CLAUDE BOLLING - JEAN-PIERRE RAMPAL - ALEXANDRE LAGOYA

PICNIC SUITE

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA554

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Après l’éclatant succès outre-atlantique des œuvres Cross-over de Claude Bolling (restées 10 ans classées dans les meilleures ventes officielles aux USA par Billboard), le maître du piano français réunit deux de ses amis comptant parmi les plus grands musiciens du XXème siècle : Jean-Pierre Rampal et Alexandre Lagoya ainsi que Daniel Humair et Guy Pedersen, l’une des meilleures sections rythmiques du jazz au XXe siècle. Le subtil dosage distillé par Bolling permet une nouvelle fois à des instruments emblématiques de genres et de styles différents de conjuguer leurs saveurs dans un pique-nique haut en couleurs !
Patrick Frémeaux

Droits audio : Sony BMG music entertainment exploité par Groupe Frémeaux Colombini SAS en accord avec Claude Bolling

FA554 Picnic Suite

PICNIC SUITE
JEAN-PIERRE RAMPAL/ALEXANDRE LAGOYA
CLAUDE BOLLING
WITH DANIEL HUMAIR & GUY PEDERSEN








PICNIC SUITE
1. Rococo 5:26
2. Madrigal 4:16
3. Gaylancholic 7:15
4. Fantasque 5:21
5. Canon 3:32
6. Tendre 5:58
7. Badine 4:38

Claude BOLLING : Piano
Jean-Pierre RAMPAL : Flute
Alexandre LAGOYA : Guitar
Guy PEDERSEN : Double bass
Daniel HUMAIR : Drums

All compositions by Claude Bolling
Recorded?in / Enregistré au Studio Davout, Paris
Sound Engineer / Ingénieur du son : Claude Ermelin

La Suite
Les affinités artistiques partagées par Jean-Pierre Rampal et Alexandre Lagoya sont bien connues des amoureux de la musique ayant suivi les carrières de ces deux musiciens hors du commun. Leurs fréquents concerts sont la preuve chaque fois renouvelée du succès de leur collaboration dans une formation pourtant inhabituelle. “Lorsque je joue avec Jean-Pierre, mes compétences sont transcendées”, nous dit Lagoya. Et Rampal affirme “qu’il [Lagoya] est le guitariste le plus musical que je connaisse – et aussi le plus doué pour lire la musique.” Les deux hommes étant également amateurs de bon jazz, chacun d’entre eux avait, par le passé, sollicité une œuvre à leur ami et collègue Claude Bolling. Bolling avait accepté de répondre à ces demandes – ou plus justement?: de relever ces défis. En résultèrent les fameuses?: Suite for flute and jazz piano trio (FA443) et Concerto for guitar and jazz piano (FA444). Jean-Pierre Rampal et Alexandre Lagoya vinrent ensuite trouver ensemble Claude Bolling?: “Pourquoi ne pas écrire quelque chose à jouer nous deux ensemble – avec toi??”. Bolling commente modestement?: “La combinaison des instruments était délicate”. Alors que le résultat de son travail est de la Grande Musique?! Bolling commente ainsi cette Picnic Suite?: le style Rococo suivit immédiatement le Baroque au XVIIIème siècle. Le Madrigal est une forme musicale séculaire, typique de la Renaissance – et consistait fréquemment en un court poème d’amour mis en musique. Le troisième mouvement est gai et mélancolique à la fois – d’où l’expression “Gaylancholic”. La complexité du thème du quatrième mouvement, écrit en 5/4, lui donne un air de caprice, c’est pourquoi il est intitulé Fantasque. Le fringuant et swinguant Canon est la première pièce composée pour la Suite. Tendre décrit parfaitement le subtil entrelacement entre les thèmes de la guitare et de la flûte. Badine se dit de “quelqu’un aimant rire et jouer”. Et c’est justement la façon dont ce quintette vous invite à vous joindre à ce Picnic musical?! 
© 2006 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS 

