FANNY - MARCEL PAGNOL (AVEC PREFACE SONORE INEDITE DE MARCEL PAGNOL)

AVEC RAIMU, FRESNAY, ORANE DEMAZIS - ENREGISTREMENT DE 1932 AVEC TEXTE DE LIAISON PAR MARCEL PAGNOL ENREGISTRE EN 1961

Plus de détails

Nombre de CDs : 2


29,99 € TTC

FA5346

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


Après avoir fait paraître Marius, avec les Éditions de la Treille et la succession Marcel Pagnol, Frémeaux & Associés poursuit l’édition sonore de l’oeuvre de Marcel Pagnol en mettant à la disposition du public le second volet de la Trilogie : Fanny.
Les dialogues du film ont été spécialement agencés pour le support sonore, par Marcel Pagnol en personne, et articulés par un commentaire enregistré par l’auteur en 1961, afin d’en faire une véritable oeuvre sonore indépendante de l’image animée. Le coffret est enrichi d’une préface inédite, extraite des « Confidences » enregistrées par Marcel Pagnol au début des années 1970, où l’auteur raconte la genèse de Fanny et les coulisses de sa création. La grande oeuvre théâtrale puis cinématographique de Marcel Pagnol, hymne à Marseille et à la Méditerranée est ainsi restituée au public dans l’exhaustivité sonore prévue par Marcel Pagnol en véritable précurseur du livre audio !
Patrick Frémeaux

DIRECTION : NICOLAS PAGNOL, JEAN BUZELIN & PATRICK FRÉMEAUX -
PHOTOS : COLLECTION ANDRÉ BERNARD.
DROITS : FREMEAUX & ASSOCIES EN ACCORD AVEC LA SUCCESSION MARCEL PAGNOL, LES EDITIONS DE LA TREILLE ET LA COMPAGNIE MEDITERRANEENNE DE FILMS.
Fanny - Marcel Pagnol

FANNY
Marcel Pagnol

Inclus : Préface sonore inédite de Marcel Pagnol
Enregistrement 1932, avec texte de liaison par Marcel Pagnol (1961)



L’incroyable trilogie
Lorsqu’il écrit Marius, de façon tout à fait fortuite en 1927, Marcel Pagnol estime que son histoire marseillaise se termine bel et bien avec le départ de son héros pour les mers du Sud. Or, le succès considérable, et plutôt inattendu, qu’obtient sa pièce, ainsi que les questionnements quotidiens des spectateurs qui ne veulent pas rester sur une scène de désespoir, motivent l’auteur à écrire une suite qu’il appellera tout naturellement Fanny, puisque le rideau tombait alors que la jeune héroïne s’évanouissait dans les bras de César, le père de Marius. Il va se rouvrir quasiment sur la même scène, et se refermer à nouveau sur le second départ de Marius. Marius et Fanny forment donc les deux parties d’une même histoire, qui pourraient d’ailleurs être jouées l’une derrière l’autre. Il semble alors que l’aventure puisse s’achever ainsi puisque cette seconde rupture entre les deux amants paraît irrémédiable et définitive. Mais, une nouvelle fois, l’immense succès de ses pièces, surtout de leur version cinématographique en 1931 et 1932, amènent Marcel Pagnol à nourrir le projet d’un épisode complémentaire, celui-ci se déroulant cette fois vingt ans après, comme chez Dumas… C’est en 1935 seulement qu’il écrit César, le troisième volet de ce qui deviendra la fameuse “trilogie”. Il ne sera pas joué sur scène, car il n’est plus possible de réunir les acteurs de la troupe, mais tourné directement pour le cinéma.Rien n’était donc programmé, à commencer d’ailleurs par cette épopée du Vieux Port, que Marcel Pagnol, ayant rapidement connu la notoriété avec ses premières pièces “parisiennes”, n’aurait jamais pensé à écrire si…


