TÊTES DE CHIEN

PORTRAITS D’HOMMES - QUINTET A CAPELLA CONTEMPORAIN POUR CHANSONS TRADITIONNELLES

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA571

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


2
-15%
“ Penser global, chanter local” pourrait être la devise de ce groupe, parisien (comme son nom l’indique) plongeant ses racines dans les régions d’origine de ses membres. Auvergne, Corse, Roussillon, Poitou, Provence... Têtes de Chien réinvente un folklore nourri de la tradition orale des anciens, qu’il réécrit dans une facture contemporaine et urbaine inscrivant cette chanson française traditionnelle dans la modernité des musiques du monde.
Patrick FRÉMEAUX & Benjamin GOLDENSTEIN

TÊTES DE CHIEN PORTRAITS D’HOMMES
QUINTET A CAPELLA CONTEMPORAIN POUR CHANSONS TRADITIONNELLES

PRODUCTION : COLLECTIF TO & MA
PRODUCTEUR CESSIONNAIRE : GROUPE FREMEAUX COLOMBINI
DIRECTION : GREGORY VEUX
DIRECTION ARTISTIQUE COLLECTION : BENJAMIN GOLDENSTEIN & PATRICK FREMEAUX
DROITS : FREMEAUX & ASSOCIES

"

Portraits d'hommes FA571

Têtes de Chien
« Portraits d’hommes »









« Une technique vocale impressionnante et irréprochable, une “intonazione” comme disent nos amis italiens, à couper le souffle, un répertoire brillant, éclatant, mettant en exergue la voix dans tous ses états (murmures, cris, “ronchi di sumeri”, aboiements… mais aussi belles harmonies, bien sûr). »
Jean-Claude Acquaviva
(leader d’A Filetta)

« Le terreau, c’est la diversité chantée de France, Bourbonnais, Nivernais, Poitou… Un beau challenge : comment construire un spectacle “voyage” sans les affres du folkeux pénible. C’est harmonisé avec précision et inventivité, mis en espace avec goût et sans effet… c’est encore investi par chacun des chanteurs, c’est généreux et passionné. »
Jean-Louis Le Vallegant
(Talabarder, sonneur de saxophone, agitateur d’intérieurs, joueur de proximité)

La mal mariée vengée
Où l’on apprend que le Nivernais est également une terre de vendetta.

Si j’avais cinq cent mille
Joute ? Scat ? Battle ?...

Le galant indiscret
Commence par une improvisation collective.

Réveillons, réveillez
Dans diverses régions du massif central, en pleine nuit du vendredi saint, les hommes allaient de maison en maison réveiller les dormeurs pour réclamer des œufs. Ce tapage nocturne a toujours cours aujourd’hui.
À Pierre Bonnet.

Christine de Nantes
« Tu seras putain ma fille, tu seras voleur mon gars, ce sont les seuls aubaines des enfants du malheur. » (Les Mystères de Paris – Albert Vidalie, d’après Eugène Sue)

Cette nuit j’ai fait un rêve
Neyer m’en va : je vais me noyer.
Ah ! ça s’rait grand dommage, un si bé gars.

L’Ânesse est tombée en fossé
Braiements légataires subversifs.

Chant de labour
Briolage : 1.Chant destiné à soutenir l’effort des bœufs au labour. 2. Chant destiné à soutenir l’imaginaire des citadins déracinés.

Une fillette à quatorze ans
Nous sommes tous des fillettes du Quercy.

Du premier coup qu’elle frappe
Danse macabre pour banquet.

À Genn’villiers
Chant de marche, chanson de salle de garde… bluette yéyé.

Quand j’étais petit
C’est pas vos deux sous qui me feront taire. La falira dondaine bon, la falira dondé…

J’ai vu le loup
La rencontre entre une mélodie bourguignonne, les harmoniques sardes, un mantra indien et le kan ha diskan breton.

Dodo Nanette
L’homme est une femme comme les autres.

À La claire fontaine
Traditionnel, aussi.

