez pris la part qui un temps fut mon cœur, maintenant pourquoi ne pas prendre tout de moi? C'est une belle idée d'Alain Gerber, le plus épris des amoureux déclarés de Lady Day et de Lester Young, que de choisir les chansons qu'il préfère parmi 49 'masters' et un certain nombre de prise 'alternatives' produites par les treize séances de 1939-1941 pour Brunswick. Mais qui aurait su, comme lui, retrouver les accents d'Aragon pour écrire de Billie et Lester : 'Trop émerveillés d'être ensemble pour ne pas rester des amants chastes, qui n'enlacent que leurs musiques. Qui se moquent des fêlures dans les ciels de faïence. Et qui font des miracles comme on fait des chansons'.
Michel Contat, TELERAMA (§§§§ évènement Télérama)

Diffuser le meilleur de l'oeuvre des jazzmen de premier plan. Force est de reconnaître que Frémeaux battit avec "The Quintessence" un outil de vulgarisation particulierement réussi.
Guy Chauvier - Jazz Classique

L' anthologie de référence réunissant Billie Holiday - Lester Young.

Droits audio : Frémeaux & Associés - Le patrimoine sonore de notre mémoire collective à écouter sur CD

EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 ALL OF ME TAKE 1 - HOLIDAY03'01
02 FOOLIN MYSELF - HOLIDAY03'02
03 MY FIRST IMPRESSION OF YOU - HOLIDAY02'48
04 WHEN YOU RE SMILING - HOLIDAY02'50
05 BACK IN YOU OWN BACKYARD - HOLIDAY02'39
06 HE S FUNNY THAT WAY - HOLIDAY02'40
07 HE AIN T GOT RYTHM - HOLIDAY02'50
08 NOW THEY CALL IT SWING - HOLIDAY02'59
09 I VE GOT A DATE WITH A DREAM - HOLIDAY02'42
10 IF DREAMS COME TRUE - HOLIDAY03'04
11 I MUST HAVE THAT MAN - HOLIDAY02'55
12 THE MAN I LOVE - HOLIDAY03'04
13 WHEN A WOMAN LOVES A MAN - HOLIDAY02'23
14 YOU RE A LUCKY GUY - HOLIDAY02'45
15 EASY LIVING - HOLIDAY03'03
16 EVERYBODY S LAUGHING - HOLIDAY03'02
17 LAUGHING AT LIFE - HOLIDAY02'55
18 GETTING SOME FUN OUT OF LIFE - HOLIDAY03'01
CD 2
01 I M PULLING THROUGH - HOLIDAY03'10
02 I CAN T BELIEVE THAT YOU RE IN LOVE WITH ME - HOLIDAY02'46
03 LET S DO IT - HOLIDAY02'56
04 SAY IT WITH A KISS - HOLIDAY02'35
05 THIS YEAR S KISSES - HOLIDAY03'08
06 SUN SHOWERS - HOLIDAY03'06
07 TIME ON MY HANDS - HOLIDAY03'04
08 A SAILBOAT IN THE MOONLIGHT - HOLIDAY02'50
09 YOURS AND MINE - HOLIDAY03'15
10 I CAN T GET STARTED - HOLIDAY02'45
11 THE VERY THOUGHT OF YOU - HOLIDAY02'43
12 YOU RE JUST A NO ACCOUNT - HOLIDAY02'59
13 MEAN TO ME - HOLIDAY03'08
14 TRAV LIN ALL ALONE - HOLIDAY02'14
15 WITHOUT YOUR LOVE - HOLIDAY02'52
16 I LL NEVER BE THE SAME - HOLIDAY03'04
17 ME MYSELF AND I - HOLIDAY02'34
18 ALL OF ME TAKE 3 - HOLIDAY03'48
"La Discothèque Idéale" par Télérama