Deuxième épisode : Fanny

Si le succès de Marius n’avait pas été au rendez-vous, la petite Fanny serait sans doute demeurée évanouie pour l’éternité…C’est en octobre 1931 que les répétitions de la pièce, Fanny, commencent au Théâtre de Paris. Elles ont lieu l’après-midi, les comédiens enchaînant le soir avec Marius qui a repris ses représentations triomphales. Comme on dit : “on ne change pas une équipe qui gagne”, mais voilà que commencent ennuis et contrariétés. D’abord Marius lui-même, parti pour les mers du Sud, ne réapparaît qu’au dernier acte. Le rôle est bien court pour Pierre Fresnay qui ne manque pas de sollicitations et décline l’offre. Le costume sera endossé par Berval, jeune premier marseillais qui avait déjà été pressenti pour Marius, avant d’être écarté du fait de sa moindre notoriété. Deuxième coup dur, Alida Rouffe, victime d’un accident lors d’une tournée, est alitée et ne peut reprendre le personnage d’Honorine. C’est Madame Chabert, autre comédienne et chanteuse marseillaise, qui la remplace (1). Tandis qu’un nouveau personnage féminin entre en scène, la tante Claudine, interprétée par la truculente Milly Mathis (elle avait été figurante dans Marius).Mais les défections de Pierre Fresnay et d’Alida Rouffe ne sont que petits malheurs avant que ne se produise l’incident Raimu-Léon Volterra, dont parle longuement Marcel Pagnol dans sa préface (début du CD 1). Simple incident qui dégénère en injures, disputes, et aboutit à une rupture définitive : le directeur du théâtre résilie le contrat du comédien et le congédie brutalement. Consternation de toute la troupe. Le lendemain, Volterra propose à Marcel de remplacer Raimu par Harry Baur, l’autre “monstre sacré” du théâtre et du cinéma d’avant-guerre. Une gageure dont celui-ci se tire remarquablement bien ; il parle avec un bon accent marseillais, et son charisme, sa présence massive et son immense talent contribuent largement au succès de la pièce, ce qui était loin d’être gagné d’avance. La première a lieu le 5 décembre, un mois et demi après la sortie de Marius sur les écrans.Pagnol respire et peut d’ores et déjà travailler à l’adaptation cinématographique qui se fera évidemment avec les créateurs des personnages, ce qu’exigent distributeurs et exploitants.


En attendant, la Paramount tourne Topaze dans des conditions bien plus mauvaises que pour Marius. Le metteur en scène imposé, Louis Gasnier, Français qui travaille à Hollywood depuis vingt ans, refuse de collaborer avec Pagnol. Malgré Louis Jouvet, dont c’est le premier film, l’auteur ne reconnaît pas son œuvre qu’il tournera lui-même par deux fois, l’une en 1936, l’autre en 1950 avec Fernandel.Par chance, la Paramount lui rend sa liberté et Pagnol s’associe avec le jeune producteur marseillais Roger Richebé qui travaille déjà avec Jean Renoir, les frères Prévert, les frères Allégret, Michel Simon et… Raimu. Ensemble, ils créent la société des Films Marcel Pagnol.Le tournage débute le 6 juin 1932 aux Studios de Billancourt, il durera deux mois. Toute l’équipe se retrouve, à l’exception de Paul Dullac, malade, qui est remplacé par Mouriès. Habitué à jouer le rôle en tournée, ce très bon comédien porte fort bien la casquette et la barbichette d’Escartefigue, malgré un manque certain d’embonpoint ! Et Maupi devient enfin, à l’écran, le chauffeur du “ferry-boate” qu’il a créé sur scène. Delmont troque l’habit du Second de la Malaisie pour celui du Docteur Venelle, et Milly Mathis fait une entrée tonitruante. Se joint également à la “famille Pagnol” le célèbre compositeur de chansons Vincent Scotto qui écrira par la suite nombre de musiques de films pour Marcel. En revanche, contrairement aux bonnes relations qu’il avait eues avec Alexandre Korda, l’auteur s’entend beaucoup moins bien avec le metteur en scène Marc Allégret ; le réalisateur, assisté de son frère Yves et de Pierre Prévert, accepte mal la présence quotidienne du scénariste à ses côtés.Contrairement à Marius, quelques passages de Fanny sont tournés à Marseille, en particulier l’extraordinaire travelling improvisé qui voit Orane Demazis descendre la Canebière et grimper jusqu’à Notre-Dame-de-la-Garde.