Remerciements pour leur aide et leur soutien
Martina Catella, Jean-Marie Jobard, Claire Lextray, Laurent Carmé, Benjamin Goldenstein et toute l’équipe de Frémeaux & Associés, Dominique Cravic, Alain Durante, Laurence Jomand, Fanchon Giorda, Talline Tachdjian, Antoine Demantké, Guillaume Sabouraud, Magalie Serra, Franciana Fety, Alexis Zarca, Émilie Bonnet, Jacqueline et Clément Bonnet, tous les membres de TO & MA, Maryline Cabrera-Martin, Vincent Pislar, Renaud Tripathi, Jean-Luc Rayon, Martial Paulat, Virginie Seghers, Marie-Sophie Callot de Lardemelle, Marie-Hélène et Nicolas Demey, Isabelle Aboulker, Jean-Claude Acquaviva, Marc Chevalier, Jean-Louis Le Vallegant, Hélène Hazera, la Maison du Beuvray, Marthe et Romain Michel, Violaine Lettermann, Alexandre Dafflon, le Théâtre du Lucernaire, Andrée et Jean-Pierre Verdeille, la famille de Laubier, Fabrice Costa, la famille Cabrera-Martin, Daïnouri Choque, Nadine Massaro, Anne-Laure Guerry, Claire Elzière, Pépette, Marco Beacco et Laurent Gachet.

Merci à Marie-Jeanne Besseyrot, Francis Michot, Marien Tixier, Sylvain Robin, Léonce Létang, André Vivier... et à tous ceux qui chantaient au quotidien et nous ont passé ces chants.

Merci pour leur travail et l’inspiration qu’ils représentent à Mélusine, Malicorne, A Filetta, Manu Théron et Lo Cor De La Plana, Evelyne Girardon et Roulez Fillettes, l’ensemble Clément Janequin, les Fabulous Trobadors, La Novem et tous ceux dont les voix, les notes ou les mots nous ont touchés.

Merci à vous qui écoutez ce disque et venez nous voir en concert.

1-La mal mariée vengee 3’39
drame nivernais
2-Si j’avais cinq cent mille 2’13
transformation morvandelle
3-Le galant indiscret 4’46
serment berrichon
4-Réveillons, réveillez 2’04
passion limousine
5-Christine de Nantes 3’39
regret auvergnat
6-Cette nuit j’ai fait un rêve 3’35
chantage poitevin
7-L’ânesse est tombée en fossé 2’46
testament asinien du Saintonge
8-Chant de labour 0’44
bricolage libre
9-Une fillette à quatorze ans 3’32
romance du Quercy
10-Du premier coup qu’elle frappe 4’26
fait divers des bords de Seine
11-À Genn’villiers 3’27
hara kiri en Petite Couronne
12-Quand j’étais petit 2’44
secret de famille normand
13-J’ai vu le loup 2’35
transe bourguignonne
14-Dodo Nanette 3’45
berceuse paternelle de Vendée
15-À la claire fontaine 2’51
complainte de partout et d’ailleurs

Tous les titres chantés et arrangés par Têtes de Chien sauf (4) arrangé par la Compagnie Chez Bousca et Têtes de Chien.

Tous les titres issus de l’Anthologie des Chants Populaires de France de Joseph Canteloube sauf (1) collecté par Achille Millien et (5) chanté par Marie-­Lucienne Gouttegatas sur la K7 Olliergues (Editions AMTA).

Têtes de Chien : Philippe Bellet, Justin Bonnet, Henri Costa, Didier Verdeille et Grégory Veux.
Avec la voix et la participation spirituelle et temporelle de Matthieu de Laubier (« Quand j’étais petit », « Dodo Nanette »).

Enregistré et mixé par Céline Grangey et Nicolas Thelliez au Logis de Chaligny.

« À la claire fontaine », enregistrée par Shitty et mixée par Pierre-Yves Roupin pour l’émission « sing-off 100% vocal » sur France 2, avec l’aimable autorisation de Starling, Sony Music Entertainment France et France 2.

Mastering : Antoine Demantké au studio Cargo, Montreuil.

Photos et création graphique couverture et verso : Pierre Gentilhomme lapetiteagencephoto.com

Photos livret : Guillaume Sabouraud

Contacts :
Presse : Claire Lextray - 01 48 59 00 26 /
claire.lextray@orange.fr
Diffusion : Laurent Carmé - 01 43 67 15 38 / diffusion.tetesdechien@gmail.com
Administration : Jean-Marie Jobard / tetesdechienadmin@orange.fr
Distribution internationale, libraires et musées : Frémeaux & Associés - www.fremeaux.com
www.myspace.com/tetesdechien

“ Penser global, chanter local” pourrait être la devise de ce groupe, parisien (comme son nom l’indique) plongeant ses racines dans les régions d’origine de ses membres. Auvergne, Corse, Roussillon, Poitou, Provence... Têtes de Chien réinvente un folklore nourri de la tradition orale des anciens, qu’il réécrit dans une facture contemporaine et urbaine inscrivant cette chanson française traditionnelle dans la modernité des musiques du monde. 
Patrick Frémeaux & Benjamin Goldenstein

