SWING FOR NININE - ROMANE - INTEGRALE Vol.1

INTEGRALE VOL. 1

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA538

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Si le “swing manouche” hérité de Django Reinhardt réunit aujourd’hui des adeptes dans le monde entier et connaît une reconnaissance jusqu'au grand public, il ne faudrait oublier les années de disette qu’a vécu cette musique suite à la mort de son Grand Architecte, en 1953.
 Les décades où les amoureux du swing à six cordes formaient la tribu marginale des selects du faubourg, des visiteurs la nuit des bars borgnes du jour, des sympathisants du nomadisme adorateurs du dieu aux doigts déchus.
 Durant ces années d’oubli, la musique de Django se passait de caravanes en oreilles musicales dans les campements Manouches, se jouait à Saint-Ouen, s’échangeait sur de rares disques.
On peut, sans exagération, dire que quelques hommes ont sauvé cette musique de l’oubli et relancé la pratique auprès des musiciens – en dehors de la communauté Manouche.
On doit, sans prétention, dire que Romane fait partie de ces happy few pionniers du renouveau. Frémeaux & Associés célèbre l’importance de Romane en recueillant l’ensemble de son oeuvre phonographique afin de la remettre à la disposition du public, dans une Intégrale, dont Swing for Ninine constitue le premier volume : la Renaissance !

Benjamin Goldenstein & Patrick Frémeaux

 

 Initialement paru chez Iris Music. Frémeaux & Associés cessionnaire 2010.

Droits audio : Frémeaux & Associés

Intégrale Romane Swing for Ninine

Intégrale Romane
Swing for Ninine 
Complete  Romane  Volume 1








Editeur de l’Intégrale Django Reinhardt, label patrimonial spécialisé dans les éditions complètes (Louis Armstrong, Charlie Parker, Henri Salvador, Charles Trenet, Yves Montand, Mahalia Jackson, Sister Rosetta Tharpe, Claude Bolling…), Frémeaux & Associés accueille l’œuvre phonographique de Romane. Sa richesse a tout naturellement mené à la proposer au public sous la forme d’une Intégrale.  Peu d’artistes ont à leur actif un catalogue aussi imposant que celui de Romane : plus de quinze références à ce jour, des compositions originales innombrables – devenues pour la plupart des classiques du genre – une aptitude à porter l’essence historique du swing hérité de Django Reinhardt dans une relecture moderne et des échanges avec des musiciens de tous genres.   Frémeaux & Associés remettra ainsi à la disposition du public l’ensemble des disques initialement produit par Iris Music (Joël Leibovitz puis Jean-Baptiste Ambroggiani) en même temps qu’elle devient la nouvelle maison de disques de Romane, avec la parution pour avril 2011 d’un CD et DVD enregistré en concert à Paris (Roots & Groove). 

Frémeaux & Associés – already committed to issuing Django Reinhardt’s entire works on CD – is a label specializing in complete editions (cf. Louis Armstrong, Charlie Parker, Henri Salvador, Charles Trenet, Yves Montand, Mahalia Jackson, Sister Rosetta Tharpe, Claude Bolling et al), and therefore ideally-suited to the release of Romane’s recordings, whose rich diversity led naturally to their issue as a Complete Edition. Few artists have a discography as abundant as that of Romane – more than fifteen references to date – and his work contains countless original compositions (most of them already classics in the genre) which show this artist’s aptitude as a vehicle for the historic essence of Swing inherited from Django Reinhardt through modern re-readings of the music played in exchanges with musicians of all horizons. Frémeaux & Associés is not only making available to the public all the records initially produced by Iris Music (under Joël Leibovitz and later Jean-Baptiste Ambroggiani); at the same time, F&A has become Romane’s new record-label, with his first release scheduled for April 2011: a CD/DVD set recorded in concert in Paris, and entitled Roots & Groove.  