Comme il l’a fait pour la version filmée de Marius, Marcel Pagnol remanie sensiblement sa pièce, et commence par les suites immédiates du départ de Marius (2). Il supprime ensuite des scènes entières, notamment les I, III, IV, V, VI, VII du premier acte, et enchaîne avec des extraits des scènes II et VIII, etc. Il ajoute encore de nouvelles séquences cinématographiques, comme le mariage ou la naissance et les visites de la famille Panisse, dont le frère aîné Elzéar, créé pour le film (3). Enfin, si quelques rôles secondaires au théâtre ont été éliminés, les grandes tirades de Raimu et de Charpin sont conservées.Le film est projeté le 2 novembre 1932 à Paris, au cinéma Marigny sur les Champs-Élysées. Dès les premiers jours d’exploitation, la foule se presse dans les salles obscures. C’est bien simple, le succès de Fanny dépasse celui de Marius (4). De l’avis du public comme de celui de nombreux amateurs qui, avec le recul, ont analysé les trois épisodes de la “trilogie”, Fanny est le plus réussi (même s’il n’est pas forcément le plus “drôle”). Marcel Pagnol a décrit avec une rare finesse et une égale justesse de vue la situation plus que délicate d’une “fille mère”, comme on disait, face aux regards de sa famille, de ses proches et de la société en général avec les principes moraux de l’époque. Savoureuse coïncidence, en même temps qu’elle donnait le jour au petit Césariot au théâtre et au cinéma, Orane Demazis offrait à Marcel un “vrai” fils, Jean-Pierre, en septembre 1933… sans être mariée !Comme on pouvait s’y attendre, les critiques tom­bèrent à bras raccourcis sur le “théâtre filmé” ou “en conserve“ de Marcel Pagnol qui “n’est pas du cinéma…”

Ce que démentiront bientôt Jean Renoir lui-même (5), et plus tard les thuriféraires de la Nouvelle Vague, François Truffaut et Claude Chabrol ! Et, de quoi se mettre un peu plus à dos ses détracteurs, Pagnol déclara bientôt qu’il renonçait au théâtre, qu’il écrirait dorénavant directement pour le cinéma, et qu’il réaliserait lui-même ses films. Sortiront dans l’ordre Jofroi en 1933, Angèle en 1934, Merlusse et Cigalon en 1935, “son” Topaze en 1936… avant César la même année.Le Vieux Port n’a pas fini de s’animer et le Bar de la Marine de résonner des colères de César !
Jean Buzelin
© Frémeaux & Associés

Notes :
(1) Marguerite Chabert a joué au cinéma dans Cigalon, Regain et Manon des Sources de Pagnol, ainsi que César au théâtre en 1946.
(2) Il ajoute également plusieurs scènes d’extérieur pittoresques, non reprises dans le disque.
(3) Nous avons donné des sous-titres (en italiques) aux scènes qui ne figurent pas dans le texte original de la pièce.
(4) Une version italienne de Fanny est réalisée par Mario Almirante en 1933 ; et une allemande, Der Schwartze Wahlfisch, par Frtitz Wendhausen en 1934, avec Emil Jannings dans le rôle de César.
(5) Jean Renoir : “Je tiens Marcel Pagnol comme le plus grand auteur cinématographique d’aujourd’hui” (in Pour Vous Magazine, 08/07/1937).


À lire : Raymond Castans, Marcel Pagnol (Ed. Jean-Claude Lattès, 1987).

Brève présentation des comédiens
Jules Raimu (Toulon 1883-1946) Dès 1900, joue les comiques troupiers dans les cafés-concerts de la Côte, avant d’être engagé en 1908 à l’Alhambra puis à l’Alcazar de Marseille. Son compatriote Mayol le fait monter à Paris en 1910 et l’engage au Concert Mayol dont il vient de prendre la direction. En 1914, il apparaît sur la scène du Casino de Paris. Dès 1915, il interprète Guitry puis Feydeau au théâtre, et, jus­qu’à Marius, il jouera une trentaine de pièces plus quelques revues et opérettes sur de nombreuses scènes parisiennes. Par ailleurs, on le voit dans sept films muets de 1912 à 1917. Mais il faut attendre 1930, pour qu’il renoue avec le cinéma. Marius est son 3e film parlant. Il sera la vedette d’une quarantaine de films, dont La Femme du boulanger et La Fille du puisatier de Pagnol. Au faîte de sa carrière, il entre à la Comédie Française en 1943.

Pierre Fresnay (Paris 1897-1975) Entre à la Comédie Française en 1915 (il y reste jusqu’en 1927). La même année, joue dans son premier film muet. Effectue ensuite une grande carrière au théâtre et à l’écran. Marius est son premier grand rôle au cinéma. Il enchaîne alors de très nombreux films avant de retourner définitivement à la scène dans les années 60.

Orane Demazis (Oran 1894-1991) Débute en 1922 dans la troupe du Théâtre de l’Atelier. En 1926, joue Jazz de Pagnol. Elle tournera 6 films avec lui (outre la “trilogie”, Angèle, Regain et Le Schpountz) et de nombreux autres jusqu’en 1980 avec des metteurs en scène comme Jean-Paul Le Chanois, René Allio, Luis Bunuel, André Téchiné et Jacques Demy. En 1946, elle joue César au Théâtre des Variétés.