LA SUITE
The artistic rapport that exists between Jean-Pierre Rampal and Alexandre Lagoya is well known to music lovers who have followed the careers of these two distinguished musicians. Their frequent concerts are brilliant evidence of an unusually successful collaboration.  “When I play with Jean-Pierre, my abilities are transcended”, says Lagoya.  And Rampal affirms “that he (Lagoya) is the most musical guitarist that I know and also the best reader”. Since both men are secret admirers of good jazz, each had separately requested a composition from their friend and colleague Claude Bolling.  These “requests” - or, perhaps, “challenges” - had been accepted by Bolling and resulted in the famous Suite for Flute and Jazz Piano and the Concerto for Classical Guitar and Jazz Piano. Rampal and Lagoya then approached Bolling together: “why not write something for the two of us to play – with you?” - “The instrumental combination was delicate”, explained Bolling. But the result is great music! Bolling’s own brief description of the Picnic Suite is as follows: The Rococo style immediately followed the Baroque style in the 18th century.  The Madrigal is a secular musical form typical of the Renaissance – and was often a short love poem set to music.  The third movement is, at the same time, both gay and melancholic – hence the word, “Gaylancholic”.  The intricacies of the fourth movement’s theme, written in 5/4, give it a whimsical feeling.  The movement is therefore entitled “Fantasque”.  The joyously swinging Canon was the first piece composed for the Suite.  Tendre (Stretching’) best describes the subtle interweaving between the respective themes of the guitar and the alto flute. Badine (“Playful”) is defined as “someone who loves to play and to laugh”.  And that’s just how this quintet invites you to take part in this musical Picnic! 
© 2006  SONY-BMG MUSIC ENTERTAINMENT / FRÉMEAUX & ASSOCIÉS

Claude BOLLING
Six fois lauréat du Grand Prix du Disque en France, Claude Bolling a été plusieurs fois nominé aux Etats-Unis pour le Grammy Award et connaît depuis longtemps une célébrité internationale pour ses talents de compositeur, arrangeur, chef d’orchestre et pianiste. Né à Cannes, Claude Bolling s’est révélé à  14 ans comme un prodige du piano-jazz et a débuté très, tôt dans des activités professionnelles. Il avait reçu un solide enseignement de l’harmonie et du contrepoint, mais avait acquis la plupart de ses connaissances musicales en écoutant des disques. Ses premiers enregistrements ont été réalisés à 18 ans, avec son propre groupe de jazz Dixieland, et il est vite devenu l’un des musiciens de jazz les plus populaires d’Europe. Grâce à ses contacts fréquents avec de nombreux jazzmen américains expatriés en Europe dans les années 1950-60, Claude Bolling a cotoyé toute l’histoire du jazz au contact de ses plus grands innovateurs. Son guide en la matière fut  Duke Ellington qui avait lui-même une grande admiration pour Bolling et appréciait énormément sa manière d’inter­préter ses compositions.Compositeur prolifique, Claude Bolling a écrit plus d’une centaine de partitions pour la télévision et le cinéma, composant la musique de films comme “Borsalino”, “The Awakening”, “Willie et Phil”, “California Suite”, “The Silver Bears”, “Louisiane” et “Le Magnifique”. Claude Bolling a enregistré du ragtime, du boogie-woogie, du blues, des thèmes popu­laires, et il est surtout connu par ses propres compositions qui mêlent de façon unique la musique jazz, pop et classique. C’est ce style, connu sous le nom de “Crossover Music”, qui permit à Claude Bolling d’entrer dans l’histoire de la musique, avec la composition aujourd’hui célèbrissime “Suite pour Flûte et Piano Jazz Trio”. L’intérêt et l’engouement suscités, par la “Suite pour Flûte et Piano Jazz Trio” a incité d’autres musiciens classiques de premier ordre, tels que Pinchas Zukerman, Alexandre Lagoya, Yo-Yo Ma, Maurice André, Hubert Laws et l’English Chamber Orchestra, à rechercher les compositions de Claude Bolling pour leurs instruments respectifs.  Bolling a répondu par une abondante production dans son style de Crossover Music, toujours basé sur le même trio, avec la “Suite pour Violon, le Concerto pour Guitare Classique, la Suite pour Violoncelle”, et bien d’autres ont suivi. Il dirige le plus célèbre Big Band de jazz européen, qui a déjà travaillé avec des musiciens et des chanteurs de jazz et de musique populaire aussi connus que Dizzy Gillespie, Lionel Hampton, Joe Williams, Carmen McRay, et récemment avec Stéphane Grappelli. 
© 2006 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS

Claude BOLLING
Claude Bolling, six times a winner of the French Grammy award Le Grand Prix du Disque and nominated several times for the American Grammy, has received consistent international acclaim as a composer, conductor, arranger, and pianist. Born in Cannes, France, Bolling was recognized as a jazz piano prodigy at the age of 14 and soon began to make professional appearances. He had formal training in harmony and counterpoint, but acquired most of his musical education by listening to records. His first recordings were made with his own Dixieland group when he was 18, and he subsequently became one of the most popular jazz musicians in Europe. Bolling’s frequent contact with the numerous expatriate jazz musicians in Europe during the 1950’s and 60’s exposed him to the entire history of jazz as performed by its major innovators. His mentor was Duke Ellington, who greatly admired and praised Bolling’s interpretations of his compositions. A prolific composer, he has written over hundred scores for TV and feature films such as “Borsalino”, “The Awakening”, “Willie and Phil”, “California Suite”, “The Silver Bears”, “Louisiana” and “Le Magnifique”. Bolling has recorded ragtime, boogie-woogie, blues, popular standards, and most widely known, his own compositions in a unique mixture of pop, jazz, and classical styles. It was the latter style known commonly as “Crossover Music”, that enabled Bolling to make musical history with his by-now famous composition “Suite For Flute and Jazz Piano Trio”. The interest and excitement generated by “Suite For Flute and Jazz Piano Trio” promoted other leading classical musicians, including Pinchas Zukerman, Alexandre Lagoya, Yo-Yo Ma, Maurice André and the English Chamber Orchestra to seek Bolling composilions for their respective instruments. Bolling responded with a prolific output in his classical crossover style still based on his trio “Suite For Violin”, “Concerto For Classic Guitar”, “Suite For Cello”, and many others followed. He is leading the most famous European Jazz big hand which has worked with well known Jazz and popular instrumentalists and vocalists, including Dizzy Gillespie, Lionel Hampton, Joe Williams, Carmen McRay and recentily with Stéphane Grappelli.
© 2006 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS

Alexandre LAGOYA?(1929 - 1999)
Bien que son nom ait des accents Espagnols – ce qui recoupe le cliché que la plupart des guitaristes viennent de ce pays où la guitare fut développée et perfectionnée – Alexandre Lagoya n’est en rien Hispanique. Citoyen Français, il est né en Egypte, d’un père Grec et d’une mère Italienne – dont ni l’un ni l’autre n’était musicien?!
Le penchant précoce d’Alexandre pour la guitare devient une passion proprement obsessionnelle dès ses treize ans. Quoique sa famille manifeste peu d’intérêt pour la musique, le jeune Lagoya persévère dans son intérêt pour la guitare et se crée rapidement une réputation de virtuose. À 19 ans à peine, il a déjà donné plus de 500 concerts. Sa vie va nettement évoluer après son installation à Paris. Sur le plan musical tout d’abord, puisqu’il étudie l’harmonie et le contrepoint avec un professeur réputé, le Maestro Saudry. Mais la formation qu’il reçoit dans la capitale est également sentimentale… Peu après son arrivée à Paris, il rencontre son alter ego, la guitariste Ida Presti.?L’amour qu’ils ont en commun pour leur instrument devient un amour partagé et, à 22 ans, Alexandre Lagoya épouse Mlle Presti. En plus de leurs vies, ils unissent leur talent musical pour former le duo Presti-Lagoya. En 15 ans de carrière, ils donneront 2000 concerts et perfectionneront leur technique - en influant par là-même sur la pratique de leur instrument. Mais au plus haut de la célébrité du duo, une tragédie frappe le couple?: en 1967, durant une tournée américaine qui les avait mené à Rochester, dans l’état de New-York, le duo s’apprétait à donner un concert lorsque, brutalement, Ida Presti décéda. Durant un temps, il sembla que la mort tragique de sa jeune femme ait sonné le glas de la carrière de concertiste d’Alexandre Lagoya. Bien qu’il continuât d’enseigner, celui-ci ne donna en effet plus de concert avant 1972. A partir de cette date, il retrouve la scène et donne en moyenne 200 concerts par an. Appelé par le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il crée en 1969 le premier cours d’enseignement de la guitare dans cette illustre institution. Alexandre Lagoya conserve cette chaire jusqu’en 1994 où il a formé de nombreux guitariste devenus célèbres depuis. Il s’éteint à Paris en 1999. Partout dans le monde, il est alors salué comme le plus grand guitariste classique du XXème siècle. 
© 2006 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS

Alexandre LAGOYA?(1929 - 1999)
Although Alexandre Lagoya’s name is vaguely Spanish in sound, which fits the notion that most guitarists hail from the country where the instrument was developed and perfected, Lagoya is not Spanish. He is a French citizen, born in Egypt to a Greek father and an Italian mother, neither of whom was musical.
Lagoya’s affinity for the guitar had developed into an obsession by the time he was thirteen. Despite the criticism of his family, Lagoya persisted in his interest in the guitar and, by the age of nineteen, he had given more than 500 concerts. He then moved to Paris, where he was able to perfect his technique, studying harmony and counterpoint with a famed teacher?: Maestro Saudry. Soon after he arrived in Paris he met another guitarist, the famed Ida Presti?: a mutual love for their instrument developed into love for each other and at twenty-two Lagoya married Mlle Presti. They not only joined lives but musical forces as well to become the concert duo Presti-Lagoya. In fifteen years they played 2000 concerts and also worked out many brilliant new techniques for the guitar. In 1967, the Presti-Lagoya duo was at the height of its fame ; the couple was in Rochester, New York, and preparing for a concert, when Ida Presti was suddenly stricken and died. For a while, it seemed as if the death of his wife would also spell the demise of his performing career. Though he continued teaching, he did not perform in concert until 1972. Since he resumed his work as a concert guitarist, Lagoya plays at least 200 concerts a year. He his also a professor at Paris’s National Conservatory from 1969 to 1994.
When he dies in 1999 in Paris, he his worldwide recognized as the greates guitar player of the 20th century.
© 2006  SONY-BMG MUSIC ENTERTAINMENT / FRÉMEAUX & ASSOCIÉS

Jean-Pierre RAMPAL?(1922 - 2000)
Jean-Pierre Rampal est le premier flûtiste à avoir conquis une adulation mondiale égale à celle conférée à certains virtuoses du piano ou des instruments à cordes. Plus que quiconque, il a rendu à la flûte les lettres de noblesse qu’elle avait au XVIIIème siècle.
Natif de Marseille, Jean-Pierre Rampal apprend la flûte auprès de son père, qui enseigne cet instrument au Conservatoire de la ville. Ses parents ne l’ont jamais poussé à devenir un musicien professionnel et, encore aujourd’hui, sa mère exprime parfois le regret que Jean-Pierre n’ait pas réalisé la carrière médicale?à laquelle elle le destinait ! En 1943, en effet, il dut abandonner ses études de médecine lorsque, sous l’occupation allemande, il apprend que son unité militaire allait être appelée en Allemagne, pour cause de Service du Travail Obligatoire. Rampal déserte. Il se cache d’abord dans Marseille, puis à Paris où il rejoint le Conservatoire – dont il recevra le Premier Prix pour flûte en mai 1944. Après la libération de Paris, en 1945, la Radiodiffusion française fait appel à Jean-Pierre Rampal pour interpréter le Concerto pour flûte de Jacques Ibert. C’est ainsi qu’il débute sa brillante carrière de flûtiste. En 1958, il fit sa première tournée aux Etats-Unis et au Canada. Depuis, il passe quatre mois par an en Amérique du Nord et se représente régulièrement en Europe, au Japon, en Israël et en Amérique Latine, en donnant en moyenne 200 concerts par an. Depuis ses débuts américains comme chef d’orchestre au Lincoln Center avec le Mostly Mozart Orchestra, Jean-Pierre Rampal a également dirigé de nombreuses formations, comme le San Francisco Symphony, le Los Angeles Philarmonic, le New Jersey Symphony, le St-Paul Chamber Orchestra et le Minnesota Orchestra. Considéré comme l’un des premiers – sinon le plus grand flûtiste du XXème siècle, il a collaboré avec Mstislav Rostropovitch et Isaac Stern avant de fonder le Quintette à vents français et l’Ensemble baroque de Paris. Il a enregistré plus de 300 disques pour les plus importantes maisons de disques du monde entier.
© 2006 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS

Jean-Pierre RAMPAL?(1922 - 2000)
Jean-Pierre Rampal was the first flutist to attract world-wide adulation equal to that accorded to famous piano or string virtuosi. More than any other individual, he has restored the flute to the exalted position it held during the eighteenth century. Rampal was born in Marseille, France. His father and teacher, Joseph Rampal, was a longtime professor of flute at the Marseille’s Conservatory. Both parents were not anxious for their son to become a musician, and his mother even today would still like Jean-Pierre to have pursued a medical career. In 1943, during World War II, Rampal’s medical studies were curtailed when, under German occupation, Rampal learned that his French army unit was to be called up for active service and sent to Germany for forced labor. Rampal went AWOL, first hiding in Marseille and then in Paris, where he enrolled at the Conservatory and, in May 1944, received his first prize in flute. After the liberation of Paris in 1945, the French National Radio called upon Rampal to perform Jacques Ibert’s Concerto for Flute, and so began his brilliant career as a concert flutist.
In 1958 Rampal made his first concert tour of the United States and Canada. He now spends four months each year in North America and performs regularly in Europe, Japan, Israël and Latin America, in an average of 200 concerts a year. Since his American conducting debut at Lincoln Center with the Mostly Mozart Orchestra, Rampal has led such orchestras as the San Francisco Symphony, the Los Angeles Philharmonic, the New Jersey Symphony, the Saint Louis Symphony, the Saint Paul Chamber Orchestra and the Minnesota Orchestra.
Considered as one of the greatest – if not the greatest flute player of the XXth century, he played with Mstislav Rostropovitch and Isaac Stern and founded the Quintette à vents français and the Ensemble baroque de Paris. He made more than 300 records for the greatest labels.
© 2006  SONY-BMG MUSIC ENTERTAINMENT / FRÉMEAUX & ASSOCIÉS

CD Picnic suite - CLAUDE BOLLING © Frémeaux & Associés; (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)
----------------
FRANK TENOT / 30 JUILLET 2003 (Bolling Story)

J’ai dû voir pour la première fois Claude, alors que j’étais secrétaire de Charles Delaunay au Hot club de France, rue Chaptal où il venait régulièrement, c'est-à-dire toutes les semaines. Je le voyais jouer dans les concerts également. Et puis on a commencé à se voir en dehors des rencontres artistiques, on est devenus copains. Je déjeunais avec lui chez sa mère. Claude était curieux, à l’affût de tout ce qui se passait, de toutes les nouveautés. J’étais fanatique de sa musique et naturellement par la suite, j’ai suivi tout ce qu’il a fait. Quand j’étais patron des publications Hachette il venait jouer pour nous pour la fête du nouvel an...

Puis nous avons travaillé ensemble à l’époque du Grand Club Orchestra dont les disques vont bientôt ressortir chez Frémeaux et pour lesquels je suis en train d’écrire un texte. La longévité de Claude est facilement explicable dans la mesure où il a un amour immodéré pour son métier de musicien, tout comme les musiciens ont un grand respect pour lui. Il a même réussi à faire des choses magnifiques dans le classique avec des musiciens comme Rampal, Lagoya...

Bolling était invité par les plus grands musiciens. Je me souviens que Ellington l’avait fait venir sur scène, je crois que c’était à l’Olympia, pour un ragtime partagé à quatre mains. Duke s’est levé en faisant une grimace souriante parce qu’il n’arrivait pas à suivre Bolling au clavier, il n’avait pas le doigté de Claude ! C’est d’ailleurs Claude qui a donné à Ellington l’idée d’attaquer à partir d’une certaine date Diminuendo in blue par Carolina shout qui a été enregistré dans les concerts Europe 1.