« Une technique vocale impressionnante et irréprochable, une “intonazione” comme disent nos amis italiens à couper le souffle, un répertoire brillant, éclatant, mettant en exergue la voix dans toutes ses états. »  
Jean-Claude Acquaviva, leader d’A Filetta

« C’est un bouquet de fleurs des champs qu’ils vous tendent, jamais fade, avec des formules de cette haute poésie qu’on retrouve dans toutes les traditions orales. »
 Hélène Hazera, Chanson Boum (France Culture)


Article paru dans Politis,15 novembre 2012.

Cinq musiciens forts à l’oral
Les Têtes de chien revisitent la chanson traditionnelle française en polyphonie.
La découverte des Têtes de chien s’accompagne d’un trouble magnétique qui vous emporte vers des contrées lointaines et familières. Vous connaissez sans connaître, ou plutôt vous croyez reconnaître dans cet univers très attachant quelque perle rare d’une enfance perdue. Deux basses, deux ténors, un baryton, cinq belles voix d’hommes modulent la France d’avant dans un esprit de tous les temps. « Nous ne sommes pas à proprement parler des musiciens traditionnels, héritiers directs d’un patrimoine qui nous aurait été chanté par notre entourage familial, explique Justin Bonnet, le directeur artistique. Nous sommes tous des chercheurs de musique traditionnelle. Nous sommes allés voir ce qui se tramait dans ce répertoire avec un oeil frais, prêts à être étonnés de la beauté poétique de ces textes. »

Cette musique qui n’appartient à personne sinon à ceux qui la chantent, les Têtes de chien ne la considèrent pas d’un point de vue musicologique, ni dans un esprit de transmission historique, mais la replacent dans une sphère de création. « On est à la croisée de deux chemins : l’interprétation qui véhicule une histoire en majorité oubliée, et une dynamique de réinvention de la tradition », précise Philippe Bellet, l’un des ténors de la bande. « On regarde ces objets de la transmission orale comme des œuvres d’art », complète Justin Bonnet, que sa grande connaissance des musiques médiévales modales autorise à produire des arrangements à la fois iconoclastes et respectueux de ce patrimoine populaire le plus souvent refoulé.

« Cette espèce d’inhibition de notre propre culture m’a marqué, enfant, quand je me suis confronté au tabou familial et que j’ai manifesté le désir d’apprendre la langue de mon grand-père auvergnat, l’occitan, et ses chansons », raconte Justin Bonnet. Sa science du bourdon (1), acquise notamment au sein de la maîtrise pour jeunes chanteurs de Notre-Dame, et sa passion pour l’a cappella, assorties d’une soufflante inspiration contemporaine, (re)donnent jour à un répertoire hors d’âge. Qui connaît « Si j’avais cent mille », « L’ânesse est tombée en fossé » ou « À Genn’villiers » ? Trois chansons respectivement décrites comme « Joute ? Scat ? Battle ?… ou transformation morvandelle», « Braiements légataires subversifs » et « Hara-kiri en Petite Couronne »…

« C’est incroyable le nombre de chants que l’on découvre sous nos pieds et qui sont totalement inconnus. C’est un répertoire fantastique ! », s’extasie Didier Verdeille, second ténor du groupe, à la recherche de ses racines catalanes et issu du chant lyrique. Henri Costa, bercé par la chanson de variété et d’origine corse, quant à lui, est comédien de métier. Il insuffle une touchante dynamique scénique au quintet, en résidence au théâtre du Lucernaire jusqu’au 27 janvier.

Grégory Veux, beau baryton hirsute, Provençal hautement convivial, se souvient ému de « la rencontre humaine de ces cinq hommes de Portraits d’hommes (premier album des Têtes de chien, Frémeaux & Associés, 09/12) à l’occasion du spectacle Dédale, le cirque des origines à l’Académie Fratellini, en 2007. Pour moi, c’est d’abord cette rencontre humaine qui a fait que ce groupe existe et a du sens ». C’est aussi ça, les Têtes de chien : « Faire avec les hommes que nous sommes, avec nos qualités, nos défauts, nos forces et nos faiblesses », confirme Justin Bonnet. Une situation « familiale » en quelque sorte, où l’on s’accommode de ce que chacun est, dans une harmonie et avec une tendresse bouleversantes.
Lorraine Soliman

(1) Une ou plusieurs cordes ou anches vibrent sur la même note et forment un accord continu.