Parmi les contingences qui font l’histoire de la musique et alimentent les rêves des mélomanes, la découverte du jazz par Django Reinhardt, au début des années 1930, reste l’un des événements les plus lourds de sens. En inventant un nouveau langage, avec la prodigalité d’un homme pressé, Django se doutait-il qu’il donnerait du grain à moudre à des générations de guitaristes ? Question à jamais ouverte, à laquelle ses héritiers ne font que répondre partiellement. Le legs reinhardtien est, plus que tout autre héritage, difficile à porter. Dans la cohorte des épigones, rares sont ceux qui ne se contentent pas d’une imitation orthodoxe mais vaine. Rares sont les musiciens qui ont compris que la première leçon de Django est d’abord un formidable appel à la liberté. Incontestablement, Romane fait partie de ceux-là. Si la musique de Django reste pour lui l’alpha et l’omega d’une modernité qui se rit des années, il a su échapper à la servilité des copies-carbone pour développer sa propre expression, ajoutant à une virtuosité sans failles – et sans excès – l’intelligence du verbe musical. On ne le répétera jamais assez : le jazz gitan n’est pas un style, encore moins une musique de genre. C’est un langage, avec son vocabulaire et sa syntaxe, qu’un véritable créateur utilise à son gré, c’est-à-dire en inventant une nouvelle parole. Voilà pourquoi vous ne trouverez pas, dans ce premier disque qui confirme un talent déjà reconnu dans le milieu des musiciens, ni Minor Swing, ni Nuages, ni Yeux noirs. C’est que le propos de Romane est moins de prouver la transcendance d’une technique de guitare que de faire chanter sans fin le fil d’Ariane du plaisir musical : la mélodie. Ses compositions personnelles, hantées par l’ombre des grands faiseurs de chansons – les Jaubert, les Trenet, les Lemarque – ont la grâce souriante des après-midi de soleil sur les bords de Marne. La luminosité d’Antilia, la griserie foraine de Folle ronde ou le mystère nocturne du Regard de Laura imposent un musicien qui a compris qu’en matière de composition, le plus difficile est encore de faire simple, et qui y parvient. Ce qui explique peut-être le fait que ces mélodies, troussées comme des compliments galants, ne vous lâchent plus après vous avoir ravi l’oreille. La cohésion de musiciens complices confère à l’ensemble une  distinction exemplaire. De swing et valses et de valses en biguine, on trouvera ici matière à réévaluer le beau mot de variété, dans tout ce qu’il promet de surprises et de découvertes. Comme cette ultime révélation : la petite pièce de bois qui donne au violon toute sa puissance s’appelle une âme. Nut doute que la guitare, parfois, et sans l’aide du luthier, trouve la sienne. 
Gilles TORDJMAN
© Frémeaux & Associés 

Among the mysterious contingencies making up the history of music and feeding the dreams of music lovers, the discovery of jazz by Django Reinhardt, at the beginning of the 1930’s, remains one of the most meaningful events. By inventing a new language, with the prodigality of a person pressed for time, had Django the impression that he would furnish wheat to grind to generations of guitarists? A never-ending question, to which his heirs only partially reply. The reinhardian legacy is, more than any other heritage, difficult to carry. In the legion of epigones, rare are those who are not satisfied with an orthodox but vain imitation. Rare are the musicians who have understood that the first lesson of Django is above all an appeal to liberty. Incontestably, Romane belongs to that group. If Django’s music remains for him the alpha and omega of a modernism that laughs at passing years, he knew how to escape the servility of carbon copies to develop his own language, adding a virtuosity, flawless – and without excess – intelligence of the music. We will never sufficiently repeat, Gipsy jazz is not a style, and even less, folk music. It’s a language, with its vocabulary and its syntax, that a real creator uses to his taste – that is – by inventing new lyric. This is why you won’t find in this debut album, which confirms a talent, already recognized in musical circles, no Minor Swing, no Nuages, no Black Eyes. It’s because the intention of Romane is less to prove the transcendence of a guitar technique than to endlessly sing Arianne’s clew to the pleasure of music: the melody. His personal compositions, haunted by the shadow of great song writers – the Jaubert, the Trenet, the Lemarque – have the smiling grace of the afternoon sun on the banks of the Marne. The luminosity of Antilia, the exhilaration of the Folle ronde where the nocturnal mystery of Dans le regard de Laura imposes on a musician who has understood that, in the matter of composition, the most difficult is to keep it simple, and succeeds in doing so. Which perhaps explains the fact that these melodies, written like gallant compliments, never leave you after having charmed your ear. The cohesion of participant musicians confers on the ensemble an exemplary distinction. From swing to waltzes and waltzes to beguine, we find here material to re-evaluate the beautiful word: variety, in all that it promises of surprises and discoveries. Like this ultimate revelation: in French, the sound-post that affords the violin all its power is called a soul. No doubt that, at times, the guitar finds its own, and without the help of the instrument maker. 
Gilles TORDJMAN
© Frémeaux & Associés
   