Ce disque a été classé dans "La Discothèque Idéale" par Télérama



"C'est l'histoire d'une amitié entre un homme renfermé et une femme blessée. Si jamais l'art parvint à sublimer une relation amoureuse, c'est bien dans cette entente musicale entre la plus grande chanteuse de jazz et le plus subtil des saxophonistes de sa génération. Dans cette sélection de leurs premiers enregistrements communs, tous deux sont à leur apogée, et merveilleusement accompagnés par des orchestres le plus souvent animés par le plus subtil des pianistes swing, Teddy Wilson. C'est tout le rêve éveillé du jazz qui se raconte sur le ton de la confidence." Sélection "La Discothèque idéale" Télérama




"Lady Day & Pres Vol. 2" Holiday et Young par Le Guide du CD

**** Le Guide du CD  « Un volume double dont on ne saurait dire à quel point il rassemble des moments parmi les plus intenses de l’histoire de jazz. Une discothèque qui ne les comporterait pas ne saurait être digne de ce nom » P.B. - LE GUIDE DU CD


**** Le Guide du CD  « Un volume double dont on ne saurait dire à quel point il rassemble des moments parmi les plus intenses de l’histoire de jazz. Une discothèque qui ne les comporterait pas ne saurait être digne de ce nom » P.B. - LE GUIDE DU CD




"A small, smart French company" by THE HERALD TRIBUNE

« Listening to the best of Billie Holiday and Lester Young together you also hear the best of both individually. A new 2 CD compilation from a small, smart French company. » Mike ZWERIN – HERALD TRIBUNE




"Moments privilégiés qui s'inscrivent dans la grande histoire du jazz" par Répertoire

« (...) Dans beaucoup de ces faces le chant de Billie Holiday trouve avec les longues lignes mélodiques développées par Lester Young, un prolongement logique, consubstantiel. Ces deux fois dix-huit interprétations sont autant de moments privilégiés qui s’inscrivent dans la grande histoire du jazz. » REPERTOIRE


« Certes, tous ces titres existent déjà en disque compact mais c’est tout de même une riche idée d’avoir regroupé la plupart des interprétations gravées entre 1937 et 1941 par Billie Holiday, comportant une notable distribution de Lester young. Depuis longtemps on a souligné la parenté spirituelle entre les deux personnages et leur complémentarité. Avec eux, en effet, on n’est pas en présence d’une chanteuse avec accompagnement de saxophone ténor mais plutôt témoins, ravis, d’une véritable complicité, d’une connivence comparable à celle unissant Bessie Smith et Louis Armstrong (St Louis Blues). Dans beaucoup de ces faces le chant de Billie Holiday trouve avec les longues lignes mélodiques développées par Lester Young, un prolongement logique, consubstantiel. Ces deux fois dix-huit interprétations sont autant de moments privilégiés qui s’inscrivent dans la grande histoire du jazz. » (…) REPERTOIRE




"Ils partagent un talent exceptionnel de conteur d’histoires" par Télérama

« (…)Trente-huit titres témoignent ici du seul rendez-vous, hors la mort, qu’ils n’aient pas manqué : celui qu’ils s’accordèrent en ces années-là. Teddy Wilson, Buck Clayton, Dickie Wells, Benny Carter, entre autres, les accompagnant au long de ce florilège. » A.M. – TELERAMA


« (…) En commun, ils possèdent une conscience aiguë de la phrase musicale. Qu’ils réinventent à leur manière. Créateurs de lignes mélodiques originales qui se moquent des barres de mesure comme du regard d’autrui, ils partagent un talent exceptionnel de conteur d’histoires, tirent de bluettes innocentes la substance d’émouvantes épopées, transforment le chant le plus candide en romance triste à mourir. Trente-huit titres témoignent ici du seul rendez-vous, hors la mort, qu’ils n’aient pas manqué : celui qu’ils s’accordèrent en ces années-là. Teddy Wilson, Buck Clayton, Dickie Wells, Benny Carter, entre autres, les accompagnant au long de ce florilège. » A.M. – TELERAMA