Ce qui n’a pas été sympathique pour lui c’est le fait que la mairie de Paris l’ait lâché… quand les affaires culturelles ont crée l’ONJ, c’était une très bonne idée. Pourquoi pas financer un grand orchestre puisque depuis quarante ans il est difficile de maintenir un grand orchestre... Mais il fallait prendre Bolling et ne pas changer tous les trois ans. Le prendre titulaire du poste jusqu’à la fin ! Ils prennent de jeunes musiciens –de très grand talent d’ailleurs- mais qui n’ont rien à foutre du grand orchestre. Barthélémy par exemple, est un type que j’adore mais que fait-il du grand orchestre ? Des bricoles, il va jouer, revisiter le Boléro de Ravel et encore… Vu ses compétences et sa connaissance des répertoires, vu le fait qu’il est arrangeur, c’est à Claude qu’il fallait le confier !

Pendant des années, Bolling a traîné comme une espèce de « tare » le fait qu’il avait joué en culotte courte à 14 ans ! Effectivement, très jeune il a fait des choses formidable, il a par exemple été un accompagnateur extraordinaire de cette grande chanteuse, Bertha Chipie Hill, qui n’en revenait pas de voir dans ce milieu underground « nègre » un jeune petit bourgeois qui avait pénétré aussi bien la sensibilité du blues. Elle me l’a dit, elle en était stupéfaite. Il était capable de s’adapter à beaucoup de styles et d’époques et je ne parle pas d’un point de vue scolaire, mais artistique. Il y avait de la créativité toujours, même s’il n’était pas un fanatique du « bop », il lui arrivait d’en jouer.

Ceci étant, pour faire un « vrai » personnage, une légende du jazz, Claude a été certainement trop sobre dans sa vie privée ! Quand on regarde les grandes figures du jazz comme Billie Holiday, Bix Beiderbecke, Chet Beker, Parker… pour les uns c’est la drogue, pour les autres c’est l’alcool qui a causé leur chute… Evidemment Claude ne correspond pas à ce schéma, il est à part, il est sérieux. Claude n’est pas un dingue, il a la tête sur les épaules. Et c’était –outre son talent- une des raisons pour lesquelles l’aimait beaucoup Duke Ellington.

Claude, c’est tout simplement un grand personnage de l’histoire du jazz en France depuis 1945.
Frank TENOT

Extrait de "Bolling Story" de Jean-Pierre Daubresse et Claude Bolling édité par Jean-Paul Bertrand - Editions Alphée (avec l'autorisation de Claude Bolling)




PisteTitre / Artiste(s)Durée
01 ROCOCO - BOLLING05'26
02 MADRIGAL - BOLLING04'16
03 GAYLANCHOLIC - BOLLING07'15
04 FANTASQUE - BOLLING05'21
05 CANON - BOLLING03'32
06 TENDRE - BOLLING05'58
07 BADINE - BOLLING04'38
« Claude Bolling a un talent indéniable » par Bulletin du Hot Club de France

La firme Frémeaux & Associés poursuit son œuvre de réédition des enregistrements réalisés par Claude Bolling. Cette fois, il s’agit de cinq CD présentant des œuvres inédites en Europe, enregistrées entre 1980 et 1986, de la musique « cross-over » faisant le lien entre musique classique et jazz. Ces pièces d’un genre nouveau, composées en totalité par Claude Bolling, ont connu un énorme succès outre-Atlantique. La « Suite for Flute and Jazz Piano Trio n° 1 », créée en 1974, est ainsi restée 530 semaines au Billboard, soit 10 ans au hit-parade du disque classique aux Etats-Unis : un record absolu ! Et en effet, Claude Bolling a un talent indéniable pour marier des musiques aux caractéristiques pourtant très différentes. En conviant quelques-uns des plus grands musiciens classiques à dialoguer avec son trio « jazz », il réussit une étonnante synthèse, créant un univers neuf, une nouvelle forme musicale de son invention. Certains amateurs de jazz pourront prendre goût à cet assemblage, d’autres pas. Puisqu’on ne peut juger ces rencontres en fonction des critères propres au seul jazz, non plus d’ailleurs qu’en fonction de ceux de la musique classique, il appartiendra à chacun de se faire sa propre opinion.
F.A. – BULLETIN DU HOT CLUB DE FRANCE




Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...