1. SWING FOR NININE (Romane) 3’12  
2. ANTILIA (Romane) 3’13  
3. CHARLESTON (Romane) 2’47  
4. LIANE (Marcel Cazes) 4’35  
5. FOLLE RONDE (Romane) 4’35  
6. EREVAN VALSE (J.M. Ekherian) 2’52  
7. EN SOURIANT (Romane) 4’05  
8. DANS LE REGARD DE LAURA (Romane) 4’14  
9. NIGLO SWING (Laurent Bajata) 2’42
10. BIBIGUINE (Romane) 3’39
11. POUR TROIS PAS (Romane) 1’31
12. ARC EN CIEL (Romane) 1’46 

Romane - guitare solo
Marcel Cazes - clarinette
Laurent Bajata - guitare rythmique
Michel Gaudry - contrebasse
Claude Garcia - guitare rythmique
Jean-Michel Ekherian - batterie 

Romane et Laurent Bajata jouent sur des guitares Dupont (Cognac)

Produit en 1992 par Joël Leibovitz pour Iris Music Production
Frémeaux & Associés cessionnaire 2010.
Editions musicales : Palass (Paris)
Ingénieur du son : Pierre Bianchi – Studio du Val d’Orge
Photo : Jean-Pierre Pujos – Direction Artistique : D. Casanova – Graphisme : Brigitte Archambault 

CD Intégrale Romane Swing for Ninine © Frémeaux & Associés (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 Swing For Ninine03'14
02 Antilia03'15
03 Charleston02'50
04 Liane04'38
05 Folle ronde03'44
06 Erevan valse02'53
07 En souriant04'09
08 Dans le regard de Laura04'16
09 Niglo Swing02'45
10 Bibiguine03'41
11 Pour trois pas01'48
12 Arc en ciel01'31
"Rythmique impeccable, swing, élégance, maturité, mise en place et sens de la mélodie" Djangostation

"En général, on entreprend une intégrale d’un artiste lorsqu’il n’est plus de ce monde. Frémeaux en consacre une à Romane alors que le guitariste est en pleine forme et au sommet de son art (cf récemment, Django 100 ou son nouveau disque avec Stochelo). Cette initiative est bienvenue pour de multiples raisons ; tout d’abord remettre à disposition des disques devenus difficiles à se procurer ; et puis avec une quinzaine d’enregistrements à son actif, l’ami Romane est digne d’une intégrale. D’autant qu’il fait partie de ces quelques pionniers qui ont sauvé cette musique de l’oubli ; perpétuant et revitalisant la tradition notamment par l’apport de magnifiques compositions originales, Romane a suivi sa propre voie faite d’ouverture et de rencontres (on l’a vu aux côtés de Babik, Bob Brotzman, Roland Dyens, Martin Taylor, Tchavolo, Francis Varis, Didier Lockwood, Stochelo...) et marqué le style de son empreinte. S’il a beaucoup joué et enregistré il a aussi étudié et analysé cette musique et ses ouvrages pédagogiques font autorité.
Voilà donc le vol 1 qui nous ramène 20 ans en arrière, à une époque où le swing manouche n’était pas encore à la mode. Ce disque qui n’a pas pris une ride (Voir chronique ici) se réécoute avec grand plaisir ; Il faut dire que notre guitariste, qui conjugue dans son style immédiatement reconnaissable, toucher de cordes sensible, phrasé décontracté et fraicheur d’inspiration, est admirablement entouré : rythmique impeccable, swing, élégance, maturité, mise en place et sens de la mélodie ; Romane signe 9 des 12 titres, démarche essentielle pour sortir de l’infinie répétition souvent inhérente au genre ; certaines de ses compositions comme ce magnifique "Dans le regard de Laura" deviendront d’ailleurs des classiques. Bref, voilà une belle occasion pour les p’tits jeunes de faire la route à l’envers."
par Francis COUVREUX - DJANGOSTATION