CD PORTRAITS D'HOMMES par TETES DE CHIEN, © Frémeaux & Associés 2012 (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 La mal mariée vengée - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet03'38
02 Si j'avais cinq cent mille - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet02'13
03 Le galant indiscret - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet04'46
04 Reveillons, reveillez - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet02'04
05 Christine de Nantes - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet03'38
06 Cette nuit, j'ai fait un rêve - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet03'34
07 L'ânesse est tombée en fosse - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet02'46
08 Chant de labour - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet00'43
09 Une fillette à quatorze ans - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet03'32
10 Du premier coup qu'elle frappe - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet04'25
11 A Genn'villiers - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet03'26
12 Quand j'étais petit - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet02'43
13 J'ai vu le loup - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet02'34
14 Dodo nanette - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet03'45
15 A la claire fontaine - Henri Costa/Didier Verdeille/Grégory Veux/Justin Bonnet/Philippe Bellet02'51
"La voix dans tous ses états" par Jean Claude Acquaviva (A Filetta)

"Une technique vocale impressionnante et irréprochable, une "intonazione" comme disent nos amis italiens, à couper le souffle, un répertoire brillant, éclatant, mettant en exergue la voix dans tous ses états (murmures, cris, "ronchi du sumeri", aboiements... mais aussi belles harmonies, bien sûr)."
Par Jean-Claude ACQUAVIVA (leader d'A FILETTA)





« On retrouvera tous quelque chose de chez nous » par La Revue des médiathèques

« Quintet a capella contemporain pour chansons traditionnelles. Têtes de chien surfe sur un folklore de tradition orale emprunté à de belles régions de France : Auvergne, Corse, Provence, etc... et propose des chansons inspirées des anciens pourtant bien urbaines et contemporaines. Ça s'écoute avec plaisir et on retrouvera tous quelque chose de chez nous. »
Par Pierre DENUIS – REVUE DES BIBLIOTHEQUES ET MEDIATHEQUES MUSICALES




« Un moment musical d’une rare intensité » Par Isabelle Albouker

« Ces jeunes chanteurs, par la qualité de leur voix, l’étrangeté de certains sons, une dynamique et une pulsation constante offrent à leur public médusé et conquis, comme je l’ai été, un moment musical d’une rare intensité. »
Par Isabelle ALBOUKER (COMPOSITEUR)




« Un quintet élégant » par Le Petit Format

« Un quintet, élégant, de voix d’hommes revisite a capella le répertoire de chansons traditionnelles françaises. Une proposition utile à plus d’un titre. Le ton est urbain. Jean-Claude Acquaviva, le pilote du groupe de voix corses d’A Filetta, expert en la matière, souligne la technique vocale « impressionnante » et « irréprochable » des cinq voix associés. Les titres sont tirés de l’anthologie des chants populaires de France de Joseph Canteloube, sauf deux. Le livret est soigné. Les Têtes de chien font quasi swinguer des airs tout simples comme « A Genn’villiers » ou « A la claire fontaine », avec un brio déconcertant. Une ballade des temps modernes chez nos anciens. Original. »
Par Robert-Frédéric MIGLIORINI – LE PETIT FORMAT




« Un étonnant concert » par femina.fr

Imaginé par l’ensemble Les Têtes de Chien, «Portraits d’hommes» redonne vie à des chants traditionnels. Ces cinq musiciens ont déniché des œuvres polyphoniques d’Auvergne, de Corse, du Roussillon, du Poitou et de Provence, puisées dans les anciennes coutumes de la chanson, mais aussi dans les livrets d’opéra. Ils en donnent une version entre musique urbaine et retour aux sources. Pas de doute, ces gars-là ont une vraie patte.
Par A.J – femina.fr