Fernand Charpin (Marseille 1887-1944) En 1924, il est au Théâtre de l’Odéon. Marius est le premier d’une longue série de films parmi lesquels La Belle équipe et Pépé le Moko de Julien Duvivier en 1936, et, pour Pagnol, Le Schpountz, La Femme du boulanger et La Fille du puisatier.

Auguste Mouriès (Marseille 1883-1956) Habitué aux planches, il tourne pour la première fois au cinéma dans Fanny où il remplace Dullac dans le rôle d’Escartefigue. Il jouera dans 14 films jusqu’en 1948, parmi lesquels Tartarin de Tarascon (Raymond Bernard), L’École des cocottes (Pierre Colombier), Simplet (Carlo Rim), Les Gueux au paradis (René Le Hénaff), et La Prière aux étoiles, le film inachevé de Marcel Pagnol en 1941.Robert Vattier (Rennes 1906-1982) Comme Charpin, il fait partie de la troupe du Théâtre de l’Odéon depuis 1924. Il effectuera une très longue carrière, au théâtre comme au cinéma jusqu’en 1978. Avec Pagnol, on le voit dans Le Schpountz, La Femme du boulanger, Manon des Sources et Les Lettres de mon moulin.

Marcel Maupi (Marseille 1881-1949) Au début du siècle, il fait du music-hall dans la région de Toulon. Rencontre Raimu qui le fait venir à Paris pour jouer Marius au théâtre ; il ne figure pas dans le film mais seulement dans Fanny qui est le 7e de la centaine de films dans lesquels il apparaît. Il tourne Le Schpountz, La Femme du boulanger, La Fille du puisatier, et joue César au théâtre en 1946.

Alida Rouffe (Bordeaux 1874-1949) Actrice de music-hall, de revues, de comédies, elle se produit principalement dans le Sud (Alcazar de Marseille, Opéra de Nîmes, et en tournées). Marius est son premier film. Elle en tournera 14 jusqu’en 1945, dont Cigalon, Topaze seconde version, Le Schpountz et La Femme du boulanger.

Milly Mathis (Marseille 1901-1965) Joue dans de très nombreux films de 1930 à 1959. Seulement figurante dans Marius, elle crée le rôle de Tante Claudine dans Fanny. Elle est l’épouse de Raimu dans Carnet de bal de Duvivier. On la voit dans Regain, La Fille du puisatier, Topaze troisième version, et Manon des Sources de Pagnol. Comédienne très populaire, elle joue dans 120 films jusqu’en 1959 dont L’Eau vive, écrit par Giono, et se produit après-guerre dans les plus grandes revues de l’Alcazar. En 1956, elle joue Fabien de Pagnol aux Bouffes-Parisiens.

Odette Roger (Marseille 1900-1985) Comédienne de l’Alcazar de Marseille, elle tournera 12 films entre 1931 et 1948, dont la moitié sous la direction de Marcel Pagnol : Fanny (son 2e film), Jofroi, César, Regain, Le Schpountz et La Femme du boulanger. Devenue Odette Charblay après son mariage avec l’acteur de la troupe Pagnol, elle joue après-guerre dans plusieurs films dont Le Fruit défendu d’Henri Verneuil et Ariane de Billy Wilder. On la voit à la télévision chez Jean Nohain et elle reprend au théâtre le rôle d’Honorine en 1964.Joseph Boulle Avant d’apparaître dans Fanny, avait été acteur au cinéma muet : Le Comte de Monte-Cristo, Le Porion, L’Ampoule brisée, etc.

Édouard Delmont (Marseille 1883-1955)
Entre à l’Alcazar de Marseille en 1914 en qualité de machiniste ; il en deviendra régisseur. Il fait du music-hall à Paris avec les Marseillais montés à la capitale autour de Raimu. Il tournera dans plus de 80 films de 1930 à 1954, dont Toni de Renoir, et Quai des Brumes de Carné, ainsi que de nombreux Pagnol : Angèle, Regain, La Femme du boulanger, Manon des Sources, Les Lettres de mon moulin.


Raimu : César
Pierre Fresnay : Marius
Orane Demazis : Fanny
Charpin : Panisse
Mouries : Escartefigue
Vattier : Monsieur Brun
Maupi : Mangiapan, le chauffeur
Alida Rouffe : Honorine
Milly Mathis : Tante Claudine
Odette Roger : Fortunette
Joseph Boulle : Elzéar Panisse
Edouard Delmont : Le docteur Venelle