"Du bon Romane, guitariste et compositeur, avec déjà une signature bien à lui" par Jazz Magazine

Frémeaux lance l’intégrale de Romane en commençant par ce premier album de 1992 du faux-vrai manouche. Guitares, batterie et contrebasse (rien moins que Michel Gaudry), le délicieux Paul Cazes tient la clarinette. Du bon Romane, guitariste et compositeur, avec déjà une signature bien à lui au bas de la partition Dans le regard de Laura.
Par AS – JAZZ MAGAZINE




« Faire respirer les notes » par Trad Magazine

Ce disque, produit en 1992, atteste de l’attention constante portée par Romane dans la réalisation de ses productions musicales. Il confie ici à la clarinette le soin de choruser avec lui. Le dialogue s’installe d’une manière détendue. Les musiciens savent faire respirer les notes, ce qui n’est pas un mince éloge dans un domaine souvent peuplé d’une virtuosité factice. Le tribut à Django Reinhardt est évident. Pour autant, Romane manifeste son identité artistique par ses nombreuses compositions et ses soli qu’il peaufine en évitant toute esbroufe. On ne saurait oublier la qualité de l’enregistrement offrant un équilibre qui valorise le timbre de chaque instrument. Ce genre musical possède la rare capacité à ne subir que peu l’emprise du temps. Ce CD le confirme au plus haut point. Jean-Patrick HELARD – TRAD MAGAZINE




"Un premier CD à ne pas rater" par Paris Move & Blues Magazine

"Editeur de déjà bon nombre d’Intégrales dont celles de Django Reinhardt, Louis Armstrong, Charlie Parker, Henri Salvador, Charles Trenet, Yves Montand, Nathalia Jackson, Sister Rosetta Tharpe, Claude Bolling et j’en passe, il était légitime que le recensement et la rediffusion des œuvres de ce musicien prodigue qu’est Romane reviennent à la maison spécialiste en intégrales de grande qualité, Frémeaux & Associés. On nous annonce déjà plus de quinze références différentes, des compositions originales innombrables et une nouvelle publication des disques sortis en leur temps chez Iris Music. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, on apprend par ailleurs que c’est désormais dans la même maison d’édition que les nouveautés de l’artiste sortiront! Les premiers étant même déjà attendus pour avril 2011… !
Ils ont été plusieurs à marteler la leçon: ‘Le jazz manouche ou gitan n’est pas un style ou une musique de genre. C’est un langage avec son vocabulaire et sa syntaxe.’. C’est comme une nouvelle façon de parler en se servant des instruments. Et puisque c’est une manière de communiquer différente, portons une attention toute particulière à ce premier volume de cette intégrale des œuvres de Romane. Car l’on peut parler d’œuvres, et même de chefs d’œuvres. Des chefs d’œuvres auxquels contribuent également, disons le très clairement, les cinq musiciens qui entourent Romane sur l’opus en question: Marcel Cazes à la clarinette, Laurent Bajata à la guitare rythmique, Michel Gaudry à la contrebasse, Claude Garcia à la guitare rythmique et Jean-Michel Ekherian à la batterie. Une excellente entrée en matière qui augure d’un proche avenir radieux pour tous les amateurs de musique manouche.
Un premier CD à ne pas rater, car il est le premier d’une série qui sera sans aucun doute un ensemble ‘collector’."
par Dominique BOULAY - PARIS-MOVE & BLUES MAGAZINE




« Romane tente le renouveau » par Jazz News

Premier album de Romane, et déjà une grande majorité de compositions personnelles. Même s’il s’inscrit dans une tradition qu’il va creuser, enseigner, le guitariste tente le renouveau, sans démonstration, privilégiant l’atmosphère et les chemins de traverse.
Par JAZZ NEWS




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...