« Des harmonies impeccablement arrangées » par La Croix

Voici un quintet vocal aussi atypique qu’enthousiasmant. Philippe Bellet, Justin Bonnet, Henri Costa, Didier Verdeille et Grégory Veux, tous remarquables, sont irrésistiblement drôles dans leur jeu de scène enlevé, organisé autour de simples chaises d’écoliers. Et ils chantent admirablement, sans micro – on pourrait écrire sans filet – dans des harmonies impeccablement arrangées, où s’entrecroisent lignes mélodiques, bourdons et mots qui cinglent. Ajoutons que ces voix d’or sont basses pour deux d’entre elles, ténors pour deux autres et baryton pour la dernière, qu’elles viennent aussi bien de l’opéra que des musiques traditionnelles, de la chanson française que du théâtre, et l’on aura presque tout dit… Presque, car le principal demeure à préciser : comme leur nom le suggère à celles et ceux qui ont gardé une âme d’enfant, les Têtes de Chien sont… des Parisiens. En d’autres termes, ils possèdent cette singularité propre à une majorité de leurs concitoyens : deux pieds dans la capitale et un cœur bien attaché au « pays » de leurs racines. En l’occurrence l’Auvergne, la Corse, le Roussillon, le Poitou et la Provence. Le détail a son importance car ces cinq chanteurs, qui évoluent en ensemble polyphonique, ne cessent de cultiver leur rapport à l’ici – Paris, son bitume et sa gouaille, qui les lie entre eux – et à ailleurs – la province et son terreau sonore, que chacun fait partager aux quatre autres. Leur goût pour les répertoires traditionnelles de leur province, auxquels ils donnent une prestance rarement entendue, fait le reste : sur un corpus de milliers de chansons rassemblées autrefois par l’ethnomusicologue Joseph Canteloube, eux ont sélectionné quinze pépites, en raison de leur thématique commune - la condition d’homme, fil conducteur du spectacle Portraits d’hommes -, et de leurs qualités littéraires. La Mal Mariée vengée (Nivernais), L’Anesse est tombée en fossé (Poitou), Christine de Nantes (Auvergne) ou La Belle si tu me délaisses (Cévennes), ces airs anciens renvoient en un temps où l’arc-en-ciel des sentiments se transmettait quasi exclusivement par le chant. Chants galants, grivois, de révolte ou de labour, ces belles pièces oubliées trouvent ici une seconde vie et une modernité inespérées. Jean-Yves DANA – LA CROIX




« Un bouquet de fleur des champs » Par Chanson Boum (Radio France)

« La tradition chantée orale en France est parait-il une des plus riches du monde. Du serment de Strasbourg (842)  au début du vingtième siècle ce sont des millions de chansons qui se sont passées de bouche à oreille, dont des centaines de milliers ont été recueillies, du huitième siècle à nos jours, où elles sont encore collectées via des associations de terrain. Dans une France majoritairement illettrée la chanson a été le vecteur privilégié de la culture, l'arme de tous les combats, l'illustration de tous les sentiments. Nos Têtes de chiens vivent à Paris même s'ils viennent d'un peu partout. Ils ne prétendent  pas à l'authenticité, ils chantent comme ça leur vient, certains très savamment (mais humblement) d'autres plus à l'arrache, mais dans une vraie cohésion. Surtout ils chantent sans micro et l'émotion en est plus directe. C'est un bouquet de fleur des champs qu'ils vous tendent, jamais fade, avec des formules de cette haute poésie qu’on retrouve dans toutes les traditions orales :« Dans mes trois cent chambres /qui se ferment à trois cent clefs ». C’est âpre, burlesque, érotique, amoureux, révolté…et musical avec le terlaudage, le chant d'appel aux boeufs pour le labour, souligné par une mise en scène remuante mais pas envahissante. Les Têtes de chien vous ont ramené du passé de belles  truffes odorantes. »
 Par Helene HAZERA CHANSON BOUM (RADIO FRANCE).





« une approche contemporaine riche d’emprunts et de références » par Libération

« Les chansons de tradition orale en langue française sont bien moins connues que celles de Bretagne ou d’Occitanie, faute sans doute d’une revendication culturelle forte à laquelle servir d’étendard. S’il est aujourd’hui quasiment éteint, ce répertoire a été collecté tout au long des XIXe et XXe siècles, notamment par le musicologue Joseph Canteloube (1879-1957), dont le gigantesque travail fut entaché par son engagement vichyste. C’est dans ce fonds largement oublié que les Têtes de Chien sont allés puiser la matière première de leur surprenant spectacle, Portraits d’hommes. Ce quintette a capella (deux ténors, deux basses, un baryton) s’empare de berceuses et fabliaux qui font «lalirère» et «diguedondaine», dans une approche contemporaine riche d’emprunts (au gospel, par exemple) et de références, avec un clin d’œil à Bobby McFerrin sur le savoureux Si j’avais cinq cent mille. La mise en place inventive de Magalie Serra souligne l’humour souvent surréaliste de ce folklore. »
Par F.-X.G. - LIBERATION





Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...