« Dix disques qui ont fait le jazz » par Les Echos

Non, nous n’avons pas exilé notre spécialiste du jazz sur une île déserte en l’obligeant à réduire sa discothèque à dix enregistrements. Mais il a relevé un véritable défi : choisir dans ce vaste univers dix oeuvres qui ont marqué le mémoire du jazz et restent aujourd’hui incontournables dans une discothèque digne de ce nom. Oui, Louis Armstrong en fait partie, bien sûr.
Le jazz donne le tournis. En un siècle, il a connu toutes les révolutions que la musique classique a vécues en un demi millénaire. Issu du brassage, trois siècles durant, des traditions africaines, surtout, et européennes, le jazz est apparu il y a un peu plus de cent ans. Le premier enregistrement a été réalisé par l’Original Dixieland Jazz Band, en 1917. C’était un orchestre de Blancs ! En fait, le premier qui aurait dû laisser son nom sur une galette était le cornettiste noir Freddie Keppard, en 1916, mais, jaloux de son talent au point de cacher ses doigts sous un mouchoir quand il jouait, il aurait refusé. Ce n’est qu’en 1922 que la musique noire de la Nouvelle-Orléans est enfin enregistrée. Voici notre choix, totalement arbitraire (et affectif), mais pas injuste, de dix grands enregistrements qui ont révolutionné le jazz. […]
Des trois chanteuses mythiques – Billie Holiday, Ella Fitzgerald et Sarah Vaughan -, Billie est la plus légendaire, parce que, de sa naissance à sa mort, elle a incarné un fulgurant raccourci des souffrances du peuple noir. Après une enfance sordide, elle fut remarquée par le producteur John Hammond. C’est par son intermédiaire qu’elle rencontre Lester Young. Elle le surnomme Prez (car il était à ses yeux le président des saxophonistes ténors) et il l’appelle Lady Day. Lester Young exprimait son mal de vivre par un raffinement exquis, une grande suavité, qui inspirera ensuite les musiciens « cool » à la fin des années 1940 sur la côte Ouest des Etats-Unis. Avec lui, le jazz n’est plus joyeux, il devient mélancolique. La grâce était tombée sur cet homme et cette femme, complices et complémentaires, « trop émerveillés d’être ensemble pour ne pas rester des amants chastes, qui n’enlacent que leurs  musiques », écrit Alain Gerber. Le coffret immortalise l’incarnation par Billie de chansons qui, souvent, reflétaient sa vie. […]
Renaud CZARNES – LES ECHOS




« On a smooth cushion » par Jazz journal International

I suppose most diehard jazz collectors will possess these titles, but probably scaterred among many ancient 78s and recentky obsolete LPs. Anyway, i twas a nice, romantic gallic touch to produce a compilation emphasising the close relationship – musical and social – between Billie Holiday and Lester Young. John Hammond claimed that they met for the first time at  the Teddy Wilson recording session he organized on January 25, 1937, but Billie has state dit occured earlier in Harlem during a jam session at the Uptown House, where she was singing. ‘It was at one of those sessions I first met Lester Young. From then on, Lester knew how I used to love to have him come around and blow pretty solos behind me’. This is just what he does on these tracks ; he is reflective, understated and completely empathetic with his Lady Day, while she, of course, is superb. Teddy Wilson is his usual suave, brilliantly lyrical self, and the very underrated Buck Clayton supplies tender, mostly muted support. Benny Morton, Johnny Hodges, Dicky Wells and Roy Elridge are among the other stars shimmering briefly in the holiday-Young constellation, and soloists and the ensemble for the most part float on a smooth cushion provided by the Basie All-American ryhtm section. So, if you haven’t yet sampled the premious legacy of Holiday – Young – Wilson, run, don’t walk, to your CD retailer and purchase this double CD – if he hasn’t go tit in stock, order it ! Reproduction is most acceptable, but playing times could have been improved by adding the few sides that are missing to make this the complete Lady Day & Pres Collection.
Ian CROSBIE – JAZZ JOURNAL INTERNATIONAL