+ Annie Toinon : Amélie

Film de Marc Allégret (1932)
Scénario et dialogues : Marcel Pagnol d’après sa pièce (1931)
Direction : Roger Richebé
Assistants : Pierre Prévert, Yves Allégret
Photo : Roger Forster
Ingénieur du son : Bell
Musique : Vincent Scotto ; arrangements : Georges Sellers
Enregistrement : Braumberger-Richebé à Billancourt ; système Western Electric Noiseless
Production : Roger Richebé et Marcel Pagnol pour Les Films Marcel PagnolT
exte complet commenté par l’auteur, interprété par les créateurs.
Origine : 33 tours Éditions CMF 05 - 06 (1961)
Livret de Jean Buzelin, illustré de photos de la collection d’André Bernard


Ecouter Fanny de Marcel Pagnol (livre audio) © Frémeaux & Associés Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 Sans Pierre Fresnay, Ni Alida Rouffe - Marcel Pagnol03'30
02 La dispute entre Raimu et Léon Volterra - Marcel Pagnol02'39
03 Le contrat de Raimu est résilié - insultes, Pagnol veut retirer Fanny - Marcel Pagnol06'39
04 Harry Baur jouera César - la générale - Marcel Pagnol03'40
05 Le triomphe de la pièce - Marcel Pagnol01'55
06 Marius est parti - Marcel Pagnol, Raimu, Charpin, Mouries, Odette Roger, Alida Rouffe, Orane Demazis08'05
07 Acte 1, scène 2 - Marcel Pagnol, Charpin, Mouries, Vattier01'24
08 Acte 1, scènes 2 et 8 - Marcel Pagnol, Charpin, Mouries, Vattier, Maupi01'34
09 Acte 1, scène 9 - Charpin, Mouries, Vattier, Raimu06'25
10 Acte 1, scènes 10, 11, 12 - Marcel Pagnol, Charpin, Mouries, Vattier, Raimu, Orane Demazis01'56
11 Acte 1, scène 13 - Marcel Pagnol, Charpin, Orane Demazis00'42
12 Acte 1, scène 14 - Marcel Pagnol, Orane Demazis, Raimu, Maupi09'19
13 Deuxième Tableau, scène 4 - Marcel Pagnol, Maupi, Charpin01'44
14 Deuxieme Tableau, scènes 3 et 4 - Marcel Pagnol, Charpin, Alida Rouffe, Milly Mathis03'42
15 Deuxième Tableau, scènes 6 et 7 - Marcel Pagnol, Orane Demazis, Alida Rouffe, Milly Mathis06'58
CD 2
01 Acte 2, scène 2 - Marcel Pagnol, Charpin, Vattier01'04
02 Acte 2, scène 3 - Marcel Pagnol, Charpin, Raimu, Vattier, Maupi03'37
03 Acte 2, scène 4 - Marcel Pagnol, Charpin, Raimu, Maupi01'04
04 Acte 2, scène 6 - Charpin, Orane Demazis, Mouries09'03
05 Acte 2, scène 7 - Marcel Pagnol, Charpin, Raimu07'16
06 Acte 2, scène 8 - Marcel Pagnol, Charpin, Raimu, Orane Demazis08'03
07 Le mariage - Marcel Pagnol01'12
08 Naissance et visites - Marcel Pagnol, Charpin, Raimu, Joseph Boulle, Edouart Delmont04'11
09 Acte 2, scène 9 - Marcel Pagnol, Raimu, Alida Rouffe02'19
10 Acte 3, le retour - Marcel Pagnol, Raimu, Pierre Fresnay02'36
11 Acte 3, le départ de Panisse - Marcel Pagnol, Charpin, Mouries, Maupi00'57
12 Acte 3, scène 2 - Marcel Pagnol, Mouries, Pierre Fresnay, Orane Demazis05'31
13 Acte 3, scène 3 - Raimu, Pierre Fresnay, Orane Demazis05'43
14 Acte 3, scène 3 et 4 - Marcel Pagnol, Raimu, Pierre Fresnay, Orane Demazis04'58
15 Acte 3, scène 6 - Marcel Pagnol, Raimu, Pierre Fresnay, Orane Demazis05'58
« Un hymne à Marseille et à la Méditerranée. » par La Revue des médiathèques

« Marcel Pagnol (1961). Frémeaux et Associés poursuit l’édition sonore de l’œuvre de Marcel Pagnol. Après Marius, voici Fanny, second volet de la trilogie célèbre. Dans une préface inédite, Marcel Pagnol raconte l’écriture de Fanny et les secrets de sa création au théâtre. Une grande œuvre portée sur tous les supports : théâtre, cinéma et à présent document sonore radiophonique. Un hymne à Marseille et à la Méditerranée. »
Par Jacques VAZEILLE – LA REVUE DES MEDIATHEQUES ET DES COLLECTIONS MUSICALES





Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...